"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

jeudi 28 janvier 2010

j'ai voulu vous envoyer un e mail, mais j'ai pas p... J'ai voulu vous envoyer un e mail, mais j'ai pas pu trouver. Donc j'envoie mon message par ici, merci.

Des Ouvriers de Tekel au Prolétariat!

Aujourd'hui n'importe où sur la terre la bourgeoisie continue à écraser la vie des ouvriers avec des attaques de toutes parts. Depuis des siècles, les endroits où vivent les ouvriers sont utilisés comme exploitation de matière première. Des milliards de nos frères sont toujours forcés de payer le coût des guerres civiles, des tremblements de terre et des catastrophes naturelles de leur liberté. Quand ils sont hors de la matière première, nous entrons dans le nouveau siècle avec nos chaînes. Le conflit de capital-travail se répand à travers le monde entier. Mais nous ne sommes pas désespérés. Nous joignons notre voix aux personnes qui entendent le désir du même monde.

Hier, nous étions des professeurs au Mexique et en Grèce, nous étions des ouvriers dans des usines automobiles et des fermiers en Corée du Sud, nous étions des ouvriers de chemin de fer en France. Nous chantons les mêmes mélodies partout dans le monde. Maintenant nous sommes des ouvriers de TEKEL en Turquie. Jusqu'à hier, TEKEL était un établissement de tabac dépendant du gouvernement et il y avait plus de 50 milliers d'ouvriers. Etape-par-étape, Tekel a été vendu aux sociétés internationales monopolisantes et aujourd'hui, seulement 12 mille ouvriers subsistent. Aujourd'hui les ouvriers de TEKEL sont forcés de quitter leurs maisons, les villes où ils vivent et sont même forcés à une vie à la frontière de la faim. Avec leurs propres réflexes humains ils identifient ceci comme qu'une attaque au droit de vivre et ils résistent. Ils résistent au climat glacial d'Ankara, à la police, au premier ministre et à l'état. Dans leurs tentes ils ressemblent aux réfugiés. Mais cette "ville de tente" ne ressemble à aucun autre camp de réfugiés. Ils ne sont pas ici pour s'échapper. Ils sont ici pour obtenir une vie appropriée à un être humain. Tout le prolétariat de ce pays visite cette "ville de tente" non pas pour pleurer, mais pour gagner de la force. Ils savent bien qu'après la défaite des ouvriers de TEKEL, il y a des centaines de milliers d'ouvriers attendant derrière. Chacun crée une relation entre les ouvriers en lutte de TEKEL.

Maintenant, nous vivons dans un monde qui se dégrade. Faisons du monde, peu importe où nous sommes, une partie d'une seule et même classe. Si les ouvriers perdent quelque chose n'importe où sur la terre c'est une perte pour tous. Si on gagne c'est la victoire de tout le prolétariat. Aujourd'hui, c'est le 43e jour de la résistance des ouvriers de Tekel. Ils attendent l'appui des frères de la classe ouvrière. Qu'importe la langue dans laquelle vous recevez ce texte, il vous dit la même chose: "travailleurs de tous les pays, unissez-vous!". Les ouvriers de TEKEL invitent tous les frères de la classe ouvrière à la solidarité avec leur résistance.


Pour le contact : Prolétariat Révolutionnaire www.devrimciproletarya.net

dproletarya@gmail.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire