"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

jeudi 16 juin 2016

SOUTENIR LA CGT OU SE PREPARER A UN COMBAT DE PLUS EN PLUS DUR ?


Une magouille pétitionnaire des amis des bonzes CGT, ne signez pas la pétition intitulée : « je ne respecterai pas l'interdiction de manifester », que j'ai signé naïvement, pour m'apercevoir que ce n'était plus le même libellé ou qu'il peut être confondu avec celui-ci (change.org pétitionne à tour de bras tant et si bien que cela n'a pas plus d'importance qu'un sondage).La même ou la deuxième est ainsi libellée:

INTELLECTUELS, REFUSONS LA HAINE DE CLASSE ANTI-CGT attisée par les médias dominants Appel contre la haine de classe anti-CGT

avec ce sous-titrage navrant typique des néo-staliniens qui veulent racoler tous antifas de salon :
Appel d’intellectuels français et étrangers contre la fascisante campagne anti-C.G.T.
« L’esprit critique, l’indépendance intellectuelle ne consistent pas à céder à la réaction, mais à ne pas lui céder ». Georges Politzer, philosophe, fusillé par les nazis en 1942.

Ne pensant pas que l'animatrice de ce réseau Sylvette, était une courroie de transmission de ce syndicat pourri depuis 1936, je n'avais pas encore vu la pétition jointe, je répondais simplement ceci : Soutenir la CGT en bbr très peu pour moi, c'est une radicalité à bon compte d'un syndicat comme les autres fossoyeur des luttes. C'est comme l'affiche de leur préposé Altmann, saignante. Le virage "radical" de la CGT correspond à la volonté de museler une colère qui n'est pas près de s'éteindre. Je rappelle que l'appareil CGT est rétribué par le Medef et le gouvernement, et que ce n'est pas avec les maigres cotis qu'il pourrait fonctionner. Enfin la campagne gouvernementale anti-CGT vise à recrédibiliser ce syndicat, vous n'imaginez pas que le gouvernement payerait un syndicat "révolutionnaire" ni qu'il lui ferait autant de pub dans les médias? « L'ennemi du travailleur est, aujourd'hui, le bureaucrate syndical tout autant que le patron qui, sans lui, serait la plupart du temps impuissant. C'est le bureaucrate syndical qui paralyse l'action ouvrière ». Benjamin Péret (Les syndicats contre la révolution, 1952)

Sylvette Minnaert Je n'avais pas fait attention à la couleur bleu, blanc, rouge Ce n'est pas le drapeau que j'aime, le rouge me sied mieux. Cependant je ne crois absolument pas que le gouvernement veut crédibiliser la CGT bien au contraire. et actuellement la CGT malgré toutes les critiques que l'on peut faire quant à la tactique utilisée pour s'affronter au gouvernement(journées de mobilisation trop éloignées, déclaration ..) fait le travail .La bureaucratie syndicale est certes un frein pour les travailleurs , partout où cela est possible la base avec ses militants révolutionnaires doit dépasser la bureaucratie en l'obligeant à aller là où elle ne le souhaitait pas .On peut dire ce qu'on veut mais si les syndicats n'appellent pas à la mobilisation, il n'y a pas grand monde dans la rue, ils nous sont indispensables et la CGT doit être défendue face aux attaques gouvernementales.

Ma réponse :

Chère Sylvette, je ne pense pas l'on puisse considérer que la CGT pourrait mordre la main qui la nourrit. Ne soyez pas naïve ou alors il faut m'expliquer pourquoi les gros bras de la CGT ont prêté main forte à la police il n'y a pas si longtemps que cela soit effacé des mémoires. Croyez-vous sérieusement que ces machines syndicales (rétribuées par l'Etat via officine patronales, cf. scandale de l'IUMM p.328 de mon livre, "L'aristocratie syndicale", et l'excellent "Demain quels syndicats?" de Hubert Landier (poche 1981). Deuxièmement "le travail" de la CGT n'est qu'un sabotage perpétuel, manifs enterrements successives qu'elle cornaquait, puis blocage arbitraire des raffineries (je vous rappelle que l'appareil décide et stoppe quand il veut (cf.2010) arbitrairement hors AG; le virage radical qui consiste à entretenir es conflits dispersés participe de la même comédie: épuiser et éradiquer tout mouvement massif. Sa base est aussi pourrie, au mieux animée de servitude volontaire avec ce confort moral du petit bourgeois si bien décrit par landier à la suite de Marx (cf. je tape un article pour vous sur mon blog). Jamais les gauchistes de base ne dépasseront l'appareil. L'argument "si les syndicats n'appellent pas..." ne vaut rien, il est typique de l'esprit syndicaliste "ce sont toujours les mêmes qui font grève, etc." Votre erreur est de ne pas réfléchir au fait que la syndicratie a été intégrée depuis un siècle à l'Etat pour empêcher justement tout mouvement massif, comme les CRS avec leurs canons à eau ont été inventés pour éviter ces fusillades au XIXe siècle qui entrainaient immédiatement des insurrections... La question n'est pas de défendre cet appareil gouvernemental en milieu ouvrier, mais de défendre les prolétaires qui ripostent, même maladroitement avec des jets de pierre, et en leur expliquant, comme je l'ai fait sur le terrain, que le combat pour l'essentiel ne se passe pas dans la rue ou la bagarre avec les CRS, mais par notre capacité à agir hors des prisons syndicales, à tenir nos AG contre les manipulateurs syndicalistes et gauchistes. C'est des discussions en assemblées partout où elles seront possibles que naîtra le vrai mouvement, pour l'instant il est cadenassé avec répartition des rôles, le bon gouvernement des patrons et les méchants de la CGT. C'est leur problème, le nôtre est bien semé d'embûches. Bien à vous.

En complément de ma réponse à Sylvette, je tiens à apporter ici un élément de réflexion rare sur le syndicalisme par Hubert Landier, auteur de l'excellent « Demain, quels syndicats ? », publié en 1981 en édition de poche Pluriel, et qui semble être resté bien méconnu, en particulier chez nos augustes militants maximalistes anti-syndicaux (FOR, CCI, etc.) et bien sûr chez les tacticiens éternels du syndicalisme « rouge » à la PCI ou Robien Goodfllow. La principale tare du syndicalisme est l'entretien déguisé du corporatisme sur les allures universelles du « on est tous concerné », ce qui n'est jamais vrai, sinon unie immédiatement sous un même régime, la classe ouvrière se lèverait comme un seul homme pour faire la révolution. Landier remonte aux subtilités de Marx qui ont même échappé à nos rudes anti-syndicalistes semi-professionnels.

