"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

mardi 22 février 2011

3ème communiqué du Parti Communiste International



(ci contre Le clown sanguinaire!)

Benghazi, Derna, Al Baïda, Tobrouk, Zintan, Tripoli:
Les émeutes qui ont secoué la Tunisie et l’Egypte s’étendent à la Libye où Kadhafi tente de les noyer dans le sang


20 février 2011. Des informations non officielles parlent de 200-250 morts et plus de 1000 blessés. Les manifestations de protestation ont éclaté dans les villes libyennes les plus importantes à la suite de la vague de révolte qui touche les pays arabes du Maghreb et du Moyen-Orient, jusqu’au Golfe Persique et l’Iran. Les manifestants affrontent à mains nues les forces de sécurité libyennes; les autorités de Tripoli, craignant la fraternisation de détachements de l’armée et de la police avec les masses qui manifestent, ont fait appel à des mercenaires super-équipés venus de pays voisins: ils ont l’avantage de ne pas avoir de liens ou de rapports tribaux avec les habitants, en particulier avec les populations berbères et touaregs de Cyrénaïque, traditionnellement rebelles.

La crise économique mondiale a eu, semble-t-il, moins de conséquences qu’en Tunisie, en Algérie ou en Egypte. Cela n’empêche pas que le chômage tourne autour de 30% dans ce pays de 7 millions d’habitants (sans compter un million d’immigrés «clandestins»). Le malaise social, couplé à un climat oppressant d’autoritarisme et de contrôle politique omniprésent par le pouvoir, à l’interdiction du droit de grève, d’organisation et de manifestation, a trouvé dans les révoltes des pays voisins un exemple à suivre. Comme une gigantesque force tellurique, une poussée matérielle à se libérer de brutaux régimes oppressifs secoue le sous-sol économique et social de pays entiers, conduisant les prolétaires, les masses prolétarisées, petites-bourgeoises et paysannes, à un refus spontané et généralisé de l’ordre établi. Les objectifs sont simples, dramatiquement limités et vagues: en finir avec la corruption et le pouvoir dynastique des Ben Ali, Moubarak ou Kadhafi, obtenir des droits démocratiques, mais, surtout, du travail et du pain. Et comme en Tunisie et en Egypte, les autorités en Libye y répondent par le seul moyen immédiatement à disposition pour faire face à un mouvement de protestation pacifique et arrêter la contestation de leur pouvoir: la répression sanglante, les massacres, les tirs sur la foule.

En Libye, comme dans les autres pays pétroliers qui possèdent une matière première vitale pour l’économie des grands pays industriels, la bourgeoisie pense qu’elle a tout intérêt à maintenir les profits qu’elle en tire par tous les moyens, y compris en imposant la paix sociale par une répression bestiale: cet intérêt est partagé par les bourgeoisies impérialistes d’Europe et d’Amérique, même si celles-ci sont prêtes en quelques jours à abandonner les régimes autoritaires qu’elles ont soutenus et armés pendant des décennies, voire à manoeuvrer en sous-main pour faciliter une «transition» qui ne change rien d’essentiel et permet de reprendre les affaires, une fois passée la tempête sociale. C’est ce qui explique le silence embarrassé des classes dominantes européennes ou les timides appels d’un Obama à mettre fin à la répression violente des manifestations et à accorder plus de liberté et de démocratie. Que pourrait-on attendre d’autre des bourgeoisies impérialistes dominantes, bien plus criminelles encore que les bourgeoisies arabes? D’autre part tant que les mouvements sociaux ne débordent pas des limites de la démocratie bourgeoise, des droits bourgeois, tant qu’ils ne s’attaquent pas à la propriété privée et au capitalisme et même s’ils devaient prendre la voie de l’islamisme, ils ne sont pour elles qu’un demi-mal par rapport à l’éclatement de la lutte de classe, de la lutte directe du prolétariat contre la bourgeoisie et son système économique.

* * *

En 1969 un coup d’Etat militaire dirigé par un jeune colonel, Kadhafi, renversait le roi Idris Premier, à la tête d’un régime corrompu à la solde de la Grande-Bretagne et surtout des Etats-Unis. Le nouveau régime prit le nom de «Grande République Arabe Populaire et Socialiste de Libye». Inutile de dire que derrière une idéologie inspirée de pan-arabisme nassérien et de social-démocratisme européen, il n’y avait rien de socialiste dans ce pouvoir qui jouait sur un nationalisme anti-américain. Les premières mesures sociales furent le doublement des salaires, la mise en place d’un corporatisme associant les ouvriers à la gestion des usines, l’instauration d’une législation fondée sur le Coran, l’interdiction de l’alcool, la fermeture des lieux nocturnes, etc. Se faisant le champion de la revanche sur les anciens colonialistes, Kadhafi confisqua les propriétés des anciens colons italiens en même temps qu’il nationalisait les sociétés pétrolières pour «restituer au peuple libyen les richesses usurpées par les oppresseurs», selon les termes de son «Livre Vert» (1976). Ces réformes et cette démagogie étaient nécessaires pour gagner un soutien populaire au nouveau régime. La France de Pompidou, avide de profiter des déboires des impérialistes anglo-saxons dans un pays producteur de pétrole, accorda son soutien à Kadhafi en lui vendant des armes modernes (avions Mirage, etc.).
La Libye est aujourd’hui le premier fournisseur en pétrole de l’Italie et elle a tissé des liens étroits avec nombre d’entreprises de l’ancien colonisateur (comme Fiat). Voilà la raison pour laquelle Berlusconi vient de déclarer qu’il ne protestait pas devant la répression dans ce pays, parce qu’il ne voulait pas «déranger» le gouvernement libyen! Quant au gouvernement Sarkozy, qui courtise Kadhafi et, depuis de nombreux mois multiplie ses efforts pour accroître les ventes françaises en Libye (y compris d’armements), il a gardé un silence assourdissant. En clair, ces réactions signifient: réprimez et massacrez, cela ne nous regarde pas!

Mais cela regarde les prolétaires de France et des autres pays, à commencer par ceux des pays méditerranéens !
Tout ce qui arrive dans les rues de Tunis, du Caire, d’Alger, de Bengazi, de Manama (Bahrein), de Saana (Yémen), etc., concerne les prolétaires parce que lorsque les bourgeois répriment dans le sang des mouvements sociaux qui demandent du pain, du travail, la liberté de s’organiser, ils agissent en tant que classe dominante contre les classes dominées et en premier lieu le prolétariat dont ils tirent la plupart de leurs profits. Quand une bourgeoisie écrase son peuple dans le sang, elle ne défend pas seulement son pouvoir, ses privilèges, sa domination ; elle défend aussi les intérêts de domination sociale et politique des autres bourgeoisies, auxquelles elle demande d’ailleurs de l’aide. La concurrence entre les bourgeois et leurs Etats est la règle sous le capitalisme et cette concurrence débouche souvent sur des guerres ; mais face aux prolétaires et aux masses prolétarisées dont le mouvement affronte les régimes politiques en place et risque d’ouvrir la voie à la lutte prolétarienne anticapitaliste, leurs différents sont mis de côté : toutes les bourgeoisies collaborent pour assurer, d’une façon ou d’une autre, le retour à l’ordre.

Sur ce plan aussi, il faut que les prolétaires tirent les leçons des événements en cours.
Les mouvements actuels, avec leurs morts et leur blessés, leurs emprisonnés et leurs torturés, expriment le mécontentement social en termes de démocratie, de changement de gouvernement ; ils peuvent arriver à faire tomber des autocrates et leurs familles, mais le pouvoir, restant solidement entre les mains de la bourgeoisie, continuera à être un pouvoir capitaliste ; il continuera à défendre les intérêts de la classe dominante, utilisant peut-être des méthodes en apparence différentes, au moins au début, mais qui seront toujours autoritaires et qui s’appuieront sur un militarisme croissant. C’est là une tendance générale, même si en raison de leurs traditions historiques te des ressources à leur disposition , cet autoritarisme et ce militarisme qui expriment la dictature de la bourgeoisie, sont camouflés dans les pays impérialistes par un voile - toujours plus mince ! - de formes démocratiques et parlementaires.

En Libye comme en Italie, en Tunisie ou en Algérie comme en France, en Egypte comme aux Etats-Unis, dans tous les pays, les prolétaires sont des frères de classe en tant qu’esclaves salariés ; mais aussi en tant que cibles de la répression qui les frappe ou les menace partout, parce qu’ils sont la seule classe qui, en s’organisant sur le terrain de la lutte immédiate indépendamment des forces bourgeoises, religieuses ou collaborationnistes, et sur le plan politique, en s’organisant en pleine autonomie en parti de classe, a la possibilité non seulement de répondre coup pour coup aux attaques bourgeoises, mais d’aller vers la conquête du pouvoir, vers la destruction de l’appareil d’Etat et l’instauration de sa propre dictature, condition indispensable pour émanciper l’humanité du capitalisme et de toutes ses horreurs.
Les mouvements en cours ont ouvert une nouvelle page dans les contradictions sociales exacerbées qui caractérisent le capitalisme
Aux prolétaires d’ici d’y répondre en rompant la collaboration entre les classes et en rejetant la mystification démocratique pour se lancer dans la voie de la lutte de classe !

Parti Communiste International

www.pcint.org

2 commentaires:

  1. Pendant que les medias presque abscents du terrain lybien supputent le rapport de force et les rumeurs, la taille du ” corps expeditionnaire humanitaire” de l’Otan , fregates au plus ,laisse supposer que c’est bien l’armée egyptienne qui risque d’etre chargée de la tache sur le terrain pour le compte des USA ,dont les forces sont braquées sur le controle du canal de Suez.

    L’Otan comme l’Europe n’a pas peut etre les moyens militaires de ses ambitions, d’autant que l’Afrique sud saharienne commence a bouillir...

    Le pacte entre Berlusconi et Kadhafi contre les migrants : le joker libyen

    mardi 22 février 2011 - 23h:45

    James Ridgeway - Counterpunch

    http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=10213

    Kadhafi malgré sa senilité televisée n’est peut etre pas fini et peut jouer au “gendarme de l’occident ” en Afrique centrale comme sur ses frontieres maritimes, meme et surtout en cas de balkanisation de la Lybie.

    Quand au petrole lybien les compagnies occidentales sont deja maitresses de son evacuation, quelques mois d’incertitudes ne leur font pas peur,vue la flambée des prix que cela entrainera...

    RépondreSupprimer
  2. Quelques réflexions sur les soulèvements populaires dans le maghreb et l'Egypte :

    Il faut dissocier, pour pouvoir aboutir à une représentation cohérente de la signification des évènements en cours, les déterminations sociales et économiques qui ont poussé les masses déshéritées, les prolétaires et couches moyennes à se rebeller contre les gouvernements et régimes en place, et le processus d'intégration nécessaire des couches moyennes notamment à la communauté matérielle du capital en l'absence de crise profonde du capital et de soulèvement du prolétariat en occident à travers la reconstitution du Parti communiste :

    Quels sont les facteurs qui retardent la réalisation de la démocratie sociale, l'intégration à la communauté matérielle du capital des couches moyennes et de l'Etat :

    -L'Impérialisme et la tendance à l'exportation des problèmes de la zone Euro Nord américaine sur les zones émergentes ou encore en sous développement capitaliste chronique; en l'occurence les Etats Unis exportent leur problèmes en éméttant sur le marché des centaines de milliards de dollars, provocant de l'inflation dans les pays de la périphérie du capital, poussant à la spéculation sur les matières premières et les denrées alimentaire et faisant subir aux masses pauvres, ouvrières et couches moyennes une baisse de leur pouvoir d'achat;

    - La division du travail international (prolétaires en Afrique du Nord et consommateurs improductifs dans l aire euro nord américaine) tend à ralentir la création d'un marche interieur conséquent;

    - il faut dissocier les motivations des classes prolétariennes et populations paupérisées a affronter l Etat et la forme que cela prend : en l'absence d'un proletariat révolutionnaire dans l aire nord américaine et d'une crise économique suffisamment puissante dans l'aire Nord euro américaine, tout conflit social et politique a de fortes probabilités de rester cantonné à un cadre démocratique du capital, favorisant la restructuration et la rationalisation du capital avec des équipes plus jeunes de cadres correspondant mieux aux standards du management moderne du capital. Le capital doit se révolutionner sans cesse et doit permettre à l'Etat de jouer son role de régulation à travers la démocratie sociale pour pour pouvoir intégrer au maximum toutes les couches sociales au process de valorisation du capital;

    - La plupart des Etats d'Afrique du Nord, fonctionnant sur le mode clanique ou même ethnique pour certains pays d'Afrique noire, est un obstacle au développement capitaliste; ces pays souffrent d'un manque de développement capitaliste et en même temps du développement capitaliste, de la domination impériatliste et de la division internationale du travail.

    - Il est certain qu'avec la disparition du Parti mondial de la révolution après 1926, puis l'adhésion du prolétariat aux idéaux démocratiques et nationaux à travers la deuxième guerre mondiale, puis plus de cinquante ans de croissance économique quasiment inintérompue depuis cette période qui ont vu faire disparaitre la lutte de classe au sens marxiste, c'est à dire la tendance à se consituer en "classe et donc en parti communiste indépendant" nécessitera un bouleversement économique, sociale et politique dans l'aire euro nord américaine pour faire sortir les prolétariats des zones périphériques d'une ligne nationale, populaire et démocratique. Malheureusement les mouvements actuels ne sauraient être un maillon intermédiaire vers la révolution communiste mais plutôt une moyen de renforcement de la conservation sociale et de renouvellement d'illusions néfastes pour la classe ouvrière en l'absence de reprise révolutionnaire dans le coeur du capitalisme.

    RépondreSupprimer