"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

jeudi 15 décembre 2016

INTER-IMPERIALISME : OMBRES ET LUMIERES SUR LA SAGA DU MASSACRE D'ALEP PAR LES PERROQUETS FRANCAIS


Attention figurants!
On a eu une idée de l'objectivité et de la servilité du quai d'Orsay via l'émission de la 5 qu'il a évidemment patronnée sur l'Arabie Saoudite avant hier : grandes généralités sur les femmes sans permis de conduire (il y a pire....), l'absence des « droits de l'homme », ce vieux cliché de coucou diplomatique, ronds de jambe puant sur un si considérable « client commercial » et exhibitions de gentillets contestataires de cour, mais rien sur le grand retournement impérialiste en cours avec l'axe Poutine-Assad-Erdogan et l'axe Iran-Chine. L'Occident aurait perdu son « honneur ». Quel honneur ? Quelle horreur oui !

Après l'enfant syrien mort sur une plage, voici l'image d'une petite fille marchant au milieu de cadavres. Pur montage. Il ne s’agit pourtant pas d’une image prise à Alep ces derniers jours, témoigne hypocritement un journal gauchiste à grand tirage (Le Monde), mais d’une image tirée du tournage d’un clip de la chanteuse libanaise Hiba Tawaji en 2014. Des articles d’alors sur la chanson Al Rabih Al Arabi contiennent l’image en question. La « petite fille qui court » apparaît en outre dans le clip en question. Preuve que la désinformation n’est pas l’exclusivité d’un camp ou de l’autre, commence par dire le décodeur de service. Rapportant « objectivement » dans sa rubrique « décodeurs » (un décodeur peut en cacher un autre) l'immonde prend soin évidemment avec cette rubrique de larbins "décodeurs ", de bien rappeler leur camp, celui des infaux du camp américano-saoudien et Goldman&Sachs, et la plupart de ceux qui restent rétifs au bourrage de crâne occidentalo-impérialiste voient la réponse de l'élite des perroquets bourgeois français ainsi s'étaler: si une info ne plaît pas aux "progressistes" ils utilisent des mots disqualifiants: « conspirationnisme », « poutinophilie », « théorie du complot ». Pensez : si vous réfléchissez à la soupe idéologique dont on vous abreuve, vous êtes forcément un idiot conspirationniste ! C'est la réaction normale de l'oligarchie affolée que les prolétaires refusent de choisir un des camps impérialistes! Hier vous étiez anti-patriote, puis fasciste brun ou rouge, puis hitléro-trotskiste, puis islamophiliste ou islamophobe...

LES LECONS DE MORALE DU MONDE

Protester contre « les massacres », tout le monde sait le faire, des gauchistes au président de la République, à croire que cette litanie pourrait servir d'explication et d'excuse à l'hypocrisie universelle, tout Le Monde des associés gauchistes bourgeois en tête bien sûr. Les gauchistes traditionnels LO et NPA, s'ils affichent une position plutôt classiquement internationaliste contre la guerre des brigands impérialistes, ne font que se fondre dans la masse des pleurnicheries sur les « massacres » (LO prédit de futurs Alep en Europe, et le NPA veut « faire vivre la solidarité internationale des opprimés » en promettant l'ouverture totale des frontières françaises aux migrants de la terre entière), désireux mais seulement dans le virtuel être une Croix rouge bis pour les « immigrés de guerre »- aux côtés de leurs potes du trust allemand Greenpeace et autres « lanceurs d'alerte » - mais ils sont incapables d'une réelle analyse politique géo-stratégique, sans parler du milieu de la Gauche communiste maximaliste quasi inexistant et incapable de prendre position rapidement à chaque étape de la guerre impérialiste1.
Les sergents recruteurs du Monde, plumitifs et primitifs gauchistes parvenus expliquent comment faire : « Comment aider les Syriens en étant en France ? Manifester, faire un don d’argent ou devenir bénévole sont des moyens de soutenir une population et un pays en plein désastre ». Le Monde d'avant le crétin Plenel n'aurait jamais osé appeler ses lecteurs des beaux quartiers à ce genre de « prise de position » bénévole, mondialiste quoique au service de l'impérialisme occidental. Le Monde c'est désormais le journal militant à bobos, consternant pour les gogos qui le lisent. Montrant l'exemple des « réseaux sociaux qui se mobilisent », nouvelle forme de collaboration rapprochée avec les perroquets de l'impérialisme franco-occidental, et se doivent de manifester « silencieusement » en pleine « mobilisation citoyenne ». Nouvelle « croix rose », Le Monde militant, sincère partisan occidental, fait appel aux dons pour les armées « humanitaires ». De plus les plumitifs du Monde s'engagent à héberger un syrien et sa famille dans leurs résidences secondaires, ce qui est un bon exemple pour tous les sans-abris français. Le journal gauchiste bourgeois se déchaîne pour rallier la population derrière le général Hollande, titrant dans la foulée le même jour : « indignation à gauche, indifférence à droite ». Le Monde avait recruté du « beau monde » :

« Alep crève, mobilisons-nous ! » ont crié en une du journal gauchiste du Quai d'Orsay, il y a deux jours à peine, fifils Glucksmann (de l'ex-ancien philosophe démocrato-mao-décédo) et monsieur 1% écolo Yannick Jadot ; nouveaux Déroulède à la masse nos deux nigauds ont pointé du doigt responsables et complices : « Poutine et Al-Assad sont des « terroristes » et ceux qui les soutiennent en France sont leurs complices » ! Quoique ne dédouanant ni les crimes des Assad et Poutine, ni la fraction bourgeoise avec Fillon qui s'apprête pour le retournement d'alliance impérialiste, nous restons consternés par l'accusation de « crimes de guerre » pour un seul camp des saigneurs de guerre !

Une figurine de télévision en jupe pleura à chaudes larmes face aux « crimes de guerre » contre lesquels personne ne fait rien. Nos nouveaux philosophes au service de l'Arabie Saoudite et de Goldman & Sachs, eurent des trémolos dans le texte – on les croirait carrément embusqués sous les gravats de la rue Al Atrouche : « Après les bombardements massifs et indiscriminés de l’aviation de Vladimir Poutine et Bachar Al-Assad, les milices du régime finissent le « travail » à l’arme blanche, rue par rue, maison par maison. Et la communauté internationale regarde, hébétée, inutile, incapable d’imposer un cessez-le-feu ou d’organiser l’évacuation des civils pris au piège. Alep crève. Comme Srebrenica et Grozny ont crevé avant elle. De la même manière, selon la méthode dite « tchétchène » que le maître du Kremlin assume, revendique et impose. La seule nouveauté dans cette tragédie, c’est la possibilité de suivre le calvaire des habitants jour après jour, heure après heure, sur Twitter et Facebook. « Ceci est mon dernier message, nous allons mourir. Que fait le monde ? » : les posts des activistes depuis lundi 12 décembre, en arabe ou en anglais, disent tous la même détresse, comme autant de bouteilles jetées dans une mer d’indifférence planétaire. Ils rendent notre inaction plus coupable encore ». Quel fatras patriotique et militariste de petits cons !
Au même moment, le la avait été donné par le New York Times: « Comment le monde a fermé les yeux sur l'horreur syrienne ».

Rien n'est expliqué ni éclairé sur les bandes armées qui sont nommées « rebelles au régime de Bachar El Assad ». Des anges blancs ? Non, des tueurs comme les sous-fifres de daech, bandes peuplées de conseillers militaires américains, russes, français, turcs, iraniens, etc. Une population prise en otage ? Oui mais par les diverses bandes armées, qui au service des Etats-Unis, qui au service de l'Iran, de la Russie, de la Turquie. Tout ce beau monde prend en otages des centaines de milliers de civils, s'en sert de bouclier et on nous hurle aux oreilles que « Poutine massacre » ! Bizarre non ?
Les incantations des petits jouisseurs du boulevard Saint Germain au service des intérêts de l'impérialisme américain et de ses petits perroquets de la bourgeoisie française ne sont d'aucune utilité pour les victimes civiles frontales ou colatéralles d'une guerre à proprement parler inter-impérialiste, ni surtout pour hausser la compréhension sur les enjeux derrière l'aspect « spectaculaire » du massacre ; dans le rempart de mensonge du déroulement des guerres, l'image des massacres n'est pas moins trompeuse, sous ses airs objectifs et partiaux, que les infaux ou les discours de morale des puissants et de leurs journaputes.

UNE AUTRE GUERRE DANS LA GUERRE

Guerre inter-impérialiste donc pour contrôler la région : la bourgeoisie américaine veut s'emparer de l'or noir de Mossoul. Jusque là les ambitions restaient relativement masquées, mais il est clair que les attentats en Turquie ont été téléguidés par la CIA, comme il est de plus en plus clair que la bourgeoisie US veut créer un Etat kurde et continuer à contrôler l'Ukraine pour freiner les ambitions russes ; Erdogan a été prévenu du coup d'Etat par Poutine, ce qui lui a permis de fuir et de sauver sa peau. Retournement d'alliance pour les impérialismes secondaires de fait dans une révision drastique des vieux accords Sykes-Picot2 ; on se souvient que la Turquie qui parrainait la « rébellion syrienne » avait accusé les milices chiites (soutenues par l'Iran) d'avoir saboté le couvre-feu, mais plénipotentiaires turs et iraniens sont invités à venir fêter Noël fin décembre à Moscou... : « Les négociations avec les Turcs « se sont avérées bien plus efficaces que les flâneries sans but auxquelles nous avons eu droit pendant des mois avec les Américains », a tenu à expliqué Sergueï Lavrov, le subtil ministre russe des affaires extérieures.

Pendant que guerre « syrienne » et négociations secrètes se poursuivent et donnent lieu à d'hystériques dénonciations de la part de chaque camp, le martyre et les exodes de civils pourront continuer, et il faudra masquer la nationalité des divers « conseillers militaires ». Et ci-après je ne peux que reprendre plusieurs réflexions de commentateurs anonymes.

Quant aux objecteurs qui veulent contrer l'hystérie à sens unique du camp américano-saoudien ils seront taxés de « complotistes », voire de négationnistes selon une « spécialiste » invitée par l'Immonde : « Symbole d’une débâcle sur un plan éthique – l’Europe et les Etats-Unis ayant, par leur désengagement, accordé de facto un blanc-seing au régime Assad et à ses alliés. Triomphe aussi sur le plan de la propagande et de la confusion. Au moment où les civils d’Alep-Est, massacrés à grande échelle par les pouvoirs de Damas et Moscou, tentent de fuir les bombardements aveugles, une narration d’inversion des réalités semble à certains égards l’emporter » (cf. La chute d'Alep serait la victoire de la propagande complotiste).
Ce qui est frappant pour la Syrie, c'est l'expression en continu de pseudo spécialistes le plus souvent inconnus . Dans leurs «analyses», les soi-disant experts tentent laborieusement d'asservir les faits, citant de façon sélective le déroulé des événements masqués, avec conclusions qu'on leur a dictées d'avance.
Des journalistes, chefs ou sous-chefs de « service politique », et des « universitaires » bien informés sont aussi incompétents à comprendre le déroulement de la guerre en cours. La lutte impérialiste c'est souvent « à qui perd gagne ». En n'intervenant pas massivement depuis une paire d'années pour écraser le « régime criminel » d'Assad (clan alaouite), l'impérialisme US semble laisser gagner Poutine et l'Iran, quand en réalité, derrière la focalisation aléatoire sur daech, il cherche à favoriser l'apparition d'un Etat kurde afin de mieux faire face à la Russie et à l'Iran, quitte à laisser tomber l'ancien allié turc (la CIA est derrière le PKK) ; et tous les arguments anti-génocidaires sont du pipeau. Le prochain remplacement d'Obama le faux gentil par le méchant Trump devrait réorienter l'impérialisme américain vers une collusion avec le russe – pas si paradoxale puisque le PDG d'Exxon Mobil nommé ministre travaille depuis longtemps avec les russes en mer du nord – face à d'autres géants – Inde et Chine – qui risquent d'être les prochains blocs impérialistes à affronter au cours de ce XXI ème siècle qui s'annonce si belliqueux.
Les diplomates français et leurs trouffions ne sont que des rigolos en face de ce grand retournement dont ils ne sont que les petits soldats et JP Filiu le bedeau.


NOTES

1Un petit cercle nommé « Bilan&Perspectives », en piètre hommage au premier livre du jeune Trotsky, s'imaginait en 2014 ou 2015, comme le dernier des spectateurs imbéciles, qu'il s'agit d'une guerre ethnique et choisissait plus ou moins le camp des Kurdes (pour des apparentés au bordiguisme, c'est la honte!) : « Guerre de classe ou guerre sectaire? C’est cette menace de guerre ethnique/sectaire qui annonce le danger pour le futur. Finalement malgré les différences entre le PKK et Daech, les ressemblances entre les deux sont ce qui les relient. Un vernis socialiste n’empêche pas une milice ethnique de jouer son rôle dans cette escalade du cycle d'un conflit ethnique et de la purification ethnique. Il est clair que dans cette lutte c’est Daech qui est l’agresseur et que le PKK défend son pré carré. Il est clair que, comparé à Daech, le PKK semble positivement progressiste. Mais rien de tout cela ne les empêche de jouer leur rôle dans l’intensification du conflit ethnique.Bien sûr nous avons de la sympathie pour les kurdes... ».
En septembre, un article du CCI « Alep, un nouveau crime du capitalisme contre l’humanité » , rame dans le choeur des « halte aux massacres » ; article long et touffu, qui ne voit pas le retournement d'alliances impérialistes et se conclut par cette bêtise comme soi-disant preuve d'une « alternative prolétarienne toujours vivante ». : « Le Printemps arabe a servi d’inspiration aux luttes dans les pays centraux, notamment au mouvement des Indignados en Espagne, mouvement qui a été plus loin en 2011 qu’Occupy et d’autres réactions similaires dans le monde pour poser de sérieuses questions sur le futur du capitalisme tout en s’interrogeant sur les moyens pour lutter contre lui. Mais ce ne fut qu’un aperçu du possible, un petit signe que, malgré l’avancée continue de la barbarie capitaliste, l’alternative prolétarienne est toujours vivante ». Le CCI ne sait pas que c'est le Qatar qui a financé les soi-disant « révolution arabes », et cherchant toujours un prolétariat éveillé, lui invente un substitut avec la décomposition des couches petites bourgeoises.

2La Première Guerre mondiale avait commencé pour le contrôle du charbon (de la Sarre) et la Seconde pour le pétrole, il n'est pas dit que la Troisième ne serait pas aussi concernée par l'or noir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire