"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

mercredi 28 septembre 2011

Chérèque "en rouge" chez Le Monde

Je m'efface platement devant tant de commentaires lucides de lecteurs du Monde sur la pub outrancière faite au faux-cul Chérèque - j'ai éliminé les gogols de l'apologie du syndicat gangbang pour neuneus - ces libres commentaires révèlent mieux que tout sondage l'état de décrépitude dans la classe ouvrière des syndicats, des partis de gauche et des "tueurs" au gouvernement avec l'ignoble affaire Karachi (mais il y en eût tant d'autres sous Chirac: attentat contre la magasin Tati - Irangate - massacre d'Ouvéa, etc.). Le Monde garde les commentaires sous les articles, ce qui est important. Libé en les renvoyant à l'intérieur pratique la censure et tue les commentaires. Or depuis quelques années, les commentaires sont devenus plus intéressants que les articles bruts des journalistes.

Commentaires choisis à Le coup de sang de François Chérèque

Sur le syndicalisme en France il y a beaucoup à critiquer par sa bureaucratisation et division et défense des intérêts corporatismes dans beaucoup de cas. Malheureusement la CFDT est toujours très proche du pouvoir ( politique et MEDEF) et sa modération dans les moments difficiles fait beaucoup du mal au syndicalisme. On peut accepter être modéré dans les formes mais pas dans le fond. La CGT au moins est capable de faire bouger le peuple et elle a de vrais syndicalistes dans sa base. Pas agir contre ce Gouvernement UMP à ce moment c’est de la collaboration. Malheureusement le PS n’est pas non plus un parti de gauche ( imaginer DSK comme son candidat debut 2011 montre la position à droite du PS) et le PCF avec Mélenchon et son discours PS le dimanche à la Fête de l’ Humanité ne donne pas d’espoir à la gauche française à ce moment sans père et sans mère. L’alternance UMP / PS consolide le système UMPS (changer pour rien changer). Soit il est le temps de finir avec une démocratie parlementaire qui est incapable de représenter les intérêts du peuple ( mais représentent ceux des oligarchies , politiciens, lobbies, …) et passer à une démocratie directe ( consultations directes et fréquentes au peuple sans intermédiaires) avec un minimum de « élus » et une administration réduite et efficace … La brochette de 6 candidats aux premières socialistes elle est un brochette qui ne tient pas pour gérer les changements nécessaires et la crise…. même à six ils donnent pas confiance. Trop d’ ego-latrie et très peu de compétences et expérience national et internationale … Mais TSS tout sauf Sarkozy et ses complices doit être la priorité en 2012 pour sauver …

J’ai mal au coeur en lisant l’article. Non pour le cynisme des hommes d’État que nous connaissons bien, hélas. L’histoire nous raconte tant d’hommes sacrifiés, massacrés au nom de la raison d’État. Tant de sang versé au front ou au travail. Je ne m’interroge plus sur la nécessité ou non, de maintenir un système étatique qui met une puissance économique et militaire entre les mains de personnes les plus assoiffées de pouvoir.
C’est en lisant votre prose concernant le syndicalisme, que je me suis senti mal, je vous cite : « Les syndicats ont perdu la bataille – la réforme est passée – mais ils ont gagné la confiance majoritaire de l’opinion. »
Je crois que vous exagérez. Selon moi, le syndicalisme français est décrédibilisé depuis plus d’une dizaine d’années. Depuis 1905 ? Il se maintient en vie grâce à un clientélisme local qui lui permet d’avoir quelques cotisations à la fin du mois. Les grandes centrales, sauvées pour le moment par la réforme de la représentativité syndicale, disparaitront lorsque le clientélisme ne sera plus possible à mettre en place, malgré les efforts des patrons et du pouvoir politique (qui souhaitent tous deux la paix sociale…). Ce ne sont pas tant les défaites que leur manque d’engagement dans la bataille qui les décrédibilise. Surtout que leur manque de combativité est plus que visible. La rigolade sur les retraites en 2010 est à ce titre pathétique. De Mars à Octobre, nous avons lutté : de grèves en grèves, de petites journées de marche en défilés joyeux… En octobre, nous étions épuisés, tristes, vidés. Chérèque et Thibault sont tous les deux responsables. Et leur stratégie d’essoufflement était écrite depuis longtemps… Nous en parlions entre nous dès le mois de mai. Rien de nouveau sous le soleil, cet été là. Maintenant, il me semble surtout que les revendications vont au-delà des conditions de travail. Elles concernent les conditions de vie. Chérèque ne veut pas s’engager. Entre nous, il faut une bonne dose d’humour pour payer ses cotisations à la CFDT et ils ont Chérèque quelques fois à la télé ! Fou rire garanti pour l’orthophoniste comme pour l’ouvrier licencié !
Quant à Thibault, cet homme est mort syndicalement et politiquement. Bernard, tu te souviens de la charte d’Amiens ? « La CGT groupe, en dehors de toute école politique, tous les travailleurs conscients de la lutte à mener pour la disparition du salariat et du patronat ». Tu rejoins dans le caveau le cadavre de Chérèque qui ne sait pas qu’il est mort. Bernard, tu as peut-être été un camarade. Une dernière fois, fais nous plaisir, dis-le lui. Tu lui rappelleras pour l’énerver que la CFDT a défendu l’autogestion dans les années 1970 .. même si cela n’a pas duré.
Les Bernards ! ! Je ne m’inquiète pas pour leur avenir. L’État français sait être reconnaissant. Un pantouflage quelconque.

Bonjour monsieur « militant ».
Je ne tiens pas à vouloir convaincre un militant. C’est fatigant et inutile. Pour les autres lecteurs, ils trouveront sur le ouaibe, des articles éclairants (sites de gauche évidemment) pour expliquer pourquoi des salariés l’ont traité de collabo. De social-traître. De félon. Un digne héritier de Nicole Notat, Edmond Maire… Un homme qui voit dans la mondialisation, un espoir de progrès.
Kenavo en effet…

§

Qu’il s’émeuve, ainsi, sur le sujet, n’est pas offusquant en soi. Il n’est pas loin de la vérité. Mais on peut toujours se demander : Qu’est-ce qui n’a pas « marché », ou ne marche plus, pour justifier une telle sortie? Nietzsche écrivait que « nul ne ment autant que l’homme indigné ». Ce ne sont pas ses allégations qui constituent le mensonge, nous le savons. Il est dans son rôle syndical, à cause des travailleurs tués, et aussi citoyen et politique, nous pouvons avoir des opinions. Mais l’ire soudaine nous interroge. La CFDT fut toujours habile pour les circonvolutions. La précédente responsable de Chérèque, Notat, on sait comment elle a « atterri ». Pas mal pour une syndicaliste. Ceci dit, un syndicat a le droit d’être modéré.
Mais le sujet garde toute sa gravité. L’énervement de Fillon, à l’Assemblée, après le trait acéré de Mamère, tombe sous l’adage de Nietzsche, tant par sa forme (furibarde) que par son contenu (qui demeure pauvre : aller évoquer l’affaire DSK, pour la présomption d’innocence).

L’affaire Karachi- « Karachigate »-nous invite à réaliser que l’Etat, à son sommet , est capable de sacrifier délibérément la vie de 11 compatriotes au nom de querelles de clans (clan Balladur contre clan Chirac, M.Sarkozy n’étant alors qu’un simple exécutant devenu depuis lors un bénéficiaire) désireux de s’emparer du pouvoir laissé vacant depuis la fin du 2ème septennat de François Mitterrand. Des politicards prêts à tout pour parvenir au sommet de l’Etat manifestent alors leur mépris sans borne pour la démocratie comme pour la République. Il n’est plus question seulement de petits arrangements à la petite semaine entre amis pour se partager les prébendes, les postes et les avantages qui vont avec. Il s’agit d’abonder les caisses de partis supposés l’emporter à la présidentielle de 1995 puis la présidentielle de 2002 et même la présidentielle de 2007.C’est une priorité absolue: il faut obtenir de l’argent pour gagner à défaut de pouvoir s’appuyer sur un large réseau de militants et de soutien dans la société civile. De l’argent il y en a dans l’industrie pétrolière, beaucoup même. Il y en a aussi(beaucoup également)dans le commerce d’armes. C’est le cas, précisément de l’affaire Karachi. Là où nous avons un petit souci c’est que plutôt que de verser l’argent des rétro commissions lié au contrat signé aux Pakistanais l’argent semble avoir été versé(malencontreusement)sur un compte de campagne de l’équipe Balladur-Sarkozy(ce dernier étant déjà le numéro 2 de l’équipe Balladur),en espèces ou en liquide si vous préférez. Le non versement de ladite somme aux Pakistanais a abouti à l’attentat que l’on sait(= mesure de rétorsion).L’argent en question apparaît bien dans les comptes de campagne de M.Balladur. Nous devrions pouvoir passer, après avoir mis tout cela au clair, à la VIè République.

Le vent tourne, Chérèque tente de se refaire une virginité ?

Comment ne pas s’indigner des comportements d’hommes politiques qui par leurs trafics ont provoqué la mort de leurs concitoyens pour leur enrichissement personnel ;Haute trahison , meurtre par biais de tiers , association de malfaiteurs ; quand a cela s’ajoute le mépris des familles le bannissement a vie et l’ostracisme a perpétuité sont des peines encore trop douces .

De vrais comédiens cette Cfdt . Le Canard avait bien caricaturé ce Chérèque même, lors de la réforme des retraites, allant comploter par l’entrée de service à Matignon…un vrai « SOCIAL KILLER ».

Ce syndicat réformiste est en fait COLLABORATIONNISTE : ils font semblant de se battre mais désertent toujours au moment opportun pour traiter en coulisses et signer ce que le personnel rejette au prétexte que s’ils n’avaient pas signé « c’aurait été pire »…mais le pire arrive quand même! Si un journaliste d’investigation pouvait s’intéresser aux promotions à France-Télécom ,il pourrait facilement en conclure que l’entreprise aime bien les syndiqués cfdtistes et comprendre quelque part pourquoi cette « boîte » en est arrivé là…C’est un ancien des Télécoms qui parle là.

Le « c’aurait été pire », je l’ai entendu rue de Paradis à chaque fois que la CFDT signait, soit avec le patronat, soit avec le pouvoir en place….ou avec les deux!!!
A vomir. |

J’aimerais bien que la CFDT non explique vraiment ce que s’est qu’un candidat « républicain » et pourquoi le FN en est exclu. Je crois qu’il y aurait de quoi se marrer

Ce pauvre Chérèque n’est plus guère crédible. Il l’est d’avantage dans son rôle habituel de sous-marin du pouvoir en place, ou de paillasson UMP…

Tout le monde sait que la CFDT joue le jeu du gouvernement UMP et que ça ne date pas de Chérèque. Ces « coups de sang » à la télé une fois de temps en temps ne sont que de la poudre aux yeux.

Chérèque n’a rien d’autre à faire. Râler pour la seule chose qui indigne autant à droite qu’à gauche. Et faire oublier ses compromissions et ses accointances avec le pouvoir et le patronat Ce sont des types comme lui qui ont ridiculisé l’idée même de syndicat auprès des salariés. Au grand bonheur du Medef.

Chérèque est l’as du double langage et dans les actes c’est le Rantanplan de Fillon. Avec Nicole Notat ils auront fait beaucoup de mal au monde du travail, et permit une régression sociale sans précédent.

Chérèque est féroce en effet : il a renoncé à faire réussir tout mouvement social se présentant à lui. Il se comporte comme un paillasson depuis 10 ans, fillon et sarko, dont les jours sont comptés, ne vont pas se mettre à le respecter maintenant !

Le zozoteur à son Fillon nous fait son Boorlo…

Chérèque ne « pousse une gueulante » que lors des campagnes pour les élections professionnelles, de manière à se refaire une virginité, pour faire oublier que la fédération qu’il dirige ne fait qu’accompagner toutes les réformes imposées par les gouvernements successifs. Assez de rodomontades, par pitié !

On voit et on entend beaucoup Monsieur Chérèque , à tout propos et hors de propos , dans les médias, à l’approche des élections professionnelles dans la Fonction publique ! Bien davantage en tout cas que ses concurrents et rivaux syndicaux que les mêmes médias ignorent superbement. À quoi tient cette évidente et suspecte complaisance ? Veut-on déjà, dans le cadre de l’alternance PS/droite, probable en 2012, nous habituer à un futur » ministrable » ?

Au fait, elle est en où l’affaire de la caisse noire de l’UIMM qui avait arrosé tout le monde (politiciens comme syndicats) ? c’est drôle comme ça a fait pschittttt…

Les syndicats, en France, ont-ils encore une quelconque utilité au passage?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire