"La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat ».

Marx (L'idéologie allemande)

mardi 27 octobre 2009

LA CAMPAGNE "INDUSTRIELLE" DES VIEUX GROGNARDS STALINIENS




LA CAMPAGNE « INDUSTRIELLE »


DES VIEUX GROGNARDS STALINIENS



Gravure jointe : Fernand Léger : L’équipe au repos (1950)




Lorsque je vous ai rendu compte (avec photos à l’appui) de la déco détournant la fierté du chauvin Lion de Belfort lors de la manif du 22 octobre à Paris, j’avais qualifié avec jubilation cette décoration du lion d’une action néo-situationniste de la part des « ouvriers industriels », et décrit avec ironie la hargne contre les actions syndicalistes en impasse. Mais je me suis demandé surtout – sans illusion sur la manif artificiello-syndicale - après coup, pourquoi la presse bourgeoise se mettait à utiliser cette expression bizarre, et surannée « ouvriers industriels ».


Aux Etats-Unis les termes “classe ouvrière” sont ressortis eux aussi de nouveau dans langage de tous les jours, pour une raison simple : la crise que révèle que l’Etat doit faire face aux ouvriers d’un certain nombre d’industries où le travail n’est ni celui des « classes moyennes » ni considéré comme « emploi de bureau » et où le chômage fait ses principales coupes sombres. Un nombre de plus en plus important de petites usines de sous-traitance est touchée par la jolie formule de « destruction d’emploi ». Pas question de faire joujou avec les mots « employé », « travailleur » ou « salarié » quand les prolétaires en général sont voués à être futurs chômeurs ! Pas question d’en parler comme de « pauvres malheureux » ou de « laissés pour compte » de la croissance disparue ! Ils iraient mettre le feu aux quartiers bourges !


Un professeur de l’Université de Chicago, Léon Fink a noté que la nouvelle utilisation de l’expression « classe ouvrière » est néanmoins tout à fait compatissante : « Aujourd’hui, l’expression “classe ouvrière” a été, dans les faits, découplée de tout dessein radical, à plus forte raison subversif. La classe ouvrière ressemble moins à la force moderniste, rationnelle envisagée par Marx, qu’à un bastion de traditions, au sac de pommes de terre immobile qu’il identifiait à la paysannerie. » Au pays d’Obama, toute référence à la classe ouvrière est généralement précédée du mot “blanche”. Cette classe ouvrière qui échappe à Obama, c’est Archie Bunker, l’ouvrier réac de la série télévisée “Tous dans la famille” et ses descendants qui pensent tous comme lui. Il s’agit là, naturellement, d’un stéréotype qui a la vie dure. Fink fait allusion à une conception dénaturée de la classe ouvrière – Archie Bunker et ses descendants – une invention de la classe dirigeante et des mass media quand ce héros fut utilisé dans les années soixante pour moquer les mouvements spectaculaires des agités gauchistes et hippies. Au début masqué de la crise systémique - à la fin des années soixante - la bourgeoisie US avait aussi “redécouvert”, (momentanément) la classe ouvrière, mais pas la vraie classe ouvrière, qui était blanche, noire, latino et de plus en plus féminisée comme aujourd’hui. Cette classe était « reconnue » mais comme une part du marché de la clientèle bas de gamme, réduite aux blancs hostiles aux mouvements pacifistes étudiants et aux canulars de la « nouvelle gauche » US, bobo et gauchiste. On diffusa des images d’ouvriers coiffés de leur casque de travail pour montrer que les Américains qui “bossaient dur” rejetaient les étudiants pacifistes “ingrats” et “privilégiés”. Mais, à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix, des sondages montrèrent que les travailleurs manuels étaient tout aussi hostiles à la Guerre du Vietnam que les jeunes qui formaient les bataillons des mouvements pacifistes estudiantins et de l’opposition à la conscription. Des grèves à l’époque, comme celle d’Harlan County, révélèrent que les ouvriers, les pauvres Blancs en général se sentaient globalement plus solidaires des travailleurs noirs que de la upper middle class. Une enquête de 1966 montra que « plus on était proche du sommet, plus on était originaire d’un milieu favorisé ou plus on aspirait à monter haut, et plus on souhaitait exclure les Noirs de son voisinage. » Contrairement aux idées reçues véhiculées par les médias, la classe ouvrière, avec ses dizaines de millions de Noirs, de Latinos, de Blancs, et ses dizaines de millions de gens qui ont pu accéder à l’enseignement supérieur, ne vit pas sa situation comme une guerre de tous contre tous (l’enfer des rivalités communautaires radoté par les médias) mais s’inquiète toujours de l’absence d’acquis sociaux, de l’instabilité des emplois et a peur pour l’avenir des enfants. Cette inquiétude permanente, qui se traduit par une réflexion politique plus vivace pour l’avenir du monde, se confirme, comme en Europe, par le fait que les sectes religieuses recrutent péniblement.


Après l’effondrement du stalinisme, en France en particulier, il fût de mode de considérer que cette partie des ouvriers, qui avait si longtemps votée « communiste », était devenue une bande de fieffés réactionnaires qui se rabattaient sur le parti d’extrême droite, prouvant par là – bien que la majorité des ouvriers électeurs n’aient jamais été des supporters de Le Pen – que tout le prolétariat n’était pas une classe révolutionnaire ; tout au plus une couche en déshérence incapable de « s’adapter à la modernité », aux joies de la « révolution informatique » et à un univers ouaté par les « géants émergents » d’un monde rose bonbon « débarrassé du communisme ». Le même type de configuration réactionnaire de la classe ouvrière était inventé à la même époque (et avec le même mépris) par un auteur, Thomas Frank dans What’s the Matter with Kansas ? (en français : Pourquoi les pauvres votent à droite ?), des ouvriers qui votent contre leurs intérêts économiques parce qu’ils s’étaient détachés des Démocrates (nb la gauche caviar US). Durant la campagne électorale américaine de 2008, on a vu la notion de « classe » revenir au premier plan, avec la bourgeoise Hillary Clinton en « héroïne de la classe ouvrière », prête à combattre les “injustices”, du prix de l’essence à la saisie des hypothèques… c’est-à-dire toujours pour rafler les voix d’une « couche » au fond simple clientèle électorale, consommatrice des « biens industriels » et tout juste bonne à promener ses enfants dans les corridors des supermarchés ouverts le dimanche.


Pour éviter que la conscience universelle moderne, et subversive, qui provient pour l’essentiel du prolétariat, ne mûrisse au plan politique, naturellement au niveau d’une rupture idéologique radicale, il faut pour la bourgeoisie maintenir la représentation de la classe ouvrière au rang d’une simple corporation, elle-même découpée en catégories : secteur tertiaire, employés de ceci, employés de cela, fonctionnaires, ouvriers du bâtiment, personnel des services, etc. Et tout récemment, en France par les bons soins du PCF: ouvriers industriels !


CLASSE INDUSTRIELLE OU CLASSE OUVRIERE ?


« L’Echo de la Fabrique », journal ouvrier contemporain de la révolte des canuts, révèle comment au début du XIXe siècle il avait fallu préciser les termes : peuple puis monde des ouvriers, désignants, travailleurs, prolétaires, ouvriers de fabrique, ouvriers industriels… Antoine Vidal, qui signe plus de soixante et dix textes les premiers mois du journal, se fait le porte parole des ouvriers. Il tient à préciser ce qu’il en est de « notre feuille consacrée à la défense de la classe industrielle », Vidal, « attaché par sympathie à la classe prolétaire au sein de laquelle il s’honore d’être né », est « fier de sa mission ». Premier rédacteur du journal, il a été ouvrier en tulles, instituteur et homme de lettres. Il décède en août 1832. Son implication dans L’Echo de la Fabrique a été une conséquence directe du mouvement des canuts d’octobre-novembre 1831. Avec le développement de l’industrie est posée la nécessité d’une nouvelle catégorisation sociale dont on peut dénombrer les occurrences dans L’Echo de la Fabrique : classe (104), classe ouvrière (17), classe industrielle (16), classe industrieuse (3), classe laborieuse (1), classe populaire (1), classe prolétaire (3), classe des travailleurs… Si la bourgeoisie considère toujours les classes et les catégories comme immuables, dès le départ le « mouvement ouvrier » estime lui, au contraire, sa situation insupportable. Il s’agit tout d’abord de dénoncer, donc de « faire cesser » l’état de choses dans lequel se trouve l’ouvrier lyonnais : « accablé par la misère, les souffrances, les abus, les charges, etc. », il est tout autant « méprisé, insulté », car « la classe prolétaire » est « la classe la plus utile…


La classe ouvrière ne se considère donc ni comme une vulgaire catégorie ni comme éternelle ! Jusque vers 1850, l’ouvrier de l’industrie est un type social nouveau. L’expansion du machinisme industriel provoque l’instauration de commissions d’enquêtes, des rapports sont soumis aux parlements en Angleterre et en France sur les « effets sociaux de la division du travail » (A.Ure 1835) qui susciteront les prises de position de Saint-Simon et Fourier, qui orienteront aussi fondamentalement la pensée de Marx plus tard (cf. son Enquête ouvrière de 1880). Saint-Simon inventa l’expression de « classe industrielle » pour désigner ceux qui concourent à la production à l’organisation de la société. Il en fait « la classe la plus utile et la plus nombreuse », « la seule classe utile » avec l’idée qu’elle finira par faire « la classe unique » par l’accord des intérêts particuliers de ses membres avec l’intérêt commun. Il en ressortait un sémantisme à géométrie variable de « classe industrielle » et une notion ambiguë, rejetée par Marx.


Un auteur traitera même des « inconvénients sociaux de l’industrialisation ». En réalité ces « inconvénients sociaux » du point de vue des premiers scrutateurs bourgeois de la marche accélérée de la société (pré-sociologues) n’étaient autres que cette formation inquiétante d’une conscience de classe (à vocation de justice universelle) et ce développement d’associations dans le monde du travail qui allaient de plus en plus poser des questions politiques subversives face à la société existante. Et ce « mouvement » ouvrier a une fâcheuse tendance à ne pas se laisser enfermer dans des tiroirs, des boîtes ou des catégories : il est avant tout un mode de vie pénible, fait de contraintes et d’humiliations, sous la domination d’une minorité d’exploiteurs…


Dans le Capital livre 1 chap 25 Marx parle des ouvriers industriels, placés à côté des travailleurs de la campagne. Il ne limite pas le prolétariat à cette seule catégorie, quand bien même il indique que cette partie en est le fer de lance pour toute une époque. Cette catégorie était fille de la période florissante du capitalisme. Lénine de son côté dit plus tard: "Les ouvriers sont des travailleurs industriels, exerçant leur activité dans la grande industrie", mais sans s’arrêter à cette banalité, il n’englobait pas lui non plus – ni ne limitait la classe ouvrière à cette seule catégorie. Dans « Bilan et perspectives » Trotsky parle une fois d’ « ouvriers industriels », incidemment. Un texte de 1921 de l’Opposition ouvrière de Kollontaï évoque des « syndicats industriels ». Va pour les syndicats qui sont devenus si soucieux de l’intérêt de l’Etat national et des « usagers industriels » !


Avec ce survol rapide, comme on le voit il n’y a pas de quoi fouetter un chat. La notion d’ « ouvriers industriels » n’a pas plus d’importance que celle de « travailleurs du tertiaire » par exemple, mais elle est utilisée à dessein pour ringardiser un peu plus la classe ouvrière en général, quitte à traiter sa partie en usines dispersées comme « viande industrielle » en lui promettant une alternative réformiste complètement fictive à la décadence industrielle capitaliste.


LES FAUSSAIRES DU PCF ET LEUR DEFENSE DE L’EMPLOI INDUSTRIEL


On diffuse une nouvelle acception des termes « ouvriers industriels », qui n’a plus rien à voir avec son sens précis du XIXe siècle. Après tout, désormais, même un simple employé informaticien est désormais « industriel » lui aussi puisque toute entreprise a besoin de la circulation de tous les produits de l’immense usine mondiale en lambeau du capitalisme. Un parti de la gauche capitaliste, négligeable mais encore dangereux, le PCF participe du nivellement de la classe ouvrière par les Obama et Sarkozy au niveau d’une simple clientèle, simple catégorie sociale, dernier avatar d’une « classe industrielle » disparue quand c’est l’industrie capitaliste qui dégénère – par les limites de la compétition et la corruption - et jette au chômage des masses grandissantes de prolétaires. Quand le bloc de l’Est montrait encore ses gros biceps, sa filiale PCF caracolait électoralement en parlant « au nom des » : au nom des mineurs, au nom des métallos, au nom des fonctionnaires, comme d’une clientèle électorale solidement encadrée dans les urnes nationales. Il était aussi question de « produire français » et, dans l’opposition comme au gouvernement, cette engeance ne s’était jamais opposée à l’expulsion de travailleurs immigrés. Le PCF, même rabougri, même petite chose électorale, n’a pas changé de nature. Le PCF reste un parti des solutions bourgeoises à la crise. La manif organisée le 22 octobre place Denfert-Rochereau a eu lieu pour « la défense de l’emploi industriel »… par les « ouvriers industriels » ! Car (titre de l’Huma : « L’industrie déserte le sud du pays ». Le PCF allie le mensonge chauvin au relookage sémantique : les menaces se précisent « sur l’emploi industriel » ! « Une situation vécue de façon anxiogène par le personnel », s’alarme le syndicat CGT de Big Blue ! ». A la place d’exploitation et de colère, la gauche bourgeoise troque les termes à la mode, exploitation devient « situation anxiogène » et colère « suicides à répétition »… La manif à Paris était donc « Pour le développement industriel et l’emploi »(version CGT) ! Fameux mot d’ordre, sachant en plus que la plupart des trimbalés dits « ouvriers industriels » n’étaient pour la plupart que les employés municipaux du PCF astreints au voyage parisien pour gonfler les rangs clairsemés du vieux parti national-stalinien. Manif inscrite dans l’agenda du PCF dans le cadre de sa campagne nationale pour « une politique industrielle ambitieuse » engagée au début de l’année par la CGT. Il est vrai que le PCF est devenu la courroie de transmission de la CGT, laquelle courroie est graissée par Thibault pour le chauffagiste de l’Elysée. On laissera la glorieuse conclusion de ce combat « industrieux » à un lecteur de l’Huma qui affirme franchement une opinion révolutionnaire « industrielle et nationale » avec laquelle Tintin Besancenot est sûrement d’accord:


« L’industrie déserte le pays. Ce que j’attends des dirigeants de partis politiques c’est qu’ils fassent des propositions réalistes pour créer des emplois industriels car c est aujourd'hui LA priorité absolue. Se battre pour sauver des emplois c est bien mais ce qu’il faut c’est mettre en œuvre les conditions pour que des emplois soient créés, pour qu’il soit plus simple de fabriquer en France que de faire faire en Chine les inventions du génie francais ».



Vive la France et son VRP Sarkoléon !



ADDITIF : DEVOIR DE VACANCES



J’ai reçu ce matin la prise de position de la CGT-EDF. Lisez d’abord, puis vous aurez tout le loisir de répondre aux questions qui suivent.



POURQUOI AVONS-NOUS MANIFESTE LE 22 OCTOBRE ?


POUR UNE VERITABLE POLITIQUE INDUSTRIELLE



La France se désindustrialise gravement. L’activité industrielle a baissé de 10% nous ramenant 12 ans en arrière (hips suivez mon regard, au moment du départ de Jospin…). Nous le savons, une société sans industrie est une société sans avenir.(hips l’avenir n’est plus le changement de la société).


Aujourd’hui, la responsabilité des groupes industriels se pose avec plus de force vis-à-vis du réseau des entreprises qui en dépendent.


L’urgence d’avoir une stratégie industrielle ne peut se limiter aux déclarations d’intention des grandes entreprises. Dans ce contexte, l’absence d’une politique gouvernementale de développement de l’industrie et de l’emploi se fait cruellement sentir (hips ouah que c’est subversif !)


L’industrie énergétique est un facteur important de développement économique et social. Le coût, la qualité de l’énergie sont constitutifs de l’implantation et du développement des industries (hips du Thibault pur !)


Les questions soulevées à l’occasion du Grenelle de l’environnement (nouveau mai 68 ?) doivent conduire à des mesures concrètes d’énergie qui intéressent au premier chef le secteur énergétique mais aussi les transports, l’habitat, l’agriculture…


Au cœur de la crise, en pleine transition énergétique (pas en transition stalinienne, hips), les besoins économiques, sociaux, de protection de l’environnement nous conduisent à des propositions ambitieuses qui doivent s’asseoir sur une politique de recherche fondamentale et appliquée (hips du Allègre pur !) plus ambitieuse et solidaire que celle développée aujourd’hui.


Comme le demande la CGT, la construction d’un pôle public de l’énergie implique de ne pas laisser partir des pans entiers du secteur. Ainsi, nous nous opposons à la vente d’AREVA T1D qui est un atout dans la construction des réseaux énergétiques intelligents. De même, l’ouverture du capital d’AREVA est une aberration alors que l’actionnaire principal : l’Etat, a été capable de refinancer les banques sans contrepartie !


La nécessité de produire un mix énergétique doit nous permettre de développer, en France, une filière charbon propre. Le développement de la production d’électricité d’origine hydraulique représente une opportunité formidable dans un contexte où le débat sur les énergies renouvelables est au cœur de notre société. De même, la modernisation du parc reste une « niche » inexploitée qui permettrait à la fois de contribuer à produire plus de kwh d’origine renouvelable en renforçant le mix énergétique tout en relançant la filière industrielle.


Le développement des moyens de production doit être organisé avec une réelle vision industrielle et d’aménagement du territoire afin d’éviter le gaspillage et de créer tous les emplois nécessaires.


Les suppressions de postes dans la distribution, la fermeture des agences de proximité, l’entretien insuffisant des réseaux de transport, le non remplacement des fontes grises dans les réseaux gaziers concourent à la qualité moindre de la fourniture d’énergie et donc à un service dégradé à tous les usagers, y compris les industriels (hips sacrés usagers !).


La FNME-CGT a des propositions cohérentes à faire avec toute la CGT qui intéressent la plupart des secteurs industriels pour revivifier l’industrie française, créer des emplois et ceci en effectuant la transition énergétique nécessaire à la situation contemporaine. »



QUESTIONS (aux jeunes qui lisent ce blog), répondez par oui ou non.



- cette déclaration CGT vous semble-t-elle différente de celle du PCF ?


- est-elle révolutionnaire ?


- contre-révolutionnaire ?


- nulle ?


- est-elle différente des rêves de Sarkozy ?


- est-elle prise au sérieux par les industriels ?


- relevez-vous des termes ayant trait à la lutte des classes ?


- pensez-vous que les grèves CGT contribuent à revivifier l’industrie capitaliste ?


- croyez-vous que son contenu est satisfaisant pour les bobos écolos ?



Si vous obtenez un score équivalent de oui et de non, ce qui est probable, lisez quand même MA CONCLUSION : les conseils de Paul Mattick que j’ai reproduit en introduction de mon excellente Histoire du maximalisme.



Dans les conditions actuelles, qu’est-ce que tu recommanderais aux travailleurs?” :



« Pour le moment, une seule chose: ne prendre en considération que leurs propres intérêts, sans se soucier de l’état où se trouve l’économie capitaliste. Que ce soit en période de crise ou de prospérité, les travailleurs devraient s’efforcer, par la grève et l’action directe, d’améliorer leurs conditions de vie aux dépens de la plus-value, tout au moins essayer d’empêcher le capital de leur faire payer la solution de la crise. La lutte de classe, qui menace le capital dans son ressort vital, le profit, se transforme inévitablement en lutte politique. Lorsque la classe ouvrière s’occupe de ses intérêts propres et concrets et met en cause la production de la plus-value, c’est alors, et alors seulement, qu’elle s’engage réellement dans la lutte politique. Un mouvement politique qui ne s’occupe pas de la lutte économique directe n’est pas un mouvement politique prolétarien, et quels que soient les résultats qu’il puisse atteindre, il n’est d’aucune utilité aux travailleurs ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire