"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

jeudi 19 janvier 2012

MELENCHON PIEGE A CONS



Effets de manche garantis « anti Le Pen » : « «Son père a passé son temps à dénoncer la bande des quatre et elle, elle en fait partie! Elle veut être parmi ceux qui sentent bon…», a raillé Mélenchon. Démontant le programme du FN point par point pour montrer que rien de ce qu'elle propose, salaire, logement, retraite, n'est en faveur «des ouvriers, des employés», il leur a lancé, sous des applaudissement nourris: «Quand on vous rend visible c'est pour vous insulter, dire que la classse ouvrière serait vouée à madame Le Pen!» «Notre honneur, a ajouté l'eurodéputé sous les applaudissements, c'est d'arracher tout ceux qui seraient tentés par le parti de la haine qui vous invite à vous diviser les uns et les autres d'après votre religion ou votre couleur de peau.»
La cinquième roue de la guimbarde gauche caviar veut tondre la Haine sur son concurrent dominant dans le lumpenprolétariat (il existe une bonne couche d’ouvriers cons et hargneusement racistes) mais ce blaireau hargneux, cette girouette politicienne, tient un discours public trop simpliste pour inverser la tendance, il n’arrivera jamais à tirer le PCF décati au-delà des 5%. Un néo-stalinien est plus conscient des raisons de la dite séduction électorale du FN : « Conseiller régional communiste du Nord - Pas-de-Calais, chargé du dossier des luttes sociales au PCF, Eric Corbeaux connait Marine le Pen, qui siège dans la même assemblée que lui. Il se montre prudent sur le vote FN qu'il cotoie de près: «l' expression d'un désespoir et d'une colère.» «Le racisme économique est une conséquence de la crise et une réalité autour de nous», dit-il. «On a peur pour sa famille, son emploi, son avenir. Et c'est sur cette base qu'elle fortifie son discours. Nous devons lui répondre au coup par coup.» (cf. in Le Figaro)
Mélenchon ne brasse que du vent devant un parterre rempli de vieux chevaux stals, de syndicalistes aigris et de vieux beaufs pécéistes, avec une soupe oratoire qui ressort les vieilleries gauchistes angéliques élimées:
- tous frérots, on accepte tous les immigrés, la France est le pôle emploi du monde, parole d'estrade, ce clown a été ministre d'un gouvernement gauche-caviar qui savait ne pouvoir accepter tout le chômage du monde mais surtout apte à développer le chômage national,
- le discours "antifâchiste" classiquement simpliste n'est d'aucun effet contre la grosse Marine, car - si en effet son programme est débile - l'ex-trotskien rate le coche en ne visant pas le fait qu'elle reste surtout une candidate de dérision pour des électeurs qui, plus que les abstentionnistes, veulent se moquer du système (comme l’a appréhendé le conseiller « communiste » cité ci-dessus) ;
- avec son discours "républicain", Mélanchon sert de rabatteur électoral à la gauche avec la classique hypocrisie trotskyste: on ne laissera aucun blanc-seing à Hollande, mais on le fera élire pour que j'obtienne un poste de ministre!
- "salaire maximum", à "1700 euros", pauvre Mélenchon, il prend vraiment les derniers staliniens pour des neuneus, dans les conditions actuelles de crise croissante du capital, il faudrait au moins une révolution sanglante pour qu'un des gouvernements succédant à Sarkozy augmente ne serait-ce que de dix euros les prolétaires...
- enfin, comme ce démagogue n'est qu'un radical réformiste en peau de lapin, et PN en plus, une histoire fabriquée par son staff stalinien de remplacer 700.000 patrons de PME (à supposer qu'ils puissent eux aussi partir en retraite dans les années venant... ou comme s'ils n'avaient pas autant de successeurs) prétend qu'il suffirait alors de créer des coopératives ouvrières (ah... la verrerie jaurésienne d'Albi!) pour faire baisser le chômage! S'il se démarque de la démagogie des apologistes gauche caviar des PME (après l'exaltation des nationalisations détruites, le PS exalte le petit patron de droit divin qui pousserait ses maigres ouvriers à développer "la croissance" (= la productivité pour le profit de la bourgeoisie nationale) - ce projet anarcho-ringard est non seulement utopique mais renvoie inévitablement à la stratégie des bandits de la CFDT de Sea France, qui font partie des fans du blaireau électoralo-stalinien, comme toute la mafia CGT de base qui adore ce gougnafier qui leur fait croire à la pérennité de leurs privilèges aristo-corporatifs.
Un rabatteur électoral sur le retour? Mélenchon n'est qu'un vieux cheval de la gauche caviar sans avenir, et surtout un contre-révolutionnaire professionnel, qui admire les puissants et veut aller à la mangeoire, sans en référer au véritable programme révolutionnaire maximaliste qui est l'être même du prolétariat contre toute main mise de chefs bourgeois électoralistes et de chefs syndicaux collabos, contre toute "direction" petite bourgeoise de ses luttes et de SA révolution.

PS : la gauche caviar ressourcée VRP des PME. Pot de yaourt Hollande annoncera dimanche, lors de son premier grand discours de campagne au Bourget, qu'il créera, s'il est élu à la présidentielle, une banque publique d'aide aux petites et moyennes entreprises, a déclaré aujourd'hui sa porte-voix contrite Ségolène Royal sur BFMTV-RMC. Le candidat socialiste "va annoncer la création d'une banque publique d'aide aux PME, celles qui ont créé 70% de l'emploi au cours des dernières années", a expliqué la présidente socialiste de la région Poitou-Charentes (province française), rappelant que cette mesure figure dans le programme du PS. François Hollande va également annoncer "une justice fiscale puisque les PME payent 33% d'impôts alors que les entreprises du CAC 40, qui détruisent des emplois, n'en payent que 9%, ce qui est particulièrement injuste", a ajouté Ségolène Royal. "Ce seront deux mesures annoncées dimanche", a-t-elle souligné en se déclarant personnellement favorable au prélèvement des impôts à la source". Après avoir défendu le capitalisme de reconstruction après la guerre (nationalisations et discipline au travail), le PS rêve de sauver le capitalisme... artisanal!

PS (bis) : je ne répercuterai pas ici la liste de mes insultants sur Libé, mais simplement le commentaire de Marco concernant le blaireau à front bas : « (19 janvier 2012 à 10:59 )
Mélanchon "prétend qu'il suffirait alors de créer des coopératives ouvrières pour faire baisser le chômage" : "Oui il me fait beaucoup rire avec ce genre d'idées... ce serait vraiment divertissant de voir une "coopérative ouvrière" dirigée par des gentils patrons fonctionnaires, (payés autant que les ouvriers) fabriquer des produits dans le but d'être commercialisés avec bénéfices !! MDR ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire