"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

dimanche 6 décembre 2009

INFO SUR LA GRECE (communiquée par les camarades espagnols de Balance)

Pour resituer la portée réelle des événements en Grèce et ne pas se laisser abuser

par les agitateurs impulsifs, prière de lire la note 1 du message ci-dessus.

L'État grec rafle 162 otages à la veille de l'anniversaire de l'assassinat d'Alexandros Grigoropoulos

Ce soir, la démocratie a fait 162 prisonniers ; demain est notre jour : manifestations dans vingt villes à travers tout le pays

Sur les 162 personnes arrêtées, 75 ont été inculpées et passeront devant le procureur demain. [2h30]

Le commissariat de Zografou (Athènes) attaqué cette nuit à coups de cocktails Molotov

Déclaration de l’école Polytechnique occupée à Athènes

Un an après l’assassinat d’Alexandros Grigoropoulos par l’État grec, l’armée d’occupation du régime essaie de contrôler chaque coin de rue.

Les assassins armés ont envahi le squat autogéré Resalto et la mairie du quartier de Keratsini occupée suite à l’entrée des flics dans le squat. Ils ont isolé les espaces de lutte politique et sociale, ils ont encerclé le quartier d’Exarchia et l’école Polytechnique, en procédant à un grand nombre d’interpellations et d’arrestations (pour des contrôles d’identité et certains avec des chefs d’inculpation) et cela continue en ce moment. Les pantins du régime, les médias, reproduisent la propagande d’État en créant un climat de terreur. Un an après la révolte sociale de décembre, le système de l’oppression et de l’exploitation tente à nouveau de regagner du terrain. Il tente d’imposer un état d’urgence afin de museler la rage populaire et d’imposer un silence de cimetière dans la société. Prenant acte que la ville est sous occupation, nous occupons l’école Polytechnique.

Nous appelons chacun qui résiste à continuer la lutte par tous les moyens.

Nous tenons cet espace et nous déclarons notre solidarité à tous ceux qui subissent la répression d’État. Nous exigeons la libération immédiate de tous les interpellés et des inculpés.

Tous dans la rue demain dimanche 6 décembre à Propylea, 13h30.

On n’oublie pas, On ne pardonne pas,Tout continue.

Occupation de l’école Polytechnique d’Athènes, 6 décembre 2009

Indymedia Nantes / After The Greek Riots.

Affaire Grigoropoulos/anniversaire : plus de 150 arrestations préventives

La police grecque a arrêté samedi plus de 150 personnes, dont cinq Italiens, à la veille des manifestations prévues pour marquer le premier anniversaire de la mort d’un adolescent tué par un policier à Athènes, a-t-on indiqué vendredi de source policière. La mort d’Alexis Grigoropoulos, 15 ans, avait déclenché l’hiver dernier des violences urbaines inédites dans le pays, radicalisant une frange de la mouvance contestataire. Un groupe de 12 militants anarchistes présumés, dont cinq Italiens, quatre hommes et une femme, et trois Albanais, ont été arrêtés à Athènes après que deux voitures ont été incendiées dans le quartier central d’Exarchia, où avait été tué Alexis Grigoropoulos le 6 décembre 2008, selon la source policière.

81 autres militants présumés ont également été interpellés pour être interrogés, a-t-elle ajouté. Vingt autres ont été arrêtés dans un repaire anarchiste présumé à Keratsini, une ville proche de la capitale, où les policiers ont trouvé deux bidons d’essence, des masses et 13 masques à gaz, selon la source policière. «Les opérations de recherches ont confirmé de premières informations indiquent que ce lieu était utilisé pour fabriquer des explosifs et lancer des attaques», a déclaré la police dans un communiqué.

41 autres militants anarchistes présumés qui avaient brièvement occupé la mairie de la ville ont également été arrêtés après que la police a donné l’assaut sur le bâtiment. À Athènes, quelque 6000 policiers doivent encadrer des manifestations prévues dimanche et lundi, organisées par des coordinations étudiantes et lycéennes, des organisations de gauche et des syndicats. Des milliers de personnes, dont certains venus spécialement de l’étranger, sont attendues dans les rues d’Athènes dimanche, selon les médias locaux. La manifestation est prévue à l’issue d’une cérémonie religieuse organisée sur la tombe d’Alexis Grigoropoulos à Palio Faliro, une banlieue de la capitale. Près de 500 personnes ont participé samedi soir à une première manifestation à Thessalonique (nord), selon la police locale. Vendredi, des syndicats d’enseignants avaient indiqué que des dizaines d’universités et lycées étaient occupés par étudiants et élèves pour marquer cet anniversaire. Des forces seront déployées dans toutes les grandes villes et l’ensemble du personnel sera en état d’alerte, selon une source policière. Le gouvernement socialiste a aussi demandé aux partis d’opposition de contrôler leurs mouvements de jeunesse. «J’espère que la mémoire d’Alexis sera honorée pacifiquement, c’est le moins que nous lui devons», a déclaré le chef de l’État, Carolos Papoulias, dans un message vendredi. «Nous ne tolérerons pas de violence», a pour sa part lancé le vice-Premier ministre, Théodore Pangalos. Placé en détention provisoire, le policier auteur des tirs fatals à Alexis Grigoropoulos doit être jugé à partir du 20 janvier 2010 pour homicide volontaire.

Leur presse (AFP), 5 décembre 2009.

Live from Occupied Athens

Information is constantly coming in; we are updating this post as news come in.

Tonight, Democracy took 162 prisoners. Tomorrow is our day: Demonstrations in twenty cities across the country

One-hundred and sixty-two people tried the sweet taste of democracy today, having being arrested, detained, dragged to police stations, humiliated, charged. The message is becoming crystal-clear: democracy takes no chances, it only takes prisoners. Democracy smashes into the spaces that annoy it to the slightest; it only democracy to invert history: the assassins become the victims, the victims become the villains.

But tomorrow is our day. Demonstrations have been called for in cities across the country (Mytilene, Heraklion, Larisa, Sparta, Agrinio, Thessaloniki, Kilkis, Corfu, Xanthi, Samos, Athens, Rhodes, Lamia, Serres, Volos, Giannena, Patras, Arta, Corinth, Kardisa).

In Athens, the main demonstration has been called for at 13.30 pm at Propylea. Live reports will be posted here.

* Athens IMC is down; we think the server is under attack and/ or being blocked.

* Today’s demonstration had around 15,000 people, met by around 10,000 cops on the streets. The demonstration was attacked only a few minutes after it started: Two eye-witnesses from Occupied London saw at least ten unprovoked arrests right the spot, on the corners of Panepistimiou Avenue and Ippokratous Street.

* In Exarcheia, riot police swept through the square. Around 100 of us tried to find refuge in the building of the Migrants’ Haunt on Tsamadou street. The pigs in uniform stood outside the building, tear-gassing through the windows and doors. Tear-gassing in an indoors space is, of course, potentially murderous attack.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire