"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

samedi 25 février 2012

La réunion : le Chaudron s’enflamme


Je le répète, comme en 2009 aux Antilles, ces « départements français » sont considérés comme contrée éloignée et îles à particularité distincte de la métropole. Excepté la radio, la plupart des médias traitent par-dessous la jambe la violence sociale normale et inévitable des jeunes laissés pour compte de la bourgeoisie sarkozienne. Aucun média ne se risque à offenser sa majesté le PN n°1 de France et sa groupie Dati ressortie du placard (pour humilier le toutou Fillon et les autres victimes de cette folle). La misère (80% des jeunes au chômage dans le quartier du Chaudron), une minorité de blancs friqués, telle est le clivage imposé par l’Etat sarkozien, qui laisse la gauche molle dans la posture de la protestation complice. Imaginez, en plein bourrage de crâne électoral, que, par exemple, une telle vague d’émeutes sociales aient secoué la haute Garonne ou Rouen, et essayez d’imaginer aussi (même si c’est impossible en l’espèce) les candides « candidats » se rendant auprès des voitures brûlées comme ils font tous le pied de grue au sein des usines, comme si la classe ouvrière existait à nouveau mais uniquement dans les derniers bagnes industriels menacés de fermeture. Non les élus ou les candidats à l’enrichissement personnel et à la gloire pipole ne se risquent jamais à visiter les aires de la révolte sociale. Ils y prendraient des pierres sur la gueule.

La Réunion : les violences, symptômes d’un désespoir social inquiétant

Par Laurent Medea (sur le nobs)

Jets de cailloux, bombes assourdissantes, gaz lacrymogènes, les violences qui touchent le quartier du Chaudron et bien d’autres quartiers de l’île ont lieu pour l’heure essentiellement la nuit. En pleine journée, la ville est très calme, comme si de rien n’était.

A l’origine de ces révoltes, on retrouve les jeunes des quartiers délaissés. Regroupés spontanément, ils cherchent surtout à viser les enseignes de la grande distribution, symboles de la vie chère dans les départements d'outre-mer (DOM) et des déséquilibres économiques. Ces violences ne sont pas surprenantes. Elles étaient même prévisibles tant il existe sur l’île et plus spécifiquement dans des quartiers comme le Chaudron un fort désespoir chez la population la plus jeune. Et cela, depuis des années. Situé en périphérie de Saint-Denis, le Chaudron concentre un grand nombre de difficultés sociales. On y trouve des logements sociaux construits il y a 50 ans, une population déshéritée, abandonnée, venue vivre ici pour quitter les campagnes ou les bidonvilles.

Un taux de chômage de 80% dans certains quartiers

Dans le cadre de mes études sur la délinquance juvénile, j’ai utilisé des outils statistiques de l’Insee permettant d’affiner les indicateurs par îlot d’habitation et j’ai découvert que le taux de chômage des jeunes de 15 à 25 ans pouvait y atteindre près de 80%, alors qu’il est de 60% en moyenne pour cette tranche d’âge dans l’île (record européen) et 70% de la population qui y vit se situe en dessous du seuil de pauvreté (52% en moyenne dans l’île). Ainsi c’est toute une génération qui se retrouve sans perspective d’emploi et donc sans aucune vision d’avenir.

Cette crise est d’une certaine manière un prolongement du mouvement contre la vie chère initié en 2009 aux Antilles avec le mouvement LKP. Il avait ensuite gagné la Réunion. De nombreux mouvements de protestation et une nuit de casse et de début pillage a eu lieu en 2009. Les solutions qui avaient été apportées à l’époque se sont révélées insuffisantes.

La crise économique actuelle est même venue accentuer ces difficultés. Il y a trois semaines, le syndicat des transporteurs routiers de l’île a entrepris une série d’actions (blocages routiers,…) afin de réclamer une baisse des prix du gazole pour les professionnels. Son leader a par la suite appelé le peuple de l’île à suivre le mouvement. Une réunion avec le préfet a eu lieu. Mais sans résultat. La révolte de ces jeunes s’inscrit dans une certaine continuité avec ces évènements. Elle reflète une nouvelle fois le véritable malaise social qui règne ici. Symptôme d’une société aux structures économiques dépassées, lointain héritage de la période post-coloniale. Une société passée ces dernières décennies d’une économie rurale à une société de surconsommation, créant ainsi beaucoup de frustration, de désespoir. Cette révolte des jeunes, une grande partie de la population la soutient. Et elle se propage déjà à d’autres villes de l’île pour ces mêmes raisons.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire