"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

samedi 4 juin 2016

L'impéritie du zouave Hollande


UNE CATASTROPHE PAS TRES NATURELLE... Impéritie ou politique suicidaire du culte de la propriété privée ?

Suivi de : Emmanuel Todd a-t-il pris sa carte à la CGT

Qu'est-ce qui est plus catastrophique en ce moment à Paris ? Une météo alliée de la plus forte attaque bourgeoise depuis la guerre contre la classe ouvrière ou une impéritie de l'Etat bourgeois français soumis à la dictature de l'immobilier mercantile à parer à l'inondation du poumon économique de la France ? A Vaison la romaine que je t'oublie !1
Et c'est pas principalement le réchauffement climatique de l'industrie capitaliste mondiale délirante! C'est bien la bourgeoisie française dans la splendeur de son imprévoyance! Ils sont où nos donneurs de leçons écologistes et leur COP 21? Ils ont mendié quelques places au gouvernement des chrysanthèmes et des forts en thèmes à dormir debout! Au secours Hulot reviens avec la pipe à rigoler de ton grand-père!
Elle était évoquée la crue de 1910 depuis si longtemps, telle une carte postale jaunie, nos journaputes qui dédramatisent heure par heure même avec la pire montée de flots qui paralysent peu à peu toute la région parisienne mieux qu'une simple grève CGT, nous font subir des spécialistes des « catastrophes naturelles » qui, eux-mêmes affligeants de servilité à l'égard du pouvoir en place, racontent à peu près n'importe quoi pour tenter de masquer l'impéritie et l'irresponsabilité des « pouvoirs publics » successifs, à la ville comme à la campagne... En ville on « bétonne » sans se soucier que ça déconne complètement pour l'absorption des eaux dans les sols ! En campagne on abreuve les paysans de produits qui détruisent les sols et les rendent imperméables à l'eau de pluie. Les spécialistes déconnent complètement en voulant nous faire passer pour une catastrophe naturelle la destructivité de la loi capitaliste du profit ! Et la déconnade va continuer sous le mode assistance comme après les attentats terroristes. Les dégâts du capitalisme ne seraient traitables que par... les compagnies d'assurance :
« L'Etat de catastrophe naturelle doit être déclaré mercredi en conseil des ministres. Les victimes ont théoriquement dix jours après la publication de l'arrêté de catastrophe naturelle pour faire connaître leurs dommages. « Ce délai sera allongé », a promis vendredi Bernard Spitz, qui étaient aux côtés de Manuel Valls et de Juliette Méadel, lors de leur déplacement dans les communes de Longjumeau, Corbeil-Essonnes et Evry. Il s'agit pour les assureurs du premier sinistre climatique majeur de l'année 2016, avec les orages de grêle de la fin mai. En 2015, les événements naturels avaient laissé une charge de 1,5 milliards d'euros au secteur, un coût dans la moyenne haute des dernières années. Selon des projections publiées en décembre par l'AFA, le coût des aléas naturels pour les assureurs pourrait s'élever au total à 92 milliards d'euros sur la période 2014-2039, soit presque deux fois plus que sur les 25 années précédentes (48 milliards d'euros) ».
On fait livrer en catastrophe des tonnes de parpaings pour limiter les dégâts dans le métro. Valérie Pécresse flanquée du deuxième zouave de l'Elysée, Valls, vient demander non pas de réfléchir à de nécessaires travaux pharaoniques pour protéger l'une des principales capitales du monde mais à la CGT d'arrêter une grève dans le secteur des transports en solidarité... avec la bêtise dominante des gestionnaires aveugles de l'Etat !

Effroi des bureaucrates anonymes de la RATP « 140 km de tunnels peuvent potentiellement être sous l’eau »: « Nous avons armé notre cellule de crise. Compte tenu des informations fournies par le service de prévision des crues, nous avons décidé d’engager notre logistique, c’est-à-dire de faire transporter en banlieue proche, dans sept sites de stockage, du matériel habituellement stocké dans un rayon de 100 km autour de Paris. Nous avons activé nos fournisseurs et nos transporteurs : la nuit prochaine et tôt demain matin, trente gros camions doivent apporter 50 000 parpaings, 250 bétonneuses, des instruments de levage, du ciment… Tout cela nous permettra de dresser des remparts contre l’eau autour des stations de métro les plus exposées.A ce stade, vendredi 3 juin, en fin d’après-midi, nous ne pouvons pas encore savoir si cela sera utile ou non. Notre plan d’action élaboré en 2002 prévoit le déclenchement de ce processus à partir du moment où la cote de la Seine atteint 6,60 mètres, ce qui va probablement se produire pendant la nuit. Nous ne savons s’il y aura une aggravation de la crue ensuite, cela dépend entre autres des pluies ». Pauvres bureaucrates impuissants! Lors de grandes crues, il n’y a pas que les débordements du fleuve, il se produit aussi des phénomènes de résurgence : la gare Saint-Lazare était encerclée par l’eau en 1910 : elle se trouve dans une cuvette !

Depuis 1910, malgré deux guerres mondiales, diverses inondations depuis les années 1950, les « pouvoirs publics » et leurs bureaucratie inutile de « prévention des risques » n'ont pas trouvé mieux que de garder en réserve des tonnes de parpaings... de la Commune de Paris ?

Le problème est posé depuis longtemps par de sérieux géographes non soumis à la loi mercantile et anti-écologique du profit bétonneur et déconneur !


