"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

dimanche 13 juillet 2014

Communiqué du PCI contre les exactions israéliennes



A bas les nouvelles exactions criminelles de l’Etat israélien !

Solidarité avec les masses prolétariennes palestiniennes !

Le jeudi Juin 12 au soir trois jeunes Gilad Shaar, Yifal Efrad et Naftali Frankel ont été enlevés par deux militants soupçonnés d'être liés au Hamas, l'organisation politique islamique, alors qu’ils faisaient du stop à un carrefour près de Gush Etzion, une colonie en territoire palestinien . A partir de ce moment, il s’est écoulé 18 jours avant que les cadavres des trois jeunes colons aient été trouvés. Ces 18 jours ont coûté la vie à au moins 6 Palestiniens en Cisjordanie (dont un mineur), occasionné pas moins de 600 arrestations arbitraires, la fermeture d'innombrables centres et  associations, y compris le cambriolage et le vol de médias étrangers (1), la fermeture de routes et autres quantité dabus perpétrés par l’armée israélienne contre la population sous le prétexte de la recherche et de la capture des ravisseurs. Cela a été également deux semaines d'une politique agressive et d'intimidation du gouvernement israélien accusant le Hamas de ce qui s'est passé, menaçant de mesures possibles de rétorsion pour désintégrer totalement cette organisation; et les appels aux responsables de l’Autorité Palestinienne (AP) d'Abu Mazen pour qu’ils prennent leur distance et rompent l'unité de la bourgeoisie palestinienne (2). Il n’a pas été surprenant de voir Abou Mazen s’empresser de condamner publiquement l’enlèvement, et ouvrir la possibilité d’une rupture avec le Hamas ;
La fondamentaliste, réactionnaire et anti-ouvrière organisation Hamas a déclaré être étrangère à l'affaire, alors que son chef en exil, Khaled Mechaal,  a déclaré que tout en ignorant ce qui s’était passé, il soutenait toutes les actions contre l'occupation israélienne (3). C'est à dire, quelles soient dirigées contre des prolétaires, des petits-bourgeois ou des militaires, sous-entendant ainsi que tout Juif est une cible.
Janin Zoabi, un député du parlement israélien membre la « coalition arabe », a déclaré que les membres du Hamas ne sont pas des terroristes mais des combattants de la liberté, (4), provoquant l'appel à son lynchage public : dans les différents réseaux sociaux beaucoup ont appelé à sa mort. Durant ces deux longues semaines, les membres de la droite radicale et fasciste sioniste qui tiennent le haut du pavé avec la complicité du gouvernement ont utilisé les déclarations de Janin Zoabi pour lancer des tirades racistes enflammées qui semblent être une parodie de la propagande troisième Reich. (5) « Mort aux Arabes », « Ce sont tous des ennemis! », « Supprimer les traîtres! », « un bon Arabe est un Arabe mort », « La peine de mort pour les  mejablim (terroristes en hébreu) » ; et après que les cadavres aient été trouvés, nouvelle déferlante de « Mort aux Arabes », « Que  l'armée les enfume », « La haine des Arabes n'est pas du racisme, il s'agit de valeurs ». Et bien d'autres expressions racistes qui ont pénétré le prolétariat juif et les vastes couches moyennes, les rendant complices de ce délire raciste. (6)
Manœuvres étatiques
Le dimanche 30 Juin, autour de 17 heures, dans le village de Halul, près d'Hébron, trois cadavres ont été trouvés, grâce à l’incorporation d’escadrons civils aux forces militaires (7). Peu de temps après il a été confirmé qu'il s’agissait des trois jeunes qui avaient été enlevés. Le gouvernement a tenu une réunion spéciale, pour décider comment réagir. Le Premier Ministre Netanyahu a promis des mesures de rétorsion, et des attaques sur Gaza, ainsi que la démolition des maisons des coupables présumés (8) ont commencé.
Après l'enterrement des jeunes lors d’obsèques de masse, certains faits inconnus de l’opinion publique sont venus à la lumière. Le plus important de tous est l’enregistrement de l'appel téléphonique de l'un des otages à la police pour l’informer de l'enlèvement ; puis le bruit de coups de feu, apparemment des cris de douleur des jeunes et de joie des ravisseurs (9). Tout cela n’a fait que confirmer les soupçons d'un assassinat délibéré étant donné qu'à aucun moment les ravisseurs n’ont avancé des revendications, et qu’aucune organisation n’a revendiqué l’enlèvement.
Autrement dit, le gouvernement savait presque avec certitude que les jeunes avaient été tués, mais il a néanmoins utilisé les canailles de médias, et ses canailles de mercenaires, pour justifier une opération menée conjointement avec l'AP corrompue et vendue (10) pour démanteler en Cisjordanie le parti Hamas qui était la cible principale de Netanyahu (11), et renforcer ainsi la domination de ses marionnettes dans la malheureuse Palestine occupée. Mais c’est et ce sera toujours le prolétariat arabe palestinien qui subit les conséquences directes de tout cela: assassinats, expropriations, détentions arbitraires et souffrances innombrables sont le pain quotidien de la population palestinienne. Et une fois de plus à la vue du monde entier, sans que cela ne suscite de réactions des dits «pays démocratiques » ;
Terrorisme
 Les ravisseurs n’ont pas été retrouvés, mais ils ont déjà des noms pour les médias israéliens: Marwan Abu Eisha Kawasme et Amar, deux militants du groupe islamiste Hamas, qui dans le passé ont été détenus dans les prisons israéliennes. Il est vrai que le meurtre de trois jeunes, dont deux mineurs, simplement parce qu'ils étaient Juifs, sans aucun objectif politique défini, est une imbécillité criminelle, inspirée par la méthode de la haine raciale que le fondamentalisme islamique, ultra-nationaliste, réactionnaire et anti-ouvrier, inculque à ses militants, jeunes sans avenir ni perspectives. Mais il demeure que ces attaques sont fondées  sur une base matérielle bien réelle et tangible.
L’occupation de l'Etat colon israélien qui fomente l'oppression nationale et qui s’attache la bourgeoisie palestinienne représentée par l'AP pour opprimer la vaste prolétariat palestinien, avec des sociétés israéliennes qui paient en dessous du salaire minimum israélien dans les territoires occupés, engendrant une augmentation générale de la pauvreté qui a déjà provoqué manifestations et grèves contre le gouvernement palestinien, couplé avec l'oppression de la bande de Gaza et son blocus pour en faire un véritable ghetto : tout cela débouche inévitablement sur des réactions désespérées.
Le mécontentement du prolétariat palestinien envers une Autorité Palestinienne  et des organisations nationalistes corrompues a en effet été récupéré par des organisations de type fasciste pan-islamique, qui promettaient de lutter contre la corruption et de rompre avec les capitulards du Fatah ; malheureusement les forces prolétariennes n’ont pas pu trouver la voie de la lutte de classe en raison de l’absence du Parti de classe, causée par  la défaite infligée depuis plusieurs décennies au prolétariat par l’opportunisme, en particulier par le stalinisme, fossoyeur de la Révolution d'Octobre et falsificateur de tout le programme communiste.
Ce sont les mêmes opportunistes qui aujourd’hui soutiennent l'AP et qui approuvent la violence terroriste de l'Etat sioniste! Qui forment un gouvernement national avec les Islamistes réactionnaires et anti-ouvriers! Ce sont les mêmes qui chantaient les louanges de Staline, le père des peuples!
… et canailles
Aujourd'hui, le nationalisme juif a fait une nouvelle victime, Mohamed AbuKhdir 16 ans, enlevé et brûlé vif puis abandonné dans une forêt à l'extérieur de Jérusalem, apparemment par des extrémistes juifs, pour venger la mort des trois jeunes colons (12) ;
Aujourd'huicertaines organisations de l'extrême droite sioniste, sortent dans les rues en criant « Mort aux Arabes » et frappant tout Arabe qu’elles rencontrent (13), les médias israéliens de merde ne parlent que des erreurs de la police pour retrouver les jeunes Juifs enlevés, (14) et publient d'innombrables photos et publications parues dans les différents réseaux sociaux incitant à la haine raciale contre les Arabes, alors qu’ils ne disent rien des morts en Palestine ou de la douleur des mères palestiniennes qui n’a pas été portée devant l'ONU (15) ;
Aujourd'huiles différentes fractions de la gauche israélienne appellent au calme, organisant des manifestations pour faire savoir que tout le monde n’est pas pour la violence (16) ; qu’ils sont pour la paix, et qu’il faut réconcilier les deux peuples grâce à la négociation – c’est-à-dire réconcilier deux bourgeoisies qui sont en réalité déjà d’accord contre les prolétaires, démontrant clairement la nécessité de réaffirmer que les pacifistes finissent toujours par se rallier aux bellicistes : c'est pourquoi la réponse naturelle des enfants des prolétaires palestiniens, qui descendent dans la rue pour jeter des pierres, détruire une les caméras de surveillance, brûler des pneus et ériger des barricades, en souvenir du petit martyr, est condamnée par les pacifistes comme des excès ne contribuant pas à la pacification sociale ! (17) ;
Aujourd’hui où se multiplient les bombardements terroristes israéliens sur Gaza avec leurs dizaines de victimes parmi la population, alors que les Etats arabes bourgeois montrent leur indifférence ou leur complicité ouverte (Egypte) avec l’Etat hébreux ;
Aujourd’hui où les canailles impérialistes donnent carte blanche au gouvernement israélien en ne condamnant que les tirs de roquettes du Hamas (lancées au hasard en direction des villes israéliennes, elles ne constituent en rien une menace militaire contre Israël, mais, visant les populations civiles, elles ne servent en définitive qu’à souder contre les « terroristes » la population juive autour de ses dirigeants) (18) ;
Aujourd’hui, ce qu’il faut dénoncer et ce contre quoi il faut lutter, c’est l'occupation et la colonisation, les injustices et les expulsions, l’oppression et la violence subies quotidiennement par les Palestiniens, et en premier lieu par le prolétariat palestinien. Cette violence qui à cause de la déliquescence de toutes les organisations soi-disant de gauche ou « marxistes » qui ont toutes capitulé devant l'ordre et la paix bourgeoises et se sont mises au service de la contre-révolution, alimente en Palestine un mouvement réactionnaire opposé aux intérêts de classe des prolétaires qui ne voient dans leurs frères de classe israéliens que des objectifs de la lutte nationaliste et  capitaliste. C'est la tragédie de masses prolétariennes privées de toute organisation de classe et laissées isolées face à l’oppression.
Exploités dans tous les pays, que ce soit en Israël, au Liban, en Jordanie ou en Cisjordanie, les prolétaires palestiniens sont l'expression vivante que les  prolétaires n'ont pas de nation.  La lutte contre l’oppression nationale et l’exploitation capitaliste dont ils souffrent ne pourra se réaliser qu’à travers un long et difficile chemin pour se placer sur des positions de classe, pour constituer leurs propres organisations prolétariennes indépendantes, et œuvrer à la révolution communiste internationale en liaison étroite avec les prolétaires de la région et du monde.
Le recours aux méthodes de la lutte de classe, la reprise de la lutte de classe, est une condition pour la collaboration entre les travailleurs juifs et arabes ; mais celle-ci ne pourra se réaliser tant que les prolétaires de la nation dominante – les prolétaires juifs d’Israël – ne trouveront pas la force de rompre la collaboration de classe avec leur bourgeoisie criminelle, de manifester leur opposition à l’oppression nationale exercée en leur nom sur les Palestiniens et leur solidarité avec leurs frères de classe. Alors ils pourront s’unir aux prolétaires des autres pays pour un objectif commun: le renversement des Etats bourgeois et l’instauration de la dictature internationale du prolétariat afin de liquider le système capitaliste, seul façon d’en finir avec toutes les injustices, toutes les oppressions,  et tous les antagonismes et tous les conflits nationaux, raciaux ou religieux qui en sont les conséquences.
 Dans cette perspective le rôle des prolétaires des grands pays impérialistes est particulièrement  crucial parce que c’est l’appui de « leur » Etat, de « leur » bourgeoisie qui permet à l’Etat israélien d’avoir les mains libres contre les masses palestiniennes ; le meilleur soutien qu’ils peuvent donner aux prolétaires et aux masses palestiniennes consiste dans la reprise ouverte de la lutte anti-capitaliste, dans la réalisation effective de l’union de classe avec leurs frères de classe étrangers, donc dans la rupture totale avec l’interclassisme démocratique, nationaliste ou xénophobe, pour faire vivre l’internationalisme prolétarien.

Pour l'unité de tous les prolétaires!
Pour la reconstitution du parti de classe international !
Pour la révolution communiste mondiale !
PARTI COMMUNISTE INTERNATIONAL
11/7/2014
 www.pcint.org
L’AP qui contrôle la CisJordanie et le Hamas qui contrôlent Gaza ont récemment passé un accord d’union, suscitant la colère du gouvernement israélien parce que cela permettait une marge de manœuvre de l’AP par rapport à son maître israélien.
(14)
Pour essayer de justifier le soutien public de Hollande à Israël, l’Elysée explique que la France a été le seul pays européen à condamner l’horrible meurtre du jeune Mohamed ! Hollande avait déjà déclaré en 2012 que Israël était « très critiqué car c’est une grande démocratie »…




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire