"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

samedi 16 octobre 2010

SARKO PAS ENCORE K.O. ?

RECAPITULONS LA STRATEGIE D’EPUISEMENT ET DE DISPERSION DES SYNDICATS GOUVERNEMENTAUX et de leurs complices gauchistes

(Ce samedi 16 octobre 2010, cette contribution a été également publiée ce matin sur LE POST, mais retirée immédiatement par la lâche rédaction journaleuse de ce site bienséant)

UNE SUITE DE JOURNEES D'ACTION PLUS NOMBREUSES QUE NE LE RAPPELLE LA PRESSE BOURGEOISE/

- JA du 23 mars
- JA du 26 mai
- JA du 24 juin
- JA du 7 septembre
- JA du 23 septembre
- Procession syndicale du samedi 2 octobre
- JA du 12 octobre
- Procession syndicale du samedi 16 octobre
- JA du 19 octobre ( ?).
La tactique d’épuisement des syndicats d’Etat, en lien permanent avec la Préfecture de Police s’est déroulée jusqu’ici comme un entrainement sportif : séquence espacée d’abord pour voir si le marcheur tenait la distance, puis accélérée pour lui faire prendre conscience de ses limites et laisser ses entraîneurs s’occuper de ses prochaines compétitions.
Le mouvement de protestation n’a pas oublié l’échec de 1995, ni les réformes de 1993, 2003 et 2008. Certains se souviennent encore que le bonze Chérèque avait été chassé de la manif à Paris en 2003 et Thibault également mais en 2007. Pourquoi alors ce succès paradoxal des manifestations sans remise en cause des appareils de collaboration à l’Etat ?
Dans le mouvement ouvrier il s’écoule généralement de longues périodes où les masses cherchent obstinément toutes les voies légales pour se faire entendre. Elles peuvent buter contre un mur, se laisser égarer momentanément, êtres défaites mais ce qui a été défait revient toujours tôt ou tard sur le tapis de la rue dans le deal des classes. Depuis le début de l’année on pouvait pester contre le caractère moutonnier, cyclique et répétitif de gentils défilés carnavalesques suspendus à la programmation syndicale suivante. La bataille des chiffres sembla même un temps suppléer à la bataille des classes. Les chefs syndicalistes ont eu beau alterner le chaud et le froid, la menace de grève générale et les grèves partielles, les défilés en semaine et en weekend, enfin en jouant de mille façons sur les mots, ils se retrouvent toujours, plusieurs mois après avec cette masse grouillante qui continue à pousser, qui ne se rend même pas compte qu’elle pousse des bergers affolés.
DES SYNDICATS REPRESENTANTS DE L’OPINION PUBLIQUE DU … GOUVERNEMENT MAIS PAS DES MILLIONS DE TRAVAILLEURS FLOUES DE LEUR RETRAITE ET HUMILIES A CHAQUE FOIS (Balladur est resté en place, Fillon aussi et Juppé va reprendre sa place de premier ministre, ce qui sera son meilleur camouflet à l’humiliation de 1995).
La presse bourgeoise QUI VEUT UN TRIOMPHE SAIGNANT ET HUMILIANT DU GOUVERNEMENT fonctionne en « équipes » complémentaires qui se relaient pour relativiser la durée et l’intérêt du challenge et surtout pour épauler les bergers-entraineurs à la ramasse.
Le 8 octobre on lit ceci : « LES PROPOSITIONS DE L’ELYSEE DIVISENT LES SYNDICATS » (le figaro de vendredi 7) « LES SYNDICATS ENTRE RADICALISATION ET EXASPERATION », titrait du Monde. « LA RADICALISATION DU MOUVEMENT VIENT DE LA BASE » titre de 20 MINUTES (sans préciser que la « base » c’est celle des appareils gauchistes et syndicaux);
20 MINUTES continue à féliciter le CGT de haut en bas et de bas en haut, dont un bonze qui lâche que les préavis de 24 h c’est de toute façon du pipeau sans réelle dynamique au bout d’un an de défilés inutiles. Tout en haut de l’échelle cégété, le discours est beaucoup plus mesuré, on laisse la pagaille assurer un bon sommeil aux ministres du gouvernement : «La CGT n’appelle pas à la grève reconductible (comme à la CFDT). Mais nous, on l’a toujours dit: ce sont les salariés qui décideront de ce qu’ils feront(ah ah!). Si certains veulent reconduire, ils reconduiront», indique le bonze Eric Aubin à 20minutes.fr. A la CFDT, le cynisme est encore plus manifeste, les bonzes « savent » ce que pensent les travailleurs baladés (qui sont ‘en crise ») : «On n’a aucun appel en faveur d’une grève illimitée. Et c’est loin d’être la majorité pour une grève reconductible. Ils sont en situation de crise, ils ne peuvent pas se le permettre financièrement», explique Jean-Louis Malys, secrétaire national du syndicat, à 20minutes.fr. Malys malin rassure le gouvernement avec un langage à la Titi Bernard qui fait « bouger les lignes » et la « largeur » : «La force du mouvement, c’est sa largeur. S’il y a radicalisation, il y a un risque que l’opinion