"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

Mon adhésion à S ou B n'était pas une régression par Daniel Mothé



Réponses à certaines questions (Daniel Mothé à Tempus Fugit)

Bien que nous n’étions pas nombreux dans les groupes d’extrême gauche, je devais être un rare militant de base. Nous avions proportionnellement beaucoup de chefs. De plus nous étions cloisonnés et clandestins, c'est-à-dire n’ayant aucune connaissance des débats des décideurs. J’étais un ouvrier sans culture, pas d’études secondaires, autodidacte qui ne comprenait pas une grande partie de ce qui était écrit dans les journaux que je diffusais. J’ai suivi les scissions par affinité et par une logique très rudimentaire. Les problèmes stratégiques qui justifiaient la défense de l’URSS me paraissaient très sophistiqués, c’est pourquoi j’adhérais à ce qui apparaissait le plus simple pour un ouvrier qui avait lu Trotsky et Victor Serge. Pas de congrès démocratique et seulement les journaux et les directives qui nous arrivaient de bouche à oreille. C’est la raison pour laquelle je suis très mal à l’aise quand on m’interroge sur cette période comme si les choix que je faisais étaient profondément réfléchis et l’issue de longs débats. De plus je travaillais et n’avais pas beaucoup de temps à consacrer aux réunions. Quand j’étais communiste révolutionnaire, j’étais salarié aux Mines d’Albi avec des semaines de travail de 50 heures. Le samedi soir, je partais en bicyclette à  Castres ou Mazamet à 50 km pour rejoindre mon groupe composé d’un couple de deux ans plus âgés que moi et qui me donnaient les consignes. J’étais un militant, soldat de 2e classe.
Je ne connaissais pas le parcours de Pagès. La première fois que j’ai eu rendez-vous avec lui à Toulouse, une fois que je lui ai dit le mot de passe, il a pris son vélo et est parti à toute vitesse… Plus tard, après avoir rompu avec les trotskystes, je me suis aperçu qu’il était mon leader régional. C’était un intellectuel et j’étais absolument subjugué par l’intelligence et le savoir des intellectuels. Ma propre réflexion était façonnée par eux et le couple d’étudiants qui constituaient ma cellule de base.
Tout le monde avait un pseudo. Le mien c’est Marcel Beaufrère qui me l’a donné car c’est lui qui l’avait bolchevisé à Bordeaux. Je n’ai jamais su ce que voulait dire Mothé.
Je ne me souviens pas de l’affaire Perrone. Mais j’ai rencontré les bordiguistes quand j’ai travaillé comme docker à Marseille. Piccino en effet était un militant bordiguiste qui, comme tous les militants bordiguistes parisiens que j’ai rencontrés étaient des personnages totalement différents des intellectuels. C’étaient d’authentiques ouvriers simples, avec beaucoup d’humour, très chaleureux et sympathiques. Je me souviens du prestige qu’avait Piccino sur Suzanne Voute et de l’admiration que j’avais à mon tour pour elle. Le fait qu’une intellectuelle ait autant de respect pour un ouvrier qui parlait mal le français, m’encourageai à le trouver sympathique, bien que j’étais assez critique pour les gens de mon milieu que je trouvais inculte et primaire. Je découvrais que l’on peut être primaire mais avoir du prestige si on adhère à une idéologie révolutionnaire ; ce qui sans doute pouvais me faire espérer qu’un jour je me distinguerai de ma classe sociale pour laquelle je n’avais pas beaucoup de considération. Je rappelle que le sentiment révolutionnaire qui m’animait était motivé essentiellement par le mépris et le dégoût des gens de mon entourage qui bien qu’appartenant au peuple étaient passés d’un patriotisme va-t-en-guerre à la soumission la plus servile devant l’occupant. Eté révolutionnaire pour moi venait du mépris de mon milieu c'est-à-dire de ma classe sociale. Les militants italiens eux ne s’étaient pas couchés et cela me les rendait bien sympathiques.
« L’Internationaliste » était lu par les militants qui le distribuaient qui en étaient aussi les co-rédacteurs. Quant aux ouvriers à qui on le distribuait, ils ne devaient rien y comprendre tellement cette littérature était pleine de sous-entendu aux débats dans l’extrême-gauche et où les accusations de trahison fleurissaient dans chaque article. On devenait traître, renégat, bourgeois pour un oui pour un non. Comment imaginer que des salariés qui sortaient de la guerre étaient plutôt soulagés et espéraient des jours meilleurs. Les perspectives qu’on leur offrait : celle de faire la révolution ne les séduisait pas beaucoup. Ils aspiraient à la paix. Les seuls qui nous prenaient au sérieux étaient les militants communistes qui venaient nous chasser de la porte des usines où nous distribuions nos journaux, mais il va sans dire qu’ils ne les lisaient pas eux  non plus. Nous ne recrutions pas de nouveaux adeptes. Les groupes trotskystes ne faisaient que se piquer les militants entre eux, le stock de militants d’extrême-gauche restait à peu près stable.
Les thèses de Rome me plaisaient par leur radicalité idéologique et manichéenne. C’était simple, il y avait une idéologie bolchevique cohérente qui suffisait à condamner toutes les autres. Nous sortions de la guerre et la nuance n’était pas bien venue surtout dans un pays qui s’était couché devant Pétain et les Nazis et qui était devenu subitement patriotique à outrance. Nous critiquions les staliniens plus pour leur nuance auprès des autres partis « bourgeois » que pour leurs crimes que nous connaissions approximativement. J’avais 22 ans et étais pour l’action révolutionnaire. La vie civile m’ennuyait tellement profondément que j’ai conservé l’espoir révolutionnaire jusqu’en 1954. Mais pour moi une chose était sûre : la évolution était une période instable que j’avais vécue pendant quelques années : avoir peur, faire des coups, était passionnant. Je ne me suis jamais imaginé dans l’après révolution car j’avais la conviction que mon éducation me laisserait toujours dans le camp des dominés.
Ce qui m’amène à rejoindre S ou B est avant tout la supériorité des analyses qu’ils font par rapport à celles d’un bolchevisme primaire. Ils traitent de la société moderne sans se rapporter au passé tandis que les bordiguistes prétendent qu’il n’y a pas de modernité et d’évolution : tout est toujours pareil sous le capitalisme. Je me souviens de l’article qui finit par me convaincre de l’absurdité du bordiguisme. C’était, je crois, dans un bulletin intérieur et l’auteur devait être Laugier. Le texte défendait l’idée que la seule façon de comprendre le monde était de regarder ce qui était advenu dans le passé (l’histoire lue par le matérialisme historique) et, comme le style était fortement marqué par l’outrance méridionale napolitaine de Bordiga, l’article insistait en écrivant qu’un bon marxiste devait avancer en regardant toujours en arrière et se gaussait de ceux qui marchent l’horizon devant soi.
Ce qui me poussait à rejoindre S ou B était la qualité de ses intellectuels. Au fond c’était un groupe d’universitaire  et non plus de militants ce qui me permettait d’ouvrir mes connaissances sur le monde. L’espérance révolutionnaire ne pouvant s’alimenter d’aucun indice de pénétration de nos idées en France ou dans le monde, j’estimais qu’il fallait comprendre pourquoi et agir avec les gens avec qui j’étais le plus proche sur mon lieu de travail. Le syndicalisme plus tard m’a permis d’entre dans les méandres des problèmes concrets du salariat. Les réunions de S ou B faisaient office d’université.
Je m’excuse de donner des éléments personnels dans les raisons pour lesquelles j’adhérais au bordiguisme, mais il serait incorrect de penser qu’un jeune ouvrier sans culture comme je l’étais, était capable de fournir des arguments relevant d’arguments politiques et économiques très élaborés. Je faisais confiance à des intellectuels comme Suzanne Voute puis plus tard à Castoriadis dont l’emprise intellectuelle, leur érudition et leur rhétorique me fascinaient. Mon ancrage dans le travail manuel et la condition ouvrière m’avait aucune influence sur les idées révolutionnaires que je défendais. En réalité en analysant avec plus de 50 ans de recul je ne vois aucun rapport entre mon statut (appartenant à la classe des exploités) et les idées politiques auxquelles j’adhérais. Ces dernières étaient façonnées par les intellectuels qui maîtrisaient mieux que moi les connaissances en histoire et en philosophie. C’est par eux que j’ai appris à penser. Le fait que j’ai pu émerger dans le débat révolutionnaire venait simplement du fait que j’étais avide de connaissance philosophique, que j’adorais écrire et que j’avais un sens de l’observation critique que m’avait donné le marxisme. J’ai donc écrit.
J’estime que mon rôle dans  les débats idéologiques a été mineur.
Mon adhésion à S ou B n’était pas une régression mais un pas considérable dans ma formation intellectuelle. A S ou B (Socialisme ou Barbarie) les leaders étaient des intellectuels d’une autre facture et m’ouvraient des voies sur des éléments de connaissance beaucoup plus vastes et me permettaient de rompre avec le sectarisme des groupes révolutionnaires. J’étais avant tout un autodidacte et pas un révolutionnaire, j’étais trop imperméable à la violence. Plus tard je me suis rendu compte que mes seuls champs de compétence était ma capacité à analyser ce qui se passait autour de moi dans l’univers de l’usine et que le monde syndical était davantage à ma dimension car j’avais des interlocuteurs avec qui je pouvais confronter mes analyses et avec qui nous pouvions débattre en utilisant le même vocabulaire.
Voilà en gros comment je peux répondre à vos questions en m’excusant de ne pas rester sur le domaine idéologique et d’expliquer pourquoi je me trouvais incidemment sur les différents parcours de ces groupes révolutionnaires. C’est aussi pour que vous compreniez que je n’ai jamais été un acteur important dans les débats de l’extrême gauche. Je me contentais de suivre les leaders en faisant bon marché dans les différents groupes et en choisissant les opportunités pour changer de maison quand les anciennes m’insupportaient.

Réponse écrite aux questions de François Langlet in Tempus Fugit n°1, 1er mai 2003.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire