"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

vendredi 10 février 2017

COMME UN LEGER MALAISE... de Fillon à Théo

Députés ou VOYOUS ?

"Je dis que quelques voyous de la police qui seraient à l'origine de cette tragédie doivent être sanctionnés extrêmement lourdement". Christian Estrosi (député LR)

La politique bourgeoise semble prendre un tour irrationnel, être dominée par les scandales, inverser la perception du vulgum pecus en France comme à l'international1. On dirait que la campagne présidentielle américaine a donné le la. La compétition doit être sordide. Courage à ceux  qui restent scotchés à la radio ou à BFM, avec leur plateau repas solitaire... Tous les jours, sans souffler, l'ensemble de la presse et du médiatique électronique tape à bras raccourcis sur Fillon, comme on l'avait vu contre Trump il y a quelques mois ; pas un jour sans nouvelle révélation incrustée dans la défense (décrétée malheureuse) de l'impétrant ; cela avait été le cas avec DSK. Trump, méchant parvenu au pouvoir est lui aussi persécuté tous les jours par les « vrais » représentants de la liberté et de la démocratie : juges, journalistes « indépendants », banquiers « honnêtes », féministes et anarchistes. Le pouvoir a changé de camp, c'est VOUS le peuple qui le détenait ! A bas les politiques corrompus! Ne vous laissez pas faire! Agissez, manifestez le dimanche! mais n'oubliez pas d'aller travailler et de voter pour de sains démocrates !

Pas une semaine sans que le journal des policiers mécontents, le Canard Enchaîné, ne distille son fiel comique (?) contre Fillon, mais pas du tout contre les actuels locataires du pouvoir...finissant. On apprend que Macron serait « pédé » mais un gourou très apprécié des banques. Mais en même temps les traditionnels « extrémistes » sont bichonnés : si Bayrou n'est plus qu'un « irrationnel » (à 5%), Mélenchon a eu droit à une couverture médiatique très confortable pour son spectaculaire » hologramme virtuel comme ses valises électorales, le simili gauchiste Hamon avec son révolutionnaire salaire universel peut se répandre en long et en large. Comme Hamon et Mélenchon sont à la traîne dans les sondages depuis plusieurs jours derrière Le Pen et Fillon, la fabrique à sondage les fait remonter subitement aujourd'hui...
La subtilité du bourrage de crâne électoral est plus insidieuse qu'il n'y paraît, car on alterne si bien jet d'ordures et casseroles sur les candidats et une critique de leurs « programmes »... De même que la justice (de classe) et les journalistes (indépendants) sont sensés dénoncer dérives du pouvoir, népotisme et autres racismes, on veut désormais faire mentir ce vieux cliché d'électeurs qui ne voteraient que pour la tête du client (ce qui reste vrai majoritairement), mais la discussion sur les programmes bute toujours sur la finance : « qui les financera ? », et à ce titre, Hamon, Mélenchon et Le Penon sont baisés, sans s'en rendre compte. Avant-hier, Hamon a déclaré qu'il se fichait de la dette, bel effet de manche pour incrédible. Sans crainte du ridicule, La Penon, à la peine, a rétorqué à la sémillante et fine Najat-Belkacem qu'il n'y avait pas que l'argent... son autorité suffira donc à restaurer... la confiance de la finance.

Pub inouïe pour la nouvelle   « L’Émission politique » diffusée jeudi soir sur France 2, Le Pen a donc été longuement questionnée sur son programme et a battu des records d'audience. Elle a été servie sur un plateau avec des invités qui lui ont permis de se mettre en valeur, notamment son pote Patrick Buisson2, et une Najat-Belkacem qui, bien que brillante face à la grosse buse n'a pas été en mesure de faire avaler que le collège unique supprime les inégalités sociales, quand l'autre prône ouvertement le passage fissa des largués au travail manuel. Mère Le Pen est venue contribuer à l'ambiance « tous pourris » par la finance en faisant mine d'y être étrangère : « Que ce soit pour M. Fillon ou que ce soit pour M. Macron », a-t-elle attaqué, « il y a derrière tout ça une sale odeur de trafic d’influence peut-être, de conflit d’intérêts à tout le moins. » (elle se remplit les poches au parlement européen, tout en crachant dans la soupe)
Elle a frappé juste parfois, contre le seul programme crédible pour les banquiers avec celui de Macron : « Quand je vois que M. Fillon a été payé par Axa, je demande si, dans son programme, la suppression de la Sécurité sociale qui va évidemment bénéficier aux compagnies d’assurances, ça n’est pas aussi la contrepartie des sommes qui lui ont été versées ». Paf pour le persécuté number one ! Mais la fabrique du quadrillage électoral, sous cette bienveillante couverture médiatique (provisoire, il sera toujours temps au second tour de ressortir les bonnes vieilles ficelles de l'antifascisme et compter sur le bruit de la base gauchiste et anarchiste) maîtrise tout à fait les limites du FN, si bien domestiqué dans le cirque médiatique et étrangement soustrait au « scandale » des autres candidats pourtant « antifascistes », comme semble le déplorer Le Figaro :

« Sans alliance électorale, il lui reste encore à démontrer la crédibilité de son projet économique et de ses équipes pour gouverner. Elle doit également convaincre plusieurs segments électoraux qui lui résistent. Attentifs à sa première grande prestation de campagne, nombre de soutiens frontistes voyaient néanmoins une piste étroite s'ouvrir pour leur candidate, entre le «mondialiste» Emmanuel Macron et la candidature «cabossée» de François Fillon ». Elle n'a pas grande chance d'être, elle, le nouveau Trump.

FLICS OU VOYOUS ?

Le même dédoublement idéologique qu'on a examiné pour la compétition électorale, est effectif concernant la lamentable agression du jeune Théo à Aulnay. La confusion entretenue a été très bien décrite par des rédacteurs de journaux de rappeurs lors de l'émission d'hier de Sud Radio. « On veut nous coincer dans un faux dilemme : soit on soutient les flics quoiqu'ils fassent, soit on est supposé être avec les voyous des banlieues et refuser toute police dans les ghettos »; "on a été aussi indigné par la tentative de meurtre des policiers enfermés dans leur bagnole qu'on l'est pour ce qu'on a fait subir à Théo". Les médias se sont retournés aussi, quoique fugacement, contre la police en général. Ces invités, représentatifs (?) de la banlieue face à un syndicaliste policier, se sont laissé un moment entourlouper par « l'ouverture démocratique à la discussion » du flic promu bureaucrate corporatif chargé de « faire comprendre l'exaspération des policiers », puis ont commencé à s'énerver face à la négation du viol, de la pénétration de l'anus par la matraque du policier pervers et raciste, refusant d'accepter le qualificatif d'émeutes, lui opposant une révolte sociale légitime... ajoutant que si des jeunes avaient troué le cul d'un policier de cette manière ils auraient été immédiatement inculpés et mis en prison, alors que le policier sadique a été relâché, et que de jeunes manifestants par après se sont pris immédiatement 6 mois ferme ! A noter que pas un n'a dénoncé la justice de classe, réclamant benoîtement « justice »... laquelle va traîner en longueur jusqu'à une température de l'opinion moins bouillante...

C'est une bavure inédite, faut être vraiment taré pour avoir fait cela. Si on n'est pas anti-flic primaire, on peut penser qu'elle n'est  pas admissible pour un policier ou une policière moyenne. Le flic taré a du coup fait perdre tout le capital de sympathie que la police en général avait obtenu malgré elle (cf. la répression au moment du 49.3) dans la population régulièrement abreuvée d'actes (en effet) délictueux, dans l'ambiance des attentats terroristes. Mais attention encore une fois au double langage du pouvoir, il se dédouble en agissant à deux niveaux: il ne peut se désolidariser de ses flics (donc la "justice" de classe les couvre en tentant de minorer l'enculage à la matraque qui n'est pas un viol en effet mais une humiliation raciste) et de l'autre on envoie Hollande qui n'a plus rien à perdre pour tenter, lui (au-dessus de la mêlée ?), d'éviter l'expansion d'émeutes. Mais gaffe l'opinion est (serait?) pour la défense indéfectible des flics ; hier cette radio au passé louche, Sud Radio, avec son recensement (incontrôlable) assurait qu'une majorité mettait en doute le jeune Théo! Puis vu que le débat entre le flic syndicaliste et les rappeurs toulousains tournait mal, silence soudain, puis musique sans paroles pendant les deux heures qui restaient pour une "confrontation des points de vue" étrangement disparue... Le standard avait-il sauté ou un coup de fil de Cazeneuve ?

Une première en pleine farce électorale présidentielle, tous les politiciens, y inclus la « féroce » Le Pen et le persécuté Fillon, se sont sentis quand même dans l'obligation d'avoir une pensée émue pour le jeune Théo, même le premier ministre policier, s'arrogeant de déplorer au nom de l'institution en uniforme et muette. Ouf, il n'y avait eu que quelques voitures brûlées.
Cela sent encore le roussi, alors à cette heure même, le pouvoir relance comme par hasard  à grands sons de trompe la chasse au terrorisme à Montpellier et ailleurs. Unissons-nous contre l'ennemi, cessons de nous diviser, chut : on est en guerre !






1Où la France, prenant le relais de l'invraisemblable cirque US, fait les gorges chaudes chez d'autres pourris dominants : http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/02/03/l-affaire-fillon-vue-de-l-etranger-pourquoi-la-france-est-elle-si-corrompue_1545900
2 L'analyse de Patrick Buisson, qui est loin d'être un crétin, est simple et elle n'a guère varié depuis 2007: les électeurs du FN sont pour l'essentiel d'anciens électeurs du RPR déçus par le recentrage et l'évolution pro-européenne de Chirac, pour le reste d'anciens staliniens nostalgiques du temps où le PCF était conservateur. Mais c'est plus compliqué aujourd'hui, chaque parti bourgeois est plus ou moins acoquiné avec une puissance impérialiste. Le FN ne se cache pas d'être financé par des banques russes. La cyberguerre, bien qu'utilisée de façon exagérée pour expliquer la victoire de Trump, est aussi une réalité: http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/02/09/35003-20170209ARTFIG00282-l-elysee-inquiet-d-une-cyber-menace-etrangere-pesant-sur-la-presidentielle.php

mercredi 8 février 2017

PENELOPE GATE : une curieuse campagne de persécution médiatique d' une fraction bourgeoise pas assez américanophile


« Comment combattre l'anti-américanisme ? En s'affirmant pro-américain ; ou mieux, américain. Ce renversement, nous le devons à Jean-Marie Colombani, dans Le Monde daté du 13 septembre 2001 : « Nous sommes tous américains ! » La formule a fait florès ». (Serge Halimi : « L'opinion ça se travaille, les médias et les « guerres justes » . (ed Agone 2014).

Hallali, mise au tombeau, « Fillon n'échappe pas à l'affaire des emplois fictifs », « détournement d'argent public », toute la presse et tous les médias obligés du système financier, pas un mais tous, chaque jour, font la chasse au Fillon. Au début, on était en effet tous indignés face à la révélation d'un tel népotisme, puis l'acharnement nous a fait changer d'avis. Outre qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis et qui se contentent de dénigrer lâchement sous cape ou sous pseudonyme1, l'acharnement vicelard finit par se retourner contre les exorcistes et donneurs de leçon du Canard Enchaîné et de la bande des procureurs gauchistes de Médiapart à BFM. Curieusement personne ne met en doute la « notoriété » du Canard dit journal humoristique. Ce canard, si détesté comme organe à barbouzes par le regretté Siné, n'est pas un canard anar, indépendant et critique de la politique bourgeoise, en réalité depuis les années 1970 il a toujours été la poubelle à sensation des flics mécontents, des magistrats ripoux et de tout corbeau en mal de vengeance ; sauf que là ce torchon franchit un degré dans l'ordure avec pour fonction de délivrer au compte-goutte chaque semaine une nouvelle version de l'enrichissement de Fillon ; si toute la révélation eût été livrée en bloc, OK aurait-on pu dire, du bon travail d'alerte sur la corruption parlementaire, fidèle à la soi-disant tradition libertaire (présumée aussi indépendante) du Canard. Or chaque semaine est distillée une nouvelle dénonciation reprise par toute la presse et les médias « indépendants » des banques comme vous vous en doutez : Le Monde, Libération, Médiapart, Le Figaro, Le Point, Le Nouvel Obs, le Huff Post, etc. Quelle belle défense unanime d'une démocratie qui se veut sans tâche et sans reproche ! Quel belle entrée d'espèces sonnantes et trébuchantes pour un canard impubliable sur le web because ressources non bancaires.

On s'est quand penché sur qui avait pu être à l'origine d'un tel scandale pour ne pas dire d'une telle orchestration : était-ce l'ex-sarkozienne de choc Dati la vilaine ? Ou bien tous ces magistrats instructeurs encartés à la franc-maçonnerie PS ? Peu importe car la vraie question est à qui profite LE PLUS le crime ? ET j'ai mis entre guillemets le plus car à cette question on ne répondit qu'au niveau franco-français. Pendant des années avec le CCI, j'ai défendu que le merdier, social ou politique, dans une des grandes nations impérialistes, est toujours bénef pour les nations rivales ou les déclarées concurrentes. Or, remettre en cause « l'alternance » traditionnelle et confortable d'un pays européen est véritablement favoriser le merdier pour ne pas dire favoriser son affaiblissement dans le « grand jeu ».

La droite néo-gaulliste est une fraction traditionnelle classique en France, plutôt résistante à l'hégémonie américaine , même si Guaino fait bande à part. On se souvient que De Gaulle a longtemps été une épine dans le pied des vainqueurs de 1945, qui n'avaient rien fait pour empêcher en 1939 la France d'être envahie par leur vieille rivale allemande. On se souvient moins que la candidature Chaban avait été contrée par une famille de collabos, les Giscard et la faction Chirac, appuyés par les banques américaines, tout comme l'ex-collabo de Pétain Mitterrand ne fît pas l'objet d'une campagne de type maccarthyste lors de son accession très « atlantiste » au pouvoir et en raison de sa capacité à détruire peu à peu la part réservée au parti stalinien dans la vie nationale.

Fillon est un pourri népotiste comme les autres, mais pas plus pas moins que ses congénères de tout bord, que ces journalistes aux salaires mirifiques et aux dessous de table faramineux. En soi il n'a aucunement enfreint la légalité des enveloppes parlementaires qui font de nous la risée du monde entier. Aucun des candidats, et en particulier le « probe » Mélenchon, auquel j'ai envoyé un sms pour qu'il ose dénoncer la fameuse cagnotte, n'a remis en cause ce favoritisme régalien. La chasse au Fillon est menée via le Canard déchaîné des journalistes fouille-merdes barbouzes par le Huff Post qui tient en laisse Le Monde, Le Parisien dont les subsides dépendent de banques américaines, Le Figaro à contre-coeur parce qu'il sait que c'est la fraction bourgeoise française nationale qui est attaquée et que Rothschild et Goldman Sachs veulent à tout prix du petit con « antifasciste » Macron.La potesse de Macron, avec Hollande (général de division d'Obama), mère Royal en a rajouté une louche sur l'écotaxe contre Fillon. L'Administration Trump est en complète continuité dans le laisser-faire contre Fillon – cet « ami de Poutine » - et ne souhaite que l'éclatement de l'Europe Allemando-française, c'est à dire entité dominée par l'Allemagne pas encore réarmée au niveau de la France, ce qui ne saurait tarder avec l'aimable Chine.

Curieusement le Canard consensuel et « démocratie propre » épargne le FN, qui est autrement plus scandaleux que le cas Fillon : la blondasse refuse de rendre l'argent de son mari comme attaché népotiste au parlement européen sans justification aucune, et le clan Le Pen, aussi népotiste, ne se vante pas d'être propriétaire de la plus grande cimenterie grecque, repiquée au défunt « sympathisant » Lafarge2. Il n'y a pas de petit profit capitaliste à l'extrême droite. Tout est fait au contraire pour servir le plateau au FN, comme je l'ai signalé dimanche dernier, une heure de retransmission directe sans coupures ni commentaires sur BFM, comme si ces corrompus de journalistes avaient peur que le FN ne fasse un score trop minable ; sur BFM ils argumentent souvent que les électeurs du FN sont magnanimes concernant la corruption de ce parti de droite et n'attacheraient guère d'importance à sa corruption lorsqu'elle est mise en avant, ah bon ! C'est pourquoi l'info sur cette corruption avérée est donc totalement évacuée des plateaux de la « démocratie propre » de BFM si énamourée de Macron ! Toute la charge médiatique est ciblée sur le corrompu couple Fillon. Vous avez dit scandaleux ?
Et le capital et ses journalistes ils sont  pas scandaleux ? Il faut nettoyer les écuries d'Augias, sous les coups de "l'intransigeant" parquet aux ordres de "l'indépendant" gouvernement Hollande. En attendant aucun des "justiciers" ne met en cause la cagnotte bizarre de tous les députés.


 


2Les revenus de la famille népotiste Le Pen ne sont pas moins scandaleux que ceux du clan Fillon, cf. « Marine Le Pen » par Caroline Fourest et Fiammetta Venner (2011), p.118.

lundi 6 février 2017

TROIS HOLOGRAMMES DU SYSTEME... POUR UNE CAMPAGNE EN TROMPE L'OEIL



« «Mieux vaut un passé qu’un avenir judiciaire», avait prophétisé Juppé durant la primaire de la droite.


Dans un contexte où l'hologramme de Fillon s'est éteint1, le spectacle télévisé fût dédié à un dimanche super électoral, car pluvieux, avec trois saltimbanques en tête d'affiche dans l'ancienne capitale des Gaules, deux spécimen à supporter durant une heure chacun et un « gaulé » ! Des foules aux meetings des magiciens sur les planches du conte démocratique. Des foules qui aimeraient encore la politique (spectacle) mais sans plus d'illusions sur les comiques d'estrade (tous corrompus comme l'a si bien démontré Droopy). Les trois "patriotes" du ramdam dominical avaient décidé de discourir sur l'universel : l'universel bureaucratique et intangible de Hamon, l'universel factice de Mélenchon et l'universel national-socialiste peu probable de Le Pen. Tous pourtant maqués à la très matérielle cagnotte parlementaire, qui reste le principal sein qu'ils ne sauraient regarder ni mettre en cause mais que le peuple et le prolétariat voient gros comme le nez au milieu de la figure de Pénélope, biberon à pognon de tous les exploiteurs politiques bourgeois au nom de cette vacuité le peuple et désormais "la patrie pour tous". Tout le reste n'étant que bla-bla... universel.
Une demi-heure avant la prestation en hologramme de Mélenchon (campagne électorale en...trompe l'oeil) – il est vrai que les campagnes électorales illusionnistes datent du 19e siècle et les programmes socialistes immatériels non plus – j'ai expédié le SMS suivant à Mélenchon, espérant le sortir de l'ornière ou sauver une dernière fois la mystification parlementaire corrompue:


Bonjour,
Je ne partage pas tes idées en général, mais, vu le blabla creux de Hamon, pour te démarquer, je pense que tu devrais dire que tu as dans tes cartons le projet de supprimer la cagnotte des députés, ainsi tu te différencierais des créatures du système, et je te laisse à penser l'assentiment que tu recevrais de toutes les classes indignées. Sinon cela signifiera que tu fais bien partie du système qui doit dégager pas en partie mais comme un tout. Good Luck.


Je venais de me fader le discours de Hamon, rythmé de saluts répétés et lassants aux copains et coquins, tout en remerciements clientélistes à Lionel, Arnaud et François, sans oublier la pourriture Mitterrand, la fable populaire pré-guerre de 36, enfin toute la lignée de la gauche bourgeoise jusqu'à ses malheureux compères ministres et la méprisante Taubira. Le frondeur intronisé nouveau vendeur de rêve électoral cira des pompes à n'en plus finir, alternant avec une description douloureuse du travail pour ravir sa clientèle bobo fainéante ; avec un certain brio il essaya de refourguer sa proposition réformiste radicale de revenu universel, fusée à étages pourtant destinée à exploser avant tout démarrage, vu le comportement volontairement suicidaire « des gauches ». Jouant à l'anti-star, avec ce nouveau plaidoyer farceur des politiciens - « je vous redonne le pouvoir si vous m'élisez » - il remplissait d'aise le parterre de ses congénères apparatchiks et divers commis d'Etat encore un temps en fonction. On se sentait dans un univers étranger au prolétariat et aux véritables questions sociales et économiques, malgré un plaidoyer pleurnichard sur la pénibilité du travail pour certains et son bonheur pour d'autres. Hamon, fainéant professionnel, peut bien discourir, il est moche et n'a aucun charisme. Comme Mélenchon il reste un hologramme avec le virtuel d'une 6ème république. Même l'illusion d'optique ne cache pas qu'il reste un représentant de la gauche hollandaise déconfite et d'un vague tiers d'une gauche improbable, imbitable et invisible au second tour ; il ne fait que de la figuration sans illusion même si la camarilla des coquins fait la claque.
La patriote Le Pen pendant une plombe, plomba son image recentrée soft par un discours semblable à ceux de pépère nationaliste naguère, axé anti-immigré. La « révolution patriotique » sous les vivats des vieux fachos et d'une poignée d'homosexuels libérés nous refroidissait dans les chaumières. Plutôt indifférent en général aux discours patriotiques de ce milieu ultra-népotiste, ce spectacle me refroidissait même si la critique de la place réservée prioritairement à l'islam par la bobologie régnante frappait juste en reprenant les faits indubitables de régression – religion en entreprise, refus de soins en hôpital, de serrer la main entre sexes différents, etc. Le discours mortuaire de circonstance se droitisait pour tenter de recueillir les déçus du truand Fillon, mais curieusement sans jamais s'en prendre au pénélopegate car il existe aussi un marinegate au parlement européen ! Plombée elle aussi, la reine-mère du FN eût beau articuler sa longue lecture sur la complémentarité voire complicité entre banques et terrorisme (ce qui n'est pas aussi simple mais effraya les journaputes de BFM), se féliciter de l'élection de Trump, elle n'a pas grand chance de dépasser les 25% ou le tiers du fractionnement de l'électorat qui se profile: un tiers pour Macron, un tiers FN, un tiers abstention. Les hurlements des patriotes anti-mondialistes achevèrent de ridiculiser une prestation dite « retour aux sources » par la presse d'Etat ; en effet cela ressemblait à un vulgaire meeting du GUD à la fin des sixties, ringard quoi. Et partie prenante du système.

Avec son joujou technologique, si flatté dans son ego par tous les gogos journaleux, le patriote
Mélanchon est le « gaulé », il s'est fait baiser sans s'en rendre compte par BFM. Alors que tout le bla-bla de Hamon a été retransmis en direct, Mélenchon, au bout d'une demi-heure s'est fait souffler la place par la mère Le Pen, qu'il voulait contrer avec son pathos ridicule et sidéral-sidérant sur les « nouvelles frontières humaines » et son hologramme de création de 3 millions d'emplois fictifs. Et, tout à la fierté enfantine de son gadget électronique où il  fait miracle ridicule, n'a pas prêté attention à cette censure (dont il a été complice au lieu de raccourcir son discours) mais en plus, ne tenant pas compte de mon avertissement, il a fait en réalité comme ses colistiers du parti néo-stalinien : il s'est bien gardé d'attaquer le gâteau cagnotte parlementaire française ! Tous ces « élus » si soucieux du "monde du travail"  ne voudraient pas être privés de leur part généreuse. Tous ces « élus » si patriotes, supporters énamourés des flics, veulent enfin une armée mieux dotée, mieux équipée pour la guerre qui vient.

C'est cela leur aspiration à l'universel à tous ces nouveaux "patriotes"? Nous serons donc nombreux, ouvriers et internationalistes, à nous abstenir en attendant de faire mieux que se croiser les bras ou de leur faire un doigt d'honneur... universel !




tous pourris tous pour un: le Capital



1Le pénélopegate étonne à l'étranger, jusqu'aux députés allemands qui ont déclaré être choqués de ce népotisme impuni en France. On glosera en outre longtemps sur qui a balancé via le journal à barbouzes. La trahison vient de son propre camp, je pense, la gauche ne voulant pas favoriser Le Pen savait que Fillon pouvait être le plus présentable pour éviter un 2002 réussi. Il est clair que c'est Dati qui a aiguillé, même indirectement les fouilleurs de merde journalistes, avec son dernier tweet qui a étrangement disparu du web « Fillon sera la pire grand perdant de la 5e république » (sic) ; par contre on trouve encore d’anciens tweets datant de 2014 de Rachida Dati :
«L’habit ne fait pas le moine. Que @francoisfillon soit transparent sur ses frais, ses collaborateurs et Force Républicaine ! 9:59 AM – 9 Jul 2014» «Mais la théorie de la « bonne apparence » dont se sert allègrement @francoisfillon n’autorise pas tout, y compris des méthodes de voyous! 9:59 AM – 9 Jul 2014». «Ce n’est pas de ma faute, ni celle de quiconque, si @francoisfillon a accepté d’être humilié pendant 5 ans par Nicolas Sarkozy ! 10:01 AM – 9 Jul 2014»
François Fillon avait refusé de donner quitus à Rachida Dati pour lui succéder dans sa circonscription, au profit de NKM… l’ennemie jurée de Rachida Dati. En 2012, déjà, elle dénonçait une ‘’candidature de pantouflage’’ lorsque François Fillon s’était vu investir par l’UMP dans la 2ème circonscription de Paris où elle s’estimait devoir être la candidate naturelle. Dans Le Parisien elle déclare enfin : "Si on continue comme ça, il ne faut pas exclure un second tour Macron-Le Pen". Décidément les « femmes libérées » en politique bourgeoise sont très pernicieuses (cf. la mère Trierweiller qui avait foutu un beau bordel au sommet de l'Etat). Effet Cléopâtre dans la décadence ?