"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

jeudi 18 septembre 2014

DEPUIS QUAND LE CAPITAL ALLEMAND FOUT LA MERDE EN EUROPE ?

 


Il y a une spécificité du Capital allemand qui date de sa constitution www.ihest.fr/IMG/pdf/9-allemagne2012.pdf, qu'on dit spécialisé dans l'exportation de produits manufacturés de haute technologie, mais à l'examen ce constat est bien insuffisant pour comprendre en quoi en est réduit le capitalisme décadent, au militarisme à outrance, un militarisme qui n'est pas assumé directement par le commanditaire mais génère des armées de mercenaires partout dans le monde.

Malgré ses deux défaites en 1918 et en 1945, la bourgeoisie allemande a réussi le tour de force de conserver son capital industriel et diplomatique. Non soumise à des exigences financières de réparations faramineuses comme au lendemain de 14-18, elle n'est pas l'objet d'une mise à genoux économique comme lors de l'Armistice de 1918, de la part des vainqueurs américains. Pour une raison qui coule de source de la part des vainqueurs américains, anglais mais moindre chez le cynique Staline : il n'est plus possible de tenir sous la férule de la terreur militaire les prolétariats des pays développés. L'occupation de l'impérialisme dominant ne peut plus s'exercer par le seul « parapluie » militaire primaire comme ce fût le cas sous le règne européen des nazis. L'occupation requiert une plus grande subtilité, laquelle se base sur le relèvement économique des pays dévastés par la guerre mondiale. Du plan Marshall aux accords de Bretton woods, l'impérialisme américain a besoin de pays vassaux en bonne santé économique à condition qu'ils restent ouverts à la pénétration économique de ses propres produits, des machines à l'industrie du cinéma.
Cette forme de colonisation qui pèse sur toute la reconstruction – et qui est masquée sous la création de l'entité européenne – ne s'est pas modifiée jusqu'à nos jours, l'Europe restant le principal marché capitaliste du monde.

L'effet pervers de la scission de l'Allemagne pendant 50 ans :

Nul doute comme on sait (en lisant ce blog) que le débarquement de 1944 n'avait pas pour but de libérer la France ou la Belgique (L'Allemagne avait déjà perdu la guerre au Moyen Orient), mais d'atteindre au plus vite le cœur de l'Allemagne pour conserver le bastion capitaliste le plus inexpugnable. Staline a pris de vitesse l'armada américaine qui a fait contre mauvaise fortune bon cœur. La bourgeoisie allemande maintenue, débarrassée de l'armada nazie, allait bénéficier d'un cadeau en or pour le redéploiement de son industrie ; comme Rosa Luxemburg et Lénine l'avaient démontré, le poids des dépenses militaires grève toujours terriblement les budgets d'Etats capitalistes. Et, ce qu'ils n'avaient pas pu voir à leur époque, le pétrole est devenu le sang noir du capitalisme pour lequel il ensanglante la planète.

Les deux Allemagne ont ainsi favorablement aidé et consolidé chacun des deux blocs durant la période dite de guerre froide : la RFA comme principal mirador et tremplin militaire face au bloc russe, et ce que l'on sait moins, la RFA comme principale colonne vertébrale industrielle du bloc stalinien. Parallèlement la division en deux de l'Allemagne permit déjà d'affaiblir considérablement l'unité du prolétariat, le divisant cruellement entre deux idéologies anti-communistes, entre deux niveaux de vie : triomphe du consumérisme et de la promotion sociale à l'Ouest (RFA), misère relative et bourrage de crâne anti-occidental à l'Est (RDA).
A l'Est, la RDA n'était pas simplement le satellite stalinien juste capable de fournir de misérables Traban aux prolétaires, ni le principal lieu des puissants services secrets de l'Est (la Stasi) mais la plaque tournante industrielle qui contrôlait les autres « démocraties populaires », Pologne, Tchécoslovaquie, Hongrie, etc. Le régime de Staline contrôlait donc son bloc plus à partir de la RDA que du Kremlin.
La réunion des deux Allemagne, présentée comme inévitable besoin des peuples « en révolte contre le totalitarisme » ne fût que l'aboutissement des menées américaines en particulier en Afghanistan, épuisant les ressources du bloc russe et lui faisant rendre gorge sans qu'il puisse entreprendre une guerre mondiale1. La réunification n'était en plus nullement due au prolétariat à nouveau placé au rang de grand absent de la scène historique.

L'éclatement des deux blocs, pour faire court, nous a conduit au chaos que nous connaissons aujourd'hui où les clivages n'apparaissent plus entre Etats-Nations mais fractionnent même de l'intérieur les Etats au profit de bagarres de clans industriels, financiers ou pétroliers. Pour les plus informés le massacre des twins à New York en 2001 n'est que le résultat de confrontations entre fractions de la bourgeoisie américaine. Le capitalisme moderne ne peut plus être expliqué avec les notions simplistes de conflits de blocs ni de nations dominantes. Le capital décadent, comme tout vieillard atteint d'Alzheimer ou de Parkinson, singe même ses allures de jeunesse. La « main invisible » du marché semble s'être ressourcée dans la « main invisible » du militarisme et de la finance, au point que les plus éminents spécialistes en perdent même parfois leur latin, laissant aux journalistes les interprétations les plus fantaisistes voire les plus simplistes.

L'Allemagne actuelle symbolise assez bien le comportement d' « enfant terrible » de chaque capital national.Avec un solide acquis. La réunification des deux Allemagne a longtemps été l'objet de commentaires superficiels sur un soit disant « ratage », une persistance des inégalités entre wessies et ossies, une population à l'Est défavorisée, considérée comme province adipeuse2.
En réalité, comme les meilleurs observateurs, et les plus craintifs face à une résurgence de la grande Allemagne prédatrice, l'avaient présumé, cette réunification a été le garant de son renforcement et non les quelques années de libéralisme effréné du chancelier Schroder. Réunifiant l'expérience des managers de l'Ouest et des flics apparatchiks de l'Est, la bourgeoisie allemande n'a pas cessé de jouer un rôle déterminant dans la diplomatie internationale, combattant en sous-main le protecteur US ou s'alliant avec lui selon les intérêts du moment. Il n'y eu pas besoin d'une armée allemande, même « humanitaire » pour faire éclater la Yougoslavie3. La force traditionnelle de l'économie allemande en Europe centrale fît éclore suffisamment de clans nationalistes régionaux pour que les politiciens de l'ancien régime stalinien constituent eux-mêmes leurs groupes de mercenaires au nom de la liberté occidentale, d'une histoire héréditaire romantique ou de critères religieux (les industries d'armement des principaux pays vendeurs d'armes y firent de juteux bénéfices).
A plan du nivellement, de la négation et de l'atomisation du prolétariat, le capitalisme allemand fût exemplaire pour les grandes puissances, même si la bourgeoisie américaine avait déjà mis en pratique la stratégie d'immigration à flux continue qui maintient l'arriération économique et industrielle des pays secondaires ou ex-colonies, et empêche toute unification du prolétariat4.

Au temps du bloc de l'Est, la RDA forma aux techniques industrielles une masse très importante des travailleurs de l'Est, en Pologne, en Hongrie, etc.Cette manne est donc reversée à l'Allemagne actuelle, qui a intégré deux millions de travailleurs turcs. L'ouverture des frontières européennes profita donc pleinement à l'Allemagne réunifiée. Là est le résultat de son « insolence économique », en plus de l'absence de charges militaires supportées par d'autres, France, Angleterre, Italie, Belgique, Hollande, Espagne. Le triomphe économique de l'Allemagne opaque se résume aux 500 euros par mois avec lesquels elle rétribue ses salariés multi-ethniques !

La bourgeoisie allemande est aussi divisée entre fractions politiques liées à des groupes pétroliers et gaziers, comme l'américaine, mais aussi désormais les sunnites des pays sous-développés.
Pour récupérer l'Arabie Saoudite le combat de l'ombre fait rage. Il n'y a plus la simple opposition contre les chiites (l'Iran) mais entre sunnites : Qatar et Turquie face à l'Arabie Saoudite. Le terrorisme individuel et les bandes armées inorganisées servent d'écran de fumée à la réalité des conflits d'intérêt. L'immense massacre en Syrie résume toutes les contradictions et rivalités. Les menées américaines ne peuvent même plus s'allier au boucher Assad ni compter rallier les dits « insurgés » maqués par telle ou telle fraction sunnite ou chiite. Ce n'est plus même une libanisation ou une balkanisation mais une chaotisation (kaotic est d'ailleurs le nom d'un site qui poste librement les pires meurtres des bandes armées), si je puis me permettre ce néologisme.

Que cherche la bourgeoisie allemande ? Elle cherche à reconstituer L'Empire allemand comme au temps de la Duplice où l’Empire allemand et l'Autriche-Hongrie, les "Empires centraux", constituèrent une alliance dominant l'Europe mais avec une prétention plus étendue de régenter l'Europe du Danemark à la Grèce.

La Chine, affamée aussi du sang noir pétrolier, place également ses pions, en particulier en Afrique mais doit compter avec le fournisseur russe. La Russie tangue entre ses intérêts de proximité avec la bourgeoisie allemande et avec les groupes pétroliers et financiers américains (la convivialité avec le trust Exxon dont j'ai parlé dans l'article précédent). Les oligarques russes sont tous d'anciens apparatchiks staliniens qui ont profité de l'éclatement des blocs pour se remplir les poches. La guerre en Ukraine est directement téléguidée par la bourgeoisie allemande. Effroyable constat face aux mille menteurs de la classe politique bourgeoisie de droite et au MEDEF en France qui la présentent comme un admirable exemple de « réussite économique », alors que l'Allemagne (sans potentiel militaire)fait partie des plus sordides manipulateurs impérialistes à faire rougir Hitler pour sa grossièreté et sa goujaterie meurtrière.

UNE DESORIENTATION PERMANENTE POUR LE PROLETARIAT

Dans ces conditions, terrorisé par tant de guerres, de crimes quotidiens rendus inexplicables par ce maëlstrom de conflits d'intérêts et de clivages de fractions bourgeoises qui ne sont plus délimités par des intérêts nationaux, le prolétariat est convié à prier pour plus de démocratie, plus de protections militaires, en gros pour choisir la politique de l'autruche à travers des espoirs de travail régional, des indépendances picrocholines et la croyance... en dieu. Car le capitalisme féodal décadent ressort toutes les croyances antiques, toutes les superstitions des lois du hasard, typiques du règne sans partage du féodalisme5.

Mais, même apeuré et fractionné, le prolétariat reste la classe dangereuse pour une raison qui éclate au grand jour en cette honteuse année commémorative des millions de victimes du capital : le souvenir de la boucherie de 1914. Ce n'est plus depuis 1945 que la guerre mondiale est impossible, mais depuis 1914. En 1940 les populations prolétaires ont fui en masse les possibles nouvelles tranchées, depuis la Hollande, la Belgique et le nord de la France. Je veux dire une guerre mondiale impliquant la mobilisation du prolétariat au service du nationalisme patriotique. La deuxième boucherie ne fût pas une guerre de positions, comme on pouvait la concevoir au XIXe siècle, mais une guerre où les idéologies mondialistes des camps en présence recoupaient des aires géographiques et non plus des nations, où la technique industrielle du meurtre de masse atteignit une dimension irrationnelle et inimaginable de destruction de l'espèce humaine. On n'assista pas à la constitution d'armées nationales de volontaires pour la défense de la patrie mais à des enrôlements ponctuels de troupes non basées sur la fameuse « levée en masse », mais à des recrutements d'office pour la vague « démocratie », pour la fumeuse idéologie de la « race ».
Ou d'un communisme de caserne très patriotique et inter-ethnique (les films de propagande staliniens exaltaient comme ceux des nazis l'appartenance régionale ou ethniques des combattants. La guerre d'Espagne avait été le prolégomène à cette fumisterie.Or le prolétariat n'est plus mobilisable en tant que tel, on seulement parce qu'il est nié ou considéré comme faribole ringarde mais parce qu'il reste marqué, même chez les plus ignorants, par le souvenir de la fameuse « der des der », parce que « mourir pour la patrie » a été enterré en Amérique du Sud et au Vietnam dans les années 1970. Et aussi parce que la vilenie des requins impérialistes a atteint des sommets de criminalité qui ne peut que favoriser tôt ou tard l'insurrection généralisée, plus vite et plus loin qu'en 1917.

Les opposants officiels à la « mondialisation capitaliste » et au « libéralisme sauvage » ne sont plus que les clowns écologistes, les anarchistes péquenots et les élections universellement phagocytées par une noria d'arrivistes bobos, où sont absents les prolétaires.La classe ouvrière reste encore veuve d'un véritable parti révolutionnaire mondial. Mais elle peut se remarier avec la perspective révolutionnaire communiste.

Partout la classe ouvrière est censée vivre du contentement d'une misère à géométrie variable jusqu'à la misère absolue et à la mort pour les nouveaux boat-people. Et ce qui accable cette classe martyrisée, sodomisée, assassinée, c'est son exclusion de la vie civique, du monde du savoir et de la culture. Démunie de tout ou goinfrée de besoins artificiels qui restreignent tout horizon intellectuel et social, la classe ouvrière se retrouve réduite en esclavage. A la fin du XIXe siècle, le Boston Post écrivait : « le travailleur est supposé demeurer patiemment à sa tâche, en raison de la ferme conviction qu'il ne pourra jamais dépasser son cercle ni changer les lois qui le gouvernent »6.

Les classes bourgeoises, en France comme en Allemagne et ailleurs, détiennent le pouvoir de la parole et du meurtre impuni. Pour combien de temps ?




1Nombre d'autres opérations clandestines de sabotage du système industriel à l'Est furent menées clandestinement par les agents secrets américains, notamment la destruction de la fine fleur de l'industrie en Roumanie avant la pantalonnade de la destitution du couple pervers Ceausescu. L'histoire future après ouverture de certaines archives devrait nous révéler d'éloquentes révélations encore tenues hor de portée de nous les vulgum pecus.
2Ces tendances à prétendre à une division de deux sortes de populations est typique de la « leçon du Mur de Berlin », en prétextant que des provinces ou une région sont un poids pour l'économie de la zone centrale de l'Etat, on maintient une division fictive entre les prolétariats des régions, politique d'ailleurs typiques des « avancées fédéralistes européennes » lesquelles, en niant les nations et en favorisant des pouvoirs autonomes locaux (Catalogne, Ecosse, Italie du Sud, Flamands et Wallons, etc.) sans oublier depuis l'éclatement de la Yougoslavie, l'émergence à l'infini de prétendus droits nationaux régionaux. La France fait exception, non pas que des arguties identitaires ne puissent être utilisés (cf. Bretagne, Jura, pays basque) mais du fait de sa centralisation parisienne cimentée depuis 1789 ; ce qui explique qu'elle ait été classiquement le pays des révolutions universalistes. Le capitalisme moderne s'inspire profondément du retour au féodalisme nécessaire à sa survie.
3La guerre du Kosovo a été parfaitement orchestrée par les services allemands... pour barrer la route à la Méditerranée aux Etats -Unis.
4Par exemple le contrôle de l'immigration est effectué sous la terreur des cartels de la drogue qui ventilent la demande américaine sans que les policiers US soient mis en cause. Idem pour le massacre de milliers d'immigrants fuyant les guerres en Méditerranée, les passeurs et accidents inévitables ne sont nullement contrecarrés par les polices frontalières des pays européens mais exhibés comme un malheur sans fin. Or, comme pour le financement des djihadistes, les puissances policières et militaires des pays dits riches pourraient très rapidement détruire les réseaux mafieux s'il s'agissait de protéger populations démunies et de favoriser le bien être des millions de prolétaires ou crève la faim.
5En se targuant sans fard du mépris typique de la noblesse d'Etat. Un petit con d'énarque récemment promu ministre d'Etat en France a pu qualifier d'illettrés des centaines d'ouvriers en voie d'être licenciés, et son chef de cabinet de chiottes d'Etat se moquer des « sans dents » en privé. Le chaos régnant laisse éclore ce qui était nié jusque là, ainsi Obama a pu dénoncer le fait que la bourgeoisie française paye les rançons des otages, contribuant sans vergogne à renforcer des bandes armées qui ne sont pas forcément ses ennemis dès lors... Mais en même temps la bourgeoisie US via sa girouette démontrant que le sacrifice de ses propres agents ou soldats importe peu pour son arrogance impérialiste, comme elle s'est fichée d'envoyer à la mort 300.000 pioupious américains en Normandie. Post festum impérialiste 60 ans plus tard, il faut considérer que deux puissances se sont enrichies de la guerre mondiale, qui les avait opposée, et de la reconstruction, les Etats-Unis et l'Allemagne !
6Citation extraite du livre de Christopher Lasch : « La révolte des élites et la trahison de la démocratie ».

dimanche 14 septembre 2014

DERRIERE LA MISE EN SCENE DES EGORGEMENTS LA TROUILLE DE L'IMPERIALISME AMERICAIN

« Je suis parti voyager avec des idées simples au Moyen Orient compliqué ».
Charles de Gaulle

Revue de presse internationale sur les enjeux des deux mamelles pétrolières moyen-orientale et russe.

LES VRAIES RAISONS DE LA DENONCIATION DE LA BARBARIE DJIHADISTE :

Fin connaisseur du Moyen Orient et ancien otage, Georges Malbrunot écrit : « Plusieurs changements récents à des postes clés ont créé la surprise donnant à penser que le roi Abdallah, âgé de 89 ans, met en place sa succession. Quitte à bousculer les fragiles équilibres au sein d'une famille royale qui compte des milliers de princes. Le 20 avril 2013, le Prince Khaled Ben Sultan (KBS) a été démis de ses fonctions de vice-ministre de la Défense par un décret royal qui a pris l'intéressé par surprise, alors qu'il se trouvait à New York au terme d'une tournée réussie en Extrême-Orient.
Auparavant, un demi-frère du roi, le prince Mouqrin, ancien patron de la «CIA saoudienne», avait été nommé au poste de second vice-premier ministre et second prince héritier. En parallèle, un autre demi-frère du souverain, le prince Ahmed, avait été lui remercié de son poste de ministre de l'Intérieur, tout comme Mohammed Bin Fahd, qui occupait jusque-là la fonction stratégique de gouverneur de la riche et sensible zone est d'Arabie saoudite, où se produit et s'exporte le pétrole, la poule aux œufs d'or du royaume. Depuis, les chancelleries s'interrogent et tentent de décrypter ce jeu de chaises musicales dans un pays où l'opacité est la règle. Volonté de faire le ménage? Désir de renforcer son clan? Assurer la pérennité des réformes qu'Abdallah met difficilement en place?
La santé du roi, qui s'apprête à recevoir François Hollande, est déclinante. Si son cerveau fonctionne encore bien, il souffre en revanche de lancinants problèmes de dos, qui ne lui permettent plus que de travailler quelques heures par jour. Depuis ces changements, la rumeur va bon train: Abdallah préparerait sa succession en renforçant son clan. Avec un objectif à terme: placer son fils aîné Mithab, le patron de la Garde nationale, à la tête du royaume, premier producteur mondial de pétrole et lié aux États-Unis par un pacte de sécurité, vieux de soixante ans1. (…) Pour mettre sur orbite son fils, le roi compte sur deux personnages clé à la cour: son tout puissant directeur de cabinet, Khaled Touejhri, qui est intime de Mithab, et son demi-frère Mouqrin qui ne peut prétendre au trône puisqu'il est le fils d'une concubine yéménite d'Abdelaziz, épouse donc illégitime selon les us et les coutumes locaux. Mithab, comme son père avant lui, dispose d'un levier de puissance avec la Garde nationale, composée de membres des tribus les plus loyales au clan d'Abdallah. KBS écarté, le ministère de la Défense devrait voir son rôle décliner dans la galaxie des centres du pouvoir en Arabie.Mais auparavant, le clan Abdallah-Mithab devra s'intéresser au sort de Salman, l'actuel prince héritier et titulaire du portefeuille de la Défense, qui à 78 ans souffrirait de la maladie d'Alzheimer. Une opportunité dont certains voudraient s'emparer pour le déclarer «inapte» au trône… Une «mini-révolution de palais» qui ne serait pas pour déplaire à certains en France. Mithab était un visiteur régulier de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, et son successeur François Hollande l'a reçu juste après sa victoire l'an dernier. Ça tombe bien: Paris compte remettre Riyad au centre de sa politique dans un Golfe persique, toujours sous la menace du nucléaire iranien ».

En réalité ce jeu de chaises musicales au sein de la principale pétromonarchie est surtout l'objet d'une lourde préoccupation pour l'impérialisme américain : il craint de perdre le contrôle de l'Arabie Saoudite comme abreuvoir de pétrole et principal client des industries d'armement2. Dans les circonstances actuelles, une bonne question à se poser est de savoir si les armes les plus sophistiquées équiperont principalement la Garde nationale commandée par un Chammar ou l’armée régulière commandée par un Soudairi.La Garde nationale recrute principalement ses hommes parmi les Ikhwans (4), des bédouins militaro-religieux fidèle au roi Abdallah et à son clan et elle est clairement un contre-pouvoir à l’armée régulière. L’armée régulière est commandée par le prince héritier Salmane, aussi vice-premier ministre (c’est le roi qui est premier ministre), qui, comme dit plus haut, est peut-être atteint de la maladie d’Alzheimer. Khaled ben Sultan (aussi Soudari) en était le ministre adjoint jusqu’à son éviction et son remplacement par Fahd ben Abdallah ben Mohammed. Cela éloigne les Soudairi du commandement de l’armée régulière.


"Il faut rappeler qu'en 2003, lorsque les Etats-Unis envahissent l'Irak, il n'y a pas Al Qaida, il n'y a pas d'Etat islamique, il n'y a pas de groupe sunnite fondamentaliste jihadiste. Le problème ce n'est pas que les Etats-Unis aient quitté l'Irak, ce sont les conditions dans lesquelles ils ont quitté le pays et ce qu'ils ont laissé derrière eux, a écrit Alain Grsh, spécialiste louche du Moyen-Orient, à peu près sur la même longueur d'onde que Dominique de Villepin dans un article retentissant du Monde et dans ses déclarations sur BFM à JJ Bourdin, dont je vais résumer par après les finasseries diplomatiques (le zèbre est conseiller occulte des pétromonarchies); Villepin, malgré ses circonvolutions démocaroques résume assez bien le chaos militaire capitaliste qui se répand en raison notamment des interventions pachydermiques de l'impérialisme américain. Et il le rappelle avec brio en soulignant que "sans l'intervention unilatérale américaine en 2003, il n'y aurait pas eu un tel boulevard en Irak pour les forces totalitaires" (évitant au passage d'étriller son ex-ennemi Sarkozy auteur d'une même ignominie en Libye...) . Et chez Bourdin il fustige "l'inconstance de la politique occidentale" et lâche cette vérité paradoxale mais si claire pour tout maximaliste éveillé: "la guerre contre le terrorisme est jeter de l'huile sur le feu".

Traduisons. L'absence de critique du régime saoudien par les politiciens occidentaux ainsi que leurs médias rend opaque cette guerre de l'ombre masquée par l'horreur de l'égorgement de trois journalistes. L'enjeu est la pérennité de la sécurité de l’approvisionnement en pétrole et les investissements colossaux des Saoudiens dans les économies occidentales chancelantes.Le point le plus crucial qui n’est jamais révélé par la médiacratie et qui a été clairement établi avec la crise syrienne est la très proche collaboration, voire même la complicité active, entre les mouvements terroristes et les services secrets saoudiens. L'enjeu, ce ne sont pas tant les groupuscules fanatiques que des milliers d'hommes qu'ils peuvent parvenir à fédérer et à mobiliser, soit par la peur d'un danger plus grand, comme c'est le cas pour certains chefs de tribu et pouvoirs locaux sunnites, soit par la haine. Il s'agit de mener une politique méthodique pour dissocier les composantes hétéroclites qui constituent l'engrenage actuel en territoire sunnite. Qu'est-ce qui a été obtenu depuis un mois du gouvernement irakien Al-Maliki ? Rien. Il demeure un pouvoir sectaire et borné qui attend patiemment que Téhéran et Washington soient contraints d'endosser ses actions faute d'autre solution. C'est encore et toujours sur le gouvernement d'Al-Maliki qu'il faut faire pression pour que les frappes ne soient pas des coups d'épée dans le sable.

Quels sont les financements qui nourrissent l'Etat islamique? Il dispose désormais de ressources propres de plus en plus conséquentes, en rançonnant les populations, en accaparant des réserves d'or ou en s'appropriant des champs pétroliers. Les bailleurs de fonds sans lesquels l'Etat islamique n'est rien ont carte blanche. Dans un Moyen-Orient profondément tourmenté, il y a aujourd'hui des forces archaïques de clans sunnites rivaux, des individus ou des circuits, parfois en marge de l'action de l'Etat, qui agissent pour le pire, mues par la peur de perdre un pouvoir local ou en extension. L''Arabie saoudite et les autres monarchies ou pétromonarchies sont entraînées dans ce jeu destructeur, car il n'y a là-bas aucune alternative hormis les pouvoirs des cliques régnantes.

Tous les Etats jouent un double jeu dans une politique du pire pour consolider tel ou tel avantage régional. La Turquie doit clarifier ses positions dans la région et soutenir un Irak équilibré avec une composante kurde stable, en luttant avec toutes ses forces contre les réseaux de l'Etat islamique qui utilisent notamment son territoire comme terrain de parcours. Aucun des Etats-nations de la région ne mène aujourd'hui la politique de simplicité, de clarté et d'urgence qui s'impose, ni l'Iran, ni l'Egypte. L’Arabie Saoudite et les monarchies conservatrices du Golfe mènent actuellement un "jeu destructeur" dont elles pourraient pâtir car elles encouragent un "djihadistan" qui est, objectivement, la seule alternative à leur pouvoir. Turquie et Qatar d'un côté face à l'Arabie Saoudite...

Tout est bouleversé, les frontières de Sykes-Picot ainsi que les modèles politiques mis en place après les indépendances et l’islamisme est dans ce contexte ce "que le fascisme fut en Europe à l'idée nationale, un double monstrueux et hors de contrôle, à cheval sur l'archaïsme et sur la modernité". On laissera à Villepin sa comparaison simpliste entre fascisme et jihadisme comme de l'ordre de la propagande belliqueuse et absolument a-historique : le fascisme fût un barrage du capitalisme contre le communisme et une préparation à la guerre mondiale quand le djihadisme est un facteur de décomposition du capitalisme en guerres multiples qui croient exclure la résurgence du prolétariat internationaliste et révolutionnaire. Mais certaines de ses remarques ne sont pas fausses :
« Il faut au moins une génération au Moyen-Orient pour faire sa modernisation, une longue période où peut être guetté par la "tentation nihiliste".
Pour Villepin, l'Islam n'est pas la cause mais le "prétexte et en définitive la victime de cette hystérie collective". La solution à cette crise "existentielle" est politique. S’il y a une action internationale, elle doit se faire dans l’unité et dans le respect de la légalité internationale, poil au poitrail !
De Villepin voit dans le chef du gouvernement irakien al-Maliki une illustration de ces politiques sectaires qui font le lit des djihadistes.

"Il faut dès aujourd'hui un gouvernement inclusif faisant place à toutes les composantes pacifiques de la société irakienne. Il faut un programme d'inclusion communautaire dans l'armée et l'administration pour empêcher le cercle vicieux des frustrations et des haines".
Dominique de Villepin met en exergue le fait que ce sont les "financements qui nourrissent l'Etat islamique".Celui-ci dispose de ce qu'il a accaparé en Irak, comme réserves d'or et des champs pétroliers, mais il continue de disposer de flux venant d'Arabie Saoudite et des pays du Golfe.
Il faut "couper le robinet des bailleurs de fonds sans lesquels l'Etat islamique n'est rien" écrit-il en pointant des "forces conservatrices, des individus ou des circuits, parfois ancrés dans la société, parfois en marge de l'action de l'Etat, qui agissent pour le pire, mues par la peur de perdre le pouvoir, mues aussi par la crainte d'idées novatrices et démocratiques" poil au cacique !
"Il faut dire à l'Arabie saoudite et aux monarchies conservatrices qu'elles doivent sortir de ce jeu destructeur, car leurs dynasties seront les premières victimes d'un djihadistan qui s'étendrait à la péninsule Arabique, car il n'y a là-bas aucune alternative hormis les pouvoirs traditionnels actuels".
Ces pays, quelle que soient leurs motivations doivent "cesser de souffler sur les braises du Moyen-Orient".




IMPOSSIBLE DE METTRE FIN AU CHAOS MILITAIRE PROGRAMMé...

La coalition internationale que Washington s'attache à bâtir pour lutter contre les jihadistes de l'Etat
 islamique (EI) est désormais en place avec "certains" membres prêts à envoyer des troupes au sol, 
a assuré dimanche le secrétaire d'Etat américain John Kerry. La Belgique est  'prête' à participer à la 
coalition des Etats-Unis. En tournée pour construire une coalition anti-EI la plus large possible, 
John Kerry s'est dit satisfait de la réponse à sa requête, estimant avoir recueilli assez de soutien aussi 
bien pour participer à des frappes aériennes qu'à tous les autres aspects de la guerre que les Etats-Unis
 veulent mener contre les jihadistes. Pour tenter de convaincre l'opinion publique américaine et les élus
 du bien-fondé de la stratégie de l'administration Obama, le secrétaire général de la Maison Blanche 
Denis McDonough est apparu dans quatre des cinq grandes émissions politiques du dimanche matin. 
Il a dessiné les contours du succès de la guerre contre l'EI.
Empêcher les jihadistes occidentaux de revenir semer la terreur
"Le succès ce sera un Etat islamique qui ne menace plus nos amis dans la région, qui ne menace plus
 les Etats-Unis. Un Etat islamique qui ne peut plus attirer de recrues ou menacer les musulmans en 
Syrie, Iran ou Irak, ou de toute autre manière. C'est à ça que ressemble le succès", a-t-il affirmé sur 
NBC. Mais "ce ne sera pas facile", a-t-il reconnu, rappelant qu'il fallait battre l'EI sur son propre 
terrain, mais aussi empêcher que ses milliers de recrues dotées d'un passeport occidental ne puissent
 rentrer au pays pour y commettre des attentats. John Kerry, dans une interview accordée à la chaîne
 CBS, enregistrée samedi au Caire et diffusée dimanche aux Etats-Unis, a affirmé que "chacun des
 aspects de la stratégie du président (Barack Obama), et tout ce qui doit être fait afin d'accomplir notre
 objectif, a été proposé par un ou plusieurs pays, et nous sommes désormais en ordre de marche". Les 
Etats-Unis ont annoncé que plus de 40 pays participaient, d'une manière ou d'une autre, à la coalition 
contre l'EI. Dans un entretien, John Kerry précise - sans les nommer - que "certains membres" de la 
coalition sont prêts à envoyer des troupes au sol. "Mais ce n'est de toute façon pas ce que nous 
envisageons pour le moment", ajoute-t-il.
Barack Obama a clairement indiqué qu'il n'enverrait pas de troupes de combat au sol, ni en Irak ni en
 Syrie. Lors d'un discours solennel mercredi à la Maison Blanche, le président a autorisé des frappes
 aériennes contre l'EI en Syrie, après avoir donné début août le feu vert à des bombardements aériens 
en Irak, en soutien à l'armée irakienne et aux kurdes.
Ces bombardements quotidiens ont permis à l'armée irakienne et aux kurdes de reprendre pied.
"Nous détruirons l'Etat islamique"
Washington est toutefois conscient qu'il faut s'attaquer à l'EI dans son fief syrien si il veut éliminer la 
menace. "Notre objectif est clair: nous affaiblirons et, à terme, détruirons l'Etat islamique par une 
stratégie antiterroriste complète et soutenue", a souligné Barack Obama.
Le Congrès américain pourrait voter la semaine prochaine pour autoriser le nouveau plan du président 
visant à équiper et former les rebelles syriens modérés pour qu'ils arrivent à tenir tête à l'EI. Pour 
autant, "nous n'allons pas coordonner (la campagne aérienne, ndlr) avec la Syrie", a précisé John Kerry 
dimanche.
"Nous allons bien sûr faire en sorte de prévenir les interférences et de nous assurer qu'ils (les Syriens) 
ne vont pas faire quelque chose qu'ils regretteraient encore plus", a-t-il ajouté sur CBS.
John Kerry a utilisé le terme de "deconflict" qui en jargon militaire décrit les mesures de coordination 
pour éviter par exemple les risques de collision aérienne ou de tirs amis.
Les responsables syriens s'étaient dit favorables à des frappes contre les jihadistes extrémistes qui sont 
l'ennemi commun, à condition de les coordonner.
Quant à ceux qui affirment que sans troupes aux sol il n'y a pas de victoire possible, John Kerry a une 
réponse toute prête: "Il y a des troupes au sol, qui ne nous appartiennent pas. On les appelle les Syriens.
 L'opposition syrienne est sur le terrain et c'est regrettable qu'elle ait combattu l'EI toute seule ces 
deux dernières années".

L'UKRAINE UN ABCES SECONDAIRE DANS LES INTERETS CONJOINTS
 RUSSO-AMERICAINS 

Seule une fraction bourgeoise germano-américaine a intérêt à envenimer la situation en Ukraine. 
Au-delà des prétentions territoriales des politiciens pro-russes ou pro-allemands, les sanctions 
occidentales viennent contrarier les intérêts des trusts pétroliers. Comme le dit justement De Villepin, 
Hollande s'est laissé embarquer dans l'affaire de l'Ukraine comme compensation à la faillite de sa 
politique intérieure.
On mesure le manque à gagner pour ces grandes sociétés pétrolières, jusqu’à présent le dispositif des sanctions a laissé les choses en état ou presque, mais là il s’agit de bloquer la capacité de recherche pétrolière pour les cinq ou dix ans à venir. Si en effet grâce aux accords financiers passés avec la Chine, l’investissement du secteur n’est pas bloqué, la nouvelle vague des sanctions prévoit de bloquer la recherche de nouvelles sources pour cinq ou dix ans, les technologies et les experts nécessaires étant seulement disponibles aux Etats-Unis et en Europe. Nous sommes ici au cœur du problème à savoir la contradiction entre le profit capitaliste, celui des majors pétrolières des USA et de l’UE et la sanction politique. On imagine bien que le régime des sanctions ne concerne pas l’Ukraine qui n’est qu’un prétexte à renforcement militariste mais aussi pour tenter d’endiguer le contournement du dollar et des pétrodollars par les BRICS, avec le noyau le plus déterminé, la Chine et la Russie. On voit bien que se jouent les contradictions entre capitalistes dont les intérêts sont étroitement interpénétrés et intérêts nationaux. (note de Danielle Bleitrach)
Il n’existe pas d’entreprise en dehors des États-Unis et d’Europe ayant des techniques spécialisées pour l’extraction de pétrole brut des champs en eau profonde et des formations de schiste.
"Si c’est vrai que de nouvelles sanctions visent à interdire la technologie et les services pour l’Arctique, en haute mer et l’exploration du schiste, ce serait une très grosse affaire," a déclaré aujourd’hui dans un e-mail Jason Bordoff, ancien conseiller à l’énergie du président Barack Obama et directeur fondateur du Centre sur Global Energy Politique à l’Université de Columbia, New York. "Ce serait restreindre considérablement la capacité future de la production de pétrole de la Russie, mais il est important de noter que cela nécessiterait une collaboration étroite entre l’Europe et les Etats-Unis pour être efficace. "
Alors que les Etats-Unis n’ont pas l’intention d’autoriser des dérogations pour les contrats existants qui seraient touchées, les responsables américains ont dit qu’ils n’étaient pas certains que l’UE ne se réserverait pas une marge de manœuvre.
Les enjeux sont élevés pour le président russe Vladimir Poutine en raison de la dépendance à l’égard de son gouvernement sur le secteur de l’énergie pour stimuler la croissance économique, avec un recours croissant à la technologie des États-Unis et de la technologie européenne et des services pour exploiter les champs dans lesquels sont pompés l’un des huit barils de brut produits dans le monde chaque jour .
Depuis l’annexion par la Russie de la péninsule de Crimée en Ukraine il y a six mois, les Etats-Unis et l’Union européenne ont imposé des sanctions régulièrement de plus en plus douloureuses sur l’entourage de Poutine, sur des politiciens et des milliardaires, ainsi que sur les banques, l’énergie et les entreprises de défense proches du Kremlin dans un effort pour forcer Poutine à abandonner ses efforts pour diviser et déstabiliser l’Ukraine.
Les États-Unis et l’UE ont en main un marteau économique massif : Combinés, les alliés représentent 39 pour cent de la production économique de la planète, contre 3 pour cent pour la Russie. Alors que les sanctions économiques prises avant cette semaine ont été importantes – notamment en limitant les banques russes et les entreprises d’énergie de la capacité d’obtenir du financement de la dette – cette nouvelle étape importante va vers l’étouffement de la croissance économique future de la Russie avec une interdiction touchant les principaux types d’exploration pétrolière.
Les nouveaux décrets interdiraient aux explorateurs des États-Unis et de l’UE opérant en Russie d’apporter des experts et des équipes de forage cruciaux pour débloquer des milliards de barils de brut enfermés dans les champs de l’Arctique ou au large des côtes de la Sibérie, selon les représentants du gouvernement.
Dans l’Arctique, les forets qui peuvent coûter des milliers de dollars chacun doivent être remplacés en permanence et certains des meilleurs ingénieurs formés, géophysiciens et géologues du monde doivent être pilotés en cas de besoin pour résoudre les problèmes à mesure qu’ils surviennent.
Exxon-Rosneft
L’interdiction de la coopération tenterait de combler les lacunes constatées dans les cycles précédents de sanctions de la fin de Juillet, qui ont laissé place à une unité dont le siège est aux Bermudes Seadrill Ltd (SDRL), Exxon basée au Texas, à la plate-forme flottante Ouest Alpha dans les eaux russes au nom de Irving, Mobil et de Moscou contrôlée par l’Etat OAO Rosneft. (Rosn)
L’arrivée de la plate-forme, ainsi que la signature de six nouveaux contrats Seadrill avec Rosneft, le 29 Juillet, malgré la dernière série de sanctions, les responsables américains et européens ont dit qu’il s’agissait avec les nouvelles sanctions de geler exploration de l’Arctique par la Russie.
Certaines des plus coûteuses explorations de forage complexes jamais entreprises en Russie pourraient être bloquées, y compris un coût de $ 700 000 000 celui qu’ Exxon et Rosneft ont commencé à percer le mois dernier dans la mer de Kara.
Pose du Tillerson
Pour Exxon, la Russie représente sa plus grande perspective d’exploration en dehors de son pays d’origine. Exxon détient les droits de forage à travers 11,4 millions d’acres de terre russe et fonds marins, une superficie deux fois la taille du Massachusetts. $ 411,3 milliards de valorisation boursière d’Exxon en font la plus grande société d’énergie de la planète; ses ventes annuelles dépassent la production économique de la plupart des pays, sauf 28 pays.
Exxon, qui a conclu un partenariat avec Rosneft sur les champs pétrolifères russes depuis plus d’une décennie, a élargi sa relation avec la société basée à Moscou en 2011 par la signature d’un pacte d’exploration de 3,2 milliards. Le  Président-directeur général Rex Tillerson a exprimé des doutes en mai sur le fait que les sanctions imposées à la Russie  s’avéreraient efficaces.  En Juin, il est apparu sur scène aux côtés du PDG de Rosneft Igor Setchine, un ancien espion soviétique qui est l’objet de sanctions personnelles lui interdisant de voyager aux États-Unis, lors du Congrès mondial du pétrole à Moscou.
"Partenaire fiable"
Poutine a appelé Exxon "un vieux partenaire fiable et performant" lors d’une cérémonie le mois dernier, célébrant le début du forage à une perspective marine de l’Arctique appelé Universitetskaya qui détiennent 9 milliards de barils de pétrole brut.  Aux prix actuels du marché, ce serait une aubaine de $ 894 000 000 000.
"Nous évaluons la situation", a déclaré hier Alan Jeffers, un porte-parole d’Exxon, dans un entretien téléphonique lorsqu’on les a interrogés sur la perspective de nouvelles sanctions. "Nous suivons toujours la loi."
D’autres opérateurs internationaux vulnérables comprennent Royal Dutch Shell Plc (CSRD), la deuxième plus grande société d’énergie au monde par capitalisation boursière. Investissements multiples par la société basée à La Haye en Russie comprennent des entreprises à utiliser des techniques avancées de gestion réservoir de relancer et augmenter la production de brut des champs de l’ère soviétique et d’explorer quelques-unes des vastes formations de schiste inexploitées de la nation.
 "Nous continuons à examiner les dernières sanctions pour évaluer les impacts potentiels sur notre entreprise, et l’engagement avec les autorités compétentes pour obtenir plus de clarté," a déclaré Kayla Macke, un porte-parole de Shell, dans un e-mail.  "Nous prenons des mesures pour nous assurer que nous respectons toutes les sanctions applicables ou mesures liées.  Nous suivons la situation de près ".
 Total, Statoil
19,75 % de propriété détenus par BP dans Rosneft ce qui en fait le plus gros investissement étranger direct en Russie.
 "Nous allons examiner les nouvelles sanctions et nous allons bien sûr nous conformer à toutes les sanctions applicables," a déclaré au téléphone Toby Odone, un porte-parole de BP.
 En plus de Shell et BP, les offres de la Russie avec compagnies pétrolières européennes de renom comprennent une basée à Paris, Total SA (FP) et une autre basée en Norvège, Stavanger, Statoil ASA.  (STL). Totale repose sur des puits russes pour près de 10 % de sa production mondiale.  Le porte-parole de Total a refusé de commenter.
 "C’est quelque chose que nous suivons de près», a déclaré le chef de la direction financière de Statoil Torgrim Reitan dans une interview aujourd’hui à Oslo.  "Nos positions en Russie ont un horizon de temps très long."
 Le mois dernier, le PDG de Statoil, Helge Lund, lors d’une conférence à Stavanger, en Norvège, le régime actuel de sanctions retarderait certains des projets de l’entreprise prévus en joint-venture  avec Rosneft.  Statoil, qui est à 67 % détenue par le gouvernement norvégien, se préparait pour de longs processus d’approbation pour l’exportation de matériel et de services à la Russie.
Les deux géants pétroliers vont investir 3,2 milliards de dollars pour forer les zones arctiques. Le groupe russe aura accès aux travaux de recherches d'ExxonMobil en Amérique du Nord.

Rosneft a finalement trouvé un partenaire pour partir à la conquête du plateau Arctique russe. Trois mois après l'échec d'un accord avec le groupe britannique BP, le géant du pétrole a signé une alliance «stratégique» avec l'Américain ExxonMobil.
L'accord d'abord dévoilé par le premier ministre Vladimir Poutine prévoit que «environ 3,2 milliards de dollars vont être dépensés dans l'exploration de blocs dans la mer de Kara dans l'Arctique et d'un bloc dans la mer Noire», indique les deux groupes dans un communiqué conjoint. Ces deux régions «sont parmi les zones offshore les plus prometteuses et les moins explorées dans le monde», précisent les deux associés. La zone de l'Arctique visée n'est libérée des glaces que près d'une centaine de jours par an et Moscou avait impérativement besoin de l'apport des technologies occidentales pour mener à bien ses travaux.
Parallèlement, le groupe russe décroche la possibilité de participer aux travaux d'exploration menée par Exxon en Amérique du Nord, en particulier aux États-Unis, dans les champs offshore du Golfe du Mexique et au Texas. Cette alliance pourrait représenter des investissements directs pouvant atteindre 200 à 300 milliards de dollars.
Si le PDG de Rosneft Edouard Khoudaïnatov souligne que l'accord signé «est le résultat de plusieurs années de coopération avec ExxonMobil», elle intervient seulement quelques mois après que le géant russe a tourné la page d'une alliance stratégique avec BP, qui prévoyait un échange de participations pesant 16 milliards de dollars.
En plus d’apporter des recettes considérables au Trésor de Russie, l’extraction en mer donnera une forte impulsion à l’essor technique de l’industrie pétrolière et gazière nationale, est persuadé le directeur de l’Institut du pétrole et du gaz naturel auprès de l’Académie russe des sciences Anatoli Dmitrievski :
« La Russie en général a pris un retard en matière d’exploitation des ressources du plateau continental. Les technologies requises ici sont de hautes technologies assurant le progrès des branches connexes de l’industrie gazière et pétrolière. Possédant des ressources aussi énormes, la Russie aura tout à gagner de l’étape tellement importante qu’est l’exploitation du plateau continental arctique. Quant à Exxonmobil c’est une stratégie de l’avenir ».
Mais il y a plus que la mise en valeur du plateau continental russe. Conformément aux termes de l’accord, Rosneft obtient une part de 30 % dans plusieurs projets de prospection géologique et d’exploitation de la compagnie Exxonmobil au Canada, ainsi que dans le golfe du Mexique et les champs du Texas aux Etats-Unis. A l’avenir les compagnies planifient de réaliser l’exploitation commune des réserves de pétrole d’accès difficile en Sibérie Occidentale. /
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2012_09_06/Rosneft-ExxonMobil-Coopeeration-Petrole/

Exxon Mobil a commencé des forages pétroliers dans l'Arctique, selon son associé russe Rosneft. Une entreprise débutée malgré les sanctions liées à la crise ukrainienne imposées par Washington à la compagnie.Les sanctions américaines ne concernent cependant pas l'arrêt des projets communs entre les sociétés russes et américaines, mais elles visent à priver Rosneft de financements en dollars et d'accès aux dernières techniques.
"Aujourd'hui, le moteur du succès commercial, c'est une coopération internationale efficace", a déclaré le président russe Vladimir Poutine au patron de Rosneft, Igor Setchine, et au président d'ExxonMobil-Russie, Glenn Waller, lors d'une vidéoconférence réalisée de sa résidence sur la mer Noire.
"Le pragmatisme et le sens commun prévalent", selon Poutine. "Les entreprises, et notamment les sociétés russes et étrangères, réalisent tout à fait que, malgré certaines difficultés politiques actuelles, le pragmatisme et le sens commun prévalent et que nous sommes satisfaits d'entendre cela", a-t-il ajouté.
Exxon a acheminé une plate-forme de Norvège pour creuser le premier puits russe en mer de Kara. Le président de Rosneft, Igor Setchine, un proche de Poutine, figure sur la liste des personnalités russes sanctionnées par Washington.









1Au retour de la conférence de Yalta, le président Franklin Roosevelt rencontra
 le roi Ibn Saoud à bord du croiseur USS Quincy. Il en découlera le Pacte du 
Quincy qui peut se résumer par la garantie de la sécurité du royaume contre la 
fourniture du pétrole saoudien aux États-Unis. Un addenda rarement évoqué 
concerne la création d’un État juif en Palestine. Le président Franklin Roosevelt 
s’était engagé à se concerter avec le souverain saoudien avant tout engagement 
des États-Unis. Son successeur, le président Harry S Truman, s’empressa de ne 
pas tenir cette promesse avant l’historique vote à l’ONU du 29 novembre 1947. 
Ce reniement rendra les rapports entre les États-Unis et l’Arabie Saoudite très 
tumultueux avec le point paroxysmique durant le règne du Roi Fayçal. 
2Les budgets alloués à l’achat d’armes, principalement anglo-étasuniennes, sont faramineux et disproportionnés par rapport aux besoins d’un pays de 29.000.000 d’habitants. Le budget consacré à l’armée représente 8,2 % du PNB.Le dernier contrat de 60 milliards de dollars (avions, hélicoptères) avec les États-Unis est révélateur de cette gabegie.