"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

mardi 11 janvier 2011

IDEOLOGIE DU BLOCAGE OU IDEOLOGIE DU COMPLOT DE LA BASE AVEC LE SOMMET DES SYNDICATS ?

Reçu La lettre internationaliste n°12 que je recommande vivement (et que je peux transmettre à quiconque en fera la demande). Elle contient une analyse erronée, tirée par les cheveux du faux mouvement social pour les retraites, sans tirer toutes les leçons des magouilles autour du blocage des raffineries. Est publié une contribution sous forme de lettres d’un nommé Peter Vener qui sont autrement plus intéressantes sur les magouilles de fond du syndicat CGT en premier lieu, qui moquent la collaboration basiste gauchiste sous ce que cet auteur nomme l’idéologie du blocage, tout comme il déshabille la radicalité en carton des p’tis couns (les amis de Coupat). Nous les critiques du carnaval syndical depuis février 2010 nous nous sentons un peu moins seuls.
Très intéressant témoignage concret de terrain, sauf qu’il n’y a pas une vision d’ensemble du but des promenades des vieux de l’aristocratie syndicale, et une sous-estimation de la complicité entre bloqueurs anarchistes de base et sommets syndicaux (ce que je démontre dans mon ouvrage L’aristocratie syndicale) mais l’analyse confirme bien que sur le terrain les ouvriers des raffineries n’ont pas été acteurs du « blocage », que les bloqueurs de routes étaient quelques poignées d’anarchistes « tolérés » par l’aristocratie syndicale : on laissait les enfants terribles de la grève générale fictionnelle jouer à brûler des pneus quand l’essentiel de l’économie nationale n’était pas touchée. Cet auteur publie dans la revue moderniste temps critiques, donc nous doutons ici de ses capacités politiques à s’extraire d’une critique pointilleuse (certes valable sur les points évoqués) mais de type anarchiste. Je reviendrai ultérieurement sur les critiques à porter à la lettre internationaliste et à ce Peter Vener, pour l’heure le vent de la révolte prolétarienne en Tunisie, Algérie et Jordanie doit bien plus mobiliser notre attention et réflexion. On n’en est plus aux gentillettes et inoffensives processions syndicales. Les syndicats d’Etat ferment d’ailleurs leur bouche.
L'idéologie du blocage (selon Vener)
"J’ai rédigé les lettres présentées ici fin octobre 2010. Elles sont le fruit de discussions, de rencontres, de confrontations avec des situations qui, pour les plus lointaines, remontent
à l’époque où je vivais et, parfois, travaillais en Basse Loire. D’où les références qu’elles contiennent, en particulier sur la raffinerie de Donges. Bien sûr, je n’ai pas la prétention de dresser le tableau critique de la totalité de ce qui est advenu au cours du mois d’octobre en
France. Par contre, j’ai tenté de dégager quelques traits caractéristiques de la situation actuelle, sous l’angle de la subversion du monde à laquelle j’essaie de participer
à la mesure de mes modestes forces. Des individus et des cercles affinitaires, en particulier anarchistes, croient que l’octobre 2010 annonce, sinon les prémices de révolutions mesurées à l’aune de l’octobre russe de 1917, de réputation finalement douteuse, au moins celles d’oppositions plus profondes et plus radicales, sanctionnées par le « blocage de l’économie ». Dans cette optique, la perturbation de la filière pétrolière en serait l’embryon. Or, loin de favoriser l’apparition de quelque chose de neuf, de ruptures inédites à venir, les délires autour du « blocage pétrolier » révèlent essentiellement les propres limites de la militance à prétention révolutionnaire, qui « débloque » plus qu’elle ne « bloque » quelque chose d’essentiel, qui joue le rôle de claque turbulente, mais de claque quant même, à gauche de la vieille gauche instituée, même lorsqu’elle endosse le costume chatoyant de l’insurrectionnalisme. Nul mépris pour les individus qui y participent dans les critiques qui suivent. Mais il est indispensable qu’elles soient formulées, ou plutôt reformulées
car, en la matière, je n’ai pas l’impression de dépasser le cadre des banalités de base.

Peter Vener petervener@free.fr"

A LIRE AVEC CE LIEN:
http://agip44.files.wordpress.com/2010/11/idc3a9ologie-du-blocage.pdf

J’ajoute un communiqué intéressant aussi de Do de Kalachnikov « Vive la révolution » contre l’innocence affichée de la bande à Sarkozy concernant l’exécution des otages en Afrique.

Niger - À qui profite le spectacle de terrorisme de l’AQMI ?

Bonjour à toutes et à tous,
Al-Qaïda au Maghreb, c’est le nouveau nom du GSPC, qui était lui-même le nouveau nom du GIA. Il y a des preuves comme quoi ce groupe, originellement localisé en Algérie, est manipulé par les services secrets français :
http://mai68.org/spip/spip.php?article1372
Tout ce que fait AQMI (Al-Qaïda au Maghreb Islamique) est par conséquent commandité par l’État français ; par conséquent, il est bon de se demander en quoi cette mise en scène à grand spectacle de terrorisme au Sahel profite à Sarkozy et à l’État français.
Un des buts est de créer l’union sacrée, comme en 14-18 : tous unis derrière Sarko, de la droite à la gauche. Comme ça il retrouvera de la crédibilité pour 2012.
Un autre but est peut-être de justifier une guerre de recolonisation des pays du Sahel par la France, en déguisant cette guerre en guerre contre le terrorisme. Comme les USA en Afghanistan :
http://mai68.org/pages-speciales/911/911.htm
Le spectacle de terrorisme de l’AQMI profite donc à Sarkozy et à l’impérialisme français.
Merci pour votre attention,
Meilleures salutations,
do

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire