"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

lundi 13 décembre 2010

MARINE LE PEN LANCE LA CAMPAGNE PRESIDENTIELLE de 2012



Marine Le Pen en dénonçant l’occupation de la rue par les prières musulmanes (impayables c’est vrai) a allumé le feu de la campagne présidentielle 2012 qui tardait à prendre son envol avec un PS collé au sol et humide. Triste campagne jusque là, avec pour seule perspective de la gauche caviar et de ses gauchistes : comment faire barrage à NS ? La réponse ne pouvait pas non plus être TSS, tout sauf Sarkozy car à ce compte un remake de la farce de 2002 accroîtrait encore la masse des abstentionnistes.
Très mitterrandiste, la droite au pouvoir sait parfaitement que l’impopularité prolongée de l’actuel président pourrait lui coûter la place en tête de l’Etat, aussi en agitant la menace du FN, elle a introduit une autre donnée qui prend de cours le PS enfariné. Mitterrand avait su sans cesse gouverner à l’aide du double langage, comme par exemple l’antiracisme et une politique rigoureuse de continuité des expulsions. Il avait su fort habilement jouer de la menace du FN en son temps pour empêcher la droite de revenir au pouvoir. Dès 1981 il avait demandé qu’on exhibe la marionnette Le Pen à la télévision, poussé à l’invention du club antiraciste et antifâchiste « Touche pas à mon pote ! » (condamné bcq plus tard par la justice pour prévarication); avait ordonnancé une campagne sur un sujet cruel de la Seconde Guerre mondiale (les chambres à gaz) qui permit de diaboliser tout opposant comme d’oublier que Mitterrand avait été un petit ministre de Pétain. Tout ce qui, de près ou de loin, se plaignait du laxisme sécuritaire de l’Etat ou d’avantages particuliers pour la population immigrée, était taxé d’affidé du FN. Résultat la droite était assimilée au FN, diabolisée comme lui.
François Fillon et Jean-François Copé ont appelé samedi à «l’union sacrée» de l’UMP, malmenée depuis le remaniement, lançant la «mobilisation» pour la réélection de Nicolas Sarkozy face au «danger» d’un retour de la gauche aux affaires et de la montée du Front national. En vérité le « danger » viendrait plutôt de la personnalité de Sarkozy, apte jusque là à fédérer tous les mécontentements contre sa personne. La gauche bourgeoise n’a pas de programme alternatif à l’austérité voulue par tous les Etats du monde pour se sauver de la crise systémique ; elle ne suscite surtout aucun enthousiasme chez les millions qui ont vu leur espoir de retraite éloignée de 2 à 5 années.
La manipulation de la droite au pouvoir est donc très mitterrandienne en agissant constamment avec le double langage, et sur plusieurs tableaux qui tous dessinent un horizon bleu Sarkozy bis. La mise en avant du facteur sécuritaire par l’exhibition des crimes de sang les plus odieux, tout comme d’une justice prétendue capable de faire la part des choses en condamnant – tout en défendant moralement la corporation - une poignée de flics aussi lourdement qu’un grand nombre de petits délinquants ou de manifestants injustement accusés de déprédations, est le socle électoral de base qui se moque du chômage. Le retrait d’une contravention pour port du niqab au volant en même temps que la mise en vedette de la fille Le Pen pour sa protestation contre les prières dans la rue, contribuent au même moment à flatter l’électeur de souche arabe autant qu’à enlever des voix au PS « antiraciste angélique » ; en effet contrairement aux illusions démagogiques du petit Besancenot avec sa copine voilée, une bonne partie de la population française d’origine immigrée (ce qui n’est pas un label de sainteté ni de conscience prolétarienne) vote UMP, ce qui est normal puisque beaucoup de dits immigrés sont aussi arrivistes que la plupart des couches moyennes autochtones.
Comment considérer cette nouvelle campagne de diabolisation de la famille Le Pen illustrée par le dessin en Une de Libé?
Comme une tentative tout azimuts pour intéresser la population aux élections sans enjeu de 2012. Pour qu'il y ait moins de 50% d'abstentions. Pour que Sarko soit réélu avec un chiffre honorable, et parce que l'oligarchie et vous les journalistes franc-macs (bravo l'orchestration en une de Libé avec le dessin des deux "monstres" à faire peur au lycéen) avaient compris que ces élections n'intéressent aucunement la classe ouvrière because en face de Sarko y a person qui répond, le PS cuit, DSK cuit de toute façon (et aussi pourri que l'actuel occupant de l'Elysée), PC, Mélanchon et gauchistes minables. Donc vous nous ressortez la grosse caisse des monstrueux Le Pen. C'est ce qui s'appelle se ficher du prolétariat. Voter c'est comme se syndiquer, ça sert à rien. Vos appels hystériques contre la prétendue menace du FN négligent que le programme du FN est aussi vide que celui du PCF. Dans la crise il n'y a aucune solution nationale ni question à résoudre pour les immigrés en général. La seule solution, et vous le savez, serait la guerre au bout de la crise mondiale, or ni le FN ni l'UMP ni la gauche caviar ne vont se hasarder à exhumer cette vérité pour l’instant (bien que l’allusion de la fille Le Pen à « l’occupation » soit parlante d’une certaine façon : qui dit occupation signifie qu’il faudrait... chasser l’occupant, mais quel occupant ? Les dollars US ? Le contingent allemand arrivé à Strasbourg ?
Le Tollé de cette nouvelle campagne idéologique n’est qu’un tohu-bohu de prétendants et prétendus. Vous nous faites tous rigoler les bons démocrates antiracistes et le chauve qui peut Copé, et de l'autre la fille Le Pen avec son discours clientéliste à deux balles. Tout cela est de la pipole politique. Vous les journalistes en accordant une importance à cette préparation électorale vous répercutez le mépris de l'oligarchie dominante (des gauchistes officiels aux toutous du gouvernement comme la Licra) contre les prolétaires français et immigrés. Vous triomphez certes après dix mois de balades syndicales inutiles où (tiens!) il n'a jamais été question de ces histoires de religion et de races, car la question sociale remise au musée de l'idéologie bourgeoise ces fadaises d'un autre âge. Vous triomphez parce qu'on a infligé une défaite humiliante à la classe ouvrière, grâce aux facéties des appareils syndicaux, sans lesquels Sarko était KO en deux jours...
Joffrin et Cie affichent la même vieille rhétorique usée…
qui avait servi à faire gagner Chirac "le truand" contre Le Pen "le facho".Vous remarquerez que le comité de rédaction de Libé se tire une balle dans le pied en page de couv avec le titre "Histoires d'excentriques", excentriques qui? Papy et fifille Le Pen ou les plumitifs de Libé?
Cet antifascisme de salon n'est d'aucun effet contre le FN qui n'est pas fasciste mais dont la clientèle, en générale petite bourgeoise ou "petits blancs", n'est pas non plus complètement méprisable. Les quartiers déshérités qui ressemblent de plus en plus, avec leurs bazars et boutiques halal, à n'importe quelle mégapole du tiers-monde + les déguisements religieux en nombre envahissant, contribuent à la perte d'identité non pas française (ça je m'en tape) mais laïque. Aucune religion ne doit dominer la cité moderne ni imposer ses us et coutumes. Mais cet envahissement par des aspects extérieurs de la religion musulmanne est voulu et recherché par l'Etat capitaliste, d'abord par gros intérêt économique (attirer les immigrés arrivistes avec plein de Rachida Dati dans les postes de chefs administratifs qui sont les plus zélés une fois en poste), ensuite pour accuser les citoyens français qui se sentent étrangers à leur tour d'être des salauds d'électeurs potentiels du FN... alors que tout est fait, avec les mêmes arguments ambigus (antiracisme et stigmatisation des roms, mais sous-entendu aussi des arabes "délinquants"), pour que les votes destinés au FN aillent à l'UMP! Votre combat de journalistes de gouvernement, aux côtés des menteurs au pouvoir est d'inventer ce clivage fâchisme/démocratie, irréel, quand le vrai clivage est classe bourgeoise pour le maintien des divisions et inégalités face aux prolétaires français et immigrés non arrivistes qui ont tout intérêt à l’abolition des barrières nationales et religieuses.

1 commentaire:

  1. - D'accord avec votre analyse sur l'usage du vote anti-Le Pen ou antiraciste ; le clivage riches-pauvres a toujours été et reste le véritable clivage.
    - Pas d'accord en revanche sur l'idée que la laïcité garantit la neutralité ou le pacifisme de l'Etat. Le truc de l'identité nationale est typiquement laïc et il a déclenché l'hystérie religieuse de tous les partis ou obédiences.
    Si l'athéisme ou la laïcité ne sont purs ni de croyances superstitieuses (dans les statistiques, par ex., superstition moderne), ni de fanatisme, c'est tout simplement, comme Marx le démontre, que la laïcité n'est qu'un produit dérivé de l'anthropologie chrétienne.

    RépondreSupprimer