"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

vendredi 21 octobre 2011

Kadhafi au paradis, la révolution de jasmin aussi


Que les politiciens se félicitent de son lynchage ou fassent croire à une ère de paix en Libye, l’essentiel est de laisser dans l’oubli, les vraies raisons de cette guerre pare-feu, qui ne furent pas simplement motivées à l’origine par le désir de repartage des marchés pétroliers des vieux impérialismes européens, sous couvert des « droits de l’homme ».

Le lynchage de Kadhafi constitue une victoire en forme de triomphe qui sert d'avertissement aux autres dictateurs du Moyen-Orient tout en soulevant des inquiétudes sur l'avenir du pays, estime la presse britannique du vendredi 21 octobre.

"Le corps ensanglanté de Kadhafi devrait inciter tous les despotes qui continuent de s'accrocher au pouvoir dans la région, et notamment Bachar al-Assad en Syrie, à se lancer dans des réformes politiques", écrit notamment le journal populaire Daily Telegraph. Il affirme en outre que la mort de Kadhafi a aidé à redessiner la carte politique de cette région agitée. Pour le Daily Telegraph, "la mise à l'écart de Kadhafi, ainsi que celles de Hosni Moubarak en Egypte et de Zine el Abidine Ben Ali en Tunisie, ont "incontestablement transformé la donne politique dans le monde arabe et nous devrons nous y adapter en conséquence". Le quotidien de gauche Guardian estime de son côté "qu'il n'aurait pu y avoir de signe plus prophétique pour les tyrans encore en place que celui du corps de Kadhafi emmené à l'arrière d'un camion". "C'est le sort qui pourrait attendre Al-Assad (x), ainsi que le président du Yémen, Ali Abdallah Saleh, et il faut qu'ils le sachent", écrit encore le journal. Le journal incite d'autre part les dirigeants libyens "à construire en Libye un avenir assurant à la fois les droits de l'homme et l'indépendance de toute interférence étrangère. "Il s'agit là d'une nécessité absolue dans un pays qui n'a pas de tradition démocratique et de grandes réserves de pétrole. Le prochain chapitre de l'histoire de la Libye vient de commencer", estime le Guardian. Enfin le Times trouve que la mort de Kadhafi était préférable à un procès qui aurait probablement révélé peu de choses que le monde ne sache déjà.

(x) Le sanglant Kadhafi avait commencé les tueries EN FAISANT TIRER sur les manifestants sans armes, puis en faisant lancer des grenades dans la foule (cf. mon article avec ce titre repris sur d'autres sites)

L'oubli en Libye (ce que Sarko veut appeler "le pardon")

Entre les cyniques politiciens de l’Etat sarkozien va-t-en guerre qui font la danse du ventre sur le cadavre de Kadhafi et le fair play torpide des bourgeois britanniques il n’y a pas l’épaisseur d’un papier à cigarettes, entre complices non pour éliminer les tyrans mais pour s’emparer de la manne pétrolière. Initialement, l’objectif était différent. Toutes les fractions bourgeoises en lice n’étaient pas déterminées à éliminer le système Kadhafi, sans oublier la somptueuse réception qui lui avait été offerte à Paris par notre chien de guerre. On l’a oublié mais la temporisation américaine visa à bloquer ladite révolution de jasmin et, au bout du compte, elle y a réussi : le but du jeu étant de récupérer dans l’ornière occidentale l’idéologie de la « libération des peuples » grâce aux instructeurs et au matériel occidental ; dans le long deal feutré Obama a laissé finalement GB + France faire presque cavaliers seuls, un prêté pour un rendu. L’Allemagne qui avait refusé de s’en mêler a conquis en douce d’autres lettres de noblesse impérialiste en négociant pendant ce temps en coulisses avec le Hamas et Israël la libération du soldat Shalit. Puis la bourgeoisie US s’était ralliée à la nécessité de l’élimination de Kadhafi.

La focalisation sur la guerre en Libye a dévitalisé le dit mouvement des peuples qui, électoralement, dans une logique de chacun chez soi, redeviennent les proies des simili fascistes musulmaniaques. Une fois la paix revenue – mais rien n’est moins sûr avec la mise en vedette des intégristes par tous les gouvernements de la région comme « opposants » déplorables mais déplorablement nécessaires (fabulation de l’Etat algérien pour sa survie) et les querelles de tribus – la Syrie reprend le flambeau. Le boucher Assad sera-t-il crédité d’une volonté de développer des armes chimiques comme Saddam et Kadhafi – ce beau prétexte pour « l’ingérence humanitaire » impérialiste ? Pas le problème pour l’heure.

Les grandes puissances laissent se dérouler un immense massacre impuni jusqu’au moment où un peu partout dans le croissant arabe, les « élections » bénies et un soupçon de démocratie même avec quelques intégristes, auront démoralisé chaque peuple dans ses frontières. Malgré les déclarations à la façon d’Obama et de la bourgeoisie qui laisseraient entendre que le prochain tyran lapidé en public sera Assad, rien n’est moins sûr. Outre que la Syrie ne possède pas de pétrole, plus Assad massacre, plus cet assassin génocidaire rend service aux bourgeoisies occidentales dans la remise en ordre du croissant arabe où les masses ne sont plus, comme la classe ouvrière ici, que spectatrices des massacres ininterrompus d'innocents pacifistes.

Voici ce que j’’écrivais il y a plusieurs mois sur la fonction de la guerre en Libye :

« POURQUOI LA BOURGEOSIE US TEMPORISE

Si le « printemps arabe » n’était pas encore en développement, nul doute que le choix ancien de la bourgeoisie US d’éliminer Kadhafi, aurait été réglé. La plupart des monarchies arabes + Israël + les nuls de « l’unité africaine » (incapables d’endiguer l’horreur en Côte d’Ivoire) n’auraient pas levé le petit doigt pour sermonner l’empire US. La ligne d’Obama obéit à la même logique que Bush père, sans sentiment et qui va vers la même catastrophe. L’impérialisme US ne peut pas s’empêcher de généraliser le chaos qui sert si bien le maintien de l’ordre bourgeois et la prospérité de l’industrie d’armement, dont la Palestine est le joyau. »

Et voir mes différents articles à l’époque(*) que je résumais ainsi : « La bourgeoisie française, plus ou moins sponsorisée par la bourgeoisie US – qui l’a réintégrée dans l’OTAN et convaincue d’apporter sa quotepart militariste en Afghanistan – peut être déléguée pour décharger quelque peu le lourd fardeau de pax americana sur le reste du monde. Le colonel Sarkozi portant haut le drapeau de la démocratie… humanitaire. A moins que cette pauvre armée française toujours à la traîne n’arrive que pour compter les cadavres sur les ruines de Benghazi ».

Les milliers de cadavres de cette longue guerre – du point de vue du prolétariat universel - qu’on ne nous a pas montré, sont bien plus choquant que le lynchage du bouffon de Syrte.

(*) Nota « L’attentisme criminel », et « Les dessous secrets de l’amitié entre Kadhafi et l’Italie ». Le type d’intervention impérialiste de deux Etats européens pour « sauver la population libyenne » a été un bon coup politique pour Cameron et Sarkozy. Comme d’habitude gauchistes et milieu maximaliste ont dénoncé cette guerre « impérialiste », quand beaucoup d’entre nous pensaient quand même « tant mieux s’ils virent cette ordure de clown sanglant et drogué ». Comme quoi dénoncer la guerre en soi peut vouloir dire agréer au statu quo des dictateurs en place. Comme quoi la bourgeoisie nous piège aimablement dans un faux choix, qui va si bien à son efficace destruction de toute énergie autonome de masses « impuissantes » et dépendantes de « l’aide militaire occidentale » pour obtenir des « élections libres ». La révolution de jasmin a bel et bien été remplacée par la conservation de la fleur de lys, couleur kaki ! Et qu'on ne nous raconte pas des blagues sur la confusion autour des circonstances du lynchage de Kadhafi, ce sont bien les soudards ailés de la sarkozie armée qui ont butés les fuyards de Syrte; sans cette aide "amicale", les excités d'en bas en pickup et autres Allah akbar avec portables, n'auraient jamais pu déchiqueter leur ancienne idole, rendant un fieffé service à la mafia du CNT. La rectification "ce sont des hélicos de l'OTan qui", a eu simplement pour but d'éviter que les prochaines cibles du terrorisme d'Al Aqmi et consorts (leur guerre à eux) ne soient exclusivement françaises...

Nota benêts: le dessin qui sert d'illustration à cet article est la reproduction d'une scène du film de Marjane Satrapi, la merveilleuse iranienne - Persépolis - qui a déchaîné la colère des fachos musulmaniaques en Tunisie... libérée, parce que dieu est représenté comme un vieillard! Ce qu'il n'est plus en effet puisqu'il est mort! S'étonner de ce qui est vécu comme une offense par les milliers d'ayatollah et autres bédouins en robe affublés d'une barbe chenue et longue comme celle des vieux dieux disparus, c'est ne pas comprendre que la superstition permet de gérer les sous-développés sans être emmerdé par des questions d'augmentation de salaires. Le salafisme est d'ailleurs une très bonne salade capitaliste.

Enfin le titre le plus débile et creux est celui du site gauchiste rue 89:"mort de Kadhafi: des images pour tuer le mythe"! Quel mythe? Sont miteux ces plumitifs recyclés de Libé .

1 commentaire:

  1. Pauvre Kadhafi ! Dictateur sanguinaire, il lui fallait un procès exemplaire pour dénouer les pour et les contre de son régime. Il n'en a pas été ainsi, non parce qu'il fut lynché, mais bien plus sûrement parce qu'un agent de l'étranger l'a assassiné sur ordre quand il a été hors d'état de nuire. Une lâcheté bien OTANienne ! Bien en continuité avec la fin de Saddam Hussein, ou celle de Ceaucescu.

    Pas d'illusions ! Ces autocrates éliminés, la suite est généralement pire comme on l'a bien constaté en Irak. Le dictateur suprême est à Washington, personnalisé en ces lobbyistes qui font la pluie et le beau temps dans la ville construite par Pierre Charles L'Enfant.

    Washingto delenda est

    RépondreSupprimer