"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

dimanche 28 août 2011

COMMENT FAVORISER UN CADRE DE DEBAT POUR PREPARER LA FIN DU CAPITALISME ?


Interrompue puis reprise, à l’initiative de mon correspondant F.C., la discussion sur un sujet aussi crucial que vaste reflète bien le questionnement des masses du prolétariat encore muselé sous les diktats de l’intox dominante, atomisé sous la fausseté démocratique de la « liberté de parole » au fond de nos chiottes et dans le cimetière des illusions anarcho-syndicalistes. Merci François de me permettre de reprendre cette discussion. Je ne suis plus militant ni donneurs de conseils. Je n’ai pas la prétention d’être un parti à moi tout seul, mais je suis conscient que la création d’un véritable parti communiste reste nécessaire pour confronter une classe dominante très bien organisée, centralisée et armée pour la préservation de ses privilèges et la couverture de ses mensonges les plus éhontés. Le débat public planifié et truqué de la classe dominante étale tout son mépris des masses en nous imposant ses sondages improbables et ses soutiens invraisemblables. Chassez le naturel il revient au galop. Dans l’affaire secondaire du pervers DSK, autant les larbins de la crête de l’intelligentsia bourgeoise avait minimisé un « troussage de soubrette », autant l’acquittement du pervers a été accueilli avec « joie » par l’élite sociocrate via la gendarmette Aubry. Le rapport médico-légal des médecins américains qui ont examiné Nafissatou Diallo avait conclu pourtant à une véritable agression sexuelle, autrement dit à un viol. M. DSK a été relaxé parce que la victime était forcément coupable. Une vulgaire soubrette de chambre, de plus noire et sans papier, n’allait pas faire le poids face à un présumé penseur économique, apte selon ses ouailles à sauver le capitalisme décadent. Passée la première journée de la « relaxe » du client des avocats mafiosos newyorkais, la « relaxe » apparut moins pimpante. Qu’à cela ne tienne, les « réseaux DSK » se sont mis en branle subtilement, avec ce sens de « l’objectivité démocratique » (j’allais dire l’abjectivité) des fabriques de sondage avec cette dose de fiel et de chiffres abstraits qui vous répare un pneu crevé sans changer la roue ; cf. le communiqué de l’AFP :

« Une large majorité de Français est opposée à un retour de Dominique Strauss-Kahn dans une fonction ministérielle (ministre ou Premier ministre) en cas de victoire de la gauche à la présidentielle, selon un sondage Ifop pour Sud-Ouest Dimanche. 61 % des personnes interrogées ne souhaitent pas que l'ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) devienne ministre (38 % le désirent), et 67 % ne désirent pas qu'il soit nommé Premier ministre (32 % le souhaitent). Dans les deux cas, 1 % des sondés ne se prononce pas. Les sympathisants socialistes souhaitent majoritairement à 53 % que DSK devienne ministre (contre 47 %). Mais, à 58 %, ils ne désirent pas qu'il soit Premier ministre (contre 42 %). Ifop relève que sur l'ensemble de l'échantillon le "fait que près de 4 interviewés sur 10 (38 %) se montrent favorables à l'accession de DSK à un poste ministériel (et 32 % à la fonction de Premier ministre) ne constitue pas une donnée négligeable". L'institut souligne en outre, "qu'au-delà de la sympathie partisane, opère un clivage générationnel", avec les moins de 35 ans "systématiquement plus favorables que leurs ainés" à un retour de Dominique Strauss-Kahn en cas de victoire de la gauche. Sondage réalisé par téléphone les 25 et 26 août auprès d'un échantillon de 955 personnes ».

Pour « l’opinion » (955 connards en l’occurrence), cette pute corvéable, le pauvre est pourri par le fric et la pauvre Nafissatou le prototype du pauvre « corrompu » jusqu’à la moelle. La vilenie bourgeoise reste pourtant la plus voyante et la plus cruelle en Angleterre où ces salopards d’exécutants de la justice de classe font passer les prolétaires émeutiers pour des noirs expulsables, et où « l’opinion » applaudit des deux mains la défense de la propriété privée des riches annoblis.

J’ai pris ces deux exemples caricaturaux des droits imprescriptibles de la dictature bourgeoise sur l’âme et le corps des prolétaires, comme j’aurais pu prendre les excuses des policiers chiliens qui ont tué un jeune lycéen manifestant avec les grévistes de Santiago, comme j’aurais pu prendre le cas de ce dessinateur syrien aux doigts écrasés par les tortionnaires aux ordres d’Assad, ce nouvel Hitler au petit pied.

En un mot, l’indignation contre les mille actions sadiques et injustices du totalitarisme bourgeois suffit à haïr ce système, mais ne nous indique aucunement comment le mettre à bas, à quelle classe faire confiance pour s’en charger et surtout avec quel projet politique « changer ce monde ». Ceci est l’objet de la discussion avec François.

Bonjour,

Je reprends cette correspondance après une longue pause; j'avais été déçu de votre réaction à mon email à l'époque, mais avec le recul j'apprécie aussi votre franchise, votre défiance de l'intellectualisme et votre absence de démagogie. En plus, en relisant ma brève et sans doute maladroite présentation de la téléologie, je comprends un peu votre sentiment. Si je n'ai pas répondu depuis c'est aussi que je manque de réponses concernant les points que vous aviez soulevés:

- faut foutre en l'air le capitalisme, mais comment et avec qui?

- est-ce que les Gauches germano-hollando-italienne peuvent rester nos éclaireurs?

- est-ce qu'il y a des groupes politiques sérieux?

- est-ce qu'il ne nous incombe pas de favoriser un cadre de débats pour que, surtout les prolétaires (et pas tous nos braves petits profs du GCI, du CCI,de PI, etc.) tiennent le crachoir?

A propos des gauches, je suis heureux d'avoir enfin commencé à lire votre Histoire du maximalisme, que ma lecture de la "Révolution trahie" de S. Haffner m'a redonné envie de lire. Le côté "discussions de sectes entre profs et autres intellectuels petit-bourgeois rangés

des voitures" (quand on voit la plupart des groupes actuels se revendiquant communistes) m'avait fait me désintéresser des vieux (?) débats entre communistes de gauche... du coup j'ai beaucoup de retard sur ces débats, tandis que vous les connaissez de l'intérieur. La question la plus accessible pour moi ici et maintenant (avant d'avoir tranché pour moi-même les questions théoriques importantes) me semble être "comment favoriser un cadre de débat". Dans cette optique, internet a des avantages, mais on a en même temps plus de chances d'y rencontrer encore une fois des intellectuels (au sens de spécialistes, satisfaits de leur statut, simples curieux ou bien donneurs de leçons mais toujours de l'extérieur), et des membre de la "middleclass" en général, que des prolétaires... Comment sortir du cercle vicieux: nous voulons pouvoir débattre dans l'optique d'une révolution, mais un débat (libre et généralisé) nécessiterait, pour aller vite, une révolution (rupture de la routine du travail et disponibilité de tous, neutralisation des médias existants omniprésents et utilisation (différente) de leurs moyens, etc.)? Comment, en attendant, rencontrer et engager la discussion avec des personnes qui veulent la fin du capitalisme (et, au moins grossièrement, la même fin que celle que nous voulons), sans tourner en rond dans un petit milieu de militants ou de vétérans? Le hasard

des rencontres (dans des manifs ou des grèves "spontanées", dans des émeutes) est précisément... hasardeux, mais la recherche activiste d'occasions de rencontre ne fait-elle pas courir le risque de devenir suiviste voire touriste, toujours à la traîne, extérieur et décalé

avec les événements?... Y a-t-il un juste milieu ou une autre voie?

Aurait-il fallu aller en Tunisie en janvier, par exemple, histoire de rencontrer et parler directement avec des prolétaires révoltés? Et si oui, à quel prix: quitter son boulot et se retrouver dans la merde ensuite? Ou alors, vaut-il mieux rester sur un point d'observation à

distance pour mieux comprendre les événements dans une perspective historique (et éviter ainsi de s'emballer ou de se tromper sous l'effet de l'interprétation dominante dans les médias, laquelle risque de se retrouver aussi sur place, parmi les acteurs des événements eux-mêmes, très rapidement)?

Concernant la question des Gauches germano-hollando-italienne, j'ai besoin de lire et de réfléchir davantage par moi-même avant de pouvoir me faire une opinion. Vos livres et vos sites sont une base très utile pour cela, et contrebalancent les textes des téléologues à ce sujet

(ceux-ci n'ignorent pas les gauches; leur interprétation du marxisme en général est assez "dure", ils le remettent en question en bloc, mais elle a le mérite de pousser jusqu'au bout les conséquences de leur vision du monde, elle oblige à trancher - ce que je n'ai pas encore

vraiment fait) - voir ce lien si le coeur vous en dit, extrait de "Téléologie moderne et courants de pensée dominants de la première moitié du XXe siècle":

http://www.teleologie.org/TO/teleologie/08_xx_prophylaxie2.htm#32

Enfin, la question "faut foutre en l'air le capitalisme, mais comment et avec qui?" est essentielle mais j'ai encore peu de certitudes à ce sujet. Même la question "avec qui", simple en apparence, pose un gros problème: celui de la petite-bourgeoisie ou "middle class", dominante (semble-t-il) dans les pays riches. Désolé de vous gonfler avec les téléologues, mais je précise que je reprends leur terme de middleclass qu'ils utilisaient pour inclure, plus que la définition sociologique ou en terme de moyens de production, l'appartenance, disons, idéologique à cette catégorie molle, exploitée, parfois un peu révoltée (ou plutôt "indignée") mais essentiellement consentente, et dont la vision du monde est moraliste et non politique (pour citer directement: "l'alliance entre l'ex-classe ouvrière et l'ex-petite bourgeoisie, qu'on appelle la « middle class »"). Ne sera-t-on pas obligé de rallier une bonne partie de cette middleclass au projet de renversement du capitalisme, et si oui, comment? Sachant qu'un compromis sur les objectifs est hors de question, la question semble plutôt tactique; est-ce une question de propagande? On en revient alors au problème du débat si difficile dans les conditions actuelles. Si on pense que l'aggravation des conditions de vie partout dans le monde va radicaliser cette middleclass, comment favoriser sa radicalisation pro-révolutionnaire? Si ses intérêts peuvent devenir de plus en plus communs avec les prolétaires objectivement, il n'en va pas forcément de même de la perception par ce groupe de ses intérêts... Un tel ralliement est-il possible sans qu'il entraîne une nouvelle dépossession des prolétaires par la middleclass "ralliée", si ses intérêts et ses objectifs politiques demeurent distincts? Dans ce cas, comment faire dans des pays où cette middleclass est apparemment

majoritaire, et qui sont en même temps des lieux politiquement et militairement stratégiques?

Désolé pour la forme un peu bordélique de mon email, plein de questions qui vous paraîtront peut-être idiotes et en tout cas tâtonnantes, mais c'est je l'espère un début; j'ai hâte de lire votre réponse.

Cordialement,

FC

MA REPONSE QUI RESTERA FORCEMENT INCOMPLETE (et encore heureux) :

Oui les Gauches germano-hollando-italienne restent nos références, nos éclaireurs pas forcément. Il faut réfléchir et travailler à notre tour à déblayer le terrain boueux et opaque de l’idéologie moderne, sans renier le marxisme. C’est pourquoi, de prime abord, je vais rejeter une nouvelle fois, violemment, les prétentions explicatives des imbéciles de la « téléologie ouverte » (dont le site est d’ailleurs éteint) qui ne cachaient que la poignée de rigolos de la « bibliothèque des émeutes ».

J’ai pu enfin parcourir le texte que vous évoquiez intitulé « la contre révolution marxiste ». Texte pathétique. Suant et pétant le faux enthousiasme, la fausse naïveté, criant sans cesse à la chosification, assurant la promotion du penseur stalinien Lukacs et d’une simili révolution iranienne inconnue. Le ton est celui d’un agitateur de bureaucrates, comme il y a des moniteurs de gym pour vieillards. Rions de la jargonnade petite bourgeoise déconnante :

- Le marxisme a été l’idéologie dominante de la contre révolution,

- Le marxisme est d’abord une pensée ouvertement aliénée,

- Le marxisme n’est que le cimetière des occasions perdues,

- Une méthode nébuleuse,

- L’anticipation de la révolution future est un rêve adolescent,

- Le communisme, ce grand tout sans rivage,

- Le marxisme a principalement été une théorie de la gestion et de l’encadrement des pauvres,

- Les bolcheviks sont comme les jacobins une traduction policière de l’émancipation rêvée…

- Le marxisme une idéologie qui a encapuchonné les gueux,

- Le prolétariat est une invention sociale,

- La conscience de classe a été presque exclusivement une affaire d’intellectuels petits bourgeois,

- La fable de classe…

- C’est bien de l’extérieur, pas du prolétariat que Lénine… vient passer le mors à cette masse de gueux informes

- La conscience de classe ne nait pas de la rue…

- L’organisation a été considérée comme une clé magique…

- Le marxisme est d’abord l’idéologie de l’encadrement des pauvres qui se révoltent… une anthropologie messianique. »

-

Sous ce langage conceptuellement pauvre, radoteur, on ne retrouve rien de nouveau, mais le pire purin de l’idéologie des nobliaux et des plus célèbres penseurs réacs du XIXe siècle. Les « téléologues » comme les modernistes d’antan et les communisateurs de jadis, comme les révisionnistes Dauvé et Nézic, peuvent bien arguer « bien connaître les Gauches « maximaliste, ils ne connaissent rien car ils ne se sont jamais mis à la place du prolétariat. Ce ramassis de petits profs piaffe à la marge de l’intelligentsia officielle et ne fait qu’émettre des petits pets adolescents. Tous ces douteurs du prolétariat finissent naturellement aux côtés des néo-fascistes si méprisant envers ceux qu’ils nomment « les gueux », comme la racaille à sang bleu d’avant 1789. C’est d’ailleurs pourquoi ils conchient autant 1789 que 1917. Nous n’avons ni à répondre ni à discuter avec ces cuistres déclassés, clochards intellectuels et militants de bars à bière.

LE CADRE DU DEBAT REVOLUTIONNAIRE EST FIXE PAR LE PROLETARIAT

La petite bourgeoisie hétéroclite en Europe s’affole face à l’ampleur de la crise économique. Contrairement aux années 1930 elle n’a même plus ni le fascisme ni le stalinisme auxquels se raccrocher. Elle s’indigne avec pacifisme contre la pollution, contre les grands barnums des clowns « socialistes », contre la fille de Le Pen. Au Moyen Orient, la petite bourgeoisie, qui ne veut pas accepter de prolétarisation, s’indigne en faveur d’une réelle démocratie – laquelle est déjà réellement une tartufferie en occident – mais se révèle impuissante à renverser des régimes ficelés par l’impérialisme US et étrangères aux méthodes de la classe ouvrière, méthodes scandaleuses qui, d’une façon ou d’une autre, conduisent à la destruction de l’Etat capitaliste, parce que le prolétariat, conscient de sa place sociale, de sa force, devient à un moment donné intransigeant, intraitable.

Est-ce à dire que le prolétariat ne peut qu’agir seul, comme le répliqua maladroitement le « gauche hollandais » Gorter à Lénine ?

Certainement pas, et ce n’est pas qu’une question de nombre. Une alliance avec les couches petites bourgeoises ? Non plus. La théorie de « l’alliance » des « classes exploitées » fût un des principaux chevaux de bataille du stalinisme occidental pour mener la classe ouvrière européenne à la Deuxième Guerre mondiale via une nouvelle union nationale relookée mode antifasciste. Je reviendrai au terme de ma démonstration sur la dissolution stalinienne de la notion de classe ouvrière – bien avant tous les Marcuse, Aron, BHL et autres Dauvé – sur la conception de la nature de classe, non liée simplement à la production selon Marx et Engels, contrairement à ce que leur font dire les ânes ignorantins « téléologues », apolitiques.

LA STRATEGIE DE L’ALLIANCE : UNE SOUMISSION A L’ELECTORALISME PACIFIQUE PENDANT LA RECONSTRUCTION

La contre révolution stalinienne est la première, on l’oublie généralement à dessein, à avoir été le promoteur de la liquéfaction de la théorie des classes et surtout de la notion de classe ouvrière ; pas simplement avec leur théorie de la dictature du parti sur le prolétariat. Prenons un échantillon du discours populiste électoraliste du PCF, longtemps après l’hystérie des procès de Moscou, dans sa revue « Cahiers du communisme », relativement sophistiquée au niveau argumentaire et accessible aux seuls profs staliniens et à leurs élèves (n°7-8, juillet 1960).

Dans l’introduction, le chef paysan Waldeck-Rochet, pâle successeur du « mineur » Thorez, se fait sibyllin – « L’union de la classe ouvrière et des classes moyennes dans la lutte pour la démocratie » : « … la politique communiste est une politique de classe, c'est-à-dire une politique de lutte contre la classe capitaliste et pour l’émancipation de la classe ouvrière. Mais politique de classe ne veut pas dire politique ouvriériste et sectaire, car, en même temps qu’elle lutte pour ses revendications et sa propre émancipation, la classe ouvrière défend tous les exploités et lutte pour les libertés et la démocratie, pour la paix et l’indépendance nationale, pour le socialisme. Et s’il est vrai qu’elle a dans cette lutte, un rôle dirigeant à jouer, en même temps il est non moins vrai qu’elle ne peut s’acquitter de sa mission qu’en alliance étroite avec la paysannerie laborieuse et les classes moyennes des villes ».

Pauvre masse d’ouvriers réduits à être des sacs de patates électorales pour élire des planqués du « communisme électoral », noria de pantins de « l’électorat populaire » cette masse indistincte mêlant le boutiquier de gauche, le paysan radical et le syndiqué navré, en faveur de prébendes « démocratiques » pour un parti de bureaucrates chargé de briser les grèves et d’enfoncer les portes ouvertes des gogues parlementaires. Mais attention à la fantaisie réformiste et révisionniste, rectifie Waldeck , laquelle laisse entendre que: « … la classe ouvrière, comme classe distincte et irréductiblement opposée à la classe capitaliste tendrait à disparaître, à s’émietter en des groupes indistincts, à se fondre plus ou moins dans la classe moyenne. Et de ce fait son rôle politique, tendrait lui aussi à se réduire alors que les classes moyennes deviendraient, elles, une force économique et politique indépendante ».

Ce discours plus d’aléas et de chausse-trappes, très populiste et anti-marxiste, théorise la non disparition des couches moyennes (envisagée pourtant comme réduction dans le Manifeste de 1848) et – provisoirement avec raison dans la phase d’embellie du capitalisme du XXe siècle – et donc la nécessité d’un accommodement électoral au profit du personnel bureaucratique stalinien (masse de fainéants syndicalistes désireux de parvenir « élus » en mairie ou au parlement) : « Ce rôle (des classes moyennes) tient tout d’abord au fait que les paysans et les classes moyennes des villes restent très nombreux et qu’en conséquence l’issue de la lutte pour la restauration et la rénovation (sic) de la démocratie dépend pour beaucoup de la question de savoir qui, du prolétariat (c a d le parti stalinien, JLR) ou du grand capital, les entraînera finalement de son côté. Car, comme le rappelait Maurice Thorez au XVème congrès, les marxistes sont bien éloignés de l’opinion simpliste et absurde d’après laquelle les couches moyennes disparaitraient purement et simplement et qu’on pourrait ainsi les négliger ». Au début du XXIème siècle les paysans ne seront plus qu’une couche électorale secondaire, clientéliste des fractions de droite et les couches moyennes de plus en plus mal en point au niveau de celles qui sont concernées par le salariat, mais dans les années 1950-1960, les couches moyennes sont résolument avec le « grand capital » et le « parti des travailleurs » aussi ; les ingénieurs sont la plupart du temps directeurs dans les nationalisations (la CGT tient particulièrement à les syndiquer hors du « collège ouvrier ») et les « intermédiaires » nombreux dans l’artisanat et la petite industrie sont autant d’électeurs « dont les communistes défendent les intérêts immédiats (sic) contre les monopoles ».

Pour donner un semblant de consistance à la théorie anti-marxiste de l’alliance électorale des classes à un Waldeck dont les écrits sont rédigés par des nègres professeurs, il est utile d’adjoindre le professeur Gilbert Mury, futur chef maoïste après le divorce Moscou/Pékin, qui, porté sur les citations pompeuses du gros Thorez et tronquées de Marx va nous fournir « une définition scientifique des couches moyennes » qui… éternise les couches moyennes. Il parcourt la polémique de Marx face à Adam Smith concernant le travail productif et, bien avant le rigolo Toni Negri, il invente une force de travail collective « à l’intérieur de la sphère de la production » qui associe les ingénieurs-directeurs et les ouvriers exécutants. Mury a le culot de faire dire à Marx que c’est un ensemble productif, extrayant cette phrase de Marx : « Et tous ensemble, en tant qu’ouvriers, sont les machines vivantes qui fabriquent ces produits ». Et il commente en disant une chose et son contraire, à la façon du paysan Waldeck : « On notera que, si Marx rejette la distinction entre activité manuelle et activité intellectuelle et les associe l’un à l’autre ( ?) à l’intérieur du travail productif, en revanche il s’abstient soigneusement de faire figurer dans cette énumération les salariés (cf. les directeurs-ingénieurs) ».

Il est beau le socialisme (la démocratie gaullisto-stalinienne…) qui éternise les manoeuvres de profession, eussent dit Marx et Engels ! L’ingénieur Bordiga s’est amplement moqué de cette ouvriérisme stalinien, pré-maoïste, qui finalement entérinait la hiérarchie capitaliste pour l’éternité démocratique-bourgeoise ! Mury compare ensuite les employés et les ouvriers, mais persiste avec raison (et actualité) à se méfier de la mentalité employé (traditionnellement couarde), et reconnait la compromission des emplois tertiaires : « La multiplication des employés commerciaux et financiers s’explique évidemment par le développement du capitalisme qui dans un premier stade en est venu à concentrer entre les mains des boursiers et des agents de change une puissance immense ». Mais il laisse leur chance aux employés du « tertiaire » de rejoindre les ouvriers dans le combat d’émancipation de la phase impérialiste dudit système : « Dans sa phase impérialiste le capitalisme accentue l’emprise des banques sur l’industrie et fait apparaître ainsi une multitude d’emplois tertiaires. Mais rien de tout ceci ne modifie le fond du socialisme scientifique : d’une part les marxistes ne sauraient accepter que sous bénéfice d’inventaire la répartition des travailleurs en ouvriers et employés telle qu’elle est faite par les statisticiens bourgeois. D’autre part un ouvrier n’est pas un employé… ». Mury est plus sévère avec les fonctionnaires et divers salariés de l’Etat bourgeois, avec l’Université et ses profs qui « font pénétrer l’idéologie bourgeoise » et évidemment la couche parasitaire des « détachements spéciaux d’hommes armés »… un langage qui suintait déjà l’hérésie gauchiste car le parti stalinien tenait et tient toujours à une « police démocratique » et à une armée « nationale ». Il ajoute aussi que les couches moyennes ne contiennent pas uniquement que des salariés… mais défend résolument le petit commerçant victime des monopoles, et son frère l’artisan arriviste.

Un certain Bouvier-Ajam décrit ensuite dans le même esprit confusionniste les « nouvelles classes moyennes en France », exaltant au fond l’ouvrier arriviste qui parvient à toucher un haut salaire et qui reste « selon le critère marxiste » : « sans ambiguïté dans le prolétariat (…) l’ouvrier reste un ouvrier quelle que soit l’étendue de son salaire ». Comprenez, le député stalinien reste un ouvrier quel que soit sa planque parlementaire, le syndicaliste stalinien reste un ouvrier quel que soit son degré de compromission dans les habituelles tractations secrètes, etc. Thorez reste un mineur alors qu’il n’a été que brièvement employé de bureau avant de devenir un professionnel politique parasitaire, etc.

Comme on le voit, les modernistes révisionnistes, de Mury à Negri, de Dauvé à la bibliothèque des émeutiers n’ont fait que reprendre la notion restrictive de classe ouvrière comme liée simplement à la production (méprisons ici sciences-Po et tous les marxologues du monde caviar). Le fractionnement de la classe ouvrière par période et par époque en se focalisant sur une catégorie – les mineurs dans les années 1930, les métallos et les sidérurgistes après guerre, l’automobile – caricaturée en « bastion ouvrier », « forteresse ouvrière » (dixit l’île Seguin) qui enfermait les grandes concentrations dans le carcan syndical – une fois celle-ci disparue, a permis de théoriser la fin de la classe ouvrière, ce qui se traduit dans le jargon des intellos ultra-marginaux par de longues tirades maniaco-dépressives sur la « fin du fordisme ».

DES RAPPORTS DE CLASSE INCHANGES

Dans sa revue internationale (N°34, 1983), RI-CCI donnait une approximation assez profonde des liquidateurs de la classe ouvrière: « Il ne manque pas alors de "théoriciens" pour ex­pliquer à qui veut bien l'entendre, que la classe ouvrière, en tant que telle est, en fait, partie intégrante du système, qu'elle y a une place à dé­fendre et que seuls des illuminés aveuglés par leur propre fanatisme peuvent voir en cette masse d'in­dividus "près de leurs sous", la porteuse d'une nouvelle société. Ceux qui défendent toujours ouvertement les bien­faits du système capitaliste, que ce soit sous sa forme "occidentale" ou stalinienne, n'ont jamais d'autre credo à la bouche. Mais les périodes de re­cul de la lutte ouvrière font aussi régulièrement réapparaître des groupes ou publications qui théo­risent les "doutes" sur la nature historique de la classe ouvrière, même parmi ceux qui se réclament de la révolution communiste et qui, en outre, n'ont d'illusions ni sur la nature des pays dits "socia­listes" ni sur celle des partis occidentaux dits "ouvriers". Les vieilles idées d'origine anarchiste et popu­liste suivant lesquelles la révolution sera essen­tiellement l'oeuvre non pas d'une classe économi­que spécifique, mais de l'ensemble des hommes qui, d'une façon ou d'une autre, subissent l'inhumanité du capitalisme, gagnent du terrain. Tout comme au moment du recul des luttes ouvriè­res après la vague de 1968-74, l'idéologie "moder­niste", l'idéologie de la "théorie moderne de la révolution" qui rejette "le vieux mouvement ouvrier" et son "marxisme poussiéreux" semble connaître, ac­tuellement, avec le repli des luttes ouvrières de l'après Pologne un certain regain. En témoignent, entre autres, en France l'apparition de la revue "La Banquise" et le passage au rythme trimes­triel de la revue "La Guerre Sociale", et en Grande Bretagne la réapparition de "Solidarity". Ces publications sont relativement différentes entre elles. "La Guerre Sociale" et "La Banquise" s'inscrivent plus directement dans une ligne théo­rique qui passe par Invariance et Le Mouvement Com­muniste. Mais elles partagent toutes le même rejet de cette idée de base du "vieux" marxisme : la clas­se ouvrière est la seule force véritablement révolu­tionnaire de la société ; la destruction du capita­lisme et l'ouverture vers une société communiste exigent une période de transition caractérisée par la dictature politique de cette classe. Nous n'avons pas l'intention de développer ici une critique complète de l'ensemble des idées défendues par ce type de courant. La polémique avec ces tendances est d'ailleurs souvent stérile et ennuyeuse, étant donné, premièrement, qu'il s'agit de groupes assez informels (et fiers de l'être) regroupant divers individus "indépendants", ce qui fait que d'un article à l'autre on trouve dans la même publication des concepts, des idées qui se contredisent et deuxièmement, les tenants du modernisme cultivent en permanence les ambiguïtés, les "oui, mais", les "non, mais", en particulier vis-à-vis du marxisme dont ils manient souvent avec aisance le vocabulai­re (on cite Marx dès que l'on peut) tout en en reje­tant l'essentiel. De ce fait, ils peuvent toujours répondre aux critiques par le classique "ce n'est pas ce que nous disons, vous déformez". Ce qui nous importe c'est de réaffirmer, dans un moment de recul provisoire des luttes de la classe ouvrière et de mûrissement accéléré des contradic­tions sociales qui conduisent à la révolution com­muniste, le rôle central de cette classe, pourquoi elle est la classe révolutionnaire et pourquoi, du moment qu'on ignore cette réalité essentielle de notre époque, on se condamne d'une part à ne pas comprendre le cours de l'histoire qui se déroule sous nos yeux (voir le pessimisme larvé de "La Ban­quise"), et d'autre part à tomber dans les pièges les plus grossiers de l'idéologie bourgeoise (voir les ambiguïtés de "La Guerre Sociale" et de "Solidarity" sur le syndicat "Solidarité" en Pologne) . Cela est d'autant plus nécessaire que tout comme les étudiants "radicaux" de 1968, certains groupes modernistes développent souvent une analyse lucide et fouillée de certains aspects du capitalisme dé­cadent, ce qui ne peut qu'ajouter à la crédibilité de leurs fadaises politiques. Chez Marx, comme chez tous les marxistes, les termes de classe ouvrière et de prolétariat ont toujours été synonymes. Cependant, parmi ceux qui remettent en question la nature révolutionnaire de la classe ouvrière comme telle, sans pour autant oser se réclamer directement de l'anarchisme ou du populisme radical de la fin du siècle dernier, il est fréquent d'inventer une distinction entre les deux mots. La classe ouvrière, ce serait les ou­vriers et les employés tels qu'on les voit tous les jours sous la domination du capital avec leurs lut­tes pour de meilleurs salaires et des emplois. Le prolétariat, ce serait une force révolutionnaire aux contours plus ou moins indéterminés, englobant un peu tout ce qui, à un moment ou à un autre, peut se révolter contre l'autorité de l'Etat. Cela peut aller de l'ouvrier de la métallurgie au voyou pro­fessionnel en passant par les femmes battues, riches ou pauvres, les homosexuels ou les étudiants, sui­vant le "penseur moderniste". (Voir la fascination qu’exerçait sur 1'Internationale Situationniste ou sur Le Mouvement Communiste les "hors-la-loi" ; voir le journal "Le Voyou" au milieu des années 70 ; voir l'emballement de "Solidarity" dans le féminis­me). Pour la revue Invariance (Camatte), en 1974, la définition du prolétariat finit par être élargie à son maximum : l'humanité entière. Ayant compris que la domination du capital était devenue de plus en plus totalitaire et impersonnelle sur la société, on en déduisait que c'est toute la "communauté hu­maine" qui devrait se révolter contre le capital. Ce qui revenait à nier la lutte de classes comme dynamique de la révolution. Aujourd'hui, "La Guerre Sociale" nous offre une autre définition, plus restrictive, mais à peine plus précise : "Le prolétaire, ce n'est pas 1'ouvrier ou même 1'ouvrier et l'employé, travailleur au bas de l'é­chelle. Le prolétaire, ce n'est pas le producteur, même si le producteur peut être prolétaire. Le pro­létaire, c'est celui qui est coupé de',c'est 1' 'exclu', c'est le sans réserve '" ("La Guerre Sociale" n°6, "Lettre ouverte aux camarades du Par­ti Communiste International maintenu", décembre 82). Il est vrai que le prolétaire est exclu, coupé de toute emprise réelle sur la conduite de la vie sociale et donc de sa vie ; il est vrai que contrairement à certaines classes exploitées pré-capitalistes, il ne possède pas ses moyens de production et vit sans réserve. Mais il n'est pas que cela. Le prolétaire n'est pas seulement un "pauvre" comme un autre. Il est aussi un producteur, le producteur de la plus-value qui est transformée en capital. Il est exploité col­lectivement et sa résistance au capital est immédia­tement collective. Ce sont des différences essentiel­les. Elargir ainsi la définition du prolétariat, ce n'est pas agrandir la classe révolutionnaire, mais la diluer dans le brouillard de l'humanisme. "La Banquise", à la suite d'’Invariance’, croit pou­voir se référer à Marx pour élargir la notion de prolétariat. "A partir du moment (...) où le produit individuel est transformé en produit social, en produit d'un travailleur collectif dont les différents membres participent au maniement de la matière à des degrés très divers, de près ou de loin, ou même pas du tout, les déterminations de travail productif, de travail­leur productif, s'élargissent nécessairement. Pour être productif, il n'est plus nécessaire de mettre soi-même la main à 1'oeuvre, il suffit d'être un organe du travailleur collectif ou d'en remplir une fonction quelconque". (Marx. Le Capital, Livre 1, Oeuvres, Gallimard, I, 1963, p.1001-1002). Pourtant, ce que Marx met ici en relief, ce n'est pas l'idée que tous et n'importe qui dans le monde seraient devenus productifs ou prolétaires. Ce qu'il souligne, c'est que la qualité spécifique de la tâ­che accomplie par tel ou tel travailleur ne consti­tue pas dans le capitalisme développé un critère, une détermination valable pour savoir s'il est pro­ductif ou pas. En modifiant le processus de produc­tion suivant ses besoins, le capital exploite l'en­semble de la force de travail qu'il achète, comme celle d'un travailleur productif. L'utilisation con­crète qu'il fait de chacun des membres de celui-ci, ouvrière de boulangerie ou employé de bureau, productrice d'armes ou balayeur, est secondaire du point de vue de savoir qui est exploité par le capital. C'est l'ensemble collectif qui l'est. Le prolétariat, la classe ouvrière inclut bien aujourd'hui la plu­part des employés dans le secteur dit "tertiaire". Pour autant qu'elle se soit développée, la domina­tion du capital n'a pas généralisé à toute la socié­té la condition de prolétaire. Le capital a engen­dré de gigantesques masses de marginaux sans-travail, surtout dans les pays sous-développés. Il a laissé survivre des secteurs pré-capitalistes, comme le petit paysannat individuel, le petit commerce, l'artisanat, les professions libérales ».

Or, avec leur sectarisation, les gens du CCI ont fini par défendre comme le PCF des sixties une vision globalisante et totalisante de la classe ouvrière qui comprendrait désormais les apprentis de l’intelligentsia (les étudiants décrétés enfants de la classe ouvrière alors qu’en Angleterre et en France ils sont très bourgeois en général) et les cadres en général. C’est aussi rejoindre et se confondre avec les révisionnistes modernistes de Temps critiques et autres simonesques individus perclus d’obscurantisme théorique : les passants dans les manifestations qui remplissent les rues deviennent ainsi « la classe ouvrière en action » (dixit R.Victor ex-fondateur chef de RI-CCI et guru de son aile petite bourgeoise démocatique).

Tous ces gens, qui ont besoin de définitions carrées et simples, n’ont jamais compris les termes « mouvement ouvrier ». La lutte DES classes, la confrontation est toujours mouvement, souvent insaisissable, curieux, surprenant, innovation, redécouverte, mais elle se tranche toujours par une affirmation distincte des classes et des hiérarchies.

Ce qui définit le prolétaire aujourd’hui selon moi c’est l’isolement dans la structure hiérarchique/prison et la faiblesse des relations sociales.

Il est vrai que le marxisme a longtemps considéré la question hiérarchique comme une lubie anarchiste, il est vrai que Socialisme ou Barbarie a ridiculisé le problème en limitant l’injustice capitaliste à une histoire de dominants et de dominés, il est vrai en revanche que le stalinisme – sans l’économie de marché – a révélé que la domination capitaliste à l’Est pouvait passer par la hiérarchie ; des bureaucrates et des technocrates, à l’est comme à l’ouest, ont remplacé généralement les patrons de droit divin et les généraux. L’isolement de la révolution russe a obligé à recourir aux « spécialistes » qui ont repris leurs anciennes fonctions régaliennes, et dégoûté ses admirateurs prolétaires. L’anarchiste qui ne voit que la hiérarchie oublie l’existence des classes sociales qui la fonde et l’intérêt des intermédiaires à la conserver (il faut savoir qu’à l’époque des nationalisations, ces sociétés embauchaient néanmoins l’artisan anarchiste pour lui offrir un poste de contremaître…). Le marxiste qui méprise la question hiérarchique est un arriviste qui attend son heure.

La réussite relative de la dissolution médiatique de la classe ouvrière a abouti à une crise de la politique bourgeoise elle-même qui ne repose plus que sur le mensonge ou les délires abstraits des compétiteurs seuls autorisés à s’exprimer. Et à une crise de la notion de parti.

Le militant syndicaliste, le militant gauchiste, le militant ultra-gauchiste mentent lorsqu’ils parlent de « fraternité de parti » qui en finirait avec la division intellectuels/manuels, qui ne se soucierait point des différences de revenus ou de statut social. Dans le cadre électoral et syndical du « tous ensemble », la solidarité de gauche vaut bien une messe. Idem dans les petits groupes maximalistes, on ne se fréquente qu’en fonction du diplôme, les « docteurs » sont nombreux avec leur résidence secondaire, les professeurs continuent à professer pour ceux qui les supportent dans la vie privée, les artistes intermittents ne côtoient pas les plombiers. Les ouvriers et les employés partent en vacances avec leur beau-frère et sa femme.

Le copain de l’ouvrier de base reste tous les dix ans celui qui lui est le plus proche : l’immigré. Dans les années 1950, les copains de mon père n’étaient pas des couches moyennes mais des ouvriers espagnols et italiens. Moi-même vingt années plus tard mes copains sont restés des ouvriers arabes. Un internationalisme par le bas en quelque sorte.

La classe ouvrière reste cette immense masse de « salariés » et de chômeurs, et un certain nombre de cadres intermédiaires inquiets eux aussi du lendemain. Son combat traditionnel n’est ni au fond la grève de l’usine « fordiste » ni les lamentables processions de fonctionnaires syndicaux. Son combat est inégal, faible il est émeutier, fort il peut paralyser tout un pays. Il passe et passera non en soi par une accumulation de grèves que par des manifestations se donnant des lieux où discuter enfin puisque tout est fait (impasse syndicale et poison parlementaire) pour empêcher la discussion politique et briser l’isolement organisé par l’Etat et ses sous-fifres. Il n’y a pas grand-chose à attendre des petites sectes. Les événements à venir poseront hâtivement les nécessités du moment et les organisations de classe sortiront à nouveau du terreau de la crise économique.

Pour évacuer cette histoire d’alliance (électorale ou pacifiste à la façon des bobos indignados dont les palabres ne méritent même pas qu’on s’en mêle), il me suffit de vous renvoyer à l’atmosphère que j’ai vécu à Paris dans les manifs de mai et juin 1968. J’y reviendrai dans mon prochain livre (Les petits marquis de 68, l’expérience des CAL). On discute, on confronte, on ne se soucie ni de la situation sociale ni du diplôme de celui qui est en face. Contrairement à la grève économique on pose des questions politiques qui intéressent tous et chacun. Les mandarins, les « spécialistes », on n’en veut plus, on leur coupe la parole, on veut plus les voir en peinture. Les radios nous encourageaient à aller manifester mieux qu'Internet aujourd'hui.

La question ne sera pas de s’allier aux petits bourgeois ou de les caresser dans le sens du poil. Ils seront tellement appauvris et sans perspective qu’ils n’auront d’autre choix que de tomber dans le prolétariat. D’ailleurs, et je l’ai déjà écrit il y a longtemps, les petits bourgeois estudiantins étaient « tombés dans le prolétariat » cette année-là, même si la reprise capitaliste les a conduit à le mépriser à nouveau les années suivantes.

Rira bien qui rira le dernier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire