"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

lundi 11 juin 2018

Moulin de Saint Félix: UN MARXISME EN CHAIRE ET EN KIT


Le journaliste Dominique Jamet a justement remarqué un jour qu'il y a un siècle à peine, en France, seuls étaient glabres les hommes d’Église et les domestiques. Barbes fluviales des socialistes et des anarchistes, favoris des libéraux et des maitres d’hôtel, impériale des bonapartistes, rouflaquettes des apaches, les visages affichaient les convictions politiques et les conditions sociales.

Le jeune professeur, agrégé s'il vous plaît, qui tint conférence ce dimanche après-midi, dans un décor d'usine de brossage très dix-neuvième, arborait de petites rouflaquettes qui lui donnaient plutôt l'air d'un personnage balzacien que d'un apache, dans une salle où le look apache dominait pourtant avec de grandes jeunes filles avec pot de fleurs sur la tête, une variété de coiffe rasta, et un couple libertaire, lui tatoué jusqu'aux oreilles et elle Gorgone en serouel rouge.
Le jeune homme, pas très grand mais dominant les spectateurs désormais assis, se mit à faire des moulinets avec ses bras, puis à marcher de long en large dans l'espace devant les rangées de bancs et de chaises comme s'il s'était agi d'une estrade face à une foule immense, quand la salle de l'ancienne usine ne contenait que douze à quatorze personnes. Le sujet de la conférence était alléchant et questionnant : le prolétariat aujourd'hui, avec un simple point d'interrogation. Le jeune homme indiqua les deux axes de sa conférence : la nature classique du prolétariat et un débat sur ce qu'il en est de nos jours.
On s'aperçut qu'il avait préparé, sans doute longuement, toute la panoplie du conférencier. Le projecteur déjà allumé indiquait sur l'écran les grandes lignes d'une première partie destinée à illustrer la place du prolétariat dans l'univers marchand du capitalisme avec les schémas de Marx. Le conférencier avait heureusement évité de se doter d'une baguette mais n'allait pas tarder à utiliser un autre attirail du conférencier moyen, pour stage de cadres ou tout brainstorming professionnel, le feutre et le bloc papier sur chevalet. Le conférencier est un individu capable de s’exprimer avec aisance et éloquence sur des sujets qu’il maîtrise abondamment et doté d’un talent pour transmettre des outils intellectuels de base. Rouflaquette savait tout cela, et il se mit à en jouer. L'estrade au fur et à mesure devenait sa scène où il allait et venait avec une aisance non feinte, s'arrêtant parfois pour boire ostensiblement son verre d'eau, qu'il allait tout en prenant son souffle pour articuler la phrase suivante reposer à l'extrémité de son parcours sur une tablette.
Où en était-il ? Ah oui à ceci : La forme immédiate de la circulation des marchandises est M-A-M, transformation de la marchandise en argent et retransformation de l’argent en marchandise, vendre pour acheter. Mais, à côté de cette forme, nous en trouvons une autre, tout à fait distincte, la forme A-M-A (argent-marchandise-argent), transformation de l’argent en marchandise et retransformation de la marchandise en argent, acheter pour vendre. Tout argent qui dans son mouvement décrit ce
dernier cercle se transforme en capital, devient capital et est déjà par destination capital.
Il me semblait avoir lu quelque chose d'approchant dans le livre Premier du Capital. Il s'arrêta un instant, lissant sa petite moustache, marqua un instant de silence puis passa à la partie suivante : La valeur de la force de travail. Cette valeur en tant que marchandise, se définit comme pour toute autre marchandise, par le temps de travail social nécessairement à sa production, c’est-à-dire sa reproduction : or celle-ci est assurée si le travailleur peut se reposer et s’alimenter, voire se former, etc.
On a bien A-M-A.. Cette transformation à la fois s’est « réalisée » dans la circulation, mais pourtant, elle ne s’est pas réellement produite en elle : ce n’est pas la transaction commerciale qui l’a produite, elle s’est produite non pas au marché ou au magasin, mais à l’usine. La circulation est l’intermédiaire en deux sens : c’est sur le « marché du travail » que s’achète la force de travail du travailleur, et c’est sur le marché des biens que se « réalise » la valeur des filés par leur vente, mais c’est dans la sphère de la production que la plus-value est engendrée. Sûr de son effet sur l'auditoire, le jeune conférencier traverse à nouveau la salle pour aller boire une gorgée d'eau. Et il revient au centre, verre toujours en main, pour résumer :Tel est le point pivot de la théorie économique marxiste : la force de travail est capable de produire plus de valeur qu’elle n’en requiert pour sa propre reproduction. C’est en cela que la théorie de la valeur et de la plus-value est intrinsèquement théorie de l’exploitation du travail par le capital : que la théorie économique, en bref, est intrinsèquement théorie politique. Le conférencier se pencha ensuite pour saisir le bloc chevalet où il fît glisser le feutre pour délimiter le temps d'exploitation dans une journée de travail. On ne voyait toujours pas le bout du bout de la fin de la démonstration spécialisée des schémas marxistes, et encore il semblait bien que l'orateur n'en était qu'à peaufiner la démonstration de la première section de la première partie de l'ensemble préliminaire. Le regard levé au ciel, se caressant le menton avec cet air si intelligent qu'affiche le conférencier après la première plombe écoulée, il résumait la partie de la partie sans encore aborder la question du parti.
Le capital est donc avant tout, et même si cela ne se « voit » pas, du travail accumulé. Les machines qui servent à produire des marchandises font, de surcroît, partie des moyens de production, mais en tant qu’elles ont-elles mêmes été produites, elles restent du travail « mort » (accumulé). Ainsi, pour Marx on peut et doit regarder la force de travail et les moyens de production comme des formes du travail, autant que comme des formes du capital : cela permet de penser le capital non pas en termes simplement quantitatifs, mais aussi qualitatifs, c'est-à-dire en termes des différences de nature qui se cachent derrière l’homogénéité marchande ; mais cela permet de penser aussi la structure réelle de la journée de travail. 
Tout ce qui venait d'être dit avec la pose du penseur inspiré, qui tarde à reprendre ses phrases, qui sirote son verre d'eau comme une vedette de variétés en plein spectacle et qui balaye la salle d'un regard napoléonien, était profondément marxiste, sans nul doute, mais une heure venait de s'écouler. La maman du conférencier dormait déjà mais nul signe d'impatience ne semblait agiter les têtes anarchistes de la salle. Etrange étrange, pensé-je.
Je lui demandai donc pour combien de temps il en avait encore, et que si cela devait durer encore autant, faute de débat, il perdrait au moins un spectateur. Le brillant conférencier sembla vouloir s'opposer virilement à une aussi incongrue, voire grossière interruption, mais se replia sous l'injonction subite de ma compagne qui n'arrêtait pas de s'énerver en chuchotant « il aurait pu exposer la même chose en faisant plus court et sans ce snobisme exhibitionniste» : vous pouvez aussi accélérer !
Il accéléra vers la fin de son exposé technicien et son complice dans la salle l'interrompit finalement pour enclencher la discussion afin de relativiser la catastrophe d'une conférence noyade, dans la rivière du Moulin Saint Félix, et pour engager les spectateurs tatoués et bigarrés en partie endormis à se réveiller.
La discussion partit dans tous les sens, favorisée par l'absence d'un présidence de la salle. Le conférencier disparut derrière le bureau du fond et se rendit invisible pour tout le restant du capharnäum.
Paradoxalement, ce sont les anarchistes plus très jeunes qui mirent les pieds dans le plat, rappelant que Marx n'avait pas découvert la lutte des classes, que la notion d'exploitation était aussi dénoncée par d'autres comme Bakounine. N'y a-il-pas de grandes différences entre l'époque de Marx et la nôtre ? fût reproché au conférencier juvénile de ne s'être attaché qu'à démontrer la nécessité du travail pour le capital et non pas de partir des besoins des travailleurs. On le taxa aussi d'idéalisme pour avoir invoqué des droits du citoyen qui aurait permis à l'ouvrier de revendiquer ses droits. L'anarchiste tonnait : « des droits ? De l'homme ? De ceci de cela ? Ils ne nous en reconnaissent aucun donc on n'a pas attendu les Voltaire ou les juristes bourgeois pour revendiquer nos droits de classe.
J'ai dit ma déception face à un tel exposé scolastique et hors du sujet proposé, la situation du prolétariat aujourd'hui. Il n'était pas nécessaire de faire un cours professoral certainement bon pour tes élèves de la sixième à la terminale. Mais nous les adultes on connaît, et pour une réunion publique il suffit de rappeler la définition du prolétariat par Marx et les socialistes de son époque : une classe de sans réserve, universelle de fait (depuis Adam Smith on sait que le Capital a besoin des migrants) et sans race ni sexe. A partir de là, actuellement, toute une série de questions se posent et qui nous inquiètent :
  • échecs successifs et répétés de multiples grèves de la classe ouvrière toutes industries confondues, conférer la lamentable grève sandwich des cheminots 1;
  • comment analyser que les syndicats trahissent tranquillement à chaque fois et que les ouvriers les suivent encore ultérieurement ;
  • et les divisions dans le prolétariat, la question des migrants qui n'est plus une simple question d'immigrés, qui illustre plus la gabegie capitaliste « qui a trop de forces productives » mais qui ne fait, sous couvert humaniste, que généraliser la misère ;
  • revenir sur l'absence de perspective, depuis en particulier la chute du bloc de l'Est, qui même repoussoir laissée posée la question d'un véritable remplacement du capitalisme quand de nos jours des crétins hâbleurs comme Onfray vont répétant que le communisme a fait cent millions de morts alors que ce sont les chiffres... totaux des deux guerres mondiales !
  • Pourquoi ne pas profiter du recul ou du repli momentané de luttes pour aborder les questions de programme alternatif au capitalisme, pourquoi c'est nécessaire et possible, etc.
Tout cela serait de bon augure si vous organisez régulièrement des réunions sur ces questions, pour réfléchir ensemble car il n'y a plus que des micros sectes ou des individus dispersés pour y faire référence. En France il n'y a plus aucun groupe pour organiser de vraies réunions publiques où réfléchir et débattre sérieusement, les NPA et autres insoumis ne tiennent que des réunions ahurissantes ponctuées d'applaudissements de leurs vedettes et où réfléchir est quelque chose d'obscène. Il ne faut que chanter des slogans antiracistes et féministes, et taper dans ses mains.
Mais le débat se mit très vite à tourner en rond. Celui-ci donnant une définition du prolétariat qui excluait la classe ouvrière. Notre anarchiste si clairvoyant du début, croyait que les chômeurs étaient exclus de la notion de classe. Puis il se mit à faire la pub des modes d'existence libérée comme celle des zadistes, et força le trait pour assurer qu'il n'y avait plus à prendre le pouvoir mais à généraliser les coopératives. Le représentant de Robin Goodfellow fit une bonne intervention sur la nature du prolétariat en général et sur la divisions actuelles opérées en son sein par le pouvoir aujourd'hui, mais, selon lui, nulle discussion ne s'impose sur le « programme », puisque nous en disposons depuis deux siècles : le parti prend le pouvoir. Point Barre.
Derrière mes anarchistes piaffaient : « ah ouais ouais... va-z-y Lénine... on vous laissera plus faire ». Et moi de me retourner : « si si, vous et vos amis lumpen zadistes on vous enfermera dans des goulags » (rires).
Le colistier du conférencier disparu nous servit plusieurs interventions sociologiques sur l'aliénation du portable et les nouveaux gadgets automatisés qui rendent le travail encore plus idiot. Notre vieil anarchiste balaya toutes ces angoisses d'un revers de main : « pourquoi pas une généralisation des machines automatiques si ça réduit le temps de travail et si on peut vivre autrement pendant ce temps ? C'est pas forcément négatif les machines si c'est pour faciliter les besoins humains de vivre libre.

Beaucoup de remarques picrocholines sur s'organiser et commercer localement révélaient la thématique répandues en province de tels lieux ou quartiers bobos. La plupart des présents, malgré un look apache et des airs de rebelles professionnels sont profs. Je n'épargne pas beaucoup cette catégorie dans ce blog en général. C'est une caractéristique du métier qu'ils veulent se situer tous hors catégorie tout en voulant toujours enseigner jour et nuit à leur voisin ou à leur compagne de couche. Ils sont de toutes les assocs ou présidents de clubs sportifs. Rouflaquette est par conséquent un pur produit de ce milieu. Ce que je craignais, après avoir été invité à leur faire un exposé sur le milieu révolutionnaire à Lille. Leur démarche initiale était bonne, comme je le leur ai dit, des jeunes gens de notre époque qui posent l'importance de la classe ouvrière, sans l'avoir vu dans ses grandes heures du passé comme cela a été une chance pour ma génération, chapeau. Mais s'il vous faut avancer c'est pas comme génération spontanée, c'est pas sans en référer aux minorités maximalistes ni vous rattacher aux courants historiques. Ne pas se précipiter...
Le dernier intervenant, car nous avons fini par nous éclipser, faisait pitié, il intervint, canette de bière en main, pour dévider comme au bistrot son petit cas personnel, hors classe, mais qui s'amuse bien avec ses élèves, et qui peut gérer localement sans se soucier de politique...
Cet aspect ridiculisait plus encore ladite conférence. Nous avons pour traditions, le mouvement ouvrier et les minorités maximalistes, d'interdire toute consommation d'alcool lors des débats et meetings publics (j'ai vu ce que donnait les réunions syndicales avinées de la CGT). Que le patron du Moulin veuille vendre ses bières, peut-être, mais que le bar ne soit ouvert qu'après les réunions, sinon cela donne des accoutrements de soiffards qui « se libèrent » sous les vapeurs de l'alcool. Singulière complaisance de nos apprentis marxistes !

LA GRENOUILLE QUI SE VOULAIT PLUS GROSSE QUE LE BOEUF

N'ayant pratiquement pas pu assister à des réunions de groupes révolutionnaires consistant et un tant soit peu nombreux, nos apprentis croient pouvoir improviser sans rigueur et sans principe après à peine quelques mois de réunions en conclave à Lille, et des épisodes dans la gentille zad complaisante du Moulin de Saint Félix. Au lieu de s'assumer comme cercle de discussion, ils ont lancé cette conférence sous couvert d'anonymat sur un thème porteur (quoique pour très peu de gens) avec une ambition démesurée – ils ont paraît-il abreuvé de l'affiche maladroite les réseaux sociaux et en particulier en direction des « Insoumis » - résultat : les mêmes marginaux régionaux que lors des
Dans un si charmant coin de l'Oise.
séances précédentes au Moulin.

J'avais pris connaissance du mépris affiché fort rapidement par nos arrivistes marxistes de salon au cours de notre correspondance qui avait précédé cette réunion foireuse.
Mon premier e-mail :
« hé l'ami Gaston, vous auriez pu préciser ce que vous êtes, plusieurs m'ont déjà demandé c'est quoi ces jeunes camarades? Moi je me suis un peu avancé, j'ai répondu des gars plutôt enclins vers le marxisme que vers la bouillie gauchiste et proches de Robin Goodfellow. Il faudrait que vous fassiez un petit pitch ou vous trouver un nom, par ex: cercle de discussion politique marxiste, ou groupe maximaliste pour la révolution mondiale, ou un groupe d'internationalistes, ou "oui il y a une perspective mais par la lutte de classe", enfin vous pouvez vous fabriquer un nom qui ne laisse pas penser que vous êtes une bande de petits rigolos anars ou des salopards de jeunes profs qui veulent commander la classe prolétaire ! ».

La réponse indiscutable était tombée peu après :

« Nous pensons que former un collectif construit avec un nom perturbera notre travail actuel et, surtout, dépossédera les anonymes qui veulent s'y greffer. Ce projet n'a pas prétention à déposséder les masses des armes intellectuelles, armes qu'il faut en permanence leur laisser dans les mains. Or nous pensons que se regrouper sous un patronyme organise déjà la dépossession. Il n'y a aucune avant garde éclairée. Je le répète. Il n'y a aucune avant garde éclairée. Si une avant garde émerge, elle ne peut provenir que de la bourgeoisie. Et pourquoi donc ? Car, si dans son fond elle parle comme c'est agréable à entendre, avec des mots comme lutte des classes ou prolétariat, dans sa forme elle en est la négation. Le prolétariat est la seule puissance historique qui doit en permanence lier la forme au fond, se déposséder de ses chaines par elle même. Le véritable discours révolutionnaire sur le réel ne peut venir que de la masse anonyme car c'est d'elle et d'elle seule que se fabrique le devenir historique. L'avant garde, si elle peut être dans l'histoire (ou plutôt la tordre, l'empêcher de devenir histoire prolétarienne), ne fera jamais l'histoire. L'histoire, notre seule science : oui. Mais encore faut-il un outil à la portée du prolétariat. Et c'est l'anonymat cet outil, c'est à dire l'individualisation de la masse ».

En effet, on a vu en quoi cette préciosité dans la théorisation de l'anonymat débouche sur... le néant. Je soupçonne Robin Goodfellow de leur avoir instillé cette ânerie du culte de l'anonymat bien que n'ayant pas réussi à leur inculquer les principes du parti … impersonnel !

Le projet est voué à l'échec, même s'il participe d'un questionnement légitime dans la jeunesse pour une autre société débarrassée du travail aliénant et du capitalisme, mais basé sur un fonctionnement académique et complaisant de clan il ne pourra aboutir. Encore un effort jeunes profs impatients, faites au moins (même en classe ou dans la classe) des exposés courts qui laissent place à la discussion pas à l'ego du conférencier, apprenez à présider et conclure une réunion, après avoir laissé le débat se dérouler parfois librement sans contrainte de tour de parole obligatoire.
Sachez que de Marx à Rosa Luxemburg, il a été maintes fois répété : « l'éducateur a besoin d'être éduqué ». Et vous avez besoin d'être éduqué par cette classe au nom de laquelle vous vous croyez déjà être autorisés à parler à sa place avec le plus plat spontanéisme académique.


1A ce sujet j'ai rappelé qu'au début des années 1950 une des grandes figures de SouB, Claude Lefort avait couché la girouette politique Sartre qui argumentait que la classe ouvrière en France devait obéir au PCF, quand Lefort fournissait maint exemple du refus croissant de suivre les consignes des staliniens ; au cours de ce débat dans les Colonnes de la revue Les Temps Modernes, Lefort avait rappelé ce que pensaient les ouvriers de la grève « perlée » : « la grève perlée ou la grève tournante dite de harcèlement (était) démoralisante, que les intéressés (se sentaient) à chaque fois isolés et (étaient) de fait battus les uns après les autres » (cf. Sartre et l'extrême gauche française, de Ian H. Birchall, ed La Fabrique).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire