"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

vendredi 30 décembre 2016

LE POINT CARDINAL DE LA CRISE CAPITALISTE ET SES BONIMENTEURS

LES SALTIMBANQUES REPUBLICAINS S'EXHIBENT

 L'indécence de la gauche bourgeoise n'est plus à prouver: absence de repentance, programmes creux, reprise de la fable du revenu universel - très bonne réplique de Christian Paul ci-après  - et promesses de créer peut-être quelques nouveaux emplois dans la marée universelle du chômage non plus seulement de masse mais endémique du capitalisme finissant et emblématique de son no futur. Le débat des primates de la gauche vétuste nous importe moins que l'état de grâce enfin trouvé par le président sortant grâce à cette grâce sympathique accordée à Jacqueline Sauvage - au nez et à la barbe des sadiques magistrats - pauvre victime qui n'eût que le tort de répliquer, ce pour quoi elle fût sauvagement pourchassée par cette justice de classe cynique, qui jouit d'emprisonner les faibles, et tous ces bons bourgeois qui sont opposés à ce qu'on se débarrasse de l'emprise du capitalisme.

"Et quand une honnête femme, calomniée ou poursuivie, tue le drôle qui la pourchasse, bravo ! Elle débarrasse les autres d’un danger, elle les venge ; il n’y en a pas assez qui prennent ce parti-là". Louise Michel

Le revenu universel va-t-il cristalliser le débat entre les candidats de la primaire de la gauche organisée par le Parti socialiste (22-29 janvier) ? Entre Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, les deux candidats les plus à gauche, la mesure est devenue un symbole de leurs divergences.
Christian Paul, soutien du candidat Montebourg, l'a rappelé le 29 décembre sur France 2. « Pour beaucoup d'économistes libéraux, le revenu universel, c'est une façon d'accepter le chômage de masse dans un monde numérique où l'on sait bien qu'il y aura moins de travail », a affirmé le chef de file des députés frondeurs. « Déserter la question du chômage [...], se résigner d'une certaine façon, c'est le problème, d'ailleurs, le désaccord que nous pouvons avoir avec Benoît Hamon sur le revenu universel », a-t-il déclaré.
Benoît Hamon prône un « revenu universel » pour tous de l'ordre de 750 euros. « La question de la
dignité du travail, de la société du travail, c'est pour moi une valeur incontournable », a pour sa part affirmé Christian Paul, ajoutant qu'Arnaud Montebourg préciserait ses propositions pour « éradiquer le chômage de masse » la semaine prochaine. « Il faut être très concret, très volontaire, il ne faut pas se résigner », a-t-il indiqué.
L'attaque n'est visiblement pas passée inaperçue dans l'équipe de Vincent Peillon, le quatrième homme de la primaire. Son directeur de campagne Patrick Bloche a clarifié la position du candidat, déclarant ce vendredi qu'il n'y aurait « pas de revenu universel » dans le programme de Vincent Peillon. Motif : « l'addition » serait trop lourde pour l'État.
« Quand on est candidat à la présidence de la République, on ne peut pas aligner les promesses qui évidemment provoquent la sympathie dans l'électorat qu'on vise, et d'abord l'électorat de gauche, avec à l'arrivée une addition qui n'a aucun rapport avec la capacité financière et budgétaire de l'État », a-t-il justifié. En lieu et place d'un revenu universel, Vincent Peillon préconise « un bouclier fiscal pour les plus modestes. »

Manuel Valls, également candidat à la primaire, s'est également prononcé pour un « minimum décent » qu'il a évalué entre « 800 à 850 euros » mensuels et qui consisterait en la « fusion de la dizaine de minima sociaux » qui existent.

Et tous ces gugusses osent encore parader! Leurs affiches sont ratées: dans une affiche patriotarde bleue pastel on dirait le Montebourg méconnaissable poisson dans un aquarium, avec petits yeux arrivistes de radical-soc de 1947,
et Hamon avec ses oreilles d'éléphantineau et sa petite cravate fait cadre ordinaire pour page publicitaire d'entreprise de nettoyage. Le degré de bêtise de ces deux "têtes de gauche" (pour être poli) du PS est proportionnel au niveau du ratage de leurs affiches, croire que l'exposition de leur gueule peut faire figure de programme. Qu'ils aillent tous se faire foutre en compagnie du pitre accessoire Mélenchon. On n'ira pas voter ni pour eux,ces protecteurs avilissants des exploiteurs du travail, ni pour leurs compétiteurs véreux, ni pour le Macron chouchou de BFM, sponsorisé à outrance par les mêmes journalistes véreux accrédités auprès des milieux financiers
(qui avaient voulu rendre les mêmes services à DSK). Le mépris que nous avons pour ces politiciens bourgeois ne doit pas conduire au renoncement à l'activité politique, ne doit pas faire oublier que la politique de classe révolutionnaire reste l'alternative, en se basant sur des assemblées du prolétariat hors du parlement corrompu et servile et hors des partis politiques bourgeois et de leurs croupions des deux dits extrêmes. On ne sait pas encore la forme que sera amené à prendre le soulèvement des masses contre ces divers bonimenteurs du travail "salarié", la grève ayant été une nouvelle fois ridiculisée cette année par la collaboration syndicats-gouvernement, mais il y aura bien une échappatoire comme sait en imaginer historiquement le prolétariat, à condition qu'il en réfère à la théorie qui assure qu'un autre monde est possible.

"L'assujettissement économique du travailleur au détenteur des moyens de travail, c'est à dire des sources de la vie, est la cause première de la servitude sous toutes ses formes, de la misère sociale, de l'avilissement intellectuel, et de la dépendance politique". Marx (statuts généraux)