se retourne». La radicalisation n’est donc pas un enjeu mais un « jeu » complémentaire souhaité par les généraux syndicaux, dans la mesure où elle favorisera le « retournement de l’opinion » (les travailleurs bloqués dans les transports et excédés si ça dure contre les excités gauchistes « reconducteurs » à la bêtise illimitée…). Dans la mesure surtout où elle accréditera la théorie gauchiste, trotskienne et anarchiste, que les « directions trahissent » la base et "ont encore trahi" et "faudra les empêcher la prochaine fois de nous trahir". Ainsi seront sauvegardés les appareils en entier sous le soleil de la défaite, si longue à être reconnue. Et on se perdra à nouveau dans la focalisation sur ce « salaud » de Sarko et on déblatèrera sur la crise du syndicalisme… qui aura été vaincu du fait de son très faible nombre de cotisants…
Le 7 octobre, M. Dautanqueue (Michel Noble de cour du Monde) était chargé de modérer les enthousiasmes béats en répercutant les consignes de prudence de Titi Bernard : «D’autant que… La fédération CGT des cheminots qui, avec l'ensemble des syndicats de la SNCF, a déposé des préavis de grève reconductible, fait preuve d'une grande prudence, en soulignant que c'est lors d'assemblées générales, convoquées le 13 octobre au matin, que les cheminots décideront ou non de poursuivre leur mouvement "dans un cadre interprofessionnel et unitaire le plus large possible". Didier le Reste, le patron de la fédération CGT, a déjà prévenu que les cheminots n'entendaient pas être les seuls à porter une grève sur les retraites et n'étaient prêts à continuer qu' "à condition d'être dans un groupe de plusieurs locomotives, de plusieurs secteurs professionnels". Cette position est conforme à celle de Bernard Thibault qui, soucieux de préserver son alliance privilégiée avec la CFDT qui mène le bal au sein de l'intersyndicale, ne souhaite pas jouer le jeu de la radicalisation. (…)
NE PAS SE COUPER DE L'OPINION PUBLIQUE (cette vieille pute)
« Les syndicats, et d'abord la CGT et la CFDT, ont comme préoccupation majeure de ne pas se couper du soutien de l'opinion publique qui se confirme sondage après sondage. Or, une grève longue des transports, alors même que la réforme des retraites ne s'appliquera pour les régimes spéciaux qu'à partir du 1er janvier 2017, au lieu du 1er juillet 2011 pour l'ensemble des salariés et des fonctionnaires, risque de devenir vite impopulaire. De plus la loi qu'a fait voter Nicolas Sarkozy sur le service minimum, ou plutôt le service garanti, dans les transports terrestres, limitera la portée d'un mouvement reconductible » (toujours l’immonde Dautanqueue).
REMARQUABLE TEXTE DE SUGGESTION GOUVERNEMENTALE où l’on apprend successivement par Monsieur DAUTANQUEUE, que :
1. Le syndicat CGT fait preuve « d’une grande prudence » (Noble Dautanqueue répercute pour la énième fois après les autres journalistes que la locomotive CGT du rail français ne veut pas envoyer les cheminots seuls au combat; ni l'ensemble des ouvriers du privé qui ne se font pas d'illusions sur le but du jeu syndical... c'est pourquoi on pousse les... lycéens nubiles en politique à généraliser la dispersion.
2.Cette prudence est « conforme » à celle du chef Titi Bernard,
3.Lequel est « soucieux de préserver son alliance privilégiée avec la CFDT » (qui suce mieux le gouvernement)
4.La CFDT mène le bal au sein de l’intrasyndicale,
5.Comme la CFDT donc Titi « ne souhaite pas jouer le jeu de la radicalisation » (il l’a dit personnellement au journaliste ?) ; (la radicalisation n’est qu’un « jeu »).
6.Titi a ajouté que la radicalisation « ferait le jeu de Sarkozy » doté d’une « inflexibilité à l’arrivée victorieuse » (toujours ce parler abstrait de Titi roi de la cégéti).
7.Titi le démocrate a posé que faire grève (cette incertitude) doit « être discuté partout» (tiens d’habitude le bonze donne des consignes…)
8.Commentaire du journaliste dans le sens de Titi « les grèves reconductibles » dite « radicalisation » sont « incertaines » (« d’autant que » a-t-il précisé) car les grèves (lors des JA) ont « diminué de manière sensible » (= preuve de la réussite de la tactique d’épuisement tout au long de cette année).
9.Le journaliste Dautanqueu en remet une couche (Titi lui dictait au téléphone), il rappelle (ce qu’on avait oublié) la grève de 15 jours des cheminots au mois d’avril qui s’était échouée toute seule (= bien douchés il y a 6 mois les mecs vont pas rempiler pour le beau Serge).
10.« ne pas se couper de l’opinion publique », ah… en voilà un argument de poids pour ne pas se lancer… à l’aventure. L’opinion publique c'est-à-dire « les sondages » nous glisse le journaliste élitaire ne comprendrait pas une éventuelle « reconduite illimitée » d’autant que (one more time) la réforme des régimes spéciaux ne s’appliquera pas en juillet 2001 – c’est Sarko One qui a dû le téléphoner à Michel Dautanque – mais en janvier 2017 ! Quoi vous ne le saviez pas ? Non ! Mais voyons l’opinion des sondages serait d’autant plus affectée d’un mouvement sans limites pour une date aussi lointaine !
11.D’autant que… Monsieur Sarkozy « a fait voter une loi sur le service minimum », laquelle limite de toute façon, précise Monsieur Dautanque, « limitera la portée d’un mouvement reconductible », CQFD !
12.Heureusement (ladite loi ou l’opinion de l’opinion publique ?) « rend de fait impossible les scénarios de l’hiver 1986-1987 (cette horrible grève sauvage de 29 jours).
13.Les autres cons de jusqu’auboutistes des syndicats secondaires FO et SUD, repaires à gauchistes excités, seront forcément ridicules car (d’autant que…) « la logique des grèves reconductibles conduit(ra) ses protagonistes à demander le retrait pur et simple de la réforme » (ils rigolent ou quoi, chuchote Monsieur Dautanque).
14.Monsieur le Président étant de toute façon « déterminé », vous êtes priés de ne pas nous déranger avec vos grèves reconductibles à la con, d’autant qu’elles « risquent d’aboutir à une impasse » (ce que ne veulent ni Titi ni le Ché CFDT).
15.Mieux vaut des miettes que rien du tout dit en substance le pigiste de la courroie de transmission du PCF rabougri, pardon répercute Michel Dautanqueu.
16.D’autant que Titi Bernard a fait savoir que vous pouvez tous pisser dans la mer avec vos grèves reconductibles à la con et contre les cons de l’opinion publique, il faudra voter contre ce gouvernement dans deux ans parce qu’il fait semblant de ne pas être complice avec nous.
Comme vous le voyez, la propagande est extrêmement lourde, et les journalistes accumulent tous (d’autant qu’ils sont au service du pouvoir) plus d’arguments que la terre entière n’en pourrait contenir.
Le journal gouvernemental Figaro pavoise ce samedi avec ses indices:
• « En dépit d'une forte mobilisation contre la réforme des retraites, le chef de l'État et le gouvernement estiment que l'étau se desserre. L'Élysée sent la victoire possible, mais n'ose encore y croire. Une excitation mesurée perce, au détour des phrases. Un optimisme encore voilé, tant le combat pour la mise en œuvre des retraites soulève à droite superstition et inquiétude: même si l'opposition n'arrive toujours pas à opposer de contre-projet crédible, on sait, de l'Élysée à Matignon, que la gauche a toujours été protégée par le talisman de «la rue». On pointe le fait que le baroud d'honneur des ultras de la résistance est à la peine (…) »
DES REVELATIONS : l’envoi des lycéens seulement début octobre était bien un coup planifié par gouvt + manipulateurs de la gauche caviar (veille de la Toussaint) + une météo complice + un gros mensonge qui ne passe pas (y a du boulot pour les vieux OU pour les jeunes, pas pour les deux): « Pourtant, plusieurs indices convergent pour dessiner une sortie de crise. Le premier indice est lié à un hasard du calendrier. «On compte les jours jusqu'aux vacances de la Toussaint. Quand les lycéens reviendront, la réforme aura été votée», confie un ministre. «Cette semaine, il faisait doux et grand soleil. La semaine prochaine il fera froid et gris», se réjouit encore ce dernier. Vendredi, les contre-argumentaires circulaient pour démentir l'idée que les emplois pour les jeunes seraient plus rares si les «seniors» prenaient leur retraite plus tard: «Les études faites dans les pays du Nord démontrent le contraire. Quand le taux d'emploi des seniors est élevé, le taux d'emploi des jeunes l'est aussi. Cela s'explique parce que les seniors ont plus de pouvoir d'achat, et ils tirent la croissance.»
La manifestation parisienne du 16 octobre, se situera Place de la République à Paris, l’heure de départ est fixée à 14 h 30. Un défilé qui aura à sa tête la CFDT, l’UNSA, FO, Solidaires, suivra le parcours suivant : Place de la République, le parcours sera le suivant Boulevard Voltaire pour arriver Place de la Nation. Un défilé, qui aura à sa tête la CGT, la CFDT, le FSU, les jeunes, suivra le trajet suivant : Place de la République, Bastille, Boulevard Saint- Antoine pour arriver Place de la Nation. Récapitulons, Manifestation Paris 16 octobre 2010, horaire 14 h 30, lieu départ, Place de la République, lieu d’arrivée, Place de la Nation. La rédaction du Post informe avec malice sur les lieux prévus par les sergents recruteurs de la gauche caviar et du tintin trotskien qui se prend pour Dany le fourbe: « Mis à part Martine Aubry qui descendra dans les rues de Lille, les principaux leaders de la gauche ont donné rendez-vous dans Paris. PS : Bertrand Delanoë, Harlem Désir, Benoît Hamon se retrouveront dès 13h45 devant le Cirque d'hiver, pour défendre "une réforme juste et durable".
PCF (Pierre Laurent) et Parti de gauche (Jean-Luc Mélenchon) donnent rendez-vous à partir de 14h30 place de la Bastille. Le MRC de Chevènement invite dès 15 h au niveau du métro Chemin Vert à se mobiliser, pour que soit "garanti le système des retraites, unique capital de ceux qui n'en ont pas". NPA : Besancenot appelle à "un nouveau Mai 68", sur le boulevard Beaumarchais, dès 13h30 ».
Hier Titi Bernard, bonze CGT, qui veut sauver son pays depuis le début, (et qui est essoufflé par tant de processions bien ordonnées) a radoté qu’il faut ouvrir les négociations entre les traîtres syndicaux et les traîtres gouvernementaux : « L'objectif en soi des mouvements de grève, notamment dans le secteur de l'énergie, n'est pas de stopper l'activité économique. L'objectif de cette mobilisation c'est bien d'obtenir des discussions pour un autre avenir de nos retraites. Il va bien falloir que le gouvernement aborde le fond du problème ».
Ce crétin n’illusionne aucun prolétaire, même pas ses propres syndiqués. Les réactions sur LE POST sont géniales et apparemment je ne suis pas le seul à avoir pensé à détourner les manifs vers l’Elysée, mais cela fait peur à certains…:
- « (…) j'approuve le mécontentement des gens qui manifestent. Cependant, bloquer tout un pays ne me parait pas la bonne solution. C'est une supposition mais pourquoi ne pas tenter de bloquer l'Elysée ou d'entreprendre des actions de ce genre qui pénaliseront uniquement le gouvernement sans pénaliser le citoyen qui a besoin de travailler au vu des maigres salaires pour une bonne partie ». (Woods)
- « Martine Aubry préconise de tout remettre à plat! D'accord mais ça veut dire supprimer tous les régimes spéciaux, tous les voyages gratuits de la SNCF, Air France, les tarifs EDF des gens qui y travaillent et je suis sur que j'en oublie...Il faudrait aussi baisser la paye des gens qui siègent a Bruxelles, a l'Assemblée nationale, la, au moins nous ferions des économies substantielles, je le pense ».(gogo 6)
- « Thibaut il est maintenant fâché avec Sarkozy après avoir pourtant été si copain ?
Son syndicat ne représente plus rien ». (Hussard)
- « Pouvez vous dire une fois pour toutes le montant du salaire de bernard thibaut ,et surtout et comment fait il sans travailler, et quel sera son décompte lors de la prise de sa retraite, et comment il roule avec un véhicule haut de gamme et en plus un chauffeur, et enfin quelles sont ses propositions, voila si quelqu'un est capable de répondre qu'il le fasse ». (Sauveur de Caro)
- « N'est ce pas la politique de SARKO diviser pour mieux régner Public/Privé, travailleurs smicards contre chômeurs RSA. Méthodes connues trouver un bouc émissaire. Les petits se bouffent entre eux, et les gros se gobergent. Bloquer l'ELysée vous rêvez, avec tout le service de sécurité. Enfin connaissant des policiers, n'importe quel GVT les conflits qui perdurent leur font peur ». (Crack)
- « les syndicats ne choisissent pas le lieu de la manifestation, c'est la préfecture de police qui autorise le lieu et les heures de manifestation une manif devant l'Elysée ? impossible ». (mettalo de retour).
FAIBLES ESPOIRS DONC DE CONCRETISER DE LA SEULE REACTION LOGIQUE ET SYMBOLIQUE CONTRE LA MONARCHIE SARKOZIENNE (*) QUI NE REFORME PAS MAIS PLANIFIE, AVANT LES GOUVERNEMENTS QUI VONT LUI SUCEDER, LA SUPPRESSION DE LA RETRAITE. TOUS LES DIX ANS DEPUIS BALLADUR 1993 ON PRENAIT DEUX ANS DE MALUS ? MAINTENANT C’EST TOUS LES DEUX ANS QU’ILS VEULENT NOUS EN RAJOUTER :
En 2012 : 64 ans au lieu de 62 et 69 au lieu de 67. Puis en 2014 : 66 ans au lieu de 64 et 71 au lieu de 69, etc. La plupart des travailleurs crèvent septuagénaires… alors concluez vous-mêmes !
Autrement dit, s’il n’y a pas de réelles discussions, des AG de rues et une critique frontale du sale boulot des syndicats et des gauchistes, vous pourrez bientôt tous plier vos banderoles et dégonfler les ballons syndicaux et attendre devant votre télé… la remise de médailles par le roi Sarko, devant sa cour de journalistes et d’artistes conseillers, aux chevaliers syndicaux de la collaboration d’Etat.

(*) Ceci dit en mai 68 on avait dévié la manif vers les Champs Elysées mais les CRS l’avaient coupée à la hauteur de chez Vuitton, après avoir laissé les anars faire les cons (c a d pisser sur la tombe du soldat inconnu).

___________________________________
« Je veux rendre un hommage particulier aux partenaires sociaux qui ont fait preuve d’un grand sens des responsabilités » ainsi s’exprimait le Chef de l’État lors de ses vœux le 31 décembre 2009. En mars 2009, Alain Minc, qui se prétendait conseiller du Président de la République déclara lors du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI qu'il avait "la plus grande admiration pour le travail que fait actuellement Bernard Thibault à la tête de la CGT".(mars 2009).

3 commentaires:

  1. Que proposes-tu camarade ???
    As-tu des propositions pratiques immédiates pour les travailleurs en lutte contre le Gouvernement ?

    RépondreSupprimer
  2. Merci de ta question camarade impulsif, mais le problèem est dans ta question laquelle contient deux graves erreurs:
    1. des "propositions pratiques immédiates" cela veut dire quoi et au nom de qui? Quand une voiture est embourbée avant de me précipiter pour la tirer de là, je réfléchis à l'environnement...
    2. "les travailleurs en lutte contre le gouvernement"!!!? cela me fait le même effet que si tu me disais les soldats en lutte contre l'armée adverse, je te demande d'abord qui tient le manche et les travailleurs ont-ils pu exprimer leur avis depuis un an sur la conduite de cette "lutte" vague que tu leur attribue? Pourquoi la presse censure-elle les accrochages et discussions dures en plusieurs endroits contre la tactique de division classique des syndicats? Une nouvelle citation en exergue de ce blog devrait t'aider à réfléchir à reformuler ta question. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  3. Les révolutions ressemblent rarement à l'idée que s'en font les acteurs. Autrement dit, les hommes font l'histoire mais ils ne savent pas l'histoire qu'ils font. Mais cela ne devrait pas limiter le travail d'analyse sur ce qu'il faut détruire.

    Et il est vrai qu'il est dificile, voir présomptueux de jouer au stratège du fond de son réduit.

    Tout ce que je peux constater, c'est qu'un début de lame de fond qui se lève. Cela tient au caractère presque universel de la retraite. Tout le monde est touché, cette réforme se conjugue avec les réajustements "libéraux" catégoriels antérieurs. Les mécontentements parcellaires peuvent se cristalliser sur une réforme générale.

    Je crains que l'on soit à la lisière d'événements importants, la situation est propice à une envie de refonte globale des conditions de vie.

    Grâce à Sarkozy, la situation risque d'être explosive. C'est déjà ça.

    RépondreSupprimer