"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

mardi 30 juillet 2013

EGYPTE ET TUNISIE : LES SILENCES DE LA GAUCHE ET DES GAUCHISTES




En ces temps de dramatiques accidents ferroviaires en série, la terrible répression des manifestations des partisans du gouvernement islamique de Morsi en Egypte pourrait presque passer pour un autre fait divers prolongeant la série morbide de « déraillements » dont on s’empresse de faire porter le chapeau au seul prolétaire dans sa cabine pour valoriser les bisous compatissant et pipole chic des aristocrates espagnols aux familles des défunts.

Il aura fallu attendre un mois pour que le laquais gouvernemental français Fabius proteste contre le non-nommé « coup d’Etat » et néanmoins bain de sang sous l’épaule de l’armée en Egypte. Jusqu’à ce lundi, c’est le même attentisme lâche de tout gouvernement occidental qui présidait à cet étrange long silence. Un silence lourd d’approbation, si l’armée mercenaire des USA était en voie de rallier les couches moyennes plus ou moins laïques, en nous débarrassant des affidés frérots musulmaniaques, le viol du choix électoral par l’armée n’était-il pas en passe de devenir « rectification démocratique » ; presque cet obscur concept d’éligibilité-révocabilité immédiate qui préside en particulier au début des révolutions prolétariennes. Manque de pot, les masses dites laïques, pour le moins populaires, n’ont pas voulu servir outre mesure de masse de manœuvre aux militaires, même face au camp ennemi des frérots arriérés !
Nombre de posteurs anonymes « laïcards », pour ne pas dire pire, se réjouissaient plutôt du massacre des « arriérés ». Or les dits arriérés constituent une importante partie de la population civile – certains ne sont pas des saints et se réjouissent éventuellement de l’assassinat de coptes tout comme ils aiment violer les femmes en public – mais ce n’est certainement pas en tirant dans le tas que les mercenaires de la bourgeoisie US obtiendront de justifier leur coup d’Etat ni l’amitié des peuples. Si des arriérés se sont avérés prompts épisodiquement à violer des femmes non voilées, l’aile militaro-policière de la bourgeoisie ne s’est pas gênée pour violer sa propre légalité à coups de fusils. Il faut d’ailleurs souligner que ce viol militariste barbare vient, lui aussi, confirmer la vacuité du cinéma de la démocratie représentative. Au Chili en 1973, Allende avait été également viré comme un malpropre, accompagné par le meurtre de centaines de prolétaires, voire plus. Qu’on imagine les clameurs de la militance gauchiste si les soudards égyptiens avait tiré dans une masse de manifestants de l’autre bord ; on eût crié au « fachisme » ! Là, rien, silence radio depuis un mois. La secte bourgeoise électoraliste LO persiste à mener sa guerre opiniâtre contre la baisse du pouvoir d’achat et le NPA à s’émouvoir de l’érection probable d’un aéroport breton, pour faire monter le prix du terrain pour les ploucs des environs comme hier au Larzac et à Naussac.

Le commis Fabius a donc rétroactivement appelé "à la libération des prisonniers politiques, y compris celle de l'ancien président Morsi", ficelé par l'armée dans un endroit obscur au Caire. "Nous condamnons les brutalités. Nous appelons au dialogue, a ajouté le commis. La situation est très critique en Egypte. Il faut revenir vers un cheminement démocratique et refuser la violence ». Le sentier du « cheminement démocratique » est tordu : « Le président Morsi avait été élu dans des conditions régulières mais le sentiment qu'ont eu beaucoup de personnes, c'est qu'il voulait aller vers un islamisme à marche forcée et d'autre part la situation économique était catastrophique ». Ce n’est donc qu’une moitié de désapprobation et on ne se risque pas à insulter la bête kaki. Cette même armée qui emprisonnait les jeunes de la place Tahrir et organisait les tests de virginité. Beaucoup d’attouchements de barbudos islamistes feraient-ils oublier la photo de la femme dénudée, frappée à coups de pieds au ventre et trainée par les militaires lors des manifestations antérieures ?
Nul doute que le commis Fabius a voulu approfondir la phrase célébrissime du penseur d’Etat F. Hollande : « l'Islam est compatible avec la démocratie » ; à l’heure où il faut plus faire confiance aux imams formés en Françafrique pour domestiquer les « jeunes hommes » violents des campings, des piscines municipales et de Trappes, qu’aux pandores, qui ne déméritent pourtant pas de contrôler quelques provocatrices déguisées en Belphégor.

LA POLITIQUE DE L’AUTRUCHE

Le NPA, lorsque l’actualité dérange un peu trop ses clichés politiques, se contente de publier la prise de position de confrères en trotskysme caméléon :  «Pas en notre nom!» Déclaration des Révolutionnaires Socialistes ». Curieuse prise de position qui, tout en se distanciant de l’armée (du « bonapartiste » Al Sissi), imagine que le coup d’Etat a été une étape de la révolution, tout en se contorsionnant pour ne pas approuver les massacres avec cet inénarrable fleur de rhétorique gauchiste démocrate le fameux « chèque en blanc» trotskien: « Les Frères musulmans ont été renversés afin d’approfondir la révolution et non pour soutenir le régime. Quels qu’aient pu être les crimes commis par la Confrérie contre le peuple et contre les Coptes en défense de son pouvoir au nom de la religion, nous ne confions pas notre autorité au chef de l’armée: Al-Sissi [ministre de la Défense et dirigeant du Conseil suprême des Forces armées]. Nous ne descendrons pas dans les rues vendredi, offrant un chèque en blanc pour que des massacres soient commis. Si Al-Sissi dispose des moyens légaux de faire ce qu’il souhaite, pourquoi fait-il appel au peuple pour qu’il descende dans les rues? Il veut d’un référendum populaire sur le fait qu’il assume le rôle d’un César [bonapartisme] et que la loi ne lui fera pas obstacle ».
Au milieu de contorsions qui zigzaguent et divaguent dans la trinité des (vagues) masses, des frérots arriérés et de l’armée pro-USA, il semble bien que nos trotskiens égyptologues refusent de servir de bébés éprouvettes aux retournements et exactions de l’armée bourgeoise : « Les crimes que Morsi a réalisés, il les a réalisés avec l’armée, la police et l’Etat de Moubarak. Ils doivent tous être tenus responsables et jugés ensemble. Donner au vieil Etat un mandat pour que ses institutions répressives puissent faire ce qu’elles veulent de leurs partenaires en crime d’hier ne fera que leur donner le champ libre pour réprimer ensuite toute opposition. Ils réprimeront tous les mouvements de protestation, les grèves ouvrières, les sit-in et les manifestations. Nous ne pouvons pas oublier que les crimes commis par les Frères musulmans à travers le pays se sont déroulés sous les yeux de la police et de l’armée sans qu’ils n’interviennent en aucune manière pour protéger les protestataires ou les gens. Les masses qui descendent dans les rues ce vendredi 26 juillet 2013 font du tort à la révolution, quoi que puissent penser ceux qui y participent. Donner à l’armée un mandat populaire pour qu’elle en finisse avec les Frères musulmans va inévitablement conduire à la consolidation du régime contre lequel la révolution s’est soulevée pour le mettre à bas ».

LES VERTUS AMBIGUES DE L’ARMEE CAMELEON

Un ancien petit chef de la vieille mouvance trotskienne, rangé des barricades romantiques et promu journaliste au Nouvel Ob, Jean-Marcel Bouguereau détonna au détour d’un articulet dans le silence de la gauche caviar et de ses gauchistes défenseur du voile islamique et de la démocratie bâchée ; il confia son angoisse d’un cheminement vers le spectre de la « guerre civile » :
« C’est à un véritable massacre que l’armée égyptienne s’est livrée. Un massacre dont les stigmates subsisteront longtemps dans l’histoire d’Egypte comme dans la geste des frères musulmans que le général Al-Sissi vient de transformer, à son grand profit, en martyrs. Des dizaines de morts, peut-être une centaine, des milliers de blessés. En moins d’un mois, le général vient ainsi de se situer dans une lignée sinistre. Tout indiquait pourtant qu’Al-Sissi bénéficiait au départ d’un fort soutien populaire. Les manifestations,  plus importantes que lors du soulèvement  contre Moubarak, exprimaient la très forte hostilité que les frères musulmans avaient suscitée. Ils avaient réussi à coaliser contre eux  une classe moyenne  qui n’entendait pas se faire imposer un régime d’un autre âge, contrôlant aussi bien le pouvoir judiciaire, que l’armée et les médias ». Bouguereau ne dit rien de consistant à partir de cette amorce d’inquiétude de bourgeois repus. Il défendrait presque l’armée mercenaire caméléon lui-aussi. Il ne lui vient pas à l’idée que, d’une certaine façon, l’armée caméléon a pris les devants pour éviter une véritable guerre civile entre la population civile et les diverses factions musulmaniaques qui se croyaient intouchables au pouvoir.
Mais, comme en Tunisie, avec la version inversée du meurtre d’opposants à l’Etat islamique, la bourgeoisie internationale veut surtout nous faire croire que le choix serait entre « guerre civile » entre musulmaniaques et une vague population civile entrainée par d’aussi vagues « couches moyennes ». Un tel choix sert à merveille à éviter toute mis en cause de l’Etat bourgeois, des oscillations de son armée, pas si impulsivement brutale qu’on le dit ; ce sont en effet des forces policières et des lumpens qui sont considérés comme responsables principaux des massacres, même si l’armée caméléon a laissé faire.

LA COMEDIE DE LA CLIQUE DES OPPOSANTS EN DENTELLE EN TUNISIE

Toute l’hypocrisie de la défense de la démocratie représentative s’étale à vue de nez depuis les cartels de nos révolutionnaires d’opérettes tunisiens jusqu’aux marionnettes de la « gauche égyptienne » roulée dans la farine par l’armée caméléon. Ne remettant nullement en cause les prérogatives de l’Etat, même occupé par d’autres incapables musulmaniaques, la vindicte et le verbe haut de l’intellectuel tunisien n’a de cesse que de vanter la démocratie représentative et l’unité bourgeoise sous le drapeau national. Lecteur tu y cueilleras aussi des fleurs de cimetières comme « la justice transitionnelle » ( !?) et ces poncifs creux si pétainistes « travail, liberté, dignité nationale » :
« Nous, Tunisiennes et Tunisiens conscients de l'extrême gravité de la crise que traverse notre pays, refusons la reproduction des scénarios algérien et égyptien. Déterminés à résister à la guerre civile, à la contre-révolution et à la tentation d'un retour à l'ordre sécuritaire, nous sommes résolus à nous battre corps et âme pour une solution collective, qui ne peut être que politique. Celle-ci doit impliquer l'ensemble du peuple tunisien, toutes classes sociales confondues, ainsi que l'ensemble de la classe politique, toutes tendances confondues. Aujourd'hui que le feu est dans la maison, et même si les hommes et les femmes politiques que les Tunisiens se sont choisis n'ont cessé de jouer au jeu du pompier pyromane, l'Assemblée nationale constituante reste, malgré ses défaillances, le seul espace d'élaboration commune d'un compromis politique capable de nous faire sortir de la crise dans les plus brefs délais. Quelles que soient les responsabilités des uns et des autres, le temps n'est plus aux accusations et aux dénonciations factices. La seule voie qui doit nous guider pour les prochains jours est la ligne rouge entre ceux qui fomentent et exacerbent la guerre civile, et par conséquent le processus de désagrégation nationale et sociétale, et ceux qui s'y opposent malgré leurs divergences idéologiques et politiques. Cette issue, confortée par des modalités concrètes de justice transitionnelle, est la seule à même de remettre les revendications originelles de la révolution tunisienne au centre du processus : travail, liberté, dignité nationale » (cf. Hèla Yousfi (universitaire) et Choukri Hmed (universitaire) in Le Monde).

La Tunisie n’a pas plus connu de révolution que l’Egypte. Tout le bla-bla qui enveloppe au fond une crise sociale inextricable et ininterrompue n’a pas pour but de sauver une révolution qui n’est même pas née. Les tribunes bien pensantes des intellos de la petite bourgeoisie politique et universitaire ne peuvent pas cacher une réalité où, sous la fausse opposition islamistes/démocrates, chaque fraction bourgeoise a pour but de tirer sur l’autre comme sur des perdrix, mais surtout d’exposer le prolétariat de ces pays à une mitraille  qui puisse les pousser à terme à choisir un de ces deux camps, tous deux étrangers au sien : celui de la lutte internationale et sans drapeaux nationaux des prolétaires internationalistes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire