"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

samedi 5 septembre 2015

UNE INTENSE CAMPAGNE IDEOLOGIQUE A LAQUELLE LE PROLETARIAT N’ADHERE PAS!

C’est fabuleux comment en l’espace de deux à trois journées la propagandastafel internationale a pu s’emballer sur une photo pas pire que des milliers d’autres, voire moins pire (voir sur Google images les photos de tas d’enfants morts au Proche ou au lointain Orient, qui n’ont jamais ému autant faiseurs d’opinion, journaleux et masse moutonnière de la bobosphère). On examinera au cours de cet article les ficelles et les vraies raisons de chaque bourgeoisie pour son compte dans cette soudaine commisération universaliste pour les migrants et ou réfugiés. On examinera par après pourquoi les résidus de la «gauche communiste» (les gauchistes bourgeois sont restés relativement discrets aussi)- quelques cercles qui ne sont en fait que des couples ou deux unités individuelles qui se proclament embryon du parti mondial - sont resté le bec cloué et n’ont produit aucune prise de position.

L’AFFOLEMENT MAITRISé DE LA BOURGEOISIE:

La bourgeoisie est aguerrie, on l’oublie souvent, et possède plus d’une corde à son arc de mystifications. Elle fût fort perspicace lors de la chute du mur de Berlin en présence de masses de civils qui déferlaient vers l’Ouest, masses qui ne recelaient aucune envie de révolution mais tout simplement profiter du consumérisme occidental en se débarrassant de la caserne stalinienne. Dans le cas présent, nul nouveau Brejnev pour dire de tirer dans le tas. Quand un fleuve déborde il est inutile et prétentieux de croire le juguler en plaçant des barrières en bois (ce doit être un dicton antique de Confucius issu de mon surmoi). L’ange Merkel, qui est loin d’être une conne, a saisi l’opportunité de tirer la couverture pour l’auguste bourgeoisie teutonne, la gandin Cameron a suivi mais pas pour les mêmes raisons, quant à notre Hollande il a fait tapisserie, guère plus.
La photo, que certains soupçonnent d’avoir été trafiquée tellement elle fait poupée de le petite maison dans la prairie et n’exhale aucune souffrance contrairement aux horreurs qu’on peut voir sur Google images ou Humoron, aurait «fait bouger le gouvernement» selon Till l’espiègle de tous les régimes, BHL ce fameux promoteur de la chemise blanche échancrée pour séducteur chétif avec brushing ridicule. L’image sinistre a servi d’alibi en réalité à tout le personnel politique jusqu’à la méchante Marine de Le Pen, pour étaler sa commisération et accuser qui l’impétuosité de Sarkozy en Libye, qui les ventes d’armes de Hollande, qui les obsédés de Daesch et leurs vendeurs de gamines impubères. Le dindon de la farce aura été Orban, PDG de la Hongrie, qui, à sa façon, a protesté contre «l’invasion», sans qu’on puisse absolument lui donner tort.
Ce qu’il y a de formidable avec cette «invasion», disons plutôt exode, terme que les médias aux ordres évitent d’employer, c’est qu’il hausse des chefs d’Etat bourgeois (glauques responsables de guerres de moins en moins lointaines) au rang de bienfaiteurs de l’humanité. L’ange Merkel n’a pas hésité à se féliciter que l’Allemagne soit en voie d’accueillir 800.000 migrants avant la fin de cette année, sans aucun souci qu’une Marine Le Pen boche ne vienne la doubler aux élections, ni que Pedigra ne renverse l’Etat. L’Autriche a révélé une sensibilité assez proche pour sauver et recueillir les migrants, affrétés dans des centaine de bus affrétés par ce salaud d’Orban, trop heureux de s’en débarrasser. On a dit que la France était vraiment mesquine vis à vis de tant de générosité germanophile, et ne l’est-elle pas quand on sait que son armée de mercenaires lance des tonnes de bombes depuis des mois là-bas, sans qu’aucun plumitif ne s’en émeuve?
L’Allemagne pourrait donc se retourner contre la France si son besoin en travailleurs «forcés» n’était pas en même temps un moyen de tirer son épingle du jeu. L’Allemagne est en effet un pays gériatrique, et les migrants de guerre (une bonne partie en tout cas) sont mieux formés que les générations précédentes: informaticiens, ingénieurs, profs, avocats, etc; et donc une bonne relève pour la continuité d’une classe ouvrière éduquée, consumériste et surtout très fayote avec un système autrement plus offrant que les dictatures primaires en pays musulman. Ces réfugiés ne constituent en rien un renouvellement de la classe révolutionnaire prédite par Marx; ils sont hélas plutôt comparables aux boat-people asiatiques qui vinrent se ressourcer dans la zone occidentale avec une sainte horreur du communisme de caserne (j’y reviens plus loin pour expliquer l’incroyable carence et mutisme de nos résidus du maximalisme).

La bourgeoisie française a saisi l’intérêt immédiat de cette commisération pour une photo somme toute assez banale (on pourrait croire que l’enfant vient de se planter tête première dans le sable et va se relever, par ailleurs tous les jours des photos de faits divers montrent des photos plus sinistres d’enfants morts). De Médiapart à Rue 89, les torquemadas de l’idéologie d’Etat ont rivalisé de lèche-botte blues: «Rue 89 consacre sa une aux réfugiés (comme L'Obs) et s’est engagé à y présenter une photo chaque jour «pour se donner bonne conscience» (la bobologie me fera toujours marrer!).  Avant de vous dévoiler le pot aux roses, je vous cite quelques commentaires anonymes très, pertinents à la suite des articles bourgeois:
et surtout du communiqué concernant la culotté assassin Erdogan: «L’Europe a transformé la Méditerranée en cimetière. L’humanité tout entière devra rendre des comptes»; Attaturk doit se retourner dans sa tombe face aux éructations d’un tel bigot musulman. Commentaires:

«Erdogan ! quel culot ! qui massacre en Syrie ? ... Et l'enfant !!! Il ferait mieux de dédicacer la photo à Assad, ses alliés Islamistes et Daesh ! ...

«Il a bien raison. Et la Turquie sous son gouvernement sera en première ligne: Soutien à l'Etat Islamique et aux factions islamiques qui sont en grande partie responsable de l'exode des minorités. Sa haine d'Assad et son encouragement à la population syrienne à se révolter et donc d'engendrer une guerre civile est une des causes du pourrissement de ce conflit et du calvaire des syriens. Erdogan sera jugé par l'histoire (pas par les hommes on sait bien).

«ERDOGAN qui veut donner des leçons au Européens !! C'est le comble de l'hypocrisie et typique du double langage des autorités Turques !! D'ou venaient ces Syriens par ailleurs d'origine Kurdes (Aylan Kurdi) ? De KOBANE que le pouvoir TURC (Erdogan lui même) a laissé massacrer par l'EI ! Et de quelle plage Turque ces réfugiés sont ils partis, en payant sans doute grassement des passeurs aussi Turcs, + les compromissions de la police locale qui ne fait rien pour disuader les migrants de prendre !».

Je l'ai déjà dit ici, je lis plus souvent les commentaires des articles des journalistes bourgeois que leurs articles fielleux ou mensongers; il est vrai que le commentateur anonyme peut dire des vérités que les employés de presse ne se risquent pas à exprimer, tenant trop à leurs hauts salaires. Le pot aux roses apparaît samedi dans un communiqué laconique où le gouvernement français s’engage à bombarder la partie syrienne encore contrôlée par le boucher Assad, alors que son aviation meurtrière bombarde depuis des mois l’Irak (même territoire pourtant que la Syrie, mais vieille coupure artificielle du temps impérialiste béni Sykes/Picot, 1916).

La palme du comique irrésistible est revenue à ce pauvre Sarkozy qui a assuré avoir posé le problème des migrants avant tout le monde (du PN craché) et dénoncé le «manque d’humanité de Marine Le Pen», alors que celle-ci s’alignait plutôt sur la pleurnicherie universelle de la campagne propagandiste autour d’une photo montée en mayonnaise (désolé mais j’ai pas trouvé d’autre formule). Un de ses ex-sous-fifres Xavier Bertrand a fait état d’un risque d’appel d’air «irresponsable» à la suite des déclarations généreuse du Poulidor gouvernemental Valls, alors qu’aucune inquiétude ne pointe à l’horizon, le filtrage est rigoureusement respecté par les lâches fonctionnaires de l’Ofpra: tu vas galérer au moins deux ans sans être sûr d’être accepté pour dix ans, et tu as de fortes chances de faire partie des 30.000 reconduites à la frontière chaque année; faut bien que flics et fonctionnaires justifient leurs salaires!
Enfin un autre sous-fifre de Sarkozy lâche quelques vérités sur LCP: « Le gouvernement ne défend pas les Français (…). La France soutient les rebelles syriens soi-disant démocrates contre M. Assad. Qui les a récupérés ? Al Nosra en Syrie et « Nous continuons à leur fournir des armes ». Pas mal, mais il est aussitôt cadré par un cire-pompe du gouvernement un certain Dussopt, député du fond de l’Ardèche qui le traite de fou.Le Goasquen ne manque pas d’air, oubliant de rappeler que son maître s’était occupé d’armer les rebelles libyens et à ce titre reste le principal fouteur de merde à l’origine de l’exode d’aujourd’hui; plus que ses troubles manips financières rien que ce passif lui ôte toute chance aux primaires des ripoublicains.

«La France n’exclut plus de mener des frappes en Syrie contre l’Etat islamique (EI). Selon les informations du Monde, l’exécutif étudie cette option, qui fait débat au sein même du gouvernement. Le sujet a été abordé lors d’un conseil restreint de défense réuni par le président François Hollande, vendredi 4 septembre au matin (avant la popularisation extensive en France de la célèbre photo tragique, ndt), sur la crise syrienne. Jusqu’à présent, cette éventualité était purement et simplement écartée. Paris limitait à l’Irak sa participation à la campagne aérienne menée contre l’EI, avec une place qualifiée par l’état-major « d’équipier » dans la coalition militaire dirigée par les Etats-Unis. En Syrie, la France fournit conseils et armes aux rebelles « modérés ». L’exode accéléré des Syriens, l’échec de la coalition à faire reculer l’EI, ou encore le renforcement possible de la présence militaire russe sur le terrain sont en train de bousculer la position française».

«Ces derniers jours, plusieurs responsables laissaient entendre que la conviction du chef de l’Etat était faite. « Il ne serait pas aberrant d’avoir de la continuité dans notre action, là où on équipe, on forme, on soutient par ailleurs des forces » contre l’EI, c’est-à-dire en Syrie, a expliqué au Monde une source de haut niveau. « La décision est prise », affirmait même un expert bien informé, sans que l’on sache à quelle échéance, dans les prochains mois, de premières missions de reconnaissance pourraient être menées en Syrie par les Mirage 2000 basés en Jordanie ou les Rafale d’Abou Dhabi intégrés aux plans américains.
M. Hollande doit préciser ses orientations lors de sa conférence de presse de rentrée, lundi 7 septembre. Pour la France, pays désigné comme une des cibles privilégiées des terroristes de l’EI, une action en Syrie relève de la cohérence, souligne-t-on à Paris.
« Est-on en capacité de frapper efficacement ? Sans nul doute. De frapper sans dommages collatéraux ? C’est plus difficile », résume une source de haut niveau. Paris affiche une attitude prudente. La priorité pourrait être donnée à des vols de reconnaissance et de renseignement. Les avions français pourraient aussi se concentrer sur les territoires syriens totalement occupés par l’EI, visant ses centres de commandement et sa logistique.
Mais pour l’heure, diplomates et experts admettent qu’aucune perspective politique ne se dessine. Jusqu’à présent, les Occidentaux ont toujours invoqué la feuille de route édictée lors des conférences de Genève, en 2012 et 2014, qui veut que toute négociation en Syrie aboutisse à la formation par « consentement mutuel » d’un gouvernement de transition, « doté des pleins pouvoirs exécutifs », ce qui suppose que M. Assad n’y joue aucun rôle. Lors de la réunion des ambassadeurs à l’Elysée fin août, le chef de l’Etat a parlé de « neutraliser » Bachar Al-Assad. Décryptage élyséen : « Cela signifie faire en sorte qu’il ne soit pas un obstacle à la négociation. » Et non plus : s’en débarrasser au préalable. Laurent Fabius a précisé, le 28 août : « C’est la seule solution, s’il en est encore temps. Nous en discutons avec les Arabes, les Américains, les Russes, les Turcs, les Iraniens. » Le discours s’est nuancé. Les solutions sont toujours aussi lointaines».
Un aspect n’est jamais évoqué, même si le terme exode vient à être utilisé, c’est le passage de certains djihadistes parmi les glorieux «réfugiés» de la gauche bobo (chose que la police craint) et qui signifie que ceux qui reçoivent «nos bombes» sur la gueule là-bas ne vont sans doute pas oublier de rendre la pareille avec une généralisation des attentats! C’est la guerre civile moderne! Cette soeur jumelle de l’impérialiste! Les victimes de ces guerres sont les migrants... collatéraux!

En résumé, à l’Allemagne les forces vives pour pérenniser le capital à l’allemande, à la France la communion nationale comme au beau temps de «je suis Charlie» pour cautionner des bombardements étendus à la Syrie, voire un engagement au sol (qui fait l’objet de chipotages de la part du candidat Juppé); façon de consulter le peuple aveugle en le soumettant déjà à la charité publique, où subséquemment, même se rendant compte qu’il a été baisé jusqu’à la moelle, il n’aura aucune légitimité pour s’opposer à la continuité de la guerre.

Complices de le peuple et le prolétariat de cette charlatannerie charitable? Pas vraiment! Les sondages expriment quand même une vérité, la «population» française et les ouvriers du lot sondagier (allez savoir...), en majorité conséquente n’en veut pas de ces masses de migrants et pas par cynisme mais parce qu’on n’a rien à leur offrir que des camps de merde en toile comme en a promis le triste curé Valls à Calais. Curieusement on ne nous informe pas sur l’opportunité de sondages en Allemagne ni en Angleterre au même moment!? (où il vaut mieux que la bourgeoisie conseille de les éviter... vu les risques d'avis réfractaires de la "catégorie ouvrier", comme en Frankreich). L’ange Merkel, comme notre élite arrogante, se passerait-elle aussi de l’avis de ses concitoyens... mais non, mais non! Y a osmose classiste! On nous incite à en déduire que les vieux grincheux allemands, prolétaires compris, sont conscients que le paiement de leur pension dépend d’une classe ouvrière jeune, cultivée voire multilingue et vigoureuse, et que les sales boulots de larbinage dans les services ne peuvent être exécutés que sous menace de non régularisation, même avec mosquées et banques islamistes.

La France reste un pays jeune, moins soumis comparé à la vieille Allemagne salariale et syndiquée à outrance, et cette jeunesse elle la doit cette vieille pute bourgeoise, plus quand même, aux populations assimilées de la décolonisation, même avec des défauts obscurantistes et une tendance à cacher les cheveux érotiques des femmes. Ce pays n'a pas besoin d'une immigration importante pour l'heure et surtout d'une migration peut-être pas aussi "sauvage" ou "naturelle" qu'on veut nous le faire croire, migration et non fuite de "réfugiés", qui ont récusé leur admission en camps en Hongrie. Le statut de réfugiés est une notion historique liée à l'hébergement provisoire, or la plupart veulent "s'établir" en Europe, chacun pour les raisons qu'ils veulent: pays du Sud = pays de la misère éternelle, lieux de guerres incessantes, etc. Un autre élément tu par les médias est certainement aussi le vidage des camps du Liban où les réfugiés en ont marre d'être les dindons de la farce des organismes humanitaires, ces camps sont payants (cf. sur France 24: http://www.france24.com/fr/20130120-liban-camps-refugies-syrie-payants-proprietaires); sans compter que les départs massifs n'ont pas spécialement besoin de passeurs et sont favorisés par certains gouvernements (et aussi le laissez faire des "passeurs majeurs": les gouvernements grec, italien, hongrois, etc.).

Mais le prolétariat est différent du peuple et n’obéit pas au doigt et à l’oeil au grand capital comme le bobo moyen, on va analyser par après la Bérézina de la manif présumé monstrueuse de samedi. Avant finissons-en avec la charité internationale, outre manche en particulier. Cameron a annoncé, sans crainte de perdre des électeurs au profit des méchants partis racistes que le Royaume-Uni est prêt à «en faire davantage» pour surmonter la crise des migrants en Europe et à accueillir «des milliers de réfugiés syriens supplémentaires». Alors que Paris et Berlin s’étaient prononcés la veille pour la mise en place d'un programme d'accueil des migrants par tous les pays de l'Union européenne, la position du Royaume-Uni a changé hier dans la soirée lorsque David Cameron avait laissé entendre que le pays pourrait accueillir quelques milliers de réfugiés, tout en refusant l'idée de quotas européens, et pour cause, Cameron ne veut s’engager que pour un chiffre à trois zéros et il peut compter sur les fameux tabloïds vulgaires pour jouer sur la corde sentimentale tout en faisant savoir qu’il contrôle le flux. C’est dérisoire par rapport à ce qui arrive en France et en Allemagne; au total 5 000 Syriens se sont installés en Grande-Bretagne depuis quatre ans, à comparer aux 800 000 demandeurs d'asile attendus cette année en Allemagne... alors Cameron est un bon as du bla-bla, et ne tenait pas à rater cette occasion pour humilier la France et l’Europe; il a aussi promis de faire plus pour la guerre en Libye. L'appel à la pitié, à la charité publique après le bourrage médiatique avec la photo de l'enfant noyé met les opinions à la renverse, partout en Autriche comme en Angleterre affluent les "cadeaux de l'amour", véritable resucée d'Union nationale, triomphe de la charité comme dans chaque période de guerre avec leurs "colis aux prisonniers". Cela n'est pas fait pour durer, les "opinions publiques" sont facilement manipulables par les gouvernements bourgeois mais versatiles; on se marre de voir tant d'efforts des curés médiatiques en France pour demander "un effort aux français" considérés comme traîne-savates dans l'engouement charitable monté péniblement en mayonnaise; ces réticences ne sont pas non plus bon signe révolutionnaire d'une attitude qui serait réfractaire à la propagande hystérique; la classe ouvrière est désormais constituée d'une majorité d'ouvriers d'origine immigrée récente qui a connu et connait encore la misère - laquelle ne se partage pas c'est bien connu - sans compter une certaine jeunesse des banlieues qui y oit encore un coup des juifs et se sent plus proche de Daesch que des futurs chefs de service qu'on leur envoie de Syrie...

 Ce qu’il vous faut savoir, ami lecteur - et je suis bien placé tout près de calais pour l’avoir vérifié - c’est que le secours catholique britannique a livré en effet, comme l’en félicite Libé, des tonnes de vêtements... au rebut, à jeter, en trop grand nombre (et dont il n’y avait pas vraiment nécessité), et que ce machin catho était aux abonnés absents à Calais depuis 15ans que galèrent les migrants! Idem pour les secouristes belges; ils sont venus déverser des tonnes de patates... qui pourrissent en tas aux abords de la «jungle», parce que les migrants ne mangent que du riz! Les migrants eux-mêmes, pour partie, bobos émigrés, sont quelques fois très arrogants (tout leur est dû), et leurc comportement ollé ollé; j’en ai aperçu un l’autre jour, tranquillement installé sur le rail au milieu de l’autoroute et rigolant avec son portable, peut-être avec de la famille outre-manche, mais, indifférent à la circulation, à l’aise, comme en pays conquis.

UN RASSEMBLEMENT CITOYEN MAIS QUI FAIT FLOP

L’image de l’enfant mort sur la plage a été diffusée, et pas qu’un peu, jour et nuit sur toutes les chaînes depuis deux jours, mais, au grand désespoir de tous les conscientiseurs curés anars et gauchistes à la suite des journalistes énamourés de cette population en transhumance souvent mortelle, sans faire changer d’opinion ces «salauds" de français sondés!

Il était question d’une manif très importante réclamée par 20.000 ombres des réseaux sociaux. Les estimations fournies à la radio d’Etat furent d’abord assez minables: 4000 personnes. Mais consigne fût donnée à la presse de gonfler un peu plus; Le Point s’exécuta... mais vraiment très ridiculement:
« Pas en notre nom » : plus de 10 000 personnes se sont rassemblées samedi dans toute la France, et notamment à Paris, pour dénoncer les « politiques répressives » à l'encontre des migrants et soutenir les réfugiés en réponse à un appel citoyen lancé sur les réseaux sociaux. Alors que, d'après un sondage publié mercredi, l'opinion publique reste majoritairement (56%) opposée à l'accueil de migrants et de réfugiés sur le territoire français, 8.500 personnes ont manifesté à Paris, selon la police, pour « dire non aux politiques migratoires répressives qui conduisent à la mort de milliers de personnes et oui à l'accueil », a expliqué à l'AFP l'un des organisateurs, l'auteur et réalisateur Raphaël Glucksmann».

Y a un truc non? Un déséquilibre des chiffres... Comment une manif organisée par une engeance gouvernementale (les soit disants individus indépendants comme BHL ou le fils Glucksmann) peut réunir plus de 8000 personnes à Paris et seulement au total 1500 ailleurs dans le reste de la France? On se serait cru en mode bonux à la grand messe parisienne de janvier, avec conscientisation bobo mouton certifié: «Certains brandissaient la photo du petit Aylan Kurdi, un Syrien de trois ans retrouvé mort sur une plage de Turquie, une image qui a fait la une de nombreux quotidiens à travers le monde, suscitant une grande émotion. « J'en ai marre que les gens aient peur », a témoigné une participante, Véronique Wattiaux, 60 ans. « La société, c'est un brassage permanent. Je veux représenter ceux qui sont pour l'accueil» (Le Point).

Le Point précise mais ne nous dit pas tout, notamment pour expliquer la faiblesse de participation limitée aux antiracistes chevronnés: «L'appel sur Facebook de ce collectif citoyen a été relayé par plusieurs associations, comme SOS Racisme ou la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra). Des représentants de partis de gauche, socialistes, communistes et écologistes avaient annoncé leur intention de se joindre à la manifestation. Plusieurs responsables politiques de gauche étaient présents, notamment la secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts Emmanuelle Cosse ou le député socialiste Jean-Marc Germain, mais ils ont adopté un profil bas, conformément à l'appel des organisateurs, opposés à toute récupération politique. Le Front de gauche, le Nouveau Parti anticapitaliste et le syndicat étudiant Unef étaient également présents».

C’est Le Monde qui révéla les mic-macs dans l’après-midi: «Le flou s’est ainsi difficilement dissipé autour des organisations soutenant le rassemblement de solidarité avec les migrants, « Pas en notre nom », qui doit se tenir samedi à 17 heures place de la République, à Paris. Bien que se revendiquant « citoyen » et « spontané », il est apparu comme lancé par Raphaël Glucksmann, fils du philosophe André Glucksmann, à qui des militants reprochent une volonté de « récupération » et une proximité avec Bernard-Henri Lévy. Sur Facebook, alors que plus de 20 000 personnes annonçaient vouloir participer à l’appel, des associations ont finalement sauté le pas vendredi en fin de journée, à l’image de la Cimade : « C’est l’intention globale de mobilisation citoyenne qui doit primer, défend le secrétaire général de l’association, Jean-Claude Mas. Peut-être que les conditions émotionnelles et politiques sont réunies pour qu’il y ait un électrochoc. Vendredi soir, à l’initiative de la Ligue des droits de l’homme (LDH), une réunion inter-associative s’est tenue, regroupant des syndicats (CGT, FSU, Solidaires) et des entités comme SOS Racisme, la Licra ou le MRAP. Elle a débouché sur un appel au rassemblement mardi 8 septembre. « Nous voulons porter trois revendications : la suspension des accords de Dublin, l’application de la directive européenne relative à la protection temporaire en cas d’afflux massif de personnes déplacées et l’organisation d’une grande conférence nationale sur le droit d’asile », détaille Françoise Dumont, présidente de la LDH».

En réalité, du fait que la manif de soutien aux réfugiés apparaissait comme trop bien cornaquée par le gouvernement fauteur de guerres et vendeur d’armes, la gauche mélenchonesque et sa syndicratie ne pouvaient que se désolidariser d’un truc qui ne prend pas dans la population ouvrière (les sondages en font foi), et se charger du «partage du travail» comme on disait autrefois des divisions syndicales arrangées, et laisser les débiles écolos sur la bas côté. Pour ne pas laisser récupérer par le FN des franges basses de la classe ouvrière ou conforter le «tous pourris» Terre d’asile et gauchistes et syndicats devaient donc se désolidariser de la première manif oecuménique de la gauche caviar, même si ces engeances sont surtout composées de bobos acharnés à «conscientiser» ces «cons de prolos» sur le fâchisme à nos portes. L’Immonde fait curieusement la remarque suivante: «Les militants écologistes, communistes ou anticapitalistes sont pourtant ceux que l’on retrouve dans les luttes locales de défense des migrants. Mais le discours de leurs dirigeants, qui défendent un accueil plus généreux des réfugiés, reste inaudible.Le Parti socialiste a donné l’impression de courir après l’événement : annonçant vendredi, en fin de journée, que des élus et des membres de sa direction seraient présent samedi. Le PS organisera aussi, mardi 8 septembre, un « grand meeting » parisien « en soutien aux villes solidaires avec les réfugiés ».

Bon le PS nous fait le coup de l’antiracisme plouc - de nombreux retraités bobos électeurs PS habitant désormais nos campagnes et raflant les postes d’édiles municipaux - mais qu’on ne nous raconte pas que les militants de ces partis godiches sont des représentants de l’humanité!

LA GAUCHE BOURGEOISE ET MILITANTE EN PREND PLEIN LA GUEULE... PAR LES ANONYMES

Ne vous inquiétez pas je n’y suis pas, je ne veux pas m’abonner au Monde, mais je peux mourir d’un moment à l’autre, peu importe ma petite vie au regard de l’océan de l’humanité, il reste une conscience de classe évidente, insubmersible au-delà de chaque individu; voilà ce qu’on peut lire de jouissif de la part de gens non inféodés au mercenariat!

"La "nouvelle gauche" a remplacé l'idée de lutte des classes par l'idéologie des droits de l'homme et a substitué les ONG et les "Associations" aux partis politiques. En ne tenant pas compte de l'opinion de la population, elle a contribué massivement à la montée des "populismes". Si les chapelles de l'extrême-gauche et de la "gauche de la gauche" s'emparent de la question des migrants, alors c'est foutu ! Leurs thèses irresponsables en faveur de l'ouverture des frontières tout azimuts, de l'augmentation toujours accrue des dépenses sociales et de impôts, de l'étatisation de l'économie, vont tétaniser l'opinion et freiner, sinon empêcher, l'accueil et la prise en charge nécessaire de réfugiés syriens en France».

Contre l’immonde dont un sous-fifre se permet de déclarer:
MIGRANTS «NOTRE FAILLITE COLLECTIVE»
Voici les réactions intelligentes et cinglantes:

«Absolument pas d'accord pour parler de 'faillite collective". Ce n'est pas l'Europe qui jette les réfugiés sur les routes, mais l'Etat Islamique et Bachar Et Assad. Accueillons les migrants, mais sans battre notre coulpe. Ni Onfray ni Ramadan».

«On dirait que personne ne se rappelle plus l'annonce du Califat, il y a à peine un an: "Nous allons lâcher sur vous, les Européens, une armée d'un million de croyants qui vous inonderont." Nous y sommes, semble-t-il. Que le Califat soit né de la grande confusion créée par les interventions contre le Mal ou en faveur du Bien dont la couleur varie sans cesse dans la tête des dirigeants occidentaux, c'est une autre question. Cette fois, on a l'impression qu'il y a quelqu'un qui sait où il va».

«Je ne suis pas d'accord : ce n'est pas NOTRE faillite collective. C'est celle de ceux qui se sont emparés du pouvoir peu ou pas démocratiquement et dont la seule préoccupation, c'est de maximiser les profits scandaleux d'une minorité. En dehors de cet unique objectif, l'Europe n'existe pas, n'a pas de politique étrangère, n'a pas de défense, n'a pas de politique fiscale, éducative, judiciaire...). L'inertie de l'Europe génère le terreau pour des guerres (proche orient, ex Yougoslavie, Ukraine)».

«Nous serions responsables si l'on nous avait demandé notre avis sur la guerre en Syrie et en Libye. Ce n'est pas le cas. Car nous aurions répondu : utilisez la diplomatie. L'Iran n'a pas été envahi, l'embargo a payé, les liens sont aujourd'hui renoués, la population est sauve. Les responsables des bombardements en Libye doivent êtes nommés. Onfray a commencé».

«Cette crise est avant tout une crise du Moyen-Orient, parbleu ! Pourquoi, tout simplement, les riches monarchies du Golfe n'accueillent pas "tous" leurs frères et soeurs en religion, plutôt que d'acheter des équipes de foot, des buildings et des entreprises en Europe et ailleurs. Il leur suffirait de consacrer un tout petit pourcentage de leurs centaines de milliards de pétro-dollars et la plupart des problèmes matériels (logement, alimentation, santé...) seraient résolus».(le mignon de la fille Le Pen, F. Philippot a été très convaincant en développant ce aspect le samedi soir sur BFM et a très bien souligné la responsabilité de Sarkozy, à cette nuance qu on voit mal les chrétiens aller se réfugier chez les tarés pétromonarques); le problème dit familial des LE Pen fait l'objet d'un traitement médiatique en France au moins aussi long que l'usage de la photo de l'enfant noyé, la compassion des médias pour le "pauvre vieux" - érigé pourtant comme le plus grand raciste vivant en temps normal - fait pitié.

Et je suis aussi OK avec la distance prise par Natacha Polony face à toute cette comédie si bien organisée qu'elle ne peut pas ne pas avoir été planifiée émotionnellement, ce qu'a laissé entendre l'ex-trotskien chef du parti gouvernemental, Cambadélis, hier soir dans l'émission "on n'est pas couché", avouant sous pression d'une journaliste pugnace, avoir suggéré depuis plus longtemps un battage médiatique sur les migrants (qui ne veulent pas devenir réfugiés):

«On connaît le vieux débat: émotion contre raison. Et la société du spectacle nous a tant abreuvés de cette émotion dégoulinante qui nous interdit de penser, que surgissent logiquement des réactions épidermiques. Comment les éviter quand les bons sentiments s'étalent, servant parfois de support à l'égotisme le plus indécent? (...) Raison contre émotion? Peut-on décemment prendre la posture de l'esprit fort, au-dessus des larmes, pour finir par expliquer que nous ne sommes pas responsables, et que le coup de l'émotion, ça ne prend pas? Raison ou émotion, l'opposition est parfaitement hors sujet quand il ne s'agit pas d'une simple photo, quand on ne parle plus seulement de cet enfant comme endormi, saisi avec encore tous les attributs de la vie, mais irrémédiablement figé dans nos mémoires comme une icône de ce XXIème siècle en naufrage. Ce qui se joue dans cette image, c'est bien l'avenir de l'Europe et de la France, confrontés aux mêmes horreurs que celles qui ont ébranlé le XXème siècle. Nous avons à nos portes des hommes, des femmes, des enfants et des vieillards qui subissent le joug d'une barbarie sans nom. Pire, cette barbarie est le fruit d'une politique irresponsable dont on attend toujours que s'excusent ceux qui ont applaudi à l'intervention en Irak en 2003, à l'intervention en Libye en 2010. Se souvient-on que l'OTAN au nom de l'ONU a bombardé Belgrade pour bien moins que ça? Elle est soutenue par nos alliés, les Etats du Golfe dont l'Etat islamique précise dans ses documents officiels que les ressortissants bénéficient d'une dérogation pour pouvoir acheter plus de trois femmes ou fillettes sur les marchés aux esclaves, la Turquie, qui prend prétexte de sa participation aux bombardements de la coalition pour frapper ses véritables ennemis, les Kurdes, seuls résistants de terrain aux djihadistes».

 LES RAISONS DU MUTISME DES RESIDUS DU MILIEU MAXIMALISTE

Ce n’est pas la première fois que je le signale, lors de grands événements ou campagnes délirantes précédentes, le milieu politique du communisme intégral et certifié le bon a toujours un énorme retard au démarrage, mais qui s’aggrave du fait d’un monde mouvant, de la disparition de grands militants chevronnés, de l’éclatement en sectes et surtout en couples hélas, même plus de noyaux minimum à 3 comme l’exigeaient les statuts de l’AIT (NB: pour favoriser la prise de décision lors des désaccords); le couple homo ou hétéro qui se targue d'être une organisation ou qui en cornaque une même petite, scelle le règne d'une gouvernance totalitaire et corrompue, qui si elle réussit en politique ne peut accouché que d'une dictature  variante du "communisme stalinien".

Sur cette affaire des migrants c’est même normal à mon point de vue. La plupart, comme les gauchistes, sont restés sur cette vieille idée: l’immigration c’est le prolétariat. Non pas que l’idée soit fausse, le prolétariat s’est constitué nationalement mais s’est développé par la suite surtout par de grandes vagues migratoires, mais ce n’est plus tout à fait pareil, et depuis longtemps, je daterai depuis les migrations forcées après la Seconde Guerre mondiale. Des populations apeurées, pourchassées et qui trouvent refuge dans des pays plus accueillants ne sont pas de nature à contester ou combattre leurs hébergeurs. Je ne vais pas épiloguer sur le sujet, cela est fait dans un de mes derniers livres, mais il suffit de remonter aux boat-people des années 1970, en fin de celles-ci. On n’assista point à un engouement des cadors du gauchisme et de l’ultra-gauchisme pour ces «petits bourgeoise réacs» qui fuyaient en masse Vietnam et autres Cambodge «libres», ni de la gauche encore hors du fromage gouvernemental. Des intellos en compétition réconciliés sur le tard, Aron et Sartre avaient été arpenter le perron de l’Elysée.
Mais à la même époque, la «lutte des immigrés» laissait poindre une nouvelle insurrection des pauvres pour certains gauchistes et plus; pour le parti bordiguiste encore existant numériquement en France (et en effet le plus nombreux dans le camp maximaliste) la «préférence immigrée» allait secouer la torpeur de l’ouvrier français petit-bourgeois... Manque de pot l’islamisme a doublé le stalinisme à la charnière d’années de mensonges et d’illusions naïves. La secte CCI qui se repose sur son credo simpliste «la classe ouvrière = classe d’immigrés», serait en peine de nous expliquer comment les bobos syriens - qui ne veulent pas du provisoire des camps de réfugiés - mais bien monter dans l’ascenseur européen et industriel - comment ces arrivées vont renforcer le prolétariat et sa conscience plus ou moins obscure de la nécessité de renverser le capitalisme... Ou alors il leur faudra nous expliquer en quoi les un million de "réfugiés" pieds noirs en France en 1962 ont renforcé la classe ouvrière dans sa "mission" révolutionnaire internationaliste... à moins qu'ils soient conscients que ces colons ont eu comme places privilégiées: flics, garde-chiourmes et petits chefs dans les usines contenant une majorité d'immigrés du colonialisme, j'allais dire de réfugiés coloniaux happés par le profit de la métropole. La France d'alors, il est vrai encore en période de reconstruction des dégâts de World War 2 et en manque de main d'oeuvre (pour la catégorie "ouvrier" on piocha allègrement parmi les colonisés), n'avait eu aucun mal à intégrer, voire digérer UN MILLION de réfugiés colons sans compter des centaines de milliers de petites mains maghrébines, sans discussion ni tambours et trompettes!

L’évènement actuel «migrations», boosté par la propaganda mondialiste, est du même ordre que les boat-people et que la fuite éperdue autour du mur de Berlin: ils veulent se sauver ce qui est normal mais pour conserver un capitalisme moins barbare et s'installer plutôt en haut des marches... j’ai envie de dire qu’on en prend pour des années de réaction!

C’est bien beau de clamer comme la TCI - le seul groupe véritable à avoir pris position sur la crise des migrations il y a quelques mois - que c’est la faute à la crise capitaliste mondiale donc au profit, mais c’est plus compliqué. Quoique avec toutes ces chinoiseries racoleuses... ne nous fait-on pas passer hors du problème le plus important: pourquoi ces bruits de guerre et cette propagande misérabiliste juste après "l'effondrement chinois" qui n'est pas en soi chinois mais manifeste les tremblements d'un nouveau krach? Et cause réelle des soudains prurits impérialistes?


à suivre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire