"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

lundi 17 juin 2013

HOMMAGE AU JEUNE CLEMENT MERIC, ASSASSINE PAR LE CAPITAL!


Un certain Elios m'a fait parvenir ce texte. J'avoue ne pas me sentir concerné. Je n'ai pas été indifférent face à l'assassinat du jeune Clément Méric, j'ai été choqué comme tout le monde. Mais les faits sont là, c'est trop con de mourir à dix neuf ans dans une bagarre de rue malencontreuse. Mais de là à faire de Méric un héros révolutionnaire, un exemple d'engagement de la jeunesse à venir, il y a tout l'entassement des confusions et billevesées dans la tête des vieux et jeunes anars ulta-gauches. Si j'ai titré "mort d'un bobo antifa", comme j'aurais pu titrer "mort d'un bobo facho" si cela avait été l'inverse, ce n'est pas par mépris pour la jeune victime mais pour désigner de façon provocante l'ignominie de l'utilisation médiatique de sa mort, et ce qu'il en restera hélas dans les mémoires. L'argumentaire assez antifa de mon contradicteur anonyme ne tient pas la route au demeurant. C'est lui qui croit pouvoir récupérer le décès de ce pauvre garçon au nom d'une révolution réchappant de toutes les mystifications qu'on supporte. Nous n'avons pas à recruter les morts. Nous avons laissé les "antifas" et les vautours de la gauche bourgeoise enterrer un des leurs. Normal. Les diverses manifestations des racoleurs de la gauche et de l'anarchie n'eurent pas pour vocation de déshonorer Méric mais en effet de saluer un compagnon de combat de la gauche en général et du capital en particulier (si mon contradicteur a la même conception que moi de ces fractions politiques). Je n'aime pas trop raisonner en abstrait dès qu'il y a mort, crime contre un homme, mais il ne faut pas mélanger tous les morts. Pour le maximalisme, Méric ne fait pas partie de nos morts comme Rosa Luxemburg par exemple, et ce n'est pas l'Etat bourgeois qui l'a assassiné non plus. Mon contradicteur anarchiste sentimental est victime de l'ambiance sinistre et complètement délirante qui a régné autour de cet accident qui relève du faits divers (le "nervi facho" a sa vie foutue lui aussi, mais je ne le plains pas) plus qu'il ne s'en rend compte. L'idéologie "antifa" n'est qu'une forme pathogène de recrutement et de sensibilisation des jeunes à une politique clairement bourgeoise dans sa simplicité et un aspect fantasmatique. Mon contradicteur par son raisonnement en surface radical est un antifa qui s'ignore avec la même dose d'hystérie, avec une ignorance consternante de ce qu'a été la base du nazisme à ses débuts. Mais c'est le cas de tous les antifas, on dénonce, on rugit contre le fascisme sans avoir la moindre idée de ce qu'il a été vraiment. Idem pour le stalinisme, le terroriste Colonel Fabien, comme ne le sait pas Elios, n'est pas d'abord le "fondateur de la libération de la France du nazisme", mais un vulgaire instrument pour effacer des mémoires la récente collusion Staline-Duclos-Hitler et un initiateur de la vague de massacre des otages par les boches lors de chaque attentat meurtrier des affidés staliniens. Massacres qui en retour servirent de faire-valoir au parti nationaliste des faux "75.000 fusillés". Guy Mocquet, à un autre niveau que Méric, ne fait pas partie non plus de nos morts, cela ne nous a pas empêché de dénoncer sa récupération par Sarkozy et ses complices du PC décati récemment, dans la mesure où il n'était pas mentionné qu'il avait été pris en otage par la soldatesque allemande non pour son combat national mais pour payer les conneries du colonel Fabien. Maintenant Elios l'anonyme a tout  fait le droit d'avoir son avis, même si je ne le partage pas. 

Signé "des internationalistes" ce texte bête était en réalité de la plume d'un vieux grigou (ex-CCI) Gavry,- à sensibilité perturbée - et ne me visait pas particulièrement comme je l'ai cru; il confirme la régression de nombre d'anciens militants intellos académistes et hors des réalités.  Comme quoi de vieux ultra-gauches  peuvent retomber dans l'infantilisme gauchiste. "Controverses" en Belgique a mis sur son blog, tel que, ce galimatias, sans aucune note critique.  Lamentable! et de plus au vu des révélations vidéo de la bagarre entre "extrêmes" accrocs aux mêmes fripes...
Libé du 25 juin écrit : « … le film de la RATP «prouve que le groupe d’extrême gauche a attendu longtemps les skinheads à côté de la station de métro pour en découdre». Ce qui confirme les témoignages de vigiles et organisateurs de la vente privée de vêtements de marques anglaises (Fred Perry, Barbour, Ben Shermann et American Vintage) qui ont «vu et entendu les militants antifascistes chambrer les skinheads, Clément Méric ayant été le plus provocateur» en charriant les «fachos qui font leurs courses» et en leur lançant : «On vous attend dehors.» Le freluquet n’aurait pas été le dernier à chercher les costauds rasés, comme nous l’écrivions dès le 7 juin : «Verbalement, c’est le groupe d’extrême gauche qui a été le plus vindicatif à l’intérieur de la salle des ventes mais, physiquement, c’est la bande d’extrême droite qui a été la plus virulente à l’extérieur.»  (ajout du 25/06)


                                                             OOOOOOOO


Clément Méric était un jeune activiste de sensibilité libertaire (CNT) qui avec toute la fougue de son âge (18 ans) s’était engagé contre les injustices du système capitaliste. Comme beaucoup de jeunes profondément révoltés par ce système, il crut qu’il suffisait de combattre les formes extrêmes visibles du capital (l’extrême droite) pour éveiller les consciences endormies. Sur les bouquets de fleurs qui ont été déposés rue de Caumartin lieu où il a été assassiné le 5 juin, près d’une sordide poubelle du capitalisme, on pouvait lire il y a peu : «Le capitalisme endort et tue!».

A peine tué, Clément servait d’alibi à tous les charognards. Des groupes «antifascistes», «marxistes-léninistes», staliniens authentiques façon Mélenchon, trotskystes et Ras l’Front de tout plumage, s’emparaient de son cadavre. Dans une belle unanimité, des anarchistes au PCF, des manifestations se déroulaient pour «honorer» la mémoire de Clément, en fait pour mieux la DESHONORER.
Des anonymes «marxistes-léninistes», staliniens de tout horizon, appelaient à manifester «en deux lieux symboliques : métro Stalingrad et métro Barbès-Rochechouart. Stalingrad, ville symbole de la défaite du nazisme, Barbès-Rochechouart, haut lieu de la résistance antifasciste : le 21 août 1941, le premier occupant allemand est abattu par le colonel Fa-bien, signant ainsi l’acte fondateur de la libération de la France du nazisme, de la barbarie raciste et de l’oppression» . Dans d’autres manifestations en province, les trotskystes (NPA, Lutte ouvrière) et les anarchistes officiels appelaient partout à manifester avec tous ces patriotes professionnels «contre le fascisme».
Ainsi Clément Méric serait mort pour l’«antifascisme» et finalement aurait été un «pa-triote» qui aurait pu lutter de nouveau pour la «libération de la patrie» impérialiste fran-çaise. On sait que cette «patrie française», qui UNIT TOUS LES PARTIS DU CAPITAL de l’extrême droite au stalinisme, fêta dignement la « liberté retrouvée » le 8 mai 1945 par l’épouvantable massacre de Sétif, mené sous la direction du chef stalinien des FTP (Francs tireurs et partisans) Charles Fillon, ministre de l’aviation. Ce sont ces mêmes sta-liniens «antifascistes» qui votèrent plus tard en 1956 les pleins pouvoirs au socialiste Guy Mollet pour mener leur très patriotique et sanglante guerre coloniale d’Algérie.
Si Clément est une deuxième fois assassiné par toute cette bande de répugnants pa-triotes antifascistes, il ne faudrait pas qu’il le soit une troisième fois, par pur indifféren-tisme. Certains – qui ne sont même pas conscients de leur abyssal crétinisme – ne voient dans la mort de Clément qu’un «crime apolitique», la «mort d’un bobo antifa» . Bref, comme auraient dit leurs ancêtres staliniens de mai 1968, la «mort d’un fils à papa». A ce jeu d’instrumentalisation de l’appartenance sociologique «de classe», les jeunes nervis d’extrême droite qui ont tué Clément Méric sont gagnants. Un site fasciste genevois de-mande «justice» pour l’assassin Esteban Murillo, «prolétaire, fils d’immigré espagnol, vi-vant en Seine Saint-Denis», provoqué par «un jeune bourgeois étudiant à Science-Po» .
Et il est vrai – ce qui N’EST PAS LE CAS aujourd’hui – un vrai mouvement fasciste ne peut s’enraciner qu’en acquérant la forme d’un mouvement de masse avec une forte «base prolétarienne». Quoi de plus «prolétarien» et «plébéien» en effet que les SA dans l’Allemagne d’avant 1933 !
Si l’«appartenance de classe» devait être un argument, alors la contre-révolution pourrait triompher en toute tranquillité : les «ouvriers» social-démocrates allemands Noske et Ebert, s’appuyant sur les corps francs d’extrême droite, ont assassiné Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht – sociologiquement des «bobos»! – qu’ils avaient fait exclure des con-seils ouvriers lors de la révolution de novembre 1918.
N’OUBLIONS JAMAIS la vocation première de l’antifascisme : museler, puis écraser dans le sang tout mouvement révolutionnaire prolétarien qui s’oppose à la «patrie» qu’elle soit «républicaine» ou «socialiste». Au nom de l’antifascisme, les nervis staliniens espagnols ont assassiné des milliers de prolétaires de Barcelone en mai 1937. Et c’est derrière eux que les anarchistes d’aujourd’hui appellent à manifester au nom de l’unité antifasciste !
Il doit être clair que tout appel à un «front antifasciste» est un appel direct à une alliance avec les assassins d’hier et de demain de la gauche social-démocrate aux résidus du stalinisme à la sauce Mélenchon.
Ce n’est pas simplement profaner la mémoire de Clément Méric, c’est désarmer les jeunes énergies qui s’engagent pour la première fois dans une activité politique contre le capital, c’est finalement préparer la voie qui mène aux défaites de demain, où se nouera inéxorablement une sainte-alliance de toutes les forces du capital (de l’extrême droite à la gauche) contre tout MOUVEMENT DE CLASSE INTERNATIONALISTE.
Rendre hommage à Clément, c’est appeler à combattre le capitalisme quelle que soit sa forme «fasciste» et/ou «antifasciste», “marxiste-léniniste” et libérale.

Bientôt surgiront d’autres Clément Méric, mais qui ne suivront pas la voie délétère et suicidaire de l’«antifascisme». Ils devront s’engager dans un combat de longue haleine et sans merci CONTRE LE CAPITAL, dont TOUTES les expressions politiques, qu’elles soient «fascistes», «social-démocrates», ou «staliniennes» fournissent les meutes de la contre-révolution.

N’OUBLIONS JAMAIS Clément Méric, mort trop jeune pour participer aux combats décisifs de demain!

anonymous

2 commentaires:

  1. Vraiment bien ce blog et cet article. J'ai fais une belle découverte. J'aime bien la lettre reçu par ton correspondants italiens de turin !
    Vanessa

    RépondreSupprimer
  2. Excellent. On ne saisit effectivement le retournement spectaculaire de cette tragédie qu'à partir de l'observation des récupérations idéologiques qui l'ont enveloppée...

    Beaucoup de ces trous d'cul évoqués refusent d'admettre leur collusion avec l'extrême-gauche. C'est pourtant implacable, mais mais.. Eux préfèrent se complaire dans une quotidienneté pantouflarde de petits militants braillards, quoi qu'il en soit.

    RépondreSupprimer