"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

jeudi 16 décembre 2010

WikiLeaks, héros ou escrocs ?

Par Pierre Caron (sur ZDnet)

J’ai trouvé çà ce matin. J’ai pensé que cela pouvait intéresser mes chers lecteurs à l’esprit critique contrairement aux anarchistes et gauchistes neuneus qui se sont précipités pour glorifier Assange et le rigolo M.Moore, son dernier soutien (Cantona s’y mettra-t-il aussi ?). Ces infos d’un site pro recoupent en partie ce que j’avais déjà souligné dans mon article
« La grande mystification de Wikileaks ». WikiLeaks semble bien être une sorte de Canard Enchaîné international où les barbouzes de la CIA laissent passer ce qui les arrange pour manipuler l'opinion, comme le Canard sert en France régulièrement à lancer les campagnes idéologiques de la bourgeoisie. On peut y ajouter ce commentaire à l’article d’un de leurs lecteurs perspicaces :

« l'Affaire Wikileaks : le commencement d'une guerre Internaute il est essentiel de savoir, que les USA première puissance, ont toute les ressources de contrôler le monde, et veulent nous faire croire qu'ils ne parviennent pas à empêcher wikileaks de divulguer des informations classées secret défense ? En fait, il s'agit de la seconde étape de leur plan après celui du 11 septembre 2001. En effet, wikileaks révèle que l'Arabie Saoudite a demandé un soutien militaire pour anéantir la République Islamique d'Iran, c'est complètement faux, ces allégations vont uniquement favoriser une guerre proche et de grande ampleur dans le Moyen Orient (plus particulièrement la Syrie, la Jordanie, l'iran, le Liban, l'Arabie Saoudite, le Koweit). Vous observerez d'ailleurs le logo de wikileaks est assez surprenant : il s'agit de 2 globes terrestres ressemblant étrangement à un sablier annonçant l'échéance d'un décompte... Le logo ce trouve sur ce site : www.wikileaks.ch/... Le plus surprenant est que le globe terrestre du bas, une sorte de goutte cache tous les pays du monde arabe en orient... Bizarement le continent américain n'est pas représenté sur ce logo... Ca va commencer dans les pays arabes détenteur de la dissuasion nucléaire, et ça va se généraliser petit à petit dans le monde. C'est la seconde étape de l'arrivée du soi-disant "nouvel ordre mondial" Wikileaks est un leurre qui diffuse de l'intox et non de l'info... ».(Hichem 91)__________________________________

J'ai résisté pendant plusieurs semaines aux sirènes du buzz "Wikileaks" ; mais mes fils RSS se sont inexorablement remplis à 80% d'articles directement ou indirectement liés à ce sujet. J'ai donc décidé de boire la tasse jusqu'au bout, et de m'offrir une cure intensive de Wikileaks avant de passer à autre chose. Le lecteur légitimement agacé de la récurrence de ce sujet pourra arrêter ici la lecture de ce billet.
Commençons par un focus sur la naissance mouvementée de Wikileaks, qui en dit déjà long sur les orientations du projet.
• 4 octobre 2006 : Wikileaks.org est enregistré par John Young, co-fondateur de Wikileaks et fondateur de Cryptome.org, autre site bien connu pour dévoiler des documents confidentiels. Le projet Wikileaks ne possède à ce stade aucun site web ni aucune visibilité extérieure : tout se passe sur une liste de diffusion privée, où les premiers membres définissent de concert les lignes directrices du projet. Le principe fondateur est de dévoiler des documents confidentiels dérobés à des gouvernements, mais pas n'importe lesquels : "les gouvernements autoritaires non-occidentaux" ["our focus is on non-western authoritarian regimes"]. L'idéologie qui soude les membres fondateurs est basée sur le principe que le secret est forcément nuisible à la démocratie. Le groupe s'efforce dans un premier temps de mettre en place des outils et des mécanismes permettant de protéger leurs sources.
• décembre 2006 : Wikileaks se dévoile au grand public avec la diffusion d'un document volé à l'un des leaders d'un tribunal islamique en Somalie. Dans leurs interviews initiales, les porte-paroles de Wikileaks affirment posséder plus d'un million de documents confidentiels dérobés à des gouvernements. En privé, Julian Assange déclare vouloir obtenir $5 millions en donations sur les six premiers mois ; un objectif excessif qui fait claquer la porte du projet à John Young, qui accuse Wikileaks d'être à la solde de la CIA : selon lui, il n'y a qu'une manière pour un site naissant d'acquérir autant d'argent en si peu de temps, c'est d'être financé par un service d'Etat. Julian Assange répond à ces accusations par "Si escroquer la CIA peut être utile au projet, alors nous l'escroquerons" ["If fleecing the CIA will assist us, then fleece we will"], et ajoute "Nous avons déjà des soutiens de la part du NED (National Endowment for Democracy), du CFR (Council on Foreign Relations), de la Freedomhouse et d'autres tétines de la CIA" ["We have pullbacks from NED, CFR, Freedomhouse and other CIA teats"]. Young met à disposition ici et ici des archives complètes des e-mails échangés par les fondateurs de Wikileaks lors des premières semaines du projet.
Avant 2006, des documents mentionnent Assange tantôt en tant que président de l'Australian National Cognitive Facility, tantôt de l'Australian Institute for Collaborative Research, deux organismes très discrets domiciliés à une même boîte postale australienne, et dont on trouve fort peu de traces sur le web. Autant dire qu'on ne sait pas grand chose du passé d'Assange, en dehors de sa "carrière" de hacker, qu'il raconte dans son livre "Underground" publié en 1997.
Après la fondation de Wikileaks s'ensuivent plusieurs années plus ou moins intéressantes, où Wikileaks va dévoiler des documents confidentiels de diverses sources. Ce qui nous amène aux polémiques actuelles et aux événements de ces dernières semaines, qu'on pourra résumer de la manière suivante :
Début juin, l'arrestation de Manning (l'analyste qui avait transmis à Assange des dizaines de milliers de documents confidentiels sur les guerres d'Afghanistan et d'Irak), trahi par Adrian Lamo, est rendue publique. Kevin Poulsen dévoile dans son article que Manning avait également transmis à Wikileaks 260.000 câbles diplomatiques confidentiels ; mais la publication des câbles ne débutera que le 28 novembre. Entre temps, les ennuis ont commencé pour Assange : le mandat d'arrêt international contre lui, émis fin août par les autorités suédoises et annulé le lendemain même, refait surface le 1er septembre. On apprendra plus tard que l'une des plaignantes aurait des liens avec la CIA. Wikileaks en prend également pour son grade : un pirate patriote, "Th3j35t3r", s'en prend d'abord à Wikileaks et met le site hors ligne pendant plusieurs heures, avant de revendiquer l'attaque. Wikileaks quitte alors son hébergeur pour migrer sur la plateforme EC2 d'Amazon, pour s'en faire bannir à peine deux jours plus tard. Le domaine Wikileaks.org est suspendu, Paypal, MasterCard et Visa coupent le robinet financier et cessent d'accepter des dons pour l'organisation. Les sites miroirs se multiplient -- pas loin de 1700 à l'heure où j'écris cet article. Des pirates, les "Anonymous", entament des attaques de déni de service contre les sociétés qui sont hostiles à Wikileaks -- quelques milliers de volontaires sont enrôlés pour l'occasion ; puis les Anonymous changent de stratégie en incitant les volontaires à dupliquer les mémos sensibles le plus possible afin de rendre impossible leur suppression. Parallèlement, deux anciens de Wikileaks claquent la porte et fondent OpenLeaks, un projet concurrent. La dissidence interne chez Wikileaks se fait en effet sentir depuis des mois, l'attitude dictatoriale d'Assange étant dénoncée par ses proches collaborateurs. On apprend ainsi qu'Assange vivrait rubis sur l'ongle, avec pas moins de $225.000 de dépenses personnelles, de voyages en première classe, d'hôtels de luxe et de vêtements rien que pour l'année 2009 ; tandis que le supposé soutien financier au soldat Manning peine à arriver.
Et pour couronner le tout, Dimitry Medvedev a publiquement annoncé en décembre que Julian Assange devrait être candidat au Prix Nobel de la paix ! Une déclaration qui tente certainement de calmer le jeu après qu'Assange ait déclaré à un journaliste moscovite que le Kremlin devait se préparer à une nouvelle série de fuites concernant la Russie...
Toute cette agitation, rappelons-le, a pour origine la publication :
• de câbles relatant les manies et les petits défauts de chefs d'Etat du monde entier. Des "informations" dont, au mieux, on rit, mais qui ont leur place dans des magasines people, pas dans des journaux sérieux ;
• d'un câble en particulier, vivement critiqué, listant les infrastructures mondiales jugées comme critiques pour les Etats-Unis. Mais ne cherchez pas de scoop : on apprend de cette liste que les grands ports internationaux sont des enjeux critiques, au même titre que l'industrie pharmaceutique, les câbles sous-marins, et même les ponts. Mais point de bunkers ou de sites militaires secrets. La publication de cette liste a été vivement critiquée comme pouvant faciliter un attentat. Si c'est le cas, à ce titre, il faut également interdire la publication des annuaires et des cartes maritimes et routières : tout est dedans !
• de plusieurs câbles, publiés en tout début de crise, portant sur la politique extérieure américaine : on y apprend par exemple que des pays arabes, dont l'Arabie Saoudite, ont fait pression sur les Etats-Unis pour intervenir contre l'Iran ; que la Corée du Nord aurait vendu à l'Iran une technologie de missiles pouvant transporter des charges nucléaires ; que la Chine serait prête à revoir son alliance avec la Corée du Nord ; que le piratage de Google aurait vraisemblablement été commandité par le gouvernement chinois ; etc, etc. Des informations certes confidentielles, mais en rien embarrassantes pour les Etats-Unis, bien au contraire, puisqu'elles rendraient presque sympathique leur politique extérieure au moyen-Orient et en Asie.
Résumons donc cette agitation à cette observation : les seuls vrais scoops publiés par Wikileaks ces derniers mois sont très favorables aux Etats-Unis.
Cette agitation a pour le moment réussi à occulter les questions suivantes :
• Le premier principe de Wikileaks était de s'attaquer à des gouvernements autoritaires non-occidentaux. Comment Assange en est-il arrivé à mener une croisade contre un état (à peu près) démocratique et occidental, les Etats-Unis ?
• Le second principe de Wikileaks était le refus radical du secret comme principe de gouvernance. Comment Wikileaks a-t-il pu lui-même devenir une organisation secrète, au financement opaque, et dont les membres sont pour la plupart restés anonymes ? Et d'où vient l'argent ?
• Si les révélations de Wikileaks sont aussi fracassantes que ce qu'en disent les gouvernements du monde entier, comment se fait-il que rien n'ait été fait pour empêcher la diffusion de ces documents, qui était pourtant annoncée depuis des mois ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire