"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

jeudi 22 mai 2008

Les retraites ?

Travaillons moins pour vivre mieux...

Derrière la question des retraites, comme de celle du chômage, se dissimule celle, centrale du travail.

Nous, prolétaires, par définition, sommes contraints de vendre notre force de travail, physique et/ou intellectuelle, à un patron privé ou à l¹État. Jusqu¹à présent un minimum de conditions de travail, de retraite, de chances de survie en état de chômage, acquises par les luttes, garantissaient peu ou prou une existence possible au travailleur. Aujourd¹hui, la casse méthodique et programmée des régimes de retraite, du droit du travail, de l¹indemnisation des travailleurs privés d¹emploi occasionne des drames sociaux en cascade.

Pour retarder la riposte sociale, la première nécessité pour le Medef et l¹État reste de justifier cette offensive :

-Les retraités, s'ils touchent des clopinettes n¹ ont qu¹à retourner au boulot ;

- Les chômeurs sont des fainéants fraudeurs qu¹il faut pourchasser sans merci ;

-Les salariés en grève, pour défendre ce qui ne leur reste déjà plus, ont droit de voir la carotte et surtout tâter du tonfa.

Tout ce bas-peuple, martèlent politiciens et médias, passe son temps à se "prendre lui-même en otage", entravant, pour de vagues questions de survie sociale, le légitime besoin des entreprises d¹aller exploiter ailleurs d¹autres prolétaires qui devraient dire merci.

Pour l'État et le capital le travail est, dans la période, autant ce qui leur permet de créer de la valeur et de se reproduire, que l'outil d¹un contrôle social et idéologique par lequel ils assoient leur domination. Rien d'étonnant à ce que la règle soit, maintenant plus encore qu'hier : travailler toujours plus, plus longtemps, plus précaire, plus fiché, plus réprimé...

Le capitalisme dans sa version libérale serait pour les politiciens de gauche et de droite l¹ordre naturel de la société, un horizon indépassable. Depuis longtemps, partis et syndicats ont remisé la lutte des classes au magasin des accessoires alors que patrons et État, par la voix du fantoche Sarkozy, nous la mènent aujourd¹hui à outrance. Les bureaucraties syndicales, de défaite programmée en reculs entérinés, claironnent après chaque mouvement social avoir moins perdu que prévu, et se frottent les mains de garder leur place à table avec les "partenaires sociaux " que seraient le Medef et quelque médiateur de l¹État.

Ces mêmes bureaucrates appellent aujourd¹hui à une énième journée de grève. A l¹approche d¹échéances aussi « importantes » que les élections professionnelles et la réforme de la représentativité syndicale, il est vrai que Thibault, Chérèque & Cie ont bien d'autres chats à fouetter que de déclencher ou de soutenir des mouvements sociaux, souvent initiés par leurs bases respectives.

La retraite qui concluait - dans le meilleur des cas - une vie d'aliénation, de peine, de soumission est aujourd¹hui remise en cause par les patrons et l¹État. Au delà de la fin recherchée des retraites par répartition, c¹est le nouveau modèle d'organisation de la vie centré sur le travail que le capital et l'État tentent d'imposer. Un modèle du travail précaire, flexible, disciplinaire et définitif. Alors, allons nous accepter de bosser toujours plus et jusqu¹à la fin de nos jours ?

Face aux attaques de l¹État et des patrons, qui peut encore croire que se contenter d'une journée d'action de ci, de là peut amener le gouvernement à fléchir sa politique ? Il est temps de réagir, mais autrement qu'en multipliant les « temps forts ». Il faut construire un mouvement à la base, en provoquant des assemblées générales sur nos lieux de travail, pour organiser une riposte enfin digne de ce nom. Ce n'est pas à l'Élysée, ni à Matignon, ce n'est pas dans les salons que nous obtiendrons satisfaction. Il faut lutter, se regrouper, s'organiser.

Et à la moindre tentative de " Grenelle ", une seule réponse : CASSE-TOI, RICHE CON !

La Mouette Enragée
Journal Anti capitaliste et Libertaire
B.P 403 62 206 Boulogne sur mer cedex.
lamouette.enragee@wanadoo.fr