"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

vendredi 1 octobre 2010

MORTEL COMBAT OU UN STUPEFIANT DEBAT DANS LES TRANCHEES DE LIBERATION ?



LES CAUSES DE LA PREMIERE BOUCHERIE IMPERIALISTE MONDIALE SUJET TOUJOURS BRULANT

Sur un champ de bataille de Libération, pardon sur un forum pacifiste à la suite de l’article « Dimanche, l’Allemagne aura fini de payer les réparations de la Première guerre », ça a bardé. Dans nos tranchées virtuelles, ça vole bas parfois, personnes sensibles s’abstenir de lire ce message-blog ou enfiler un masque à gaz. Le site de retransmission de Libération doit avoir un problème pour la réception des messages radios des combattants car ils sont publiés dans le désordre au milieu des schrapnels et des explosions de rage des combattants internetisés.
Le feu ayant duré du jeudi au samedi, des dates sont inversées et il est parfois difficile de s’y retrouver pour savoir qui répond à qui et à quel général à quel trouffion. Essayons de rétablir ici l’ordre des questions et réponses sans nous laisser dominer par les aléas de la bataille.
Picsou avait d’abord bien jeté d’indignation son casque au sol devant cette vieillerie d’un siècle (pourquoi pas rembourser les emprunts russes ?) : « J'y crois pas! Incroyable cette histoire! Cela a vraiment quelque chose de honteux surtout lorsqu'on sait que les conditions de traité de 1918 étaient telles qu’elles menèrent tout droit à Hitler ». Talpha tentait de dévier : « C’est bien… Ils peuvent commencer à rembourser la seconde… ». Moonmartre revenait à la surprise légitime du lecteur : « Vous voudriez que les jeunes allemands se sentent responsables des conneries de leurs aïeux? Et pour quelle raison? S'il faut que je fasse mon mea culpa pour les conneries de ce cher pays "France", çà va être très long. On remonte jusqu'où dans l'histoire ? ». Elyian ne voit pas le rapport « de tout amalgamer et de critiquer les allemands pour des événements datant de 60 ans. Sinon la colonisation ce n’était pas le club Med non plus. Vous voulez quoi qu’on attribue une médaille à la France parce que Hitler a fait pire qu’elle ? ». Marc 75, un lieutenant gras du bide, veut vraiment faire raquer les boches et les hitlériens : « Et les coûts de la seconde guerre mondiale? L'Allemagne ne les paierait elle qu'en mea culpa éternels? On tend à nous faire croire depuis des décennies que les nazis étaient une sorte d'espèce extra terrestre, alors que la majorité du peuple allemand soutenait cette barbarie. Les allemands qui ont la trentaine aujourd'hui savent très bien que leurs grands parents soutenaient ern grande partie le régime nazi et que les armées nazies avaient tout le peuple allemand derrière elles. Juste une petite parenthèse pour simplement rappeler que l'Allemagne n'a jamais fait son auto critique ni payé pour son soutien infaillible au régime nazi. Les films de propagande sur les attentats manqués contre Hitler ou les glorifications exagérées sur la résistance interne au nazisme ne masqueront jamais cette réalité manifestement bien dérangeante pour certains... Les 20 millions de victimes de la seconde guerre mondiale attendent cette reconnaissance collective des crimes par les allemands. L'argent ne rachète pas tout ».
Je n’avais pas lu tous les commentaires des soldats de la tranchée la plus boueuse lorsque je prends connaissance de l’article d’info de Libé que je qualifie d’aberration : « On en apprend tous les jours de bonnes! Ainsi le capitalisme fait payer deux fois à l'Allemagne: une première fois en la poussant à la misère, à l'isolement et à la guerre, et une deuxième fois... près de cent ans après! Le capitalisme est bien un système pervers... Quand la France va-t-elle régler ses dettes pour occupation de la Ruhr, et pour ses pillages dans les colonies? ». Un beauf chauvin me saute illico dessus, Lecandide, médaillé de celle de 1870 : « Juste une question, "ainsi le capitalisme fait payer deux fois à l'Allemagne". Elle fait payer deux fois quoi?
Ah??? Il y a eu une guerre entre 1914 et 1918? Oh??L'Allemagne aurait déclaré la guerre à la France en 1914? Je suis sûr que Hempel va démentir ces allégations mensongères ». Je renvoie dans les cordes Lecandide : « question perverse de chauvin génétique. Pose une question à la foi au lieu de masquer ton ignorance ! ». Lecandide fait le malin en brossants son pantalon garance : « Ah, mes excuses. J’aurais dû me douter à la lecture de son post qu’Hempel était incapable de répondre à plusieurs questions qui se suivent. Alors, une seule : c’est vrai qu’il y a eu une guerre entre 1914 et 1918 où la France et l’Allemagne étaient ennemies ? ». Je réponds que la question du soudard, même seule, est stupide : « et tu ne dévoiles surtout pas ton arrière-pensée. En tout cas voici la même, si je comprends bien tes borborygmes nationalo-complexés.
1. çà ne veut rien dire "tel pays a déclaré la guerre à...", la compétition impérialiste au début du siècle dernier pousse tel ou tel pays à déclarer la guerre aux autres, en l'occurrence l'Allemagne est étranglée (ce qu'Hitler résumera très bien par "il faut exporter ou périr", doctrine de tout entrepreneur capitaliste); donc ce n'est pas parce que l'Allemagne a déclaré la guerre qu'elle fût seule responsable de la boucherie capitaliste qui a suivi.
2. deuxième exemple, en 1938 France et Angleterre déclarent la guerre à l'Allemagne: a- dis-moi pourquoi? b- qui est responsable de la seconde boucherie mondiale? ».
Lecandide, droit dans ses vieilles bottes, veut me ridiculiser : « Que d’informations dans ce post. Nous partions de 1914; à cette date, ça ne veut rien dire qui déclare la guerre à l'autre. C'est déjà un scoop. Et en un clin d'oeil nous voila en 1938: Et on apprend que la France et l'Angleterre déclare la guerre à l'Allemagne! Mince, moi qui croyait que c'était en 1939! J'aurais juré que l'Allemagne avait déclaré la guerre à la Pologne en 1939, avec un pacte de défense nous obligeant à la soutenir en cas d'agression! Bon, j'arrête là la discussion avec quelqu'un qui parle de " borborygmes nationalo-complexés dont les théories fumeuses ne peuvent venir que d'un malade. Note aux libénautes: si, si, c'est écrit! Vérifiez si vous ne me croyez pas: des borborygmes nationalo-complexés!. Au fait pourquoi des borborygmes nationalo-complexés et pas des complexes nationalo-borborygmeux? Ou des borborygmes complexo-nationaux? C'est le mystère! Ceci dit il aurait pu y avoir des complexes génétiques chauvins nationalo-borborygmeux ».
Le probe Talleyrand7 vient à ma rescousse : « Hempel ne répondez pas au candide Et comme on dit, si certaines provinces françaises sont devenues allemandes, d'ou le surnom de "LAPINS" à une certaine catégorie de français. C'est que le lapin est un spécialiste du "détaler "car même son ombre lui fait peur. C'est pour celà que les ancêtres au candide de retrouvèrent démobilisés en 14 car c'étaient les premiers à avoir une cicatrice dans leurs derrièresdes héros d'opérette, qui avaient les meilleures places dans l'administration pendant que les vrais, "eux " se battaient au "chemin des dames " et en Somme. Suivez le regard et regardez la descendance... Hempel , um himmels willen laissez ce hampelmann, c'est un troll ump Le Feldmarchal Von Moltke qui dirigeait les opérations en 14-18 , à écrit lui-même un livre sur la stratégie et la tactique des plus remarquables.. "L'Infanterie française, une très vaillante et courageuse infanterie, parmi les meilleures au monde... Et il finit ..." Grand dommage qu'elle soit commandée par des officiers imbéciles et incapables.." Quand on voit certains idiots, ériger des statues à des généraux comme "Mangin" qui étais surnommé "LE BOUCHER DE VERDUN" celà prouve que la bêtise des plus crasses n'à pas de fond... En 14 un fusil pour deux fantassins français, (LEBEL), une mitrailleuse (Hochepot) qui avait tendance à s'enrayer lors des combats, l'intendance pas mieux des vareuses et capotes d('été pour l'armée dans les hivers 1915, aussi des spahis et autres corps qui sa battaient en été dans les champs de blé habillés de pantalons rouges vifs et vareuses bleues à boutons dorés... Des cibles parfaites dans les champs de blé. Pauvre infanterie française de grande valeur, sacrifiée par des idiots... Beaucoup d’officiers qui se prenaient pour des élites comme le candide étaient bêtement abattus par des tireurs d'élite alors qu'ils paradaient comme des coqs sur les tranchées pour montrer qu'ils n'avaient pas peur de la mitraille... C'EST A CELA QU'ON RECONNAIT LES IMBECILES ILS OSENT MÊME S'OPPOSER A LA RAISON ».
Je remercie évidemment mon camarade de combat Talleyrand : « Merci et OK avec vous. Je ne répondrai pas au délirant pervers, mais je constate avec pitié que le chauvinisme ne peut plus qu'éructer de manière délirante et impuissant à argumenter. (bon je me suis trompé sur la date de la déclaration de guerre de la part de la minable armée française, mais c'est parce que ça a pas commencé tout de suite, ils ont attendu un an des deux côtés du Rhin de 39 à 40... se demandant s'il n'y aurait pas un nouveau 9 novembre 1918 à Berlin et une nouvelle Commune de Paris côté parisien. Hélas le prolétariat avait bien été écrasé par les idéologies staliniste, démocratique et fasciste. Il paraît en tout cas que Hitler (et la bourgeoisie allemande) craignaient la "puissance" de l'armée française... Depuis on a eu plein d'autres lignes Maginot pour ridiculiser l'ex-grande puissance mondiale... (il faut savoir que, malgré la fin du front populaire très réformiste, l'Etat français avait donné consigne de ne pas joindre l'équipement militaire pour les avions montés dans les usines... un des éléments de plus qui favorisa l'incurie des militaires, puis ce fût la grande débandade des officiers en premier... je pense que la classe ouvrière, même impuissante, se souvenant des massacres des parents en 1914, a aussi pris les jambes à son cou dans la débâcle générale. Il faudra attendre 4 terribles années avant que 2 millions d'ouvriers italiens ne viennent déranger les belligérants pour dire stop à la gigantesque boucherie civile surtout. La fin de la guerre ne dépendit cependant pas de la menace du prolétariat (sinon on aurait eu une nouvelle révolution mondiale) ni des victoires militaires mais des tractations dans les deux camps, avec leurs sordides marchandages pour se repartager le monde ».
Un de nos grands blessés, Tatort rejoint depuis l’infirmerie les analyses de Talleyrand : « OK. Bonne analyse, je complèterai en disant qu'il y a eu pire que Mangin, à savoir Joffre, et 95 ans après je n'arrive toujours pas à admettre que toutes les villes de France possèdent une rue à son nom. Il est responsable des 400 000tués pour nos 5 premiers mois de guerre, dont la terrible journée du 22 août qui nous coûta au moins 25000 hommes. Spécialisé sur cette guerre depuis plus de trente ans et vivant sur des lieux où les combats furent sanglants (je retrouve chaque année sur mon terrain shrapnells, têtes d'obus, gros éclats d'acier, etc...), je n'arrive toujours pas à comprendre cet entêtement qu'ont eu nos chefs à offrir des poitrines faces aux importantes mitrailleuses allemandes et leurs artillerie lourde. Pour preuve le haut commandement britannique, qui envoie au massacre ses divisions le 1er juillet 1916 dans la Somme. Après 2 années de guerre ils n'avaient toujours pas tiré le moindre enseignement sur les pertes de telles attaques imbéciles. Les anglais détiennent d'ailleurs le triste record de cette journée: 27000 tués. Je terminerai en rappelant que Gamelin qui nous conduisit au désastre de juin 40, était en 14 un des sbires de Joffre, dans son état major ».
Avec émotion et mon complet soutien Talleyrand7 revient à la charge contre les sous-beaufs comme Lecandide : « Quand j’avais 12 ans, Je passais mes vacances dans un vieux village breton (famille de ma mère) j'ai trouvé dans les tiroirs de mes grands parents et arrières grands parents des médailles et citations pour récompenser la bravoure des poilus tombés au combat. Du métal vil, sans valeur, voilà la première pensée qui me vint à l'esprit, est -ce donc là le prix de la valeur d'une vie humaine?Je suis de descendance alsacienne et de mes arrières grands parents (hommes) et grands-oncles se trouvant en frères à table, l'un dans un uniforme de dragons cuirassiers lourds, l'autre dans celui des uhlans du Kaiser Wilhelm III. Je n'ose penser à mon aïeule -grand -mère déchirée de voir ses fils happés par cette guerre , car dans les deux camps ce ne sont que des hommes aimants et souhaitant une vie normale que la politique des imbéciles à arraché à leurs vies de garçons, de fils , de maris et de pères...Toute cette imbécilité crasse reposant sur des chants guerriers idiots pour gagner un pré-carré d'herbe sans valeur. Mon arrière grand père Georges (uhlan) est tombé à la charge de Reichshoffen. Mon grand oncle Lucien (dragon) à la bataille du Hartmannswillerskopf. Mon père fut incorporé de force lors de la seconde guerre mondiale Stalingrad . Il était médaillé et nommé au titre de "Combattant de l'Europe". J'ai pour ma part servi dans un Détachement d'Assistance Opérationnelle en tant que breveté S.O.T.G.H(saut opérationnel à très grande hauteur) au G.C.P ( Commandement des Opérations Spéciales) du 1er RPIMA (régiment parachutiste d'infanterie de marine)
EN CLAIR....J'EMMERDE ""LE CANDIDE "" "" CE PAUVRE CON (en majuscules)ET TOUTE SA RACE DE HEROS DE COMPTOIR QUI VEULENT DERRIERE LEUR BALLON DE ROUGE DONNER DES LECONS DE CYNISME, et de savoir aux autres intervenants de ce forum...Encore un idiot qui à sa langue fourrée dans le derrière des Joffre ou des Mangin. LE CANDIDE...UN GROS CON CYNIQUE !!! ».
Tatort remercie Talleyrand pour son témoignage : « Eh oui. Merci. Pour info, et pour abonder dans le même sens, le neveu de Jules Ferry, Abel Ferry parlementaire de l'époque et faisant partie du comité secret à la guerre, allait sur le front sans cesse. Il remarqua qu'entre fin octobre 14 et le début du printemps 1915, les gradés au delà de 3 barrettes n'étaient plus tués!!! Ils avaient compris pour eux-mêmes que ''le feu tuait'', ils se mettaient bien à l'abri, mais n'hésitaient pas à envoyer les autres au casse pipe. Il fut tué sur le front en septembre 18, en allant essayer notre nouvelle mitrailleuse. Cependant il avait noté toutes ses remarques, et toutes ses interventions, sur le dysfonctionnement de nos armées. Ces fameux ''carnets secrets' furent interdits de publication, jusqu'en 1957. A leur lecture, on prend encore plus conscience de tout ce gâchis. 14-18, c'est quand même 2 tués français par mètre de front, soit 700 tués par jour!!! ».
Moonmartre, général en retraite, vient nous soutenir : « A Tatort et Hempel, merci pour vous 2 et à d'autres pour vos avis affûtés. Vous l'êtes plus que moi sur ce sujet brûlant. Ayant lu quelques articles sur l'état de notre équipement militaire et plus encore de "ces " Généraux, je me suis toujours demandé comment on a pu la gagner cette putain de guerre, hormis avec les taxis de Verdun. D'ailleurs "Les sentiers de la gloire" de Kubrick, ont montré le vrai visage de nos bouchers Généraux; a tel point qu'il ne fut pas diffusé pendant 15 ans chez nous. Pitoyable pays, jaloux de la réussite économique de son voisin ».
Talleyrand revient apporter des précisons : « Aussi vu que vous et moi et Hempel semblent y connaître quelque chose mais que nous ne voulons pas paraître arrogants dans notre savoir (la vie est courte) ..J'ajouterais qu'il est courant pour certains non férus de faire des erreurs
des plus courantes. Ainsi... Le comte Helmuth Karl Bernhardt Von Moltke 1800-1891 sous Bismarck qui écrivit dans la ligne des travaux de Carl Von Clausevitz son fameux "Testament" notes sur la tactique , la stratégie , et tout ce qui se rapporte à la connaissance de l'effort de guerre. Est-il souvent assimilé à Helmuth Johannes Ludwig Von Moltke 1848-1916 Qui est le neveu du premier et qui perdit ,lors de l'application du "Plan Schlieffen",de la faute de la mauvaise coordination des mouvements de troupes , incriminés à ses généraux , Von Klück et Von Bülow la "bataille décisive " de la Marne, Joffre tirant profit de cette faiblesse en attaquant l'armée allemande de flanc , cette bataille décisive sonna la fin de la der des der. En somme et sans mauvais jeu de mots l'aristocratie militaire allemande avait une haute opinion de ses hommes et chaque fantassin était correctement équipé, respecté , et formé, contrairement à l'infanterie française... Ces deux chefs de guerre ont toujours fortement appréciés la valeur guerrière et le courage de l'infanterie française; mais déploraient qu'elle soit sacrifiée par goût de recherche de renom par des imbéciles d'officiers supérieurs... Ludwig Von Moltke écrivit dans ses"errinerungen " toutes les faiblesse ahurissantes qu'il avait remarqué sur le plan , de la stratégie, de la tactique, de l'intendance et de l'approvisionnement et équipement des poilus, qu'il trouva proprement scandaleux... L'Etat Major Français était pour cette aristocratie militaire allemande. Un ramassis d'imbéciles présomptueux, non respectueux de la vie de leurs hommes. Rien ne change, hormis les saisons ».
Une certaine « victoire » (un spadassin chauvin ou une infirmière chauvine ?) vient me demander ensuite quelle est ma thèse sur le Japon ? Je lui indique la même réponse qu’au faux candide : « un peu de jugeote voyons ! ». Victoire surenchérit : « Un peu de jugeote de votre part oui, votre avis était seulement un prétexte pour Hitler, le Japon était dans notre camp lors de la der des ders, donc si vous appliquez votre thèse, il n’aurait pas dû être dans le camp nazi. » Je réponds illico : Notre camp ? Celui de la bourgeoisie en guerre ? Et apprenez à vous exprimer un peu mieux ». Le chauvin Pete en est révulsé : « Pitié. Celui de la « bourgeoisie en guerre ». Mais qu’est ce qu’il ne faut pas lire comme connerie. »
Le chauvin(e) revanchard(e) Victoire revient à la charge, prêt à dégoupiller sa grenade, confusément mais, sarcastique, sur mon premier constat l’aberration de ce remboursement 100 après : « Vous avez raison : Une aberration! On en apprend tous les jours de bonnes! ainsi le capitalisme fait payer deux fois à l'Allemagne: une première fois en la poussant à la misère, à l'isolement et à la guerre, et une deuxième fois... près de cent ans après! Le capitalisme est bien un système pervers... Quand la France va-t-elle régler ses dettes pour occupation de la Ruhr, et pour ses pillages dans les colonies? On, qui est "on" On en apprend tous les jours de bonnes, belle phrase. Vous pourriez vous expliquer un peu mieux et ne pas englober tout le monde. La Ruhr a construit toute l'artillerie d'Hitler, les Panzers en pillant les autres pays occupés. La bataille de la Somme en 1916 a fait 1 400 000 victimes dont 57 000 anglais en un seul jour. La bougeoise (sic, JLR), elle ne part pas en guerre, Les insultes, après une bonne analyse, viennent régulièrement de révionnistes, porteur de la croix gammée. D'un point écologique, la Rhur a continué après la seconde guerre mondiale avec le plan Marshall de produire même occupée en produisant de belles pluies acides et lorsque le vent était à l'Est sur les Vosges. Comme dirait Pierre Dac, les menteurs et les cons ne sont pas toujours du côté que l'on croit. Les Allemands ne doivent pas payer 1000 ans la faute des Nazis, mais il n'est pas besoin de raconter autant de contre sens, la RFA a toujours été capitaliste, et si Vous dites que Mme Merkel ne l'est pas, vendre en Chine ne la dérange pas. Un blocus de la Chine de sa part serait bienvenu. Il faut être logique avec vous-même, son capitalisme est pervers "lorscon" a échappé au communisme. Et puis laisse béton. Votre héritage historique m’a l’air un peu perturbé ».
Ptivince, ancien syndicaliste aux armées, très applaudi pour sa science par sous-beauf Lecandide, vient pour corriger des « erreurs historiques » : « Le traité de Versailles est déjà une version bien amoindrie du plan français, amputé de pas mal de trucs par les US et Anglais... Les US pour raisons "humanistes" et morales, les anglais car ils ne faisaient pas confiance en leur nouvel allié (équilibre européen, etc..), et par nécessité d'un État fort à opposer à l'URSS ont tout fait pour éviter le découpage de l'Allemagne. Je tiens à rappeler qu'à l'époque, détruire un empire n'est pas inconcevable (il suffit de voir le sort de l'Autriche-Hongrie), et que le respect des frontières historiques est ... aléatoire (cf. les Balkans post 1918 et la Pologne post 1945). Si le plan français avait été appliqué (i.e. rive gauche du Rhin pour la France, vaste zone démilitarisée, et Allemagne recoupée comme à l'époque du Saint Empire Romain Germanique, désindustrialisation massive) tu peux être assuré que la WWII n'aurai jamais eu lieu. Des tas de conflits, sans aucun doute, mais pas aussi massifs). Si l'Allemagne à pu entretenir cette idée de "diktat" et de vengeance nécessaire, c'est surtout à cause de deux légendes:
-L'Allemagne a perdu à cause de traitres à l'arrière, l'Armée n'était pas vaincue.
-Donc le traité est inacceptable, vu que l'Allemagne n'a pas perdue la guerre.
L'erreur des alliés, quelque soit le plan de paix retenu au final, c'est de ne pas avoir obtenu de capitulation sans conditions à Berlin ».
Je réponds à Ptivince qu’il a tout faux : « mais j'ai déjà répondu à ces sornettes, Fredbel et sergent Lecandide refusent de répondre aux questions concernant les causes de la guerre, concernant les responsabilité de la bourgeoisie, et sont ignorants de l'histoire réelle: c'est le prolétariat allemand qui a arrêté la guerre mondiale le 9 novembre 1918, ratifié par la bourgeoisie internationale le 11, mais des historiens du même bord (droite caviar ou troll) que ces interlocuteurs superficiels, soutiennent que ce sont les bons généraux allemands qui se seraient inclinés devant la défaite... Hé Hé pourquoi alors les alliés ont-ils laissé canons et lance-flammes aux corps francs? Ne vous bousculez pas pour répondre ».
Ptivince revient mais pour se répéter : « Je vais m’auto-quoter : « "Si l'Allemagne à pu entretenir cette idée de "diktat" et de vengeance nécessaire, c'est surtout à cause de deux légendes:
-L'Allemagne a perdu à cause de traitres à l'arrière, l'Armée n'était pas vaincue.
-Donc le traité est inacceptable, vu que l'Allemagne n'a pas perdue la guerre. L'erreur des alliés, quelque soit le plan de paix retenu au final, c'est de ne pas avoir obtenu de capitulation sans conditions à Berlin."Je ne vois pas où je dis que se sont les généraux qui se sont seuls inclinés... Je ne vois pas non plus où je nie les troubles dans les arrières, où je nie les républiques socialistes, l'assassinat de Rosa Luxemburg par les Socs dems, etc... Je dis que si l'armée allemande avait été clairement défaite et l'Allemagne largement envahie, personne n'aurait pu propager la légende de l'armée "trahie" ».
Je m’insurge contre l’argument platement chauvin de Ptivince, quitte à jeter le trouble dans l’ encasernement : « Ce que vous ne comprenez pas tous dans ce forum, où Felwebell est le plus caricatural de la soumission à l'interprétation bourgeoise de la guerre, c'est l'enjeu de la confrontation des classes et le danger représenté par la révolution russe en toile de fond (Hitler a été choisi essentiellement pour faire barrage aux "rouges" en Europe, c'est sa mission première pas les juifs mais le prolétariat en révolution (il le dit clairement aux juges lors de son procès de 1923). Posez vous la question bon dieu! Pourquoi les armées alliées n'écrasent pas leur consoeur, la bourgeoisie allemande? La problématique est la même que l'armée allemande devant Paris qui stoppe face à l'insurrection des communards et laisse les versaillais leur régler leur compte (et en prêtant main-forte par endroits...). Si les alliés avaient continué leur offensive (mais réfléchissez un peu bordel):
1. effondrement de l'armée du kaiser
2. insurrection prolétarienne réussie à Berlin et propagation à vitesse grand V de l'insubordination dans les armées alliées (il y avait eu pas mal de fraternisation russo-allemandes au front de l'Est.
La guerre est la poursuite de la politique, et puisqu'il "faut protéger la guerre par un rempart de mensonges (dixit Churchill) continuez à suivre ses préceptes... dans l'intérêt de l'ordre dominant qui tente tous les jours de faire croire que la 3e sera définitivement impossible... or si elle sera possible si vous gobez tous les mensonges (non seulement sur la seconde, mais c'est normal vous êtes la génération du bourrage de crâne sur le seul méchant Hitler et le brave Staline) mais surtout sur la Première qui reste ancrée en notre mémoire, à nous les maximalistes révolutionnaires, comme exemplaire de la menace du prolétariat partie de Russie et s'étendant dans le principal pays industriel. Ne vous laissez pas avoir par les historiens rétribués par l'ordre scolaire, laisser nos bons classiques: Rosa Luxemburg, Rosmer, Trotsky et les dénonciations de la Gauche Communiste de France de Marc Chirik (revue Internationalisme 1944-1952) ».
Ptitvince le prend mal : « Ouais, d’accord, okay, lache moi ! Je ne donne pas de raisons à cet arrêt des armées alliés, je dis juste que les alliés se seraient arrêté à Berlin, on aurait pas eu la deuxième... Va te battre avec des gens qui te contredise, la, on parle juste pas de la même chose... ».
Je ne le lâche pas : « Ne le prend pas mal ptit prince. Je sens bien qu'on est proche. Je maintiens que la question de la continuation de la guerre était posée, d'ailleurs les généraux allemands voulaient reprendre les hostilités malgré l'armistice. La question que je voulais mettre en évidence est surtout que la raison première était de stopper le début de désagrégation de l'armée allemande, je rappelle que les premiers Conseils révolutionnaires sont surtout composés de soldats, et le risque de contagion côté armées alliées (il y a eu des fraternisations côté Alsace aussi, un film a été fait là-dessus je crois). Et enfin, chacun sait que la 2e guerre mondiale n'est pas une autre mais... la reprise de la première.. après avoir écrasé le prolétariat sous le stalinisme en Russie, sous Mussolini en Italie, sous la République de Weimar en Allemagne (Hitler n'a même pas fait le premier boulot de la contre-révolution comme l'a dit Trotsky). L'enjeu n'était pas d'aller jusqu'à Berlin en soi mais le contre-temps représenté par la révolution russe dans le charmant consensus de la boucherie inter-impérialiste. Et nous restons fiers dans le mouvement révolutionnaire, toutes tendances confondues de la mise au clair par Lénine de la théorie du DEFAITISME REVOLUTIONNAIRE: oui en cas de guerre nous sommes pour la défaite de notre pays, mais pas à la manière stalinienne pour la victoire du camp d'en face! Pour la généralisation de l'insubordination révolutionnaire et la mise au poteau d'exécution des généraux des deux camps. Bien cordialement ».
Rajustant son casque, le caporal Pete vient défendre l’idée que le traité de Versailles n’était pas une humiliation : « Le traité de Versailles ne comportait aucune des mesures punitives exigées par Clémenceau. L'intervention de Wilson et la passivité de Lloyd George ont contribué à grandement édulcorer le traité et à rendre les Français fous furieux, avec un Foch qui annonça dès la signature du traité que l'on allait tout droit vers une nouvelle guerre dans les 20 ans, puisque l'Allemagne n'était pas mise hors d'état de nuire. Le bougre avait raison. Hitler put s'appuyer sur 2 faits historiques pour exciter le sentiment de revanche allemand : le fantasme du diktat (l'Allemagne ne paya quasiment rien des réparations), et la réalité d'une armée allemande non entièrement défaite sur le terrain, les alliés refusant d'envahir l'Allemagne».
Le major Fredebel fait son entrée derrière les Pete et Lecandide avec une indignation bien posée contre mon argumentation : « L’Allemagne début XXe poussée à l’isolement et à la misère ? Vous avez vu jouer ça ou? L'Allemagne d'avant 14 est une des plus grandes puissances industrielles mondiales; elle dispose d'un empire colonial, d'une marine marchande et de guerre puissante (qui va entraîner l'alliance des anglais, inquiets, avec la France) et est à la tête d'une alliance politique avec l'Autriche Hongrie et l'Italie qui fait pièce à l'entente russo française. En plus elle possède l'Alsace Lorraine, conquise sur la France en 1870-71. On a vu plus catastrophique comme situation ».
Je réplique que oui : « mais en deux temps. 1. une puissance peut être très puissante mais se trouver étranglée par la concurrence des autres, sinon comment expliquez-vous la nécessité de recourir à la guerre? 2. la défaite en 1918 n'en est pas une et avive le désir de revanche national, et vous faites le sourd (par chauvinisme aveugle?) sur les conséquences du Traité de Versailles et l'occupation de la Ruhr, la chute du mark, la misère sous la République de Weimar... et vous ne pourrez pas nous dire non plus pourquoi la bourgeoisie allemande reconstitue son armée... ».
Fredebel me répond d’abord par le mépris professoral : « Commencez par lire un ouvrage sérieux sur la période. Ca vous évitera d'avancer des points erronés, comme la misère dans l'Allemagne des années 20, ou les causes de la guerre de 14 ».
Je pense d’abord me débarrasser de cet assaillant sans munitions : « Plaisantin morveux, prof ? Si vous êtes prof dans la vie civile, ça ne m'étonne pas, ils connaissent rien. Ensuite à ce point de nullité (vous ne savez même pas à qui vous parlez ni ne connaissez les livres que j'ai écrit sur le sujet c'est une question d'analyse politique et de conviction de classe. Comme les autres trolls de cette liste vous n'êtes pas du même bord que moi. Passez votre chemin mon pauvre ». Ma balle est passée au-dessus de sa tête, encore vivant mais lui me tire dessus sans ménagement un énorme projectile qui me fait chuter, se dévoilant pourtant : « Bien sur, c'est connu, à la fac on n'apprend rien, à Normale Sup non plus. L'Allemagne des années 20 connait un boom sans précédent; l'hyper inflation de 1923 est une manoeuvre des allemands pour démontrer qu'ils ne peuvent payer les réparations; au passage cela va ruiner les rentiers (ça doit vous plaire ça, pauvre taré stalinien). L'Allemagne en 1918 est au bord de l'effondrement; Hindenburg et Luddendorf vont faire pression sur l'empereur pour obtenir un armistice avant l'invasion du territoire, ce qui permettra ensuite d'entretenir le mythe de l'Allemagne invaincue et du coup de poignard dans le dos. Mais vous êtes trop stupide et englué dans l'idéologie pour utiliser la masse grisâtre qui vous sert de cerveau ».
A terre et saignant je trouve la force de répondre, bien que ma voix ne porte plus loin : « Réponse du pauvre taré de stalinien au pauvre taré de facho: 1. je ne suis pas stalinien et ne l'ai jamais été, taré c'est possible car je ne suis pas seul juge, 2. tout ce que vous dites est faux, faux historiquement et vous êtes incapable de démontrer quoi que ce soit à part insulter. Donc basta le beauf nationaliste! 3. merci (et adieu) à tous ceux qui ont témoignés ici contre les chauvins sur les meurtres sur les terrains de la boucherie fratricide. Merci à Kubrick et au réalisateur italien des "hommes contre". Et merci à tous ceux qui, en passant, vont chier sur la tombe de ce taré de Mangin, et des autres tarés à galons qui ont enrichis leurs familles, lesquelles n'ont pas encore remboursé l'indu salaire des mercenaires impunément gagnés dans le sang de milliers de pauvres prolétaires et paysans ».
Le caporal Pete avait surgi à son tour et se proposait de m’achever avec son lance-grenades : « Bof. "1. une puissance peut être très puissante mais se trouver étranglée par la concurrence des autres, sinon comment expliquez-vous la nécessité de recourir à la guerre?". Le militarisme belliqueux de l'Allemagne impériale n'avait pas "besoin" de déclencher une guerre, il souhaitait la guerre. Le jeu des alliances lui en donna le prétexte. "2. la défaite en 1918 n'en est pas une et avive le désir de revanche national, et vous faites le sourd (par chauvinisme aveugle?)". La défaite de 18 est réelle, la contre offensive sur la Marne condamne une armée allemande exsangue face à une entente galvanisée par l'arrivée des troupes américaines. L'erreur stratégique des alliés est d'avoir accepté l'armistice trop tôt et ne pas avoir concrétisé leur victoire par une occupation. Hitler put ensuite construire le mythe de l'armée invaincue, trahie par l'arrière. En 14, c'est l'aristocratie et non la bourgeoisie allemande qui appelle la guerre de ses voeux. Ce n'est ni le Traité de Versailles, archi édulcoré par l'intervention de Wilson, ni l'éphémère occupation de la Ruhr qui ruinent l'économie allemande. Et ce n'est pas cette crise économique qui est seule responsable de l'avènement de l'abjection nazie. C'est l'Allemagne et le peuple allemand qui portent l'écrasante responsabilité de l'émergence de cette monstruosité ».
J’avais répondu entretemps le jeudi soir à Pete pour sa réponse argumentée : « contrairement à fredebel incapable de démontrer quoi que ce soit , vous avez fait 'effort d'argumenter. Je vous en remercie. L'analyse des causes de 14-18 reste très disputée selon la vision que chacun a des classes, et sur ce plan il ne s'agit plus de simple connaissance mais de conviction politique. Il n'y a pas d'historien neutre vous en conviendrez, et personne, même les peigne-zizis comme vous et moi, n'est propriétaire de l'histoire et des histoires de l'histoire. Je me permettrai de vous répondre (amicalement sur 3 points) 1. sur la non défaite de l'Allemagne, il n'y a pas d'erreur stratégique des alliés, ils se refusent à rendre exsangue l'armée allemande because l'insurrection de novembre du prolétariat berlinois a mis fin à la guerre mondiale (comme vous ne l'avez point appris à l'école), il faut donc laisser les armes et les lance-flammes à la bourgeoisie teutonne pour qu'elle massacre Rosa Luxemburg et des milliers d'ouvriers allemands en insurrection. 2. Ce sont les généraux allemands qui demandent à Hitler de faire la propagande pour la théorie du coup de poignard intérieur par les juifs (les militaires n'ont pas signé l'armistice mais fait signer par leur ministre civil juif) et je vous rappelle que Ford finançait le parti nazi au début (mais lisez mon book au ed Spartacus: "le nazisme son ombre sur le siècle" qui dépoussière pas mal de bobards "antifascistes" de salon.
3. je ne suis pas OK avec vous (ni avec Mayer) sur la seule volonté de guerre de l'aristocratie allemande, c’est bien la bourgeoisie allemande qui est aux commandes désormais et qui tirera les ficelles, à l'occasion de la répression des spartakistes si vous voulez. Enfin la culpabilisation du peuple allemand est une énorme connerie, encouragée par tous les nationalismes français comme nationalisme juif. J'ai toujours combattu cette ignominie typiquement bourgeoise pour dériver les responsabilités. Bonne soirée ».
Le revanchard Victoire qui traine dans les parages, qui me croit mort, alors que je fais semblant de dormir face au nombre de mes assaillants, me chuchote l’air menaçant : « On va vous mettre au rationnement et encore, sans tickets. En 1949, la France était encore aux tickets de rationnement alors qu'en RFA, ils avaient déjà l'électricité dans tous les foyers. La ville de Brest totalement détruite par les nazis en 1940 n'a pas été reconstruite comme l’Allemagne, avec quel argent après 70 ANS de dictature ».
Lorsque l’infirmier de la croix rouge me relève la tête, haletant je murmure : « Je ne répondrai plus à tous ces trolls chauvins et chauvines qui perpétuent les mensonges bien franchouillards, certifiés anti-boches et anti-casque à pointe et qui étaient même pas nés ni à naître. Je vous signale quand même qu'il existe des photos et films des villes allemandes bombardées, une razzia comme à Hiroshima et que ça leur faisait une belle jambe d'avoir l'électricité (et enfin que 6 millions d'allemands ont été tués). La guerre est un malheur pour tous les peuples, et on ne peut pas quantifier la douleur, mais une chose est sûre, tous ceux qui cherchent à atténuer la responsabilité de toutes les bourgeoisies en lice, font partie des ennemis du prolétariat international. »
Le fier major Fredebel surgit à nouveau dans mon dos, baïonnette au clair, et sans égard pour le grand blessé que je suis devenu : « Resalut pauvre taré. "L'analyse des causes de 14-18 reste très disputée": non, c'est clairement établi; les 2 alliances (triple alliance et triple entente) ont été entrainées par la volonté de l'Autriche Hongrie de s'étendre au sud, contre la volonté des russes et des français, et le fonctionnement normal des traités. "Il n'y a pas d'historien neutre": si, les vrais, pas des théoriciens idéologues comme vous "la non défaite de l'Allemagne": en 1918, l'Allemagne est exsangue, et ne peut plus approvisionner son armée; on le voit à la dégradation du matériel; la puissance économique des Etats Unis rend leur victoire impossible; ce qui n'exclut d'ailleurs pas qu'on ait aidé les restes de l'armée allemande à écraser les spartakistes "l'insurrection de novembre du prolétariat berlinois a mis fin à la guerre mondiale": Non; Hindenburg pousse le Kaiser à un armistice avant l'effondrement complet de l'armée et l'invasion du territoire; l'insurrection communiste sera écrasée sans difficulté. "Ce sont les généraux allemands qui demandent à Hitler de faire la propagande pour la théorie du coup de poignard intérieur par les juifs": cette thèse du coup de poignard dans le dos apparaît dès 1919; et à l'origine l'Etat major allemand se méfie d'Hitler
"c'est bien la bourgeoisie allemande qui est aux commandes désormais et qui tirera les ficelles": Non, c'est Hitler, qui aura l'habileté d'utiliser tant les grandes sociétés allemandes que les aspirations du peuple allemand à la revanche; jusqu'en 1940, voire 42, le peuple allemand applaudit aux succès d'Hitler" nationalisme juif": vous n'êtes donc qu'un antisémite; nationalisme israelien si vous voulez; nationalisme juif, ça ne veut rien dire en Histoire. L'histoire idéologique, qu'elle soit d'extrême gauche ou d'extrême droite, est de l'idéologie, pas de l'histoire. »
La capitaine Jellyrolmorton tape amicalement, sur l’épaule de Fredebel, se plaçant devant lui : « Hempel, donne dans la fantaisie et sa capacité à déformer les choses est impressionnante. Ceci étant bien que tu sois plus près des faits, tu as des interprétations, certes distrayantes, mais elles aussi fantaisistes ».
Je ressors mon vieux fusil rouillé d’Octobre rouge cachée sous mes couvertures ensanglantées: « bye éternel lycéen formaté feldwebell ! Je ne vois toujours pas pourquoi et qui te permet de me traiter de taré et d'antisémite. C'est comme çà que tu parles à tes élèves quand ils contestent tes récitations idéologiques? C'est courageux par mail, mais si j'étais en face de toi petit con, tu ne me parlerais pas ainsi. OK? Je fais encore l'effort de relativiser tes énormités lycéennes: 1. lorsque (enfin) tu fais l'effort d'argumenter, en assurant d'abord détenir la vérité (c'est à dire ce que tu as ingurgité à l'école bourgeoise) tu nous sors une ânerie à faire pouffer les ouvriers du bâtiment: il y aurait des historiens neutres! (tu dois croire aussi en dieu) 2. Peu m'importe l'état de l'armée allemande, une guerre en réel ce n'est pas la bataille navale à laquelle tu jouais petit garçon, c'est TOUJOURS un rapport de forces entre classes (la bourgeoisie envoie la plus grande classe de la nation au sacrifice pour les marchands de canon) et n'est pas idiote au point de supposer qu'il n'y aura pas des crosses en l'air d'abord... Tu n'a pas réfléchi, pauvre diplômé à la phrase que tu récites "Hindenburg pousse le kaiser à l'armistice avant l'effondrement complet de l'armée", que ce n'est pas spécialement dû aux échecs sur le Front militaire mais sur le "front intérieur" (merci en tout cas de reconnaître que les armées alliées ont donné un bon coup de main à la répression des spartakistes, et cela fout en l'air tes arguties de lycéen cultivé). Le petit lycéen formaté par l'école de la république bourgeoise (très sectaire) ignore que Hidenburg comme tous les chefs de guerre est au courant des insubordinations dans l'armée depuis 1917, et que le plus important - ce que vous tous sur ce forum avez outrageusement oublié comme notre pauvre lycéen éternel: CONTINUER LA GUERRE OUVRAIT LA VOIE A LA GENERALISATION DE LA REVOLUTION COMMENCEE EN RUSSIE!!!! 3. Nous n'avons pas eu les mêmes lectures, moi c'est Ian Kershaw et d'autres plutôt assez proches de la réalité et assez connus. Mais avec ta tentative de démonstration professorale (et autoritaire) tu nous démontres par devers toi que ce n'est plus ici question de connaissance, lectures, etc. mais jugeote et parti pris. Et tu nous révèles que tu te situes pleinement dans l'interprétation mensongère bourgeoise qui:
- exalte plus ou moins les généraux sanglants de part et d'autre, ce n'est qu'une bataille entre "grands chefs" et les pions n'existent pas,
- fait croire que les généraux allemands n'étaient pas antisémites (ce qui est totalement faux comme l'ont montré Arno Mayer et Kershaw) et Kershaw montre que malgré leur méfiance du début ils libèrent vite Hitler de ses obligations militaires afin de pouvoir déployer la propagande nationaliste en civil,
- nous ressort l'argutie de la culpabilité du peuple allemand (argument typique des nationalistes américains et juifs); la "revanche du peuple allemand" est une invention repiquée à tes professeurs, et tu perpétues le mensonge: en disant qu'il n'y avait pas de misère en Allemagne dans les années 1920 (faut le faire!) laquelle va atteindre les 6 millions de chômeurs dans les 30, en passant sous silence que la "revanche du peuple allemand" avait échoué: des années de grèves et luttes insurrectionnelles écrasées avant que le militarisme (aidé par les politiques opportunistes du stalinisme en Allemagne de l'IC dégénérée). On t'as bourré le mou dans ta famille ou a la fac avec cette ânerie de culpabilité du peuple allemand.
4. Enfin comble de ta soumission àl'idéologie démocrate bourgeoise dominante dans l'enseignement de l'histoire tu es choqué par ma formule "nationalisme juif" qui n'est pas dans les livres d'histoire, ah ah, qui ne sont en effet pas fait pour réfléchir mais pour régurgiter. Je t'explique: le nationalisme juif c'est l'idéologie très commune et pas du tout cosmopolite qui se cache derrière le communautarisme juif, et qui sert de ratatouille à tous nos antifascistes de salon pour évacuer encore la question des classes sociales, qui se conclut par l'amplification du victimisme juif et du particularisme juif (qui arrangea bien aussi la bourgeoisie US qui ne mena jamais campagne pour sauver autant les juifs que les prolétaires européens during 5 ans) en 39-45, lequel permet d'éliminer la classe ouvrière, principale victime reconnue du premier carnage mondial... mais bon tu objecteras qu'elle n'avait qu'à se lever contre cette 2e guerre comme elle l'avait fait en Russie et en Allemagne à la barbe des putes de généraux que tu vénères (t'es copain avec Venner?). En conclusion, l'oublie de l'utilisation idéologique de l'histoire dans ton éducation et dans ton environnement médiatique de tous les jours, fait que tu es tombé dedans et que tu ne peux plus que te comporter comme un sergent recruteur de celle-ci dans ton rapport avec tes amis, tes voisins, tes éventuels correspondants sur le web. Je te plains ».
L’adjoint du capitaine Fredevel, Jellyrollmorton me tire une autre balle : « Que voilà des théories pour le moins vaseuses…..et plus qu’approximatives. Ta théorie sur la non invasion de l’Allemagne est amusante. Celle des généraux allemands demandant des 1919 à Hitler de mettre en avant la théorie du coup de poignard dans le dos, alors qu’Hitler en 1919 n’était RIEN, est fantaisiste. Si tout ton book est de cet acabit, l’on n’est pas fauché ». Je ne vois pas surgir le soldat Emman, ancien membre de l’amicale stalinienne aux armées, qui me poignarde rageusement dans le dos en me traitant de Brontosaure: « Brontosaure ! "La bourgeoisie tire les ficelles", "ignominie bourgeoise". Le florilège habituel et daté de ces thèses infra-marxistes . C'est la fameuse Histoire ou l'on demande aux faits de confirmer une "théorie". Les invectives n'inspirent guère confiance dans le sérieux de "l'historien". Es tu un Hitléro-trotskiste, ou un pathétique internaute petit bourgeois décadent qui entretien sur la toile l'illusion d'une révolution dématérialisée? Tu ne sais pas que le Grand Kapital a confisqué et détourné les forces révolutionnaires dans d'infantiles et immatures disputes».
Je finis par agoniser complètement, glissant dans un dernier soupir : « quelle bande de pauvres connards… ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire