"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

mercredi 23 mars 2011

Non à l’intervention militaire impérialiste en Libye ! Vive la lutte prolétarienne internationale contre le capitalisme !

(Communiqué du PCI contre la guerre en Libye, 5ème prise de position)


Depuis samedi une coalition militaire sous commandement américain, comprenant, outre des Forces anglaises et françaises, une participation canadienne, italienne, espagnole et d’autres pays, a commencé le bombardement d’installations militaires et de concentrations de troupes fidèles au gouvernement de Kadhafi. Le but affirmé de cette intervention militaire qui a reçu l’aval du Conseil de Sécurité de l’ONU et de la Ligue Arabe, est d’obtenir l’arrêt de l’offensive des forces gouvernementales contre les rebelles, afin d’éviter un «massacre des populations civiles».
Cependant lorsque de véritables massacres de civils ont eu lieu, au début de la révolte, les autorités de tous ces pays, à commencer par les gouvernements européens, ont répondu par un silence total. Quand les informations sur les tueries ont commencé à filtrer à l’extérieur de la Libye, ils se sont contentés de leurs hypocrites admonestations rituelles, priant le gouvernement Libyen de faire preuve de « retenue » et d’éviter un usage « disproportionné » de la violence. C’est le premier ministre italien Berlusconi qui a trahi la raison de cette attitude lorsqu’il a déclaré qu’il n’avait pas appelé Kadhafi pour lui demander de cesser la répression « parce qu’il ne voulait pas le déranger » : les gouvernements européens ne voulaient pas « déranger » le gouvernement Libyen quand il luttait pour rétablir son ordre dans le sang !

La poussée de la révolte ne cessant pas en dépit de cette répression, au point de paraître menacer le régime, les grands pays impérialistes occidentaux ont alors commencé à faire pression sur Kadhafi et ses alliés : gels d’avoirs financiers, embargo sur les armes, etc. En même temps, selon des informations parues sur certains organes de presse (1), des discrets pourparlers étaient engagés, en particulier par les Américains, avec certaines fractions du pouvoir Libyen ; il ne s’agissait donc pas d’aider les révoltés à faire tomber le régime, mais de mettre en place une solution à la Tunisienne ou à l’Egyptienne : la mise à l’écart de Kadhafi pour sauver le régime lui-même. En effet ce régime était engagé depuis plusieurs années dans une collaboration étroite avec l’impérialisme américain (lutte contre l’islamisme) et les impérialismes européens (rôle de garde-frontière et de blocage de travailleurs immigrés africains). En outre c’est un fournisseur non négligeable de pétrole, sans parler d’un marché juteux, grâce aux revenus tirés de ce pétrole, pour les entreprises capitalistes de nombreux pays.
L’évolution de la situation interne, marquée par la contre-attaque des gouvernementaux en particulier grâce aux mercenaires tchadiens et nigérians et l’obstination du clan Kadhafi à ne rien céder, à rendu impossible cette solution. Sous l’impulsion des gouvernements français et anglais, les Etats-Unis et les autres puissances impérialistes du Conseil de sécurité de l’ONU, cette moderne caverne des brigands, et la Ligue Arabe ( de l’Egypte à l’Arabie Saoudite et aux Emirats), cet ensemble d’Etats plus autoritaires et répressifs les uns que les autres, ont finalement donné le feu vert à l’intervention militaire occidentale en faveur de la «démocratie». En même temps tous ces défenseurs de la démocratie entérinaient l’intervention militaire saoudienne pour écraser la rébellion à Bahrein et le massacre de dizaines de manifestants par le gouvernement du Yémen !
* * *
Le mouvement de rébellion en Libye, né sur la vague des révoltes qui ont secoué les pays voisins depuis le début de cette année, a mobilisé sans aucun doute les masses prolétarisées du pays contre la misère, l’oppression et la répression ; mais il a aussi, comme c’était inévitable, exprimé les aspirations bourgeoises et petite-bourgeoises de factions, de couches ou de « tribus » marginalisées par les proches de Kadhafi, à s’emparer d’une part plus grande du gâteau et du pouvoir : ce sont les représentants de ces couches bourgeoise qui se sont installé comme dirigeants des insurgés et qui ont été reconnus par Sarkozy comme « représentants légitimes du peuple Libyen ». Ce n’est pas par hasard si le principal représentant du dit « Conseil National »de Benghazi est Al Jeleil, ancien ministre de la Justice de Kadhafi, responsable à ce titre d’innombrables arrestations et maintien en détention arbitraires. Ce n’est pas par hasard non plus qsi les autorités insurgées ont laissé se dérouler à Benghazi les pogroms contre les travailleurs immigrés africains…

Les prolétaires n’ont rien à de bon à attendre du tueur Kadhafi, ni de la coalition impérialiste ; mais rien non plus du gouvernement provisoire qui s’est formé sous les couleurs de l’ancien royaume de Libye. En réalité les prolétaires de Libye, qu’ils soient indigènes et surtout immigrés (les travailleurs immigrés, égyptiens, tunisiens, d’Afrique Noire ou du Continent Indien, représenteraient la moitié des prolétaires du pays selon certaines estimations), ont subi, subissent et vont subir les conséquences les plus graves non seulement de la répression des milices kadhafistes, mais aussi des affrontements entre les diverses factions et maintenant de l’intervention militaire impérialiste.
La guerre déclenchée contre Kadhafi, même si elle se « limite » pour l’instant à des bombardements aériens, est une guerre de rapine impérialiste, comme celles qui l’ont précédée en Afrique, au Moyen-Orient et ailleurs. La vague de révoltes qui a fait vaciller des régimes qui passaient être de solides alliés des impérialistes occidentaux a en même temps aiguisé les contradictions et les oppositions entre les grandes puissances capitalistes, à un moment où la crise économique pousse chacune d’entre elles à défendre avec plus d’âpreté ses intérêts propres contre ceux de ses concurrents. La crise du régime Libyen a poussé tous les grands et moins grands Etats à se précipiter pour pousser leurs pions, faisant voler en éclats une unité seulement de façade. L’ « affaire Libyenne » a redonné l’occasion à la Grande- Bretagne et à la France d’essayer de dicter la loi en Méditerranée – tout en s’implantant davantage dans un pays riche en pétrole ; les Etats-Unis, tout en maintenant en apparence un profil bas ont démontré une nouvelle fois à leurs alliés qu’ils étaient encore les maîtres réels ; derrière eux l’Italie et l’Espagne sont présentes pour pouvoir réclamer leur part de butin, tandis que l’Egypte ne veut pas être tenue à l’écart de ce qui se passe chez un de ses voisins et que les Emirats veulent occuper un strapontin pour avoir les mains libres chez eux. D’un autre côté l’Allemagne, la Russie ou la Chine ne voient pas d’un bon œil cette action américano- anglo-française…

Les prolétaires ont des intérêts diamétralement opposés à ceux des factions et des Etats bourgeois qui sont en lice dans cette mêlée sanglante. En guerre comme en paix, ils sont exploités, opprimés et réprimés, ils connaissent la misère, la pauvreté et la mort au travail. Quel que soit le gouvernement, ils ne peuvent compter pour se défendre que sur leurs propres forces, que sur leur propre lutte, que sur leur propre organisation. Et cette lutte et cette organisation ne peuvent devenir possible qu’en rompant tout lien avec les orientations et les organisations bourgeoises, qu’elles soient religieuses ou laïques , démocratiques ou nationalistes.
Le parti de classe incarne la lutte du prolétariat de tous les pays contre le capitalisme et le pouvoir bourgeois ; il est l’organe indispensable du prolétariat pour centraliser ses luttes et les diriger vers la victoire révolutionnaire. Ce parti n’existe pas aujourd’hui, si ce n’est sur le plan de la théorie et du programme, de même que n’existe pas la lutte générale de classe dans tous les pays.
Mais les révoltes comme celles qui éclatent aujourd’hui dans les Pays Arabes et celles qui éclateront demain, démontrent que les contradictions économiques et sociales incurables du capitalisme sont à l’œuvre et qu’elles pousseront les travailleurs, y compris des grands pays impérialistes, à reprendre la voie de la véritable lutte révolutionnaire contre le capitalisme. Des dizaines de milliers de travailleurs immigrés fuyant la Libye ont été accueillis fraternellement par leurs frères tunisiens : c’est là un petit signe de la solidarité prolétarienne internationaliste. C’est sur cette voie que reprendra la lutte de classe et que renaîtra le parti communiste révolutionnaire, en s’appuyant sur les enseignements marxistes et les leçons des grandes luttes et des révolutions ouvrières du passé.
Les avions, porte-avions, sous-marins et navires de l’armada occidentale mobilisée dans les eaux et les cieux de Libye ne suffiront pas à stopper la vague de révolte qui commence maintenant à s’étendre jusqu’en Syrie et au Maroc ; celle-ci pourra peut-être marquer un temps d‘arrêt, mais elle renaîtra inévitablement pour battre contre toutes les digues édifiée par les classes dominantes. Jusqu’à ce que le prolétariat, en ayant assez de verser sa sueur et son sang pour engraisser les capitalistes, se lance dans la seule guerre qui vaille : la guerre de classe contre toutes les bourgeoisies, à commencer par celle de son propre pays !

Parti Communiste International

20/3/11


( !) Voir par exemple le « Wall Street Journal » du 9/3/11

mardi 22 mars 2011

LES SYLLOGISMES DE L'ULTRA-GAUCHE



REMARQUE INTRODUCTIVE

L'ex-fondateur du CCI, Raoul Victor a publié un texte assez pauvre théoriquement sur la situation en Tunisie, qui a été reproduit sur plusieurs blogs comme "intéressant", notamment par Marceau Coleman. Il est en réalité inconsistant et de la guimauve anarcho-conseilliste, bien inférieur à ce que RV fut capable d'écrire jadis, c'est pourquoi je n'ai pas jugé nécessaire d'y répondre dans ma production autrement considérable (RV fait un texte tous les dix ans). Nos amis de Robin Goodfellow (le Robin des bois de Marx) ont jugé bon d'y répondre. C'est profond, bien analysé, documenté. Un grand manque cependant ils ne nous démontrent pas où est la révolution dans le dit "printemps arabe"; disons qu'ils sont sur la même position que les bordiguistes: on est en 1848 dans la Péninsule! Où sont les Louis Blanc, Lamartine et le lozérien Odilon Barrot? A moins que Kadhafi soit Bonaparte, et le colonel Sarkozi Napoléon? A moins que Robin Goodfellow ne soit Marx réincarné et ma soeur Friedrich Engels. RV est sans doute le dernier mohican de l'ultra-gauche, mais pas du tout un représentant du maximalisme prolétarien (concédons qu'il a raison sur un point, contre les médias et les gauchistes: ceci n'est pas une révolution).
Mais le texte de nos invisibles Robins de banlieue est très très bien du point de vue marxiste orthodoxe. Bonne lecture.
JL



Date Mars 2011
Auteur Robin Goodfellow



Sommaire



SOMMAIRE
1. LES SYLLOGISMES DE L’ULTRA-GAUCHE
2. L’ULTRA-GAUCHE ET LA REVOLUTION BOURGEOISE
3. L’ULTRA-GAUCHE ET LA REVOLUTION DEMOCRATIQUE
3.1 Révolution bourgeoise et révolution démocratique
3.2 La révolution bourgeoise au XVIIè et XVIIIè siècle
3.3 La révolution bourgeoise au XIXè siècle
3.4 La révolution démocratique et la révolution russe
3.5 La faillite de l’ultra-gauche
4. L’ULTRA-GAUCHE ET LA REVOLUTION PROLETARIENNE
5. LA CATASTROPHE ANNONCEE ET L’IMPOSSIBILITE DE L’EVITER
6. EPILOGUE

1. Les syllogismes de l’ultra-gauche
Le cercle de Paris a été, suite à son départ du CCI (Courant Communiste International) l’initiateur d’un réseau de discussion internationale auquel nous avons participé – notre attitude constante ayant été de rechercher le regroupement des révolutionnaires – dont l’objectif était de favoriser le dépassement des erreurs théoriques du mouvement communiste du XXè siècle. Cette volonté est loin d’avoir été réalisée et le poids du passé continue de peser fortement sur le cerveau des présents. Raoul Victor, est un représentant typique de cette tradition que nous appellerons l’ultra-gauche conseilliste. Il a diffusé dans le réseau une analyse de la situation en Tunisie qui est l’objet de ce texte. Au-delà de la personne de Raoul Victor, c’est donc le point de vue de cette ultra-gauche conseilliste qui n’en finit pas d’agoniser tout en rejetant le marxisme que nous critiquerons ici.

Raoul Victor qui s’est efforcé ailleurs de nous démontrer avec force platitude qu’une révolution était une évolution sans en avoir l’air (r), fait maintenant la fine bouche devant les révolutions qui parcourent le monde arabe et au-delà s’étendent à d’autres aires.

Le raisonnement de Raoul Victor tient dans une logique simple, en quelques uns de ces syllogismes qu’affectionne la pensée vulgaire.

1° Ce n’est pas une révolution prolétarienne. L’auto organisation pouvant conduire à un double pouvoir reste très limitée et la fraternisation avec l’armée également.
2° Ce n’est pas non plus une révolution bourgeoise parce que la bourgeoisie est déjà au pouvoir.
3° Ce n’est pas non plus une révolution démocratique car la démocratie existe déjà (constitution, élections, suffrage universel, partis), et d’ailleurs les partis au pouvoir étaient membres de l’Internationale socialiste et le mot démocratique est écrit dessus . Compte tenu de son tropisme pour les nouvelles technologies Raoul Victor serait prêt à concéder qu’il s’agit d’une cyber-révolution mais, compte tenu de ce qui a été dit plus haut, il faut savoir rester raisonnable.
4° Par conséquent, il ne s’agit pas d’une révolution. Ni prolétarienne, ni bourgeoise, ni démocratique, une révolution internationale devient un « mouvement social » dont le principal intérêt réside dans les expériences de cyber-ramassage des ordures.

La cécité politique de ces considérations est affligeante. Elle traduit, après sa faillite théorique, la débandade politique de l'ultra-gauche conseilliste. Tandis que le mode de production capitaliste connaissait le plus fort développement des forces productives de son histoire, elle fut la seule à considérer qu’il était en décadence. Cette faillite théorique se termine aujourd'hui, après les révolutions qui ont bouleversé l'Est de l'Europe et avaient sonné le glas de leurs représentations, en une débandade finale. Sur le bord de la route de la révolution, le brasero allumé avec les œuvres de Marx, Raoul Victor se frotte les mains pour se réchauffer en attendant des jours meilleurs et distille quelques conseils au « mouvement social »



2. L’ultra-gauche et la révolution bourgeoise
Examinons les syllogismes de l’ultra-gauche en commençant par celui-ci :

1° Ce n’est pas une révolution bourgeoise parce que la bourgeoisie est déjà au pouvoir.

Pourtant, du point de vue du marxisme, une révolution bourgeoise peut intervenir alors que la bourgeoisie est au pouvoir. Si Raoul Victor avait lu la première page des « Luttes de classe en France" (Marx 1852), il aurait pu constater que la révolution (bourgeoise) de 1830 avait porté au pouvoir une fraction de la bourgeoisie dont Marx donne le détail et qu'il résume sous le terme d'aristocratie financière. Le mot aristocratie n'est pas là pour nous faire imaginer qu'il s'agit d'une classe féodale mais pour montrer qu'il s'agit d'une fraction, d'une minorité de la classe bourgeoise (la même chose vaut, sur un autre plan, pour le prolétariat quand Marx parle d’aristocratie ouvrière).

En Tunisie, pour nous cantonner au pays qui a donné le coup d’envoi de cette révolution internationale, une partie de la bourgeoisie seulement était au pouvoir, celle qui était représentée par le clan Ben Ali et qui mettait en coupe réglée l’Etat et le pays. Pour la bourgeoisie l’enjeu de cette révolution, qu’elle n’a pas initiée (elle est partie des classes moyennes modernes paupérisées) est justement de mettre en place un régime qui permette la domination de l’ensemble de la bourgeoisie.

Quelle est la forme d’Etat la plus appropriée à cette domination de l’ensemble de la bourgeoisie ? C’est la république démocratique. En février 1848, une fraction de la bourgeoisie dominait, pourtant il y a eu une révolution qui avait pour objet – du point de vue de la bourgeoisie – sa domination d’ensemble.

« A la monarchie bourgeoise de Louis-Philippe peut seule succéder la république bourgeoise. Autrement dit : si, au nom du roi, a régné une partie restreinte de la bourgeoisie, c’est désormais au nom du peuple que régnera l’ensemble de la bourgeoisie » (Marx, Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, p.444, Pléiade, Politique, t.1)
L’histoire de la France montre que, pour le marxisme, la domination de la bourgeoisie n’exclut donc pas la révolution bourgeoise.
« Aucune des multiples révolutions de la bourgeoisie française depuis 1789 n’attenta à l’ordre, car elles conservaient la domination de classe, l’esclavage des travailleurs, l’ordre bourgeois, quelques fréquents qu’aient été les changements de la forme politique de cette domination et de cet esclavage. »(Nouvelle Gazette Rhénane, 29 juin 1848)

Raoul Victor, Maxime et Cie non seulement ne renouent pas avec le marxisme que par ailleurs ils souhaitent largement amender à l’aide d‘études savantes produites dans les grands organismes de recherche et les universités, c’est-à-dire abandonner, mais, dans leur souci de modernité, dans leur volonté de se situer dans le XXIè siècle, en opposition au Marx du XIXè , ils élaborent un affreux syncrétisme entre les versions les plus décaties de l’anarchisme et du réformisme social-démocrate, qui les ramène vers les analyses les plus dépassées de ce siècle lointain.

Au début du XXè siècle, Lénine devait rappeler aux ancêtres politiques de Raoul Victor, Maxime et Cie le B-A BA du marxisme :

« Les gens de la nouvelle Iskra comprennent d'une manière radicalement fausse le sens et la portée de la catégorie : révolution bourgeoise. On voit constamment percer dans leurs réflexions l’idée que la révolution bourgeoise est une révolution qui ne peut donner que ce qui est avantageux à la bourgeoisie. Or, rien de plus faux que cette idée là. La révolution bourgeoise est une révolution qui ne sort pas du cadre du régime économique et social bourgeois, c'est à dire capitaliste. La révolution bourgeoise exprime le besoin, de développement du capitalisme; bien loin de ruiner les bases du capitalisme, elle les élargit et les approfondit. Cette révolution traduit, par conséquent, non seulement les intérêts de la classe ouvrière, mais aussi ceux de toute la bourgeoisie. La domination de la bourgeoisie sur la classe ouvrière étant inévitable en régime capitaliste, on peut dire à bon droit que la révolution bourgeoise traduit moins les intérêts du prolétariat que ceux de la bourgeoisie. Mais l'idée qu'elle ne traduit pas du tout les intérêts du prolétariat est franchement absurde. Cette idée absurde se résume dans l'ancestrale théorie populiste, selon laquelle, la révolution bourgeoise étant contraire aux intérêts du prolétariat, nous n’avons pas besoin d'une liberté politique bourgeoise. Ou bien encore elle se résume dans l'anarchisme, qui condamne toute participation du prolétariat à la politique bourgeoise, à la révolution bourgeoise, au parlementarisme bourgeois. » (Lénine, Deux tactiques de la social démocratie dans la révolution démocratique, 1905)

3. L’ultra-gauche et la révolution démocratique
3.1 Révolution bourgeoise et révolution démocratique
Examinons maintenant le syllogisme suivant :

2° Ce n’est pas non plus une révolution démocratique car la démocratie existe déjà (constitution, élections, suffrage universel, partis)

Sans qu'on puisse départager où commence la mauvaise foi et où finit le cynisme, où commence l'aveuglement et où finit la cécité, où commence l'infantilisme et où finit la sénilité, Raoul Victor nous assène que les autocraties tunisiennes et égyptiennes sont des démocraties. Partant de ce principe, la Libye comme l’ex URSS étaient socialistes et ma tante, qui en avait, une nageuse est-allemande.

Marx et Engels ont utilisé le concept de « révolution démocratique » notamment lors de la préparation de la révolution de 1848 . Il y est synonyme de révolution bourgeoise.

Marx et Engels ont également parfaitement admis que la révolution bourgeoise puisse se faire « par en bas » comme « par en haut ». Ainsi avec le coup d’Etat de Louis Bonaparte en décembre 1851, « La période des révolutions par en bas était pour le moment close ; lui succéda une période de révolutions par en haut » (…) « Son imitateur Bismarck adopta la même politique pour la Prusse ; il fit son coup d’Etat, sa révolution par en haut de 1866, défiant la Confédération germanique et l’Autriche, et tout autant la chambre de conflits prussienne » (Engels, Introduction à la lutte des classes en France, 1895. Marx Œuvres, Politique, T.1, p.1130, Pléiade)
Dans la critique du programme de Gotha, Marx décrit l’Etat de Bismarck comme un « (…) Etat qui n’est rien d’autre qu’un despotisme militaire à charpente bureaucratique, placé sous protection policière, enjolivé de fioritures parlementaires, avec des ingrédients féodaux, et qui subit déjà l’influence de la bourgeoisie (…) »(Marx, critique du programme du parti ouvrier allemand, 1875, Œuvres, Economie, T.1, p.1439, Pléiade)

Donc rien moins qu’une démocratie . Engels fait pourtant le commentaire suivant :

« L’étrange destinée de la Prusse voulut qu'elle achevât vers la fin du siècle, sous la forme agréable du bonapartisme, sa révolution démocratique bourgeoise qu'elle avait commencée en 1808 1813, et continuée quelque peu en 1848. Et si tout va bien, si tout le monde reste bien tranquille, et si nous devenons tous assez vieux, nous pourrons peut être voir, en 1900, que le gouvernement de Prusse a vraiment supprimé toutes les institutions féodales, que la Prusse en est arrivée enfin au point où en était la France en 1792. » Engels (préface à la Révolution démocratique bourgeoise en Allemagne, page 20)

Donc, ce qui caractérise ici la révolution démocratique - qui n’est qu’un qualificatif de la révolution bourgeoise -, ce n’est pas qu’elle institue des organes représentatifs, mais qu’elle élimine les classes réactionnaires et les institutions féodales. Pour ce faire l’intervention du prolétariat vise donc bien à accélérer et radicaliser ce que les autres forces historiques existantes mettraient tant de temps à accomplir. Ce que souligne également ici Engels c’est à la fois le besoin et la possibilité de cette intervention révolutionnaire du prolétariat, intervention d’autant plus utile qu’elle permet d’accélérer la venue de la lutte décisive entre prolétariat et bourgeoisie.

Par conséquent, nous avons vu que, du point de vue du marxisme :
1° le premier syllogisme est faux.
Nous constatons maintenant que :
2° le deuxième syllogisme est tout aussi faux.
3.2 La révolution bourgeoise au XVIIè et XVIIIè siècle
Au XVIIè et au XVIIIè siècle la bourgeoisie est une classe motrice de la révolution bourgeoise. Le prolétariat n’y apparaît guère de manière autonome.

« En 1648, la bourgeoisie était alliée à l’aristocratie moderne contre la monarchie, l’aristocratie féodale et l’Eglise établie.
En 1789, la bourgeoisie était alliée au peuple contre la monarchie, l’aristocratie et l’Eglise établie.
Le seul modèle de la révolution de 1789, du moins en Europe, fut la révolution de 1648, laquelle trouva le sien dans le soulèvement des Pays-Bas contre l’Espagne. Toutes deux étaient en avance d’un siècle sur leurs modèles, non seulement dans le temps, mais par leur contenu.
Dans les deux révolutions, la classe réellement à la pointe du mouvement était la bourgeoisie. La prolétariat et les couches sociales n’appartenant pas à la bourgeoisie n’avaient pas encore des intérêts distincts de ceux de la bourgeoisie ou bien ne formaient pas encore de classes ou de parties de classes indépendantes et développées. C’est pourquoi, là où ils s’opposaient à la bourgeoisie, comme par exemple en 1793-1794 en France, ils ne luttaient que pour faire triompher ses intérêts, même s’ils ne le faisaient pas à la manière de la bourgeoisie. Toute la terreur française fut une manière plébéienne d’en finir avec les ennemis de la bourgeoisie, l’absolutisme, le féodalisme et l’esprit boutiquier.
Les révolutions de 1648 et de 1789 n'étaient pas des révolutions anglaise et française, mais des révolutions de style européen. Elles n'étaient pas la victoire d'une classe déterminée de la société sur l'ancien ordre politique, mais la proclamation de l’ordre politique pour la nouvelle société européenne. Elles marquaient le triomphe de la bourgeoisie, mais cette victoire signifiait alors la victoire d’un nouvel ordre social, la victoire de la propriété bourgeoisie sur la propriété féodale, de l’esprit national sur le provincialisme, de la concurrence sur la confrérie, du partage sur le majorat, du propriétaire maître de la terre sur le propriétaire soumis à la terre, des lumières sur la superstition, de la famille sur le nom patronymique, de l’industrie sur l’oisiveté du héros, du droit bourgeois sur les privilèges seigneuriaux
La révolution de 1648 fut la victoire du XVII° siècle sur le XVI°, la révolution de 1789, du XVIII° siècle sur le XVII°. Bien plus encore que les besoins des parties du monde où elles se produisaient, à savoir l’Angleterre et la France, ces révolutions exprimaient les besoins du monde de l’époque. » (Marx, Nouvelle Gazette Rhénane 15 décembre 1848, Politique, t.1 Pléiade, p.116).
3.3 La révolution bourgeoise au XIXè siècle
Mais dès lors que le mode de production capitaliste se développe, que le prolétariat s’affirme comme classe, la bourgeoisie devient infiniment plus prudente vis-à-vis de sa propre révolution.

« Ce qui distingue la bourgeoisie de toutes les classes qui régnèrent jadis, c´est cette particularité que, dans son développement, il y a un tournant à partir duquel tout accroissement de ses moyens de puissance, donc en premier lieu de ses capitaux, ne fait que contribuer à la rendre de plus en plus inapte à la domination politique. "Derrière les grands bourgeois il y a les prolétaires." Dans la mesure même où elle développe son industrie, son commerce et ses moyens de communication, la bourgeoisie engendre le prolétariat. Et, à un certain moment — qui n´est pas nécessairement le même partout et ne se présente pas forcément au même degré de développement — elle commence à s´apercevoir que son double, le prolétariat, devient plus fort qu´elle. A partir de ce moment elle perd la force d´exercer exclusivement sa domination politique ; elle cherche des alliés avec lesquels elle partage son pouvoir ou auxquels elle le cède complètement, selon les circonstances. » Engels, la guerre des paysans

La révolution allemande de 1848 avait parfaitement révélé la pusillanimité de la bourgeoisie allemande et favorisé le processus de révolution par en haut. En Russie le même phénomène se produisit. Il s’agit toujours de conditions relatives et non absolues. Ce qui est vrai à une moment historique compte tenu des rapports de classe en présence peut ne plus exister par la suite .
3.4 La révolution démocratique et la révolution russe
3.4.1 La révolution démocratique bourgeoise
Un demi-siècle plus tard, nous sommes vers 1905, alors que la révolution bourgeoise est à l’ordre du jour en Russie, le prolétariat a encore plus renforcé son poids, son autonomie, sa théorie, son organisation, son expérience. Kautsky considère (il a l’accord de Lénine et de Trotski) que comme la bourgeoisie russe ne fait pas partie des forces motrices actuelles de la révolution, il ne faudrait plus parler de révolution bourgeoise sans pour autant dire que la révolution qui s’ouvre en Russie soit socialiste.

Le concept de révolution bourgeoise est cependant conservé par Lénine même si le rôle de la bourgeoisie russe se modifie. La mise en retrait de la bourgeoisie n’est d’ailleurs pas définitive. Elle dépend de la capacité de la bourgeoisie à dominer le prolétariat. Nous avons vu que de nombreuses fois tant Engels que Lénine – notamment après la révolution de 1905 et l’arrivée au pouvoir de Stolypine le pendeur – envisageaient une possible révolution par le haut (comme nous l’avons vu tout aussi démocratique bourgeoise que la révolution par le bas) en Russie

D’autre part, toutes les révolutions bourgeoises ne visant pas à instaurer la république démocratique, l’objectif immédiat du prolétariat dans la révolution à venir est de conquérir ce nécessaire champ de bataille pour le combat décisif, la forme d’Etat qui ouvre la voie à sa victoire, car elle est la forme la plus instable, celle où les contradictions peuvent s’exprimer sans fard, celle où il peut obtenir la plus grande liberté de mouvement, celle où le pouvoir des diverses classes en lutte peut s’épuiser pour finir par échoir au prolétariat . La révolution démocratique telle que la conçoivent les bolcheviks est donc une révolution bourgeoise, elle vise à l’instauration d’une république démocratique, par en bas, et le prolétariat doit prendre la tête de cette révolution et la pousser le plus loin possible, la pousser jusqu’au bout.

Nous sommes donc rendus au XXè siècle, le concept de révolution démocratique équivaut tellement peu à « présence de pseudos institutions démocratiques » que, pour Lénine, elle est synonyme, si elle va jusqu’au bout, de « dictature démocratique du prolétariat et de la paysannerie » , bien plus en 1917, nous allons le voir, Lénine déclare que la forme d’Etat adéquate pour cette dictature démocratique est cette forme d’Etat particulière que sont les Soviets.

Raoul Victor avec sa représentation de la révolution démocratique n’est ni au XXè siècle, ni au siècle suivant ni aux siècles précédents ; il est nulle part, sinon au paradis théorique de l’ultra-gauche où les anges gardiens sont des politologues bourgeois et où Saint-Pierre, indigné de voir à ce point le marxisme maltraité, a demandé l’asile politique au diable en personne.
3.4.2 La théorie au banc d’essai de l’histoire : le point de vue de Lénine
Une dizaine d’années plus tard, nous sommes en 1917, une situation inédite (que Lénine reliera avec l’expérience de la Commune) dans l’histoire des révolutions bourgeoises se présente avec l’émergence d’un double pouvoir.

La permanence de la révolution ne passe plus seulement par l’épuisement des partis au pouvoir mais également par un déplacement du lieu du pouvoir en même temps que s’établit une forme de concomitance du pouvoir. Du fait que le pouvoir est entre les mains de la bourgeoisie avec le gouvernement de Lvov, Lénine considère que, sous cet angle, la révolution démocratique bourgeoise est terminée.

Elle n’a pas pour autant été jusqu’à son terme, sa forme la plus pure, à savoir la « dictature démocratique révolutionnaire du prolétariat et de la paysannerie » mais on y tend via les soviets qui n’ont pas le pouvoir mais qui s’appuient sur la majorité du peuple, les ouvriers et les soldats armés. Avec la dualité des pouvoirs, la révolution bourgeoise est à la fois déjà au-delà de la domination classique de la bourgeoisie et encore en deçà de sa forme la plus avancée : la dictature démocratique du prolétariat et de la paysannerie.

C’est dans les « Lettres sur la tactique » que Lénine se montre le plus critique par rapport à la formule de la dictature démocratique du prolétariat et de la paysannerie. Ce sont notamment les passages suivants qui font dire aux Trotskistes que Lénine a changé de point de vue et s’est rallié à Trotski et aux staliniens que la dictature démocratique est réalisée avant Octobre.

Il est important d’en faire une lecture plus attentive (notons d’ailleurs que ce texte est de la même époque que celui que nous avons cité avant). Lénine dit :

« Depuis cette révolution, le pouvoir appartient à une autre classe, à une classe nouvelle : la bourgeoisie.
Le passage du pouvoir d'une classe à une autre est le caractère premier, principal, fondamental, d'une révolution, tant au sens strictement scientifique qu'au sens politique et pratique du mot.
Ainsi, la révolution bourgeoise, ou démocratique bourgeoise, est terminée en Russie.
Nous entendons ici s'élever les protestations de contradicteurs auxquels il plaît de s'appeler «vieux bolcheviks» : n'avons-nous pas toujours dit que la révolution démocratique bourgeoise ne pouvait être terminée que par la «dictature démocratique révolutionnaire du prolétariat et de la paysannerie » ? La révolution agraire, elle aussi démocratique bourgeoise, est-elle donc terminée ? N'est-ce pas au contraire un fait qu'elle n'a pas encore commencé ?
Je réponds : les mots d'ordre et les idées des bolcheviks ont été, dans l'ensemble, entièrement confirmés par l'histoire ; mais dans la réalité concrète les choses se sont passées autrement que nous ne pouvions (et que personne ne pouvait) le prévoir : d'une façon plus originale, plus curieuse, plus nuancée.
L'ignorer ou l'oublier serait s'assimiler à ces «vieux bolcheviks» qui, plus d'une fois déjà, ont joué un triste rôle dans l'histoire de notre Parti en répétant stupidement une formule apprise par cœur, au lieu d'étudier ce qu'il y avait d'original dans la réalité nouvelle, vivante.
«La dictature démocratique révolutionnaire du prolétariat et de la paysannerie » est déjà réalisée [voir le commentaire en note plus bas RG] dans la révolution russe, car cette «formule» ne prévoit qu'un rapport entre les classes, et non une institution politique déterminée matérialisant ce rapport, cette collaboration. «Le Soviet des députés ouvriers et soldats» : telle est la « dictature démocratique révolutionnaire du prolétariat et de la paysannerie », déjà réalisée par la vie.
Cette formule a déjà vieilli. La vie l'a faite passer du royaume des formules dans celui de la réalité, elle lui a donné chair et os, elle l'a concrétisée et, par là même, modifiée.
Un autre objectif, un objectif nouveau, est désormais à l'ordre du jour : la scission, au sein de cette dictature, entre les éléments prolétariens (anti-jusqu'auboutistes, internationalistes, «communistes», partisans du passage à la «commune») et les éléments petits-propriétaires ou petits-bourgeois (Tchkhéidzé, Tsérétéli, Stéklov, les socialistes-révolutionnaires et tous les autres jusqu'auboutistes révolutionnaires, adversaires de la marche vers la commune, partisans du «soutien» de la bourgeoisie et du gouvernement bourgeois).
Quiconque, aujourd'hui, ne parle que de la «dictature démocratique révolutionnaire du prolétariat et de la paysannerie » retarde sur la vie, est passé de ce fait, pratiquement, à la petite bourgeoisie contre la lutte de classe prolétarienne, et mérite d'être relégué aux archives des curiosités prérévolutionnaires «bolcheviques» (aux archives des «vieux bolcheviks», pourrait-on dire).
La dictature démocratique révolutionnaire du prolétariat et de la paysannerie est déjà réalisée, mais d'une façon très originale, avec un certain nombre de modifications de la plus haute importance. J'en parlerai plus spécialement dans une de mes prochaines lettres. Pour l'instant, il faut bien se mettre en tête cette vérité incontestable que le marxiste doit tenir compte de la vie, des faits précis de la réalité, et non se cramponner à la théorie d'hier qui, comme toute théorie, est tout au plus capable d'indiquer l'essentiel, le général, de fournir une idée approchée de la complexité de la vie. » (Lénine Lettres sur la tactique, Avril 1917)

Lénine ajoute une note en bas de page sur « est déjà réalisée ». Elle précise « Sous une certaine forme et jusqu'à un certain point. ». Cette note vient donc nuancer l’affirmation plus tranchée ; il faut donc la rapprocher de l’autre citation (cf. les tâches du prolétariat dans notre révolution) où Lénine dit que l’on tend vers, que l’on « touche de près », la dictature démocratique. Lénine veut rompre non pas avec le schéma général, comme on peut le constater mais avec sa compréhension dépassée et du coup catastrophique pour la suite de la révolution qu’en ont faite les vieux bolcheviks.

Le schéma initial de Lénine est donc :

Passage du pouvoir entre les mains de la bourgeoisie, dans le cadre d’un état bourgeois républicain démocrate encore instable, les représentants des partis des classes bourgeoises et petites bourgeoises s’épuisent et font faillite, incapables de satisfaire les revendications du prolétariat et de la paysannerie. La révolution va continuer et le pouvoir d’Etat revenir aux partis représentatifs de ces deux dernières classes .
Nous sommes donc dans la perspective d’une continuité de l’Etat et d’une succession dans le temps. C’est à ce schéma qu’est attaché la dictature démocratique du prolétariat et de la paysannerie dans sa représentation initiale et c’est à ce schéma que continuent à adhérer les vieux bolcheviks.
Mais, pour Lénine, avec l’émergence des soviets s’est créée une situation nouvelle. Il y a, à la fois, un changement de lieu du pouvoir et simultanéité des pouvoirs. C’est ce qu’indique la dualité des pouvoirs. Il ne faut surtout pas négliger le phénomène soviétique car c’est par lui que passe désormais le phénomène révolutionnaire démocratique bourgeois, la révolution se continue non pas dans le cadre de l’Etat bourgeois républicain parlementaire mais dans le cadre des soviets.

Lénine insiste particulièrement parce que le parti bolchevik est resté prisonnier de ces vieux schémas en soutenant le gouvernement provisoire. Voilà pourquoi il critique l’ancienne formule tout en la maintenant. La tornade révolutionnaire continue son chemin mais son axe a dévié pour passer par les soviets. Il n’y a pas pour autant le moindre fétichisme des soviets chez Lénine.

Pour Lénine c’est donc Octobre qui va réaliser cette dictature démocratique du prolétariat et de la paysannerie sous sa forme pure . Il est vrai cependant que l’adjectif démocratique accolé à dictature du prolétariat et de la paysannerie semble disparaître sous la plume de Lénine, ce qui rend d’autant plus complexe l’analyse.

Il n’est pas dans notre propos d’effectuer ici, une critique des concepts de dictature démocratique qu’ils soient vus par Lénine, les staliniens, Trotski ou Bordiga, de révolution permanente au sens trotskiste, ou encore de la question de la transcroissance de la révolution comme de son involution en un « Etat ouvrier et paysan à forte déformation bureaucratique » (Lénine), ni de poser les questions ouvertes par l’existence d’un double pouvoir et la nature de ce deuxième pouvoir.
Le débat rendu extrêmement complexe par les divers jeux d’intérêts et recouvert de tout un fatras par la contre-révolution mérite une analyse en soi.
Nous ne faisons que montrer ici à quel point la révolution démocratique de Raoul Victor est une bluette aux antipodes du marxisme et de l’expérience historiques.

La révolution démocratique bourgeoise s’est donc faite non seulement sans la bourgeoisie mais dans sa dynamique vers la révolution prolétarienne elle se retourne contre elle.
La révolution bourgeoise n'est donc pas nécessairement une révolution qui porte au pouvoir la bourgeoisie.
Quant à la révolution démocratique rien n’est plus faux que la définir comme une révolution qui met en place des institutions démocratiques.

La révolution russe s’est finalement commuée en révolution bourgeoise, dont la radicalité tout comme la faiblesse de la bourgeoisie, a permis un développement rapide du mode de production capitaliste, contre cette bourgeoisie elle-même. Trotski et Bordiga ont toujours refusé d'admettre que la bureaucratie était une classe spécifique, une nouvelle classe. La gauche d'Italie l'a définie comme un appendice de la classe bourgeoise internationale en charge de la gestion du capitalisme russe. A cette définition spatiale, il faut y ajouter cette définition temporelle que les révolutions ouvertes en Europe en 1989 ont démontré, comme l'avaient également anticipé Trotski et Bordiga, à savoir que la fonction de la bureaucratie était également de préparer la résurrection de la bourgeoisie une fois l'incendie de la révolution prolétarienne définitivement éteint et le mode de production capitaliste en URSS à la fois suffisamment et insuffisamment développé.
3.5 La faillite de l’ultra-gauche
Nous pouvons épargner au lecteur les délires de l’ultra-gauche conseilliste, à base de décadence, de décomposition, d’impossibilité des réformes, du développement et de la démocratisation, le tout sur fond d’années de vérité, bref, tout ce gloubiboulga théorique que le prolétariat devait ingurgiter sans vomir.