« Sur ce blog2, j’ai déjà à deux reprises abordé le risque d’inondation dans le Val-de-Marne et dans la vallée de la Loire. Avant d’y revenir, je m’arrête néanmoins un instant sur le discours prononcé par le président de la République hier – samedi 16 mars 2013 – à Bordeaux, lors de l’inauguration du pont Chaban-Delmas. C’était devant le « plus haut pont levant d’Europe » (France Info) qui enjambe depuis le début de l’année la Garonne. (…) Une image satellite me permettra de faire la transition et m’évitera d’insister sur le complet contre-sens présidentiel. On découvre la confluence entre la Marne (Est-Ouest) et la Seine (Sud-Nord). Dans la partie droite, s’étend la commune d’Alfortville et ses 44.000 habitants, dont la moitié vont un jour ou l’autre se retrouver sous l’eau (cf photo en haut). La voie de chemin de fer trace visiblement la limite entre les hors-d’eau et les dans-l’eau… our la suite, un post permet de mesurer l’action publique à l’aune du risque inondable : ‘L’aménagement des territoires face au risque d’inondation: regards croisés sur la Loire moyenne et le Val-de-Marne‘ Un paradoxe cruel se manifeste. D’un côté, on observe l’amélioration constante de l’encadrement législatif, preuve que l’Etat prend en compte la dimension environnementale; il est vrai que les erreurs technicistes du passé ont laissé des traces… De l’autre, les communes agissent à leur guise. Niant le risque (dans le cas d’objectifs en terme d’aménagement) ou l’instrumentalisant (mise en place d’espaces verts, de parcours ‘nature’, etc.)
Stéphanie Beucher et Sylvain Rode n’y vont pas par quatre chemins pour expliquer la concentration des risques en Loire moyenne et dans le Val-de-Marne. Alors que la population soumise au risque est passée de 120.000 (1950) à 300.000 (2000) dans la vallée de la Loire moyenne…
« [l]es communes ligériennes concernées par le Projet d’Intérêt Général se sont opposées unanimement à ce projet. » [En 1994-95] « Certains élus jugent le risque négligeable et considèrent qu’il est très surestimé par les services de l’État, cette surestimation injustifiée produisant des effets inacceptables sur leur territoire. D’autres élus ne contestent pas l’aléa en lui-même, mais plutôt l’appréciation portée par l’État… » « [Nombre] d’élus s’engouffrent dans la brèche de l’imprécision scientifique des cartes élaborées par les services de l’État, lesquelles servent de référence à son action préventive. »
Les auteurs passent ensuite au cas du Val-de-Marne (pour lequel une crue type 1910 impacterait 220.000 sinistrés). Lors de la publication du Plan de Prévention du Risque d’Inondation, il y a scandale dans une commune : Alfortville… La colère monte dès lors que le PPRI désigne des territoires comme « expansion des crues de la Marne« … Les désignés s’insurgent ! On s’aperçoit que les communes du Val-de-Marne ont (toutes ?) fait le choix de la négation du risque… En accusant l’Etat d’impéritie : « … seule une politique de construction d’infrastructures lourdes de protection constitue une solution efficace de gestion des inondations« .
En résumé, dans le Val-de-Marne, on milite pour un barrage (de +) sur la Seine (la Bassée, dans le secteur de la confluence entre le fleuve et l’Yonne)… Ce barrage – non construit – a d’ores et déjà une efficacité contestée, mais a un avantage pour les habitants du Val-de-Marne : sa situation plus en amont, chez les autres…
A Vitry-sur-Seine (contre exemple ?), la mairie joue carte sur table. La population a été informée du risque d’inondation. Mais la mairie a en même temps décidé de valoriser trois nouveaux quartiers… Sous le niveau de crue ! D’autres exceptions ? A Tours, la moitié de la plaine de la Gloriette (lit du Cher) transformée en espace vert. Plus en aval, sur la commune de Nazelles-Négron, les auteurs décrivent une sorte de sortie de la Loire, et un maire renonçant à un projet d’habitation les pieds dans l’eau au profit d’une construction sur le plateau dominant la vallée. La dernière exception pour les auteurs se situe à Villeneuve-le-Roi. Cette commune à moitié en zone inondable, et au tiers classée Seveso, combine en effet (re)logement social et aménagement durable en zone inondable ».
La crue de 1910 on y est déjà pratiquement et même en pire puisque les régions nord et sud de Paris sont largement touchées, que des villes entières de Longjumeau à Nemours ont été inondées comme elles ne l'avaient jamais été même pas en 1910 ! Et les journaputes de continuer à « relativiser » avec leurs bottes achetées en vitesse à LIDL avant fermeture.

Il a existé des projets, notamment un tunnel longeant la Seine qui aurait permis de drainer les eaux excédentaires, ou de faire baisser la rivière inconstante de Paname au moins d'un niveau d'un mètre... mais c'est trop cher... cinq cent millions à l'époque quand les dégâts actuels seront de l'ordre de milliards... Réjouissons-nous tout de même: les premiers apparts et caves touchées sont ceux du 16ème arrondissement ; gageons que les élus bourgeois de ce ghetto à riches seront tenus pour la prochaine échéance électorale de hisser des parpaings autour des augustes demeures des principaux voleurs de France. Mais le problème ne sera pas réglé pour autant. Je serais terroriste, je saurais qu'il suffit de faire péter deux ou trois barrages entre Amiens et Paris pour noyer la capitale !

Les géographes et démographes ne seraient-ils que les derniers bipèdes à tenir un langage de vérité ?

L'impéritie de l'Etat bourgeois à juguler la folie bétonnière du taux de profit n'a fait que s'ajouter à son incapacité à faire passer sans mal une réforme, au sens attaque cynique – il n'y a plus de réforme progressive sous le capitalisme décadent – avec l'aide des syndicats. Impuissance des syndicats et du gouvernement à nous baiser aussi vite que les fois précédentes ? Cela paraît évident. On ne peut rien reprocher au gouvernement : il fait ce qu'aurait fait un banal gouvernement de droite. Aucun reproche non plus aux syndicats, ils ont tout fait comme d'hab pour diviser la riposte ouvrière, tenter de l'émietter au maximum avec tant de défilés et de grèves dispersées qu'on en viendrait presque à les plaindre, soit de jouer les collabos comme la CFDT soit de jouer les durs à cuire comme l'hypocrite CGT, et leur misérable pote SUD, éternels minoritaires du flicage des prolétaires en lutte (cf. la dernière ridicule manif dite intercatégorielle des cheminots gauchistes). Le principal syndicat sponsorisé "terroriste" - ce qui fît bien rire dans les chaumières - a reçu le soutien inattendu de notre principal « prophète certifié » national. Comme géographe et comme démographe, moins comme sociologue et essayiste, Emmanuel Todd a parfois dit des choses intéressantes, à contre courant de « l'opinion », ce qui fît vendre ses livres. Sans rien changer au fond et à l'ambiguïté réactionnaire de ce personnage touche-à-tout, fondamentalement contre révolutionnaire dans la lignée de son prof Raymond Aron.

L'oracle Emmanuel Todd a-t-il pris sa carte à la CGT ?

Extrait d'interview :

« Je suis un anti-communiste radical. Donc, si je dis du bien de la CGT, cela ne doit pas être mal compris. C'est la CGT dans sa fonction actuelle de force, nouvelle et inattendue, qui, par effet de vide et de positionnement aléatoire, se trouve défendre la démocratie libérale en France.
Nous devons deux choses à la CGT. D'une, plus personne ne nous parle de l'Islam. C'est le transfert du mot radical de l'islamisme vers le militantisme ouvrier. Tous ceux qui croyaient qu'on pouvait faire n'importe quoi en désignant un bouc émissaire sont tout d'un coup, par volatilité, passés au radicalisme de la lutte des classes. La CGT a fait sortir la France de ce tunnel ethnicisant dans lequel le drame des attentats l'avait mise.
Vous faites référence à l'emploi du mot "terrorisme" employé par Pierre Gattaz lors de son interview au journal Le Monde ?
« Les socialistes ou Pierre Gattaz, c'est pareil. Je commence à avoir la nostalgie de Laurence Parisot, que l'on n'imagine pas sombrer dans cette ineptie. Mais le tunnel ethnique emmenait la France beaucoup plus surement vers les problèmes que l'affrontement actuel sur le code du travail. La deuxième chose est que la CGT et l'hostilité de la population face à la loi El khomri ont mis le Front national totalement en porte à faux. Depuis le début de cette crise, le FN vasouille. Si le parti socialiste pense que ses électeurs doivent lui obéir, alors on comprend leur concept de pédagogie ; c'est la stratégie du maître qui doit faire comprendre aux enfants, par l'obéissance. Le même problème de crise de représentation se pose à propos du FN. Parce que les cadres du parti sont des gens d'extrême droite, et on l'a senti au moment de la crise. Ils voulaient de l'ordre. Face à un évènement réel, les cadres du FN sont justes des gens très à droite, et ils se foutent de leurs électeurs ouvriers. Le PS méprise son électorat, mais le FN aussi. Même si Florian Philippot a fait du rétropédalage, il était déjà trop tard. La menace que fait peser le parti socialiste à la démocratie se voit à travers son attitude face à la liberté d'expression. J'ai vraiment été touché face à la purge à l'Obs, et au licenciement d'Aude Lancelin. Non pas parce qu'elle me permettait de m'exprimer, avec d'autres, parce que je suis un enfant de l'Obs, mais j'ai vu la mise au pas de ce journal par le pouvoir socialiste. J'ai vu, presque en même temps, la suppression de l'émission de Fréderic Taddeï, "Ce soir ou jamais". Ils osent faire des choses que Nicolas Sarkozy n'aurait pas osé faire. J'ai dit des choses cent fois pires sur Nicolas Sarkozy que sur François Hollande, et je n'ai jamais eu aucun problème. Le PS est probablement plus dangereux pour la liberté d'expression que la droite. Ce n'est pas l'intolérance des gens d'extrême gauche, qui n'en auraient pas les moyens. Les socialistes sont beaucoup plus intolérants, en fait, que les gens de droite. Ce n'est pas un hasard. Si je fais la somme de ce que les socialistes ont fait, en termes de contrôle de la presse, d'inversion des valeurs de la gauche sans tenir compte de leur électorat, le bon concept est un concept violent et doux à la fois ; il s'agit du fascisme rose, le mot rose évoquant la douceur du processus »3.
Sur la saloperie de l'élite bourgeoise rose, sur la mafia FN, que du bon. Mais il y a une fausse naïveté et une désinvolture de diva médiatique qui fait commencer le monde avec son nombril. Il découvre que la gauche est plus bourgeoise que bourgeoise : «Hollande aura eu un rôle historique : celui de révéler que la gauche pouvait se concilier avec les structures les plus inégalitaires, prouvant par là même que le système politique français est totalement détraqué.»
Il inverse les données au profit de la théorie de l'islamophobie : «Ce qui m’inquiète n’est pas tant la poignée de déséquilibrés mentaux qui se réclament de l’Islam pour commettre des crimes, que les raisons pour lesquelles, en janvier dernier, une société est devenue totalement hystérique jusqu’à aller convoquer des gamins de 8 ans dans des commissariats de police.» Il a fait parler de lui en dénonçant le 11 janvier comme une imposture, mais nous n'avons pas eu besoin de ses moitiés de conseils pour dénoncer ici la comédie de « l'unité nationale ». 

C'est justement dans ces conseils à moitié que se dévoile le bourgeois Todd : une demi vérité n'équivaut pas à une vérité et ne fait pas ce prétendu prophète un ennemi des puissants. Prenons son argument de vente : le 11 janvier comme imposture d'islamophobes. Cette prise de position est apparemment presque révolutionnaire, contre la fausseté du « vivre ensemble » de la guimauve antiterroriste orchestrée par le PS au pouvoir. En réalité ce n'est que l'aile droite de l'islamo-gauchisme qui se répand de Besancenot à Médiapart (et même maintenant à Cantona et aux fouteux voyous).
La formule élogieuse - La CGT a fait sortir la France de ce tunnel ethnicisant dans lequel le drame des attentats l'avait mise – est très perverse car apparemment juste mais si fausse en réalité. Personne ne peut nier que l'attaque bourgeoise du gouvernement de la gauche caviar, faisant ressurgir une lutte de classe étonnante de vitalité (mais non pas le garde-chiourme CGT qui a pris le train en marche jusqu'à ce qu'il soit noyé par les eaux, je n'invente rien), a complètement fait passer au second plan les querelles sur l'islam envahissant et les chrysanthèmes sur le corps des massacrés par les tarés terroristes. Est-ce à dire que le terrorisme a disparu et qu'on peut oublier les massacrés ? C'est là qu'on voit que Monsieur Todd est aussi un endormeur comme les journaputes. 

Chaque chose en son temps. C'est vrai que la lutte de classes à son niveau primaire tend à effacer toutes les propagandes bourgeoises, comme la révolution efface la guerre, mais la menace de guerre ne disparaît pas pour autant même si les souris de l'islamisme ont baissé d'un ton leurs prêches quand la police d'Etat s'est montrée particulièrement brutale face aux prolétaires manifestants et à des enfants lycéens. Cela ne signifie aucunement qu'une alliance serait possible entre islamistes, leurs amis syndicalistes islamo-guchistes et les masses paupérisées et brutalisées par l'Etat bourgeois qui croyait à une vie gouvernementale pépère... en rose.

La méthode du démographe qui a pignon sur rue est de dévider des aspects partiels de la réalité, de les cloisonner. Il rajoute un maquillage supplémentaire à celui de l'Etat bourgeois, comme le montre cet encart confusionniste :

On voit surtout l'anti-marxiste qui raisonne en termes de jeunes et vieux. Comme les syndicats qui raisonnent en termes de salariés et de chômeurs, Todd reprend les poncifs sur les riches retraités contre les jeunes défavorisés (qui fut un des principaux arguments bourgeois économiste lors de l'attaque sur les retraites, j'ai bien les et pas la). C'est un genre d'opposition totalement inoffensif. Or les problèmes de guerre des classes demeurent et vont rejaillir de façon plus explosive que ne l'imagine ce pauvre petit démagogue, surtout quand les pitres de « Nuit debout » seront encore en train de dormir pendant la journée. Alors que leur fonction est de veiller à ce que la soupe gauchiste saupoudrée d'un peu de Todd et de CGT puisse enrayer la lutte « de classe ».

PS: et lire ici: http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/06/03/pourquoi-la-crue-de-la-seine-a-t-elle-ete-sous-estimee_4934096_3244.html
+ les commentaires des lecteurs... Le bla-bla incompétent de la mère Royal, le mensonge quotidien des journaputes, l'imprévoyance et l'incurie gouvernementale vont faire lever bientôt de vraies protestations non couvertes par les... assurances charlatanesques que "tout va mieux". Et tant mieux si la coupe d'Europe prend l'eau! Les problèmes posés par l'imprévoyance bourgeoises sont même plus graves que leur attaque salariale contre le prolétariat, ils mettent en danger la société entière!

NOTES

1http://fresques.ina.fr/reperes-mediterraneens/fiche-media/Repmed00027/inondations-catastrophiques-a-vaison-la-romaine.html
2http://geographie.blog.lemonde.fr/2013/03/17/decentralisation-piege-a-inondations-dun-discours-prononce-par-francois-hollande-a-bordeaux/
3 Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/emmanuel-todd-fais-somme-que-socialistes-ont-fait-bon-concept-est-violent-et-doux-fois-agit-fascisme-rose-2718343.html#OHaBDWivUuKiwmlX.99

jeudi 2 juin 2016

UNE énième MANIFESTATION contre la loi " travaille ! "

Lorsque je lis l'encart suivant, je me laisse abuser en croyant qu'une AG inter-catégories va se dérouler immédiatement dans la foulée de la manif promise « intercatégorielle ». J'ai lu trop vite, l'AG n'est programmée qu'à 18H30, Bourse du travail, place de la République, non loin des zoos de Nuit debout, et une fois les manifestants dispersés. Les syndicats radicaux n'ont rien à inventer par rapport à leurs grands frères des syndicats officiels de l'Etat capitaliste, ils n'ont qu'à imiter.

Manifestation des cheminots

http://paris.demosphere.eu/rv/48217
Trajet / parcours : rendez-vous à 13h30 à la gare MontparnasseGare Montparnasse > Rue du Départ > Rue de Rennes >Bd Raspail > Bd St-Germain > Ministère des Transports
Rassemblement devant la Gare Montparnasse à partir de 13h30
Arrivée vers 15h30, rassemblement devant le Ministère des Transports, dispersion vers 17h

Manifestation déposée par la fédération SUD-Rail.
Appelée aussi par l'AG inter-luttes et les "enseignants debout".

Soyons ingouvernables !
Manifestation jeudi 02 juin à 14h00 Gare Montparnasse
Rassemblement devant la Gare Montparnasse à partir de 13h30
Arrivée vers 15h30, rassemblement devant le Ministère des Transports, dispersion vers 17h

18h30 AG de lutte à la Bourse du travail de République, salle Croizat



A 13H30 il y a énormément de gens sur les quais de la gare Montparnasse, je me dis qu'on ne peut pas les confondre avec les manifestants. Ces derniers sont déjà sur le parvis face à la tour : drapeau CGT, SUD-Rail, NPA. Pas la foule mais déjà un zigoto qui s'amuse à cramer le goudron avec un fumigène. Je m'aperçois que je ne suis jamais seul lorsque je viens à une manif à Paris, et que je connais plein de gens même si tous ne me reconnaissent pas. Je vais tailler la bavette avec de vieux chefs de LO retraités, qui persistent à ne voir dans le terme du conflit qu'un deal entre la CGT et le gouvernement, façon : tenez-compte de notre syndicat ou on fait un malheur ; ce que je considère comme une fable à journalistes. On croise des vendeurs d'un petit canard « bolchévik », des vieux chenus avec « Lutte Ouvrière », plus loin flottent au vent de la tour des drapeaux noir et rouge.

Mais voici mon quart d'heure de gloire, un journaliste de la BBC et son caméraman demandent à m'interviewer.
  • en anglais ?je vous préviens je ne possède qu'un anglais de caserne...
  • no no en français.
  • Vous êtes solidaire de ce mouvement ?
  • Tout à fait, c'est la principale attaque contre la classe ouvrière depuis la guerre mondiale, par un parti qui se disait socialiste, qui nous avait accordé les 35 heures pour partager le travail, et qui maintenant veut qu'on partage les salaires... là on veut plus !
  • que pensez-vous que vont pouvoir faire ces milliers de visiteurs étrangers pour l'Euro de football si les grèves continuent ?
  • C'est pas grave ils viendront jouer au football dans les manifs avec nous.
  • Vous êtes célèbre en France ?
  • Oui
  • quel est votre nom ?
  • Jean-louis Rock
  • Jean-louis comment ?
  • Rock : r.o.c.k.
  • Merci de votre témoignage.

Apercevant une autre vedette, je vais la saluer. Philippe Poutou arbore le sourire rayonnant du type que vous avez certainement vu à la télé au moins une fois, ce qui titille toujours votre histrionisme personnel. Je lui rappelle mon erreur de lui avoir conseillé de rester calme le jour de son passage à l'émission de Ruquier face à la bourgeoise Pulvar, qui s'était moqué de son absence de diplôme :
  • voilà c'est de ta faute, dit-il avec son sourire éclatant.
  • Mais merde il faut savoir s'énerver parfois, tu n'aurais pas dû m'écouter ! Allez bonne manif.
    La manif démarre, comme vous le voyez sur mon film sur face-book, précédée par la camionnette de Sud-rail avec son animateur gogol qui fait crier ses slogans simplets par la foule (1500 ou 2000 à mon avis). La manif vit si on sait se déplacer à l'intérieur. Elle tangue. Elle danse. On y croise d'ex-militants. On apprend que certains ont été emportés par le cancer, même des qui croyaient plus à l'orga ni au communisme. C'est moche quand même de claquer à la cinquantaine. La foule est mélangée, des vieux machins chaloupent au milieu de jeunes lycéennes au cul rebondi. On se croirait presque en boite de nuit quand le gogol de service animation sud-rail cesse de hurler ses slogans anti-capitalistes très corporatifs pour alterner avec de vieux tubes pop ou un rap sauvage. On gigote des hanches et des bras. On salue les ouvriers immigrés dans les étages des immeubles en construction. Ils saluent aussi et leurs portables flashent le passage des syndicalistes radicaux. Je peste au carrefour qui indique le Sénat à trois cent mètres, je crie « tous au Sénat », mais l'encadrement syndicaradico-cheminot continue à entraîner le troupeau chantant et dansant vers la Seine comme le joueur de flûte du conte allemand. Vers une dispersion ridicule.

Boulevard Montparnasse je viens tenir une large banderolle flageolante, en partie abandonnée par une des porteuses, je l'agrippe et marche aux côtés des autres porteurs, ce qui permet une sympathique discussion. Je leur dis : vous savez, nous on a beau être retraités on est avec vous. Le jeune à catogan me répond : c'est normal on est ouvert à tous à nuit debout. Je lâche la banderolle et je vais me placer devant pour voir ce qui est inscrit dessus : « DEBOUT CONTRE LE 49.3 : Etudiants, chômeurs, sans papiers, précaires, retraités ». J'ai été flashé plein de fois par des photographes, pas grave mais je sais maintenant pourquoi moustache, un ex du CCI me faisait les gros yeux. Je vais me mêler d'une algarade entre manifestants qui empêchent des cagoulés de péter la vitrine d'une banque, je suis du côté des manifestants anti-casse.
La balade corporative sera pourtant très courte, quoique animée de sautillements et de courtes cavalcades. Elle est déjà dissoute au niveau de Sèvres-Babylone et de l'hôtel Lutecia ».

Pas de meeting, ni d'orientation intelligente. Le zozo de Sud Rail demande aux manifestants s'ils veulent se payer Hollande, la foule répond : ouiiiii ! Et ajoute : savez-vous qu'il est à la Porte de Versailles ? Nonononon... Et bien nous allons aller le retrouver là-bas, vous pouvez descendre à la bouche de métro juste en face de vous... on se retrouve là-bas.

Désarroi d'un groupe de lycéns : qu'est-ce qu'on fait ? Je m'approche d'eux. Ils vont m'entourer, ce sera une ...mini AG. Je vais leur tenir des propos que j'aurais jugés réacs à leur âge.

  • c'est la nasse, la dispersion à la manière classique des grands syndicats. Vous savez, depuis 50 ans toutes les manifestations syndicales sont organisées pour qu'il n'y ait surtout pas d'AG à la fin pour réfléchir ensemble, pour laisser aux appareils « quelle suite donner au mouvement »... Pas la peine d'aller à la Porte de Versailles, Hollande n'y sera plus et les cars de police vous attendront un à un.
  • oui mais les flics là-bas.... qui bloquent le boulevard Raspail...
Un des gamins salive à l'idée d'aller se faire un CRS. Et les autres sourient, d'un air entendu. Ils n'ont guère plus de quinze ans et sont plutôt minus physiquement.

  • laissez tomber ! Combattre le capitalisme c'est pas taper sur un CRS. En plus vous faites pas le poids, et sachez qu'un seul coup de pied contre un flic coûte très cher. Y a un jeune ouvrier qui s'est pris huit mois ferme à Lille. Dans ce cas, vous êtes seuls face à la justice de classe, plus un ami ni un syndicat pour vous défendre... les vrais flics sont les syndicats et le discoureur que vous venez d'entendre...
  • mais monsieur vous pouvez pas aller prendre la parole au micro pour dire ça ?
  • Sans problème, j'ai déjà parlé devant des milliers de personnes mais ils ne vont pas me passer le micro. Sachez que, lorsque vous serez dans la vie active il faut imposer des AG et des décisions collégiales contre les appareils qui décident à notre place...
  • ouais ça c'est vrai monsieur c'est « ferme ta gueule je décide à ta place » !
  • mais m'sieur l'émeute fait aussi partie de la révolution ?
  • Oui mais ce n'est pas son niveau le plus intéressant.
  • oui, objecte un autre, faudrait que les syndicats soient unis...
  • non observe bien, après guerre on a créé FO pour diviser l'avis des ouvriers ou les empêcher d'échapper dans la nature au syndicalisme pourri du syndicat unique stalinien CGT... et tu vois bien qu'ils prennent des avis différents lors de chaque conflit, non il faudra créer nos propres organisations... la révolution c'est dans la tête pas jeter des cailloux sur les CRS, si votre pote veut se dérouler, faites un match de foot dans la cour du lycée...
Ils s'éloignent finalement vers le métro. L'un d'eux lance : j'espère qu'on se reverra m'sieur !

Voilà pourquoi je peux mourir heureux. Comme m'avait dit Christian le moustachu, ex du CCI, au début de la manif: ton blog ne se renouvellera pas lorsque tu seras mort et on ne le saura même pas, que tu es mort, on n'est que de passage.

Pas vraiment honteux d'avoir porté le slogan de la banderole « nuit debout », je n'irai pas apporter l'eau de mon moulin à leurs débats de cuistres, et puis République c'est trop loin pour mes pieds meurtris.

mercredi 1 juin 2016

COUPON A ENVOYER A VOTRE EMPLOYEUR





DANS CE MONDE DE FOU, UN PEU D'INCONSCIENCE !!!!
VOUS EN AVEZ MARRE DE CES GRÈVES ET DE CES BLOCAGES ? FAITES LE SAVOIR !!!!!



COUPON A ENVOYER A VOTRE EMPLOYEUR


Aujourd'hui, je travaille, je ne revendique rien.
Je demande à ne pas bénéficier des améliorations que les travailleurs en grève pourront obtenir, par exemple :
- Je demande à travailler au moins jusqu'à 67 ans ;
- Je veux pouvoir être licencié plus facilement, qu'il s'agisse d'une incapacité due à un accident du travail ou à une diminution des bénéfices de mon entreprise ;
- Je souhaite que mes indemnités soient réduites en cas de licenciement, y compris en cas de licenciement abusif ;
- Je suis favorable à ce qu'il y ait un droit du travail par entreprise et non plus les mêmes droits pour tous ;
- Je ne souhaite plus passer de visite médicale du travail ;
- Je veux que mes horaires de travail (durée et répartition) puissent être modifiés n’importe quand ;
- Je veux pouvoir travailler jusqu'à soixante heures par semaine, et même sans limite en cas de forfait jour ;
- Je souhaite que mes heures supplémentaires soient moins bien rémunérées et je suis d'accord pour qu'elles ne me soient payées que tous les trois ans ;
- Je suis d'accord pour que mes dates de départ en congés puissent légalement être modifiées moins d'une semaine avant mon départ ;
- Je suis favorable à ce que les apprentis mineurs puissent travailler quarante heures par semaine ;
- Je souhaite que tous les conquis sociaux soient remis à zéro tous les cinq ans ;
- Je suis favorable à l'étouffement des services de l'inspection du travail ;
Merci de répondre favorablement à mes demandes.
Date et signature :



---------------------------------------------------------------------------------------------
EN OPTION. Pour préparer l'avenir avec modernité je ne souhaite plus bénéficier des améliorations gagnées par le passé :
- Je renonce à mes congés payés ;
- Je renonce à la Sécurité Sociale ;
- Je ne veux plus de salaire minimum ;
- Je suis favorable à l'interdiction des syndicats et du droit de grève.


dimanche 29 mai 2016

ARCHIVES : Lettres de Léon Trotsky et d'Andreu Nin



La reproduction de la lettre de Nin – qui correspond avec Trotsky dans un français impeccable - est une sorte d'hommage que je souhaite rendre à ce révolutionnaire intègre, lâchement assassiné il y a 80 ans, même si ses positions politiques ont pu être critiquables ainsi que la participation du POUM au gouvernement bourgeois. Il a été cruellement torturé par les psychopathes staliniens, les meilleurs alliés de Franco finalement. Lettre émouvante d'un simple instituteur, militant dévoué à la cause du prolétariat, être humain sensible au début d'une trajectoire politique sincère et courageuse.

Le courrier de Trotsky, qui précède, vous fera sourire, s'adressant à sa mini Internationale artificielle, il conseille sur ce qu'il croit être un remake de 1917... Je l'ai truffé entre crochets de mes remarques sur les délires interprétatifs opportunistes du prophète avachi. Le grand renégat à la plume de paon est vraiment à côté de la plaque pour l'analyse de la période, mais que de pépites encore dans son raisonnement marxiste. Wildebaldo Solano dans son livre de mémoire de dirigeant du POUM, qui est absolument nul politiquement et veut continuer à entretenir la malheureuse saga antifasciste, rapporte une vérité cependant, comme l'avait fait Vereecken en son temps, qu'en effet Trotsky s'est fait balader, que ses courriers avec Nin ont été interceptés, et les divergences attisées par les agents provocateurs staliniens inflitrés dans le Poum et la CNT. Des rendez-vous qui avait été fixés pour que le Poum puisse assister à des conférences du milieu trotskyste ne sont jamais parvenus... Mais tout cela n'empêche pas de constater que le grand bolchevique régressait à pas de géant... N'oubliez pas que le PCE n'existait pratiquement pas alors, et que Trotsky écrit un texte « interne » pour orienter ses quelques fans de la IV ème fiction internationale...

Lettre de Trotsky au Secrétariat International (de la IV e Internationale)
suivie d'une lettre de Andreu NIN à Léon Trotsky

Chers camarades,

  1. J'ai devant moi un journal turque (en langue française) du 1 er juillet contenant les premières informations sur les élections espagnols. Vraiment, tout se passe en attendant dans l'ordre strictement « prévu ». Le glissement à gauche s'est produit avec une régularité particulière. Espérons que nos camarades espagnols analyseront les résultats des élections très soigneusement, sur la base des matériaux. Il faut arriver à savoir comment ont voté les ouvriers, en particulier les anarcho-syndicalistes. Dans certaines régions, la réponse doit découler d'une façon nette de la statistique électorale. Il est extrêmement important, bien entendu, de savoir comment ont voté les paysans dans différentes provinces. En même temps, il faut rassembler tous les « programmes agraires » qui furent présentés par les différents partis dans tous les coins du pays. Tout cela est un travail urgent et un travail très important.
  2. Comme il fallait s'y attendre, les socialistes ont emporté une grande victoire. C'est le moment central de la situation parlementaire. Les chefs socialistes se considèrent heureux du fait qu'ils n'ont pas la majorité aux Cortès et que leur coalition avec la bourgeoisie se justifie ainsi par la statistique parlementaire. Les socialistes ne veulent pas prendre le pouvoir parce qu'ils craignent, non sans raison, que le gouvernement socialiste ne devienne une étape vers la dictature du prolétariat.[Trotsky commence à déconner sur une possible révolution espagnole].
    Il découle du discours de Prieto que les socialistes sont décidés à appuyer la coalition jusqu'à ce qu'on arrive à brider le prolétariat pour qu'ensuite quand la pression des ouvriers deviendra trop forte, passer dans l'opposition sous un prétexte radical quelconque [bravo Trotsky, vous nous faites penser à nos actuels « frondeurs » et à la mère Aubry, roue de secours d'un parti gouvernemental à poil].
    En d'autres termes nous nous trouvons devant une variante de Ebert et Tzeretelli. Sovenins-nous que la ligne de Ebert a réussi tandis que celle de Tzeretelli a échoué et que dans les deux cas la force du parti communiste et sa politique jouèrent un rôle décisif. [pauvre Trotsky, quand il ne sait pas quoi dire il se rabat sur des parallèles historiques hasardeux, comme le lui fera remarquer la revue Octobre en 1938].
  3. Nous devons immédiatement dénoncer le plan des socialistes (ce jeu politique de reculade) en les confondant dans chaque question. Ceci se rapporte bien entendu et avant tout à l'opposition espagnole de gauche. Mais cela ne suffit pas. Il faut avoir un mot d'ordre politique clair qui correspond au caractère de l'étape actuelle de la révolution espagnole. Les résultats des élections rendent ce mot d'ordre absolument clair : les ouvriers doivent briser la coalition avec la bourgeoisie et obliger les socialistes à prendre le pouvoir. Les paysans doivent aider les ouvriers s'ils veulent avoir la terre. [Notre statisticien électoral rêve qu'aux lendemains électoraux les ouvriers s'engagent dans la lutte frontale contre l'Etat bourgeois]
  4. Les socialistes diront qu'ils ne peuvent pas renoncer à la coalition parce qu'ils n'ont pas la majorité aux Cortès. Notre conclusion doit être d'exiger l'élection aux Cortès véritablement démocratiques sur la base du droit électoral véritablement universel et direct pour les hommes et les femmes à partir de 18 ans. En d'autres mots : aux Cortès non démocratiques et trichés nous devons au stade actuel opposer les Cortès populaires véritablement démocratiques et honnêtement élus. [ah la la, pauvre Léon Davidovitch ! Faut entendre des billevesées pareilles ? Autant demander à Sarko et à Macron de jeter leur montre Rolex ! Lénine a dû se retourner dans sa tombe ! Du Mélenchon à haute dose!]
  5. Si les communistes avaient essayé aujourd'hui de tourner le dos aux Cortès en leur opposant le mot d'ordre de Soviets et de la dictature du prolétariat, ils démontreraient seulement qu'on ne doit pas les prendre au sérieux. Il n'y a pas un seul communiste aux Cortès (d'après las journaux turques). Il est évident que l'aile révolutionnaire est beaucoup plus forte dans l'action, dans la lutte que dans la représentation parlementaire. [sic!] Néanmoins, il existe une certain rapport entre la force d'un parti révolutionnaire et sa représentation parlementaire. La faiblesse du parti communiste espagnol s'est révélée complètement. Dans ces conditions, parler du renversement du parlementarisme bourgeois par la dictature du prolétariat signifierait tout simplement jouer le rôle des nigauds et des bavards. La tâche consiste à devenir plus fort sur la base du stade parlementaire de la révolution [le « stade parlementaire de la révolution » doit être un euphémisme de la « révolution permanente » cette scie qui a coulé Besancenot avec sa voilée électorale!], et à rassembler les masses autour de soi [maladie du révolutionnaire professionnel, le nombrilisme de parti!]. Ce n'est que comme cela qu'on peut vaincre le parlementarisme [en participant donc aux élections bourgeoises pipées, CQFD, Bravo mon grand!]. Mais c'est précisément cela qu'il est indispensable de développer actuellement, une agitation violente sous les mots d'ordre de la démocratie la plus décisive et la plus extrême. [du Jean-François Kahn dans le texte! Ou Martinez appelant à la généralisation extrême du blocage pétrolier !]
  6. Quels sont les critères pour mettre en avant ces mots d'ordre ? D'une part, il faut avoir en vue la direction générale du développement révolutionnaire qui détermine notre ligne stratégique [c'est le général Trotsky qui conseille ses cadres militaires étroits] ; d'autre part il faut tenir compte de l'état de conscience des masses. Le communiste qui ne compte pas avec ce dernier facteur [basique voyons tas d'ânes!], risque de se casser le cou. Réfléchissons un peu sur la question à savoir comment les ouvriers espagnols, les masses, se représentent la situation actuelle. Leurs chefs, les socialistes, sont au pouvoir. [les parlementaires socialistes élus, promus « chefs des masses », encore une saillie trotskienne!]. Cela augmente les exigences et l'inransigeance des ouvriers. [en effet, comme après l'élection de Blum, mais un peu moins après celle de Hollande]. Chaque ouvrier gréviste croira qu'il ne faut non seulement avoir peur du gouvernement, mais au contraire qu'il faut attendre une aide de lui. [notre vieil ami T. prend les ouvriers pour ces caves?] Les communistes doivent diriger la pensée des ouvriers précisément dans ce sens : « exiger tout du gouvernement puisque vos chefs se trouvent dans ce gouvernement ». [et de raser gratis si possible?]. Les socialistes répondront aux délégations ouvrières qu'ils n'ont pas la majorité. La réponse est claire : si l'on obtient le (illisible) suffrage véritablement démocratique et si l'on rompt la coalition avec la bourgeoisie, la majorité sera assurée. Mais c'est bien ce que les socialistes ne veulent pas. Leur position les met en contradiction avec les mots d'ordre démocratiques hardis. [une autre fleur de rhétorique trotskienne ces « mots d'ordre démocratiques hardis »] . Si nous opposons simplement la dictature du prolétariat aux Cortès, nous arriverons à grouper les ouvriers autour des socialistes, parce que les uns et les autres diront : les communistes veulent nous commander. Tandis que par les mots d'ordre démocratiques et par la rupture entre les socialistes et la bourgeoisie nous enfonçons un coin entre les ouvriers et les socialistes et nous préparons ainsi l'étape suivante de la révolution. [quelle brillante stratégie, parvenir à avancer en révolution fumiste en laissant sous la table la dictature du prolétariat, en « arrachant » ces pauvres masses de leurs « chefs socialistes » par des « mots d'ordre démocratiques hardis », faut vraiment considérer la classe ouvrière comme une armée girouette!].
  7. Toutes les considérations mentionnées plus haut resteraient lettre morte si nous nous bornions seulement aux mots d'ordre démocratiques dans le sens parlementaire. Il ne peut pas être question de cela. Les communistes participent dans toutes les grèves, dans toutes les manifestations de plus en plus nombreuses. Les communistes sont avec les masses et en tête des masses dans tous les combats. Sur la base de ces combats les communistes mettent en avant le mot d'ordre de soviets et construisent des soviets à la première occasion comme organisation de front unique prolétarien. Dans le stade actuel les soviets ne peuvent être autre chose que cela.[sur la base du rien parlementaire, en admettant qu'il ait servi de tremplin à la révolte ouvrière, l'ami Léon nous propose sur un plateau des conseils dans un bain très voisin du... « front populaire », un front unique de partis de gauche... de la bourgeoisie, possiblement bousculé par une union à la base, etc. et par sa grand-mère!]. Mais si ils surgissent comme organisations de combat [ah ce n'était qu'une supposition...] du front unique prolétarien, ils deviendront inévitablement, sous la direction des communistes, des organes de l'insurrection et ensuite aussi des organes de pouvoir.
  8. En développant hardiment le programme agraire il ne faut en aucun cas oublier le rôle indépendant des ouvriers agricoles. C'est le levier le plus important de la révolution prolétarienne à la campagne. [Léon Davidovitch était un pré-maoïste!]. Avec les paysans, les ouvriers font l'union, tandis que les ouvriers agricoles font partie du prolétariat lui-même. Il ne faut jamais oublier cette différence profonde. [oui en effet, et c'est pourquoi nulle union n'a été possible avec les paysans qui ont ficu le camp chez Franco, quand les ouvriers agricoles ont pillé des terres pour rester dans le marché commercial capitaliste avant de se faire botter le cul par d'autres « communistes » et un certain commandant Lister. Mais c'est plus tard dans la « révolution espagnole »... imaginaire].
  9. J'apprends par la « Vérité » que les staliniens accusent soit l'opposition de gauche tout entière soit moi personnellement d'être contre la confiscation immédiate des propriétés foncières. Vraiment il est difficile de prévoir dans quel sens tourneront les bureaucrates démagogiques. [et pourtant si!]. Que signifie confiscation immédiate de la terre ? Par qui ? Par quelles organisations ? Il est vrai que l'incomparable Péri affirmait encore en avril que les paysans espagnols construisaient les soviets et que les ouvriers suivaient en masse les communistes. Bien entendu nous sommes d'accord pour que les soviets (ou les unions et les comités paysans) prennent immédiatement la terre des gros propriétaires en leurs mains. Mais il faut seulement soulever les paysans. Et pour cela il faut arracher les ouvriers de l'influence des socialistes. L'un ne va pas sans l'autre. Les staliniens veulent-ils peut-être dire que nous favorisons la propriété foncière ? Mais même dans la calomnie il faut de la logique. Comment la défense de la propriété foncière découle-t-elle de la révolution permanente ? Qu'ils essayent de nous le démontrer. Quant à nous, nous leur rappellerons que quand les staliniens menaient en Chine, la politique des 2 classes, le Bureau politique sous la direction de Staline envoyait des télégrammes au Comité central du PC chinois en exigeant le freinage du mouvement paysan pour ne pas repousser les généraux « révolutionnaires » ! Staline et Molotov ont apporté une petite restriction dans le programme-agraire : la confiscation des terres des gros propriétaires sauf celles des officiers. Mais puisque tous les pomietchikis et les fils et les neveux des pomietchikis (gros propriétaires) entraient dans l'armée de Tchan-Kaï-Chek, l'union des officiers « révolutionnaires » est devenue une assurance pour la propriété des pomietchikis. On ne peut effacer ce chapitre honteux de l'histoire de la direction stalinienne. L'opposition trouve la copie du télégramme dans les procès-verbaux du Bureau politique, elle dénonce (illisible) la honte cette trahison de la révolution agraire. Maintenant ces messieurs essayent de nous attribuer en Espagne les crimes qu'ils ont commis en Chine. Cela ne leur réussira pas ; maintenant l'opposition a presque dans chaque pays sa section qui ne permettra pas de répandre impunément le mensonge et la confusion. L'opposition de gauche éclaircira toutes les questions litigieuses ou fondamentales. A la lumière de la révolution espagnole, elle fera un pas gigantesque en avant. Ce n'est pas pour rien que la révolution est la locomotive de l'histoire. [Hélas Trotsky ta locomotive n'avait plus de charbon, et le train espagnol est resté à quai].

LETTRE D'ANDREU NIN A TROTSKY (Barcelone, avril 1931)


Je partage entièrement vos inquiétudes en ce qui concerne l'inactivité de l'opposition de gauche dans notre pays. Mais je tiens à signaler que je n'y suis pour rien, bien au contraire. L'opposition espagnole n'a jamais travaillé d'une façon organisée et systématique. On avait commencé à faire quelque chose sous l'impulsion de Lacroix, qui est un excellent militant ouvrier, intelligent et extrêmemement solidaire. Comme vous savez sûrement, on arrêta el camarade et le travail resta paralysé. Hor lui, nous avons eu bien peu d'éléments avec la capacité nécessaire et la suffisante initiative pour entreprendre un travail sérieux et énergique d'organisation et de « illisble).
Lorsque je suis arrivé il n'y avait absolument rien. Pendant plus de deux mois j'ai fait des efforts inouïs pour établir une liaison. Je n'y ai pas réussi, sauf en ce qui concerne Lacroix, avec lequel j'ai soutenu une correspondance régulière. Entreprendre personnellement le travail de direction et d'organisation je ne pouvais pas le faire, étant donné que je n'avais pas ici un noyau sur lequel m'appuyer et que ma direction n'aurait eu, à cause de cela, ni la base ni le prestige nécessaires. Vers la moitié de décembre, quelques jours avant mon arrestation , Andrade m'envoya toutes les circulaires et autres que le Secr. Intern. lui remettait pour la section espagnole, accompagnées d'une lettre dans laquelle il me disait qu'à Madrid personne ne faisait rien, qu'aucun organisme existait, que lui, trop occupé par ses affaires éditoriales, ne voulait pas prendre une participation active dans le travail et que moi j'étais le plus indiqué pour faire tout. Moi, j'ai répondu que j'étais prêt à faire le possible et l'impossible pour contribuer à créer le mouvement de l'opposition, mais que je ne pouvais pas centraliser tout le travail, prendre tout sur moi.
Déjà vers la fin janvier j'ai reçu une lettre d'un groupe de camarades de Madrid me communiquant qu'ils voulaient se constituer en comité (illisible) qu'ils élaboreraient une plateforme politique et prépareraient la publication de la revue. J'ai salué cette initiative et promis toute ma collaboration.
Ce comité ne m'a remis qu'il y a quelques jours le projet, ou, pour mieux dire, la première partie du projet de plateforme dont l'élaboration comme vous voyez, a exigé trois mois. Et cela avec des camarades dont l'activité politique, à cause de leur isolement, est presque nulle et que, par conséquent, disposant d'un temps dont je ne dispose pas du tout, absorbé que je suis par une nouvelle classe différente. (Nin était instituteur)
Quant à la revue, elle est en préparation et va paraître sûrement dans le courant d'avril.
Pour vous persuader de ma bonne volonté, je dois vous dire que je (illisible) malgré mon excès de travail, je me charge de la publication de la revue et même d'un bulletin, ou d'une des deux choses. Mais ils ont rejeté ma (illisible).
Maintenant, passons aux fameuses divergences avec les camarades français, allemands, italiens qui m'ont écrit à ce sujet. Mais dont je n'ai rien (illisible). A ce qu'il paraît, c'est sur la question de ma soit disante entrée sans conditions dans la Fédération Catalane (illisible). étant donné que les camarades de Madrid ne m'ont rien dit à ce sujet, je ne peux pa spréciser en quoi consistent ces différences. Je vous en donnerai des détails une prochaine fois. Quant aux cam. de Madrid je dois aller à la capitale vers la fin du mois pour y donner une conférence (illisible) en quoi consistent nos différences.

J'ai été mis au courant, aussi par des camarades d'autres pays, d'une position, à ce qu'il paraît, très grave (?) concernant la publication de votre brochure sur la révolution espagnole. D'après cette version, j'aurais donné votre brochure à un éditeur privé sans consulter ni mentionner l'opposition. La réalité est celle-ci : à la suite de notre mauvaise liaison j'ai traduit la brochure en même temps, que, sans le savoir, à Madrid on la traduisait. Lorsque j'en ai eu connaissance, j'ai écrit au comité de Madrid leur disant voir la nécessité de ne faire qu'une seule édition. Les cam. de Madrid ont répondu dans le sens qu'ils préféraient laisser mon édition. Tout ça sans exprimer le moindre mécontentement ou protestation. Ajoutons encore qu'il ne s'agit pas d'un éditeur privé, mais d'une Bibliothèque de brochures que j'ai contacté en accord avec un ami imprimeur, et qu'en outre, la brochure porte l'indication « Documents de l'opposition communiste ». Voilà tout. Y-avait-il motif pour faire tant d'histoires ?
Je dois vous avouer que tout ça m'a empoisonné, car je n'ai agi qu'avec le désir d'impulser la divulgation des publications de l'opposition et suppléer par mon initiative personnelle le manque d'initiative collective. Faut-il encore ajouter que j'ai indiqué au Comité de Madrid que j'étais tout prêt à faire mes publications sous leur contrôle direct ?
Ce qui est le plus désagréable dans toute cette histoire c'est le fait que l'on crie sur tous les toits à propos d'elle sans me dire un mot à moi. J'avoue que ces mesures me paraissent détestables et inadmissibles parmi les camarades. Il faut entre nous un minimum d'honnêteté, de sincérité et de franchise.
Je crois que tout ça est un résultat de l'esprit d'intrigue qui a existé toujours à Madrid. Et je vous prie de ne pas voir dans ces mots une manifestation de chauvinisme catalan. La chose est compréhensible. Madrid est un centre bureaucratique et petit-bourgeois, sans prolétariat industriel, et l'absence de contact avec les masses se laisse profondément sentir. A Madrid on vit dans les cafés et les petits cercles et bien souvent on n'y comprend pas le mouvement ouvrier catalan ou de Biscaye. Cela est la source profonde de beaucoup de malentendus et de conflits. Je vois le mouvement en grand, et ces vétilles, ces (illisible) m'irritent et me dégoûtent.
Je ferai, quand même, tout le possible pour me mettre en accord avec les camarades de Madrid et trouver une base pour une action commune féconde.
Nous allons publier la revue. Il faudra encore lancer le bulletin puis les brochures. Et surtout, il est nécessaire d'organiser une petite conférence nationale. J'ai formulé déjà plusieurs fois cette proposition aux camarades de Madrid ; mais jusqu'à présent je n'ai pas eu la chance d'avoir une réponse. Je veux bien espérer que nous pourrons nous mettre d'accord sur tous les points à l'occasion de mon prochain voyage à Madrid.