"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

dimanche 20 mars 2011

Guerre de Libye : BOBARDEMENTS AERIENS


(Les aventures du colonel Sarkozi, 3ème épisode)

Etrange époque. Une guerre vient de se déclencher sans déclaration officielle, mais on a l’habitude depuis la Seconde Guerre mondiale. La France est entrée en guerre contre la Libye, suivie par quelques amis compréhensifs, mais – c’est officiellement précisé et pas forcément inédit - contre son dictateur et pour « sauver du massacre son peuple ». C’est ce qui se couvre de la vague notion d’ingérence humanitaire inventée il y a quelques années par quelques crânes d’œuf onusiens et autres frenchies doctors. Curieuse guerre dont la première victime est comme toujours la vérité. En soi, après un battage intensif sur le massacre largement exagéré d’un prétendu nouveau soulèvement printanier dans l’arc de cercle de la péninsule arabe, les snipers de Kadhafi avaient tout au plus causés une, deux ou trois centaines de morts, autant que les Ben Ali et Moubarak, autant sans doute que les snipers policiers des régimes du Yémen et du Bahreïn actuellement… Puis la machine de focalisation des médias s’est accélérée, avant que le drame du Japon ne vienne la faire passer un temps au second plan. On parla de 6000 victimes, que personne ne vit jamais. Nous pensâmes aussitôt aux armes de destruction massive inventées par Bush et Blair pour régler son compte à Saddam. On se souvint aussi des charniers de Timisoara, cadavres de cimetière déterrés pour stigmatiser ces horribles tyrans, le couple diabolique Ceaucescu.
Les dés étaient jetés après une longue attente, obscures tergiversations diplomatiques, avec suspense garanti autour de Benghazi, alors que deux mois à peine avant Kadhafi et sa clique étaient présumés encerclés à Tripoli par des « insurgés en marche vers la victoire ». On ne sait pas à quoi fût du ce retournement, où le grotesque Kadhafi se lança dans une reconquête quasi victorieuse, décrite comme un vaudeville face à des petits commerçants dits insurgés juchés sur leur pick-up avec mitrailleuses rouillées. La si mal nommée communauté internationale s’ingénia à protester contre le « massacre des civils », alors qu’une partie des civils étant armés… n’étaient plus de simples civils. Et si, contrairement aux soulèvements populaires en Tunisie et Egypte (justifiés par la misère et le ras le bol des dictatures) le « soulèvement du peuple libyen » n’avait pas été orchestré par des sous-marins US pour se débarrasser enfin du gêneur Kadhafi ?
La soi-disante révolution arabe devenait soudain « insurrection » des « rebelles ». La mise en scène chercha longtemps des « figures » ou un contour précis à ces rebelles parfois rassemblés sémantiquement en « opposition à Kadhafi ». Vu de plus près quelles gueules ont-ils ces « rebelles » ? Ou plutôt que représentent-ils ?
Qui est l'opposition en Libye ? Des gens ordinaires et d’anciens officiels libyens corrompus. Le leadership de l'opposition interne qui émerge en Libye vient de l'intérieur du régime lui-même. Les officiels corrompus qui se sont rebellés contre Kadhafi ne sont pas choisis par le peuple, ni le prolétariat inexistant politiquement. Ces figures de l'opposition ne sont pas opposées à la tyrannie; elles sont surtout opposées à la férule du Colonel Kadhafi et de sa famille. Aref Sharif et Al-Yunis sont eux-mêmes des personnalités du régime libyen. Les quelques officiels libyens qui se sont retournés contre Kadhafi le font pour se sauver. Abdel Moneim Al-Honi, le délégué libyen à la Ligue Arabe au Caire, a été exhibé en exemple pour sa dénonciation (tardive) de Kadhafi, mais il était l'un des membres du groupe des officiers libyens qui ont fait le coup d'Etat de 1969 avec Kadhafi et que plus tard en 1975, il avait lui même essayé de prendre le pouvoir dans un coup d'Etat manqué. Après ce coup manqué, il avait fui la Libye et ne revint qu'en 1990 après que Kadhafi lui eût pardonné. Al-Honi n'a pas été le seul diplomate libyen à démissionner. L'ambassadeur libyen en Inde en fit autant. Il y a une intention de la part de ces officiels à ramasser le pouvoir en Libye après l'éviction de Kadhafi: L'ambassadeur de Libye en Inde Ali al-Essawi, également démissionnaire a été ministre à Tripoli. Le second diplomate libyen à démissionner fut le représentant permanent auprès de la Ligue Arabe Abdel Moneim al-Honi ; il a déclaré au Caire qu'il devait quitter son poste pour "rejoindre la révolution" dans son pays. Le second Secrétaire Hussein Sadiq al Musrati, a annoncé sa démission depuis la Chine, dans une interview à Al-Jazeera, et a appelé l'armée à intervenir dans le soulèvement. Belle brochette d’officiels « rebelles », comme Al-Yunis et Sharif, issus du régime, et prêts à se mettre au service des futurs occupants comme Karzaï en Afghanistan ou Talabani en Irak.
COMMENT LES INTERNATIONALISTES PEUVENT-ILS DENONCER UNE TELLE GUERRE ?
D’abord ce n’est pas une guerre, comme au moment de la guerre coloniale en Algérie, comme lors des frappes « ciblées » en Afghanistan et Irak, ce sont des « interventions humanitaires » ? Qui pourrait être contre des interventions humanitaires sauf à être un nazi indélébile ? La guerre impérialiste moderne a fait d’incontestables progrès sémantiques, idéologiques et psychologiques. Elle paralyse même toute critique sensée et rationnelle à ses buts opaques. C’est pourquoi je ne cesse de dire que le système capitaliste est pervers narcissique, véritable psychopathe qui vous empêche même de vous plaindre ou de l’accuser.
Dans la préparation de la guerre, pardon de « l’intervention humanitaire » pour « faire cesser le massacre de la population civile », la bourgeoisie psychopathe nous a mis en condition : j’y vais ou j’y vais pas, semblait implorer la communauté internationale et sa petite sœur bigote la communauté européenne ? Si j’y vais tant mieux, si j’y vais pas tant pis !
- Nooon, Ah non, NON ! agissez merde, lâches, pleutres, faux-culs ! suppliait la bonne grosse opinion publique, à genoux et pleurant déjà le lâche abandon de Benghazi la rebelle, livrée à un futur charnier kadhafien…
La communauté internationale, brave fille, après s’être tant fait désirer, se ressaisit et décida le tant attendu « no fly zone » pour le dimanche 20 mars avec en avant-garde le french Napoléon, communément nommé Colonel Sarkozi.
Le suspense avait été initié par un premier épisode intra-européen et para-français, dépeignant une démarche frivole voire désinvolte du Colonel Sarkozi :
« Selon une source bien informée, voici le contenu de l’échange entre Nicolas Sarkozy et les deux représentants de l’opposition libyenne qu’il recevait ce matin à l’Elysée (photo).Les Libyens (deux trognes anonymes délégués par les « rebelles » anciens ministres de Kadhafi, ont demandé au président français :
- de brouiller les transmissions militaires de l’armée de Kadhafi.
- de détruire le bunker du colonel.
- de neutraliser les trois aéroports qui lui servent à mener ses opérations (notamment la base de Syrte d’où partent l’essentiel des avions qui bombardent les villes à l’Ouest de Benghazi, et l’aéroport proche du Tchad où arrivent les mercenaires.)
- de reconnaître officiellement l’opposition, représentée par le Conseil exécutif, comme la seule autorité légitime.
- d’imposer une no fly zone.
Selon la source du "Nouvel Observateur" (hebdo bobo toujours en retard d’un metro), Nicolas Sarkozy a tout accepté. Il a seulement expliqué que la zone d’exclusion aérienne sera probablement impossible à obtenir au Conseil de Sécurité. Sur les frappes ciblées, il a dit qu’il allait, demain, demander aux Européens de mener une opération commune. Il a précisé que l’Allemagne était réticente. Il a dit qu’il était tout à fait hostile à une intervention sous pavillon de l’Otan (qu'autrement dit, il ne souhaite pas une participation des Etats-Unis). Il a affirmé qu’en tout état de cause et si nécessaire la France effectuerait ces frappes elle-même ».
Donc après un épisode aussi alléchant, nous allions voir ce qu’on allait voir :
- Par une habile manipulation de la Chine, de l’Inde, de la Russie et des représentants de la « communauté arabe » et africaine, avec « non fly zone » on avait réussi à les pousser à s’abstenir, or dès les premières frappes ridicules des aviateurs kakis français, les « roulés dans la farine » ont immédiatement exprimé leur hostilité !
- L’application du « no fly zone » se traduisit immédiatement par son contraire « no ground zone », au moins 20 avions furent déplacés pour ce résultat aussi minable que la prétendue destruction de 4 chars du régime de Tripoli (étaient-ils habités ou vulgaires carcasses abandonnées dans le désert ?), il était question de frapper dans les airs pas à terre, non ?
- L’intervention de la France sans l’OTAN, pure galéjade, l’impérialisme français fait partie de l’OTAN et les amis anglais, belges, danois, ricains, etc. qui accompagnement les bobardements de guerre SONT L’OTAN à eux seuls ! L’OTAN est toute mobilisée. Les attaques aériennes par avions et missiles de croisière sur la Libye, des Etats-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne, sont «coordonnées» à partir d'un quartier-général américain basé à Stuttgart, en Allemagne, indique un responsable français sous couvert d'anonymat : «Ce QG fait de la coordination avec les centres opérationnels aériens français basé à Lyon et britannique implanté à Northwood». Les défenses anti-aériennes libyennes semblent être la cible de la coalition. L'US Navy tire des missiles de croisières contre la Libye après que l'armée française ait détruit des chars libyens au sud-ouest de Benghazi samedi en début de soirée (Bien avant les coups de menton de notre colonel Sarkozi, comme un camarade bordiguiste nous l’avait chuchoté, des armes étaient livrées aux dits « insurgés » depuis l’Egypte, armes made in USA).

- Toute la gauche bourgeoise française et ses accompagnateurs gauchistes qui se taisaient jusque là ont pratiquement tous (à leur manière) apporté leur soutien à « l’intervention humanitaire » de l’OTAN déguisée derrière l’uniforme français et anglais (la vieille alliance anti-fasciste pétrifiante).

Sans oser en référer à la tragique guerre civile espagnole – les prolétaires européens ne veulent pas mourir pour les apparatchiks de Benghazi - Mélencon s’est attiré les foudres du PCF pour avoir voté en faveur de la guerre au parlement européen, ce pauvre ex-obligé de Mitterrand s’est défendu en arguant qu’il n’avait pas obéi au colonel Sarkozi, mais à l’ONU, cette amie des peuples martyrs. Le french PCF, comme les amis du stalinisme disparu (STOP The War d’Angleterre avec les Murray et Corbyn), a protesté contre « la guerre » qu’il eût approuvé sans fard s’il eût conservé quelque prépondérance électorale. Mais en réalité, sous l’indignation verbale, il approuve subtilement avec cet édito compréhensif de l’Huma : « Comment venir en aide aux insurgés libyens en dépassant la simple indignation morale mais sans pour autant déclencher une énième guerre absurde et mortifère pour tous, à commencer par les peuples arabes eux-mêmes ? Face à ce questionnement cornélien que tout internationaliste et citoyen du monde portait en lui confusément depuis des jours et des jours, sans qu’aucune solution satisfaisante ne puisse être apportée véritablement par les acteurs du drame qui se joue en Libye, le Conseil de sécurité de l’ONU vient donc de répondre à sa manière en adoptant une résolution qui autorise le recours à la force contre l'armée de Mouammar Kadhafi. Des frappes aériennes. Que l’on qualifiera sans doute, dans les heures qui viennent, de « chirurgicales »…
La protestation de Nathalie Arthaud pour la secte trotskienne Lutte Ouvrière est aussi compréhensive, mais si proche d’une position internationaliste, en partie véridique, qu’elle n’en est pas moins louche : « Le revirement d’un État comme la France, qui soutient Kadhafi depuis des années, qui a reçu ce massacreur dans les palais de la République en 2007, ne peut abuser personne. Et son soutien au « Conseil de transition » libyen, composé en partie d’anciens ministres de Kadhafi qui ne valent pas mieux que lui, est une sinistre farce. Les milliers de morts civils provoqués par l’intervention impérialiste en Irak et en Afghanistan nous rappellent que ce sont toujours les peuples qui payent le plus lourd tribut des opérations militaires impérialistes, quels que soient les faux nez derrière lesquelles celles-ci se dissimulent. Le gouvernement français n’a que faire du sort de la population libyenne. Il cherche simplement à placer un remplaçant à Kadhafi plus malléable ».
Dans son communiqué le NPA de Besancenot cache son soutien (moral) à la mise à bas espérée du dictateur sous les débilités de « révolutions », « société démocratique nouvelle» et (sans rire) se place aux côtés du sinistre et gris CNT de Benghali qui a bien demandé « l’aide urgente» du colonel Sarkozi contrairement à ce que lui fait dire notre principal caméléon national trotskien : « Le NPA soutient totalement les révolutions actuellement en cours dans les pays arabes ainsi que le peuple libyen désireux de chasser du pouvoir un dictateur au pouvoir depuis plus de 40 ans, qui a réduit à néant toute les libertés démocratiques et est prêt à tous les carnages pour rester au pouvoir. Mais c'est au peuple libyen de se débarrasser de Kadhafi pour construire une nouvelle société démocratique qui devra utiliser les revenus du pétrole pour satisfaire les besoins de la population. C'est pourquoi, le NPA est totalement opposé à toute intervention militaire des puissances occidentales, rejoignant en cela le « Conseil national de transition des villes libérées » refusant « toute ingérence ou opération militaire étrangère », alors que ces puissances n'ont d'autre but que de garder le contrôle sur les ressources énergétiques de la Libye ».
Pour le principal parti de gauche caviar, Martine Aubry a versé quelques larmes sur la trop longue attente pour intervenir mais mardi lors du vote des crédits de guerre, pas un politicien de la gauche bourgeoise ne devrait manquer à l’appel de Sarko-la victoire en chantant.
Ainsi nous pourrons en conclure aujourd’hui ces nouveaux carnets de guerre par une remarque de poids. Comme nous l’avons examinée avec précaution, cette nouvelle guerre est en principe non critiquable. Pour trois raisons :
- Les pays occidentaux n’envoient pas directement leur classe ouvrière au casse-pipe, ce sont des volontaires professionnels, voire éloignés du terrain (les traditionnels lâches aviateurs et les tireurs de missile sur porte-avions ou sous-marins au large ;
- Si vous vous opposez formellement (et moralement) à « l’intervention humanitaire » comme les staliniens français et leurs homologues anglais de « stop the war », vous êtes complices de Kadhafi !
- Si vous « comprenez » une utilité guerrière pour « empêcher les massacres » du tueur fou Kadhafi, vous êtes complice du colonel Sarkozi et de sa bande de l’OTAN !
Evidemment le milieu maximaliste révolutionnaire attend pour voir, paralysé par les trois raisons précédentes, et évidemment mes lumières. Je dois convenir que c’est inédit dans l’histoire des guerres locales modernes qu’aucun groupe prétendu révolutionnaire n’ait publié un communiqué dénonçant cette nouvelle guerre. Mais, pour une fois, je ne me sens pas de critiquer cette absence de communiqué. Pourquoi faire un communiqué sur une intervention militaire de type impérialiste, masquée, où il est évident qu’il n’y a aucun camp à choisir ?
Où on ne nous a pas demandé notre avis, ni aux prolétaires (comme toujours) ni par une consultation citoyenne. Si on avait sonné la mobilisation générale, pas de problème on aurait misé sur l’insurrection de classe. Ici on n’envoie pas de braves pioupious mais des professionnels du crime militaire, et là-bas les tribus sont contentes qu’on leur fournisse des armes. Donc, la protestation contre la guerre est soit pacifiste (impuissante) soit soutien à un camp. Défaitisme révolutionnaire en Libye en l’absence de prolétariat organisé ? Fumisterie à la NPA !
Cela ne signifie pas que nous devons rester spectateurs affligés. La dénonciation de la guerre en soi est navrante d’inutilité et est un piège auquel nous n’avons pas à répondre. Par contre l’analyse et la description de comment la prude Amérique obamesque organise la chaos et la retribalisation de la péninsule arabe pour brider l’avenir des soulèvements populaires, en même temps que laisser faire la même répression cruelle au Bahreïn, au Yémen, etc. – sera l’objet de toute notre attention.

A suivre…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire