"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

lundi 2 mai 2011

Ben Laden out? Pipolisation grotesque d'une réorientation de l'impérialisme US...



SCOOP DE DERNIERE HEURE: la propaganda mondiale n'a pas peur du ridicule - quoique de nombreux neuneus tombent dans le panneau sur les forums - les médias US se sont précipités pour assurer que Ben Laden avait été immergé "selon les rites musulmans", or c'est ce qui s'appelle un mensonge doublé d'un autre mensonge: incapables d'exhiber le fantôme de Ben Laden, on dit l'avoir jeté à la mer (précipitamment pour que subsistent tous les doutes) et absolument pas selon le rite arabo-musulman qui n'enterre qu'en... terre, les flots impétueux de la mer empêchant la cadavre de se tourner vers la Mecque... Sans oublier la mise en circulation sur le web d'une photo truquée du faux mort (il est mort dix fois depuis dix ans...). La branche Al Qaida de la CIA s'apprêterait à organiser un gigantesque attentat pour.... venger son ancien employé!La palme de la bêtise revient au journal Le Monde qui titre "le corps de Ben Laden aurait été enseveli en pleine mer", or on ne peut pas ensevelir en mer puisque ce terme signifie "enterrer'; "pleine mer" signifie aussi qu'on aurait été le larguer très loin, loin des objectifs des photographes. Par ailleurs Le Monde, pour bien prendre les citoyens et les prolétaires pour des cons, brandit l'accusation infamante contre nous tous qui rigolons: "les thèses conspirationnistes vont déjà bon train". Horreur certains oseraient douter du discours de la pensée unique anti-terroriste, blanche et vierge de toute manip machiavélique! Une honte pour les mafias pétrolières dont les VRP (commerciaux et militaires) ont les mains si blanches!

1. Terrorisme et anti-terrorisme sont les deux faces de la même pièce tragique gouvernementale, et la UNE mondiale des médias sur la mort (fictive ou finale) de Ben Laden montre que la bourgeoisie internationale va miser à nouveau sur cette stratégie particulièrement vicieuse car, à un niveau pire que les débats concons sur anti-sémitisme et racisme, on ne peut jamais débattre sereinement de l’utilisation du terrorisme sans se faire insulter si on soupçonne les Etats d’en être les commanditaires ou même les simples réceptionnistes ; on dirait qu’un arrière-fond de chauvinisme étroit bride la pensée de votre interlocuteur franchement suiviste par rapport à son gouvernement (cf. les querelles ordurières ou insignifiantes sur les forums de Libé). Sujet porteur pour les dominants donc car l’accusation de complot est toujours considérée par gauchistes et anarchistes comme « simpliste », car ces cuistres choisissent toujours un camp et plus c’est sanguinolent et aveugle, plus c’est révolutionnaire. Combien n’admiraient pas secrètement le grand barbu présumé grand organisateur de la destruction des tours jumelles de NY ?
Peu après l’attentat à Marrakech, voici la cerise sur le gâteau, via ses agents au Pakistan la glorieuse armada secrète des tueurs de la CIA aurait fait sauter enfin le caisson de Ben Laden ! Remake et foutage de gueule. Ben Laden a été annoncé mort tant de fois par le même canal US qu’on se fout qu’il le soit ou pas. L’annonce a lieu dans un contexte de multiples guerres "civiles"(Afghanistan, Irak, Libye,) où le « monde occidental » doit apparaître comme triomphant, capable tout au moins de juguler cet ennemi opaque et sans cesse renaissant : le terrorisme permanent, qui justifie qu’on recrute de courageux soldats dans la population ouvrière au chômage pour défendre la « civilisation » contre la « barbarie »(en keffieh, cf. le film de propagande/recrutement « Démineurs »). Les funérailles opaques du grand Satan qui avait succédé au diable stalinien donnent lieu à une orgie de baves et de courbettes au big boss américain, des abrutis anonymes aux journalistes les plus creux; c'est aussi obscène que la pendaison des Laval, Mussolini et Saddam. Non simple victoire de l'anti-terrorisme sur un de ses enfants (Ben Laden était un produit made in CIA) mais, contrairement à la danse du ventre sordide de tous les béni-oui-oui du système capitaliste et de leurs armées terroristes officielles, la mise en scène masque une réorientation de la politique américaine pour le contrôle du monde et du marché pétrolier.

2 Un éclairage brutal sur le jeu secret de l'impérialisme US derrière les "révoltes arabes":

La révolte en Tunisie et en Egypte n'était certes pas prévue au programme, mais après leur avoir agité le pompon inaccessible de la riche démocratie, on abandonna ces populations brimées par les mêmes armées dictatoriales et on organisa "l'extension" en Libye et en Syrie... Les "insurgés" de l'est libyen furent pourtant armés par l'Arabie Saoudite (pro-US en diable), nulle volonté d'autodétermination populaire... ni internationalisme.
En Syrie (principal Etat policier de la région, très proche amie des Etats Unis) il n'est pas question de faire cesser immédiatement ni plus tard la répression inouïe... Au Yémen, le pétrole doit rester étroitement contrôlé sous égide US et le peuple continuer à crever sous les balles. Le printemps des peuples c'est pour les caves.
La clôture de la saga Ben Laden correspond d'abord à une mise au pas du monde arabe; les armées tunisienne et égyptienne ont obéi au quart de tour, Yémen et Syrie ne seront pas inquiétés et Kadhafi sera de toute manière éliminé. Le contrôle de l'Afghanistan (carrefour stratégique pour tenir l'Asie) a perdu de son importance du fait de la réorientation clientéliste des USA vers l'Inde, où il faut favoriser la partie bouddhiste contre la partie musulmane. La réaction de l'Etat iranien est intéressante: par la voix du porte-parole du ministre iranien des Affaires étrangères, Téhéran a fait savoir qu'avec la mort de Ben Laden "les Etats Unis et leurs alliés n'ont plus d'excuse pour déployer des forces au Moyen Orient sous prétexte de lutter contre le terrorisme". CQFD!
La diminution des réserves pétrolières imposait depuis longtemps cette réorientation, d'où l'invasion de l'Irak puis l'action en Libye (où la France et l'Angleterre tenteront de conserver une part du marché). Signe de cette réorientation en forme de repli national, l'Arabie Saoudite va généraliser les raffineries sur place. Les compagnies françaises et britanniques n'ont qu'à se bien tenir si elles ne veulent pas tout perdre; en effet la garantie de domination tutélaire reposait jusqu'alors sur des raffineries construites hors des pays producteurs, où planait toujours la menace de nationalisation.
Derrière les simiesques grimaces se riant de la disparition de Satan Ben Laden, les combats font rage entre impérialismes. La France est bousculée de plus en plus par la Chine en Afrique et tente de conserver une partie de la manne pétrolière en Libye... La Russie est aussi intéressée (Poutine a demandé de ne pas tuer Kadhafi).
Pour contrebalancer le poids grandissant de la Chine sur le marché international, l'impérialisme américain a donc choisi l'Inde en encourageant le commerce du pétrole dans cette direction. Le spectacle ridicule autour de la mort de Ben Laden cache un déplacement des centres d'intérêts où la question arabe redeviendra secondaire, même avec d'autres conditions; il est très possible, avec le reconnaissance planifiée à l'automne d'un Etat palestinien par la plupart des pays de l'ONU, qu'Israël soit placé aussi au placard. Une nouvelle époque de tous les dangers s'ouvre, où le prolétariat et les peuples sont encore les dindons de la farce.


Post-scriptum: Ceci dit, les chants de victoire de l'anti-terrorisme, co-producteur du terrorisme, ont aussi pour but d'illusionner la classe ouvrière sur un monde de paix et d'équité inexistant et, dans le prolongement de l'exaltation de la démocratie, de tétaniser toute réaction violente normal de classe. J’ai raté hier soir : 1950-1990 : le scandale des armées secrètes de l'Otan d'Emmanuel Amara, dimanche 1er mai à 21h30, sur France 5. Je repique un article sur Rue 89 Quand l'Otan tuait des civils en Europe pour lutter contre l'URSS par Augustin Scalbert, qui vous donnera envie de lire mes Avatars du terrorisme. On y apprend aussi que l'OAS n'était qu'une succursale de la CIA, ce pourquoi De Gaulle avait viré les ricains.
« L'attentat de la gare de Bologne, 85 morts et plus de 200 blessés le 2 août 1980. Le 26 septembre suivant, 13 morts et 200 blessés à la fête de la bière de Munich. Les tueries du Brabant, 28 morts dans le sud de la Belgique entre 1982 et 1985. Derrière ces crimes, se trouveraient l'Otan, les Etats-Unis et de hauts responsables politiques de plusieurs pays d'Europe, désireux de créer une « stratégie de la tension » pour lutter contre l'URSS. On connaissait l'existence de ces armées secrètes depuis qu'en 1990, le président du conseil italien Giulio Andreotti avait révélé à la Chambre des députés ce qu'était le réseau Gladio. On savait qu'il faisait partie des réseaux Stay-behind, cellules dormantes crées par l'Otan dans plusieurs pays d'Europe, dont certains étaient officiellement neutres, comme la Suisse ou l'Autriche. Ce qu'on ignorait, ce sont les liens très probables de ces réseaux avec des attentats terroristes. Parfois attribués à l'extrême-droite (dont des militants furent condamnés), parfois à l'extrême-gauche, parfois restés impunis. C'est ce que révèle le film « Le Scandale des armées secrètes de l'Otan », réalisé par le journaliste français Emmanuel Amara, qui s'appuie notamment sur les travaux de l'historien suisse Danièle Ganser.
Un sang-froid et une technique digne des services secrets
Au pic de la guerre froide, des groupes d'extrême-gauche contestent le capitalisme en jouant de la terreur, faisant plusieurs morts. La thèse de Danièle Ganser, qui est formellement invérifiable tant que l'Otan ne s'exprime pas ou que les archives restent classifiées, veut que l'organisation et la CIA aient choisi une « stratégie de la tension », à la fois pour décrédibiliser l'extrême-gauche et favoriser l'élection de majorités plus sécuritaires, donc de droite. En organisant des attentats meurtriers pour la population civile.
Cette thèse est invérifiable, mais elle est fortement étayée par de nombreux témoignages diffusés dans le film. Ainsi, ce policier et cette juge d'instruction belges qui racontent en quoi les tueurs (impunis) du Brabant étaient des gens dotés d'un sang-froid et d'une technique digne des services secrets. On a aussi la surprise d'entendre le très sulfureux Licio Gelli, grand maître de la fameuse loge maçonnique P2. Mentor de Silvio Berlusconi, ce nonagénaire maintenu en résidence surveillée est la cheville ouvrière de la plupart des scandales des années de plomb italiennes. Le voilà, entre un détour par la Suisse et par l'Allemagne, qui s'explique sur l'origine idéologique des membres de ces armées secrètes. (Voir la vidéo) Après les révélations d'Andreotti en 1990, trois pays ont décidé de lancer des enquêtes parlementaires sur les réseaux Stay-behind : l'Italie, la Suisse et la Belgique. C'est donc dans ces pays que les informations sont les plus nombreuses, ou plutôt les moins rares, tant le secret continue à voiler ce qu'on pourrait bien qualifier de terrorisme d'Etats.