Tournons nous cependant vers la seule pensée consistante de l’après deuxième guerre mondiale : la gauche dite italienne dont l’ultra-gauche conseilliste existante est d’ailleurs un avorton sur le plan de la filiation organisationnelle.

Bordiga fait très justement remarquer que pour le marxisme « les prévisions sont justement l’épreuve du feu (et le mot scientifique n’a pas d’autre sens) ; étant entendu que pour la bataille de propagande d’un parti, qui vit dans chaque ligne de Marx et Engels, il convient de couper net, avec des formulations tranchantes. Si jamais nous prévoyons mal, autant aller s’amuser et laisser le champ libre aux grands politicards du vent qui souffle » (Bordiga, Russie et révolution dans la théorie marxiste, p. 288, Ed. Spartacus)

Quelles furent donc les prévisions de la gauche ?

Pour Bordiga, à l’issue de la deuxième guerre mondiale, une fois passée la phase de reconstruction, le mode de production capitaliste avec ses cycles décennaux devrait connaître une crise importante vers 1965, crise qui devrait conduire à la sortie du prolétariat de la période de contre-révolution et son retour à des positions classistes. A partir de là, une nouvelle crise, vers 1975, mettrait le prolétariat devant l’alternative guerre ou révolution .

Bordiga trace ensuite la géographie de cette révolution :

« Son aire centrale sera constituée par les pays qui ont répondu aux ruines de la guerre par une puissante reprise productive, en premier lieu l’Allemagne – y compris l’Allemagne de l’Est – la Pologne et la Tchécoslovaquie. L’insurrection prolétarienne qui suivra l’expropriation extrêmement féroce de tous les possesseurs de capital popularisé, devrait avoir son épicentre entre Berlin et le Rhin et attirer à elle le nord de l’Italie et le nord-ouest de la France » (Bordiga, Russie et révolution dans la théorie marxiste. p.491, Editions Spartacus)

Et, conformément à ce que nous avons vu en relation avec la prévision, Bordiga conclut :

« Dans cette troisième vague historique de la Révolution, l’Europe continentale deviendra communiste politiquement et socialement ou bien le dernier marxiste aura disparu » (Bordiga, Russie et révolution dans la théorie marxiste. p.491, Editions Spartacus)

Ci-gît le bordiguisme.

Plus de trente ans après la date prévue, l’Europe non seulement n’est pas devenue communiste, mais elle a fait l’objet à partir de 1989, de révolutions instaurant des républiques démocratiques, de nouveaux états (dont certains n’avaient jamais existé) également républicains parlementaires et de guerres visant à délimiter des états nationaux.

Ainsi, nous avons vu en Europe, la réunification démocratique de l’Allemagne, la création de la Slovaquie, de la Tchéquie, de la Slovénie, de la Croatie, de la Bosnie-Herzégovine, du Kosovo, de la Biélorussie (Bélarus), de l’Ukraine, de la Macédoine, de la Serbie, du Monténégro, de la Georgie, de la Moldavie, de la Lituanie, de la Lettonie, de l’Estonie et également l’instauration d’une république démocratique en Roumanie, Hongrie, Pologne, Bulgarie, Russie pour ne rien dire, par exemple, des questions nationales en Transnitrie, Irlande ou Belgique.

En ce qui concerne les crises, nous avons montré que le cycle depuis la deuxième guerre mondiale n’était pas décennal mais, comme Marx l’avait prévu, qu’il s’est raccourci pour être d’environ 6 ans. Pour que la deuxième branche de l’alternative de Bordiga ne soit pas fausse, il faut montrer que la gauche n’avait pas complètement renoué avec le marxisme, que le marxisme peut s’approfondir en tant que science et se confronter par ses prévisions à la réalité, sinon il n’est qu’une ratiocination vide de sens.

Notre histoire nous a montré :

1° Qu’il était vain de vouloir fonder sur la théorie de Marx, une discontinuité au sein du mode de production capitaliste qui puisse justifier une politique qui soit différente avant et après 1914.
2° Que les courants issus de la troisième internationale n’avaient pas complètement renoué avec la tradition de Marx et Engels en ce qui concerne l’analyse de la démocratie .
3° Que les faits que ce soit en matière de crise ou d’évolution des sociétés confirmaient totalement l’analyse du marxisme historique.
4° Que le socialisme ne peut être une science et jouer un rôle révolutionnaire en tant que théorie du prolétariat que si elle s’approfondit en même temps qu’elle se restaure.
Nos travaux sur la crise qui ont par ailleurs permis une très bonne qualité de prévision compte tenu de nos forces, la question agraire, le mouvement ouvrier montrent – quelles que soient leurs faiblesses – qu’il y a une voie possible et que donc le marxisme peut être autre chose qu’une logomachie.

Si nous n’y parvenons pas alors Bordiga aura définitivement raison.

Il est inutile de dire que tout cela a fait également voler en éclats les « frontières de classe », chères à la vulgate ultra-gauche conseilliste. Agrippés aux épaves des barrières délimitant les frontières de classe, les douaniers Raoul Victor, Maxime et Cie dérivent dans l’océan du Doute, errent au gré des courants et des vents, écoutent avec attention le chant des sirènes bourgeoises et s’efforcent d’entamer une reconversion comme consultants du « mouvement social ».
4. L’ultra-gauche et la révolution prolétarienne
Examinons maintenant un troisième syllogisme :

3° Ce n’est pas une révolution prolétarienne. L’auto organisation pouvant conduire à un double pouvoir reste très limitée et la fraternisation avec l’armée également.

Tout d’abord la révolution prolétarienne est indépendante de l’existence ou non d’un double pouvoir.

1° Nous avons vu qu’en Russie, il y avait un double pouvoir et que les soviets étaient le cadre adéquat pour que la révolution bourgeoise aille de l’avant. Les soviets de paysans ne s’appuient pas sur le prolétariat et donc ne caractérisent pas la révolution prolétarienne.

2° Il y eu des révolutions prolétariennes qui n’ont pas créé de tels organes. C’est le cas en France, dans la première partie du XIXè siècle dès lors que le prolétariat lutte pour la « république sociale »

« Le développement économique et politique de la France depuis 1789 a fait que, depuis cinquante ans, aucune révolution n'a pu éclater à Paris sans revêtir un caractère prolétarien, de sorte qu'après la victoire le prolétariat, qui l'avait payée de son sang, entrait en scène avec ses revendications propres. Ces revendications étaient plus ou moins fumeuses, et même confuses, selon le degré de maturité atteint par les ouvriers parisiens, mais, en définitive, elles visaient toutes à la suppression de l'antagonisme de classes entre capitalistes et ouvriers. Comment la chose devait se faire, à vrai dire on ne le savait pas. Mais à elle seule, si indéterminée qu'elle fût encore dans sa forme, la revendication contenait un danger pour l'ordre social établi; les ouvriers, qui la posaient, étaient encore armés; pour les bourgeois qui se trouvaient au pouvoir, le désarmement des ouvriers était. donc le premier devoir. Aussi, après chaque révolution, acquise au prix du sang des ouvriers, éclate une nouvelle lutte, qui se termine par la défaite de ceux-ci. C'est en 1848 que la chose arriva pour la première fois. Les bourgeois libéraux de l'opposition parlementaire tinrent des banquets où ils réclamaient la réalisation de la réforme électorale, qui devait assurer la domination de leur parti. De plus en plus contraints, dans leur lutte contre le gouvernement, à faire appel au peuple, ils furent obligés de céder peu à peu le pas aux couches radicales et républicaines de la bourgeoisie et de la petite bourgeoisie. Mais, derrière elles, se tenaient les ouvriers révolutionnaires, et ceux-ci, depuis 1830, avaient acquis beaucoup plus d'indépendance politique que les bourgeois et même que les républicains n'en avaient idée. Quand la crise éclata entre le gouvernement et l'opposition, les ouvriers engagèrent le combat de rues. Louis-Philippe disparut, et avec lui la réforme électorale; à sa place se dressa la république, la république « sociale», comme les ouvriers victorieux la qualifièrent eux-mêmes. Ce qu'il fallait entendre par république sociale, c'est ce que personne ne savait au juste, pas même les ouvriers. Mais maintenant ils avaient des armes et ils étaient une force dans l'État. Aussi, dès que les bourgeois républicains qui se trouvaient au pouvoir sentirent le sol se raffermir sous leurs pieds, leur premier objectif fut-il de désarmer les ouvriers. Voici comment cela se fit : en violant délibérément la parole donnée, en méprisant ouvertement les prolétaires, en tentant de bannir les sans-travail dans une province lointaine, on les précipita dans l'Insurrection de juin 1848. Et comme on avait pris soin de réunir les forces suffisantes, les ouvriers, après une lutte héroïque de cinq jours, furent écrasés. On fit alors un massacre parmi les prisonniers sans défense, comme on n'en avait pas vu de pareil depuis les jours des guerres civiles qui ont préparé la chute de la République romaine. Pour la première lois, la bourgeoisie montrait jusqu'à quelle folle cruauté dans la vengeance elle peut se hausser, sitôt que le prolétariat ose l'affronter, comme classe distincte, ayant ses propres intérêts et ses propres revendications. Et pourtant 1848 ne fut encore qu'un jeu d'enfant comparé à la rage de la bourgeoisie de 1871. » Engels

3° A la fin du « Le 18 brumaire de Louis Bonaparte », Marx constate que les révolutions n’ont jusque là fait que perfectionner la machine d’Etat alors qu’il s’agit de la briser. Avec la Commune, les perspectives souhaitées par Marx se réalisent, une forme nouvelle d’Etat (qui n’est plus un Etat au sens bourgeois du terme) apparaît. Lénine comparera le phénomène soviétique et la Commune. La dernière grande vague révolutionnaire du prolétariat a donc créé des organes comme les soviets (mais pas seulement) et cette expérience rend effectivement possible une perspective de double pouvoir mais il ne s’agit en rien d’une condition absolue.

4° Comme nous l’avons dit, il n’y a chez Lénine aucun fétichisme des soviets. Cet aspect de sa pensée a toujours fait hurler conseillistes et anarchistes qui sont hostiles à la dictature du prolétariat organisé en parti politique. Dans les leçons d’Octobre, Trotski en résume très bien l’enjeu :

« Les soviets des députés ouvriers ont surgi chez nous en 1905 et en 1917 du mouvement même, comme sa forme d'organisation naturelle à un certain niveau de lutte. Mais les jeunes partis européens qui ont plus ou moins accepté les soviets comme “doctrine”, comme "principe”, sont toujours exposés au danger d'une conception fétichiste des soviets considérés en tant que facteurs autonomes de la révolution. En effet, malgré l'immense avantage que présentent les soviets comme organisation de lutte pour le pouvoir, il est parfaitement possible que l'insurrection se développe sur la base d'autre forme d'organisation (comités d'usines, syndicats) et que les soviets ne surgissent comme organe du pouvoir qu'au moment de l'insurrection ou même après sa victoire.
Très instructive à ce point de vue est la lutte que Lénine engagea après les journées de juillet contre le fétichisme soviétiste. Les soviets s.-r. mencheviks étant devenus en juillet des organisations poussant ouvertement les soldats à l'offensive et persécutant les bolcheviks, le mouvement révolutionnaire des masses ouvrières pouvait et devait se chercher d'autres voies. Lénine indiquait les comités d'usines comme organisation de la lutte pour le pouvoir. Très probablement, le mouvement aurait suivi cette ligne sans l'insurrection de Kornilov qui obligea les soviets conciliateurs à se défendre eux-mêmes et permit aux bolcheviks de leur insuffler à nouveau l'esprit révolutionnaire en les liant étroitement aux masses par l'intermédiaire de leur gauche, c'est-à-dire des bolcheviks.
Cette question, comme l'a montré la récente expérience de l'Allemagne, a une immense importance internationale. Dans ce pays, les soviets furent plusieurs fois construits comme organes de l'insurrection, comme organes du pouvoir sans pouvoir. Le résultat fut qu'en 1923 le mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes commença à se grouper autour des comités d'usines, qui au fond remplissaient les mêmes fonctions que celles qui incombaient chez nous aux soviets dans la période précédant la lutte directe pour le pouvoir. Cependant, en août et en septembre, quelques camarades proposèrent de procéder immédiatement en Allemagne à la création de soviets. Après de longs et ardents débats leur proposition fut repoussée, et avec raison. Comme les comités d'usines étaient déjà devenus effectivement les points de concentration des masses révolutionnaires, les soviets auraient, dans la période préparatoire, joué un rôle parallèle à ces comités d'usines et n'auraient été qu'une forme sans contenu. Ils n'auraient fait que détourner la pensée des tâches matérielles de l'insurrection (armée, police, centuries, chemins de fer, etc.) pour la reporter sur une forme d'organisation autonome. D'autre part, la création des soviets comme tels, avant l'insurrection, aurait été comme une proclamation de guerre non suivie d'effet. Le gouvernement qui était obligé de tolérer les comités d'usines, parce qu'ils réunissaient autour d'eux des masses considérables, aurait frappé les premiers soviets comme organe officiel cherchant à s'emparer du pouvoir. Les communistes auraient été obligés de prendre la défense des soviets en tant qu'organisation. La lutte décisive n'aurait pas eu pour but la prise ou la défense de positions matérielles et ne se serait pas déroulée au moment choisi par nous au moment où l'insurrection aurait découlée nécessairement du mouvement des masses; elle aurait éclaté à cause d'une forme d'organisation, à cause des soviets, au moment choisi par l'ennemi. Or, il est évident que tout le travail préparatoire de l'insurrection pouvait avec un plein succès être subordonné à la forme d'organisation des comités d'usines qui avaient déjà eu le temps de devenir des organisations de masses qui continuaient à augmenter et à se fortifier et laissaient au Parti les coudées franches sous le rapport de la fixation de la date de l'insurrection. Evidemment, à une certaine étape, les soviets auraient dû surgir. Il est douteux que, dans les conditions que nous venons d'indiquer, ils eussent surgi au fort de la lutte comme organes directs de l'insurrection, car il eût pu en résulter au moment critique une dualité de direction révolutionnaire. Il ne faut pas, dit un proverbe anglais, changer de cheval quand on traverse un torrent. Il est possible que, après la victoire dans les principales villes, les soviets eussent commencé à apparaître sur tous les points du pays. En tout cas, l'insurrection victorieuse aurait nécessairement provoqué la création des soviets comme organes du pouvoir.
Il ne faut pas oublier que, chez nous, les soviets avaient déjà surgi à l'étape "démocratique" de la révolution, qu'ils avaient été alors légalisés en quelque sorte, que nous en avions ensuite hérité et que nous les avions utilisés. Il n'en sera pas de même dans les révolutions prolétariennes d'Occident. Là, dans la majorité des cas, les soviets se créeront sur l'appel des communistes et seront par suite des organes directs de l'insurrection prolétarienne. Il n'est pas impossible, évidemment, que la désorganisation de' l'appareil étatique bourgeois devienne très forte avant que le prolétariat puisse s'emparer du pouvoir, ce qui permettrait de créer des soviets comme organes déclarés de la préparation de l'insurrection. Mais il y a bien peu de chance pour que cela soit la règle générale. Dans le cas le plus fréquent, on ne parviendra à créer les soviets qu'aux derniers jours, comme organes directs de la masse prête à s'insurger. Enfin, il est très possible également que les soviets surgissent après le moment critique de l'insurrection et même après sa victoire comme organes du nouveau pouvoir. Il faut avoir constamment devant les yeux toutes ces éventualités pour ne pas tomber dans le fétichisme d'organisation et ne pas transformer les soviets, de forme souple, vitale de lutte, en "principe " d'organisation, introduit de l'extérieur dans le mouvement et entravant son développement régulier.
Ces derniers temps, on a déclaré dans notre presse que nous savions pas par quelle porte viendrait la révolution prolétarienne en Angleterre : sera-ce par le Parti Communiste ou par les syndicats, il est impossible de le décider. Cette façon de poser la question, qui vise à l'envergure historique, est radicalement fausse et très dangereuse, parce qu'elle voile la principale leçon des dernières années. S'il n'y a pas eu de révolution victorieuse à la fin de la guerre, c'est parce qu'il manquait un parti. Cette constatation s'applique à l'Europe tout entière. On pourrait en vérifier la justesse en suivant pas à pas le mouvement révolutionnaire dans les différents pays. » (Trotski, les leçons d’Octobre)

Après 80 ans de contre-révolution (dont rien n’indique qu’elle soit finie), nous laisserons donc à la créativité des masses, les modalités de ses formes d’organisation, ce qui ne veut pas dire que le marxisme n’encourage pas le prolétariat à constituer des formes d’organisation indépendantes de l’Etat (syndicats, associations économiques, coopératives, …) qui pourront être autant de points d’appui pour le levier de la révolution. En revanche, ce qui est nécessaire pour une révolution prolétarienne victorieuse c’est que le prolétariat forme un parti politique distinct et opposé aux autres partis.

L’histoire du prolétariat nous a montré qu’il est possible que la révolution bourgeoise serve de tremplin à la révolution prolétarienne. Nous n’en sommes pas là avec la révolution actuelle. Mais même si cette chance paraît infime elle ne doit pas être écartée a priori. En tout état de cause même si le prolétariat reste l’aile gauche de la démocratie , c’est-à-dire s’il n’est pas capable de faire valoir ces intérêts de classe en opposition à ceux des autres classes, il doit rester le combattant de premier plan de la révolution bourgeoise et dans son intérêt la pousser la plus loin possible en revendiquant la république démocratique.

Maxime, qui est particulièrement inconséquent mais c’est parce qu’il a abandonné toute perspective révolutionnaire, finit par concéder : certes la république démocratique est un avantage au quotidien pour le prolétariat mais un désavantage sur le plan historique. Ce n’est pas le terrain sur lequel se déroule le combat décisif entre la bourgeoisie et le prolétariat mais sa cage dorée, son linceul politique, le terminus de son histoire. Ce qui revient à dire soit le phénomène révolutionnaire est définitivement interrompu et faute de mieux allons boire une bière avec nos allocations chômage, tant qu’il a de la bière et des allocations (et c’est le point de vue effectif de Maxime), soit pour qu’il y ait une révolution il ne faut pas qu’il y ait de démocratie, non seulement ne soyons pas indifférent mais opposons-nous à cette perspective qui marque la fin de l’histoire. On remarquera qu’après des positions qui oscillent entre l’anarchisme et la social-démocratie réformiste on se range aux thèses les plus rétrogrades de la philosophie récente.

Nous pouvons donc rejeter le dernier syllogisme examiné de Raoul Victor.

L’ensemble des syllogismes de Raoul Victor étant faux, nous pouvons en conclure que le syllogisme conclusif de Raoul Victor qui repose sur les trois précédents est tout aussi peu assuré.

5. La catastrophe annoncée et l’impossibilité de l’éviter
Notre consultant en mouvement social, Raoul Victor conclut :

« Le prolétariat sera confronté à trois combats simultanément : pour imposer le maintien de la liberté de parole et d'action conquises dans la rue ; pour arracher des améliorations de ces conditions de travail et d'existence ; pour ne pas se laisser embrigader, diviser, encadrer puis paralyser par toutes les forces "démocratiques", "patriotiques", politiques et syndicales qui entreprennent leur travail de "normalisateurs". »

Si nous tentons de traduire pour lui donner un minimum de consistance cette phraséologie pseudo révolutionnaire dans la seule langue que nous connaissons : le marxisme, nous constatons que Raoul Victor appelle en des termes confus le prolétariat
1. A conquérir une république démocratique
1.2. A faire valoir ses intérêts économiques
1.3. A s'organiser en parti politique distinct et opposé aux autres partis

Donc un programme de révolution permanente relativement timoré qui tout d’abord, ce qui montre à quel point Raoul Victor est inconséquent, reconnaît que la démocratie n'existait pas pour le prolétariat alors que plus haut il venait nous conter avec les arguments que l'on sait que la démocratie existait déjà. Ensuite, Raoul Victor part du principe que le prolétariat ne peut aller au-delà de la société bourgeoise. Il le met à la remorque de la bourgeoisie et de la république démocratique qui serait le meilleur horizon que le prolétariat puisse atteindre alors que celle-ci est justement le terrain de la bataille décisive entre la bourgeoisie et le prolétariat.

"Dans son développement social et politique, la classe ouvrière, en Allemagne, retarde autant sur celle de l'Angleterre et de la France que la bourgeoisie allemande sur celle de ces pays. Tel maître, tel valet. L'évolution des conditions d'existence pour une classe prolétarienne nombreuse, forte, concentrée et consciente marche de pair avec le développement des conditions d'existence d'une classe bourgeoise nombreuse, riche, concentrée et puissante. Le mouvement ouvrier n'est jamais indépendant, ne possède jamais un caractère exclusivement prolétarien avant que les différentes fractions de la bourgeoisie, et surtout sa fraction la plus progressiste, les grands industriels, n'aient conquis le pouvoir politique et transformé l'État conformément à leurs besoins. C'est alors que l'inévitable conflit entre patrons et ouvriers devient imminent et ne peut plus être ajourné..." (Marx, article pour The Tribune sur la révolution et contre-révolution en Allemagne, cité par Trotski dans Bilan et Perspectives)
« (…) le renversement de la République parlementaire contient en germe le triomphe de la révolution prolétarienne (…) »(Marx, le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Pléiade, Politique, t.1, p.530)

Ce qui est vrai pour le prolétariat, l’est également pour la bourgeoisie :

« En France, où la bourgeoisie elle-même dirige la réaction dans son propre intérêt et où la forme républicaine de gouvernement permet à cette réaction de se développer le plus librement et de la manière la plus conséquente, l’écrasement de la révolution a lieu sous sa forme la plus odieuse et la plus violente » (Marx, Revue de janvier à février 1850, Pléiade, Politique t.1, p.375)
Un anti-démocratisme de façade conduit donc Raoul Victor à faire l'apologie de la démocratie tandis que l'incompréhension profonde de ces révolutions le conduit à un indifférentisme qui abandonne le prolétariat à lui-même.
Gérard Bad qui ne comprend pas toujours la dialectique se met à opposer le vieil Engels au jeune Engels et Adam Buick qui ne la comprend jamais prend prétexte qu’il s’est trompé dans les dates pour faire l’inverse. En fait, il est bien évident que si le prolétariat cherche à conquérir la démocratie c’est pour permettre son extinction, pour parvenir à sa dictature révolutionnaire, phase de transition politique vers la société sans classe, sans Etat et donc sans démocratie.

6. Epilogue
Lénine faisait remarquer qu’« Un des principaux caractères scientifiques, politiques et pratiques de toute révolution véritable, c'est l'augmentation extraordinairement rapide, brusque, du nombre des petits bourgeois qui commencent à participer activement, personnellement, pratiquement, à la vie politique, à l'organisation de l’Etat. »

Mais nous sommes entièrement d’accord, dirons Raoul Victor, Maxime et Cie. Nous sommes des petits bourgeois et, qui plus est, des consultants en mouvement sociaux et pourtant nous n’y participons pas ; ce n’est donc pas une révolution. Avec Plekhanov et Vollmar, nous n’avons qu’un conseil à donner au prolétariat, celui d’aller se coucher.

dimanche 20 mars 2011

Guerre de Libye : BOBARDEMENTS AERIENS


(Les aventures du colonel Sarkozi, 3ème épisode)

Etrange époque. Une guerre vient de se déclencher sans déclaration officielle, mais on a l’habitude depuis la Seconde Guerre mondiale. La France est entrée en guerre contre la Libye, suivie par quelques amis compréhensifs, mais – c’est officiellement précisé et pas forcément inédit - contre son dictateur et pour « sauver du massacre son peuple ». C’est ce qui se couvre de la vague notion d’ingérence humanitaire inventée il y a quelques années par quelques crânes d’œuf onusiens et autres frenchies doctors. Curieuse guerre dont la première victime est comme toujours la vérité. En soi, après un battage intensif sur le massacre largement exagéré d’un prétendu nouveau soulèvement printanier dans l’arc de cercle de la péninsule arabe, les snipers de Kadhafi avaient tout au plus causés une, deux ou trois centaines de morts, autant que les Ben Ali et Moubarak, autant sans doute que les snipers policiers des régimes du Yémen et du Bahreïn actuellement… Puis la machine de focalisation des médias s’est accélérée, avant que le drame du Japon ne vienne la faire passer un temps au second plan. On parla de 6000 victimes, que personne ne vit jamais. Nous pensâmes aussitôt aux armes de destruction massive inventées par Bush et Blair pour régler son compte à Saddam. On se souvint aussi des charniers de Timisoara, cadavres de cimetière déterrés pour stigmatiser ces horribles tyrans, le couple diabolique Ceaucescu.
Les dés étaient jetés après une longue attente, obscures tergiversations diplomatiques, avec suspense garanti autour de Benghazi, alors que deux mois à peine avant Kadhafi et sa clique étaient présumés encerclés à Tripoli par des « insurgés en marche vers la victoire ». On ne sait pas à quoi fût du ce retournement, où le grotesque Kadhafi se lança dans une reconquête quasi victorieuse, décrite comme un vaudeville face à des petits commerçants dits insurgés juchés sur leur pick-up avec mitrailleuses rouillées. La si mal nommée communauté internationale s’ingénia à protester contre le « massacre des civils », alors qu’une partie des civils étant armés… n’étaient plus de simples civils. Et si, contrairement aux soulèvements populaires en Tunisie et Egypte (justifiés par la misère et le ras le bol des dictatures) le « soulèvement du peuple libyen » n’avait pas été orchestré par des sous-marins US pour se débarrasser enfin du gêneur Kadhafi ?
La soi-disante révolution arabe devenait soudain « insurrection » des « rebelles ». La mise en scène chercha longtemps des « figures » ou un contour précis à ces rebelles parfois rassemblés sémantiquement en « opposition à Kadhafi ». Vu de plus près quelles gueules ont-ils ces « rebelles » ? Ou plutôt que représentent-ils ?
Qui est l'opposition en Libye ? Des gens ordinaires et d’anciens officiels libyens corrompus. Le leadership de l'opposition interne qui émerge en Libye vient de l'intérieur du régime lui-même. Les officiels corrompus qui se sont rebellés contre Kadhafi ne sont pas choisis par le peuple, ni le prolétariat inexistant politiquement. Ces figures de l'opposition ne sont pas opposées à la tyrannie; elles sont surtout opposées à la férule du Colonel Kadhafi et de sa famille. Aref Sharif et Al-Yunis sont eux-mêmes des personnalités du régime libyen. Les quelques officiels libyens qui se sont retournés contre Kadhafi le font pour se sauver. Abdel Moneim Al-Honi, le délégué libyen à la Ligue Arabe au Caire, a été exhibé en exemple pour sa dénonciation (tardive) de Kadhafi, mais il était l'un des membres du groupe des officiers libyens qui ont fait le coup d'Etat de 1969 avec Kadhafi et que plus tard en 1975, il avait lui même essayé de prendre le pouvoir dans un coup d'Etat manqué. Après ce coup manqué, il avait fui la Libye et ne revint qu'en 1990 après que Kadhafi lui eût pardonné. Al-Honi n'a pas été le seul diplomate libyen à démissionner. L'ambassadeur libyen en Inde en fit autant. Il y a une intention de la part de ces officiels à ramasser le pouvoir en Libye après l'éviction de Kadhafi: L'ambassadeur de Libye en Inde Ali al-Essawi, également démissionnaire a été ministre à Tripoli. Le second diplomate libyen à démissionner fut le représentant permanent auprès de la Ligue Arabe Abdel Moneim al-Honi ; il a déclaré au Caire qu'il devait quitter son poste pour "rejoindre la révolution" dans son pays. Le second Secrétaire Hussein Sadiq al Musrati, a annoncé sa démission depuis la Chine, dans une interview à Al-Jazeera, et a appelé l'armée à intervenir dans le soulèvement. Belle brochette d’officiels « rebelles », comme Al-Yunis et Sharif, issus du régime, et prêts à se mettre au service des futurs occupants comme Karzaï en Afghanistan ou Talabani en Irak.
COMMENT LES INTERNATIONALISTES PEUVENT-ILS DENONCER UNE TELLE GUERRE ?
D’abord ce n’est pas une guerre, comme au moment de la guerre coloniale en Algérie, comme lors des frappes « ciblées » en Afghanistan et Irak, ce sont des « interventions humanitaires » ? Qui pourrait être contre des interventions humanitaires sauf à être un nazi indélébile ? La guerre impérialiste moderne a fait d’incontestables progrès sémantiques, idéologiques et psychologiques. Elle paralyse même toute critique sensée et rationnelle à ses buts opaques. C’est pourquoi je ne cesse de dire que le système capitaliste est pervers narcissique, véritable psychopathe qui vous empêche même de vous plaindre ou de l’accuser.
Dans la préparation de la guerre, pardon de « l’intervention humanitaire » pour « faire cesser le massacre de la population civile », la bourgeoisie psychopathe nous a mis en condition : j’y vais ou j’y vais pas, semblait implorer la communauté internationale et sa petite sœur bigote la communauté européenne ? Si j’y vais tant mieux, si j’y vais pas tant pis !
- Nooon, Ah non, NON ! agissez merde, lâches, pleutres, faux-culs ! suppliait la bonne grosse opinion publique, à genoux et pleurant déjà le lâche abandon de Benghazi la rebelle, livrée à un futur charnier kadhafien…
La communauté internationale, brave fille, après s’être tant fait désirer, se ressaisit et décida le tant attendu « no fly zone » pour le dimanche 20 mars avec en avant-garde le french Napoléon, communément nommé Colonel Sarkozi.
Le suspense avait été initié par un premier épisode intra-européen et para-français, dépeignant une démarche frivole voire désinvolte du Colonel Sarkozi :
« Selon une source bien informée, voici le contenu de l’échange entre Nicolas Sarkozy et les deux représentants de l’opposition libyenne qu’il recevait ce matin à l’Elysée (photo).Les Libyens (deux trognes anonymes délégués par les « rebelles » anciens ministres de Kadhafi, ont demandé au président français :
- de brouiller les transmissions militaires de l’armée de Kadhafi.
- de détruire le bunker du colonel.
- de neutraliser les trois aéroports qui lui servent à mener ses opérations (notamment la base de Syrte d’où partent l’essentiel des avions qui bombardent les villes à l’Ouest de Benghazi, et l’aéroport proche du Tchad où arrivent les mercenaires.)
- de reconnaître officiellement l’opposition, représentée par le Conseil exécutif, comme la seule autorité légitime.
- d’imposer une no fly zone.
Selon la source du "Nouvel Observateur" (hebdo bobo toujours en retard d’un metro), Nicolas Sarkozy a tout accepté. Il a seulement expliqué que la zone d’exclusion aérienne sera probablement impossible à obtenir au Conseil de Sécurité. Sur les frappes ciblées, il a dit qu’il allait, demain, demander aux Européens de mener une opération commune. Il a précisé que l’Allemagne était réticente. Il a dit qu’il était tout à fait hostile à une intervention sous pavillon de l’Otan (qu'autrement dit, il ne souhaite pas une participation des Etats-Unis). Il a affirmé qu’en tout état de cause et si nécessaire la France effectuerait ces frappes elle-même ».
Donc après un épisode aussi alléchant, nous allions voir ce qu’on allait voir :
- Par une habile manipulation de la Chine, de l’Inde, de la Russie et des représentants de la « communauté arabe » et africaine, avec « non fly zone » on avait réussi à les pousser à s’abstenir, or dès les premières frappes ridicules des aviateurs kakis français, les « roulés dans la farine » ont immédiatement exprimé leur hostilité !
- L’application du « no fly zone » se traduisit immédiatement par son contraire « no ground zone », au moins 20 avions furent déplacés pour ce résultat aussi minable que la prétendue destruction de 4 chars du régime de Tripoli (étaient-ils habités ou vulgaires carcasses abandonnées dans le désert ?), il était question de frapper dans les airs pas à terre, non ?
- L’intervention de la France sans l’OTAN, pure galéjade, l’impérialisme français fait partie de l’OTAN et les amis anglais, belges, danois, ricains, etc. qui accompagnement les bobardements de guerre SONT L’OTAN à eux seuls ! L’OTAN est toute mobilisée. Les attaques aériennes par avions et missiles de croisière sur la Libye, des Etats-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne, sont «coordonnées» à partir d'un quartier-général américain basé à Stuttgart, en Allemagne, indique un responsable français sous couvert d'anonymat : «Ce QG fait de la coordination avec les centres opérationnels aériens français basé à Lyon et britannique implanté à Northwood». Les défenses anti-aériennes libyennes semblent être la cible de la coalition. L'US Navy tire des missiles de croisières contre la Libye après que l'armée française ait détruit des chars libyens au sud-ouest de Benghazi samedi en début de soirée (Bien avant les coups de menton de notre colonel Sarkozi, comme un camarade bordiguiste nous l’avait chuchoté, des armes étaient livrées aux dits « insurgés » depuis l’Egypte, armes made in USA).

- Toute la gauche bourgeoise française et ses accompagnateurs gauchistes qui se taisaient jusque là ont pratiquement tous (à leur manière) apporté leur soutien à « l’intervention humanitaire » de l’OTAN déguisée derrière l’uniforme français et anglais (la vieille alliance anti-fasciste pétrifiante).

Sans oser en référer à la tragique guerre civile espagnole – les prolétaires européens ne veulent pas mourir pour les apparatchiks de Benghazi - Mélencon s’est attiré les foudres du PCF pour avoir voté en faveur de la guerre au parlement européen, ce pauvre ex-obligé de Mitterrand s’est défendu en arguant qu’il n’avait pas obéi au colonel Sarkozi, mais à l’ONU, cette amie des peuples martyrs. Le french PCF, comme les amis du stalinisme disparu (STOP The War d’Angleterre avec les Murray et Corbyn), a protesté contre « la guerre » qu’il eût approuvé sans fard s’il eût conservé quelque prépondérance électorale. Mais en réalité, sous l’indignation verbale, il approuve subtilement avec cet édito compréhensif de l’Huma : « Comment venir en aide aux insurgés libyens en dépassant la simple indignation morale mais sans pour autant déclencher une énième guerre absurde et mortifère pour tous, à commencer par les peuples arabes eux-mêmes ? Face à ce questionnement cornélien que tout internationaliste et citoyen du monde portait en lui confusément depuis des jours et des jours, sans qu’aucune solution satisfaisante ne puisse être apportée véritablement par les acteurs du drame qui se joue en Libye, le Conseil de sécurité de l’ONU vient donc de répondre à sa manière en adoptant une résolution qui autorise le recours à la force contre l'armée de Mouammar Kadhafi. Des frappes aériennes. Que l’on qualifiera sans doute, dans les heures qui viennent, de « chirurgicales »…
La protestation de Nathalie Arthaud pour la secte trotskienne Lutte Ouvrière est aussi compréhensive, mais si proche d’une position internationaliste, en partie véridique, qu’elle n’en est pas moins louche : « Le revirement d’un État comme la France, qui soutient Kadhafi depuis des années, qui a reçu ce massacreur dans les palais de la République en 2007, ne peut abuser personne. Et son soutien au « Conseil de transition » libyen, composé en partie d’anciens ministres de Kadhafi qui ne valent pas mieux que lui, est une sinistre farce. Les milliers de morts civils provoqués par l’intervention impérialiste en Irak et en Afghanistan nous rappellent que ce sont toujours les peuples qui payent le plus lourd tribut des opérations militaires impérialistes, quels que soient les faux nez derrière lesquelles celles-ci se dissimulent. Le gouvernement français n’a que faire du sort de la population libyenne. Il cherche simplement à placer un remplaçant à Kadhafi plus malléable ».
Dans son communiqué le NPA de Besancenot cache son soutien (moral) à la mise à bas espérée du dictateur sous les débilités de « révolutions », « société démocratique nouvelle» et (sans rire) se place aux côtés du sinistre et gris CNT de Benghali qui a bien demandé « l’aide urgente» du colonel Sarkozi contrairement à ce que lui fait dire notre principal caméléon national trotskien : « Le NPA soutient totalement les révolutions actuellement en cours dans les pays arabes ainsi que le peuple libyen désireux de chasser du pouvoir un dictateur au pouvoir depuis plus de 40 ans, qui a réduit à néant toute les libertés démocratiques et est prêt à tous les carnages pour rester au pouvoir. Mais c'est au peuple libyen de se débarrasser de Kadhafi pour construire une nouvelle société démocratique qui devra utiliser les revenus du pétrole pour satisfaire les besoins de la population. C'est pourquoi, le NPA est totalement opposé à toute intervention militaire des puissances occidentales, rejoignant en cela le « Conseil national de transition des villes libérées » refusant « toute ingérence ou opération militaire étrangère », alors que ces puissances n'ont d'autre but que de garder le contrôle sur les ressources énergétiques de la Libye ».
Pour le principal parti de gauche caviar, Martine Aubry a versé quelques larmes sur la trop longue attente pour intervenir mais mardi lors du vote des crédits de guerre, pas un politicien de la gauche bourgeoise ne devrait manquer à l’appel de Sarko-la victoire en chantant.
Ainsi nous pourrons en conclure aujourd’hui ces nouveaux carnets de guerre par une remarque de poids. Comme nous l’avons examinée avec précaution, cette nouvelle guerre est en principe non critiquable. Pour trois raisons :
- Les pays occidentaux n’envoient pas directement leur classe ouvrière au casse-pipe, ce sont des volontaires professionnels, voire éloignés du terrain (les traditionnels lâches aviateurs et les tireurs de missile sur porte-avions ou sous-marins au large ;
- Si vous vous opposez formellement (et moralement) à « l’intervention humanitaire » comme les staliniens français et leurs homologues anglais de « stop the war », vous êtes complices de Kadhafi !
- Si vous « comprenez » une utilité guerrière pour « empêcher les massacres » du tueur fou Kadhafi, vous êtes complice du colonel Sarkozi et de sa bande de l’OTAN !
Evidemment le milieu maximaliste révolutionnaire attend pour voir, paralysé par les trois raisons précédentes, et évidemment mes lumières. Je dois convenir que c’est inédit dans l’histoire des guerres locales modernes qu’aucun groupe prétendu révolutionnaire n’ait publié un communiqué dénonçant cette nouvelle guerre. Mais, pour une fois, je ne me sens pas de critiquer cette absence de communiqué. Pourquoi faire un communiqué sur une intervention militaire de type impérialiste, masquée, où il est évident qu’il n’y a aucun camp à choisir ?
Où on ne nous a pas demandé notre avis, ni aux prolétaires (comme toujours) ni par une consultation citoyenne. Si on avait sonné la mobilisation générale, pas de problème on aurait misé sur l’insurrection de classe. Ici on n’envoie pas de braves pioupious mais des professionnels du crime militaire, et là-bas les tribus sont contentes qu’on leur fournisse des armes. Donc, la protestation contre la guerre est soit pacifiste (impuissante) soit soutien à un camp. Défaitisme révolutionnaire en Libye en l’absence de prolétariat organisé ? Fumisterie à la NPA !
Cela ne signifie pas que nous devons rester spectateurs affligés. La dénonciation de la guerre en soi est navrante d’inutilité et est un piège auquel nous n’avons pas à répondre. Par contre l’analyse et la description de comment la prude Amérique obamesque organise la chaos et la retribalisation de la péninsule arabe pour brider l’avenir des soulèvements populaires, en même temps que laisser faire la même répression cruelle au Bahreïn, au Yémen, etc. – sera l’objet de toute notre attention.

A suivre…