"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

jeudi 12 septembre 2019

LA CULTURE DE L 'IGNORANCE EN GILET JAUNE



« On ne gouverne pas, au sens propre du terme, des hommes et des femmes alphabétisés depuis quatre générations ». Françoise Giroud (La comédie du pouvoir)
« Le plus sot orgueil est celui qui naît de l'ignorance ». Johann Georg Zimmermann (Les réflexions sur la solitude,1756)
« L'ignorance n'a jamais sauvé personne » (Marx à Weitling)


Récemment, la prima donna de la rentrée littéraire Piketty remarquait que la plupart des partis politiques sont constitués de diplômés, il aurait pu ajouter en particulier surtout d'enseignants, avec les traditionnels défauts de la profession : ils savent tout sur tout et ont toujours raison. Ce n'est sûrement pas la principale raison du discrédit des partis fondé surtout sur leur absence d'un programme social et révolutionnaire et sur leur corruption coutumière une fois qu'ils sont au pouvoir à tour de rôle. Même un parti par exemple qui ne serait composé que d'ouvriers serait aussi pourri avec la même absence de programme véritable pour « changer la société ». Le ou les partis en veste jaune sont du même acabit réactionnaire, fondés sur les desiderata de quelques personnages sans mémoire et sans consistance, qu'ils prétendent s'adresser à la population indistincte en général ou aux « pauvres » en particulier, leurs propositions alternatives n'en sont pas et sont même carrément creuses. On les flatterait plutôt si on tentait de leur expliquer qu'elles sont utopiques, car l'utopie socialiste a, elle, encore un passé respectable.

« L'appel aux armées » d'un certain Sylvain Baron est venu ridiculiser complètement le putschisme d'opérette des résidus en vestes jaunes ; putschisme du niveau des crétins black blocs, qui se confond désormais avec, (certes occupation de retraités gauchistes chaque samedi) mais qui sert désormais de viatique au pouvoir. Traditionnellement le putschisme est l'action de fractions de droite ou de factions d'extrême droite pour empêcher ou suppléer l'action de masse. Il se confirme bien que le corpus politique dans lequel la queue du mouvement de protestation s'est enferré provient bien de l'idéologie d'extrême droite. Cette idéologie ne vise pas à renverser le capitalisme mais à le pérenniser de manière autoritaire et en flattant l'impossible et fumeux égalitarisme, même à l'état de promesse électorale. La « lutte contre Macron » se résume sommairement en deux slogans imbéciles : la justice fiscale et le RIC. La « justice fiscale » dans un monde dominé par la finance corrompue est aussi saugrenue que loufoque. Le RIC, produit des marges de l'extrême droite, est un gadget hyper-démocratique grotesque qui ignore la vraie critique du parlementarisme par le communisme historique et vante un totalitarisme politique permanent alors que justement le prolétariat peut se passer de politique au quotidien, et que la délégation sert à cela... mais pas dans une permanente paranoïa du contrôle des délégués...1

« L'appel aux armées »2 est une vieille ficelle des factions de droite militariste comme lors de la fin de la colonisation de l'Algérie ; on se souvient que ce pauvre Luc Ferry, pauvre bourge affolé, avait appelé les policiers à se servir de leurs armes et à faire intervenir l'armée ; et depuis écoule peu ses pensums en librairie. L'an passé une autre louche veste jaune, Chalençon, avait exprimé son souhait que l'armée prenne le pouvoir pour permettre l'installation d'un « gouvernement de transition » (…) « seul moyen d'éviter la guerre civile ».

A rigolo, rigolo à demi, la semaine dernière dans un bled de l'Indre, le clan en veste jaune de Sylvain Baron avait convoqué les journaleux pour une exhibition fanfaronne avec une « lettre » à un vulgaire colonel « pour réclamer l’intervention de l'armée dans le but de « neutraliser ou mettre en fuite » Emmanuel Macron et son gouvernement »3. Le recours à l'armée est toujours le fait de la classe bourgeoise dans des circonstances où ce n'est pas des agités, en jaune en vert ou en rouge, qui cassent dans la rue sans objectif cohérent, mais quand la classe ouvrière menace de renverser l'Etat. Aucune révolution digne de ce nom ne peut avoir lieu sans désintégration des armées et polices bourgeoises et encore moins leur ralliement en tant que corps constitué. Baron est un con.

Le délire des grandeurs a beau s'emparer d'une foule de Narcisse – entre radicalisation putschiste et aventure électoraliste - on en rigole dans les chaumières prolétariennes ou en s'en fiche tellement ils sont cons ces agitateurs de bistrot « jaune » (la couleur des traîtres en général ou des cocus). Flatter un mouvement moribond depuis des mois ne réussit pas plus aux prêcheurs en eau trouble. On n'a pas oublié non plus les Jean-Luc Mélenchon et Olivier Besancenot, membre du nouveau parti anticapitaliste (NPA, tendance fémino-écolo), qui avaient eu beau faire savoir qu'ils soutenaient l'appel à une «grève générale illimitée» lancé par le brave Eric Drouet... personne n'a envie de suivre un ignare et deux de ses admirateurs béats... de jalousie4.

SON COURRIER EST REMPLI DE MEPRIS SOCIAL...

Une des méthodes pitoyables de la gauche bourgeoise, et souvent néo-stalinienne dans ses
versions végans notamment, est l'exaltation de l'ignorance ou plutôt une sorte de compassion perverse pour les « exclus de la culture ». Un trouble journaleux, un incertain Vincent Glad, qui fait partie des snipers sadiques à la Moix et Caron, a pris la défense de l'orthographe désastreuse de Drouet, à défaut de son inculture politique crasse. Attention qu'on ne se méprenne pas sur le fond de mon propos ici, qu'un révolté crie sa révolte sans savoir écrire ou même qu'il l'écrive en langage sms, ne diminue en rien le respect que je lui porte ni mon écoute. Ici il s'agit d'autre chose : l'affirmation de fierté de son inculture et de son ignorance. Soutenu par un plumitif provocateur de Libération concernant le « choc culturel »:
« Mon courrier des lecteurs arrive chaque jour sur Twitter et il n’est pas toujours agréable à ouvrir. Mes tweets sont devenus un grand défouloir pour les anti-gilets jaunes, qui rivalisent de bons mots et de commentaires méprisants pour moquer l’inculture ou la bêtise des manifestants. Considérant que leur influence est majeure sur le mouvement, il m’arrive souvent de relayer les publications d’Eric Drouet et Maxime Nicolle sur leurs groupes Facebook respectifs. Ces prises de parole me paraissent une information au même titre que les communiqués de presse d’une centrale syndicale. Les réponses que je reçois sont d’une grande violence, tournant en général autour de leur QI supposément faible et de leurs fautes d’orthographe. La foule haineuse n’est pas toujours là où on le croit ».
Le défenseur de la mauvaise orthographe en gilet jaune explique ensuite :
« Renvoyer systématiquement les gilets jaunes à leurs fautes d’orthographe est une manière d’exclure les classes populaires de l’espace politique légitime. Les gilets jaunes n’écrivent pas sur Internet pour se faire bien voir mais simplement pour se faire comprendre. Eric Drouet répète sans cesse qu’il fait de nombreuses fautes d’orthographe et c’est d’ailleurs pour cela qu’il privilégie l’exercice du live en vidéo ».
On peut apprécier modérément que l'auto-désigné leader Drouet soit intronisé « représentant des classes populaires » (lesquelles?). Drouet ne répète pas qu'il sait qu'il fait sans arrêt des fautes d'orthographes, il s'en flatte et envoie chier ceux qui le lui font gentiment remarquer. Ce journaliste réac qui regrette « qu'on ne puisse pas vivre ensemble », dénonce cette « intolérance orthographique » d'une foule haineuse (contre une autre foule haineuse!?), et déplore deux mondes différents qui s'entrechoquent ! C'est à dire la fable où il n'y a plus, face à face, que les vestes jaunes et Jupiter Macron ! Mais plus du tout prolétariat versus bourgeoisie ! Ce Glad n'est même pas un joyeux membre de la confrérie éclatée des vestes jaunes mais un vulgaire pervers qui a fini par se faire jeter5.

L'IGNORANCE QUI CARACOLE EN VESTE JAUNE

L'ignorance politique (et orthographique) rime avec refus d'esprit collectif. Certainement qu'il y a nombre de petits bourgeois haineux qui se fixent sur la malheureuse orthographe de Drouet pour dénoncer aussi cette prétention à se la jouer « Jojo égal d'un ministre » (il prétend aussi se porter à la candidature présidentielle...). Mais le problème n'est pas là6. Cette indifférence à corriger sa propre insuffisance en orthographe est révélateur des deux tares majeures de ce mouvement finalement totalement poujadiste et inculte sur les vraies causes et remèdes à la misère sociale et politique :
  • l'individualisme borné : j'écris comme je veux, ce que je veux, qui m'aime me suive !
  • Le collectif n'existe pas : comment puis-je imaginer par exemple qu'une conne d'enseignante m'aide à corriger mes communiqués adoubés précieusement par mon parterre de journalistes !

Le pire n'est pourtant pas dans l'étalage sans complexe de cette nullité orthographique, qui dessert même tout propos sensé en se ridiculisant souvent, un mot sonore n'a pas forcément le même sens, mais dans l'ignorance politique TOTALE de l'histoire du mouvement social, socialiste et communiste. Ils prétendent rénover le parlementarisme ! S'ils en connaissaient vraiment l'histoire et les critiques de la gauche historique maximaliste ils ne secouraient pas autant leur balayette de carnaval ! Le blocage de la circulation automobile apparaît plus efficace que la grève classique mais ne génère aucune conscience de classe ni n'ouvre la voie à une réelle solution politique ou alternative au capitalisme. L'ultra-démocratisme de façade (et vraiment creux) que leur a refilé l'extrême droite signifie une atomisation encore pire que la farce démocratique actuelle (avec la possibilité qu'ils y ajoutent l'addendum de Caron : faire passer un examen aux électeurs pour voir s'ils sont capables de voter en connaissance de cause!). Le comble de leur utopie électorale est bien entendu l'invraisemblable « justice fiscale »7, mot d'ordre typique du petit boutiquier affolé prêt à prendre en otage un CRS. On va voir comment Piketty prend la défense du petit boutiquier.
Enfin le comble de l'ignorance politique et de l'incapacité à réfléchir reste l'ignorance des classes sociales. Il y aurait « l'élite avec Jupiter » et « la population ». Un conception simple mais, pour être gentil, néo-fasciste ! Cette vision bipolaire, plaquée d'ailleurs au quotidien par les médias (avec approbation gouvernementale bien sûr) vient là aussi effacer l'opposition fondamentale prolétariat/bourgeoisie, la seule qui peut poser la question révolutionnaire du renversement du système. Je sais qu'on nous assure que ce n'est plus qu'une vision de l'esprit de communistes ringards. M'en fous, regarder l'histoire, apprenez en connaissant l'histoire. Le prolétariat reste une classe sociale universelle, non pas cette confuse notion de peuple ou de population, mais fondamentalement apatride et qui n'a pour but et conscience, contrairement aux classes intermédiaires, que de renverser réellement le capital.
La grève du métro pour la défense des retraites est bien plus dangereuse et significative que les fumées jaunes des bandes d'agités décorés avec des slogans néo-fachos !
Continuez à rêver réformer l'ignominie capitaliste ! Mais tant que votre confusion pipole en jaune perdurera vous resterez impuissants face à l'Etat, car celui-ci, plus malin que vous sait que seule une opposition claire des classes peut être le seul vrai danger pour son règne prolongé. La révolte initiale a nettement disparu, laissant place aux agitations frénétiques de carriéristes qui ne valent pas plus que les politiciens que nous avons rejetés définitivement.

LES GILETS JAUNES « idiots utiles » de Macron ?

Franchement ils le sont devenus, comme les poujadistes jadis qui, au bout de sept ans de contestation, sont devenus gaullistes. Il exista probablement dès la préhistoire quelques idiots utiles qui s’ignoraient, leur avènement comme espèce à part entière, identifiée comme telle, est contemporain de celui des régimes totalitaires et de l'hyper-démocratisme aussi totalitaire. C’est en effet la noirceur de la cause qu’il sert par une confondante naïveté qui, par contraste, propulse l’idiot utile et lui donne tout son relief. Le prototype ? L’intellectuel de gauche occidental manipulé par le régime soviétique pour en vanter les mérites (ou a minima en taire les crimes) puis reconverti en islamo-gauchiste défenseur du mode de vie musulman. En raison sans doute de cet ancêtre commun, on attribue généralement la paternité de l’expression à Lénine. Mais nul ni moi n’en a trouvé trace dans ses écrits.
Un idiot utile sort du lot en ce moment dans l'espoir de toucher les prébendes d'un autre best-seller, surtout en milieu jaune. Avec «Capital et idéologie» pour Thomas Piketty: la propriété, c’est le mal. Hé hé on se souvient d'un certain Proudhon selon qui la propriété « c'est le vol ». Encore un millier de pages pour « dépasser le capitalisme ». Mais comment mettre en œuvre ces propositions radicales visant à redéfinir la notion même de propriété ? Et suffiraient-elles à détruire les piliers de l’hyper-capitalisme contemporain ?

Piketty soutient les vestes jaunes et la transition écolo

Deux objectifs incompatibles autant que sont ennemis croissance et décroissance : quand les riches parlent de décroissance le pauvre sort son revolver.
Lisons la complainte de la nouvelle femme de ménage du capitalisme, qui se prélasse dans la guimauve idéologique à la mode :
« Pour autant, est-on bien sûr que ces politiques ont produit les effets escomptés ? Depuis la crise de 2008, et surtout depuis Trump, le Brexit et l’explosion du vote xénophobe partout en Europe, on mesure mieux les dangers posés par la montée des inégalités et le sentiment d’abandon des classes populaires, et beaucoup comprennent le besoin d’une nouvelle régulation sociale du capitalisme. Dans ces conditions, en rajouter une couche en faveur des plus riches en 2018 n’était vraiment pas très malin. Si Macron veut être le président des années 2020 et non des années 1990, il va falloir qu’il s’adapte vite.
Le plus triste est l’effroyable gâchis sur le front climatique. Pour qu’une taxe carbone réussisse, il est impératif d’affecter la totalité de son produit à l’accompagnement social de la transition écologique. Le gouvernement a fait tout le contraire : sur les 4 milliards de hausse de taxes sur les carburants de 2018, et les 4 milliards supplémentaires prévus pour 2019, il n’envisageait de consacrer qu’à peine 10% aux mesures d’accompagnement, alors que le reste finançait de facto la suppression de l’ISF et la flat tax sur les revenus du capital.S’il veut sauver son quinquennat, Macron doit immédiatement rétablir l’ISF et consacrer ces recettes pour compenser ceux qui sont le plus durement touchés par les hausses de taxe carbone, qui doivent reprendre leur cours. Et s’il ne le fait pas, alors cela signifiera qu’il aura fait le choix d’une idéologie pro-riches dépassée au dépend de la lutte contre le réchauffement climatique ».
Pas d'inquiétude pour l'Etat bourgeois donc, le discours lénifiant de Piketty peut séduire le petit boutiquier en veste jaune, voire l'émouvoir, mais Piketty reste le roi des réacs en faisant semblant d'oublier la violence qui régit les rapports sociaux et en proposant de régler tout par l'impôt (justice fiscale quand tu nous tiens) et en évacuant toute utilité et pérennité à 200 ans de luttes de classes.
NOTES

1L'idée de référendum d'initiative populaire date des années 1980 et fit les beaux jours de Pasqua à Le Pen, les Bachaud et Chouard ont repris le filon qui s'est imposé sans objection dans la guimauve gilet jaune.
2En fait il y en a eu deux, l'autre, qui comportait un laïus destiné à culpabiliser les masses qui n'ont plus envie de suivre une bande de rigolos ou de se faire crever un oeil par les flics, puis une injonction au tous ensemble même avec les syndicats véreux, a disparu de la circulation. Elle était plus perverse que le lourdingue appel au « colonel ».
3Pantalonnade sans mémoire encore. L’annonce du recours à l'armée par Macron et sa mise en scène par le gouvernement, vieille habitude cyclique dans la lutte des classes en France, avait immédiatement enflammé l’opposition, de gauche comme de droite. Les réactions critiques s'étaient multipliées. La myriade des « gilets jaunes » s'était émue de l’annonce sur les réseaux sociaux, y voyant une nouvelle atteinte aux libertés. « Jamais de la vie un soldat français ira tirer sur un civil français sur le sol français [car] les militaires français sont pour la plupart des enfants de “gilets jaunes” » avait assuré casquette à l'envers. L’utilisation de l’armée lors d’un conflit social n’était pourtant pas une première. En 1992, Pierre Bérégovoy, alors premier ministre, avait fait appel aux militaires pour dégager des axes routiers bloqués par des camionneurs qui protestaient contre l’instauration du permis à points. Plus de cinq cents soldats, des blindés légers et un char AMX-30 avaient notamment été envoyés sur l’autoroute du Nord, près de Phalempin, afin de libérer l’axe Paris-Lille. L'ex-militaire Benjamin Cauchy lui a carrément rejoint de camp des souverainistes, adieu Berthe en jaune !
4Casquette à l'envers, Maxime Nicolle, a dénoncé à sa façon les factions du compromis électoraliste, aussi ignare que son pote Drouet : "La politique, c'est de la connerie, ça tue l'humain. Vous n'avez rien compris, et en plus vous prenez les gens pour des cons."
5La « Ligue du LOL », un groupe secret d’une trentaine de journalistes et communicants très influents, est accusée d’avoir harcelé une douzaine de victimes sur Twitter, surtout des femmes, à partir de 2009.
  • Une victime présumée, Florence Desruol, affirme à 20 Minutes que le créateur du groupe, Vincent Glad, et d’autres membres de la LdL, ont notamment eu recours à des comptes Twitter anonymes pour l’attaquer en ligne.
  • Mis à pied à titre conservatoire par Libération, Vincent Glad, qui a travaillé chez 20 Minutes puis à Slate, a d’abord nié avant de reconnaître qu’il était « effectivement une des six ou sept personnes à avoir le mot de passe du compte » @Foutlamer
6Il est aussi là, dans l'excuse de l'ignorance, qui reste inexcusable depuis la meilleure tradition antique. Après s'être enquis auprès de tous ceux qui passent pour savants (artisans, poètes et politiques), le Socrate de L'Apologie conclut qu'être compétent en un domaine n'exclut pas la forme la plus insidieuse de l'ignorance : croire savoir, donc se croire dispensé d'apprendre. N'est pas savant celui qui dispose d'une technique particulière, ou qui occupe une célébrité provisoire. Le sophiste l'a compris, qui prétend, grâce à sa maîtrise du discours, à un savoir total. Se laisser persuader par lui, c'est vivre dans la Caverne : c'est lui qui manipule les figurines dont les prisonniers, enchaînés par leur ignorance, voient défiler les reflets sur la paroi, en les tenant pour seuls réels. Son savoir ne trouve même pas sa mesure dans la conception d'un modèle à inscrire dans un matériau approprié, ou dans la production d'une totalité devant intégrer harmonieusement ses parties : ce n'est pas un savoir-faire, c'est, dit Gorgias, un art de la flatterie. Le sophiste vise l'agréable, non l'utile. Si près de nous Marx écrivait que l'ignorance se cumule avec la misère : « L’accumulation de richesse à un pôle signifie donc en même temps à l’autre pôle une accumulation de misère, de torture à la tâche, d’esclavage, d’ignorance, de brutalité et de dégradation morale pour la classe dont le produit propre est, d’emblée, capital”. « Ignorance never yet helped anybody » (Reminiscences of Marx and Engels, p.272, my emphasis, AW) contre Weitling. Marx dénonce Porudhon dans La misère de la philosophie, en 1845 ; il y dénonce l'ignorance de Proudhon concernant les questions économiques. Il lui reproche d'être un esprit "petit-bourgeois", et de propager un socialisme utopique, Proudon un ancêtre gilet jaune !
7Quand on sait que nombre de vestes jaunes de bas étage ne payent pas d'impôts...

mercredi 4 septembre 2019

LE POUVOIR ET SES POLLUTIONS



UN POUVOIR POLLUANT EN TRANSITION ECODEMAGOGIQUE
(il y a pollution et pollution)

"le problème est que l'écologie est en train de devenir une nouvelle religion, dont les prêtres les plus intégristes refusent toute critique".
Pierre Kohler, L'imposture verte, (ed A.Michel 2002)




Je l'ai déjà souvent constaté la bourgeoisie a repris, quoique de façon caricaturale et obscène, la référence internationaliste : un monde sans frontières (alors qu'elles sont plus présentes que jamais), un souci de l'humanité entière (alors que règne le chacun pour soi et des guerres obscures à la périphérie), un antiracisme de surface (alors que les oppositions de races et de communautés sont entretenues), auquel s'est ajouté dernièrement de façon tonitruante et truande un souci de sauver l'humanité de la pollution avec l'héroïsation d'une merdeuse suédoise appelant à la rescousse les « scientifiques » comme si cette catégorie sociologique n'était constituée que de saints hommes.

Ce ramdan1 écologique - qui vient alterner avec la dénonciation des « féminicides » et l'apologie d'un immigrationisme humanoïde – semble en passe de devenir la mère de toutes batailles municipales et politiques. Toutes les radios répercutent la mise en scène de ce ramdan fort bruyant quoique infantile ; un sondage « révèle » une « inquiétude généralisée » : l'éco-anxiété ! A renouvellement de la propaganda nouveau vocabulaire les mecs ! Irrésistiblement la fin du monde aurait donc supplanté la dérisoire fin de mois. Dérèglement climatique ou dérèglement politique ? On peut valablement s'interroger. Tous les partis politiques conviennent qu'il faut comprendre le rejet des élites (vocabulaire de substitution ignorant la classe bourgeoise et qui fonde les populismes), lesquels populismes pleurent pour plus de démocratie, donc on va leur servir la démocratie écologique, à pleine soupe. Le prurit écolo a notoirement mordu dans la jeunesse, ce sont les animateurs radio de France Inter, radio indépendante, qui l'affirment : « les enfants sont moteurs... », celui-ci, bambin de huit ans demande déjà : « qu'est-ce que je peux faire pour la planète ? »2.
La politique de papa, écornée et puante, rentre par la fenêtre, avec des accents très patriotes du temps de la der des der : « passer de l'engagement individuel à l'engagement collectif ». Pour la « transition écologique » tout le monde doit mettre ses actes en conformité. Chacun doit agir pour améliorer l'environnement écologique. Vous aurez noté que l'environnement capitaliste a disparu dans le membre de phrase. L'écologie efface le capitalisme par le miracle des phrases.

Dérèglement climatique ou embrigadement toutes classes confondues ?

D'entrée j'ai rappelé que la bourgeoisie a repris caricaturalement et en le dévitalisant notre vieil internationalisme, on peut en dire autant avec la vieille perspective catastrophiste du mouvement ouvrier. Cette vision catastrophiste urgentiste d'un monde en fusion immédiate, entretenue par le discours dominant, se nourrit d'approximations et de contre-vérités, qu'on peut sans mal rectifier. Le charbon a une portée plus nocive que l'amiante. Des milliers d'hommes ont plus de chance en Syrie, en Afghanistan ou en Ukraine de mourir de la guerre capitaliste et des exactions des mafieux en Amérique du Sud que des radiations nucléaires. Malgré l'indéniable réchauffement de la planète, la Terre a plus de chances de périr par les exactions généralisées des guerres capitalistes que par les sacs de plastique qui flottent dans l'océan, ce qui est certes déplorable mais reste transparent et apparent. En focalisant l'attention du public sur une urgence planétaire on arriverait presque à nous faire oublier que le capitalisme... planétaire est à la veille d'un nouveau krach avec un dangereux réchauffement soudain de la lutte des classes et non pas des dangers plus ou moins imaginaires immédiats inventés par les médias dominants. Les prédictions écologiques catastrophistes nous resservent le même type de chanson aux accents totalitaires (indiscutables) du totalitarisme américain en guerre et du stalinisme. La nouvelle religion écologique punitive et décroissantiste est l'Arche de Noé derrière laquelle toutes les populations indifférenciées et classes sociales doivent se mettre à la traîne3.

L'écologie « révolutionnaire-collabo » au service de la pollution islamiste

Je l'ai déjà constaté à plusieurs reprises ici le pouvoir d'Etat n'existe que par ses oppositions multiples qui n'en sont que les divers valets. L'idéologie contestataire et utopiste confirme qu'elle est à la remorque du pouvoir.
Le combat pour une écologie punitive et culpabilisatrice est commun par exemple entre Macron et les mecenaires du NPA. Ces prédicateurs suce-boules sommaires du syndicalisme officiel rallient chaque fois que possible l'union nationale écologique et notamment son slogan « plus que dix ans... » : « Sortir du nucléaire en moins de dix ans, c'est possible » (et de préférence au service des bourgeoisies américaine et allemande). Les nouveaux collabos du NPA en appellent donc eux aussi à la queue leu-leu des nouveaux millénaristes écolos-bobos à des mesures d'urgences néo-staliniennes même sans détruire le capitalisme : « C’est le système capitaliste qui est la cause de ce danger mortel pour l’humanité. Pollution, effet de serre, productions inutiles, obsolescence programmée, polluants, il y a de très nombreux facteurs de pollutions qui sont directement lié au mode de production.Il y a donc urgence, à l’échelle mondiale, à contrôler la production, à réquisitionner en particulier les grandes entreprises de l’énergie et de l’industrie, premières en cause dans le danger qui nous menace ».

LES PORTEURS DE VALISE D'UN ISLAM BCBG

Le « danger qui nous menace » est évidemment toujours le fascisme réchauffé via la mise en cause de la pollution islamiste. Admirateur du « grand historien de la laïcité Jean Baubérot » - ce vieux rabatteur électoral de la gauche islamo-bobo et ardent défenseur du droit des femmes à rester voilée4 – le NPA exige une souplesse, qui pue l'opportunisme, concernant « l'analyse marxiste de la religion ». La pollution islamiste qui est loin d'être quantité négligeable ne serait pas comparable à la pollution idéologique capitaliste. Notons que de même que le catastrophisme écolo exclut la catastrophe qu'est devenu le capitalisme, de même sont oublié les grandes vagues terroristes et les campagnes de terreur des séides des Etats islamistes, sans doute en continuité avec les libérateurs nationalistes des sixties car les trotskiens sont toujours du côté d'un camp d'assassins et de leurs brebis :
« Ce qui est moins souvent rappelé à propos de l’islamophobie, c’est l’ampleur de l’offensive politique, intellectuelle et médiatique qui s’est déployée en France depuis une vingtaine d’années, qui a imposé progressivement un système de discriminations contre les musulman·e·s et un appareil idéologique dans lequel l’islam et les musulman·e·s apparaissent immanquablement comme un « ennemi de l’intérieur », qu’il s’agirait de surveiller et de contrôler ». 
Ce n'est aucunement aussi simpliste ! La bourgeoisie n'est pas bègue comme ses alliés trotskiens, elle a deux voire trois langages en même temps : dénonciation des crimes islaminguants5 mais aussi félicitations aux curés musulmans, et fraternités avec les chefs d'Etat des pays à dictature religieuse.
Le soutien, non pas internationaliste certes antipatriotique pour un camp seulement) mais criminel de fait contre les soldats de leur patrie originelle, de la part de l'extrême gauche anti-colonialiste, n'est plus à démontrer : « L’apport de la IVe Internationale, et notamment de la section française, pour l’usine au Maroc du FLN, touche à un point sensible de la solidarité avec les Algériens. Les armes qui sont fabriquées dans cette usine sont vouées à être utilisées contre des soldats français, et les trotskistes ne s’embarrassent pas en ce domaine d’hésitations qui ont pu faire refuser à certains porteurs de valises de transporter des armes. Le soutien n’est pas seulement « humanitaire » ou politique mais militaire, il y a là un appui sans équivalent par rapport aux autres réseaux avec toutes les conséquences qui en découlent »6.
Nos trotskiens modernes vont-ils égaler leurs pères en fabricant de faux papiers pour les migrants « pourchassés » , les planquer et leur fournir un exemplaire du coran voire un revolver pour buter un blanc facho ?7 Les trotskiens soutiennent les factions les plus arriérées non pas de l'immigration en général mais des cliques politiques communautaristes des deuxième ou troisième génération. Comme les valets syndicalistes, ils peuvent aussi servir d'intermédiaires entre factions nationalistes ou « racisées ». Les arrangements possibles l'Etat les a expérimentés en avril 1956 lors des protestations des intellectuels avec Sartre pour qui tuer un blanc était « un acte révolutionnaire », les collabos-mercenaires français du FLN sont excusés : « Tous les militants trotskistes sont relâchés le 9 mai 1956 et les poursuites contre eux seront abandonnées faute de charges suffisantes pouvant prouver leur collusion avec le FLN »8.
Aux Etats-Unis ils auraient tâtés de la chaise électrique et en Russie été fusillés sur le champ.
La diversification des possibilités de choix de soutenir un camp ennemi sans que cela n'entraîne une mise automatique au peloton d'exécution pour trahison par la bourgeoisie me fascine au XX e siècle ; c'est quelque part la preuve qu'elle garde plusieurs fers au feu et que les guerres modernes, de libération nationale ou terroriste obéissent à des lois plus compliquées, et qu'il faut toujours garder au chaud les opposants plutôt que les fusiller systématiquement comme les dictatures bornées9. Il y a aussi inversion des rôles « subversifs ». Les identitaires qui ont symboliquement paradé pour mettre fin à l'invasion migratoire par les Alpes ont écopé de six mois fermes, quand les trotskiens restent du côté de la police et de la magistrature pour l'ouverture des frontières à tout va.

ON N'A PAS LE DROIT D'ETRE ISLAMOPHOBE (mais je le prends)

Le fond de l'air est toujours fasciste pour le croyant trotskien et il y a suffisamment de profs auteurs pour le peindre. Le site du NPA en réfère donc à un certain Ugo Palheta qui a aussi la palette fasciste à son arc - « La possibilité du fascisme » (ed la découverte). Résumons la psychologie plutôt que la pensée de cet auguste antifasciste de salon : « l'islamophobie n'est en rien un simple masque (…) Elle permet en effet d'affirmer l'altérité et la dangerosité des immigrés et descendants d'immigrés extra-européens en raison de leur appartenance, réelle ou supposée, à une « communauté musulmane » (…) voire de les discriminer au prétexte de leur prétendu « communautarisme ».
Ce type n'a jamais visité la Seine Saint Denis. Le déni gauchiste conduit psychologiquement à inverser les problèmes. Ce ne sont pas des fanatiques musulmaniaques qui ont posé des bombes ou tiré dans la foule innocente, c'est d'abord qu'on a « racialisé » les problèmes et qu'on les a montré du doigt10. Si on demande à cet âne comment il explique les attentats terroristes et l'aptitude de nombreux « croyants » à tuer sans remords because Allah le leur a demandé, il fermera sa gueule, comme je suis capable (et je l'ai déjà fait) de fermer la gueule à une messe publique NPA.
Harcèlement islamophobe ? Non harcèlement terroriste de l'Etat et des terroristes des autres Etats en même temps que soutien aux pires arriérations religieuses. Les progénitures des militaires trotskistes qui appuyaient les attentats terroristes du FLN, soutiennent le voile intégral tout en étant les plus suivistes féministes. Quelle pitié !

LA POLLUTION « FEMINICIDE »

La bourgeoisie croit pouvoir continuer à leurrer le peuple et le prolétariat par des inventions d'une novlangue ridicule et creuse avec ses variations infinies : « biodiversité », « négationniste du climat » ou « climatosceptique », « jeune » au lieu de délinquant, « islamophobie » mais pas « islamophilie », « féminicide » mais plus assassinat, etc.
Les trotskiens sont en tête de la promotion « féministe », pollution politique étendue à la lutte de classe où la femme de ménage est placée au sommet de la grève exemplaire selon la théorie féministe (pas marxiste) de la « reproduction sociale) :
« Même si, dans ce cadre, le travail reproductif peut connaître une forme de dégenrement, et être assuré par des hommes, on constate que les services à la personne demeurent majoritairement effectués par des femmes des classes populaires (car relevant de compétences construites socialement comme féminines) et, parmi elles, nombre de femmes racisées. Or, on constate que ces secteurs sont précisément ceux qui connaissent, en France, un dynamisme fort en termes de lutte depuis ces dernières années, avec beaucoup de grèves victorieuses, comme la grève du nettoyage à ONET ou dans les Holiday Inn »11.
La « stratégie » est le mot qui fait croire au trotskiste de base qu'il fait de la politique et qu'il est dans le secret des dieux ou dans l'agenda de ses envoyés spéciaux Poutou et Besancenot, est le mot clé de la faction néo-pabliste ! On lui fournit le « programme » agitatoire clé en mains : « construire la grève féministe internationale du 8 mars (…) elle doit être notre priorité pour l'année prochaine (…) en mobilisant dans les syndicats pour la construire (notamment les syndicats locaux où nous sommes implantéEs), et en articulant les revendications du monde du travail à des enjeux proprement féministes (fin de l'impunité des violences sexistes, extension du délai d'IVG, éducation au genre, PMA pour ToutEs, droits des personnes trans...) ».
La féminisation politique du trotskysme décadent n'est plus à démontrer mais on ne savait pas que désormais la conscience était apportée de l'extérieur par le sexe féminin : « ...c'est néanmoins un premier pas nécessaire pour construire un mouvement féministe qui soit capable d'influencer le mouvement ouvrier et d'amener la lutte des classes sur le terrain de la bataille pour les droits reproductifs ». Oui ils ont osé aller jusqu'aux « droits reproductifs » mais pas au renversement du capitalisme ! Après nous avoir fait croire que le fellagha algérien allait déclencher la révolution (permanente?) en France, c'est au tour des femmes ! Il y a fort à parier que tôt ou tard ils rejoindront l'antispéciste herbivore occasionnel Caron et que, avec lui, ils feront appel à l'activisme animal et à la conscience extérieure des abeilles. En tout cas on aura noté que, choqué par les faits divers concernant les « féminicides » le NPA réclame plus de sévérité policière pour mettre enfin fin à ce fléau.

VOUS AVEZ DIT « FEMINICIDE » ET LE « MASCULINICIDE » ?

C'est un fléau incontestable et incontesté ce meurtre de femmes par leurs conjoints qui vous saute dessus en listant les infos sur votre portable ou au déroulé à l'écran de votre ordi. Tout a déjà été dit et cela continue. Il paraît que ce genre de crime existe chez une espèce près de nous, les chimpanzés, selon la paléontologie, des marques de coupures sur des os vieux de plusieurs dizaines de milliers d'années. Le motif ? Toujours le même : la jalousie ou le désir de quitter l'autre. Rien à voir avec le capitalisme me direz-vous ? Le sens de la propriété n'explique pas tout. Des études ont montré au Canada que près de 80% des hommes et près de 60% des femmes ont pensé au cours de leur vie tuer quelqu'un, sauf que pour les femmes la durée mortifère ne durerait que quelque secondes alors que pour les hommes c'est de l'ordre d'heures entières. Il faut être prudent concernant le genre visé par ce crime, il existe aussi de dangereuses femmes perverses narcissiques ou qui tuent plus efficacement moralement. Selon une étude du Ministère de l'Intérieur en 2012, 17% des victimes des meurtres conjugaux sont des hommes ; le meurtre psychique par l'abandon de la part de la femme perverse narcissique semble fréquent...
Mais soyons clair, les études montrent tout de même que 90% des homicides de femmes sont des hommes. Mais on ne pense, au gouvernement et chez les trotskistes féministes que sévir résoudra le problème. Jamais ces bateleurs de foire ne questionnent sur les causes et sur la moralité et l'immoralité du capitalisme. La pauvreté et le statut marital (non marié) sont pourtant des causes majeures, un quart des meurtriers sont au chômage... L'homme tue volontiers sa femme par peur de la perdre et de se retrouver seul... Comment ne pas noter aussi la raréfaction des relations sociales, la difficulté à se faire des amis ou à retrouver facilement une femme (ou un homme), sans oublier la misère sexuelle, solitude sexuelle plus ou moins colmatée par la prostitution et les sites pornos. Sans oublier, et j'en ai été témoins plusieurs fois, autant de victimes de violences sexuelles ou conjugales qui refuseront d'aller porter plainte parce qu'elles savent que ce sera peine perdue face à leurs interlocuteurs qui ne les écouteront pas.
Rions avec les propositions du bureau politique féministe du NPA - « Commission nationale d’intervention féministe » - qui, en résumé, demande à la police d'en faire plus :
« Mais tout de suite il faut débloquer un budget d’un milliard d’euros minimum, comme dans l’État ­espagnol. Ce chiffre est à comparer au coût social des violences faites aux femmes estimé à 3,6 milliards d’euros, en 2012, par une commission d’experts à la demande du ministère des Droits des femmes. Il faut aussi exiger du gouvernement des mesures immédiates : mises sous protection effective dès la première alerte ; simplification des démarches pour porter plainte, pour quitter le domicile familial, accès facilité aux services de santé spécialisés ; des personnels spécialisés et formés en nombre suffisant dans tous les services concernés (police, justice, santé, éducation…) ; il faut que la loi soit appliquée, l’agresseur éloigné ou mis en détention pour protéger la victime ; plus de places d’hébergement sécurisés pour les femmes et leurs enfants ; des dispositifs pour que les femmes conservent leur emploi ou puissent en retrouver un rapidement ; un accès au droit d’asile immédiat pour les femmes étrangères soumises à des violences sexistes et sexuelles ; plus de moyens aux associations féministes qui assurent des missions de service public ; une grande campagne d’information et d’éducation sur les féminicides, les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes.Pour le mouvement féministe, l’enjeu est de taille. Pour que la donne change, il faut imposer une politique ambitieuse et des moyens puissants. Pour cela il faut retrouver un rapport de forces conséquent, reconstituer l’unité la plus large autour d’actions ; mobiliser les femmes partout dans tous les lieux ; appeler à la constitution de groupes ou de collectifs, favoriser leur coordination, préparer un 25 novembre 2019 massif et unitaire ! »12.
Rigolons avec la secte LO à présent qui mélange tout et suppose que c'est l'extrême droite qui est « féminicide » :
« Samedi 30 août, une femme a été assassinée par son compagnon. C’est la centième depuis le début de 2019, qui risque de battre le sinistre record de 2018 où 121 femmes avaient ainsi été tuées.
Fin août à Paris, des manifestants ont dénoncé ces crimes et l’inaction du gouvernement. Depuis que ce dernier a annoncé ce qu’il appelle un « Grenelle des violences faites aux femmes », 27 d’entre elles ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint : une tous les deux jours. Une preuve quasi quotidienne de la barbarie de cette société fondée sur les inégalités et les oppressions de toute sorte. En l’absence d’une réaction puissante de la classe ouvrière derrière ses intérêts de classe, ces actes et cette politique, menée sous la pression de l’extrême droite, et déjà sous sa conduite dans plusieurs pays, vont perdurer et se donneront d’autres cibles. La chasse aux travailleurs immigrés, qui ne peut qu’affaiblir et diviser la seule classe capable de s’opposer au grand capital, peut se transformer en chasse aux travailleurs tout court, à leurs organisations syndicales ou politiques, et à ce qui reste de leurs droits d’expression ».


LE CONSERVATISME EST DE RETOUR AVEC LA DYSTOPIE


Tous ces dénonciateurs des diverses pollutions sont complices du système. Ils n'en sont même pas les animateurs mais des courroies de transmission chacun à leur façon, qui dans le féminisme, qui dans le syndicalisme, qui dans l'écologie oecuménique, etc. Tous nient tout rôle au prolétariat au niveau politique et social et chacun et chacune de proposer des recettes catégorielles, genrées, ciblées, découpées. Le père Julliard enterre à nouveau Marx pour nous ressortir Tocqueville. Les morts ré-enterrent leurs morts...
Aucun domaine de la lutte de classes ou de l'histoire du socialisme ne peut éviter d'être souillé dans cette période d'excitation hystérique des charlots alerteurs de fin du monde pour mieux conserver un capitalisme sans plus de perspective. Mais tous bataillent autour du même concept hypocrite de démocratie bourgeoise, un thème où les vestes jaunes se sont coulés eux-mêmes. On terminera avec un olibrius sans intérêt, pitre des médias de la secte anti-spéciste et végane qui s'est cru autorisé à revisiter L'Utopia de Thomas Morus, sans rien connaître de l'histoire du mouvement utopiste aux origines du mouvement prolétarien et du marxisme. Aymeric Caron13, pitre antispéciste des médias avec « Utopia XXI » prétend actualiser l'ouvrage de Thomas Morus. Auant Morus avait valeur historique autant ce petit plumitif narre banalement une nouvelle utopie qui affirme l'urgence d'une société écologiste, antispéciste, pacifiste, et solidaire : semaine de travail limitée à 15 heures, plafonnement des revenus à 10 000 euros par mois, fin du scrutin majoritaire à deux tours, instauration d'un permis de voter, gratuité de l'information, interdiction de la spéculation, abolition partielle des frontières, reconnaissance des crimes contre l'animalité, limitation des naissances, instauration d'un quotient de bonheur à la place du PIB, instauration d'une biodémocratie...

Ce monde qui ressemble à un rêve est pourtant le seul possible aujourd'hui. Dit son éditeur. Or toute l'argumentation du ruminant Caron est du type élitaire fasciste. Il récuse le suffrage universel en proposant que soient autorisés à voter les seuls citoyens qui auront passé un examen démontrant leurs aptitudes physiques, version moderniste du système censitaire ! Il demande aussi la création d'un gouvernement des experts et des scientifiques qui est une lubie fasciste traditionnelle vérifiant son mépris de bobo à tête de singe parvenu. Son programme relève du camp de concentration : fraternité obligatoire, égalité radicale (?), où l'économie conserve le système des marchés sans qu'il se demande pourquoi ce système foire justement en ce moment. Il promet un Etat qui affectera les logements, organisera la production et la répartition, régentera les hiérarchies sociales... à le voir s se pavaner chez Ruquier, je lui trouvais un air de déjà vu... stalinien. C'est marrant non ?

Or ce mélange de Hamon, Arthus Bertrand et Fernand Reynaud n'est qu'une dystopie c'est à dire une contre-utopie, une description du monde actuel avec un coup de peinture « démocratie » pour espérer le faire briller avec une moralité de cadavre. Un pollution idéologique de plus, mais creuse et d'une arrogance hitlérienne. Hitler était végétarien. Caron est plus poilu mais aussi borné, moche et méchant que son prédécesseur antisémite Moix.
Dès les premières minutes de la Comédie grinçante de David Wnendt « Il est de retour », inspirée du roman de Timur Vermes imaginant le réveil d'Adolf Hitler 70 ans après sa défaite, le führer déclare : « je m'allierai plutôt aux verts […]. Protéger l'environnement, ça revient à protéger la Patrie »14.






NOTES


1'Ramdam' expression que nous utilisions en France au début des sixties sans savoir qu'elle nous venait probabement des colons pieds noirs ; elle est en fait une déformation de 'ramadan' qui, pour les voisins de musulmans, était le symbole des tapages nocturnes liés à la fin du jeûne quotidien.
2Aux bambins un peu plus âgés, disons adolescents, encore baignant dans la naïveté et prêts à s'indigner des malheurs du monde, je conseille non seulement de lire le Manifeste communiste, mais l'oeuvre complète de Paul Lafargue, relativement peu abondante, synthétique et accessible sur le web ; il y définit les catégories de l'exploitation et les supercheries idéologiques de la bourgeoisie d'une façon plus accessible et claire que nos robustes maîtres marxistes classiques. Indignez-vous oui mais sur des bases de classe et pas à la traîne de la guimauve écomerdique de nos oppresseurs.

3« Voilà des gens qui viennent subitement de découvrir, parce que M. Hulot a finalement fait son caprice, que « tous les indicateurs sont alarmants ». Ils vivaient pour la plupart dans le luxe, le calme et la volupté – avec une contribution personnelle considérable aux désordres dénoncés  – et s’aperçoivent soudain que « [l]es humains […] sont en situation critique ». Rassurez-vous : ils (les signataires) continueront à vivre dans le luxe et la volupté (pour le calme… quand on voit les dérives accélérées vers l’intolérance, le repli identitaire, social et économique, la violence... » (cf Contrepoints) https://www.contrepoints.org/2018/09/04/324288-sauver-la-planete-quand-les-people-se-font-precheurs-dapocalypse
On peut aussi lire les articles de Berger (https://ripostelaique.com/author/claude-berger). Claude Berger est l'auteur de « Marx, l'association, l'anti-Lénine » qui fut, en son temps, le livre de chevet des conseillistes en France et d'Otelo de Carvalo, un des officiers de carnaval au Portugal de la "révolution des oeillets", et, en 2013, Pourquoi l'antisémitisme aux Editions de Paris. Cet antédiluvien sophiste a collaboré à diverses revues, Politique Aujourd'hui, les Temps Modernes, Spartacus, Le meilleur des mondes, Les Cahiers Bernard Lazare ; malgré son grand âge, (comme Morin) il est animateur principal de Riposte laïque, et sioniste acharné. Nombre de ses réflexions sont intéressantes, et il est parfois efficace contre les idéologies dominantes islamo-gauchistes, mais il reste un homme de parti-pris en référence à la communauté juive comme nec plus ultra, et donc hélas anti-marxiste primaire.
L'annonce fanatique de la fin des temps par l'écocratie est aussi dénoncée dans le dernier livre de Pascal Bruckner, en général honnête observateur des délires dominants.

4Le sous-fifre du NPA dénonce évidemment « ces lois ou circulaires discriminatoires et liberticides contre les femmes voilées et leur maillot de bain intégral ». ; sans doute ce que papy Trotsky appelait se jeter à l'eau et se mettre au niveau du peuple, même sans savoir nager en eaux troubles. Le NPA est aux côtés évidemment des néo-fascistes autour de la folle Houria Boutelja et de leurs délires post-coloniaux nationalo-islamistes. Ce en quoi il est plus dangereux que le RN en empêchant une véritable compréhension marxiste de la politique anticonformiste.

5 La propagande se base bien sûr sur le système du fait divers - en réalité fait social qui renvoie à un état donné de la société tout entière – comme sujet à interprétation extensive où on nous présente comme seul choix la vision gauche laxiste et droite simpliste otage de l'extrême droite. Le tueur afghan de Villeurbanne n'est pas le représentant de tous les afghans réfugiés ni ne les désigne tous comme des criminels potentiels, mais le hic est que chaque assassin se pare de l'islam et l'autre hic que la société capitaliste est désormais incapable d'intégrer correctement des arrivées, certes massives et inopinées, et que tout en vantant un accueil large et fraternel, elle les laisse dans la merde et nous avec.

7 En 1962, le fameux Pablo, avait franchi le pas du « soutien critique » à l'Etat indépendant mais déjà islamiste algérien, en devenant l’un des chefs de file des « pieds rouges » trotskistes qui s’installèrent en Algérie après l’indépendance avec l’espoir d’y construire le socialisme : il fut à ce titre l’un des conseillers de Ben Bella. Des trotskiens ont-ils poussé à nouveau le bouchon pour aller prier pour la révolution islamiste en Syrie ? Lire ceci : https://www.cairn.info/revue-historique-2001-3-page-695.htm . A l'époque seule la FA anar a une position correcte contre les collabos trotsko-musulmans ; elle renvoie dos à dos le FLN et l’État français et conseillant les « prolétaires nord-africains » de ne pas lutter « pour remplacer l’Évangile par le Coran ». Francis Lalanne ira-t-il avec sa camionette et ses potes trotskars véhiculer des migrants au nord de Paris où ils s'entassent et s'encrassent sans que cela ne dérange madame la maire ? M'étonnerait... sont trop trouillards. Le dernier camionneur, un polonais, qui a fait le coup avant hier, s'est fait coffrer manu-militari. Et sans aucun soutien du NPA !

8Ibid

9Cette indulgence ou permissivité est la preuve que tout le courant trotskiste est bien bourgeois depuis la guerre. Dans la résistance nationale française il y avait aussi des admirateurs de Pétain et des gens d'extrême droite antisémite.
10Ce pauvre Ugo ajoute sans rire : « En stigmatisant toujours davantage les musulmans on a ainsi contribué à construire un « problème musulman » sous couvert de le résoudre. Le harcèlement médiatique et politique dont ont systématiquement fait l'objet ces dernières années les femmes musulmanes ayant l'impudence d'apparaître comme telles publiquement ( …) serait incompréhensible sans cette « révolution conservatrice dans la laïcité (…) que l'on pense à Houria Boutledja, sans cesse présentée comme antisémite et homophobe ». Cette dernière étant surtout une conne sponsorisée par l'éditeur des bobos insurrectionnalistes et black blocs.
11Site du NPA.
12C'est une bande de rigolotes. J'ai déjà raconté mon expérience face à des femmes battues, dont certaines sont mortes, lors de ma carrière à EDF ; les féministes sont des connes bonnes à rien et qui ne font rien, et les flics sont impuissants et ne peuvent pas être derrière toutes les portes où des femmes sont battues et assassinées. Le Grenelle contre les violences conjugales est du même sabir, du bla-bla sans lendemain. Ces meurtres sont inhérents aux conditions de vie aliénée dans le capitalisme, et cocu est celui qui prétend y mettre fin.

13Aymeric Caron, gazettiste pipole et co-fondateur et porte-parole du REV – Rassemblement des Ecologistes pour le Vivant, auteur de « Antispéciste », « Utopia XXI » et « Vivant ». Nul à chier.

14https://blogs.mediapart.fr/tiberijac/blog/130916/le-hitler-vert-bientot-lecofascisme