"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

dimanche 6 décembre 2015

Le Climat de terreur va-t-il réchauffer les classes sociales ?


Par Lou Soliterre


Il paraît qu'on est en week-end électoral en France. Qu'est-ce qu'on s'en branle. Un fauteuil régional pour Mme Le Pen serait une catastrophe, ajouterait le malheur au malheur (dixit bobo NKM). De même qu'on a déposé des bougies pour les morts du Bataclan pour signifier notre amour de la festivité démocratique, de même le bulletin dans l'urne ferait reculer l'engeance terroriste falsificatrice d'une religion de paix et d'amour et surtout le FN qui appelle à zigouiller les gauchistes comme le coran les mécréants. Un recul du cancer abstentionniste confèrerait mutatis mutandis encore plus de robustesse à notre unique porte-avion de rechange d'une des flottes US. Que foutre !

Même pas peur de ne pas aller en mairie faire la courbette à une noria anonyme de petits arrivistes régionaux indifférents à notre sort et pour les légitimer cinq années durant à palabrer, nous faire les poches et plastronner en petits comités de politiciens1. Désespérant pour les tenanciers de bureaux de foin électoral, la préoccupation reste en dehors, concernant cette guerre opaque qui se généralise en ridiculisant toute prétention à un internationalisme de fabrique ou d'usine où le mouvement ouvrier s'arrogeait être le seul véritable « ennemi intérieur » du capitalisme, quand il n'accusait pas la bourgeoisie d'être celui-ci, et en tout cas l'ennemi du genre humain. Les ennemis du genre humain seraient des « loups solitaires », météorite qui a éradiqué les dinosaures ou dinosaures qui se régalent des créatures sans défense ? Pas les avions des riches qui massacrent les populations otages de Daech ou des Etats intégristes ? Pas les souteneurs intellectuels de l'islamofolie ? Le prolétariat a-t-il les moyens d'être ce météorite géant qui viendra faire trembler la planète et éradiquer le dinosaure capitalisme ? Ou la guerre mondiale viendra-t-elle jouer ce rôle pour retourner à l'âge de pierre avec un coran gravé dans le marbre d'une partie sauvegardée de la croûte terrestre ? Armaggedon verra-t-il une grande confrontation entre marsupiaux islamistes et placentaires laïques quand nos lémuriens gauchistes se seront glissés dans les deux camps ?

A la suite du nouveau meurtre de masse à San Bernardino – à l'épicentre du « pays le plus dangereux du monde » 2- apparaît la tribune de deux petits profs universitaires aux Etats-Unis :

« Paris pourrait-il arriver chez nous ?" Leur réponse : probablement pas. "Personne ne devrait paniquer", écrivent-ils, "les musulmans américains sont bien moins attirés par l'EI et son idéologie que ne semblent l'être les musulmans d'Europe". "Pour de nombreuses raisons", estiment-ils, "les Etats-Unis sont un endroit nettement plus sûr"… ».

Raisonnement très ambigu comme s'il s'agissait d'un problème musulman ? Partiellement musulman ? Exclusivement musulman ? Tous les musulmans d'Europe seraient-ils recrutables, radicalisables et suicidaires ? Comme par hasard Daech officiel (?) - qui annexe n'importe quel crime réussi dans le monde - vient confirmer la théorie obamesque du « loup solitaire », l'officine en invente tous les jours, qualifiant ses représentants indirects (?) de « partisans », ce qui pour le FBI servile s'apparente plutôt à une opération de « loups solitaire(s) » ; déjà le pluriel est pourtant de mise - en plus rien de moins solitaire qu'un loup! -  en plus il s'agit d'un couple... solitairement bigot + un acolyte déjà recherché. Les Républicains US, qui dénoncent cette guerre intérieure, se voient traités comme leurs homologies de la droite française d'islamophobes.

L'Obs commente : «Il faudrait comparer le couple au Major Nidal Hasan, le psychiatre de l'Armée qui a tué 13 personnes à Fort Hood en 2009, ou aux frères Tsarnaev, auteurs de l'attentat du marathon de Boston en 2013, plutôt qu'aux attaquants de Paris. Cette fois, pourtant, le traumatisme est bien plus profond qu'en 2009 ou 2013. Pour deux raisons évidentes :
  • les victimes ne sont pas des militaires et les tueurs ne sont pas tchétchènes mais arabes
  • le souvenir de Paris est encore dans tous les esprits.
L'attaque de San Bernardino survient à un moment unique pour les Etats-Unis: elle s'est produite au beau milieu d'une campagne présidentielle marquée par une escalade de la rhétorique anti-immigrés et plus encore islamophobe, alors que la logique voudrait que le monde politique s'attelle aux deux failles que révèle ce massacre ».

Le Nobs snob nous livre donc les deux failles, mais pas la faillite du capitalisme : primo le « lone wolf » difficile à détecter, et deuxio l'abondance d'armes non remise en cause par l'Etat-roi des vieux cow-boys américains. Pas terrible les deux causalités suggérées !

L'Obs, principal hebdo de la gauche caviar, esquive royalement la nature et les origines de ce terrorisme « internationaliste » : l'absence d'alternative au capitalisme décadent et l'expansion d'une mission meurtrière de désespérés, qui se revendiquent généralement d'une origine arabe, indépendamment de leur lieu de naissance et se sentent investis d'une règle divine, coranesque, de tuer partout où ils le peuvent des « mécréants » de quelque classe sociale ou de quelque religion qu'ils soient, de Paris à Tel Aviv ou de San Bernardo à Londres. C'est ce qu'on peut nommer la cécité volontaire de l'islamologie gouvernante ou la volonté de faire passer pour des crétins toute une partie de la population qui ne croit toujours pas que les boches dévoraient les enfants français en 1915, mais que la religion islamique sert de terreau à toutes les idéologies et qu'elle n'est pas plus défendable que la société qui est obligée de la tolérer. Le reste ce ne sont que moyens : effectivement se développent à la fois une haine socialo-religieuse désespérée – quoique je doute que ces exécutants soient de vrais kamikazes3 – et une possibilité de se procurer des armes, pas seulement aux Etats-Unis car en Europe c'est devenu pratiquement aussi facile.
Les rebuts (avec un t) de la société avaient jusqu'ici toujours alimenté plus ou moins une lie, une faune, une pègre, des mafias et des zones « coupe-gorge » qui ne dérogeaient pas à la marche générale de la société. Il apparaît de plus en plus que les couches des laissés pour compte génèrent non plus des révoltés mais des tueurs qui se réclament d'une origine arabe (même s'ils n'en possèdent ni la culture ni la langue) et du coran (qu'ils n'ont ni lu ni réfléchi). Cela n'a rien d'étonnant pourtant dans une société qui cultive l'ignorance, croupit, tourne en rond et se repaît de la réussite sociale des uns en déplorant l'inutilité des « autres » sans-diplômes4.

Obama nous explique, depuis son pèlerinage à Paris, qu'il y aurait un chaînon manquant, voire un simple hic, entre Daech et le « loup solitaire » (lequel serait le plus dangereux, plus dangereux que son géniteur capitaliste, mais cet « autre », parmi nous, « imprévisible », quand le problème n'est pas Daech - simple bâtard des impérialismes (panier de crabes en Syrie) facile à éliminer si disparaissait le brigandage régional - mais la facilité de certains (traduite par ce curieux terme de « radicalisation ») - comme par hasard en majorité d'origine arabe5, échoués scolaires ou petits malfrats - à s'engager de manière totalement irrationnelle même à l'anéantissement de leur vie et de celle de leurs proches. La théorie de imprévisibilité, additionnée aux attentat programmés, sert à instiller la terreur. Il y a toujours eu des fadas mais :

  1. il y en a beaucoup plus aujourd'hui, et bien secrétés par le système capitaliste lui-même ; et dotés d'une insensibilité à la souffrance des autres du même ordre que le mental du PN ; l'égoïsme individuel, dit individualisme, a mué en perversion narcissique, l'individualiste paumé est devenu vampire sans foi ni loi, qu'il soit riche comme Ben Laden ou paumé comme Abdelhamid Abaaoud.
  2. ces nouveaux fadas (désespérés ou embrigadés) disposent d'une idéologie toute trouvée, matière à interprétations délirantes à l'infini mais qui aboutissent toutes au désir de meurtre de celui qui pense autrement ; cette idéologie féodale n'est pas propre à la religion islamiste seule – produit arriéré et pérenne des conditions féodales d'avant le capitalisme6 – mais le propre de toutes les dictatures qui existaient avant la colonisation comme après, surtout après la découverte du pétrole : c'est dieu qui a refilé la manne pétrolière à une infime minorité de roitelets qui, serviette à carreau sur la tête, font respecter leur légitimité divine en tranchant la main du voleur d'orange.

JE SUIS CLIMATO-SCEPTIQUE (mais pas Charlie ni Paris)

Plus précisément, et je dois l'avouer presque honteusement, climato-agnostique. La rencontre internationale « pour le climat » à Paris aurait presque fait passer pour une anecdote de fait-divers le massacre de masse au cœur de la ville des Lumières. Le boucher télégraphiste de Beuerch (trad. De Daech en français) Boko Aram commet autant de meurtres chaque semaine en Afrique et cela ne provoque pas tant de haut-le-coeur chez les saltimbanques occidentaux.
A la suite de cette admirable conférence hulotienne pour sauver la planète, va-tu enfin mesurer le niveau carbone du steak que tu es inconsciemment en train de faire cuire (au profit de la fonte du pôle nord), steak pour pauvres bien entendu car je n'ose pas imaginer que tu l'ai acheté chez le meilleur boucher bio de Neuilly conseillé par Franz-Olivier Gilbert et Caron, l'excité herbivore ?
Es-tu prêt à abandonner cette guimbarde puante au diesel qui te mène au turbin pour emprunter chaque jour le métro avec ses possibles « rats solitaires » (non euthériens) et ses multiples Belphégors qui représentent mieux que la pub médiatique incessante et indécente pour Daech, l'avenir de la femme cloisonnée en Occident libérée de la mécréance et de ton regard concupiscent pour les pots à tabac?

En marge (sic) de la COP21, j'ai adoré le litre du bcbg Libération :

Sommet citoyen pour le climat: «Toucher les personnes qui ne sont pas dans le milieu écolo ». 

La description se suffit à son propre ridicule :

 « Des militants déguisés en zèbre et en lion arborant une pancarte «le réchauffement climatique nous menace», suivis par une petite troupe d’ours polaires, ceux d’Alternatiba, un des organisateurs du rassemblement, des clowns dansant au son d’un accordéon, un père Noël «durable et non de la consommation» et une chorale de grands-parents norvégiens jurant, en chanson, qu’ils «combattront le changement climatique»: c’est sous des airs de carnaval qu’a débuté, samedi à midi, le Sommet citoyen pour le climat, à Montreuil, en Seine-Saint-Denis. Une des rares manifestations citoyennes en marge de la COP 21 maintenue malgré l’état d’urgence ».

Bravant l'état de grâce anti-terroriste, plastronna en la principale banlieue cosmopolite (pas complotiste7) un ensemble bigarré de tout ce que la société française comporte de couches les plus réactionnaires : maire stalinien rangé du goulag, bobos gauchistes marginaux, petits boutiquiers et ploucs bios. Tous ces communo-bobos, comme le titre l'indique croyaient pouvoir s'extirper de leur milieu écolo marginal, en conscientisant les prolétaires (cosmopolites) sur le marché du lobby maraîcher écolo avec le bazar théorique climatologue dont les éminents représentants hollywoodiens étaient venus minuter en silence la place fleurie de la république. Arnold Schwarzy, le petit musclé dit Conan le barbare, déclara qu'il fallait agir vite, que notre président Hollande assumait bien, car la pollution est responsable de 7 à 8 millions de morts par an sur la planète terre ; plus que les guerres climato-impérialistes ? Personne n'a pu porter la contradiction à l'ancien maire d'Hollywood.


Le capital carbone est sérieusement menacé mais pas le capitalisme

A Montreuil, lors du Sommet citoyen pour le climat, samedi dernier, il était interdit de parler politique mais pas de discuter (= négocier), ou marchandiser la valeur du bio contre le vilain industriel ; on ne soulignera jamais assez combien l'attitude de la police fût honteuse en essayant d'empêcher de s'exprimer cette frange radicale du réformisme vert, vert-galant et mosquée rouge, courageuse avant-garde de la « parole citoyenne » :

«Attablé sous le chapiteau restauration, où, pour moins de cinq euros, sont proposés des «tartes aux alternatives», des gâteaux de maïs ou encore des galettes «végé», un étudiant du Nord-Pas-de-Calais se veut plus optimiste: «Nous sommes d’abord venus parce que l’ambiance est plutôt sympa, un peu comme en festival. Mais bien sûr, on est aussi là pour débattre et montrer qu’on est nombreux, pacifiques et qu’on a de bonnes idées.» Militant chez les Jeunes écologistes, il espère que «les ateliers et les débats organisés à Montreuil pourront faire contrepoint sur le Bourget», où se déroulent les négociations de la COP 21. Mais il n’a pas attendu ce week-end pour essayer de se faire entendre. Il y a une semaine, il était aussi place de la République «pour scander des slogans pour le climat». Mais n’y est pas resté longtemps, lorsque la situation s’est tendue entre manifestants et force de l’ordre. Même chose, vendredi, lors de l’action contre le greenwashing des grandes entreprises au Grand Palais. «C’était hallucinant, raconte son ami et voisin de table. On a été encerclé par la police. Leur réaction était vraiment disproportionnée. Et d’ajouter: On a l’impression qu’on essaye de faire taire la parole citoyenne. On nous dit que les manifestations sont interdites à cause de la sécurité, mais les marchés de Noël ne sont pas annulés eux. Alors on se pose des questions.»
Vente à la criée, disco-soupe, ces braves militants-citoyens n'ont lésiné sur aucune action radicale pour faire germe la conscience bioéthique, alpaguant par la cravate le promeneur insousciant des dangers du monde :
« Au Village des initiatives, des enfants participent à un éco-quizz. «Quelle est la température idéale dans une chambre à coucher?», questionne l’animatrice. La bonne réponse: 17 degrés. Plus loin, une imprimante 3D et un tricycle à assistance électrique intriguent. A l’extérieur, deux hommes discutent «capteurs», «paraboles» et «alimentation électrique», devant des cuiseurs solaires et une machine à glace à énergie solaire. D’autres se prennent en photo devant une statue de la Liberté en modèle réduit, arborant un écriteau «freedom to pollute» et une torche laissant émaner une épaisse fumée blanche ».
La lutte est dure pour ces valeureux combattants de la citoyenneté :  «C’est difficile de s’exprimer en dehors des canaux officiels» :
«Le changement doit venir du peuple et c’est cette pression qui va changer le système. Hollande et les autres ne feront rien. C’est nous, en sensibilisant une personne, qui à son tour, en sensibilisera un autre, qui permettrons ce changement, abonde Paula Gioia, Brésilienne et paysanne installée en Allemagne, qui vient tout juste de prendre le micro, pour présenter le mouvement Via Campesina, dont elle est membre. Elle espère «montrer et partager ce qu’il est possible de faire», tout en dénonçant les «fausses solutions négociées entre les capitaux privés et les chefs d’Etat, celles qui tuent les paysans et les populations indigènes». Dans sa ligne de mire: l’accaparement des sols, qui profitent à l’agriculture industrielle, qui produit toujours plus de déchets, et empêche les petits paysans d’avoir un bout de terre.(...) Comment peut-on toucher les citoyens? Comment faire passer nos messages, quand on nous confine dans des espaces restreints? Et qu’en même temps, les grandes multinationales, les Total, les Sofiprotéol ont, eux, pignon sur rue pour se faire entendre leurs voix.» (…) « Car tout repose sur les futurs citoyens, pas sur le Bourget.»

Cette dernière remarque ne serait pas fausse si le citoyen existait, or, comme le mot peuple, c'est de la foutaise. Seules s'expriment les classe dominantes, l'oligarchie bourgeoise supérieure et ses petits contestataires, la frange des dites couches moyennes intellectuelles et artisanales. Le prolétariat, si je peux m'exprimer en son contenu et contenant, sait bien que les constructions délirantes en bord de mer, les explosions atomiques souterraines, l'incapacité du capitalisme à se passer de la rente pétrolière et ses guerres incessantes sont les principales avanies d'un navire qui provoque la furie de la mer sur laquelle il navigue... comme l'énorme météorite qui aurait fait trembler la planète terre et éradiqué les dinosaures !

Euthériens et lémuriens de tous les pays unissez-vous contre le jeune dinosaure capitaliste (moins de deux cent annuités) !

Les plus grands pollueurs de la planète américano-chinois vont-ils réduire leurs profits pour éviter son réchauffement dangereux à la planète ? En développant les différentes branches des lobbies écologiques ? Pas très crédible. Aussi vain que Copenhague en 2009.

Le pacte universel de 195 pays « contre le réchauffement de la planète » n'aura été qu'une nouvelle ébauche impuissante. Ce genre de réunion confirme que la bourgeoisie mondiale a pris conscience des risques qu'elle fait subir à Miami et à tous les lieux de résidence privilégiée de ses archi-milliardaires mais pour le reste elle s'en fout. Le texte adopté, de 48 pages, a besoin qu'on « écrive la suite » (sic Laurence Tubiana). On nage dans la totale démagogie où les « pays riches » sont tancés « de payer » pour ceux « en développement » . Tout est ramené à cet objectif à long terme de limitation du réchauffement - 1,5 degré, que réclament les petits États insulaires, ou - 2 degrés. Comme si les pays riches étaient seuls responsables dudit réchauffement (nouveau terme généraliste qui permet de passer sous silence d'autres pollutions moins industrielles) ; qui a déjà pris le bateau pour l'Algérie, comme moi (dixit Lou Soliterre) sait que ce sont aussi et surtout les navires des pays en développement qui se servent de la Méditerranée comme d'une poubelle. L'ère « post-industrielle » a bon dos, quoiqu'elle doive rester industrielle, ou crever aussi !

« En marge de la conférence se tient samedi la Journée de l'action (Action Day), qui doit réunir sur le site de la conférence (COP21) plusieurs dizaines de personnalités du monde entier mobilisées dans la lutte contre le changement climatique. Après Leonardo DiCaprio et Robert Redford, accueillis vendredi au sommet des maires à Paris, Sean Penn était l'un des hôtes de la COP21. "C'est peut-être le moment le plus excitant de l'histoire de l'humanité", a déclaré l'acteur américain. La Journée de l'action sera clôturée par le président François Hollande, qui s'entretiendra avec l'ancien vice-président américain Al Gore, colauréat du prix Nobel de la paix en 2007 avec le GIEC, les scientifiques qui ont alerté depuis plusieurs années sur le climat ».

Dernier détail, la plupart des acteurs du cinéma pour sauver la planète, possèdent un hôtel particulier avec piscine à Miami, menacée par une hausse de 50 cm du niveau de la mer. C'est dire leur niveau de conscience. En attendant peut-on se demander si la paralysie du prolétariat aléatoire ou temporaire facilite le refroidissement des rapports sociaux ?




1Disposant du droit de vote contrairement aux repris de justesse et aux criminels incarcérés, je me suis posé la question d'aller voter, mais je suis tombé d'abord sur un os : pour qui ? Le Pen en apesanteur sondagière serait pas mal si c'était vraiment une postiche, comme Coluche, qui se moquait du système frauduleux, impossible du fait qu'ils y participent et qu' ils ne sont pas une imposture ; ils fonctionnent exactement comme les partis concurrents : oligarchie, népotisme et corruption. Le NPA a renoncé, fauché comme les blés, ce qui ne l'empêche pas d'appeler à voter contre le FN, alors que la pourriture des élections est basée non sur un fascisme supposé, mais sur l fric. Alors j'ai lu attentivement le tract de LO. Encore plus nul que les autres : du bla-bla ouvriériste-populiste inconsistant et une noria de profs-candidats à la retraite, ces éternels pas finis, avec quelques syndicalistes « du rang », pour faire « ouvrier ». Non pas que l'abstentionnisme me ravisse, mais on n'a pas encore trouvé mieux pour dire merde au système du foutage de gueule organisé.
2Allusion à l'émission de France 5 qui répercute les peurs climatiques de la bourgeoisie US : tornades, tremblements de terre et surtout inondation des « paradis des riches » : Miami, côte californienne, etc. Et surtout ébranlement des tours financières de New York.
3L'acte de meurtre lâche, donc commis par des lâches (tout être humain l'est forcément face à un danger incontrôlable) ne nous fera pas croire qu'ils veulent « y passer » eux aussi ; toute leur organisation s'occupe aussi de bases arrières, de comment organiser la fuite. Formés à une éducation occidentale compétitive (j'écrase mon concurrent pour mieux jouir) on ne nous fera pas croire qu'ils gobent, à l'état normal, les sornettes du coran pour l'après-vie ? Sauf quelques imbéciles congénitaux... Sinon pourquoi sont-ils drogués au dernier moment ? Où l'effet insensibilisant des amphétamines s'est-il évaporé – car prises trop tôt – au point que le dernier tueur islamiste recherché a pris ses jambes à son cou ?
4Ce qui est bien plus fâchiste que le prétendu racisme et son petit-frère l'islamophe.
5Tout en se proclamant islamophile des islamophiles, l'Etat bourgeois répercute insidieusement, l'air de rien, sur cette origine, sans vouloir « discriminer », tout en grossissent l'adhésion au prosélytisme meurtrier lorsque tel européen de souche s'est fait embrigader. Or l'idéologie musulmane de Daech ou du coran est à la fois très hiérarchique et très raciste. Les non-arabes sont considérés comme des inférieurs, les noirs comme les français, les juifs comme les bouddhistes, les chinois comme les pakistanais. On recrute, car la fameuse radicalisation n'est qu'un recrutement, en vue du casse-pipe pour arabo-français en les renvoyant dans leur propre pays pour qu'ils tuent leurs anciens voisins sur ce coin de terre, je ne dirai pas compatriotes puisque la patrie n'existe plus. Comparer l'islamisme, radical ou soft, au fascisme, est encore leur faire trop d'honneur. Le fascisme ou nazisme était une idéologie de guerre mondiale qui avait triomphé, l'islamisme est une idéologie de guerre mondiale qui est impuissante et simplement criminelle. Dans les deux cas ce ne sont que des porteurs de la destructivité d'un capitalisme à bout de souffle qui a peur qu'une montée des eaux de 20 cm ne noie les villégiatures secondaires des grands bourgeois à Miami ou Saint Tropez.
6Trotsky était une plume de paon, avec des dons visionnaires, mais parfois très limité, quoiqu'il y ait du vrai dans nombre de ses constats – même à l'époque où il régresse dans son soutien opportuniste au stalinisme - où il laisse entendre que le capitalisme n'est pas le système le plus arriéré que l'humanité ait connu ; il manque aussi un maillon darwinien dans son raisonnement, par ex les produits du capital décadent comme le fascisme peuvent être d'une certaine façon pires ; dans la citation suivante tout est juste sauf qu'il oublie de remplacer fascisme par capitalisme : « Le fascisme a amené à la politique les bas-fonds de la société. Non seulement dans les maisons paysannes, mais aussi dans les gratte-ciel des villes vivent encore aujourd'hui, à côté du XX° siècle, le X° et le XII° siècles. Des centaines de millions de gens utilisent le courant électrique, sans cesser de croire à la force magique des gestes et des incantations. Le pape à Rome prêche à la radio sur le miracle de la transmutation de l'eau en vin. Les étoiles de cinéma se font dire la bonne aventure. Les aviateurs qui dirigent de merveilleuses mécaniques, créées par le génie de l'homme, portent des amulettes sous leur combinaison. Quelles réserves inépuisables d'obscurantisme, d'ignorance et de barbarie ! Le désespoir les a fait se dresser, le fascisme leur a donné un drapeau. Tout ce qu'un développement sans obstacle de la société aurait dû rejeter de l'organisme national, sous la forme d'excréments de la culture, est maintenant vomi : la civilisation capitaliste vomit une barbarie non digérée. Telle est la physiologie du national-socialisme ».
7C'est un anagramme de cosmopolite, sauf qu'il y a un o en plus à ce dernier terme ; normal, c'est un complot !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire