"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

vendredi 6 février 2015

DEUX BOMBARDIERS RUSSES ONT SURVOLE LA MANCHE


On en parle très très peu dans les médias des massacres quotidiens en Ukraine, on s'intéresse vaguement à la visite du nouveau couple Chamberlain/Daladier, Merkel/Hollande qui rendent visite ce jour à "l'autiste"(dixit Obama) Poutine. Mais avez-vous entendu parler des provocations aériennes russes?


L'incursion de ces deux bombardierslourds TU-95, tout droit venus de l'ère soviétique, a affolé la défense aérienne du Royaume-Uni, ainsi que celles de la Norvège et de la France. Surtout, ainsi que l'a révélé une source militaire britannique, lorsque les écoutes des échanges radio ont démontré que l'un des deux bombardiers transportait une arme nucléaire (certes très probablement inerte).
Les deux TU-95 ont d'abord été repérés au large de la Norvège, flanqués de deux avions de ravitaillement en vol IL-78 et de deux chasseurs Mig-31. De quoi provoquer le décollage de F-16 norvégiens qui ont filé les Russes et vérifié qu'ils ne violaient pas l'espace aérien.

Déroutement d'avions civils

Les deux bombardiers russes, âgés (le TU-95 date de 1956) mais gaillards puisqu'ils ont volé pendant dix-neuf heures, ont poursuivi leur route vers le sud, doublant l'Irlande par l'ouest avant de rentrer en Manche et de longer les côtes britanniques à une distance de 40 km.
L'intrusion des Russes, qui n'avaient pas déposé de plans de vol et dont les transpondeurs avaient étéTyphoon qui ont escorté les deux Bear imperturbables.
débranchés, a provoqué le déroutement d'avions civils et l'intervention de chasseurs britanniques
Un Rafale français de la base aérienne de Creil a également décollé pour intercepter les Russes, alors que la permanence opérationnelle de la base morbihannaise de Lann-Bihoué (deux Mirage 2 000) était mise en état d'alerte.
Londres n'a guère goûté la plaisanterie ; l'ambassadeur russe au Royaume-Uni, sommé de fournir des explications, a jugé l'émotion bien futile. Paris, en dépit du bang du Rafale qui a passé le mur du son, vers 15 h, au-dessus du Havre, fait la sourde oreille et ne fait aucun commentaire sur cette incursion russe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire