"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

jeudi 29 janvier 2015

BIG BROTHER ISLAM (II)


    Extraordinaires sondages qui viennent de révéler que l'Union nationale après le massacre de la rédaction de Charlie et des prolétaires du magasin Casher, a porté ses fruits. Pour l'essentiel (tant que la guerre est maintenue le plus loin possible), les "français":

- sont d'accord pour amplifier l’engagement militaire de la France à l’étranger:
Les attentats commis en région parisienne ont manifestement conduit les Français à approuver l’engagement militaire de leur pays contre le djihadisme. « Là où la France est déjà présente (Mali, Sahel, Irak…) », 50 % des personnes interrogées considèrent qu’elle doit « augmenter » son engagement, 40 % le maintenir à son niveau actuel ; seuls 9 % souhaiteraient le voir diminuer. S’agissant spécifiquement de la Syrie, 65 % des personnes interrogées seraient favorables à ce que la France y « intervienne plus directement, dans le cadre d’une coalition internationale contre le djihadisme islamique » (...)
- sont d'accord pour un durcissement de la politique sécuritaire:
Une écrasante majorité des Français est favorable à la mise en œuvre de différentes mesures qui leur sont suggérées « pour lutter contre l’extrémisme religieux ». Y compris celles qui empiéteraient nettement sur les libertés individuelles. « Généraliser les écoutes téléphoniques sans accord préalable d’un magistrat » ? 71 % des personnes interrogées y sont favorables. « Pouvoir perquisitionner des domiciles sans accord préalable d’un magistrat » ? 67 % approuvent. « Pouvoir mener des interrogatoires de suspects sans l’assistance d’un avocat » ? D’accord à 61 %.
Troublant sondage qui sent le trucage concernant l'acceptation de l'islam supposé chant d'amour1 comme religieusement correct, d'un côté il est constaté que "La tolérance des femmes vis-à-vis de l’islam (50,3 %) est supérieure à celle des hommes (43,5 %)", et plus bas: "
66 % des personnes interrogées (81 % des sympathisants de gauche, 53 % des proches de l’UMP, 39 % des sympathisants du FN) jugent que l’islam est « une religion aussi pacifiste que les autres », et que « le djihadisme est une perversion de cette religion ». A contrario, 33 % considèrent que « même s’il ne s’agit pas de son message principal, l’islam porte malgré tout en lui des germes de violence et d’intolérance ». Les femmes sont plus nombreuses que les hommes (70,5 % contre 61,5 %) à être bien disposées à l’égard de cette religion".

Bizarre comme la fabrique à sondages sait admirablement faire écho aux trois premières préoccupations gouvernementales: dédouaner de toute culpabilité ses investissements impérialistes, renforcer la répression intérieure en mettant en garde à vue un gamin de huit ans et faire passer l'islam principal bréviaire des divers ennemis djihadistes pour une religion de paix.

Mieux encore – la bourgeoisie a des capacités d'interprétation inouïe – derrière les recrutements des soldats du terrorisme se profilerait de nouveau la question sociale, il suffirait de mettre fin aux ghettos et d'embaucher au moins un quart de la jeunesse des banlieues pour que cela cesse. Outre que cela révèle une analyse impulsive et à courte vue – se refusant à voir pourquoi le religieux supplante le politique - la bourgeoisie se fiche du monde: les ghettos c'est elle qui les a favorisés depuis trente ans et les promesses restent toujours des promesses qui n'entament jamais les avantages des castes privilégiées. Le notable PS Boutih, ex-démagogue en chef de SOS racisme, reconnaît à quoi a abouti "la politique de la ville" sous Mitterrand et les concessions à la religion sous Jospin: "On a vu une culture de la violence se développer dans les banlieues. On n'a pas su y apporter de réponses et les islamistes se sont engouffrés dans ce vide".2
"On n'a pas réussi à combattre l'intégrisme religieux, parce que d'aucuns disaient qu'on combattait alors la religion. C'est ce problème qui nous pète aujourd'hui à la figure"3. L'islamisation démocratique a ses contreparties électorales4 comme la religion a plus à voir avec la mort qu'avec la vie.

DU BONHEUR D'ETRE FRANCAIS, DE LA DERADICALISATION
OU COMMENT DEPASSER LA JALOUSIE SOCIALE?

On court chercher partout des ambassadeurs de la déradicalisation, de la gauche laïque, pour sauver le gouvernement au milieu d'une marmaille inconsciemment djihadiste, tel footeux, tel rappeur. Le célèbre intello du ballon rond Thuram: "... Je leur ai donc expliqué que nous sommes dans un Etat laïc où chacun est libre de sa pensée religieuse, mais où chacun est libre de critiquer toutes les pensées religieuses, ce qui est une vraie chance pour nous tous" (??) (...) "Je leur rappelle qu'ils sont français et qu'être français veut dire aussi que la religion ne prime pas sur les lois de la République. J'essaie de leur faire comprendre que la religion ne peut pas être vécue en France comme elle peut l'être en Arabie saoudite, en Syrie, ou au Sénégal (...) Quand quelqu'un tue au nom de dieu, c'est qu'il s'est laissé emmuré dans des dogmes, qu'il a perdu la chose la plus essentielle: la liberté de pensée".
Le rappeur Hamé explique: "L'idée c'est de s'affirmer: si vous me refusez le fait de penser que je suis français à part entière, tant pis pour vous, mais moi, je sais que je suis français et si cela vous dérange, c'est votre problème, pas le mien". Sur ce point je suis complètement d'accord avec ces deux ambassadeurs qui ne font nullement preuve de chauvinisme en l'occurence mais d'un constat: pourquoi devrait-on avoir honte d'être français? Parce que les islamo-gauchistes et les ultras radotent que les gens n'ont pas de patrie? Parce que cela ne se voit pas sur la figure? Parce que ce n'est plus à la mode et que la novlangue ne distingue plus que des européens, des africains, des blancs, des noirs, des musulmans, etc.
Ils apportent honnêtement deux précisions importantes: depuis dix ans la France s'est engagée dans dix guerres pour le pétrole, et les Merah et Coulibay étaient des enfants de l'Assistance publique!

Nos deux ambassadeurs de la déradicalisation soft ne vont pas au fond des choses pour expliquer une réaction de déni de nationalité chez les enfants d'immigrés, bien français puisque nés sur le sol français. Ce rejet de ce qui est leur carte d'identé (nationale) est dû à la jalousie sociale des français dits de souche. On est souvent plus ou moins jaloux que l'autre possède la même chose que soi. Cela vous paraîtra original que je fasse état d'un sentiment psychologique pour analyser une des raisons de l'ostracisme anti-français (vice-versa) mais la jalousie est un sentiment bien réel et immémorial, quoique honni dans tous les pays5. La jalousie sociale, elle, peut être entretenue à dessein par un tiers. Traduisons-le en politique. Prenons un ouvrier de souche qui s’aperçoit, à tort ou à raison, que pour l'Etat d'assistance, il n’est plus l’unique, l’exclusif pour les allocs. Que l’Etat a une préférence pour les familles nombreuses immigrées, musulmanes ou pas. Que ce concurrent pourtant aussi "naturalisé" que lui peut tout aussi bien être embauché à sa place. Ou bien que l’autre est plus beau, plus jeune, plus intelligent. Il se sent alors transparent, même plus français lui non plus, mais, en réaction il va assurer qu'il est plus "français" que l'autre. Il avait cru que le vieux slogan "liberté, égalité, fraternité" lui donnait tous les droits, comme celui d'avoir un travail d'office, comme celui d'une garantie pour ses enfants de poursuivre de meilleures études. Cette jalousie n'est que le produit de la concurrence entre les ouvriers, mais là où jadis la question de l'identité nationale était secondaire – chacun finissant par être intégré à la production – celle-ci nous revient à la figure comme un double miroir mais sous forme de rejet. Selon nos ambassadeurs de la société pipole il suffirait de chanter à tous: "on est tous français et contents de l'être"; aux fils de français de vieille souche: "c'est bon t'es français mais pas au point d'en faire une montagne" et aux fils d'immigrés: "t'es français c'est super".

J'ai déjà eu l'occasion d'évoquer cette jalousie mal placée, qu'on trouve un peu partout dans la concurrence en milieu prolétaire, mais elle est aussi une explication aux dérives terroristes et même à l'idéologie terroriste qui, un peu partout, s'appuie sur l'islam. Merah avait été refusé par l'armée française. Tous ceux qui sont refusés dans des emplois réservés en priorité pourtant aux français ne deviennent pas de petits tueurs sans remords. Tous ceux qui sont rejetés pour une raison ou une autre tombent cependant dans le sentiment de jalousie (psychologie) après avoir été dans l'état d'envie, situation morbide qui renvoie à la réalité sociale d'une société qui promet le pompon à quelques-uns et nargue l'immense majorité des autres6. Le terrorisme planétaire a parfaitement compris de façon sectaire cette "condition" à laquelle le système réduit les individus puisqu'il leur propose de "dépasser l'envie" en s'opposant violemment à ce qui la produit, de façon nihiliste et sans rémission. De cette façon le terrorisme est bien un produit intra-muros du capitalisme décadent: no future, kill yourself! Comme dans la guerre, locale ou mondiale, la victoire n'est même plus envisageable, seule la mort est l'échappatoire rédemptrice non des péchés de l'individu (méprisé) mais d'un système excluant qu'il faut punir en assassinant le plus possible d'innocents ou d'individus-symboles. Et à ce point de vue le coran sert pas mal de versets... sataniques.

ON N'EN A PAS FINI AVEC LA QUESTION DE LA NATION ET DE LA NATIONALITE

"Tant que la bourgeoisie détient le pouvoir et peut déclencher cet appareil formidable qui s'appelle la mobilisation et la guerre, elle possède la faculté de mettre le prolétariat entre deux feux, entre deux dangers, entre deux pièges: s'unir à l'ennemi intérieur contre celui du dehors, et abdiquer ainsi son indépendance de classe et aliéner sa liberté d'action, ou refuser de marcher à la guerre, et devenir ainsi le complice indirect de l'ennemi extérieur". C. Rakovsky


Dans une discussion en mai 1915 entre le député socialiste français Charles Dumas et le socialiste roumain Christian Rakovsky (qui deviendra un des plus courageux bolchevique) ce dernier, luxemburgiste, refusait de faire figurer le "principe des nationalités" dans un programme socialiste, inapplicable ni en Europe "dans les cadres de l'Etat national" d'aujourd'hui, ni :"en Orient surtout, où les éléments sont excessivement mêlés, où les frontières ethnographiques n'existent même pas, le principe des nationalités ne sert qu'à masquer une politique de conquête territoriale"7.
Considération très pertinente à la charnière de notre époque où à la comédie des libérations nationales dans des découpages artificiels du colonialisme succède la volonté de conquête islamique du monde arabe d'abord et du reste éventuellement ensuite; prêcheurs dits radicaux depuis longtemps et agents terroristes actuels ne se gênent pas pour déclarer mener les deux simultanément, d'autant qu'ils peuvent s'inspirer du stalinisme qui envisageait de faire effondrer les vieux pays centraux du capitalisme afin de... libérer vraiment les nations (artificielles) asservies par le colonialisme, pour en faire des zones de production et de pillage au profit de la maison mère détentrice du socialisme en un seul pays pour tout le continent.
Définissant le référendum proposé par le député patriote C.Dumas (sur la question de l'Alsace Lorraine) comme nationaliste et néfaste, Rakovsky remarque la spécifité des vieilles nations: "La France, comme l'Allemagne, comme l'Italie, est un Etat national, homogène, et ne peut pas, de ce fait, tolérer des éléments d'autre nationalité. Je n'oublierai jamais que sous le ministère Combes on avait dénoncé comme un véritable crime contre l'unité nationale française le fait qu'en Bretagne le catéchisme était lu en langue bretonne. Combes s'empressa même de l'interdire d'une façon expresse. Ce fait, extraordinaire si on le considère au point de vue de la liberté individuelle, apparaît naturel si l'on prend en considération le caractère profondément unitaire et centraliste de l'Etat français".
Intéressant ce rappel face à tous ceux qui se moquent un peu facilement des vieilleries nationales, mais pour se mettre au service de l'Europe islamisée (je veux bien conchier le vieux patriotisme mais pas au profit d'un patriotisme ou internationalisme islamique!). Il y a une culture et une histoire française comme il y a une culture et une histoire russe, africaine, juive, chinoise, etc. L'internationalisme prolétarien abouti (la lutte finale) dont on n'a jamais su à quoi il aboutirait – sauf dans la version stalinienne, surtout au pillage des peuples – envisageait-il de dissoudre ces aspects culturels (langue, traditions culinaires et vestimentaires esprit des lumières, etc.) dans une uniformité universelle de l'espèce humaine voire une catéchisation islamique généralisée? Lénine n'aide en rien à la compréhension du problème en décrétant la culture de chaque pays comme bourgeoise. Donc la liberté d'expression (vieille "tradition" depuis 1789) serait simplement "bourgeoise"? La laïcité forcément "bourgeoise"? Tout roman, film ou poème, forcément bourgeois?
Personne ne pourra me répondre mais nous savons que nous pouvons régresser en supprimant le capitalisme si ce n'est pas pour le remplacer par le communisme, avec ce qu'écrivait Rosa en 1915: "... ou bien triomphe de l'impérialisme et décadence de toute civilisation, avec pour conséquences, comme dans le Rome antique, le dépeuplement, la désolation, la dégénérescence, un grand cimetière; ou bien la victoire du socialisme...". A cette différence que l'impérialisme a triomphé du prolétariat et est en train de perdre face à la décadence islamique, et que les bouffons du socialisme officiel savonnent la planche à l'islam "de paix et d'amour". Dans la pensée de Rosa l'avenir du communisme n'était certainement pas le col mao pour tous et le voile pour toutes.
Toutes les objections des vilains canards Régis Debray, Finkielkraut, Onfray8 et d'autres ne sont pas toutes débiles. En 1976, Régis Debray, indépendamment de l'avis que l'on peut avoir de son parcours de caméléon, polémiquait contre l'internationalisme frelaté de la LCR:

"La conception de l’unité du processus historique chez Marx demeure encore un parti idéaliste ; c’est-à-dire qu’elle devrait liquider conceptuellement la présence de la nation. Autrement dit, la conception d’une unification croissante non seulement des conditions de production mais des conditions de vie, la conception d’une évolution linéaire, uniformisante de l’histoire, avec les cinq modes de production, etc. Cette conception de l’universalité comme réduction des différences, comme réduction progressive des différences ethniques, nationales, culturelles, etc., est vraiment la conception de la raison analytique bourgeoise. Que d’ailleurs Marx et plus encore Engels ont repris directement de l’Aufklärung, de Condorcet, etc. Conception selon laquelle les chemins de fer vont supprimer les frontières et la classe universelle va prendre le pouvoir, parce que le prolétariat, enfin, tu connais les phrases célèbres, « on ne lui a pas fait un tort particulier, on lui a fait un tort universel, donc c’est la classe universelle ; le prolétariat ne revendique aucun droit particulier », etc. Donc les frontières vont s’écrouler et la République internationale des soviets est là – traduction léniniste du fantasme marxien".
"On trouve parfois chez Marx une opposition de l’universel et du particulier qui fait que pour lui l’universalisation de l’humanité, c’est la liquidation de ses particularités. Alors qu’en fait il y a une dialectique : ce à quoi on assiste maintenant c’est l’interdépendance croissante des conditions de production et d’échange économique, donc en un sens uniformisation, mais, dialectiquement, cela est accompagné d’une multiplication des diversifications culturelles. Le retour en force des revendications nationales ou régionales est concomitant, nécessairement, de l’uniformisation économique ; autrement dit, l’égalité n’est jamais l’identité ; une conception dialectique de l’identité inclut la différence et on assiste maintenant à un processus de différenciation croissante des identités culturelles, une recherche de la spécificité qui va de pair avec le constat de la globalité. Je pense à la limite que la réalité historique est encore plus matérialiste que Marx et encore plus dialectique que lui ! En un sens, tous les démentis de la réalité historique depuis un siècle au marxisme, sont des démentis matérialistes, c’est-à-dire qu’ils liquident tout l’héritage, tout l’énorme héritage idéaliste qu’il y a chez Marx"9.
On n'assiste pas à l'époque au processus d'éclatement du bloc de l'Est et à la montée des micro-nationalismes, ni non plus à la fragmentation politico-religieuse actuelle. Debray reste fidèle à sa formation marxiste-léniniste dans sa jeunesse au parti stalinien et de plus en plus distant avec le guévarisme dont il avait été un des sponsors, et à la veille de devenir conseiller de Mitterrand, la référence est la nation. Il se découvre peu après admirateur de De Gaulle.
Debray n'est pas totalement idiot révisionniste (mais au fond fidèle génétiquement au stalinisme gaullo-national). Il anticipe le mouvement souverainiste avec les Chevènement, Max Gallo et Marianne. Mais la nation à l'agonie selon Hanna Arendt n'agonise pas complètement, durant les années 1990 il s'en crée plein de nouvelles. Un processus semble se développer mais sans s'achever encore. L'achèvement c'est maintenant: constitution bancale d'aires géographiques: Europe, zone d'influence américaine, russe, chinoise, volonté de faire éclater les découpages coloniaux en Afrique. Partout les anciennes frontières nationales des nations les plus récentes, de la Yougoslavie à la Syrie, ont éclaté ou vont éclater. Première conséquence: la bourgeoisie, partout, ne peut plus mobiliser au nom du sentiment national. La bourgeoisie développée avait déjà inventé depuis longtemps l'antifascisme, qui sert encore, et elle rame avec l'anti-terrorisme. Les diverses variétés de terroristes sans Etat national (sauf le Desh en gestation) disposent d'un anti-capitalisme religieux.
Yolène Dilas-Rocherieux a bien résumé l'adaptation d'un Carlos au communisme islamique, non plus nation islamique mais monde islamique:
"En fait, l’islam, « la révolution des révolutions », lui aurait permis de fusionner l’hier et l’aujourd’hui, le rationalisme des théories et pratiques marxistes-léninistes avec la foi religieuse, dans laquelle il désigne la nouvelle dynamique d’une révolution de masse et le fondement d’un monde nouveau. Nul transfert de foi dans cette mutation assure Carlos, mais le terme d’une expérience avec le constat d’une résurgence de la passion révolutionnaire en islam, après l’échec de l’expérimentation communiste: « J’accuse l’Occident d’avoir failli à sa mission révolutionnaire ». S’il rejette le déterminisme de Marx, l’une des raisons, selon lui, de l’embourgeoisement de la gauche occidentale, Carlos en retient le matérialisme dialectique – le capitalisme sera victime de ses propres contradictions – qu’il propose de réinterpréter à la lumière de la loi islamique afin de renouer avec les grandes luttes du passé. L’islam spirituel et doctrinal, porteur d’un dessein divin, serait ainsi devenu l’unique tremplin de la révolte des masses: « Seuls des hommes et des femmes armés d’une foi totale dans les valeurs fondatrices de Vérité, de Justice et de Fraternité, seront aptes à conduire le combat et à délivrer l’humanité de l’empire du mensonge ». Cette alliance entre le politique et le sacré aurait l’avantage de donner sens à une vision binaire du monde, deux blocs opposés: l’Occident dégénéré et son envers positif, une contre-société islamique, dont les règles de vie seraient compatibles avec l’esprit communiste d’un Lénine ou d’un Mao:  » … en mettant des freins au libre exercice du marché. La charia interdit le prêt à intérêt, les pratiques et les règles financières islamiques sont solidaristes, contraires au travail de l’argent, immoral et créateur d’injustice »10.
J'ai parlé d'une première conséquence, le fait que la bourgeoisie ne peut plus mobiliser au nom de la nation (désormais multiethnique, multiculturelle, etc.), mais la deuxième est un fractionnement interne de la nation, des vieilles nations qui n'augure en rien une évolution positive vers une sorte d'irénisme internationaliste dépassant les "arriérations nationales". La génération de 68 avait ridiculisé le fait de se vanter d'appartenir à une nationalité: on était d'abord un internationaliste, ou un citoyen du monde, ou un être humain. Désormais on est d'abord musulman, juif, corse, écologiste, européen, voire joueur de tennis ou DJ!
Se définir comme français, anglais, allemand, etc., est ringard. On ne peut souscrire au caméléon Debray de 1976 qui sortait que la révolution en France n'aurait lieu qu'en "reprenant son héritage national": jacobin? Patriotique? Gaulliste? Debray zigzaguait comme toujours, comme son ami Finkielkraut. Un ivrogne peut, une fois sur deux, indiquer la bonne direction mais il va finir par tomber et s'endormir. Les tenants intellectuels d'une culture française, zemmouriens ou pas, constatent une islamisation rampante, et on les accable d'observer ce phénomène, on les insulte ou on les ignore. Ils ont partiellement raison. La tolérance du religieux ne faisait plus partie de l'esprit français depuis 1905, même s'il a toujours existé des fractions bourgeoises pieuses ou suffisamment hypocrites pour justifier le maintien du carcan idéologique des religions.
Ils sont qualifiés d'islamophobes, une définition qui ne tient pas debout malgré la maïeutique d'un journaliste du Monde11. Il est question que la loi punisse l'islamophobie au même titre que l'antisémitisme. Un Conseil contre l'islamophobie en France (rapport 2014), établit qu'  « il s'agit de l'ensemble des actes de discrimination ou de violence contre des institutions ou des individus en raison de leur appartenance, réelle ou supposée, à l'islam. Ces actes sont également légitimés par des idéologies et des discours incitant à l'hostilité et au rejet des musulmans. » Et le Conseil de l'Europe surenchérit: "« Qu'elle se traduise par des actes quotidiens de racisme et de discrimination ou des manifestations plus violentes, I'islamophobie est une violation des droits de I'homme et une menace pour la cohésion sociale. » C'est déjà acquis, labellisé, officialisé, avant d'avoir été discuté, confronté ou soupesé. Depuis le traité de cocu de Lisbonne, la bureaucratie européenne pue. Salman Rushdie ) cette aune devrait être livré aux égorgeurs puisqu'il a osé déclarer: "Je suis aux côtés de «Charlie Hebdo», comme nous devons tous l’être, pour défendre l’art de la satire, qui a toujours été une arme pour la liberté et contre la tyrannie, la malhonnêteté et la stupidité. Le "respect de la religion" est devenue une formule signifiant "peur de la religion". Les religions, comme toutes les autres idées, méritent la critique, la satire et, oui, notre irrespect courageux.» 
Devrons-nous crier un jour: "libérez Debray et Finkielkraut"? Et "sauvez la France de l'islam"!
Il y a de la lucidité chez Finkielkraut dans son constat de la "francophobie"12 et sa défense de la vieille France, bien qu'il soit ambigu lui-même – il est en même temps nationaliste israélien: "Il est évidemment très difficile de répondre à la question : qu’est-ce qu’être français aujourd’hui ? L’identité n’est pas une propriété, c’est une question ; quelque chose d’ouvert et d’évolutif. Mais comme l’a dit Régis Debray, ce sont ceux qui maîtrisent le mieux un legs culturel qui sont capables de le dépasser. Plutôt que de parler de roman national je dirais donc que nous sommes, nous autres Français – Français de souche, car cela existe, ou Français de fraîche date, comme moi – dépositaires d’un grand héritage culturel. La France est une civilisation, ce qui est une chance. Certains peuples, au XIXe siècle, ont dû aller chercher leur identité dans leur folklore mais la France n’en a pas eu besoin : elle a une culture, une littérature, une langue… Je voudrais qu’on ait un peu plus conscience de la richesse de cette civilisation, qu’on ait un peu plus de gratitude pour la beauté de cet héritage".13
Finkielkraut donne des verges pour se faire battre comme chauviniste ringard, mais comme il fût le grand inquisiteur du révisionisme des chambres à gaz en France tout finit par lui être pardonné. La question de fond dépasse ces divers littérateurs du paf: comment passe-t-on de la nation à la fin des nations du point de vue communiste? La décomposition multiculturelle et islamophile va-t-elle rendre impossible toute union du prolétariat au-dessus des diverses divisions et claustrophobies religieuses?
LES CONCEPTIONS OBSOLETES DU MARXISME TROTSKIEN
Sur le site de R.Paris "Matière et Révolution", on peut lire un condensé de la vision simpliste léniniste de l'assimilation et de la question nationale:
"La nationalité et la question nationale en général sont, au fond, une question de classe. Les idées dominantes de toutes les nations sont les idées de leur classe dirigeante. On entend beaucoup parler de la « culture française », de la « culture américaine », etc., comme si ces cultures existaient indépendamment du caractère de classe de la société en question. La classe dirigeante a intérêt à dissimuler l’existence de classes distinctes et mutuellement antagoniques. Mais la culture dominante de toutes les nations n’est autre que la culture de la classe dominante, c’est-à-dire de la classe capitaliste :
« Chaque culture nationale comporte des éléments, même non développés, d’une culture démocratique et socialiste, car dans chaque nation, il existe une masse laborieuse et exploitée, dont les conditions de vie engendrent forcément une idéologie démocratique et socialiste. Mais, dans chaque nation, il existe également une culture bourgeoise (et qui est aussi, la plupart du temps, ultra ?réactionnaire et cléricale), pas seulement à l’état d’" éléments", mais sous forme de culture dominante. » (Lénine, Notes critiques sur la question nationale, 1913.)
Lénine et Trotsky, suivant Marx et Engels, étaient des internationalistes intransigeants. Dans la question nationale comme dans toutes les autres questions, il est totalement inadmissible, pour un marxiste, de faire la moindre concession aux sentiments et préjugés nationalistes. On doit constamment souligner et expliquer les intérêts communs de tous les travailleurs, indépendamment de leur nationalité, de leur langue, de la couleur de leur peau, etc. Le but des marxistes, c’est de promouvoir et de faciliter par tous les moyens possibles l’unité des travailleurs de tous les pays dans leur lutte contre les capitalistes. C’est de ce point de vue que le marxisme défend le droit des nations à l’autodétermination. Le droit à l’autodétermination n’a d’intérêt que dans la mesure où il renforce la lutte contre le capitalisme et contre le nationalisme. Il est entièrement subordonné à la lutte pour le socialisme. Il faut traiter chaque cas selon les circonstances concrètes. Soutenir ou ne pas soutenir ce droit dépend de la situation concrète" (cf. La Riposte).
Pauvre Lénine, il faudrait qu'il nous explique de quoi se compose la culture aujourd'hui, et surtou cette culture bourgeoise qui ne se veut même plus nationale mais multiculturelle et souffreteuse à l'égard des religions et surtout de la principale de plus en plus chez les populations déshéritées. Et ces pauvres trotskiens auront été jusqu'au bout les défenseurs de cette variété de nationalisme obsolète nommé autodétermination, une des pires supercheries du XXème siècle quand la branche du NPA a tenté de glisser la concession de la candidate trotsko-voilée... créant les mêmes émois en son sein que dans le barnum PS lors de l'affaire des mioches voilées de Creil.
Que peuvent faire aujourd'hui les "marxistes intransigeants" contre les diverses manifestations de l'islam, hard, soft et moitié les deux? Le capitalisme étant à l'agonie comme même des économistes bourgeois et l'exhibitionniste Jorion l'assurent, va-t-on directement sauter pacifiquement dans le communisme comme le déclare un fan de Claude Bitot14?
Allons voir du côté du "Fil du temps" et de notre cher Dangeville (Facteurs de race et de nation dans le marxisme):
"Comme nous ne sommes ni des métaphysiciens ni des mystiques, nous acceptons, sans nous couvrir la tête de cendres et sans considérer que le genre humain a à expier ces souillures, qu'apparaissent et se développent de mille façons le mélange des sangs, la division du travail, la répartition de la société en classes, l'Etat, la guerre civile. Mais ce qu'il y a au bout du cycle, avec un mélange des races devenu général et inextricable, avec une technique productive capable d'agir de façon puissante et complexe sur le milieu environnant au point d'envisager de planifier les phénomènes à l'échelle planétaire, c'est la fin de toute discrimination raciale et sociale; c'est une économie à nouveau communiste; c'est la fin, à l'échelle mondiale, de la propriété individuelle qui avait engendré les cultes transitoires de ces fétiches monstrueux que sont la personne, la famille, la patrie."
Tout est simple à l'extrême là aussi avec ces écrits des sixties, finalement avec les mélanges généralisés, indépendamment des clivages religieux, la nouvelle société de paix et d'amour "communiste" mettrait fin naturellement aux horreurs de l'individualisme, de la famille missionnaire et de la patrie coïncée!
Plus radical que les trotskiens, Dangeville oppose à la monoculture bourgeoise une "culture prolétarienne", après l'insurrection bien sûr (conjointe contre nouveaux versaillais et jeunes mercenaires islamistes coalisés15):
"Ce que disent Marx et Lénine, c'est ceci: la bourgeoisie n'admettra jamais que sa culture est une culture de classe. Elle affirme au contraire que c'est une culture nationale propre à un peuple donné, et elle se sert de la surestimation de la langue nationale comme d'un frein puissant pour entraver la formation d'une culture, ou mieux, d'une théorie de classe, prolétarienne et révolutionnaire. Mais il est clair aussi que tout change et s'inverse quand s'effondrent le capitalisme, le mercantilisme et la division de la société en classes. Avec ces institutions sociales périront aussi les langues nationales. Pour la révolution qui tend à les détruire, la revendication de la langue nationale appartient au camp ennemi dès que le plein capitalisme s'est imposé". Dangeville s'appuie sur les travaux d'Engels pour montrer que l'étape de formation des nations n'a pas été facile:
«Nous étions précédemment au berceau de l'antique civilisation grecque et romaine. Nous voici maintenant auprès de son cercueil. Sur tous les pays du bassin méditerranéen, le rabot niveleur de l'hégémonie mondiale romaine avait passé, et cela pendant des siècles. Partout où le grec n'opposait point de résistance, toutes les langues nationales avaient dû céder la place à un latin corrompu; il n'y avait plus de différences nationales [...] tous [étaient] devenus Romains. L'administration romaine et le droit romain avaient partout détruit les anciens liens consanguins et, du même coup, les derniers vestiges d'activité locale et nationale autonome [...]. Mais nulle part n'existait la force capable de forger, avec ces éléments, de nouvelles nations...»(Engels)
Engels rappelait qu'on avait déjà réussi à empêcher que les arabes (maures ou sarrasins à l'époque) et les normands n'envahissent l'empire réservé à Charlemagne:
"La naissance, en quatre ou cinq siècles, des Etats germaniques, dont le pouvoir s'étendit sur les anciennes provinces de l'empire romain et sur l'Italie elle-même. Le plus remarquable était celui des Francs, qui servit à l'Europe de rempart contre l'invasion des Maures et qui, tout en cédant à la pression des Normands à l'autre extrémité, permit aux populations de résister sur les territoires où elles s'étaient établies, fût-ce en donnant lieu à des mélanges ethniques complexes avec des Germains, des Romains et, dans le royaume des Francs, des Celtes aborigènes. Ces Etats germaniques ne pouvaient constituer des nations du fait même de cet enchevêtrement récent de souches ethniques, de traditions, de langues, d'institutions hétérogènes; mais il s'agissait bien d'Etats car ils avaient enfin des frontières solides et une force militaire unifiée".
«Si improductives que paraissent ces quatre cents années [V°, VI°, VII° et VIII° siècles après J.C.], elles léguaient au moins un grand résultat: les nationalités modernes, l'organisation nouvelle et la structure de l'humanité de l'Europe occidentale pour l'histoire à venir [c'est-à-dire pour les XVII°, XVIII° et XIX° siècles]. Les Germains avaient effectivement revivifié l'Europe, et c'est pourquoi la dissolution des Etats de la période germanique n'aboutit pas à l'assujettissement aux Normands et aux Sarrasins, mais à l'évolution [progressive] vers la féodalité (Engels)».
Comment va-t-on passer de la révolution nationale à la révolution internationale alors?
"La révolution nationale n'est pas notre révolution, la revendication nationale n'est pas notre revendication, et elles ne représentent pas pour l'homme la conquête d'un avantage irréversible et éternel. Mais le marxisme les considère avec intérêt, voire avec admiration et passion, et lorsque le cours de l'histoire les remet en cause il est prêt, en temps et lieu décisifs, à se lancer dans la lutte pour elles. Ce qu'il faut étudier, c'est le degré de développement des cycles historiques, en délimitant correctement les aires et les phases. Si mille ans se sont écoulés entre le développement des peuples primitifs du bassin méditerranéen et celui de l'Europe continentale, il est parfaitement possible que le cycle national moderne de l'Occident soit clos alors que celui des peuples d'une autre race, d'un autre cycle et d'un autre continent reste encore ouvert avec son potentiel révolutionnaire pour une longue période.
«On a en outre reproché aux communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité. Les ouvriers n'ont pas de patrie. On ne peut leur prendre ce qu'ils n'ont pas».
Après une affirmation de principe aussi radicale, il n'était pas question d'ajouter: les ouvriers n'ont pas de nationalité. C'est un fait que les ouvriers sont français, italiens, allemands, etc., non seulement par leur race et par leur langue (nous savons combien il y aurait à redire sur ces deux facteurs), mais par leur appartenance physique à un des territoires gouvernés par l'Etat national des bourgeois, qui influe considérablement sur les vicissitudes de leur lutte de classe, et même sur la lutte internationale. Cela est bien clair."
Non c'est pas clair!


PETIT COURS DE NOVLANGUE

La Novlangue est une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l'expression des idées potentiellement subversives et à éviter toute formulation de critique de l’État, l'objectif ultime étant d'aller jusqu'à empêcher l'« idée » même de cette critique1.
Langue officielle d’Oceania, le novlangue a été créé pour satisfaire les besoins idéologiques de l’Angsoc (pour English Socialism) : il doit favoriser la parole officielle et empêcher l'expression de pensées critiques, donc hétérodoxes (comme le navet de Houellebecq qui esquive le présent)
De plus, si la langue possède le mot « bon », il est inutile qu’elle ait aussi le mot « mauvais », car cela suppose l'existence de nuances entre ces deux termes. Le concept « mauvais » est donc détruit pour être remplacé par le « non bon », fabriqué en ajoutant un préfixe marquant la négation (cela donnera « inbon »). En « oldspeak anglais » cela donne : « good », « ungood » et « plusgood » et même « doubleplusgood ».

Outre la suppression des nuances, le novlangue est une incarnation de la double-pensée.
La double signification des mots possède le mérite (pour ses créateurs) de dispenser de toute pensée spéculative, et donc de tout germe de contestation future. Puisque les mots changent de sens selon qu’on désigne un ami du parti ou un ennemi de celui-ci, il devient évidemment impossible de critiquer un ami du parti, mais aussi de louer un de ses ennemis.
Prenons pour exemple le mot « noirblanc ». Quand il qualifie un ennemi, il exprime son esprit de contradiction avec les faits, de dire que le noir est blanc. Mais lorsqu’il qualifie un membre du Parti, il exprime la soumission loyale au Parti, l’aptitude à croire que le noir est blanc, et plus encore, d’être « conscient » que le noir est blanc, et d’oublier que cela n’a jamais été le cas (grâce au principe de « doublepensée »).
L'islam est le culte de l'ignorance systématisée comme le prévoit 1984 (qui visait le stalinisme de 1948): Dans 1984, Syme, un fonctionnaire mettant au point le novlangue, explique précisément la notion de novlangue :
« "Ne voyez-vous pas que le véritable but du novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? À la fin, nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n’y aura plus de mots pour l’exprimer. Tous les concepts nécessaires seront exprimés chacun exactement par un seul mot dont le sens sera délimité. Toutes les significations subsidiaires seront supprimées et oubliées [...]. Le processus continuera encore longtemps après que vous et moi nous serons morts. Chaque année, de moins en moins de mots, et le champ de la conscience de plus en plus restreint. Il n’y a plus, dès maintenant, c’est certain, d’excuse ou de raison au crime par la pensée. C’est simplement une question de discipline personnelle, de maîtrise de soi-même. Mais même cette discipline sera inutile en fin de compte. La Révolution sera complète quand le langage sera parfait. [...] Vers 2050, plus tôt probablement, toute connaissance de l’ancienne langue aura disparu. Toute la littérature du passé aura été détruite. Chaucer, Shakespeare, Milton, Byron n’existeront plus qu’en versions novlangue. Ils ne seront pas changés simplement en quelque chose de différent, ils seront changés en quelque chose qui sera le contraire de ce qu’ils étaient jusque-là. Même la littérature du Parti changera. Même les slogans changeront. Comment pourrait-il y avoir une devise comme « La liberté c’est l’esclavage » alors que le concept même de la liberté aura été aboli ? [...] En fait, il n’y aura pas de pensée telle que nous la comprenons maintenant. Orthodoxie signifie non-pensant, qui n’a pas besoin de pensée, l’orthodoxie, c’est l’inconscience." » (1984, Chapitre V)

EBAUCHE DU PETIT DICO DE LA NOVLANGUE CUCULTUELLE FRANCAISE

Cette novlangue tout à fait conforme aux préceptes orwelliens permet tous les raccourcis et clichés bourgeois que vous pouvez subir quotidiennement à la télé, en réunion syndicale ou avec un gauchiste qui essaie de vous refiler son canard au coin du marché.

Antifascisme: tout lycéen en âge de faire de la mobylette et de porter un casque peut devenir un antifasciste confirmé à condition de crier au réveil "Le Pen salaud le peuple aura ta peau".
Complotisme : l'interprétation type des pauvres cons, plus complexe et plus pertinente que la version officielle ou les faits eux-mêmes. Duduche apporte la vérité cachée à Ahmed ou l'inverse. La théorie du complot va dévoiler la vérité. Ils sont les initiés par rapport à la masse qui n’arrive pas à voir qu’on lui ment. Adhérer à une théorie du complot, c’est adhérer à une vision critique du monde qui nous entoure, que ce soit au niveau politique ou médiatique. Sous-entendu, les gens qui nous gouvernent et nous informent sont des menteurs. Ce qui signifie surtout qu'il n'y a jamais de complot en politique car les élections, leur organisation et déroulement sont le fait de gens honnêtes, choisis pour défendre le peuple, rien que le peuple.
Devoir (de citoyen): des gens sont morts pour que tu puisses voter.
Identité : Il y a un problème d'identité avant un problème de religion. La première génération d'immigrés musulmans, souvent maghrébins, n'avait pas de difficultés liées à la religion. Le problème arrive avec la deuxième, troisième et maintenant quatrième génération. Pour elles, en attaquant l'islam, vous attaquez plus leur identité que leur foi. Poil au foie.
Haine : un seul parti diffuse la haine le FN c'est pourquoi on prononce Fhaine.
Islam : religion de paix et d'amour
Islamophobie : Le terme « islamophobie » suggère à l'origine une peur collective de la religion musulmane. Mais il s'impose depuis quelques années comme l'ensemble des réactions de rejet vis-à-vis des personnes musulmanes (ou supposées telles). En effet, si le suffixe « phobie » désigne étymologiquement une peur, son sens a dévié et peut désigner communément une notion d'« hostilité sociale », comme dans les mots xénophobes, homophobes, etc.". (définition de l'immonde, je ne la valide pas du tout, elle se ridiculise d'elle-même).
Race: il n'existe plus de races il n'y a qu'une race humaine. Ceux qui parlent de races au pluriel sont des racistes. L'espèce humaine n'existe plus non plus car les animaux en font partie, il est prouvé qu'ils sont sensibles.

Racisme : Tous ceux qui ne pensent pas comme moi, ne couchent pas avec moi et n'enlèvent pas leur béret quand je les croise.







1Deux sourates sur les 200 hyper violentes:  « Exterminez les incrédules jusqu’au dernier »« Tout juif qui vous tombe sous la main, tuez-le »...
2Nouvel Obs fin janvier 2015.
3Sincère retournement de veste de l'élu du parti bourgeois, à l'époque de l'affaire du collège de Creil – trois gamines qui refusaient d'ôter le voile - cet ex chefaillon de SOS racisme avait hurlé avec les anges gauchistes qu'il était "scandaleux que l'on puisse au nom de la laïcité malmener les convictions personnelles"; quand, maintenant il déclare tout de go: "Creil c'est l'erreur historique de SOS. On n'avait pas compris les valeurs en jeu. Il fallait demander d'emblée que les filles soient renvoyées". Les islamo-gauchistes blâmeront ce retournement comme tactique électorale pour chasser "sur le terrain du FN"!
4Le député socialiste Razzy Hammadi est revenu sur la lâcheté et les petits arrangements des élus locaux de la gauche plurielle, qui font construire sur leurs territoires des mosquées en échange du vote des communautés musulmanes. Invité à s’exprimer aux micros d’Olivier Galzi, sur I-Télé, le député de Seine-Saint-Denis et ancien président du Mouvement des jeunes socialistes a donc dénoncé les « lâchetés » des élus locaux face à la montée du communautarisme, avant d’avouer que « certains (élus locaux) ont négocié les mosquées contre des voix »


5En Afrique francophone, et plus particulièrement en Côte d'Ivoire, l'expression « Les jaloux vont maigrir » symbolise la force de la jalousie, travaillant le jaloux jusque dans ses chairs. Cette expression a été popularisée par le chanteur Mokobe du groupe 113 dans sa chanson au titre éponyme.
6Myriam Benraad préfère les concepts d'humiliation et de revanche, comme elle l'écrit dans Libération: "Humiliation et revanche se sont longtemps trouvées liées au terrorisme, le facteur psychologique fondant bien souvent le recours à la terreur en précédant la lutte politique en tant que telle. Le jihad, très tôt justifié au nom d’une revanche des musulmans contre les interférences et l’oppression d’un Occident judéo-chrétien impérialiste et diabolisé, est donc aussi la manifestation d’émotions, au-delà de ses soubassements plus politiques et des préjugés culturalistes usuels concernant une supposée «prédisposition» de l’islam ou encore de la culture arabe à la violence". Drôle de revanche!
7Cf. L'opposition à la guerre impérialiste, ed lbc).
8 Dans l'émission de L.Ruquier, l'anar camusien mandarin de l’Université populaire de Caen s’est lamenté que la gauche jette l’anathème sur un Alain Finkielkraut, au prétexte que sa dénonciation d’une école qui fabrique des crétins, et maintenant des barbares, fait le jeu du fascisme (AF le voit partout) alors que cette même gauche "ne cesse d’abandonner la patrie, la nation et l’éducation à l’extrême droite". Michel Onfray a conclu en souhaitant que l’on puisse, à gauche, aborder la question de l’islam sans verser « dans une vision islamophile irénique en laissant dire qu’elle est une religion de paix, de tolérance et d’amour ». Onfray fait partie des adeptes de la déradicalisation par l'institution d'un islam de France doux et tolérant.

9Pour ceux qui veulent se colleter avec l'argumentaire de l'ex-moustachu, extraits: "Bon, autrement dit, ce n’est pas pour rien qu’il n’y a chez Marx ni une théorie de la politique, ni une théorie de la culture, parce que la politique et la culture c’est actuellement dans l’Etat ou la nation, dans l’Etat national que ça se passe. C’est évident que la politique ça n’existe pas chez Marx, c’est tout de même gênant ! Il n’y a pas de théorie de l’organisation, il n’y a même pas de théorie qui rendre nécessaire une organisation. Je veux dire qu’il y a des lacune immenses chez Marx et je crois que toutes ces lacunes, qui sont plus que des lacunes, qui sont des contradictions logées au corps du système, elles ont lieu dans la nation. C’est dans cette petite lacune que se cristallise, que se concentre tout le non-dit du marxisme. Mais ce non-dit, quand tu le dis, ça fait exploser le reste. En ce sens, je pense que la nation c’est vraiment le noyau atomique dans la déflagration du marxisme en tant que théorie et du socialisme en tant que pratique. Exemple : ce qui s’est passé depuis cent ans. Alors que s’est-il passé depuis cent ans ? Nous pouvons maintenant en parler. Je t’ai livré quelques présupposés qui sont nécessaires… Maintenant, on peut localiser des questions de détail, on peut si tu veux les fonder.
"moi je dis parce que toutes les fois qu’on veut imposer le régime socialiste contre l’affirmation d’une identité nationale, c’est le régime socialiste qui perd. Parce que, ce que l’histoire montre, c’est que le prolétariat contre la nation, c’est le pot de terre contre le pot de fer. Toute l’histoire contemporaine montre que les dictatures du prolétariat ne se sont implantées que lorsqu’elles se sont assimilées à une lutte de libération nationale ou à la sauvegarde de l’identité nationale. Il y a une chose très frappante, c’est la façon dont Marx rend compte de la Commune. Car quand on étudie la Commune tant soit peu, il y a une dimension qui éclate à la gueule du premier venu, c’est la dimension patriotique. Et même chauvine ! Et Marx qui a imposé sa mythologie de la Commune, puisque c’est à travers sa grille qu’on la déchiffre, a complètement liquidé cet aspect de sursaut patriotique contre l’envahisseur. Pourquoi on fout Trochu et Jules Favre à la porte ? Parce qu’ils n’ont pas su lever le siège de Paris, parce que les percées qu’ils ont essayé d’opérer ont été des percées faibles, bref parce qu’on les accuse de complicité avec l’ennemi ! Il y a une dimension patriotique extrême dans la Commune, qui naît d’un sursaut patriotique. Chez Marx, on n’en parle pas".
"Du côté des pays capitalistes, dans toutes les périodes de crise, on a constaté que l’identification à la nation était toujours plus forte, même dans le prolétariat, que l’identification à la classe. Je veux dire dans les grandes masses. La crise de la social-démocratie en 1914, ce n’est pas seulement la trahison d’une poignée de chefs – idée contre laquelle Lénine s’est insurgé. Ce n’est pas seulement la conséquence historique de toute une période sociale avec la formation des pays impérialistes et par là même d’une aristocratie ouvrière.
C’est je crois quelque chose de plus profond (on a d’ailleurs retrouvé des choix analogues dans des alternatives du même genre dans d’autres circonstances) : je veux dire que la division horizontale en classes est apparue dans l’histoire des sociétés beaucoup plus tard que la division culturelle segmentaire : ethnie, nation, peuple, et qu’il y a une loi anthropologique, aussi bien dans l’organisation psychique que dans l’organisation sociale, aussi bien de l’ontogénèse que de la philogénèse, et qui est que les couches les plus profondes d’une formation nationale ou d’une personnalité sont celles qui résistent le mieux. Autrement dit, que l’archaïque, c’est le noyau dur. C’est ce qui est le plus ancien et le plus actif. Donnée psychanalytique et historique de base."

10A lire sur le site Mezetulle. J'avais déjà relevé cette conversion bizarre de Carlos dans mon livre Immigration et religion.
11Le terme « islamophobie » suggère à l'origine une peur collective de la religion musulmane. Mais il s'impose depuis quelques années comme l'ensemble des réactions de rejet vis-à-vis des personnes musulmanes (ou supposées telles). En effet, si le suffixe « phobie » désigne étymologiquement une peur, son sens a dévié et peut désigner communément une notion d'« hostilité sociale », comme dans les mots xénophobes, homophobes, etc.". Belle déviation grammairienne en effet, les procureurs de la novlangue sont débiles.


12Devra-t-on créer aussi un Conseil contre la francophobie, notoire et répétitive: "les françaises sont des salopes", "une arabe qui sort avec un gaulois est une salope", etc.
13On peut surtout supputer qu'il fait montre d'un chauvinisme français de bon aloi pour justifier un nationalisme juif car il semble choqué par la déclaration de Tony Judt, essayiste autrement pertinent. Dans un article publié en 2004 dans la revue Le Débat, l'historien anglais Tony Judt écrivait que «dans un monde où les nations et les hommes se mêlent de plus en plus et où les mariages mixtes se multiplient, où les obstacles culturels et nationaux à la communication se sont presque effondrés, où nous sommes toujours plus nombreux à avoir des identités électives multiples, et où nous nous sentirions affreusement gênés s'il nous fallait répondre à une seule d'entre elles ; dans ce monde, Israël est véritablement un anachronisme.»
14"Quant à ceux qui assimilent les offensives djihadistes à une expression des rivalités "inter-impérialistes", ils se révèlent pour le moins frappés de cécité ou plutôt se mettent à eux-mêmes des œillères pour tenter conforter leurs schémas habituels et éculés. Les piliers fondateurs et incontournables du capitalisme ne sont pas les religions mais : le productivisme, l'industrialisme, le consumérisme et la réification du vivant. Comme l'indiquait Claude Bitot récemment, parler de "barbarie capitaliste" est un non-sens : nous tous, vivons depuis 1945 dans un monde relativement stable, qui nous a apporté confort, sécurité (même si elle est toujours restée relative), consommation et loisirs. Les barbares islamistes se sont développés en opposition justement à la modernité capitaliste.
    Par ailleurs, le monde actuel avance tranquillement mais sûrement vers sa crise définitive : définitive, au sens où la forme sociale capitaliste se sera effondrée, au sens où l'alternative de l'humanité sera barbarie ou cours vers le communisme". (JL O)
15J'actualise car Dangeville a écrit tout cela il y a quatre décennies et n'a jamais connu Daesch et consorts.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire