"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

mercredi 2 décembre 2015

LES MENSONGES D'OBAMA


(Suivi d'un gros malentendu dans le "milieu" footballesque)


Chaque jour un nouveau bobard est inventé par la presse et les médias bourgeois. Paraît, entre autres, que la majorité des tueurs islamo-djihadistes ne seraient finalement que des athées « convertis » à la dernière minute ! Que ne ferait-on pas pour nier tout vase communiant entre une religion violente, fourbe et criminogène, adaptée au modernisme impérialiste et parfaitement circulaire pour les cervelles de piaf de petits voyous arrivistes, avant tout attirés par le pognon déjà distribué à partir de la France.

Le président américain Barack Obama va pieusement dans le même sens : le terrorisme comme facteur individuel de paumés qui salissent la religion quand la masse a honte d'en désigner l'expression envahissante. Comme point d'orgue à sa visite consulaire à Paris, il est venu
exprimer ses bobards dans une interview diffusée sur I-télé : sur les relations franco-américaines1, le
conflit syrien, et la lutte contre l'organisation terroriste de l'Etat islamique. Tout est bien préparé dans la cuisine d'I-télé. On a apprêté la principale fan des débuts d'Obama, Laurence Haïm, franco-israélienne, qui a bossé chez CBS avec Dan Rather, d'où elle avait participé à la propaganda US depuis Bagdad. Plus servile y a pas2. La question que tout le monde attendait : pourquoi les Etats Unis n'ont rien fait contre Daech depuis trois ans ? est éludée. Ou même plus précisément pourquoi ils interdisent de bombarder les puits de pétrole et les files de camions-citernes qui alimentent la Turquie, et pas seuelement la famille d'Erdogan...

La journaliste accréditée, et considérée comme sûre (briefée pour ne pas poser des questions troublantes pour l'auguste visiteur américain) a de l'allant, du punching, mais le ballet à deux est trop bien réglé... à l'américaine. Du sensationnel mais sous des airs sans faconde, rien n'est dit ni avoué. Le principal scoop que l'ensemble de la presse française va s'empresser de répercuter est celui-ci : «la vérité (sic), c'est que dans une société libre (resic), on ne pourra jamais éliminer la possibilité d'actes terroristes isolés». Sans vergogne, Obama, en visite dans sa province française, adoube la théorie si utile aux impérialismes des « loups solitaires », qui reste d'ailleurs l'interprétation dominante des attentats particulièrement meurtriers et lâches à Paris. On verra que la journaliste fournit par ailleurs plus tard un autre scoop encore plus mensonger.

Obama s'en tient à un discours pacifique. Ce n'est pas que l'impérialisme américain se refuse à intervenir directement, il continue de toute façon par d'autres moyens, via ses Etats compradores, leurs armées (celle de la bourgeoisie française entre autres) et certaines bandes armées terroristes, en pour ou en contre (car même un bon attentat de Daesch est utile à la « victimisation démocratique » de l'empire occidental). Obama a été élu, comme je le soutiens depuis lors, pour calmer l'interventionnisme militariste de la famille Bush et parer à un soulèvement prolétarien en Amérique contre la guerre ; cette idée sera exprimée subtilement par la journaliste Haïm lorsqu'elle rendra compte par après à son chef de plateau, Galzi jusqu'à minuit, du fait que des boys par milliers sont rentrés d'Irak avec pieds et bras amputés... En gros, Obama n'aura été qu'un intermède avant l'élection d'un prochain grand chef des armées US pour repartir à l'assaut de la guerre mondiale toujours sérieusement envisagée par tous les QG militaires du monde. Deux législatures pour laisser souffler le prolétariat américain. Les réponses sibyllines et si diplomatiques d'Obama ne sauraient négliger de soutenir son principal mirador la Turquie, principale puissance régionale à avoir vraiment soutenu Daesch, ce véritable allié contre les Kurdes, ainsi que ne le rapporte pas la sous-merde qui résume : « Barack Obama a aussi assuré de son ambition de "combiner" en Syrie "diplomatie" et "pression" sur Daesh, ajoutant que la Turquie, doit "renforcer ses frontières". "Il est normal que la Turquie surveille ses frontières", a-t-il insisté. Selon lui, la première étape est de "contenir l'organisation de l'Etat islamique", la seconde de les détruire". 

Une petite touche de discours quaker typique par là : « Les religions définissent une bonne personne et une vie réussie par ce que l'on peut faire pour aider les autres » ; tout à fait ce que fait le djihadiste moyen pour aider Allah Alahou. Une petite touche de bla-bla oecuménique creux : « la seule façon de mettre un terme à la guerre civile, c'est une transition politique ». Or, dans le bordel communautariste d'Irak, de Syrie et de Libye, il ne reste que terre brûlée, confirmant la thèse de la gauche maximaliste contre l'anarchisme neuneu qu'une destruction de tout Etat, sans transition, ne peut produire que le chaos, et que l'impérialisme américain se fout de toute transition puisqu'il règne par le chaos, et que ce chaos n'est pas prête de cesser là-bas, même avec les forces faiblement coalisées de l'armée mexicaine de Hollande. Le but étant, via l'encouragement à recevoir à bras ouverts migrants de guerre et leurs femmes voilées3 de la CIA et de l'Allemagne de foutre vraiment le chaos en Europe, jusqu'à ce que les populations, classe ouvrière comprise, ne voient de solution que dans une nouvelle der des der.
Il labellise évidemment la théorie de l'islamophobie – réelle et justifiée désormais en Israël en particulier où tout passant juif peut recevoir un coupe de couteau comme en France aussi – avec une remarque légère: « je pense que le sentiment anti-immigrés / anti-réfugiés provient en partie de la peur du changement »4.

La journaliste Haïm a juste posé une question, qui frôle le lèse-majesté, mais juste pour faire indépendante. A la question sur la fermeture éventuelle de la prison de Guantanamo, Barack Obama n'a pas botté en touche (ajout de la sous-merde qui ré-écrit l'interview) : « Je le souhaite et j'y travaille activement », a-t-il expliqué, indiquant: « C'est très difficile avec le Congrès actuel, dont la majorité est républicaine. »  (…) « Après le 11 septembre, dans une atmosphère de guerre, le besoin n'était pas de rassembler des preuves", a-t-il détaillé, avant de poursuivre: « Guantanamo continue de servir d'outil pour les djihadistes, cela doit s'arrêter ». 

C'est pas moi, c'est l'autre. Admirable duplicité de la démocratie américaine, les fractions bourgeoises se partagent le boulot à l'international : le président joue l'otage pacifiste et les zozos parlementaires les frustrés de guerre !5

Mais le boulot de la mère Haïm n'était pas fini, vu qu'elle n'avait au fond posé aucune question gênante à son idole. N'importe qui pouvait s'interroger sur l'absence de question sur le chaos généré à chaque fois par les départs de l'armée US du « théâtre des opérations » aléatoires, ou par exemple sur leur petit dominici Sarkozy et ses dégâts en Libye. Haïm, rendant compte à Galzi jusqu'à minuit, expie sa faute : « oui c'est vrai que je n'ai pas posé telle ou telle question... on n'avait que dix minutes avec quand même le Prééésident des Etats-Unis... et puis vous savez, je n'y ai pas pensé, j'avais tellement de questions à lui poser ». Sans doute, mais elle lui sert admirablement la soupe par après sur Guantanamo : « Cher collègue je vais vous révéler un scoop pour vous. En fait la loi pour fermer Guantanamo était prête depuis 15 jours lorsque sont arrivés les attentats de Paris, qui ont tout bloqué. Pourtant Obama était fermement décidé à la faire appliquer ».


Contre tous ces menteurs qui nous dominent et nous font gerber, voici une citation pour les 10.000 qui vont s'engager dans l'armée française et pour nos petits beurgeois qui croient trouver le salut (ou la vengeance sociale à bon compte) en allant servir de chair à canon aux services secrets des grandes puissances, et elle est bien plus ancienne que le Moyen âge musulman la citation !



«On nous avait dit, lorsque nous avons quitté le sol natal, que nous partions défendre les droits sacrés que nous confèrent tant de citoyens installés là-bas, tant d'années de présence, tant de bienfaits apportés à des populations qui ont besoin de notre aide et de notre civilisation.
Nous avons pu vérifier que tout cela était vrai, et, parce que c'était vrai, nous n'avons pas hésité à verser l'impôt du sang, à sacrifier notre jeunesse, nos espoirs. Nous ne regrettons rien, mais alors qu'ici cet état d'esprit nous anime, on me dit que dans Rome se succèdent cabales et complots, que fleurit la trahison et que beaucoup, hésitants, troublés, prêtent des oreilles complaisantes aux pires tentations de l'abandon et vilipendent notre action.
Je ne puis croire que tout cela soit vrai et pourtant des guerres récentes ont montré à quel point pouvait être pernicieux un tel état d'âme et où il pouvait mener.
Je t'en prie, rassure-moi au plus vite et dis-moi que nos concitoyens nous comprennent, nous soutiennent, nous protègent comme nous protégeons nous-mêmes la grandeur de l'Empire.
S'il devait en être autrement, si nous devions laisser en vain nos os blanchis sur les pistes du désert, alors, que l'on prenne garde à la colère des Légions


Marcus Flavinius

Centurion à la 2e Cohorte de la Légion Augusta à son cousin Tertullus à Rome.
Exergue de Jean LARTÉGUY, Les Centurions, Presses de la Cité,1960


UN « GROS » MAL ENTENDU (ou comment ne pas devenir djihadiste)

Dès potron minet, ouvrant internet à la page du Monde, je suis stupéfait de l'annonce introductive.
« Alors que Karim Benzema, mis en cause dans l’affaire de la « sextape » de Mathieu Valbuena, « doit publiquement s’exprimer », mercredi 2 décembre lors du « 20 heures » de TF1, Le Monde publie en exclusivité l’essentiel des déclarations de l’attaquant du Real Madrid recueillies par la juge de Versailles Nathalie Boutard, le 5 novembre, lors de son interrogatoire de première comparution ».
Il est sept heures du matin, en réalité il n'était pas écrit « doit publiquement s'exprimer » (comme cela a été corrigé après le dépôt de plainte immédiat de Benzema) mais le membre de phrase suivant : « s'est exprimé sur TF1 ». Simple coquille ou culot du pigiste pour faire passer après un avant. Certes tout le monde de la gent journalistique connaissait l'enregistrement déjà mis en boite hier du footballeur, mais prétendre que l'enregistrement du soir est passé le matin est non seulement rigolo, mais témoigne d'un acharnement curieux. Ou d'une compétition opaque avec le trust TF1...

On nous annonce ensuite que Benzema parle d'un "malentendu" mais ses réponses à la juge sont bien consternantes (et fort bien entendues), plus il parle plus il s'enfonce et pas de chance, malheureusement pour lui en ce moment où l'opinion publique est remontée contre les arabes « en général » et qui fait le lien voyous-terroristes peut être tenté par cet autre : le voyou-footballeur.

Quel est l'objet de cette bagarre dans les médias ? L'intérêt national ? Un combat pour un sport national propre ? Une vraie justice pour la victime Valbuena ? Rien de tout cela. Des règlements de compte entre clans, celui qui soutient Benzema est clairement une partie des officiels qui s'engraissent sur la planète foot (les Pascal Praud, l'entraîneur Deschamps soumis à la loi des caïds de vestiaire comme Domenech, les potes joueurs milliardaires, le journal L'Equipe et la banlieue a-ban-don-née) ; ensuite le clan des officiels qui jouent leur va tout électoral (le premier ministre et le journal gouvernemental Le Monde, les nageurs blancs (quoique...), et une majorité d'internautes qui veulent croire à un foot propre, à l'esprit d'équipe et à une Marseillaise sans crachat.

Cette affaire eût pu rester du domaine du fait divers, c'est tout ce qu'elle méritait. La voilà cause nationale. Ce qui ne nous empêche pas de nous rendre compte de la piètre défense de cet individu parvenu et arrogant, comme la plupart de ses semblables (à sa décharge) ; mais combien de vedettes de la chanson ou de la politique, parfaits faux-culs méprisent aussi leurs milliers de fans enamourés sans qu'on les poursuivent en justice ? Et tentent le tout pour le tout pour s'enrichir un peu plus ou "favoriser les potes"? 

Les écoutes policières (manière scandaleusement anti-citoyenne pour les bobos gauchistes) fournies par Europe 1 début novembre accablaient le personnage, malgré cela le « milieu du foot » prenait position sans fard pour ce caïd de vestiaire et voulait faire comme si rien ne s'était passé. Le conseil de passer se justifier brièvement sur TF1 n'arrangera pas son cas (ni celui de TF1 qui se fait complice d'une bande de maîtres chanteurs et/ou maîtres footballeurs). Bien au contraire. Tous ceux qui sont passés par la case Bouygues ont fait pitié, les Tapie, Sarkozy, DSK et l'ex-maire de Toulouse.

DE L'AFFAIRE DE LA SEX TAPE AUX CRAMPONS DANS LE TAPIS

Voyons la gradation qui conduit à la mise en examen.

Résumé introductif du Monde : « Karim Benzema est soupçonné d’avoir pris une part active – par l’intermédiaire de son ami d’enfance Karim Zenati – à des manœuvres, orchestrées par différentes personnes gravitant dans l’entourage des footballeurs, destinées à soutirer de l’argent à son coéquipier en équipe de France, Mathieu Valbuena, en échange de la destruction d’une vidéo intime mettant en scène le milieu de terrain de l’Olympique lyonnais ».

Le Monde prend bien soin de dire que Benzema est « soupçonné », mais lorsqu'on lit ses réponses à la magistrate il est plus que coupable, mais pris la main dans le sac. Djibril Cissé a déclaré qu'il faut le ménager et « lui laisser le bénéfice du doute » ; un bénéfice le doute ? Pas clair celui-là non plus.

Plus c'est gros moins ça passe... en l'occurence, si les enregistrements policiers révélaient combien Benzema avait pris Valbuena pour un con, là c'est la totale ! On comprend qu'il se soit précipité (ou qu'on l'ai précipité) pour porter plainte ; après ça il n'y a même plus besoin de l'avis de la magistrature. Benzema en fait des tonnes mais se ridiculise, je laisse de côté un langage désolant en effet atroce mutilation de la langue française mais qui permet toutes les fourberies dignes du parler racaille, qui est à la fois un verlan moderne et la preuve de l'échec scolaire entretenu par l'Etat bourgeois:

« Je voulais le mettre au courant de cette histoire et discuter (sic) avec lui pour lui faire part que moi aussi ça m’était arrivé et voir (sic) ce qu’il en pensait ».(discuter en langage racaille = marchander)

Le maître chanteur Karim Zenati est un ami d'enfance, un frère et son employé sauvé de la prison et souvent gracieusement aidé financièrement pour amitié indéfectible et parce qu'il n'a pas réussi. Benzema ne sait même pas ce que fait Zenati dans sa société et son association (?) ni s'il est payé à rien foutre.
Quand reçoit-il l'info sur la sextape ? Après un match et MDR, on lui offre... : « Une personne est venue me remettre un coussin Louis Vuitton et m’a parlé d’une vidéo sur Mathieu Valbuena ». J'ignorais l'existence de coussins Louis Vuitton, mais j'en sais le prix désormais : 386 euros ! C'est
pas un café ou un verre qu'il s'est fait offrir le champion « désintéressé » ! Le zigoto qui offre le coussin pour riches, il prétend ne le connaître ni de Rachida ni de Mahomet. Le zigoto il s'est invité à sa table à Madrid, a « mangé » comme un vieux pote, et cela n'a pas offusqué Benzema et on ne sait pas qui a réglé le repas ; c'est en tout cas une bonne nouvelle pour les fans, on peut s'inviter à la table de Benzema quand on veut et il rince la gueule gratis !
Lorsque Benzema en parle dans une chambre d'hôtel à Valbuena, on redouble de rire : « Je lui ai dit que tout dépendait de lui et que c’était à lui de décider (...). Je lui ai dit qu’il y avait quelqu’un qui pouvait voir avec lui et essayer de l’aider aussi. C’est M. Zenati ».

Quand on veut vous faire chanter, on ne va pas vous dire : ça dépend du maître chanteur, tu as intérêt à écraser. On ne lui dit pas non plus : je t'ai organisé un rendez-vous avec le maître chanteur !

Face à Valbuena qui tombe de haut, Benzema entreprend de lui expliquer (ou d'expliquer à la magistrate) qu'il s'agit d'une « aide » : « . Il m’a demandé ce qu’ils voulaient. Je lui ai dit que je ne savais pas, que ce n’était que d’une aide dont je lui parlais et de rien d’autre ».

Malgré son coussin doré à 386 euros, et des amis conseilleurs désintéressés, Benzema va traiter Valbuena de tarlouze (= pédé) auprès de ses amis parce qu'il a porté plainte à la police (alors qu'il avoue lui-même avoir été pleurer chez les flics pour un chantage semblable). Il prend plaisir à décrire auprès de l'ami d'enfance un Valbuena décomposé (ils se marrent à fond la caisse au téléphone) et ne cesse de répéter à la magistrature qu'il a voulu l'aider... à cracher son pognon oui pour le poteau ! Et il a le culot de dire (amicalement?) qu'il conseille à Valbuena d'aller en discuter avec le maître chanteur « s'il le veut » :
« il peut en discuter avec mon ami ». Un ami sincère, si désintéressé, à qui il fait si confiance qu'il ment à Valbuena en lui disant qu'il a vu la vidéo. La suite révèle un gamin de douze ans qui ne sait pas comment se justifier et veut faire passer son délit pour une blague de vestiaire :

« LA JUGE : Est-ce vraiment un conseil d’ami de mentir sur l’existence d’une vidéo crédibilisant ainsi le chantage mis en œuvre ?
K.B. : Non, c’est pas ça. Je ne sais pas comment vous expliquer On est joueurs de foot. Je le connais, ça fait longtemps que je le connais. Ce qui s’est passé, c’est un truc pourri, c’est n’importe quoi. Je le connais en équipe de France, on est souvent ensemble. Il y a eu une histoire en 2012, je l’ai défendu. Après, comme j’ai parlé au téléphone, c’est pas bon. C’est quelqu’un que j’apprécie. Ce n’était que de l’aide, je n’avais rien d’autre derrière la tête, de chantage ou d’argent. De l’argent, j’en ai. Je n’en ai pas besoin. Karim non plus. Je lui en donne de l’argent, il est employé dans ma société. Après, au téléphone, on a abusé, je m’en veux de parler de cette manière, parce que c’est pas bien. »
Le chantage lui pète au nez : « si tu veux que la vidéo soit détruite mon ami il vient de voir à Lyon », sans doute Benzema pouvait payer le train dans la foulée à son ami désargenté. Il s'enferre ensuite sur les demandes d'argent qui hérissent Valbuena et ses imbéciles « j'en sais rien moi ce qu'ils veulent ». En plus traiter quelqu'un de pédé (dixit tarlouze) c'est amical pour la nouvelle génération des potes : «Forcément, je suis énervé. Je me suis dit qu’il [Valbuena] était allé me dénoncer à la police, alors que j’étais allé le voir. Après, « tarlouze », on peut le dire à tout le monde, à ses amis, à ses potes. Pour moi, pour la nouvelle génération, c’est amical. Ce n’est pas une question d’être inquiet ou je ne sais pas quoi, c’est juste énervé ».



En conclusion, pas un mot « d'aide » pour la victime, la « tarlouze » Valbuena, mais compassion renouvelée pour son pote de toujours, le maître chanteur qui dort en taule à nouveau : « çà me fait chier pour mon ami.Franchement j'ai la haine ». L'amitié c'est beau comme un chantage réussi.
La défense, avocats et conseiller médiatique, du « gros » milliardaire Benzema est assez lamentable, c'est entendu. Karim le pote de quartier n'a-t-il plus qu'à se reconvertir en Syrie ? Et les fans de foot se retourner vers le ballon ovale ?



NOTES DE L'ARTICLE SUR OBAMA:

1Question pipole intéressante de la journaliste : qui préférez-vous Hollande ou Sarkozy ? Obama s'esclaffe (et nous avec lui) et prend la tangente. On comprend parfaitement son choix in fine. Hollande est assurément agréable et convivial, l'autre est taré. Lire : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/12/02/attentats-bygmalion-nicolas-sarkozy-dit-faux_4822222_4355770.html

2Si, Médiapart ! Site collabo ; grand prêtre de l'islamologie, qui vient de se voir attribué une réduction d'impôts par l'assemblée nationale, et qui ressort le dossier Rwanda (la culpabilité de l'armée française, qui n'a pas bougé en effet pour empêcher les massacres) au moment où l'Etat « d'exception » n'a pas besoin qu'on le poignarde dans le dos. Mitterrand savait bien qui était Plenel et Cie : des agents de la CIA, qui avaient été chargé de balancer l'affaire du Rainbow Warrior et de jouer les anges blancs (comme Greenpeace, cornaquée par la bourgeoisie teutonne).

3Sur la radio d'Etat, France intox, on entend régulièrement des témoignages comme celui-ci, ce matin : « nos correspondants dans l'île de Lesbos... un réfugié irakien témoigne ses remerciements aux jeunes marocains d'avoir sauvé femmes et enfants qui vont rejoindre leurs maris en Allemagne, quand le bateau gonflable aurait coulé à une dizaine de mètres du bord ». Les jeunes marocains, fumaient cigarette sur cigarette, « certains on témoigné qu'un ou deux individus payaient le voyage pour tous les autres ». Ce qui n'est pas dit, est que les bateaux gonflables sont crevés ou dégonflés à l'approche du rivage pour justifier des appels au secours auprès des gardes grecs !

4Il est clair que la présence visuelle de l'islam – les bonnes femmes voilées – symbolise le drapeau noir de Daech – mais contribue bien à l'atmosphère de terreur généralisée dont ont besoin les Etats bourgeois pour justifier l'union nationale anti-terroriste ; en gros on annonce la chasse aux terroristes mais on doit prendre le métro environné de leur symbole le plus soumis et le plus humiliant pour la femme. La presse dominante approfondit l'esquive, s'interroge sur la proportion des couches moyennes ou populaires ou athées qui composent les bandes d'abrutis djihadistes (soutenues par le philosophe provincial Onfray). Libé désintox contredit des chiffres douteux de TF1 sur une majorité « issue des couches moyennes », ce qui est en effet discutable, mais peu importe l'origine sociale quand triomphe une mentalité petite beurgeoise. Etonnant que sur ce plan on fasse mine de s'intéresser aux classes sociales et pas au fait que la plupart des tueurs sont d'origine arabe, n'ont jamais été athées par tradition familiale, et s'en réclament fièrement, brûlant au passage leur passeport français, en attendant, pour les survivants,de revenir au pays et d'être « déradicalisés » ; stupide action de curés car, comme les anciens du Vietnam, ces types auront connu la gloire de porter un uniforme, pris du galon, senti la puissance sociale de posséder une arme, tué des humains , croyants comme eux, comme des mouches... et pour se retrouver à pôle emploi, avec les bisous des divers curés + un possible CDD dans les services !


5Obama ment sur cette histoire de transition politique, comme le petit Védrines la semaine dernière, leur seule solution c'est la guerre ininterrompue jusqu'à la générale. Un auteur a bien analysé cette fausseté des prétendus diplomates. «En Irak comme en Syrie, notamment à Tikrit et à Mossoul, l’armée n’hésite pas à utiliser l’artillerie lourde et à larguer des barils bourrés de TNT sur des quartiers d’habitation, des hôpitaux et des écoles. Le recours à ces méthodes fait basculer une population qui avait fait l’expérience des fameux conseils de réveil (*), des milices arabes sunnites armées et payées par les américains à partir de 2006 à condition qu’elles se retournent contre Al Qaïda. Cette population constate que, de l’aveu même du premier ministre Nouri Al-Maliki, les autorités de Bagdad contrôlées par une majorité chiite ne sont pas disposées à intégrer plus de 20% de ces miliciens sunnites, armés et payés par les américains, dans l’armée irakienne, condamnant l’immense majorité de ces combattants - qui avaient pourtant apporté une contribution essentielle à la lutte contre Al Qaïda en Irak - au chômage et à la marginalité (...) Outre ce sentiment d’exclusion et de marginalité, il existait un profond rejet du niveau de corruption spectaculaire... (...) L’exécution des organisateurs des pénuries et de divers trafics est d’ailleurs largement mise en scène sous l’égide de l’Etat islamique avec, notamment, des décapitations et des crucifixions (...) L’avancée de l’Etat islamique profite beaucoup de la «comunautarisation» de la scène politique irakienne, qui se traduit dans ces régions par un accord explicite entre certains dirigeants kurdes... et l’Etat islamique (...) A l’Etat islamique le rôle de mettre en déroute l’armée irakienne, en échange de quoi les peshmergas, les combattants kurdes, ne feront pas obstacle à l’entrée des troupes djihadistes à Mossoul (...).

Surtout la coalition anti-daech n’a strictement aucune perspective à offrir aux populations qui se sont ralliées à l’Etat islamique, ou bien qui se sont résignées à sa domination comme un moindre mal par rapport aux régimes oppressifs sous lesquels elles ont souffert en Irak et en Syrie».

Pierre-Jean Luisard: «Le piège Daech, l’Etat islamique ou le retour de l’histoire» (ed La Découverte, 13,50 euros).



(*) Lorsque les premiers conseils du Réveil («Réveil» tribal, ou Sahwa en arabe, organismes tribaux) émergent en plein chaos irakien, ils sont le fruit des attaques systématiques perpétrées contre les tribus. L’Etat islamique leur dispute leur autorité sociale et politique, ainsi que la mainmise sur la contrebande pétrolière que Saddam Hussein leur avait concédée dans les années 90, sous l’embargo, en contrepartie d’une sécurisation des frontières. (voir l’article de Libération «Contre l’Etat islamique la carte tribale» 14 sept 2014).


lundi 30 novembre 2015

AUTOPSIE D'UN MONTAGE PROPAGANDISTE DE FRANCE 2



 UN JOUR DE PLUS DE PROPAGANDE DANS L'HISTOIRE DE LA FABLE TERRORISTE



La COP21, cette conférence mondiale sur le climat des grands capitalistes et du lutin Hulot, cornaquée par les plus gros pollueurs, ne nous intéresse pas du tout. Ces hypocrites réchauffeurs bellicistes causent oxygène pour la pérennité de leur hausse tendancielle du taux de profit en parrainant les pires guerres dans le monde et en étouffant les millions de prolétaires au travail. Pas plus que ne nous émeuvent les échauffourées des marginaux « djihadistes verts » (cf. comme Caron l'herbivore) – avec tenue d'émeutier Décathlon ou coiffe américaine rasta en vogue - avec la police place de la République (endeuillée) qui les a un quelque peu tirés par les cheveux en GAV. Ce spectacle altermondialiste avec ses Pinocchios d'estrade et ses Gnafrons de rue, ne pourra faire oublier de sitôt la barbarie en plein Paris.

Face aux appels enamourés des bobos parisiens excités, il vaut mieux parfois rester devant sa télé1. « Un jour dans l'histoire : de Ben Laden à Daesh, docu de propagande diffusé en plein dimanche soir, heure de plus grand suivi national du « programme » télévisuel, aura fait l'objet d'une promotion soignée comme pansement psychologique, pour ne pas dire bourrage de cervelle, après les massacres à Paris. Tous les magazines hebdomadaires jusqu'à la radio d'Etat, France info, n'ont pas atténué leurs louanges pour pousser les spectateurs, déjà gavés des commentaires répétitifs et insipides sur le terrorisme en général et ses tueurs en particulier. Appel d'offre de l'Obs :
« Pour éclairer les récents événements France 2 bouscule (sic) sa programmation et ouvre une soirée spéciale avec un documentaire exceptionnel, à la fois pédagogique et captivant, qui plonge aux sources de Daech » (télé OBS, fin novembre).

Première grande fable, qui va être serinée tout le long : l'imprévoyance des Américains. En mai 1998, Clinton aurait fait annuler un projet de kidnapping de Ben Laden : « En Occident on avait tendance à penser qu'un barbu qui mange de la chèvre grillée dans le désert était un abruti ». Le moment fondateur aurait été la prise d'otages massive à la Mecque le 20 novembre 1979 (premier jour de l'an 1400 du calendrier musulman) par 200 ou 300 islamistes armés aux ordres d'un nouveau petit caporal historique, après Napoléon et Hitler, un certain Juhayman al-Otaybi2. Or la famille Ben Laden est mêlée à l'affaire et Khomeini en Iran ne se prive pas de crier sur tous les toits que c'est un coup de la 3. Le plumitif nous entraîne dans la version romancée qui va nous être servie le dimanche qui suit ; on apprend que Ben Laden « tisse sa toile », que « la CIA tombe des nues devant la taille et la modernité de l'organisation », que Ben Laden « ne l'envoie pas dire : « Les Américains ont commis une absurdité sans précédent en attaquant l'Islam et ses symboles les plus importants ». Nouveau scoop, nouvelle négligence US, un drone a été envoyé pour tuer Ben Laden mais hélas – le suspense se corse - « il n'était pas armé car CIA et armée s'étaient disputés pour savoir qui paierait ».
CIA. Un peu partout des ambassades américaines sont attaquées. Si certains en ont tiré ultérieurement la théorie d'une gouvernance mondiale par le chaos, personne n'a encore théorisé plutôt une gouvernance par la victimisation – en guerre il vaut toujours mieux passer pour l'agressé : les Etats-Unis, après leur défaite au Vietnam, ont tiré les marrons du feu, idem en Somalie puis successivement dans divers pays arabes. Sous une réputation d'affaiblissement de leur « empire » ils gouvernent toujours le monde, mieux encore évidemment après la chute du bloc de l'Est
Confondant mon cher Watson lorsqu'un rapport de la CIA annonçant un possible Armageddon en Amérique est remis à Bush : « il la range dans un tiroir »4.
Dans la succession des spécialistes, assis bien au chaud, qui se succèdent dans les émissions dites documentaires des télés américano-anglaises, toutes ainsi façonnées, une guinche nommée Cynthia Storer est chargée de postériser la fable : « Notre administration en était restée à la guerre froide. Elle ne comprenait pas qu'un groupe non gouvernemental (sic) puisse être aussi fort qu'un Etat ».
Toute la fabrique de Daech est ainsi résumée te on retombe en plein dans la fable qui régit les médias qui explique tout mais qui n'explique rien. Le résumé du Figaro est assez fidèle et vous dispensera de replay :

France 2 : al-Qaida, les racines du mal

CE SOIR À LA TÉLÉ - Un jour dans l'histoire retrace près de quarante ans de terrorisme islamiste, d'Oussama Ben Laden à Daech.
« Comment en est-on arrivé aux attentats du 13 novembre? Pour répondre à cette question, Laurent
Delahousse propose, ce dimanche sur France 2, un documentaire qui retrace l'histoire d'al-Qaida et montre comment Daech est l'héritier de l'organisation créée en 1998 par Oussama Ben Laden. Riche de témoignages de spécialistes et d'images d'archives, Aux origines du djihad décrit la montée en puissance du terrorisme islamiste depuis près de quarante ans. Il pointe du doigt la difficulté, voire l'incapacité, des Occidentaux à prendre la mesure de la menace. Et les erreurs commises par les démocraties en général et les États-Unis en particulier.
Le documentaire commence par replacer Oussama Ben Laden dans le contexte historique. Le 20 novembre 1979, alors que le futur chef d'al-Qaida n'est qu'un étudiant de 22 ans, a lieu une attaque terroriste contre la grande mosquée de La Mecque. Un groupe d'extrémistes musulmans de diverses nationalités effectue une prise d'otages et tue plusieurs centaines de personnes. La mosquée est libérée par l'armée saoudienne le 4 décembre avec l'aide de la France et du GIGN.

Banni d'Arabie saoudite

À cette époque, le jeune Oussama, fils de la puissante famille Ben Laden, proche des autorités saoudiennes, est loin d'être un terroriste. Contrairement à ses nombreux frères et soeurs partis étudier en Occident, il est resté au pays et a reçu une éducation religieuse stricte. C'est tout naturellement qu'en 1980 il accepte l'offre des services secrets saoudiens d'aller rejoindre l'Afghanistan pour combattre l'Union soviétique.
Le jeune millionnaire s'investit corps et âme dans sa nouvelle mission. Il recrute des djihadistes qui viennent de l'ensemble du monde musulman pour faire plier l'URSS, avec le soutien des États-Unis, en 1988. Cette même année, Ben Laden rencontre, au Pakistan, le chef terroriste égyptien Ayman al-Zaouahiri, avec lequel il a créé en secret al-Qaida (La Base).
De retour en Arabie saoudite en 1990, Ben Laden se radicalise et devient anti-américain. L'invasion du Koweït par l'Irak, alors que les Saoudiens refusent l'offre de Ben Laden d'intervenir avec ses djihadistes, marque une rupture. Banni de son pays, Ben Laden s'exile au Soudan. Là, il devient un terroriste qui finance des attentats dans le monde entier. Il faudra attendre 1995, après la première attaque du World Trade Center en 1993, pour que la CIA soupçonne Oussama Ben Laden.
Ce dernier retourne en Afghanistan en 1996. Le terroriste prête allégeance au Mollah Omar, le chef des talibans. Al-Qaida est dirigée par Ben Laden et al-Zaouahiri, et par l'ingénieur pakistanais Khalid Cheikh -Mohammed. L'organisation, moderne et structurée, se développe. Ce n'est que huit ans après sa création que la CIA découvre son existence... En mai 1998, l'agence américaine prévoit d'enlever Ben Laden, mais Bill Clinton juge la menace trop faible et annule l'opération. Dans la foulée, le Saoudien menace les Américains de les frapper sur leur sol. Ce sera le 11  septembre 2001. Le documentaire dénonce l'incapacité du pouvoir américain à prendre au sérieux al-Qaida et considère la deuxième guerre du Golfe en 2003 comme une erreur. Enfin, il analyse l'engrenage qui a mené à la naissance de Daech, sur les ruines de l'Irak »5.

AUTOPSIE D'UN MONTAGE PROPAGANDISTE DE FRANCE 2

La soirée spéciale « pédagogique et captivante » ne fût que la resucée habituelle, comme chez Arte ou LCP d'émission prédigérées anglaises ou américaines. Je n'ai dû qu'à mon œil exercé de saisir les les sources du documentaire « exceptionnel » au générique de fin passant de manière ultra-rapide, compilation présentée mensongèrement par Delahousse comme le fruit d'un an de collage d'archives de ses congénères ; ce qui est faux à l'évidence et n'a probablement demandé que deux jours de travail à leurs archivistes pour concocter une dizaine de chapitres fantaisistes aux images repiquées à vice news (sic) filiale de vice media, situé à New York, une espèce de conglomérat libéral-gauchiste qui possède une presse, une télévision et une maison d'édition. Ils servent de source à la plupart des médias européens. France 2 est cliente depuis longtemps6.

PREMIER mensonge : tout part de « l'axe du mal », cette bonne vieille théorie américaine pour dénoncer leurs adversaires impérialistes ou la muleta mondiale, le terrorisme : « les racines du mal », ajout complaisant du Figaro. Qui prétendra que les médias ne sont ni complices ni uniformes ?
DEUXIEME mensonge, devenu habituel et indétrônable depuis le 11 septembre 2001, les Etats-Unis et leurs services secrets NE SAVAIENT PAS, comme je le rapporte en introduction. Cela restera l'idée centrale du scénario tout le long. Delahousse, qui veut garder sa place de beau Serge qui explique tout, n'allait pas déroger avec ses collègues scénaristes dans l'ombre, à la pieuse et sévère rengaine de l'innocence de la puissance militaire la mieux outillée en surveillance électronique de la planète depuis des décennies.

TROISIEME mensonge, le « documentaire exceptionnel » allait être suivi d'un « débat » ; pftt, de débat il ne pouvait y avoir concernant la guerre en cours, ni débat démocratique avec opposants qui eussent pu glisser des vérités gênantes pour la doxa capitaliste occidentale, poser de vraies questions, ni échanges honnêtes sur les conditions du bourrage de crâne en période de « lois d'exception ». Le petit minet télégraphiste Delahousse aura psalmodié la « discussion » (à sens unique) avec ses phrases innocentes entre les séquences sur le ton de la confidence, sous le sceau de l'info qui vous distille des secrets d'Etat au tout venant ; pour finir par donner la parole (sic) aux « spécialistes », A.Chouet ancien chef secret auteur d'un livre éclairé sur le géomilitarisme, le tunisien bardé de diplômes Guidère champion de la théorie du « loup solitaire », le recordman de livres sur la banlieue Kepel et un obscur visiteur de djihadistes pour la partie psychologique. Sans oublier le sphinx Hubert Védrines pour la fine bouche. On n'a pas jugé utile d'inviter lèche botte Filiu.

Manque de pot, tout cloche dès le début, comme si le film avait été monté à l'envers. Tout commencerait avec l'attentat oublié à la MECQUE en 1979, où certes, une bande d'islamistes forcenés prennent en otage les pèlerins (riches, faut-il le rappeler) pour déstabiliser la royauté pétrolière sadique (voir ma note 1). Coup de chapeau au passage à l'étrange coup de main de notre super GIGN avec les cow-boys célèbres Prouteau et Barril (sans pétrole), conseillers gaziers pour l'évacuation des longs tunnels de la Mecque.

Ne s'est-il pas passé d'autres événements, probablement plus importants, manifestant par exemple des fractures majeures entre les blocs impérialistes, qui allaient devenir béantes dix ans plus tard, par exemple l'invasion russe de l'Afghanistan ? Non, l'enfumage est délibéré, en commençant par la petite histoire, Delahousse et sa bande d'intellectuels de gouvernement, savent très bien qu'on les attend au tournant, et c'est pourquoi ils termineront avec un dernier chapitre (aussi fumeux) sur les conflits inter-impérialistes. Mais le « mal » aura été injecté en axe dans la tête molle du spectateur lambda lassé par les tonnes de pleurnicheries sur le coup dur à Paris : la saga du méchant mais beau (sic) Ben Laden aura empêché toute réflexion sur les causes de la nouvelle forme de guerre mondiale, le terrorisme, faisant passer jusqu'au ridicule la sainte Amérique pour une blanche colombe qui défend « la civilisation ». Le CCI qui était moqué par les autres petits groupes du mouvement maximaliste parce qu'il parlait de mystifications de la bourgeoisie, a tout à fait préfiguré ce dont certains sociologues sont avertis désormais, et peut confirmer comme il l'a fait dans des articles récents l'installation des mythes qui paralysent toute conscience politique et empêchent toute réflexion critique sur la classe dominante...depuis Washington :
« Au cours des huit dernières années, on a assisté à une explosion de mythes médiatiques dans la culture américaine. Les grands médias commerciaux, les pontes qu’ils soutiennent, et les politiciens des deux grands partis chantent tous le même refrain : « Depuis le 11 septembre 2001, tout a changé. » Des chaînes câblées aux stations de radio en passant par les blogs et jusqu’aux réunions publiques, les Américains entendent sans cesse dire que « nous vivons dans un monde post-11-Septembre ».
Comme pour rappeler en permanence la marque de fabrique idéologique, victimaire radotage quand tu nous tiens, le mythe de la menace terroriste surprise a bien été lancé en 2001 avec les terribles attentats contre les tours symboles du capitalisme vertigineux, la fable est devenue conte à mourir debout : les services de renseignement auraient constamment ignoré les nombreuses mises en garde de gugusses de second plan qu'on nous exhibe à l'écran. 19 salauds de terroristes auraient réussi à prendre le système de défense hyper-sophistiqués de la bourgeoisie américaine par surprise, détourner 4 avions, et en faire écraser 3 sur des cibles qui symbolisent le capitalisme obscène et le meilleur big brother du monde !
Tout est loin d'être fantaisiste dans L'effroyable imposture de Thierry Meyssan, rapidement diabolisé et mis à l'index des salauds négationnistes. Dans une interview au quotidien saoudien Al Watan, Thierry Meyssan compare le 11-Septembre à l'incendie du Reichstag par les nazis7, qui permit à Hitler de désigner des boucs émissaires (un militant maximaliste hollandais et les communistes allemands) et de justifier leur dictature naissante sous couvert de défense de la démocratie face au terrorisme « rouge ». Thierry Meyssan a basé son décryptage de montages grossiers et d'un certain nombre d'absence de preuves, parfois erratique, sur un constat vrai : le groupe d'Oussama Ben Laden en Afghanistan avait été créé par les États-Unis pour lutter contre l'influence de la révolution iranienne et bloquer l'avancée impérialiste russe.

Le parti pris d'inverser la problématique du terrorisme à partir de l'infinitésimal (l'individu qui dominerait l'histoire) pour aller au planétaire géopolitique (qui fait moins brutalement léniniste que le terme inter-impérialisme), du microcosme au macrocosme est typique du discours politique bourgeois. Ainsi en partant de votre village ou du coin de votre quartier vous comprendrez pourquoi il y tant d'embouteillages en ville et que les policiers sont là pour vous éviter de vous faire écraser. Oussama Ben Laden devient dans le récit une sorte de Jacquou le Croquant ou de Thierry la fronde
des grottes afghanes. Ils échappent tout le temps aux vrais seigneurs de la guerre. Il est intelligent, plus intelligent que tous les services secrets du monde. James Bond est un triple zéro à côté, en plus maintenant il est petit et moche, quand Oussama étalait ses deux mètres, avec une canne, et exhibait cinquante centimètres de barbe.
Delahousse glisse de sa voix de minet : « Oussama comprend le sens de l'histoire ». C'est le pont d'Arcole avec Napoléon qui pose pour un selfie. L'impérialisme russe est complètement absent de la formation scolaire du jeune fils de riche. Le zoom (de Une blague dans l'histoire) reste figé sur הַר מְגִדֹּו / har M'giddo, transcrit Ἁρμαγεδών / Harmagedốn en grec), avec fiston Bush qui lanterne encore à la veille de la destruction spectaculaire des twins. Le minet télévisé nous glace en décrivant les salauds de poseurs de bombes « humaines » qui se baladent tranquilos à l'aéroport. Et précision importante pour la suite du feuilleton (et la simultanéité offerte par cette merveille de cinéma moderne) :  « au même moment (sic) Ben Laden rentre dans sa caverne ». Le récit se précipite : « les Etat-Unis n'ont plus le choix, ils attaquent les talibans », devient haletant : « Ben Laden doit battre en retraite ». Il est cerné heureusement. Les fiers boys US vont-ils alpaguer de deuxième criminel de tous les temps après Hitler ? Non, rage Delahousse : « Comme par hasard, la Maison blanche préfère confier l'opération aux talibans du cru et pas à ses hommes. Ben Laden s'enfuit ». C'est rageant. Paf encore deux cent morts lors du double attentat à Bali en 2002. Les années tournent : « la pression monte », égrène Delahousse. Il faut bien glisser quelques vérités sur les manières US, pour ne pas faire trop lèche-botte. Oui Saddam Hussein sert de bouc-émissaire. Oui l'histoire des armes de destruction massive ont été une manip massive. Coup de chapeau à notre gargouille nationale, recyclé VRP des Emirats et du Koweit, la perche Villepin en Jaurès de carton, vieil éphèbe hautain dont les faucons américains « ne tiennent pas compte ». En neuf mois, Saddam est occis alors que Daech prospère depuis trois ans.
Oussama la fronde. Il est enrôlé par les services saoudiens, ce qui n'est pas un scoop puisqu'il fait partie des plus puissantes smalas saoudiennes. Il fait ensuite son tour du monde mystique, manière sans doute de se « radicaliser » parce qu'il n'a aucun problème pour payer ses billets d'avion. Il se fait des potes peu recommandables, ce qui est normal car ses parents ne l'accompagnent pas : Azzam et Zawhiri, des types plus barbus et plus moches que lui. Non la radicalisation intervient après sous l'influence des deux potes, et surtout après l'invasion du Koweit par Saddam Hussein qui donne l'occasion aux sales ricains mécréants de poser leurs sales pieds sur la terre sainte. Le pillage des truands de la monarchie pétrolière du Koweït aurait dû ravir Oussama la fronde s'il avait été du côté des pauvres plutôt que des riches qui se moquent des croyants de base, non ? Paradoxalement le royaume pétrolifère saoudien aurait refusé l'asile au touriste Oussama. Delahousse nous narre le projet d'ouvrir une première boutique islamiste au Soudan et lâche le morceau du mal : « Oussama va inventer le terrorisme ». Moi téléspectateur frémir. Puis les épisodes se succèdent : premier attentat en grande partie raté à New York en 1993, attentats en série en France en 1995. L'année 1996 conclut le chapitre six avec l'arrivée des nouveaux poteaux, les anti-rock and roll Talibans. En 1998, deux ambassades US sont touchées. Clinton ne prend toujours pas au sérieux Obama la fronde. En 2000, un bateau américain est visé au Yemen. Les événements meurtriers défilent sans autre signification ni cause qu'un terrorisme tombé du ciel. Le suspense delahoussien est à son comble quand il nous dicte que, au début de son mandat en 2001, Bush empile dans ses tiroirs les rapports sur le terrorisme et va jouer au golf. Le chapitre 10 va mettre en scène Armaggedon (de l'hébreu:
A.Chouet et chargé de glisser un constat qui jette le trouble sur l'innocence américaine : « Les Etats-Unis ont donné le pouvoir aux chiites en Irak... ce qui développe le terrorisme sunnite » !
Nous en sommes déjà au chapitre 12 qu'on sent approche l'heure de Daesh, cela avait été un peu longuet et réchauffé sur Al Qaïda avec les images de Vice production. G.Kepel, le brave analyste de nos banlieues désespérées et a-ban-don-nées, débarque avec les derniers sms : « Il faut viser l'Europe. Les Etats-Unis sont trop forts (sic). Avec Daesch l'Europe sera désormais la nouvelle cible ». Décidément toujours en retard d'un train et au courant de rien, les Etats-Unis « restent focalisés sur Ben Laden ». Mai 2011, Obama annonce que Ossama Ben Laden a été enfin zigoullié.

Après Thierry la fronde, voici en 2012 Josh Randall Bagdadi. Au tour du co-scénariste M.Guidère de peaufiner le tableau du « projet politique planté par Ben Laden... nouveaux attentats. Depuis 40 ans
l'histoire se répète sans qu'on arrive à enrayer l'islamisme et son pouvoir de contamination ». Ce type qui semble avoir été longtemps à l'école, a-t-il entendu parler du capitalisme et des guerres impérialistes ? Ou préfère-t-il rester auteur de bandes dessinées ?
Nous avons droit à tous les clichés sur la création de Daesch : conglomérat des anciens officiers de S.Hussein au chômage, 50.000 hommes de troupe dans 110 pays, organisation terroriste la plus riche, manne pétrolière à dos de chameaux, esclavage sexuel, etc.
Pour Kepel, plus sceptique, Daesh est une nébuleuse. Son explication complémentaire pour comprendre les attentats à Paris est plus nébuleuse encore : « on voit bien que c'est un groupe français géré à la base ». La plupart des terroristes convertis étaient des athées et de lister les filières en France : Grenoble, Ariège avec l'imam blanc, les Buttes Chaumont, Lunel. C'est tout ?
Voici enfin un spécialiste en psychologie, David Thomson, l'air juvénile et mal rasé. Il va expliquer pourquoi Daesh a fait de la France son ennemi : Mali, Irak... Il y a du personnel francophone pour tuer les français, et pour cause : « une dizaine de français sont montés dans la hiérarchie de Daesh ».
Pourquoi qu'ils tuent, hein ? Ose le freluquet blondinet. « Ah ils ont cette violence de la délinquance en eux ». Ils gardent un souci familial, le djihad n'est-il pas un nomadisme ? « La nouveauté du djihad est qu'on embarque femme et enfants ». Tant mieux cela nous créera des milliers de nouveaux abrutis.
N'est-ce pas qu'ils sont radicalisés dans les mosquées ? Ose Lahousse avocat du diable.
Du tout répond le psychologue visiteur de terroristes, en Tunisie oui, pas en France.
Pourquoi quittent-ils la France ?
Pour rejoindre leurs potes de quartier et ils croient qu'ils vont vivre un moment apocalyptique, et leur violence est l'application de la charia. Il y a des listes de volontaires . Etre admis à partir est une consécration.

Le chapitre 13, qui aurait dû être le premier : Quelle guerre ? Qu'est-ce qui se cache derrière ? Le rôle des grandes puissances ? Le fond du sujet est abordé seulement vers les 23H, heure où la plupart des prolétaires se lavent les dents avant d'enfiler le pyjama ou autre chose, et n'ont pas envie de copier cette émission hétéroclite ni se taper le replay. C'est comme au lycée dans les sixties, on n'arrivait qu'à la veille de 14-18 au bac.

Le spectateur relève un œil qui commençait à s'affaisser face au suspense longuet d'Oussama la fronde. Delahousse émet un vœu, marqué par les promesses de front uni du chef des armées françaises : « Daesch pourrait se retrouver seul contre tous ? ».
L'avant dernier spécialiste décrit les deux blocs qui se font face, selon lui : « le bloc anti-Daesh, l'Iran avec Assad et la Russie ; et le bloc sunnite avec Al Nostra et le Kurdes, plus une alliance tactique comprenant l'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie. Pas terrible en géopolitique le spécialiste, parler de blocs en ignorant USA et Russie même un lycéen de 4 ème oserait pas.
Enfin voici le sphinx. Il zozote mais en connaît un rayon. Même s'il dit peu ou laisse planer un max de malentendus il est toujours passionnant à écouter. Il sait à peu près tout en diplomatie mais ne dit rien de compréhensible pour l'électeur de base et le spectateur bête.
Il défend Hollande suite à « notre tragédie ».
Timidement le beau Serge de France 2 se permet un : « faut-il anéantir Daesh ? »
Védrines parle clair quand il veut: « chaque pays laisse le boulet à la France. Une intervention militaire ne génère pas forcément toujours le chaos. Voyez la libération du Koweït. On ne peut pas disculper les pays de l'islam de leurs propres guerres internes. Tout n'est pas de la faute aux occidentaux. L'Orient est compliqué. La Turquie veut empêcher l'autonomie des Kurdes. Ils n'ont jamais vraiment combattu Daesch. L'Arabie Saoudite ne finance pas directement mais laisse circuler l'argent... il y a une irresponsabilité. L'Iran est au pied du mur. Obama a été élu pour extirper l'Amérique des impasses de Bush... La France a besoin d'Obama et de Poutine. Faut faire bouger Obama. Les pays de la région devront prendre leurs responsabilités ».
A aucun moment le larbin de France 2 ne pose les questions qui fâchent, par exemple : et si la bourgeoisie française stoppait ses bombardements est-ce qu'elle ne connaîtrait pas la paix intérieure comme l'Espagne qui avait retiré son armée après les attentats de 2005 à Madrid ?
J'imagine que Védrines aurait répondu que l'Espagne n'est pas une ancienne puissance coloniale, et qu'elle n'est pas la principale armée déléguée pour défense (limitée) de l'Europe, que donc la France est condamnée... à la prolongation de la guerre qui ne dit pas son nom, et à d'autres attentats douloureux et désespérants « téléguidés » non par une vague bande de voyous djihadistes mais des puissances intermédiaires ou même « l'ami américain » ou une des factions US de l'empire pétrolier... Qui survivra verra.

Une analyse pur jus hollandais donc du noble Védrines, en demi-teinte mais qui ne cache pas l'échec du regroupement contre Daesch. La bourgeoisie française est même lâchée par l'allemande qui ne veut pas s'en mêler (« l'Allemagne n'est pas en guerre avec Daesh ») parce que Daesh l'arrange aussi comme son amie la Turquie... étrange, très étrange monde obscur des rivalités impérialistes souterraines dont le terrorisme est à la fois l'encens, le bouc-émissaire et le pare-choc !
Un vieux texte du CCI le disait mieux que ça : « Au niveau international, le but réel de la guerre contre le terrorisme n'est pas tant de le détruire, mais de réaffirmer avec force la domination impérialiste de l'Amérique, qui reste la seule superpuissance dans une arène internationale caractérisée par de plus en plus de défis à l'hégémonie américaine  (…) Si l'Etat américain n'a pas hésité à orchestrer un attentat sur son propre sol, ce n'est pas au profit d'une quelconque petite clique mais dans l'intérêt impérialiste de toute la nation. Le but était de justifier
l'invasion guerrière de l'Afghanistan puis de l'Irak»8.

Le mignon de France 2 conclut son émission bâclée et poussive par un à quoi bon :  « deux heures de décryptage, certes insuffisant ». Non totalement confus et de parti pris pro-US.









1J'ai été m'acheter des chocolats en Belgique et du bon whisky. Il n'y a plus la possibilité de recréer des frontières classiques, mais présence d'une douane aléatoire, ralentissement circulaire de la circulation aux embranchements de l'autoroute après Dunkerque, qui provoque un bel embouteillage, puis vous passez devant une camionnette de CRS. Trois flics, mitraillettes en main vous dévisagent quand d'autres, en civil, mitraillette chargée, sont de l'autre côté de la route, certainement avec blanc seing pour tirer. Franchement, n'importe quel terroriste a toutes les chances de passer sans encombre, s'il n'a pas trop mauvaise mine, et une chance sur mille de devoir ouvrir son coffre. Cet étalage a plus pour effet d'effrayer la plupart des automobilistes et de les replonger dans l'ambiance terreur terroriste ! Pas vraiment de se sentir protégé par la police.
2Toute la lumière n'a pas été faite sur cette étrange attaque pour déstabiliser la pétromonarchie saoudienne, où des centaines de croyants et de troufions ont été massacrés dans des conditions épouvantables – même si le pèlerinage à la Mecque est devenue un lieu de mort où souvent des bousculades ont provoqué de centaines de morts . Si la plupart des preneurs d'otages sont décapités en 1980, deux sont étrangement exfiltrés parce qu'ils sont... américains : « Il n'est pas possible pour Riyad ni pour Washington de reconnaître que des citoyens américains, fussent-ils des activistes musulmans, ont pu participer à l'attaque. Ils sont donc restitués à la CIA, qui les rapatrie en territoire américain. On n'entendra plus jamais parler d'eux » (Yvonnick Denoël, « 1979 : guerres secrètes au Moyen-Orient, p.167). Lire aussi : http://religion.info/french/articles/article_364.shtml#.Vlvc9-IqGKI
3L'interprétation du Réseau Voltaire est invariante, ils se situent du côté de l'impérialisme russe comme la plupart de l'extrême droite : « Alors que Thierry Meyssan montrait, dans un récent Focus, que l’attaque militaire perpétrée à Paris le 13 novembre était le fruit de l’engagement terroriste de la France, Manlio Dinucci poursuit cette logique. Il explique que cette crise entre les puissances sponsors du terrorisme fait le jeu de Washington. Après avoir eux-mêmes initié, en 1978, l’usage du terrorisme en Afghanistan contre l’Urss, les États-Unis observent avec délectation leurs élèves (la Turquie, l’Arabie saoudite et la France) se déchirer. Il ne restera d’autre État que l’Empire » (Mario Dinucci, dont l'article, court, est excellent de lucidité sur la cause des attentats à Paris : http://www.voltairenet.org/article189306.html. Sur le webzine Le grand soir, on trouve des articles intéressants sur la stratégie du chaos, un peu trop anti-américains primaires, par ex. : http://www.legrandsoir.info/la-strategie-du-chaos-des-neocons-touche-l-europe-consortium-news.html. Ce site est bizarre et semble désormais investi par le marais de l'extrême droite : http://www.article11.info/?Le-Grand-soir-analyse-des-derives
4Aucune image ne montre ce geste, mais par contre, on se souvient très bien que l'annonce de l'attaque des tours de New York est faite en direct à Bush en train de visiter une école. Premièrement il ne manifeste aucun étonnement. Deuxièmement il continue à vaquer à sa visite scolaire sourire aux lèvres. Bizarre, vous avez dit bizarres ces fractions américaines en compétition même sur leur propre sol..
5Le journaliste Blaise de Chabalier.
6Leurs documents sur le terrain, d'autres que celui-ci réchauffé et rendu pesant par les reconstitutions nunuches avec figurants floutés, peuvent être cependant intéressant. Ils ne peuvent être diffusés à la télé à cause de la foule de crétins qui admirent nos « nouveaux nazis », mais ces derniers peuvent en profiter sur you tube. Le reportage suivant est stupéfiant sur « la fête au village islamiste », prouvant que, contrairement aux sirènes, une fois aux manettes les tarés appliquent bien le coran normal, dit soft, avec charia et terreur sur la population ; il faut se rendre compte que, perçu par les déjà convertis ou les curieux non assimilés et dans l'errance du ghetto, ce genre de documents leur fait plaisir ! Voir : https://www.youtube.com/watch?v=AUjHb4C7b94
7Evénement lui-même embouteillé par une foule d'interprétations, de diatribes et de stigmatisations, où, souvent, les gauchistes suivistes, voire les anars ultra-gauches mettent Van der Lubbe dans le même sac que les incendiaires nazis.
8https://fr.internationalism.org/icconline/2011/qui_sont_les_veritables_auteurs_des_attentats_du_11_septembre_2001.html article rédigé par le regretté camarade américain Jerry Grevin (qui m'avait invité chez lui à New York)