"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

jeudi 29 novembre 2012

LES PROLETAIRES TUNISIENS EN LUTTE CONTRE LES ATTAQUES DU GOUVERNEMENT CAPITALISTE ISLAMISTE



A l'instar des dirigeants africains qui pour bon nombre d'entre eux ont fait de brillantes études dans les plus grandes universités occidentales avant de retourner dans leur pays d'origine pour embrasser des carrières de tyran, les nouveaux dirigeants issus du « printemps arabe » suivent la même voie. Mohamed Morsi le président égyptien qui vient de s’octroyer sur mesure une loi le protégeant de toute poursuite judiciaire a passé près de dix ans à s'instruire comme ingénieur au pays d'Obama, quant au président tunisien Moncef Marzouki qui n'hésite pas à tirer sur la classe ouvrière, il était dans les années soixante-dix chef de clinique à Strasbourg,spécialiste en neurologie. Les dernières manifestations de protestation en Egypte et en Tunisie viennent confirmer qu’il n’y a pas eu de révolution, qu’il n’y a pas de processus révolutionnaire en cours et que les espoirs de changement radical de la société n’ont résidé que dans les esprits enfiévrés de petits bourgeois floués par la crise et chez les têtes creuses de certains journalistes occidentaux. Le film « Tahrir, place de la Libération » de Stefano Savona, a révélé que place Tahrir, au plus forts des impressionnants combats de rue, il n’y avait aucune discussion, aucune réflexion, et seule revenait la litanie imbécile « Allah akbar », qu’on peut traduire en français dans de telles circonstances par « bon dieu de merde » ! On y voit des petits bourgeois mis en scène complaisamment, pas très futés, archi-nuls politiquement, qui se plaignent de ne pas avoir  d'avenir et imaginent qu’ils ne vont pas  subir, comme leurs parents, la corruption et la privation de liberté. Ils voudraient vivre pleinement comme nous consommateurs européens et bannir l'économie de subsistance dans laquelle les enferme le régime islamiste corrompu qui a succédé au dictateur.
Les deux luttes en Egypte et en Tunisie ne sont pas de la même teneur. En Egypte, la lutte « démocratique » de la petite bourgeoisie a le mérite de contester l’autocratie islamiste, mais sans colonne vertébrale prolétarienne elle mène dans le mur ; l’armée reste l’instrument du pouvoir islamo-américain et va continuer à tirer dans le tas. En Tunisie, comme je le souligne dans mon livre « religion et immigration », existe la classe ouvrière la plus concentrée du Maghreb, et cette dernière mène son combat de classe contre l’oppression économique du gouvernement islamique. La signification de ce combat est autrement importante et autrement dérangeante qu’en Egypte. Ce combat vient confirmer que la crise économique répercutée par les capitalistes islamistes contre la classe ouvrière va contribuer à décrédibiliser ces bourgeois parasites issus des élections truquées. Voici ce que j’écris au mois de septembre en conclusion de mon livre (qui ne s’est pratiquement pas vendu et dont beaucoup parlent sans savoir) :
« Il n’existe aucun projet de société mondiale islamiste car l’islamisme c’est la conservation du capitalisme actuel, cérémonial féodal en prime. L’islamisme est incapable de remplacer le projet de société « émancipatrice » même si modeste des « libérations nationales » des sixties, qui n’ont rien libéré du tout, surtout pas le prolétariat. L’islamisme n’est qu’un des multiples masques de Washington. Souvent comparé au nazisme comme idéologie totalitaire, l’islamisme n’en a ni la prétention militaro-industrielle ni les capacités politiques. Il n’est qu’un fascisme de sous-développés. Il ne peut pas prétendre représenter la classe ouvrière ni une nation en particulier. Il hait tant le socialisme qu’il ne peut s’en affubler comme d’un masque. Nike et Coca-cola lui suffisent. La prétention de vouloir édifier un jour  un Etat  califal transnational, regroupant l’oumma de tous les croyants (et internant tous les non-croyants) est une vue de l’esprit. L’érection de nouveaux Etats théocratiques à partir d’élections dites démocratiques et sous le contrôle des grandes puissances assure la continuité de la dictature étatique contre les populations paupérisées du « sud », avec une dose plus ou moins épicée de charia. Les nouveaux Etats religieux ne permettront aucune échappatoire à la misère capitaliste pour les migrants et opprimés du monde entier, et, eu égard aux dissidents politiques ou religieux, ils se ficheront de plus en plus de tout « droits de l’homme ». L’Egypte persécute les Coptes, le Maroc expulse les immigrants, la Tunisie restreint la liberté d’expression, etc. Les nouveaux régimes font subir en gros la même oppression que le colonialisme disparu et les dictateurs nationaux qui lui avaient succédé. Nulle part les clans religieux au pouvoir ne mettent en cause le capitalisme. Nulle part ils ne voudraient cesser de s’en mettre plein les poches dans ce système. (…)Au mode de production féodal a succédé le mode de production capitaliste. Au mode de production capitaliste devrait succéder le mode de répartition communiste  sans frontières ou une régression universelle (c’est ce qu’on espère depuis presque deux siècles), mais il n’existe pas de mode de production musulman alternatif ! Les Etats artificiels créés par les puissances dominatrices ne peuvent plus être des Etats-Nations au sens évolutif, industriel et prolétarien du XIXe siècle. Ils resteront des zones d’allégeance, des réservoirs de main d’œuvre jusqu’à la prochaine civilisation. Un réservoir qui se déverse n’est pas forcément un malheur mais certainement pas un facteur révolutionnaire, et tous les réservoirs du monde ne peuvent pas encore se donner la main. L’Histoire fait souvent le contraire de ce qu’on attendait d’elle. Le marxisme n’est pas mort, mais il n’a jamais été une science exacte. Le retour du refoulé religieux, applaudi par Washington, n’est en rien définitif. L’ordre bourgeois intériorisé par une religion féodale est friable. Le dépérissement de la religion reste une donnée historique pour tous les peuples modernes enchevêtrés. Si une nouvelle révolution doit avoir lieu, elle prendra pour théâtre le monde entier. Nous croyons volontiers qu’il sera inévitable que soient déchirés les oripeaux religieux en même temps que la bannière étoilée ».
En tout cas pour l’heure, pas plus d’avancée révolutionnaire que d’alternative à la dictature capitalo-islamiste. Et pour les prolétaires qui se laissent abuser par des élections ridicules, par des implantations de mosquées, par des phrases sonores d’islamistes gouvernementaux ou de salafistes en opposition, il y aura des Allah akbar d’abord, des injures ensuite, enfin de la mitraille, de la misère toujours.
EN EGYPTE L’IMPASSE DEMOCRATIQUE BOURGEOISE FOIREUSE
La promulgation, jeudi soir, d'une déclaration constitutionnelle qui lui donne pour ainsi dire les pleins pouvoirs au détriment de l'autorité judiciaire a créé la surprise et déchaîné les critiques de l'opposition. «Aujourd'hui, Morsi a usurpé tous les pouvoirs de l'État» , s'est écrié le Prix Nobel Mohamed El Baradei sur Twitter, qualifiant le président de «nouveau pharaon» . Vendredi, des milliers de manifestants ont convergé vers la place Tahrir où régnait une atmosphère électrique, tandis que des bureaux du parti Justice et Liberté, issu des Frères musulmans, ont été brûlés ou saccagés à Alexandrie, Port-Saïd et Ismaïliya. Au sortir de la prière (sic) des cortèges se sont mis en branle dans plusieurs quartiers du Caire en présence d'Amr Moussa, ancien candidat à la présidentielle, et de ­Mohamed ElBaradei. Lors d'une conférence de presse jeudi soir, ces figures de l'opposition égyptienne avaient souhaité une mobilisation massive contre la nouvelle «déclaration constitutionnelle» du président Morsi. Main dans la main, libéraux et révolutionnaires ont répondu à leur appel, dénonçant la mainmise des islamistes sur le pays et sa Constitution. Le Mouvement révolutionnaire du 6 avril, très actif durant la révolution, fut particulièrement visible avec ses militants brandissant des drapeaux noirs à l'effigie des martyrs. «À bas la dictature des Frères musulmans», scandaient nombre de manifestants, tandis que des heurts éclataient rue Mohamed-Mahmoud, à deux pas de la place Tahrir, entre forces de l'ordre et manifestants - les premiers essuyant une pluie de pierres et répliquant par des tirs de grenades lacrymogènes. Principaux soutiens du président Morsi, les mouvements islamistes officiels - Frères musulmans et parti salafiste al-Nour - se sont pour leur part tenus à l'écart de la place Tahrir. Satisfaits de la décision présidentielle, ils se sont réunis devant le palais présidentiel d'Heliopolis afin de remercier Mohammed Morsi, qui s'est exprimé en direct à la télévision assumant pleinement sa décision, assurant que l'Égypte est «sur la voie de la démocratie» et jurant qu'il protégera les droits de l'opposition. «Une opposition est importante pour l'équilibre démocratique d'un pays», a-t-il précisé.  Les hauts magistrats égyptiens ont immédiatement répliqué au coup de force de Morsi en convoquant des assemblées générales extraordinaires afin de préparer leur riposte juridique. «Morsi vient de neutraliser le seul contre-pouvoir qui existe dans ce pays», s'inquiète le juriste Karim el-Chazli. Plus généralement, l'opposition soupçonne le président d'avancer méthodiquement ses pions dans le but d'établir un régime autoritaire appliquant la charia. "Dégage!", avaient scandé les manifestants reprenant le slogan emblématique de la révolte anti-Moubarak.Une banderole déployée à une entrée de la place Tahrir proclamait: "Interdit aux Frères musulmans". Ce qui n’est pas fait pour déplaire au prolétariat qui subit maintenant ces corbeaux noirs du capitalisme décadent et bigot.

EN TUNISIE MANIFESTATIONS CONTRE LE CHOMAGE ET LA PAUVRETE

Affrontements très violents entre manifestants et forces de l'ordre dans la ville de Siliana, chef-lieu d'une région déshéritée du centre de la Tunisie faisant 177 blessés. Parmi les blessés, 22 personnes ont dû être évacuées vers la capitale pour recevoir des soins. Les violences avaient éclaté la veille lors d'une manifestation qui avait mobilisé des milliers d'habitants, en marge d'une grève générale décrétée par l'Union régionale du travail (URT). Les manifestants protestent contre la marginalisation de cette région affectée par un taux élevé du chômage et de la pauvreté. La population réclamait également la libération de 14 activistes emprisonnés. Le porte-parole du ministère de l'Intérieur Khaled Tarrouch a déclaré que les forces de l'ordre «n'ont fait que riposter aux actes de violence des manifestants qui tentaient d'envahir le siège du gouvernorat (préfecture) et lançaient des pierres sur les agents». Le mouvement de protestation s'est étendu à plusieurs villes de la région dont Gaâfour, Makthar et Bouarada. A Tunis, quelque 200 manifestants dont des syndicalistes et des représentants de la société civile, se sont rassemblés devant le ministère de l'Intérieur pour protester contre "la répression" dont ont été victimes les habitants de Siliana.

PS: même la lutte pour le respect des femmes est à l'avant-garde en Tunisie avec la lutte sociale, et ne peut pas être séparée de celle-ci par le féminisme bourgeois.


La Tunisienne violée que le gouvernement Ennahda s’obstinait à laisser condamner en soutien aux policiers violeurs, a bénéficié d'un non-lieu. Les magistrats bourgeois la poursuivaient avec un total cynisme pour atteinte à la pudeur … Ces cuistres ont dû reculer face aux protestations internationales. Le viol de cette jeune femme de 27 ans début septembre par deux agents de police, devant son fiancé " était nié par la mafia islamiste au pouvoir.  Les policiers affirmaient avoir surpris la jeune femme et son fiancé en train d'avoir des relations sexuelles dans leur voiture, garée dans une banlieue de Tunis. Selon le parquet, c'est alors que deux des agents avaient violé leur victime à tour de rôle dans leur véhicule. Le troisième policier avait pour sa part conduit le petit ami de la jeune femme jusqu'à un distributeur de billets pour lui extorquer de l'argent. Face à l’arrogance des pontes ministres d’Ennahda  les déboires judiciaires de la victime illustraient la politique à l'égard des femmes menée par les islamistes du gouvernement tunisien. Le ministre tunisien de la Justice en voie de chariasation, une sorte de taré butor  à la Copé, Noureddine Bhiri avait été particulièrement conspué après qu'il eût estimé début octobre que l'intérêt porté par les médias étrangers à cette affaire témoignait d'un complot contre le gouvernement! Les Tunisiennes bénéficient du Code de statut personnel promulgué en 1956 instaurant l'égalité des sexes dans certains domaines, une situation unique dans le monde arabe. Elles restent cependant discriminées dans plusieurs cas, notamment en ce qui concerne les héritages. Il ne faut pas oublier, en toile de fond, le large mouvement de contestation en août  contre le gouvernement capitalo-islamiste qui proposait d'inscrire dans la nouvelle Constitution la "complémentarité" des sexes et non l'égalité, un projet abandonné finalement en septembre après une vaste mobilisation populaire qui va dans le sens de l’émancipation du prolétariat. La lutte conjointe des femmes et des prolétaires en Tunisie est un exemple radieux pour l’Egypte où la misère et l’arriération religieuse favorisent encore et souvent viols et attouchements sur les femmes, même pendant les événements sur la place Tahrir ; avec ces exactions inadmissibles le tohu-bohu égyptien ne mérite surtout pas le nom de révolution.




mercredi 28 novembre 2012

COMMENT PEUT-ON ETRE MILITANT DE DROITE ?




« Avant moi, la France était coupée en deux. Maintenant elle sera pliée en quatre ». Coluche
« La manière dont on conquiert le pouvoir n’est jamais indépendante de la manière dont on l’exerce ». Alain Bergougnioux (Les socialistes, idées reçues 2010)

Nous pouvons affirmer, sans grand risque de nous tromper, que le militant de l’UMP en France est, après le militant PS et le militant gauchiste, l’être le plus universellement méprisé. Si les raisons pour lesquelles on le méprise sont souvent de fausses raisons qui relèvent de sa place sociale intermédiaire ou gériatrique, les raisons pour lesquelles il est effectivement méprisable et méprisé du point de vue de la critique révolutionnaire sont refoulées et inavouées. Les tenants de la fausse démocratie participative savent pourtant les reconnaître, et s’y reconnaître. Ils inversent ce vrai mépris en une admiration complaisante. Ainsi l’impuissante presse démocratique (de Libération au Figaro) s’est pâmée devant le prétendu « référendum pour revoter à l’UMP », et les organisations bureaucratiques effectivement déclinantes (du parti gouvernemental hollandais aux clans écologistes) se disputent jalousement son ressourcement démocratique en opposition. Nous montrerons les raisons de cet intérêt pour un parti de droite décomposé, et comment elles participent positivement à la décomposition dominante du personnel politique bourgeois, et nous emploierons cette contribution à les dénoncer une à une : la guerre des chefs ne suit pas d’autre chemin que celui des partis staliniens moribonds.

Pardonnez-moi ce pastiche de l’excellente « Misère en milieu étudiant » des situationnistes, mais par les mœurs bourgeoises invraisemblables qui courent, qui pourrait me reprocher de « détourner » vers le parti de l’hilarité  face à la débâcle annoncée (et à retardement) de la faction de droite bourgeoise? Trucages et autres tricheries du scrutin d’élection de la bande à Copé avec leur COCOE, ont déclenché une vaste hilarité, pour ne pas dire pitié, sur la planète web pour ces drôles de cocos. Même le psychiatre Jacques-Alain Miller, gendre et fils peu spirituel de Lacan n’y comprend que pouic avec ses analyses cucul la praline de la crise de cette aile bourgeoise avec ses gourous out, de l’has been Sarkozy fossoyeur de sa propre bande d’unijambistes au corrézien Chirac gaga.
Plus scandaleux, personne n’a évoqué la qualité des « militants » de l’UMP, ce parti oligarchique néo-fasciste où l’activiste de base est plus méprisé que les confrères de chez l’ennemi socialiste caviar. Roulés dans la farine du gang du pitt bull Copé, le militancier a cru qu’on le ferait voter dans un référendum sur le référendum pour voter manipulé une nouvelle fois dans la guerre des chefs auto-désignés. Quoique je dusse avouer que le statut de militancier de droite m’a toujours fait ricaner. Militant de gauche quand le parti oligarchique d’obédience n’est pas au pouvoir, d’extrême gauche islamo-démocratique en perpétuelle utopie, et même militant « facho » déshérité je peux comprendre, ceux-là sont les éternels cocus du pouvoir bourgeois, mais militancier des partis gouvernementaux traditionnels ! Pufff… Le militancier de droite n’est qu’un vulgaire électeur de base qui va régulièrement applaudir des caïds parlementaires en chaire et en palabres d’estrade et discuter niveau pinaillerie de bistrot. La décision « démocratique » de ces spectateurs impuissants n’est que la girouette des arrangements numériques frauduleux des appareils. Que le pitt bull Copé magouille sans vergogne et à tour de bras avec son clan pour emporter le pompon n’est pas plus choquant que les militanciers du PS qui vont pétitionner dans les foyers Sonacotra pour gonfler les chiffres de leurs tendances[1], et les congrès de bagarres sordides de clan dans ce parti bourgeois. Les trucages dans les partis oligarchiques ne sont que le pâle reflet des trucages sondagiers et des élections à coup de pognon « républicain ». Les karachigates et kadhafigates des Sarkozy, Copé et compagnie n’ont rien à envier aux diamants de Giscard et aux fonds secrets de Mitterrand.
De quoi est donc composée l’espèce des électeurs et militanciers UMP ? De prolétaires ? Sûrement pas. Selon les enquêtes pour étudiants de Sciences Po la gâteuse, la majorité des électeurs des partis gouvernementaux est composée des vieux des plus de 65 balais quand leurs rivaux papy-boomers sont hollandistes-écolos et quadras mitoyens enseignants et syndicalistes. Les vieux militanciers se bougent le cul seulement le dimanche pour la foire électorale et s’imaginent héros de la conservation du droit d’exploiter citoyennement en toute impunité. La capacité des vieux cadres à voter même avec un déambulatoire peut s’amenuiser avec la « dérive » conservatrice observée avec l’âge. Les jeunes, souvent étudiants ou chômeurs, et les ouvriers sans diplômes restent de dangereux terroristes potentiels qui restent résolument sous la couette lors du dimanche électoral ringard. Plus on est riche, chef d’entre, plus on est petit com, petit plouc, plus on est catho, xeno ou islamo, plus on vote à droite. La dérive cacochyme envoie un certain nombre des chaises roulantes du côté du FN, ce qui fausse le résultat, c’est toujours un cortège soumis au parti gouvernemental de droite classiquement libérale et néo-stalinienne (front national républicain) ; les grabataires citoyens confortent la dite « dérive droitière » de la rive droite, dite ligne Hortefeux-Buisson-Copé.
A ce stade de notre raisonnement sur le règlement de comptes à UMP Corral, il nous faut expliquer ici aux observateurs ignares de l’étranger que la France, pardon la bourgeoisie française est restée historiquement la plus plouc du monde. Défaut congénital, le capitalisme français est toujours resté marqué à la culotte par son arriération, son retard dans l’industrialisation du vieux monde européen, d’abord une paysannerie longuette à mourir, puis prolongée dans son individualisme primitif par une masse de couches moyennes. Depuis Napoléon le petit, la parvenue au pouvoir des partis oligarchiques n’a été qu’une série de putsch de l’élite, violant allègrement la foule. Ce brouillon de Le Bon avait tout anticipé sur la décadence des XXe et XXIe siècle : « Le mot foule ne recouvre pas, chez Le Bon, un état sociologiquement ou numériquement défini. Par foule, il entend les attroupements et meetings populaires occupant la place publique mais également toute assemblée, collectivité ou réunion regroupant, durant un laps de temps quelconque, un certain nombre d’individus Ainsi les jurys et les cours d’assise, les conseils d’administration peuvent-ils être assimilés à des foules psychologiques. Les assemblées parlementaires ne font pas exception à la règle, elles possèdent les caractéristiques générale des foules : influence prépondérante des meneurs, soumission au prestige et à l’autorité, simplisme des idées, versatilité, suggestibilité, etc. Le corps électoral peut également, dans l’optique lebonienne, être amalgamé à une foule : une foule d’électeurs. Feraient également foules – et foules pouvant devenir incontrôlables – les militaires prompts à fomenter un coup d’Etat)[2], les manifestants politiques (prompts à se métamorphoser en émeutiers), les croyants (prompts à verser dans le fanatisme. Aujourd’hui, Le Bon pourrait ajouter à cette liste les actionnaires, les supporters de football ou toute autre manifestation sportive, les festivaliers, les participants à une skin party, une rave ou un apéro géant, les usagers d’un transport en commun, les membres d’une secte, un flot de touristes ou d’automobilistes, les rescapés d’un séisme, les téléspectateurs (…) les internautes, les membres des réseaux sociaux (…) Pour le publiciste moderne, toute foule est un marché potentiel, un créneau – un public »[3].
La petite bourgeoisie hétérogène a toujours été le talon d’Achille de la haute bourgeoisie en France. Le gaullisme, transfiguré, sublimé, décati, amoindri, défiguré ou relooké en reste le principal avatar moderne. Un certain Estrosi, calife de Nice et fillionniste s’inquiétait déjà au mois d’août dernier des ressacs de la vague présidentielle sur le navire UMP. La "guerre"Copé-Fillon qui faisait rage depuis plus d'une semaine estivale allait-elle déboucher sur une explosion de l'UMP ? L'Histoire, cette cyclothymique, pouvait faire mentir ce pronostic : depuis les années 70 et l'après-De Gaulle, les conflits internes ont été nombreux dans la droite caviar, mais n'ont jamais conduit à la fin du parti majoritaire de la droite gouvernementale historique (et hystérique) en France.
LA GAULLISME INCREVABLE ?
Rapide survol des tentatives de désacralisation du gaullisme petit bourgeois. La grande bourgeoisie française néo-féodale s’était encanaillée dans le pétainisme quand une aile croupion et rabougrie de type petite bourgeoise, autour d’un général arriviste réfugié en Angleterre, ralliant l’aristocratie stalinienne autant que petits commerçants et artisans, lui sauvèrent la mise à la Libération. De Gaulle avait su finalement calmer pendant une décennie la noria des rats politiques qui infestent le règne de la bourgeoisie française depuis l’écrasement de la Commune de 1871. Les rats ont fini par éjecter du navire le sauveur charismatique d’un Etat modernisé. Avec les premiers tressaillements de la crise économique dont mai 68 a été le coup de pied de l’âne, les rats sont revenus avec le valet pro-américain Pompidou puis le féodal Giscard d’Estaing. Tout le reste suivant n’est que querelles incessantes entre rats du pouvoir.
Dès la mort de Georges Pompidou, l'ancien Premier ministre Jacques Chaban-Delmas annonce sa candidature à l'Elysée. Mais Valéry Giscard-d'Estaing, alors ministre desFinances, a lui aussi des ambitions présidentielles. Jacques Chirac torpille aussitôt les prétentions  du chevaleresque maire de Bordeaux, médaillé de la résistance, il lance "l'appel des43", un manifeste de quatre ministres UDR et 39 députés de la majorité qui exige retrait de tous les candidats, mais qui vise surtout à écarter le naïf Chaban-Delmas, dont la campagne va petit à petit s'effondrer. Le nouveau parti de Chirac s’affirme comme « parti paysan » autant que « parti de l’indépendance nationale ».
A son élection en 1974, Giscard d'Estaing, représentant du grand Capital est obligé de nommer le chef des paysans Jacques Chirac Premier ministre, sous le prétexte officiel de lui avoir permis de gagner en éliminant un  gaulliste historique de son propre clan. La collaboration tourne au vinaigre. En 1976, Jacques Chirac claque la porte. Il ne dispose pas selon lui "des moyens nécessaires". Plus qu’une rivalité entre ces deux rats du pouvoir, c’est d’une compétition entre la France paysanne et un libéralisme américanisé qui reste la toile de fond de la compétition personnalisée par les médias. Chirac trahit effectivement son allié de la veille permettant l’élection de Mitterrand le petit. Pour la prolongation de la petite histoire mythifiée on note que les deux anciens présidents continuent de régler leurs comptes par interviews et livres interposés. Je me permets ici un long intermède révélateur de la plus longue haine entre deux rats du pouvoir sous la Vème République.
LA RIVALITE DE DEUX CLANS DU CAPITAL MASQUEE SOUS CELLE DE DEUX DE LEURS CHAMPIONS
Interrogé au sujet d’Omar Bongo sur Europe 1, l’ancien président de la République  « Mémoires », tome 3) VGE, l’air de rien, n’a pas hésité à balancer Jacques Chirac : « Normalement on n’accepte pas des financements étrangers mais j’ai appris que Jacques Chirac, mon concurrent, avait reçu des fonds d’Omar Bongo. Je lui ai alors téléphoné pour obtenir des explications : “Ah, vous le savez”, s’était-il simplement étonné». Dans ses « Mémoires », Giscard raconte avoir téléphoné au QG de campagne gaulliste en se faisant passer pour un militant RPR. Il demande alors pour qui le RPR appelle à voter. On lui répond : « Il ne faut pas voter Giscard. Il faut voter Mitterrand. » Il ne pardonnera jamais. Chirac promettait à qui voulait l’entendre que ce Giscard avec son langage fleuri de chef paysan : « il faut lui couler du béton dans les veines » (confession de Raymond Barre à l’Express). Giscard ne démord pas de sa haine contre son successeur, en 2007 il écrit : «  Chirac a « faim de pouvoir », il a un « désir fanatique d’accéder à la présidence de la République », un « caractère clanique » et « n’admet pas que le pouvoir puisse être exercé par d’autres que les membres de son clan »[4]. L'opposition entre le président Valéry Giscard d'Estaing et son ancien Premier ministre Jacques Chirac déchire la droite lors des élections municipales de 1977, particulièrement au cours de ce que l'on a appelé la « bataille de Paris ». Cette année-là, pour la première fois depuis 1871, les Parisiens élisent leur maire. Cette fonction avait été supprimée pour ne pas donner à son détenteur un poids disproportionné dans la politique nationale, étant donné l'importance de la capitale dans un pays centralisé comme la France. Michel d'Ornano, ministre de l'Industrie, se porte candidat, adoubé par le Président. Jacques Chirac, bien qu'élu en Corrèze, se présente également au nom du RPR. Le combat électoral parisien entre les deux composantes de la droite est féroce et éclipse les autres élections municipales qui voient une progression de la gauche. Jacques Chirac l'emporte nettement au second tour dans un capitale déjà inféodée aux couches moyennes. La virulence de la campagne au sein de la droite laisse envisager une rupture irrévocable : néanmoins, les élus des listes d'Ornano votent pour Jacques Chirac au conseil municipal. En devenant maire de Paris, ce dernier s'empare d'un bastion renforçant sa stature nationale et servant ses plus hautes ambitions politiques. Les élections européennes de 1979 sont de nouveau l'occasion de révéler la ligne de fracture à l'intérieur de la majorité. Le 6 décembre 1978, depuis l'hôpital Cochin où il a été admis à la suite d'un accident de voiture, Jacques Chirac lance un appel aux accents nationalistes, implicitement très critique envers le Président, baptisé « appel de Cochin ». Dans ce texte, rédigé par son conseiller Pierre Juillet, le président du RPR met en garde contre « l'asservissement » et « l'effacement » de la France, et contre « le parti de l'étranger ». En juin 1979, la liste UDF menée par Simone Veil (27,61 %) devance largement la liste RPR conduite par Jacques Chirac (16,31 %). Prenant acte de l'inefficacité voire de l'effet contre-productif de l'appel de Cochin, le maire de Paris se sépare alors de ses conseillers et mentors Pierre Juillet et Marie-France Garaud. Il s'entoure d'une nouvelle équipe, comprenant notamment Alain Juppé et Jean Tiberi. Jusqu'à l'élection présidentielle, le RPR maintient une ligne hostile vis-à-vis du président sans pour autant se désolidariser complètement de l'action de son gouvernement. La fin du septennat de Valéry Giscard d'Estaing est marquée par plusieurs affaires qui contribuent à entretenir un climat délétère, et dont personne n’a révélé qu’elle est orchestrée par le clan gaulliste. Au cours de son mandat, trois hommes politiques importants trouvent la mort brutalement. Le 24 décembre 1976, Jean de Broglie, ancien négociateur des accords d'Évian et ancien secrétaire d'État, est abattu dans une rue de Paris. Le 30 octobre 1979, Robert Boulin, vétéran des gouvernements depuis De Gaulle, ministre du Travail en exercice de plus en plus cité comme un Premier ministre potentiel, est retrouvé inanimé dans un étang. Officiellement, il s'est suicidé, ne supportant pas de voir son intégrité remise en question par une transaction immobilière irrégulière, mais les circonstances exactes entourant ce drame sont restées  troubles même si la famille du « suicidé » suspecte la bande à Pasqua. Le 1er février 1980, l'ancien ministre Joseph Fontanet est assassiné, un crime resté lui aussi non élucidé à ce jour. Ces événements feront dire au sénateur de droite Pierre Marcilhacy, dans Le Matin de Paris du 29 octobre 1980 : « On meurt beaucoup et beaucoup trop mystérieusement sous la Ve République, et je n'aime pas ça». Le 3 octobre 1980, l'attentat de la rue Copernic, devant une synagogue de Paris, coûte la vie à quatre personnes. Tout d'abord revendiqué par un groupuscule d'extrême droite, il suscite le défilé, quatre jours plus tard, de 200 000 manifestants à Paris, protestant contre la résurgence de l'antisémitisme. L'enquête déterminera plus tard que l'attentat était en fait d'origine moyen-orientale. La première impression d'un climat d'intolérance antisémite demeure néanmoins, d'autant plus que le Premier ministre a employé une phrase très maladroite lorsqu'il s'est exprimé au sujet de l'attentat, déplorant la mort de « Français innocents », semblant implicitement signifier que les juifs tués ne l'étaient pas. Le clan à Giscard traîne de toute manière une vieille réputation de lignée politique pétainiste tout en restant inféodé à la bourgeoisie US. L'affaire impliquant le plus directement l’arrogant Giscard est l'affaire des diamants. Elle découle de l'intervention à Bangui des parachutistes de l'armée française le 21 septembre 1979, qui s'est conclue par la déposition du président de la République centrafricaine, Jean-Bedel Bokassa, nécessitée par les frasques dispendieuses et sanglantes du dictateur et son rapprochement avec la Libye de Khadafi. Le 10 octobre 1979, Le Canard enchaîné publie un document prouvant que Bokassa a offert une plaquette de diamants à Valéry Giscard d'Estaing, alors ministre des Finances. L'authenticité du document demeure douteuse, et l'évident désir de vengeance de Bokassa n'y est pas pour rien, il n'en demeure pas moins que ce scandale révèle une complicité passée bien réelle entre les deux hommes, et les liens troubles entre la présidence et les pays africains dans la zone d'influence française, mais aussi la continuité de la « françafrique » maintenue par les Mitterrand et Chirac, et Sarkozy et Hollande... Le président décide de répondre par le mépris et le silence, mais cette affaire le suivra durant la campagne présidentielle de 1981, et l'affiche collée par le Parti socialiste, sur laquelle figure le président avec des diamants incrustés dans les yeux, signera sa stigmatisation comme « ennemi des pauvres ». Son meilleur ennemi, plutôt familier des bonnes blagues et des conversations bon enfant, n'aura jamais ce genre de préoccupations. "Chirac, on peut lui rendre visite pour discuter de tout, alors qu'il faut une bonne raison pour déranger Giscard", rapporte un ministre. "Giscard reste brillant intellectuellement, mais méchant, ajoute un autre. Chirac est plus fatigué, mais gentil avec tout le monde. Quand vous êtes au restaurant avec lui, c'est l'émeute. Personne ne viendrait serrer la main de Giscard ».  Seule une femme a réussi à les mettre d'accord : Rachida Dati. L'un comme l'autre ne sont pas avares de gestes à l'endroit de l'ex-garde des Sceaux. Giscard met à sa disposition son réseau économique et lui a suggéré de créer sa société de conseil. "Il en a trouvé le nom", glisse la nouvelle eurodéputée. Chirac lui donne ses avis sur Paris. "Il me considère comme un animal politique", dit-elle. A un élu qui lui indiquait que Rachida Dati soignait ses relations avec Valéry Giscard d'Estaing autant qu'avec son mari, Bernadette Chirac fit cette remarque : "Que voulez-vous, les vieillards, ça les émoustille !"Les 2 vieillards ne passeront pas à la postérité pour leurs écrits sans intérêt, grandiloquents et vaniteux. Par contre ils seront plus tard de ceux dont on subodorera qu'ils remplissent une case de l'histoire vacharde et pipolisée, mais dont on aura oublié les tenants et aboutissants.

LA HAINE COMME CONSCIENCE DE CLASSE
Le même scénario de combat de chefs du même marigo se reproduit en 1993 lorsque Mitterrand nomme Balladur premier ministre, à la place du chef du RPR Chirac qui a préféré envoyer à Matignon son "ami de 30 ans" Edouard Balladur. Mais en janvier1995, Edouard Balladur déclare sa candidature à la présidentielle. S'ensuit une guerre entre chiraquiens et balladuriens (parmi eux Nicolas Sarkozy, qui sera l'un des soutiens les plus actifs du pontifiant libéral). Malgré un début de gâtisme, Chirac, comme lors de sa trahison de Giscard, ne soutiendra pas « l’américain Sarkozy » lors de son élection et ne cachera pas sa sympathie pour l’autre corrézien Hollande. La fine fleur du gaullisme ne baissera pas la garde avec la mise en scène du conflit entre le sémillant de Villepin, à l’allure empanachée le temps d’un discours à l’ONU, lors de l’affaire Clearstream. La rivalité entre les rats du pouvoir éclatera au grand jour en 2007 en prévision de la compétition présidentielle de 2012. Le clan Sarkozy assure que Dominique de Villepin a voulu détruire politiquement son rival quand on apprend que Nicolas Sarkozy a promis de le "pendre à un croc de boucher". Sans que l’affaire soit éclaircie, le noble gaulliste Villepin rendra les lames et les larmes.
Chirac aura donc connu sa traversée du désert, abandonné par la plupart des caciques dits encore gaullistes. Les préférences du « corps électoral » masochiste se traduisent à l’époque en rapports de forces électoraux toujours favorables à Balladur. Les primaires sont sans appel: 59% du peuple de droite voit dans le Premier ministre de Mitterrand le meilleur candidat, contre 18% pour Jacques Chirac, 8% pour Charles Pasqua et 7% pour Valéry Giscard d'Estaing. Ce tiercé gagnant est purement RPR. Dans une classique hypothèse de vote du premier tour où il affronterait VGE et Rocard, Balladur frisait, avec 49% des suffrages, l'élection immédiate. Dans le même cas de figure, Chirac ne réunissait "que" 36% des votes. Au second tour, l'assurance tous risques par rapport à la gauche s'appelle Balladur. Chirac, qui gagne facilement devant Rocard, trébuche devant Delors: 26% des sympathisants de droite préfèrent le patron de la Commission européenne au maire de Paris. Jacques Chirac apparaît comme plus proche et plus « sympathique », peut-être en partie grâce à l'influence (débattue) des Guignols de l'info qui lui prêtent un slogan de campagne décalé : « Mangez des pommes ». Plus fondamentalement, le thème de la fracture sociale, inspiré par Henri Guaino (qui deviendra ultérieurement la « plume » de l’américain Sarkozy), lui donne un angle d'attaque contre le bilan du Premier ministre. Trop hautain ou plutôt trop libéral pro-US l’image de Balladur s’effondre face à la France paysanne moyennisée[5].
DANS LA GAUCHE BOURGEOISE UN SIMPLE COMBAT DE CHEFS ?
La gauche arrive au pouvoir en France en général par défaut. Avec une classe ouvrière tardivement constituée dans les années 1930 et longtemps encore minoritaire face à la paysannerie et à son parti gaulliste, elle fait de cours séjour seulement dans les moments graves, à la veille de la guerre mondiale, pendant la guerre d’Algérie où elle est le bouche trou sécuritaire de la bourgeoisie. Paradoxalement elle ne l’emporte pas juste après 1968 et ne revient au pouvoir qu’accidentellement à cause de la crise économique plus que des diamants de Bokassa. Elle est tolérée comme gestionnaire centraliste provisoire de l’Etat face à la droite financière et gangstériste. L’usure historique de cette droite néo-colonialiste et agraire est telle que la gauche bourgeoise pourra garder alternativement le pouvoir 15 ans avec Mitterrand puis une paire d’années avec l’ex-trotskien Jospin qui aura un gadget plus sérieux que le mariage des homosexuels pour se différencier de la droite caviar : les 35 heures, dernière concession du Capital à la menace ouvrière, plus trade-unioniste hélas qu’insurrectionnaliste et organisée en parti.
Il n’y eût pas confrontation directe entre Mitterrand et Defferre. En 1969, après le référendum perdu par le Général de Gaulle, démissionnaire, Gaston Defferre, brillant politicien et as de la magouille, était encore amer de sa tentative ratée de 1965, même s'il avait considéré le score de François Mitterrand au deuxième tour – 45 % – très honorable voire inespéré. Il avait d'ailleurs très largement soutenu le candidat unique de la gauche va-t-en guerre qui, contrairement à Guy Mollet, ne s'était jamais montré hostile à son égard. Mais quatre ans plus tard, Mitterrand s'est quelque peu discrédité depuis Mai 68 et ne bénéficiait plus du soutien de Mollet et des socialistes. La voie semble donc libre pour Defferre qui, sans perdre un instant, se déclare candidat dès le lendemain du référendum perdu par de Gaulle. Croyant profiter des déchirements socialistes, il annonce dès le 15 mai qu'il constitue un tandem avec Pierre Mendès France et que ce dernier, fort populaire dans l'électorat de gauche, sera son Premier ministre en cas de victoire. Suscitant plus de questions que d'enthousiasme, cette idée tombera à plat et témoigne que Defferre n'avait pas véritablement intégré la dimension personnelle de l'élection présidentielle. “Le soir du dimanche 1er juin, le verdict tombe, et il est accablant : « Cinq pour cent » ! Jamais, au XXe siècle, le deuxième principal parti de la gauche bourgeoise n'était tombé si bas. Dès lors, Defferre assume cet échec et se résigne à la stratégie de François Mitterrand qui, dès 1971 au congrès d'Epinay, prend le contrôle du PS et impose sa stratégie d'alliance avec le parti stalinien encore prégnant. Bien que réservé sur le plan politique par une entente cordiale et gouvernementale avec le PCF, le maire de Marseille acceptera sa place de second couteau de Mitterrand ; en 1974 puis en 1981 lors de la victoire de la gauche après 23 ans d'opposition. Defferre sera récompensé de son retrait en étant nominé ministre de l’Intérieur.
C’est tout autre chose avec Michel Rocard, quand en novembre 1998, il avait provoqué l’indignation de ses camarades de l’oligarchie socialiste pour avoir confié, dans un numéro spécial de "La Revue de droit public", que : "Mon vrai problème, c’était que Mitterrand n’était pas un honnête homme", oubliant que Mitterrand lui rendait la pareille ; alors qu’il était le gourou chef du PSU, Rocard, gauchiste en paroles, n’avait jamais cessé de débiner le futur dieu de la gauche caviar et bobo.
Au Parti socialiste, la position de François Mitterrand, premier secrétaire depuis 1971, avait fragilisée par la double défaite de la gauche, à l'élection présidentielle en 1974, et aux élections législatives de 1978. Contesté en interne, en particulier par Rocard, Mitterrand conservait cependant la maîtrise du parti, bien qu'il puisse sembler, à bien des égards, être un « homme du passé », comme lui avait cruellement dit Valéry Giscard d'Estaing lors du débat télévisé de la présidentielle en 1974. Candidat battu en 1965 et en 1974, plusieurs fois ministre important sous la IVe République, il n’était pas qualifié que par Rocard de manipulateur « florentin »…
INTERMEDE COLUCHIEN : un avatar de la petite bourgeoisie anarchiste
 Coluche, déclare, le 30 octobre 1980, qu'il va se présenter à l'élection présidentielle. Il n'est pas le premier humoriste à faire cette démarche. En 1965, Pierre Dac avait annoncé sa candidature, ce qui lui avait donné l'occasion de pasticher les discours des hommes politiques de son temps, avant de se retirer, à la demande d'un conseiller du général de Gaulle. Accompagné par sa bande et en particulier le cinéaste Romain Goupil et le gauchiste parvenu Maurice Najman, Coluche anime la précampagne, avec des slogans tels que : ou encore « Tous ensemble pour leur foutre au cul avec Coluche. Le seul candidat qui n'a aucune raison de vous mentir ! ». Coluche était soutenu par le prince des ploucs Gérard Nicoud, de la CIDUNATI (syndicat de commerçants et d'artisans), par l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, et des intellectuels tels que Gilles Deleuze, Pierre Bourdieu, Felix Guattari, Maurice Nadeau, et Jean-Pierre Faye. Il était crédité de 10 à 12,5 % d'intentions de vote en novembre  à la grande surprise de l'intéressé. Les intentions de vote culminent jusqu'à 16 % d'après un sondage paru dans le Journal du dimanche en décembre. Mais les candidats les plus importants, hormis Georges Marchais ne sont pas encore entrés en compétition, et sa candidature meuble en quelque sorte une précampagne morne. Cependant, les autorités s'inquiètent du succès populaire de l'humoriste, particulièrement cinglant envers Giscard d'Estaing, et plusieurs cas de censures à la radio et à la télévision sont recensés. Ainsi, en décembre, un sketch de Coluche dans l'émission de Stéphane Collaro, le Collaro-Show, sur la chaîne de télévision publique Antenne 2, est déprogrammé, la direction menaçant d'annuler toute l'émission en cas de refus. Plus aucun média ne l'invite, et plus tard, le présentateur du journal télévisé de la chaîne, Patrick Poivre d'Arvor, reconnaîtra effectivement qu'on lui donne pour consigne de ne pas parler de Coluche. Ce dernier annonce en mars une grève de la faim pour protester contre cette censure officieuse. L'Élysée envoie une circulaire aux maires pour les dissuader de lui donner leurs signatures. Une cellule spéciale lui est consacrée au ministère de l'Intérieur. Un groupe autonome de la police (le mystérieux Honneur de la Police, qui a déjà revendiqué l'assassinat de Pierre Goldman en 1979) lui adresse des menaces de mort. Le meurtre de son régisseur, René Gorlin, l'inquiète sérieusement. L’accident de Coluche reste toujours sujet à caution pour beaucoup de gens, vu que d’autres « suicidés », les Boulin et Fontanet, représentaient un moindre danger de décrédibilisation de la farce républicaine corrompue et mafieuse. Mitterrand était également irrité par cette candidature provocatrice, dont il pensait qu'elle peut lui casser sa « dynamique du premier tour » sans report de voix au second tour. Coluche ne parvient pas non plus à réunir les signatures de maires de gauche. Son étrange conseiller-manipulateur Jacques Attali essaie de le persuader de se retirer au profit de Mitterrand. Coluche ne cesse de baisser dans les sondages, jusqu'à ce qu'il annonce son retrait le 7 avril 1981, en se déclarant pour Mitterrand, en raison d’autres menaces ?
DETRUIRE ROCARD
Depuis le congrès du Parti socialiste à Metz d'avril 1979, Michel Rocard avait manifesté son désir d'être candidat à la prochaine élection présidentielle, tout en concédant qu'il se retirerait si Mitterrand était lui-même candidat. Au début de l'année 1980, les sondages indiquent que les Français estiment que Rocard serait un meilleur candidat que « l’homme du passé ». En avril 1980, un sondage publié dans l'hebdomadaire Le Point donne le président sortant vainqueur au second tour avec 57 % des voix face au premier, mais il ferait encore mieux face au second avec 61 %. En août 1980, une étude de l'IFOP indique que Michel Rocard recueille 54 % d'avis favorables parmi les sympathisants socialistes, tandis que François Mitterrand n'atteint que 37 %. À ce moment-là, Mitterrand, qui reste sur deux échecs en 1974 et 1978, reste très évasif sur son éventuelle participation à la prochaine élection, tandis que Rocard, qui veut persuader qu'il est le seul à pouvoir mener les socialistes à la victoire, se montre bien plus déterminé. L'objectif implicite de Rocard, parodiant VGE, est de se faire passer pour le champion de la modernité, et de faire passer François Mitterrand pour l'emblème d'un certain « archaïsme politique », d'autant plus qu'ils ont quatorze ans d'écart. Il explique que Mitterrand représente le courant socialiste qui compte sur l'État pour transformer la société, alors que lui se revendique du courant socialiste davantage méfiant vis-à-vis de la bureaucratie, partisan de la décentralisation et d'une limitation du rôle de l'État. Il ne cesse de parler de la nécessité de « parler plus vrai », tout en tenant un discours abscons. Un antagonisme violent a commencé à se développer entre les deux concurrents, en se nourrissant des rancunes personnelles et des incompatibilités de caractère. Le 19 octobre 1980, Michel Rocard prononce une allocution à la mairie de Conflans-Sainte-Honorine. Maladroite et compliquée, prétendant se situer au-delà de la mêlée tout en cherchant la légitimation du Parti socialiste, sans pour autant s’opposer frontalement au premier secrétaire, sa déclaration rencontre peu d’échos favorables. Le 8 novembre, François Mitterrand annonce qu'il « soumet sa candidature aux votes du parti. Rocard  est obligé de se retirer. Après la victoire de 1981, Rocard sera salement « grillé » à plusieurs reprises. Mitterrand le musèle en le prenant à l’intérieur du gouvernement, comme ministre d’Etat mais seulement du plan, et en veillant à ne pas lui laisser de contre-pouvoir. Rocard en premier-ministrable « raisonnable » en 1984 ? Mitterrand promeut un jeune converti à la modération et au profil encore plus technocratique et « expert » que Rocard (Fabius), tout en gardant Rocard au gouvernement (ministre de l’Agriculture), celui-ci ne pouvant trouver mieux que le prétexte de la proportionnelle oligarchique (Mitterrand, plus habile politicien avait compris la nécessité de mettre en selle le FN par le recours à la proportionnelle représentative pour affaiblir la droite) pour se sortir de ce guêpier. Mitterrand s’en sert comme Premier ministre et le pressure au maximum. Néanmoins, Rocard reste populaire et il doit le « débarquer » sans raison en 1991, tout en veillant, encore, à ne pas lui laisser prendre à sa main le parti. Rocard en futur recours pour 1995 ? Mitterrand active alors Fabius en interne au PS, Mélenchon sur la liste Rocard des Européennes et Tapie en externe aux mêmes Européennes de 1994 pour le torpiller définitivement. Rocard n’a toujours pas digéré même s’il évoque son traitement avec humour.
RETOUR SUR LE DEBACLE DE LA DROITE VERSION 2012
Après ce panégyrique des haines personnelles publiques des politiciens qui voilent toujours des orientations politiques et économiques de fond opposées, toujours dans le cadre de la sauvegarde du Capital, où il apparaît que même à gauche ce n’est pas simplement une querelle de personnes, nous revenons aux tristes sires de l’UMP en implosion. Rocard représentait une orientation plus libérale mais sans souplesse manœuvrière, une version gauche pataude à la Jospin.
Copé-Collé
Copé et Fillon s’en allaient en bateau, qui a coulé ? Les deux. Et le barreur Sarko avec.
L'enquête du Nouvel Obs publié demain fait déjà un tabac alors que les deux concurrents de l’ère sarkozienne dissoute plongent dans les sondages. Le pitt bull Copé, plus fou furieux que bonapartiste, qui s’était ridiculisé dans sa confronation pré-électorale avec Hollande, qui tenait l'appareil, a fixé les règles et les modalités du vote avec pour seul objectif de servir ses propres intérêts. Extraits.
 […] François Fillon a mesuré, un peu tard, le poids du parti et les moyens dont disposait son adversaire, Jean-François Copé. Il a compris qu'il avait eu tort d'accepter que ce dernier demeurât le secrétaire général du parti. Il a reconstitué le film et s'aperçoit aujourd'hui qu'au-delà des fraudes proprement dites, Copé a organisé la désorganisation, créé sciemment les interminables files d'attente dans les trop rares bureaux de vote et placé partout des hommes à lui. "Il a soigneusement pensé et patiemment construit depuis des mois les conditions de cette élection et le ralentissement du vote", observe un élu. Il a sans doute aussi orienté par avance les soupçons de triche dans les Alpes-Maritimes. En mettant en garde contre les fraudes et en citant - trois jours avant le vote - ses "amis niçois", Copé n'a-t-il pas tout simplement préparé, pour ne pas dire manipulé, l'opinion ?

Copé est hors mandat depuis le 16 mai

Tout a commencé le 16 mai, au lendemain de la passation de pouvoirs, à l'Elysée, entre Nicolas Sarkozy et François Hollande. D'après les statuts, Copé, à partir de ce jour, est hors mandat. La Cocoe (commission de contrôle des opérations électorales) aurait donc dû se réunir immédiatement. Les services compétents ont déjà préparé une note dans ce sens. Mais Copé argue qu'il est plus urgent de s'occuper d'abord des élections législatives. La note attendra. Copé n'est pas pressé. Pendant que François Fillon était encore à Matignon, il a eu le temps, lui, de s'organiser. La première réunion de la Cocoe n'aura finalement lieu que le 25 juin, soit plus d'un mois après le délai statutaire.
Qu'a fait Copé pendant tout ce temps ? Les proches de Fillon pensent aujourd'hui qu'il a mis ces semaines à profit pour faire entrer de nouveaux adhérents […]

Faire diversion

Mercredi 18 juillet, la Cocoe présente au bureau politique de l'UMP, l'instance politique où siègent les dirigeants et les parlementaires, un projet de guide électoral. En clair, les règles à suivre pour cette élection interne […] Au cours de cette même réunion du 18 juillet, Copé a mis sur la table un autre dossier. Il propose que, le jour de l'élection pour la présidence de l'UMP, une charte des valeurs soit également soumise au vote des militants. Cela suppose un troisième bulletin qui s'ajoute à celui qui porte le nom des candidats à la présidence et à celui pour les différentes motions.
Ce projet a pour but de faire diversion. Ce jour-là, on aura donc moins de temps pour discuter de la mise à disposition des fichiers. A chaud, personne ne comprend très bien l'intérêt de ce troisième vote qui complique tout et risque d'introduire la confusion chez les votants. C'était manifestement l'objectif recherché et finalement obtenu le jour de l'élection avec des militants, fatigués d'attendre, qui oublient de signer le troisième formulaire et à qui, dans certains bureaux de vote, on se garde bien de rappeler cette obligation... Aujourd'hui, l'équipe Fillon a compris la manoeuvre. Trop tard ». Mais cela ne lui porte pas vraiment tort, sauf que les deux pugilistes coulent ensemble.
Depuis neuf jours, les deux camps s'accusaient mutuellement de fraudes. Et le camp Fillon n'a eu de cesse de dénoncer le fait que les copéistes gardent la direction du parti tout en faisant campagne. Les fillonistes ont fait savoir mardi soir qu'ils voulaient que l'impartialité soit assurée. Le butor Copé a d'emblée mardi annoncé qu'il resterait en cas de revote "président jusqu'au scrutin". Or les fillonistes ne veulent pas être « baisés » une seconde fois, qui implique que M. Copé et son équipe seraient chargés d'organiser le référendum et un éventuel second vote truqué. Dans une lettre à son rival, François Fillon exigeait mardi soir qu'une "direction collégiale" soit mise en place le temps de ce vote. Jean-François Copé a refusé mercredi matin, comme il refuse tout avec morgue.
Lisons maintenant une analyse plus subtile de Sciences Po :
En 1995, la rivalité Chirac-Balladur ne renvoyait pas simplement à une opposition UDF-RPR;
en 2002, la compétition était plus lisible mais la cartographie réelle des soutiens fournissait un tableau bien plus complexe dans la mesure où une partie significative des parlementaires UDF et Démocratie libérale (DL) avait décidé de soutenir, dès le premier tour, la candidature de Jacques Chirac. Les électeurs eux-mêmes apparaissaient d’ailleurs largement troublés par cette nouvelle structuration de l’offre politique. L’électorat de François Bayrou, par exemple,
ne regroupait que 40 % des sympathisants de l’UDF en 2002; il était, de plus, composé pour moitié par des sympathisants d’autres partis de la droite modérée, des écologistes ou même du Parti socialiste. Si l’on compare la géographie électorale du vote Chirac entre 1995 et 2002, on constate des changements qui font apparaître une résorption de la fracture Balladur-Chirac et une «droitisation» de l’implantation chiraquienne : le président sortant reconquiert, par
exemple, les terres de l’Ouest et de l’Est qui avaient préféré son rival en 1995. Parallèlement, la géographie électorale chiraquienne perd une forme de spécificité puisque les zones de force du chiraquisme, directement liées à son audience personnelle dans l’attitude à l’égard des immigré est plus discriminante : 71 % des électeurs Chirac en 2002 approuvaient l’idée qu’il y a « trop d’immigrés »,50 % des électeurs Bayrou partageaient cette opinion. Par exemple, 11% des électeurs de l’UDF étaient tout à fait d’accord pour rétablir la peine de mort quand 29 % des électeurs UMP le sont (Panel électoral français, 2002). Et cette différenciation en termes de valeurs s’inscrit pleinement dans un ancrage social plus populaire –pour l’UMP–
ou plus élitiste – pour l’UDF –, le niveau de diplôme et l’aisance matérielle étant étroitement associés à un niveau plus élevé de tolérance culturelle.
La structuration des électorats de l’UDF et de l’UMP, tels qu’ils se sont cristallisés en 2002, s’inscrit dans la transformation des clivages que connaît la France aujourd’hui. Unis dans ce qui définit traditionnellement la droite (la confiance dans les entreprises plutôt que dans l’État, la croyance dans la responsabilité des individus plutôt que l’égalité, la priorité donnée
à l’ordre public et à la stabilité de la société plutôt qu’à la justice sociale), ces électorats se différencient sur une seconde dimension, celle du libéralisme culturel et de l’ouverture sur le monde. Et c’est précisément sur cette seconde dimension que l’UDF (ancêtre du modem) pouvait se rapprocher de la gauche modérée et représenter, en ce sens, une forme de centrisme. Mais cet espace politique est restreint et déjà largement occupé parle Parti socialiste ».

LA TRANSFORMATION DES CLIVAGES POLITIQUES

La crise du capitalisme a deux implications majeures, la paupérisation de la classe ouvrière et la perte de crédibilité des partis oligarchiques bourgeois. En ce sens, Copé et Fillon (qui n’ont pas au fond un programme différent, pressurer toujours plus les exploités, tout permettre à la police et à la magistrature, dénoncer les immigrés) ne sont que des marionnettes ridicules et impuissantes. Fillon symbolise un gaullisme bâtard très peu social, depuis plus de dix ans c’est lui qui a  mené l’attaque contre les retraites, mais avec un langage plus réaliste. Copé n’est qu’un apprenti dictateur qui voudrait bien alpaguer les électeurs FN, en gaulliste populiste, mais qui a mis à nu les méthodes féroces de l’oligarchie. Leur affrontement tétanise l’ensemble de la bourgeoise. On note le silence atterré du gouvernement de Hollande et leurs fans du parti godillot. La gauche au pouvoir est mal en point d’autant qu’elle n’a plus d’opposition crédible avec le scandale du pitt bull et de Droopy. Sarko n’est même plus en embuscade puisqu’il n’a même pas pu jouer le rôle du conciliateur ni du sphinx.
Hollande n’est pas Mitterrand, contrairement à ce que l’on veut nous faire croire. Pour avoir la maîtrise manoeuvrière de l’ancien Président, il faut un peu plus de « bouteille » ou de maestria personnelle. La situation n’est pas comparable à 1981 où Mitterrand avait su mettre en scène le FN pour affaiblir la droite. Le FN n’est toujours pas un parti crédible pour la bourgeoisie. La bourgeoisie n’est pas en situation d’effectuer un recentrage au centre avec les mous Borloo, Bayrou et Cie. Son aile gaulliste traditionnelle derrière Fillon est plus affaiblie que jamais. C’est la mort du néo-gaullisme qui se dessine. Les mesures sécuritaires et la stigmatisation des immigrés ne seront pas plus efficaces que les potions islamistes pour éviter de révéler les vraies causes de la crise capitaliste et ses responsables réduits à des querelles de pipelettes et d’egos pitoyables. La droite va perdre les municipales sans conforter une gauche gouvernementale empêtrée dans ses discours angéliques quand les questions sociales allument déjà des flammes dangereuses.
Sans doute va-t-on connaître ce qu’est une véritable crise de l’ordre bourgeois.







[1] Cf. mon histoire des trotskiens sur les pratiques des fans de Chevènement et les magouilles électorales internes au PS.

[2] Lire dans Le Monde de ce jour l’édifiant et horrifiant rappel du massacre de la junte d’Argentine : « Les "vols de la mort" vont être jugés pour la première fois en Argentine ».99


[3] Korpa, Gustave Le Bon,  hier et aujourd’hui  (ed France-Empire 2011).
[5] Lire, en alternance, les mémoires de Chirac et les conversations de Balladur avec François Mitterrand. J’entends la voix onctueuse de « l’étrangleur ottoman » (ainsi Mitterrand surnommait-il Balladur, selon Chirac) puis, celle, plus impétueuse, du Corrézien d’adoption. Les deux hommes sont de faux jumeaux. Tous deux sont sortis de l’ENA et de la cuisse de Pompidou, tous deux ont été forgés par la contre-offensive visant Mai 68. Tous deux ont enterré à leur façon le gaullisme et concilié avec l’impérialisme américain, tous deux ont été fascinés par Mitterrand. Chirac avait conscience de « faire figure de provincial un peu rustique à côté de ce grand bourgeois de la capitale, aux allures distantes et pétries de bonnes manières »... Le grand chef paysan face au noble aristo de la finance ?L’un et l’autre, par exemple, se targuent d’avoir eu l’idée d’organiser le « Grenelle », la grande réunion avec les syndicats conçue pour éteindre le feu estudiantin de Mai 68. Le madré paysan Chirac : « J’avais confiance. » Version du noble Balladur : « Il n’y eut aucun pacte entre nous, ni, de ma part, aucun engagement d’aucune sorte (...) J’eusse trouvé indigne de me prêter à un tel troc. Il ne s’agissait pas de passer un “contrat” comme entre gens de mauvaise compagnie (...) A Chirac, Mitterrand glisse en août 1994, alors que le chef du RPR est abandonné de tous ou presque : « C’est votre tour. Vous allez être élu. » Mitterrand lui fera passer « plusieurs messages d’encouragement » à travers son conseiller Jacques Pilhan. Le même déclare en décembre à Balladur : « De toute façon, ce sera un candidat de droite qui sera élu, et cela reviendra vers vous. » Et il lui téléphone, au lendemain de sa défaite en mars 1995 pour lui assurer : « Les choses ne se sont pas bien passées pour vous. Vous le savez, je n’ai jamais cru que Chirac dépasserait 20%. » (Cf. Le pouvoir ne se partage pas d’Edouard Balladur, conversations avec François Mitterrand - éd. Fayard – Et : Chaque pas doit être un but, Mémoires de Jacques Chirac - éd. Nil.)