LE CORPORATISME A LA FRANCAISE

« Que les membres d'une profession particulière s'efforcent pour accroître les avantages dont ils bénéficient, de présenter leur intérêt commun comme étant identique à celui de la société tout entière, il n'y a rien là de très nouveau. C'est par le service rendu au client que les petits commerçants justifient leur marge et les magistrats n'exigent de moyens supplémentaires que dans le seul but d'améliorer l'exercice de la justice. Chaque corporation tend plus ou moins explicitement à marchander le statut que la société lui accorde en faisant état de l'importance de son rôle ainsi que des contraintes qu'elle subit pour le bien de la collectivité.
Ce qui par contre, dans la France d'aujour'hui, présente un caractère particulier, c'est la conjonction de la défense d'intérêts étroitement corporatistes et d'une idéologie à prétention universelle, la vulgate marxiste telle que la gauche en sa majeure partie la confesse en ses différentes variantes et qui vise, à l'ordre politique et économique actuel, à en substituer un autre (on a compris depuis que c'était du blabla..., note de JLR). Ce qui demande donc à être examiné attentivement, c'est la façon dont les intérêts particuliers peuvent tenter de se justifier par la médiation d'un filtre idéologique et comment intérêts corporatistes et militantisme politiqu ou syndical trouvent intérêt à joindre leurs efforts.
C'est devenu un truisme d'observer que de plus en plus les conflits sociaux sont appelés à mobiliser l'opinion publique. Les éboueurs comme les agents de l'EDF, par la gêne qu'ils causent en cas de grève, doivent, s'ils ne veulent pas se discréditer auprès du public et faciliter une riposte vigoureuse de leurs autorités de tutelle justifier leur décision ou tout au moins créer un doute. De même, les ouvriers de telle entreprise en faillite n'ont-ils d'autre moyen afin de susciter des mesures appropriées que d'éveiller l'opinion publique à travers telle action spectaculaire comme de barrer une route ou de retarder un train. Il leur faut donc à la fois développer un argumentaire et trouver, face aux moyens de communication « officiels », un moyen de diffuser cet argumentaire. C'est là qu'intervient la médiation idéologique.
Il n'est pas toujours facile de présenter l'enjeu d'un conflit comme étant conforme à l'intérêt général. Ce qui est possible pour les agents de PTT revendiquant un accroissement des effectifs – en vue, bien entendu, de mettre fin à la dégradation du service public – ne l'est guère pour les agents de la Régie Renault ou de Cléon pariticipant à la lutte des travailleurs français contre la politique d'austérité imposée par la bourgeoisie et son gouvernement ; tous sont donc invités à manifester une sympathie au moins platonique pour leurs camarades de la RNUR.
La lutte des classes représente ainsi une justification commode des revendications les plus étroitement corporatistes (cf actuellement grèves des cheminots de d'Air France, note de JLR). Elle assure un certain confort moral : il est grand, il est exaltant de savoir qu'en débrayant pour obtenir une revalorisation de la prime de salissure, on participe à la juste lutte du prolétariat universel (sic) ; elle permet d'autre part de s'assurer au moins la neutralité bienveillante de l'opinion publique : on a toujours raison de se défendre contre les « gros ». Mais ce n'est pas tout. Il n'est pas exagéré d'affirmer que la traduction idéologique des enjeux d'un conflit représente la condition sine qua non d'un accès aux puissants moyens d'information dont disposent les partis politiques de gauceh d'une part – principalement le PCF-, les organisations syndicales – principalement la CGT et la CFDT -, de l'autre. Comment tenter d'obtenir, comme l'ont fait les contrôleurs du trafic aérien, une augmentation des primes sans accepter que partis et syndicats, en fassent un épisode des luttes ouvrières contre l'intransigeance gouvernementale ?
Les grands appareils politques et syndicaux fondés sur le principe de la lutte des classes s'alimentent de tout conflit susceptible d'être présenté comme une manifestation du mécontentement et de la combativité des travailleurs en même temps que de la malfaisance du patronat et du gouvernement. Là où les intéressés directs trouvent un moyen d'amplifier l'expression de leurs intérêts et d'accroître leurs chances de succès, le PCF, la CGT et la CFDT trouvent un moyen de justifier leur raison d'être et de faire avancer leur cause. Il y a donc conjonction, à travers la médiation d'un discours idéologique, entre des intérêts corporatistes immédiats et des intérêts politiques médiats, et ceci quel que soit le degré de cohérence ou d'incohérence, à terme, entre les uns et les autres.
D'un côté, une corporation visant essentiellement à accroître les avantages dont ses membres bénficient par rapport aux autres ; de l'autre, une organisation exaltant le combat de la classe ouvrière tout entière. L'articulation entre l'une et l'autre peut être acceptée comme telle, voire même voulue. La participation au « combat de classe » sera alors l'alibi d'intérêts catégoriels ; et inversément, les intérêts catégoriels peuvent être conçus comme autant de leviers susceptibles d'être mis au service d'un stratégie visant, au moins à terme, à renverser l'ordre social (certainement pas avec le sclowns de la cigit ! Note de JLR). On reconnaît là un de ces comportements typiquement « petit-bourgeois » que Karl Marx a décrit, dans un texte qui n'est pas, il est vrai, le plus connu de lui :
« Le petit-bourgeois dans une société avancéenet par nécessité de son état, se fait d'une part socialiste et d'autre part, économiste, c'est à dire qu'il est ébloui par la magnificence de la haute bourgeoisie et sympathise aux douleurs du peuple. Il se vante dans son for intérieur de sa conscience, d'être impartial (…) Il doit se justifier par la théorie de ce qu'il est en pratique (…) La petite bourgeoisie sera partie intégrante de toutes les révolutions sociales qui se préparent » (cf. Lettre à Annenkov, 28 décembre 1846).

Ce diagnostic lucide conduit à une double conclusion. En premier lieu, il est illusoire d'imaginer que l'enrichissement général des différentes catégories de la population entraînera une mise en sommeil de la lutte des classes dans la mesure où celle-ci est susceptible de s'alimenter autant des préventions des membres des catégories socio-professionnelles déjà privilégiées que des récriminations des plus démunis. Le petit bourgeois sera socialiste, voire communiste, dans la mesure où il estimera , à tort ou à raison, que le socialisme ou le communisme lui apportera un surcroît d'avantages matériels. En second lieu, il est prévisible que la lutte des classes s'alimentera de plus en plus en « conflits de riches » tel celui des contrôleurs du trafic aérien. Ainsi pourrait se vérifier de plus en plus le partage de la France entre les véritables prolétaires – qui sont loin d'avoir les moyens de se faire entendre, les travailleurs immigrés notamment – et ceux qui, tout en jouissant déjà d'un statut privilégié, entendent l'améliorer encore en se fondant sur l'alibi de l'alibi de la « lutte des classes ». (Demain, quels syndicats ? Hubert Landier p.353-356.)

Mes commentaires concernant l'article : Sur l’instrumentalisation des vitres de l’hôpital Necker - Témoignage d’un parent

pas besoin de ce témoignage de "parent", je confirme que Cazeneuve est ridicule, j'étais juste en face, j'ai filmé, la plupart des casseurs ne visaient pas et n'ont pas visé l'hôpital, ils canardaient en direction des flics qui tapaient et envoyaient leurs saloperies bruyantes et les gaz nocifs pour les yeux et les poumons. Le zigoto filmé par toutes les télés avec une massue en train de briser une vitre extérieure était un flic déguisé ou un "envoyé spécial". La provoc est venue depuis le début des flics: 1. bloquant systématiquement le début de la manif, 2. en se plaçant tout contre les manifestants en particulier au niveau de l'hôpital, ils n'avaient pas besoin de se placer à cet endroit, en fait des deux côtés de l'avenue face à cet hôpital ils ont sciemment provoqué pour scinder la manif, de même que la hiérarchie policière a envoyé un cordon de CRS au casse-pipe dans l'impasse face à l'hôpital où les pauvres pioupious ont été canardés grave pendant de longues minutes sans qu'aucune autre escouade n'interviennent pour les libérer de la nasse, j'avais honte des connards qui canardaient sans cesse comme de la hiérarchie policière. Enfin ces ministres socialos de merde sont aussi une honte pour le malheureux couple de policiers égorgés, la plupart des manifestants étaient comme moi révulsés par le crime abject du tarés des Yvelines, il ne faut pas tout mélanger, sinon à chaque fait divers on pourra dire que c'est la faute à la police qui... n'a rien fait! Enfin l'injonction faite à Martinez de virer ses militants jeteurs de pierre si elle vise à ridiculiser la CGT, ne ridiculise que le ministre des flics, pour la plupart que j'ai ce fût en effet une réaction de défense et d'indignation devant les provocs violentes cornaquées par la hiérarchie policière au milieu des sous-fifres en armes; on n'est pas miro, on a vu exactement comment ces chefaillons ordonnançaient la bagarre. Manifester redevient un combat et ce n'est pas fait pour nous déplaire, mais gare aux médias qui s'acharnent contre nous parce que leurs "infaux" ne passent plus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire