"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

samedi 16 avril 2011

SAVOIR ET VIOLENCE


Chez le professeur des écoles, comme chez le militant, aux termes d'un discours non dépourvu de manichéisme, les deux concepts de savoir et de violence constitueraient un couple antithétique. Qui fortifie le premier, chasserait du même coup la nécessité de la seconde. Cette idéologie éducatrice optimiste est souvent démentie par les pesanteurs de la pensée et de l'histoire. Déjà Platon faisait du savoir un moyen d'élitisme aristocratique, lui conférant par là même des implications de violence. Michel Foucault a pu voir dans un certain type de discours scientifique - en matière de médecine, de psychiatrie, de criminologie, voire de sexualité (cf. les prochaines lois de l'ordre moral électoral sarkozien visant à punir les clients des prostituées et pas les maquereaux du Parle-ment) - l'instrument idéal d'une stratégie de la répression. Le pouvoir sait donc user du savoir, comme les organisations politiques, il sait se faire savoir; le savoir peut donc être violence. La pieuse théorie de l'antinomie du savoir et de la violence a, de fait, souvent servi d'alibi à la mise en place de modèles culturels et éducatifs nouveaux qui se sont traduits par une inflation de la violence. Si la diffusion des Lumières a sorti la France de l'Ancien régime, mettant fin de la sorte à certaines formes intolérables et trop visibles de violence, le rationalisme forcené qui s'ensuivit, non content d'hypothéquer l'avenir en faisant table rase d'un héritage rien moins que négligeable, a conduit à une violence suprême que fut le terrorisme d'Etat dans la dernière décennie du dix huitième siècle. De même la diffusion de l'instruction par un Etat centralisateur, si elle élimine la violence implicite que constitue la résilience des particularismes et des satrapies de tous ordres, n'en déclenche pas moins un nivellement des spécificités culturelles, dont les conséquences destructrices ont survécu jusqu'à nos jours. Il faut donc dépasser la vision sommaire d'un savoir conçu comme antidote de la violence et replacer la violence dans le contexte politique qui en appelle à une conscience de classe.
Ce petit aparté simplement pour vous annoncer la sortie imminente de mon livre "Les avatars du terrorisme".

PS: Dans le domaine de l'aménagement du terrorisme d'Etat, on s'est esclaffé ici sur la réforme de la GAV (garde à vue). Sous prétexte d'éviter les éternelles bavures policières on va nous coller lors de la première heure un avocat d'office ou pas (le vôtre peut demander le prix qui lui convient). Situation contrariante pour l'OPJ qui n'aime tant que terroriser dans l'alcôve le "prévenu", à deux contre un, mais où l'avocat ne pourra tout de même que faire figure de potiche. La réalité de la réforme, comme pour l'impôt sur la fortune vise à mieux rémunérer les avocats bourgeois (dont certains ont des revenus inférieurs aux ouvriers) en surnombre (près de 10.000 rien que pour Paris!).
Depuis vendredi dernier donc, les justiciables peuvent obtenir la présence d'un avocat tout au long de leur garde à vue (et non plus seulement trente minutes à son début), ou faire valoir le droit au silence, comme cela se pratique dans le droit britannique.
Claude Guéant, le ministre de l'Intérieur, qui a demandé aux services de police d'appliquer immédiatement la réforme, a précisé que des logiciels de rédaction de procédure seront actualisés et des crédits débloqués. Du côté du ministère de l'Intérieur, il va ainsi falloir tout d'abord dégager des budgets pour moderniser, adapter et équiper les locaux dans les 3.600 commissariats et gendarmeries. Le coût est évalué à 21 millions d'euros.
Du côté du ministère de la Justice, la Chancellerie avait annoncé jeudi avoir fixé le niveau de rémunération des avocats qui assisteront les personnes gardées à vue bénéficiant de l'aide juridictionnelle. Il a été décidé de rémunérer 300 euros hors taxe la garde à vue pour 24 heures de présence maximum. Mais les représentants des barreaux tablent plutôt sur une durée moyenne d'intervention de l'avocat de trois à quatre heures. La prolongation de garde à vue sera rétribuée 150 euros hors taxe, tout comme l'avocat qui assistera une victime lors d'une confrontation. Les trente minutes d'entretien avec l'avocat au début de la mesure resteront au tarif actuel de 61 euros.
Il faut se souvenir que, selon les chiffres de l'Assemblée nationale, le nombre de gardes à vue en France est passé de 336.718 en 2001 à 792.293 en 2009 et sans doute à plus de 800.000 en 2010. Soit une moyenne de plus de 2.000 gardes à vue par jour.
Au total, le ministère de la Justice estime à 100 millions d'euros le nouveau besoin de financement de l'aide juridictionnelle en garde à vue, alors qu'il n'en coûtait que 15 millions jusqu'à présent. La Chancellerie compte accroître ses ressources en créant un timbre fiscal d'une trentaine d'euros dont s'acquitteront les justiciables qui entameront une procédure judiciaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire